Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Lyon (Rhône). Caserne Sergent Blandan

Responsable d’opération : Emmanuel Bernot
Notice rédigée avec Cyrille Ducourthial
p. 270

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Dans la perspective de la reconversion de la caserne Sergent Blandan en parc urbain, un diagnostic a été réalisé sur la totalité de l’emprise du terrain (17 ha). Outre les vestiges de l’ancien fort Lamotte construit à partir de 1831, les sondages ont livré plusieurs éléments relatifs aux dépendances de la maison forte élevée sur ce site à la fin du Moyen Âge.

2La maison forte de la Motte a été installée dans le courant du xve s. au sommet d’une butte naturelle. L’hypothèse d’un établissement castral antérieur à la maison où se réunit le parlement de Grenoble en 1476 est peu vraisemblable. Elle semble avoir été bâtie ex nihilo, peu de temps avant cette première mention, et témoigner tout simplement des ambitions d’une famille de patriciens – les Villeneuve – « en route vers la noblesse ».

3Les dépendances agricoles, nécessaires à la gestion du domaine, semblent avoir été bâties au cours de la seconde moitié du xvie s. Au début du xviie s., elles comprennent deux estableries avec greniers, un chappis (auvent) couvert de tuilles soûtenu de deux pilliers où il y a un truel (pressoir), un bachat (bassin) joignant au corps de logis et deux granges. L’ensemble, clos de murs, s’ouvre au nord par un large portail à deux vantaux. À partir de 1655, les religieuses du Tiers Ordre Saint-François du premier monastère de Sainte-Élizabeth de Bellecour acquièrent progressivement les différentes parts du château aux mains des 19 descendants d’Hugues Dupuys, qui l’avait lui-même acquis en 1530 de Charles de Villeneuve. En 1687, elles en deviennent les seules propriétaires.

4Au milieu du xviiie s., une vaste terrasse est construite au-devant de la courtine occidentale en lieu et place du mur de clôture représenté sur le Pinax iconicus de 1556. On accède au portail principal du château par un chemin en cailloutis régulièrement entretenu. Le domaine est vendu aux enchères en 1791. Lorsque le cadastre napoléonien de la Guillotière est dressé en 1824, il couvre 17,6 ha, soit à peu de chose près la surface déclarée lors de la vente du château en 1530 (17,3 ha). La nature et la surface des différentes parcelles dévoilées par la matrice cadastrale, ainsi que les observations faites dans ce secteur, laissent supposer que l’organisation interne du clos n’a qu’assez peu varié depuis le xvie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Ducourthial, « Lyon (Rhône). Caserne Sergent Blandan », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 270.

Référence électronique

Emmanuel Bernot, Cyrille Ducourthial, « Lyon (Rhône). Caserne Sergent Blandan » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15183

Haut de page

Auteur

Cyrille Ducourthial

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Bernot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals