Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 2.- Prospections

Champdieu (Loire). Le Bourg

Responsable d’opération : Jacques Verrier
p. 287-288

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Le bourg médiéval de Champdieu est situé au nord de la ville de Montbrison, ancienne capitale des comtes de Forez. Il est connu pour son prieuré fortifié qui constitue la seconde enceinte d’un ensemble représenté, au milieu du xve s., par Guillaume Revel. Les prospections réalisées dans le cadre de la carte archéologique ont inclus un inventaire des fortifications élevées vers la fin du xive s. Les vestiges des fossés et des remparts sont inscrits dans le parcellaire mais aussi dans les élévations. Des ouvrages de défense, il ne reste que la tour flanquante de la porte et les éléments, plus ou moins bien conservés, de trois autres tours.

2La conception du rempart est originale pour cette région : il est constitué d’une série d’arcs brisés très frustres se succédant à un rythme à peu près régulier : les claveaux, simplement ébauchés, n’étaient pas destinés à être vus. Ce système d’arcatures aveugles a pour conséquence le report des charges du rempart sur les piles, entre chaque arc. Il a pour autre résultat d’alléger la construction par un remplissage avec des petites pierres, des galets ou des fragments de terre cuite liés au mortier de chaux. Cette économie de matériaux était un but recherché ; on l’observe aussi dans l’élévation des murs du rempart, puisqu’en plusieurs points la construction en arcade est surmontée d’une élévation en pisé avec une partie terminale en pierre, pour asseoir le chemin de ronde.

3Cette construction à l’économie est surprenante dans une région où la pierre n’est pas une denrée rare ; elle est plus typique de régions pauvres en ce type de matériau. Il faut peut-être y voir une volonté de diminuer le coût lié à l’achat des matières premières et à leur transport. L’absence de livres de comptes ou d’informations sur les conditions de la construction ne permet pas d’en savoir plus.

4Le reste de la construction est classique avec un système d’escarpe et de contrescarpe qui n’est conservé que sur un quart de la circonférence. Les fossés sont très larges. La création de l’escarpe avec les terres de creusement du fossé dissimulait le point faible des remparts. L’escarpe peut se définir par deux critères : la hauteur et la pente. La hauteur est une conséquence de celle des arcs qu’il fallait protéger et cacher. La pente devait être un compromis entre la gêne qu’elle constituait pour l’agresseur et le handicap à la stabilité du terrain qui risquait de glisser. Hauteur et pente influaient directement sur la quantité de matériau nécessaire, donc sur les fossés d’où ils étaient extraits. Ils se caractérisent par leur largeur et leur profondeur. Dans le cas de Champdieu, la largeur est importante et semble régulière. La profondeur, en revanche, varie à cause du relief. La quantité de matériau extraite a été plus importante au SO de la ville. Il a donc certainement fallu pratiquer des déplacements de terrain et apporter le surplus dans les zones plus planes situées sur le reste de la périphérie. La largeur semble avoir été privilégiée par rapport à la profondeur. M. de Waha constate que les enceintes belges constituent « un système conçu en profondeur qui doit éviter le combat rapproché et notamment l’assaut ». Il formule aussi l’hypothèse (non vérifiée systématiquement) que cette volonté d’éviter le combat rapproché pourrait être le fait d’une communauté non habituée à ce type de conflit, ce qui pourrait être le cas ici. À une période où une artillerie primitive commençait à être employée, la largeur des fossés avait aussi pour conséquence d’éloigner les éventuelles pièces d’artillerie et plus généralement les armes de jet. Dans ce cadre, il faut aussi se demander contre qui cette enceinte avait été érigée ? Devait-elle servir à contenir une éventuelle armée, nombreuse, bien constituée et bien équipée ou bien était-elle destinée à repousser symboliquement ou physiquement des bandes plus réduites et moins bien dotées, pillards et autres bandes armées ?

Champdieu, le Bourg.

Champdieu, le Bourg.

Photographie aérienne J.-F. Parrot, GRAL

Haut de page

Table des illustrations

Titre Champdieu, le Bourg.
Crédits Photographie aérienne J.-F. Parrot, GRAL
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/15351/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Verrier, « Champdieu (Loire). Le Bourg », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 287-288.

Référence électronique

Jacques Verrier, « Champdieu (Loire). Le Bourg » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15351

Haut de page

Responsable d’opération

Jacques Verrier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals