Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Nogent-l’Artaud (Aisne). 7, rue Porteneuve

Responsable d’opération : Sébastien Ziegler
p. 273

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Nogent-l’Artaud se situe sur la berge sud de la vallée de la Marne, à 13 km à l’ouest de Château-Thierry. Une fouille préventive de six mois a été réalisée sur les vestiges d’un donjon médiéval, à l’intérieur du village. Avant la fouille, le site était entièrement remblayé et ne montrait aucun vestige. Des sondages avaient déjà été réalisés dans les années 50 par des moines prémontrés et un plan sommaire du donjon était connu.

2Ce monument présente un plan carré renforcé aux angles par six contreforts plats qui laissent apparents les angles de la construction. À l’ouest du donjon, une grande salle (aula), dont les angles ouest sont également soutenus par quatre contreforts, lui était accolée. Elle est contemporaine du donjon. Tous deux possédaient une cheminée sur souche ; celle de l’aula était renforcée à l’extérieur par un contrefort plat. L’ensemble est parementé de grès, à l’exception notable des contreforts qui sont réalisés en pierre calcaire de très grand appareil. Les premières constatations ont permis d’établir que l’approvisionnement est local. Les dimensions extérieures du donjon, hors contreforts, sont de 13,7 m x 13,2 m et celles de l’aula de 17,7 m x 12,8 m. À l’intérieur, le donjon offre une surface de 7 m x 7,6 m et l’aula de 15,7 m x 8,9 m. Au xive s., une petite tour de latrines a été ajoutée contre le contrefort NO du donjon.

3Ce complexe castral est installé au bord de la première terrasse alluviale de la vallée, à proximité immédiate de l’église paroissiale. Son système défensif est augmenté de fossés à l’est, à l’ouest et au sud. Les remblais issus de leur creusement ont servi à constituer la terrasse sur laquelle le donjon est construit. Cette plateforme d’une épaisseur maximale d’1 m corrige vers le nord la légère pente du terrain naturel. À l’est, il a été nécessaire d’ajouter un mur de terrasse pour tenir ces remblais. Le système d’entrée était à l’origine accolé au mur gouttereau sud de l’aula et posé sur un radier de fondation. Il a ensuite été reporté directement sur le donjon et supporté par des piliers carrés. Enfin ces piliers ont été incorporés à une maçonnerie plus importante qui devait soutenir un escalier, désormais perpendiculaire au donjon. Cette dernière phase est contemporaine de l’extension du complexe castral, sur une zone dont le donjon était initialement séparé par le fossé sud. Ce fossé, de faible ampleur, laisse présager l’existence d’une basse cour accueillant, au xve s., un nouveau bâtiment de résidence renforcé aux angles de tours rondes imposantes. À ce jour il n’est connu que par l’iconographie ancienne. Cette extension s’accompagne de nombreux changements architecturaux dans l’aula qui était à l’origine voûtée (d’après des fosses de récupération de piliers) et se trouve probablement alors plafonnée. De plus, elle est coupée en deux parties dont une abrite un escalier en vis installé dans l’angle SE.

4Contre ce bâtiment, de nombreuses petites structures de type domestique ont été installées ; elles permettent d’imaginer un changement des fonctions de cette zone. En effet, la résidence seigneuriale a probablement été reportée au sud dans le nouveau bâtiment entraînant le déplacement des activités domestiques vers les parties plus anciennes.

5L’aula voûtée permet de restituer au moins un étage. Suivant la typologie de ce genre de complexe architectural, la tour devait dépasser son annexe résidentielle d’au moins un étage. Les tours comparables les plus proches se trouvent en Seine-et-Marne, à Moret-sur-Loing et Grez-sur-Loing et sont généralement datées de la première moitié du xiie s.

6Le contexte est assez bien connu. Le village est cité en tant que villa appartenant à l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, dans le polyptyque d’Irminon, au début du ixe s. Un accord conclu entre Saint-Germain-des-Prés et Artaud, chambrier d’Henri Ier comte de Champagne, révèle qu’en 1182 la construction de la tour était achevée. Ce donjon participe à l’ascension sociale d’un officier de cour. Le château, occupé par la descendance d’Artaud jusqu’en 1283, est détruit à la fin du xviiie s. En 1789, un nouveau château est construit sur les fossés sud et SO de l’ancien.

7De nombreuses structures en creux antérieures à l’implantation du donjon ont pu être étudiées (trous de poteau, fonds de cabane et fosses).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Ziegler, « Nogent-l’Artaud (Aisne). 7, rue Porteneuve », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 273.

Référence électronique

Sébastien Ziegler, « Nogent-l’Artaud (Aisne). 7, rue Porteneuve » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15219

Haut de page

Auteur

Sébastien Ziegler

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sébastien Ziegler

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals