Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Moulins-Engilbert (Nièvre). Le Vieux-Château

Responsable d’opération : Florian Bonhomme
p. 271-272

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Moulins-Engilbert a fait l’objet en 2008 d’une étude du bâti qui a porté sur les élévations des bâtiments méridionaux de la haute cour. Les relevés pierre à pierre ont permis d’identifier trois constructions et de caractériser quatre phases principales de travaux sur le site. À cette occasion, des prélèvements de charbon de bois ont été réalisés afin de procéder à des datations au radiocarbone pour les quatre phases déterminées. Les datations ont pu être réalisées par AMS au cours de l’été 2009.

2Le premier échantillon de charbon a été prélevé sur les maçonneries du logis principal, caractérisé par des angles arrondis, une maçonnerie entièrement montée en opus spicatum d’une épaisseur de 2 m. Le résultat obtenu donne la date calibrée 880 AD-1020 AD (95,4 %).

3Le second échantillon provient des maçonneries de la reconstruction de ce bâtiment, comportant des archères à étrier et une maçonnerie de moellons disposés par assises de 0,40 m. Le résultat obtenu donne la date calibrée 940 AD-1040 AD (88,3 %).

4Le troisième échantillon a été prélevé sur un boulin retrouvé avec son écorce dans un trou de la maçonnerie du bâtiment annexe monté en opus mixte. Le résultat obtenu donne la date calibrée 880 AD-1020 AD (95,4 %).

5Enfin le dernier prélèvement a été réalisé dans la maçonnerie d’un couloir postérieur au bâtiment précédent et servant d’accès à la haute cour, maçonné également avec des moellons disposés par assises de 0,40 m. Le résultat obtenu donne la date calibrée de 680 AD-750 AD (25,5 %) et de 760 AD-890 AD (69,9 %).

6À première vue les résultats semblent séduisants, mais plusieurs remarques sont à apporter. Le premier et le troisième échantillon semblent correspondre à la datation que l’on peut faire du point de vue des techniques de construction. En revanche, le second et surtout le quatrième échantillon sont aberrants puisque des critères stylistiques nous donnent, pour l’un, une datation plus tardive, quant à l’autre, la chronologie relative l’invalide complètement. Ces charbons proviennent peut-être de bois anciens ou plus certainement ont subi une altération qui a pollué l’échantillon.

7Des datations complémentaires restent à effectuer, mais nous pouvons d’ores et déjà considérer le site de Moulins-Engilbert comme l’un des premiers sites castraux médiévaux de la Nièvre. L’absence de documentation ne facilite pas la détermination de la date du premier établissement installé sur l’éperon, mais les recherches en cours viendront sans nul doute préciser cette occupation. Cette analyse s’appuie aussi sur la récente étude faite sur le donjon de La Marche, dans le même département, et dont la datation au radiocarbone tout comme le modèle architectural se sont révélés très proches du premier bâtiment de Moulins-Engilbert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Bonhomme, « Moulins-Engilbert (Nièvre). Le Vieux-Château », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 271-272.

Référence électronique

Florian Bonhomme, « Moulins-Engilbert (Nièvre). Le Vieux-Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15203

Haut de page

Auteur

Florian Bonhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Bonhomme

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals