Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Pons (Charente-Maritime). Château

Responsable d’opération : Alain Champagne
Notice rédigée avec Fabrice Mandon
p. 278-279

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Cette opération fait suite à trois campagnes de sondages réalisés aux abords du donjon de Pons. Cette année, la zone de fouille cernait le côté nord du donjon.

2Les niveaux les plus anciens sont constitués de terres noires antiques. Elles ont fait l’objet d’une fouille partielle. Quelques structures en creux sont visibles dans le rocher (trous de poteau, fosses et rigoles et/ou empreintes de sablière basse). Il a été possible de mettre en évidence un premier donjon jusqu’alors inconnu. D’une largeur de 13 m (fossilisée sous le mur nord de l’actuel donjon), sa longueur est conservée sur 12 m (le reste ayant été détruit au xviie s.). Elle peut cependant être estimée à 26 m au total. Les murs, larges de 1,7 m, sont dotés de contreforts plats : deux ou trois sur la largeur, et au moins trois sur la longueur (vraisemblablement cinq). Contreforts et angles sont bâtis en pierre de taille, alors que l’élévation est réalisée en petits moellons aux modules assez caractéristiques du xe et surtout du xie s.

3L’enceinte du castrum, fossilisée dans le parcellaire, est accolée (xe-début xie s. par 14C). La face nord du donjon se voit ensuite adjoindre deux autres petits bâtiments carrés de part et d’autre de l’enceinte du castrum. Ils sont morphologiquement proches du premier donjon, mais leur fonction est inconnue (annexe domestique, escalier…). Une fondation de pilier isolé et un trou de poteau forment un alignement qui pourrait correspondre à une structure d’accès. Parmi le mobilier découvert dans ces annexes, signalons un fragment de verre habituellement daté de l’époque carolingienne ou du xie s., l’extrémité d’une détente d’arbalète ouvragée et de la céramique à glaçure précoce jaune qui corrobore, pour ces structures, une datation xie s. Le fossé repéré en 2006 a été sondé. Profond d’environ 3,3 m et d’une largeur inconnue, il suit la face nord du donjon avant de longer l’enceinte du castrum et devait donc leur être contemporain.

4Comme nous l’indiquent les textes, ce premier donjon est détruit au moins partiellement (peut-être vers 1136) par le comte de Poitou, Guillaume. Deux phases de construction du donjon actuel ont été repérées, en dépit de l’importante restauration réalisée au début du xxe s. Dans un premier temps, le nouveau donjon reprend le plan de l’ancien, en le décalant vers le SE. Il semble que les anciens murs, ainsi que les annexes, maintenus ­partiellement en élévation, renforçaient les fondations de la nouvelle construction. Dans un second temps, les annexes sont arasées. Le mur nord est épaissi et vient englober le mur nord primitif (son épaisseur totale passe alors à presque 5 m). Hormis cet épaississement en cours de chantier, la construction de l’ensemble du donjon est assez homogène.

5C’est vraisemblablement lors de la construction du second donjon qu’est édifiée la chemise le cernant à l’intérieur de l’enceinte castrale. Ce mur, en grande partie récupéré, présente des similitudes avec les fondations du second donjon du côté est. Le tracé de la chemise au sud du donjon est inconnu, elle était déjà détruite lorsque Claude Masse a réalisé le plan du château en 1714.

6Entre le xiiie et le xvie s., le premier fossé laisse place à une chemise extérieure et à son nouveau fossé, plus profond. Composée d’un beau parement maçonné et d’un blocage aux dimensions impressionnantes à la base (jusqu’à 5,5 m), sans véritable parement intérieur, elle vient prendre appui contre l’enceinte du castrum. Désigné par le terme de « fausse-braie » au xviiie s., ce rempart retenait d’importants remblais qui recouvraient ce qui restait du donjon primitif.

7La glacière édifiée par César Phoebus d’Albret dans la 2e moitié du xviie s. a pu être retrouvée, dans le fossé alors comblé. De l’autre côté de l’enceinte, une cave (comblée au xviie-début xviiie s.) a été mise au jour : plusieurs états de salles non datés sont venus ensuite la recouvrir.

8Tout le secteur a subi un important décaissement au xixe s., lors de la démolition de l’enceinte et des chemises du donjon avant que la grande restauration du donjon au début du xxe s. finisse de détruire des éléments essentiels pour la compréhension de l’édifice.

Pons, le Château : secteur du donjon, état antérieur au milieu du xiie s.

Pons, le Château : secteur du donjon, état antérieur au milieu du xiie s.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Pons, le Château : secteur du donjon, état antérieur au milieu du xiie s.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/15271/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Mandon, « Pons (Charente-Maritime). Château », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 278-279.

Référence électronique

Alain Champagne, Fabrice Mandon, « Pons (Charente-Maritime). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15271

Haut de page

Auteur

Fabrice Mandon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Champagne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals