Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 3.- Projets collectifs de recherche

Aquitaine (Lot-et-Garonne), Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon. PCR Forts villageois du bas Moyen Âge

Responsable d’opération : Dominique Baudreu
p. 291

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2009
Haut de page

Texte intégral

1À la suite de la première année de PCR, en 2008, les recherches sur les forts villageois et églises fortifiées du Bas Moyen Âge en Midi aquitain et méditerranéen se sont poursuivies à la fois dans des secteurs géographiques déjà abordés et dans des zones non encore explorées. Ces recherches correspondent essentiellement à des travaux universitaires achevés ou en cours : masters 1 et 2, thèse.

2Grâce à une documentation écrite (notariale et fiscale) particulièrement riche, les résultats les plus aboutis concernent une grande partie occidentale du Lot (A. Comet) et la partie SE de ce même département (C. Roques). Les réduits fortifiés collectifs y sont nombreux et bien attestés ; ils correspondent parfois à une occupation de basse cour de maisons-fortes seigneuriales qui a laissé très peu d’indices matériels. Le phénomène de la double propriété, caractéristique majeure des forts villageois, est ici bien confirmé à la fin du Moyen Âge : chaque propriétaire de loge (ou maison de secours) à l’intérieur d’un réduit possède en même temps sa demeure principale à l’extérieur du quartier fortifié. L’inventaire des forts villageois quercynois a aussi débuté en 2009 dans la partie nord du Lot (F. Elivic).

3La région située entre les cours du Tarn et de la Garonne a aussi fait l’objet d’une première approche prometteuse (F. Hautefeuille et A. Crocquet). On peut notamment citer un document figuré du xvie s. en couleur, exceptionnel, représentant les villages et les forts villageois de Castelferrus et Saint-Aignan qui dépendaient de l’abbaye de Fontevraud (Maine-et-Loire).

4Dans le département de l’Ariège, en Couserans (P. Audabram) et en Basse-Ariège (C. Chopo), l’existence des réduits bas-médiévaux semble moins prégnante mais la poursuite des recherches dans ces zones devrait permettre de mesurer plus précisément le phénomène. Un constat un peu analogue peut être formulé pour le département du Tarn où existent des forts villageois dont l’importance numérique reste à déterminer (E. Embège). Un éclairage particulier a été porté sur la proche région de Cordes, dans le Tarn, où l’on peut dénombrer cinq forts traduisant l’affirmation de petites communautés en matière d’autodéfense, malgré la proximité du gros village castral de Cordes, qui ne parvient pas à imposer le monopole de la mise en défense collective (E. Cassan-Pisani).

5Des recherches sur d’autres zones géographiques restreintes (Narbonnais par exemple) ont aussi mis en évidence certains réduits fortifiés de la fin du Moyen Âge (E. Escourbiac), venant compléter les observations réalisées dans le bassin moyen de l’Aude (D. Baudreu, F. Loppe) et en Lauragais audois (J.-P. Cazes).

6Pour le département de l’Aveyron, on dispose d’un inventaire général des fortifications médiévales, réalisé il y a une trentaine d’années, mais dans lequel la place des forts villageois et églises fortes devrait être réexaminée d’autant que l’on dispose à présent d’une étude approfondie sur les conséquences de l’insécurité sur les communautés rouergates pendant la guerre de Cent Ans (G. Ferrand).

7Dans la région toulousaine et nord-toulousaine (Haute-Garonne et Tarn-et-Garonne), la recherche a pu rassembler un corpus de textes des xive ou xve s., pour la plupart inédits, relatifs à la création ou à l’entretien d’un fort (Caignac, Castelginest, Clermont-le-Fort, Donneville, Fronton, Léguevin, Renneville, Fajolles, Monbéqui, Orgueil, Verlhac/Verlhaguet). Pour la plupart, ces forts ont laissé leur empreinte plus ou moins affirmée dans la topographie et dans le parcellaire actuels (F. Loppe).

8Enfin, les églises fortifiées font l’objet d’une recherche spécifique à l’échelle du Languedoc, du Roussillon et du Rouergue où il s’agit de mesurer l’importance numérique des lieux de culte qui ont pu servir à la fois de sites défensifs et de refuges communautaires à la fin du Moyen Âge, notamment avec la mise en place de « chambres » dans la partie haute des édifices. L’une des églises les plus spectaculaires qui a conservé son aspect monumental est Sainte-Radegonde dans le département de l’Aveyron (J. Crozier).

Les forts villageois de Castelferrus et de Saint-Aignan, extraits d’un document du xvie siècle.

Les forts villageois de Castelferrus et de Saint-Aignan, extraits d’un document du xvie siècle.

AD Maine-et-Loire, 213 H 12, fonds de l’abbaye de Fontevraud

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les forts villageois de Castelferrus et de Saint-Aignan, extraits d’un document du xvie siècle.
Crédits AD Maine-et-Loire, 213 H 12, fonds de l’abbaye de Fontevraud
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/15383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Baudreu, « Aquitaine (Lot-et-Garonne), Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon. PCR Forts villageois du bas Moyen Âge », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 291.

Référence électronique

Dominique Baudreu, « Aquitaine (Lot-et-Garonne), Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon. PCR Forts villageois du bas Moyen Âge » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15383

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals