Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Échiré (Deux-Sèvres). Château du Coudray-Salbart

Responsable d’opération : Adrien Montigny
p. 265-266

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2009
Haut de page

Texte intégral

1Le château du Coudray-Salbart est exceptionnel à plus d’un titre : construit à la fin du xiie s., il est considérablement transformé dans les premières décennies du xiiie s. par les seigneurs de Parthenay avec des financements provenant du roi d’Angleterre. Les Plantagenêts influencent fortement ce programme et mettent en œuvre, en territoire français, des aménagements défensifs innovants. Ces travaux, effectués dans un laps de temps relativement court, laissent toutefois transparaître de nombreux changements de parti. Bientôt, la seigneurie évoluant, il se retrouve loin des limites et prend dès lors un rôle secondaire ce qui lui vaut de ne plus être modifié au fil des siècles. Son abandon précoce, généralement situé vers la fin du xve s., et son état de conservation en font un site d’un exceptionnel intérêt, documenté par plusieurs études historiques et architecturales, ponctuellement complétées par des sondages archéologiques réalisés à diverses occasions et durant plusieurs années.

2La campagne 2009 était liée au projet de restauration de la Grosse Tour qui occupe l’angle SE du château, il s’agit d’une construction puissante, au plan en amande avec un éperon tourné vers le promontoire au bout duquel le château est installé. Elle reprend l’emplacement d’une petite tour appartenant au château primitif. Cette puissante construction de près de 30 m de haut ne comporte qu’une seule salle, exception faite d’une petite chambre de tir appartenant à la première forteresse à laquelle on accède par une porte placée en hauteur et tournée vers la cour.

3La restauration a rendu nécessaire des fouilles localisées en plusieurs secteurs du site et notamment au sommet de cet élément défensif et résidentiel. Cette intervention représentait également une opportunité exceptionnelle de documenter les élévations et parements extérieurs de cette partie du site plutôt inaccessible en raison de ses importantes dimensions. L’intervention archéologique a donc été menée en fonction de l’avancée du chantier de restauration s’échelonnant d’octobre 2008 à novembre 2009. En 2008, les observations archéologiques ont porté sur la Grosse Tour dont le sommet, rendu accessible par la mise en place d’échafaudages, a pu être dévégétalisé puis fouillé. Il s’est malheureusement avéré que la totalité des aménagements sommitaux avaient disparu. Les parements externes de la tour ont pu faire l’objet d’un inventaire des marques lapidaires qui a permis d’identifier près de trente types de marques principales ainsi que plusieurs variantes. Plus de 750 ont été systématiquement identifiées et localisées. Leur répartition, très variable, semble liée à des arrêts temporaires du chantier de construction. Les observations effectuées montrent une très grande homogénéité de construction de cet édifice.

4Plusieurs sondages ont également été réalisés en différents secteurs du site, notamment dans la cour du château, ce qui a permis de localiser les vestiges d’une tour d’angle de l’édifice primitif dont le plan a été ainsi complété. Cette tour a coexisté avec les défenses de la seconde grande phase de construction du site. Sa position en retrait de l’entrée fait qu’elle a dû participer à la défense de l’accès à la cour du château. Un autre sondage, réalisé sur l’ouvrage avancé qui défendait l’entrée de la basse cour, a permis de confirmer le plan semi-circulaire que des vestiges très endommagés laissaient imaginer. Le niveau de circulation, bien que détruit à l’emplacement du sondage, a pu être déduit. Au-dessus de ce niveau, la défense est assurée par un mur percé d’ouvertures qui diffèrent des archères à niches telles qu’on les observe dans la majeure partie du château. Pour ce qu’il a été possible d’en voir, le mur présentait un aspect curviligne à l’extérieur, alors qu’à l’intérieur il était doté d’un plan polygonal. Aucun élément de datation n’a été découvert dans ce secteur.

5Ces sondages, grâce au mobilier collecté, montrent une occupation du site au moins jusqu’au xvie s., occupation qui semble liée à des travaux comportant d’importants terrassements. La nature et l’ampleur de ces travaux restent méconnues, mais indiquent que le site, qu’on disait précocement figé, continue à évoluer à cette époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Montigny, « Échiré (Deux-Sèvres). Château du Coudray-Salbart », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 265-266.

Référence électronique

Adrien Montigny, « Échiré (Deux-Sèvres). Château du Coudray-Salbart » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15147

Haut de page

Auteur

Adrien Montigny

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Adrien Montigny

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals