Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 2.- Prospections

Haute-Loire. Bâti médiéval fortifié

Responsable d’opération : Mélinda Bizri
p. 289-290

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2009
Haut de page

Texte intégral

1Les campagnes de prospection menées en 2008 et 2009 sur le territoire de l’ancien diocèse de Velay (une partie du département de la Haute-Loire) ont mis en évidence les modalités de la fortification d’espaces collectifs et privés.

2Les espaces fortifiés collectifs s’organisent autour du pôle castral ou ecclésial. La fortification des villages médiévaux prospectés est assez sommaire. Les structures conservées montrent une défense reposant sur une disposition du bâti resserré qui forme une ceinture clôturant l’espace. Parfois, le rempart de la ville est renforcé de mâchicoulis (deux cas), aucun crénelage n’a été observé. Cet espace clos est desservi par des portes (dont, souvent, seuls les piédroits subsistent) situées aux extrémités des rues généralement orientées E-O, qui traversent l’agglomération. La défense des portes, composée de vantaux parfois doublés d’une herse, reste assez simple ; le flanquement peut être renforcé par des archères-canonnières (trois cas), tandis que les angles sont protégés par des tours circulaires, elles-mêmes percées d’archères-canonnières. Les structures défensives des sites prospectés s’inscrivent dans une chronologie xve et xvie s. Un seul cas de tour d’agglomération est plus ancien et se place autour des xiie-xiiie s.

3L’habitation médiévale individuelle fortifiée est en revanche multiforme. Deux modèles généraux coexistent à la fin du xve s. : la tour quadrangulaire éventuellement crénelée autour de laquelle s’organisent des bâtiments de logis plus tardifs et la tour circulaire avec archères-canonnières ou canonnières cantonnant un ou plusieurs angle(s) du logis. Certains habitats privés médiévaux ne présentent qu’un rappel d’éléments défensifs. Ainsi, on observe des canonnières sur les tours d’escaliers hors œuvre, des échauguettes sur consoles, corbeaux ou cul-de-lampe, aux angles de la bâtisse, percés de petites ouvertures de tir pour mousquet. Ces éléments incitent plutôt à placer ces maisons dans le courant du xvie s. et au xviie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélinda Bizri, « Haute-Loire. Bâti médiéval fortifié », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 289-290.

Référence électronique

Mélinda Bizri, « Haute-Loire. Bâti médiéval fortifié » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15359

Haut de page

Auteur

Mélinda Bizri

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mélinda Bizri

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals