Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Nîmes (Gard). Place des Arènes

Responsable d’opération : Yves Manniez
p. 272

Entrées d’index

Année de l'opération :

2005, 2006, 2009
Haut de page

Texte intégral

1La seconde tranche de l’opération archéologique réalisée en 2005-2006 en prévision du projet d’aménagement urbain AEF (Arènes, Esplanade, av. Feuchères) a surtout consisté, du fait du caractère non destructeur du projet, en un grand décapage qui a porté sur les bordures nord et ouest de l’amphithéâtre ainsi que sur une partie du parvis sud. L’objectif était avant tout de dresser un état des lieux des vestiges qui auraient pu être conservés sous le béton des trottoirs entre les travées 2 et 24 du monument.

2Les travaux de déblaiement réalisés à la fin du xviiie s. et au début du xixe s., avant le dégagement de la place située au sud des arènes et la mise en valeur de l’amphithéâtre, ont eu un effet dévastateur sur les vestiges et les strates de la période comprise entre le iiie s. apr. J.-C. et la fin de l’Ancien Régime. De cette longue séquence chronologique, ne subsistent que de très rares témoins. Quelques fosses comblées entre 375 et 1300, un mur épierré entre 700 et 900, les restes d’une structure circulaire en pierre (probable four) témoignent d’une extension de l’habitat – qui deviendra plus tard l’îlot du Jeu de Paume – en dehors de l’enceinte augustéenne. Ce développement extra-muros suppose l’ouverture de brèches dans le rempart antique qui jouxte l’amphithéâtre dans ce secteur de la ville et qui sera englobé dans le bâti médiéval.

3Non loin de là, à proximité du parement extérieur du rempart antique, une sépulture en coffre de pierre du début du ve s. renfermant une inhumation d’adulte et les restes d’un périnatal a été partiellement dégagée.

Un probable segment de l’enceinte du haut Moyen Âge

4Un sondage réalisé au-devant de la travée 28 de l’amphithéâtre a permis d’obtenir des informations sur la tranchée d’épierrement d’un mur très large et profondément ancré (l. : 1,38 m ; prof. : 0,87 m). Le mobilier recueilli dans les deux strates inférieures du comblement de cette tranchée de récupération associe des céramiques datables de la période 500-1300. La construction, qui pouvait avoir une longueur de 5 m environ, était perpendiculaire au rempart antique. Il est vraisemblable qu’elle s’appuyait, au SE, contre le parement intérieur de la courtine avant qu’elle ne soit elle-même épierrée, au tout début du xixe s. À son extrémité NO, elle s’interrompait à 5 m de l’arc de la travée. Par sa position (dans l’espace le plus étroit entre amphithéâtre et rempart) et sa largeur particulièrement importante – ce qui exclut de la rapporter à de l’habitat privé – cette construction semble pouvoir appartenir à un état de l’enceinte du haut Moyen Âge à placer entre le vie et le xie s. La présence d’un accès en ce point n’est pas attestée avec certitude, mais plusieurs indices nous amènent à penser qu’il pourrait s’agir de l’emplacement de la première porte, dite des Arènes, mentionnée dans les textes d’archives.

Le rempart du Moyen Âge et d’époque moderne

5L’une des découvertes majeures de la fouille réalisée sur la place des Arènes est celle d’un long segment du rempart qui, du xiie s. à 1787, enferme ce nouveau quartier un temps privé de murailles. L’amorce du parement extérieur de cette courtine et l’arase d’une maçonnerie en rapport avec la tour dite Vinatière avaient été repérés en 2004 lors du diagnostic.

6L’examen des vestiges dégagés en 2006 sur une longueur de 40 m en limite SE de la zone de fouille montre que nous sommes là en présence, non pas d’une construction homogène réalisée lors d’un chantier unique, mais du résultat de remaniements appartenant à au moins quatre états. Malheureusement, l’absence de mobilier datant, issu des sondages réalisés au contact du rempart, nous prive de repères chronologiques. Seules les relations stratigraphiques et les caractéristiques propres aux différents chantiers (orientation, matériaux) permettent de restituer les grandes lignes de l’histoire de cette enceinte connue de façon fort imprécise par les documents d’archives et les plans des xviie et xviiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Manniez, « Nîmes (Gard). Place des Arènes », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 272.

Référence électronique

Yves Manniez, « Nîmes (Gard). Place des Arènes » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15207

Haut de page

Responsable d’opération

Yves Manniez

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals