Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Paris (1er) (Paris). 144, rue de Rivoli

Responsable d’opération : Xavier Peixoto
p. 274-275

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1La fouille d’une parcelle d’environ 900 m2, située dans le cœur d’un îlot urbain, entre les rues de Rivoli, de l’Arbre-Sec et du Roule, a révélé la présence d’un tronçon de la première enceinte médiévale de la rive droite. Cette fortification, antérieure à celle de Philippe Auguste, était constituée par un fossé taluté et, sans doute, par une palissade de bois. Il s’agit de la seconde opération concernant ce fossé, un premier tronçon ayant été découvert en 1995, rue du Temple (fouille A. Prié, AFAN, 1995).

2Le segment de fossé, bien conservé, a pu être examiné sur toute sa largeur (une dizaine de mètres) et sur l’essentiel de sa hauteur (près de 3 m), sur une vingtaine de mètres de long. Il s’agit d’un fossé sec, dans lequel aucun dépôt hydromorphe n’a été retrouvé. Les comblements sont constitués de couches de limon brun sableux ou de sables, faiblement anthropisés. Un recreusement a presque entièrement oblitéré un état primitif, de dimensions très légèrement inférieures.

3Le tracé de la fortification est peu discuté pour sa partie orientale, qui englobe Saint-Gervais et Saint-Merry, à l’inverse de la partie occidentale. En effet, si certains historiens proposaient un tracé incluant Saint-Germain-l’Auxerrois, d’autres penchaient pour des tracés plus courts, se refermant au niveau de la Porte de Paris (Châtelet). La découverte de la rue de Rivoli indique que l’enceinte protège bien l’église et son bourg. Cette enceinte est nommée dans les ouvrages, soit « enceinte carolingienne », soit « enceinte du xie siècle », ce qui illustre l’incertitude quant à sa datation. L’aménagement a pu se faire dans le contexte des invasions normandes, sous l’impulsion des derniers Carolingiens. Mais si on l’attribue aux Robertiens, voire à Hugues Capet, il peut être aussi l’illustration de la montée en puissance des comtes de Paris. Les indices céramiques, peu abondants, confirment la présence d’éléments carolingiens (du début du ixe s. au milieu du xe s.) associés à d’autres se rapportant au milieu ou à la seconde moitié du xie s.

4Probablement dans le courant du xiie s., une voie reprend l’axe du fossé. Il est alors comblé aux deux tiers et dessine une sorte de chemin creux. La voirie est formée d’épandages de cailloutis et de gravier. Au xiie-xiiie s., de larges fosses d’extraction de sables (abondants dans le sous-sol, constitué par la terrasse alluviale de la Seine) entaillent le bord de la dépression. L’aménagement d’un sol en plâtre, lié à un puits, signale que l’emprise de l’ancien fossé est ensuite occupée par une zone d’arrière-cours relevant de l’habitat qui se trouve le long des rues médiévales. L’abandon du puits peut être daté de la fin du xiiie ou du xive s. Des latrines, datables de la fin du xive s. ou du xve s., ont par ailleurs livré un ensemble céramique particulièrement riche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Peixoto, « Paris (1er) (Paris). 144, rue de Rivoli », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 274-275.

Référence électronique

Xavier Peixoto, « Paris (1er) (Paris). 144, rue de Rivoli » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15243

Haut de page

Auteur

Xavier Peixoto

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Xavier Peixoto

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals