Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 2.- Prospections

Franche-Comté (Doubs et Haute-Saône). Prospections thématiques sur les châteaux comtois

Responsable d’opération : Vianney Muller
p. 288-289

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2009
Haut de page

Texte intégral

Blamont (Doubs). Bourg et vieux château

1L’opération réalisée sur la motte en décembre 2008 a été complétée par la réalisation d’un relevé microtopographique depuis le fossé ouest du bourg ancien, jusqu’à la carrière située au nord du vieux château. La zone septentrionale de la basse cour est mieux cernée à présent. L’entrée se compose de deux murs orientés N-S, en pierre de taille de moyen à grand module, conservés sur deux assises. Ces murs définissent un espace central large de 1,80 m et long de 5 m. Au sud, une « marche » forme la transition entre l’entrée et la basse cour ; au nord, un chemin, dont subsistent quelques marches, part en direction de la carrière, 60 m plus loin. Celle-ci constitue le principal apport de ce relevé. Elle offre un front de taille d’une vingtaine de mètres de large pour une quarantaine de long qui recoupe le chemin évoqué précédemment. Celui-ci semble donc antérieur, son seul usage comme chemin d’exploitation de la carrière étant incohérent avec l’ampleur de l’entrée évoquée. Un second chemin longe la carrière à l’ouest puis regagne le fossé au sud ; très étroit, il présente toutefois l’avantage d’une dénivellation régulière.

2Du côté du bourg et du château du xive s., sur l’éperon calcaire, l’urbanisme ne conserve que peu de traces, souvent tardives. L’analyse topographique a mis en évidence les traces du fossé à l’ouest, d’un bastion au SO du château et d’une défense avancée à l’extrémité orientale de l’éperon. Si l’implantation de l’habitat correspond partiellement à celui du xviiie s. documenté par des plans conservés à la Bibliothèque du génie, des transformations importantes ont toutefois eu lieu, notamment dans la partie située à l’ouest du château. Aucun élément topographique ne peut être attribué à une occupation antérieure aux forteresses des xviie et xviiie s. Seul un linteau à accolade, en remploi dans la maison de retraite qui occupe l’ancien château, évoque celui qui fut édifié par les Wurtemberg au xvie s.

Blussangeaux (Doubs). Le Chastelot

3L’opération conduite sur ce château a permis de réaliser un plan microtopographique du site et un relevé des élévations. Le Chastelot se situe en rebord de plateau calcaire, isolé de ce dernier par deux fossés successifs séparés par un talus. Le second fossé était bordé, au nord, par une enceinte qui longeait la basse cour et prenait appui contre la tour ; ce mur n’est plus conservé en élévation. La basse cour, à l’est, forme un vaste trapèze irrégulier presque plan. Elle est isolée de la tour du Chastelot par un troisième fossé dont le creusement a sans doute fourni des matériaux de construction. Au NO de ce fossé, une carrière dans le plateau peut être observée. Entre elle et la tour, une vaste dépression correspond sans doute à un bâtiment de plan circulaire, quoique les hypothèses antérieures mentionnent un bâtiment rectangulaire dont on ne cerne pas bien l’implantation.

4L’interruption du fossé et la topographie du vallum révèlent au sud un chemin d’accès à la basse cour ; cette entrée se situe sous le tir de l’archère à étrier sud. La présence d’un monticule significatif au fond du fossé nord, dans la zone de tir de la seconde archère, pourrait correspondre à une seconde entrée, aboutissant à la tour sans passer par la basse cour.

5La tour possède un plan carré de 8,50 m hors œuvre pour un espace intérieur de 2,80 m. Le relevé au tachéomètre a permis de dresser une coupe de la tour, restituant quatre niveaux intérieurs qui reposent, de bas en haut, sur un retrait des maçonneries, puis sur des poutres encastrées et enfin sur un plancher placé sur des corbeaux de pierre. Les élévations permettent également de proposer deux hypothèses d’accès à la porte située à 7 m de hauteur. La première correspond à un escalier ou à une échelle fortement inclinée, sur la seule façade NE, prenant appui sur des corbeaux ou des poutres dont l’arrachage a laissé des trous d’ancrage de 30 à 35 cm de côté. La seconde hypothèse, correspondant à un tracé moins incliné, utiliserait les trous d’ancrage carrés, d’une dizaine de centimètres de côté, régulièrement organisés. Cette opération fut l’occasion d’une relecture des sondages menés en 1961. L’une de ces structures découvertes a laissé une légère empreinte dans la topographie qui présente une organisation spatiale cohérente avec l’enceinte médiévale. L’étude de bâti de cette tour mérite d’être poursuivie, toutefois l’abondante végétation qui la recouvre et le difficile accès aux parties hautes en compliquent la mise en œuvre.

Indevillers (Doubs). Château de Chauvelier

6Le relevé microtopographique du château de Chauvelier a permis de mieux cerner l’organisation spatiale du site, positionné sur un éperon calcaire et dominant les voies de communication. Le château se situe sur une assiette rocheuse dominant le plateau alentour dont il est isolé par un fossé en arc de cercle qui se divise en deux bras dans sa partie méridionale. Un bourrelet de terre et d’éboulis ceint le pentagone irrégulier de la plateforme sommitale ; il s’interrompt à plusieurs reprises permettant quatre hypothèses d’entrées dont deux sont privilégiées, l’une au SO, l’autre au NE.

7Trois portions de murs sont encore visibles, deux parements et un blocage. Ils correspondent, pour deux d’entre eux, à un bâtiment rectangulaire occupant la pointe NO de l’éperon et dont l’extrémité nécessitait sans doute des maçonneries appuyées 10 m en contrebas, au pied du rocher. Les maçonneries emploient un module moyen à grand (20 x 30 à 50 x 60 cm) en calcaire équarri, semblable aux gisements locaux. La dernière portion de mur, située au sud, correspond au parement externe du mur d’enceinte du château. La microtopographie de la plateforme met en évidence trois espaces quadrangulaires qui correspondent soit à trois pièces d’un bâtiment de 20 x 25 m, soit à des structures distinctes mais accolées d’une dizaine de mètres de côté en moyenne.

Fondremand (Haute-Saône). Le Château

8Depuis le relevé du bourg réalisé en 2008, les opérations se sont concentrées sur le château de Fondremand, particulièrement sur sa tour maîtresse. trois mille points de référence ont été relevés au tachéomètre afin de positionner les éléments remarquables de la tour. Son plan rectangulaire de 14 m x 20 m, orienté SE-NO, est coupé en deux par un mur de refend longitudinal sur les cinq niveaux de la tour soit une hauteur totale hors charpente de 18 m. Au premier niveau, partiellement enterré depuis le xve s., l’espace sud présente dans sa section ouest deux petites salles distinctes auxquelles on accède par de petites portes d’1 m de hauteur. Les deux premiers niveaux, voûtés en berceau, attestent de la contemporanéité du mur de refend qui en reçoit le couvrement. Des trois niveaux supérieurs, surmontés d’un plafond, seul le plus bas est accessible. Les planchers reposaient sur un retrait des murs extérieurs et par encastrement dans le mur de refend. Le troisième niveau présente également une séparation dans sa partie sud, un mur orienté SO-NE distinguant un espace de 5 m x 8,2 m à l’ouest et 5 m x 9,5 m à l’est.

9La circulation verticale se faisait à l’origine par un escalier dans l’œuvre, conservé jusqu’au troisième niveau et attesté au quatrième ; sa présence au dernier niveau n’est pas assurée. Au xve s., une tour d’escalier octogonale, accolée au milieu de la façade nord, a bouleversé cette distribution par l’interruption de l’escalier primitif au-delà du troisième niveau. Des éléments de résidence occupent le second niveau où l’on trouve une latrine sur conduit et une cheminée d’angle, ainsi que les troisième et quatrième niveaux avec deux latrines sur encorbellement et trois cheminées monumentales. Le dernier niveau présente deux cheminées similaires avec consoles en pierre soutenant des bochets de bois et structurant les placards muraux de part et d’autre de la cheminée.

10Des prélèvements dendrochronologiques ont été réalisés ; les résultats précisent la chronologie en trois principales phases : construction sans doute au cours du xiiie s., réaménagements à caractère résidentiel avec la mise en place des cheminées, à la fin du xive s., enfin l’installation de la tourelle à la charnière du xve et du xvie s.

Rang (Doubs). Côte de la Malatière

11Le relevé microtopographique de la motte de Rang a montré deux fossés circulaires qui l’isolent du plateau dont elle occupe le rebord, dominant le Doubs, une centaine de mètres en contrebas. La motte (32 m de diamètre à la base pour 16 m au sommet) occupe la partie ouest du site et forme barrage devant la basse cour (trapèze de 250 m²), qu’un troisième fossé isole des pentes naturelles de l’éperon.

12La prospection pédestre a permis de repérer quelques structures en creux que le relevé n’a guère mis en évidence, mais le matériel archéologique trouvé en surface semble confirmer leur lien avec l’activité anthropique. L’entrée de la basse cour, au sud, a pu être repérée grâce à un adoucissement du rebord au niveau de sa jonction avec la motte. L’étude de l’abondant mobilier métallique recueilli au cours des dix dernières années affinerait sans aucun doute la chronologie de son occupation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vianney Muller, « Franche-Comté (Doubs et Haute-Saône). Prospections thématiques sur les châteaux comtois », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 288-289.

Référence électronique

Vianney Muller, « Franche-Comté (Doubs et Haute-Saône). Prospections thématiques sur les châteaux comtois » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15355

Haut de page

Auteur

Vianney Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vianney Muller

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals