Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 2.- Prospections

Ariège. Inventaire des vestiges et des traces d’occupation et d’utilisation historiques dans les porches du Sabartès (haute Ariège)

Responsable d’opération : Florence Guillot
p. 286-287

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://chateaux09.free.fr

Texte intégral

1Entre Foix et Verdun, la couverture sédimentaire secondaire s’étend en larges falaises percées de multiples porches souvent peu profonds. C’est le site d’une prospection en cours dont l’objectif est de revoir tous les porches de grottes situés dans les trois cantons de Tarascon/Ariège, Vicdessos et des Cabannes. Ceux qui sont perchés sont atteints en escalade et ceux dont la topographie n’est pas connue sont relevés. Dans le cadre de recherches universitaires, puis de recherches complémentaires, les vestiges les plus visibles, ceux de célèbres grottes fortifiées nommées « spoulgas », ont été étudiés. Il s’agit de cinq à six grottes presque toutes mentionnées dans la documentation médiévale, qui font partie d’un réseau de fortifications délibérément isolées du monde civil, il s’agit donc de casernements. Elles dépendaient des comtes de Foix, autorité publique supérieure sur le secteur au xiie et au xiiie s.

2Au cours du xiie s., quand le pouvoir comtal se structure dans la haute vallée de l’Ariège, sont construites les premières fortifications souterraines, extrêmement simples, qui confirment la pauvreté des moyens mis en œuvre et renforcent l’hypothèse selon laquelle les grottes ont aussi été choisies pour des raisons d’économie. Ce sont de simples porches perchés et barrés d’un mur, munis d’aménagements planchéiés en arrière de cet obstacle. Leur perchement naturel peut atteindre 50 m et elles s’apparentent à des donjons à entrée en hauteur. Leur défense est linéaire, pratiquement passive et simpliste. Ce sont de petits points forts répartis là où les porches sont naturellement présents, au-dessus des voies de communication. À partir du milieu du xiiie s., nombre de spoulgas furent abandonnées, particulièrement les porches qui ne pouvaient être élargis. Deux grottes furent perfectionnées et conservées jusqu’à la fin du Moyen Âge : la fortification se dilata, elle s’étendit à des porches voisins et vers l’extérieur ; une enceinte relia les porches ; les murs s’épaissirent et on aménagea une ou plusieurs citernes.

3En plus de ces grottes répertoriées, d’autres traces et vestiges qui peuvent être attribués au Moyen Âge existent. En 2009, vingt-deux nouvelles grottes contenant des traces ont été inventoriées. Quelques-uns de ces vestiges avaient déjà été décrits, mais souvent classés comme très anciens (tels les murs en pierres sèches barrant les entrées) ou comme abris pastoraux. Il s’agit en fait d’idées préconçues qui ne tiennent pas à l’observation, notamment quand ces murs sont rectilignes et leurs parements bien équarris (cas de 60 % des murs en pierres sèches découverts dans les porches du Sabartès [haute Ariège]). Les véritables bergeries semblent assez rares (10 % des découvertes 2009). Les grottes sont mal situées par rapport aux pâturages, trop éloignées de ceux-ci et difficiles d’accès. Alors que la prospection est loin d’être achevée, des groupes troglodytiques se dessinent en raison de leur fonction comme de leur situation.

4Les grottes qui comportent des traces ou des vestiges sont rarement isolées. Dans le roc de Sédour, la grande grotte de Pladières est barrée d’un mur bien ouvragé et regorge de tessons de toutes époques. Elle est située à proximité d’autres grottes qui contiennent des restes de caprinés, associés à des céramiques médiévales : il pourrait s’agir d’un habitat avec ses annexes.

5En basse vallée du Vicdessos – entre Capoulet et Sabart, là où les falaises calcaires subverticales encadrent les deux rives de la vallée et autour des spoulgas bien connues de Baychon et d’Alliat –, trois autres grottes fortifiées ont été découvertes. Situées en quinconce, elles contrôlent la vallée, sur la rive droite comme sur la rive gauche).

6De façon analogue à la basse vallée du Vicdessos mais en beaucoup plus imposant, le massif du Clot de la Carbonnière au-dessus des thermes d’Ussat-les-Bains sort de l’ordinaire. Deux grottes fortifiées, la spoulga d’Ornolac et la grotte des Églises étaient connues, la prospection a permis de découvrir huit autres grottes dont trois comportent des aménagements de grande ampleur : murs maçonnés, mortaises par dizaines créant jusqu’à quatre étages, etc. À chaque fois, des tessons de céramique médiévale sont recueillis lors de la prospection. Dans ce massif, presque toutes les grottes ont donc été aménagées au Moyen Âge. Elles sont situées à peu de distance d’autres spoulgas, celles de Verdun et de Bouan : dès la fin du xiie s., les comtes de Foix font surveiller la vallée de l’Ariège, garantissant la sécurité des personnes et des biens et en conséquence permettant le développement des marchés puis des foires du Tarasconnais, mais aussi le rendement des péages des ponts.

7La multiplicité des utilisations et des occupations s’est imposée peu à peu : plus de 70 % des porches visités contenaient des traces ou des vestiges ! Les résultats obtenus donnent une image claire de la banalité du phénomène troglodytique en haute vallée de l’Ariège aux époques historiques, notamment au Moyen Âge, peut-être parce que les porches sont naturellement situés au-dessus des voies de communication. L’utilisation du rocher est un phénomène essentiel dans l’habitat rural médiéval, civil ou militaire, il montre une capacité d’adaptation aux possibilités naturelles offertes très caractéristique de cette époque.

8Je remercie grandement mes amis spéléologues (SSAPO) et grimpeurs qui m’accompagnent dans ces prospections : Stéphane Bourdoncle, Philippe Bence, Laurent Apel, Robert Ascargorta, Patrick Maza, Johan Prudent et Pierre Périssé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Guillot, « Ariège. Inventaire des vestiges et des traces d’occupation et d’utilisation historiques dans les porches du Sabartès (haute Ariège) », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 286-287.

Référence électronique

Florence Guillot, « Ariège. Inventaire des vestiges et des traces d’occupation et d’utilisation historiques dans les porches du Sabartès (haute Ariège) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15347

Haut de page

Auteur

Florence Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals