Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Drosnay (Marne). Le Village

Responsable d’opération : Vincent Marchaisseau
p. 265

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2009
Haut de page

Texte intégral

1À la suite d’une première intervention en 2008 (Archéologie médiévale, 39, p. 246-247), les services de l’État ont été alertés de la destruction en cours d’une partie de la motte de Drosnay par la construction de plusieurs pavillons individuels. Le dépôt d’un nouveau permis de construire portant sur la partie sommitale de celle-ci (2 563 m²) a conduit à un nouveau diagnostic. Cette opération, bien que limitée en superficie, a mis en évidence les destructions subies par la motte, pourtant répertoriée depuis le xixe s. En l’absence de zonage archéologique dans cette partie du département de la Marne, aucune protection particulière n’entourait ces vestiges en terre. Aussi, les anciens propriétaires ont pu terrasser le sommet de la motte et remblayer ou curer en partie les anciens fossés à l’aide d’un bulldozer. C’est pourquoi seules deux zones périphériques ont révélé des structures anthropiques.

2Dans la zone principale, deux maçonneries formant retour d’angle et englobant un espace d’au moins 25 m² ont pu être observées. Ces fondations en craie, liées par une argile brune compacte, reposent sur des niveaux de remblais ne remontant pas au-delà de la fin du Moyen Âge (xive-xve s.). Du mobilier antérieur, probablement résiduel (xiie-xiiie s.), était présent dans le comblement de certaines structures. La construction du bâtiment lui-même semble pouvoir être datée du xve s. Les remaniements paraissent importants dans cette partie de la motte (la profondeur des travaux de terrassement n’est pas connue), mais les informations concernant l’intégralité de la parcelle font défaut.

3Au NO de la parcelle, en limite de l’emprise du diagnostic, une seconde zone a été préservée des destructions. Un mur associé à un niveau de démolition, à une fosse, un poteau et peut-être un seuil en tuiles ont été observés. Leur datation remonte à la période moderne (xvie-xviie s.).

4Il est à souhaiter que la basse cour, seul élément subsistant désormais de manière complète et, semble-t-il, sans remaniement récent, puisse faire l’objet d’une surveillance étroite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Marchaisseau, « Drosnay (Marne). Le Village », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 265.

Référence électronique

Vincent Marchaisseau, « Drosnay (Marne). Le Village » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15143

Haut de page

Auteur

Vincent Marchaisseau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Marchaisseau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals