Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 3.- Projets collectifs de recherche

Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolution et fonction des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges

Responsable d’opération : Florence Guillot
p. 291-292

Entrées d’index

Année de l'opération :

2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://chateaux09.free.fr

Texte intégral

1Depuis 2004, ce programme regroupe une quinzaine de chercheurs d’horizons différents. L’objectif est de rassembler les enquêtes sur un secteur de haute et moyenne montagne (Pyrénées centrales, versant nord) afin de comparer entre eux les sites, leur fonction, le paysage qui les entoure et les situations géopolitiques.

2À partir du xiie s., cette zone est partagée en deux grands secteurs d’influence : le comté de Comminges et le comté de Foix. Ces pouvoirs publics définissent leur territoire avant de connaître une évolution différente. Les frontières ne se précisent qu’au xiiie s. Le cadre géographique lié au réseau des vallées est constitué de secteurs allant de la haute montagne au piémont aval. Bien que situées hors du contexte des opérations militaires de la grande Guerre méridionale, ces entités politiques ne subissent pas moins les conséquences de l’expansion du domaine royal aux xiiie et xive s. Dès le second quart du xiiie s., les pouvoirs locaux seigneuriaux tendent à être concurrencés par des structures consulaires franchisées dont les plus puissantes sont souvent situées en aval, révélant le glissement du dynamisme économique vers les piémonts. Cette région, privilégiée par un pouvoir puissant et parfois quasi autonome mais aussi par sa situation en arrière des grands axes de communication, subit peut-être moins les conséquences de la guerre de Cent Ans que d’autres zones du SO de la France. Après avoir établi un cadre de travail par des études préalables diverses (géomorphologie et géographie ; études des sources ; historiographie ; études des cadres géopolitiques ; définition des problématiques communes), des travaux synthétiques ont été menés sur des questions liées au bâti et aux monuments.

3Une nouvelle étude a pu débuter en 2009. Il s’agit de replacer les ouvrages dans le cadre de l’occupation du sol et d’étudier leurs rapports avec les autres éléments de cette occupation. En 2009, ont été étudiés les bâtiments ecclésiastiques et leurs rapports avec la fortification, qu’ils soient eux-mêmes fortifiés ou non. Des études de cas et de secteurs ont été menées et synthétisées.

4Le secteur étudié comporte d’assez nombreux cimetières habités dont certains sont assez typiques. Ils paraissent absents de la montagne au Moyen Âge central, probablement parce que la seigneurie ecclésiastique y est très ténue ; ils sont plus nombreux en piémont ou dans les basses vallées prépyrénéennes. On en rencontre tardivement sous la forme de fortifications villageoises de la fin du Moyen Âge. Les églises fortifiées sont toutes aussi nombreuses, sur les mêmes secteurs, mais semblent surtout avoir été dotées d’un bâti défensif à la fin du Moyen Âge. Elles peuvent, dans des peuplements de type bastide, prendre la succession d’un château initial. Elles peuvent aussi cristalliser une expansion de l’habitat fortifié. Ces fortifications, bien qu’ostentatoires, n’en sont pas moins fonctionnelles car elles sont érigées par les communautés villageoises confrontées à la guerre de Cent Ans. Ces épisodes guerriers peuvent avoir été très violents dans la seconde moitié du xive s. en zone de piémont ou de frontière. Dans la période qui précède, si l’on excepte les cimetières habités, les fortifications villageoises centrées sur une église sont plus rares et concernent surtout les bourgs monastiques. Durant l’époque carolingienne, plus particulièrement au ixe s., le devant des Pyrénées a été doté par les pouvoirs publics francs d’une abbaye par vallée, sauf Saint-Lizier (Couserans), déjà pôle épiscopal. Ces abbayes étaient à la fois les points forts de la christianisation en profondeur de la société mais aussi des outils du pouvoir carolingien. Ces abbayes à Lézat (sur la Lèze), au Mas d’Azil (sur l’Arize), à Camon (sur l’Hers), à Foix (sur l’Ariège) et à Joucou (sur l’Aude) ont suscité des habitats placés dans des sauvetés qui ont été entourés d’une muraille dès le xiie ou le xiiie s. et ne diffèrent pas, morphologiquement, des autres villages fortifiés de cette époque, mais leur topographie défensive est dans certains cas moins manifeste.

5Dans cette région du nord des Pyrénées, les chapelles castrales monumentales sont assez rares et ne constituent absolument pas la règle. Les plus importantes sont celles des châteaux de Foix ou Lordat. Les chapelles sont exceptionnelles (Couserans et Comminges) dans les autres châteaux avant la fin du Moyen Âge. En haute Ariège, la préexistence des habitats villageois et de leurs lieux de culte par rapport aux châteaux seigneuriaux pourrait expliquer l’absence de chapelles castrales.

6Enfin, les églises des fortifications villageoises en général ont été étudiées et la relation entre l’église incluse dans une fortification et un ou plusieurs hagiotoponymes particuliers est peu évidente car on retrouve des dédicaces très disparates. Les églises ne sont pas automatiquement présentes dans les villages fortifiés. Dans les nouveaux peuplements, elles sont construites plus tard, quand il réussit. Dans les fortifications des communautés de la fin du Moyen Âge, souvent réduits fortifiés, à la différence du Lot ou de l’Auvergne, elles sont couramment absentes, signe, peut-être, d’une économie de moyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Guillot, « Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolution et fonction des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 291-292.

Référence électronique

Florence Guillot, « Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolution et fonction des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15387

Haut de page

Auteur

Florence Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals