Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 3.- Projets collectifs de recherche

Haute-Normandie. PCR Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie

Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard Héricher, Daniel Étienne, Bruno Lepeuple, Sébastien Lefèvre, Jimmy Mouchard, Thomas Guérin et Aude Painchault
p. 293-298

Entrées d’index

Année de l'opération :

2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2004, le PCR a pour objectif une étude morphologique externe appuyée sur un relevé microtopographique de fortifications composées notamment de levées de terre mais aussi, dans de nombreux cas, de vestiges maçonnés. Elle a conduit les participants à considérer les sites dans leur globalité, notamment les sites très vastes souvent réduits dans les études à un élément particulièrement significatif. Cette vision d’ensemble a fréquemment conduit à revoir la chronologie de la construction et à opérer entre les sites des rapprochements. Parallèlement, l’enquête s’est poursuivie sur des sites modestes, mal connus voire totalement inconnus, et quelquefois menacés. Neuf sites sont présentés ici : les vastes châteaux d’Arques-la Bataille, de Beauvoir-en-Lyons, de Gisors, de Montfort-sur-Risle et de Pont-Audemer, ainsi que les sites plus modestes du bourg à Conteville, de La Londe à Farceaux, d’Échanfray à Notre-Dame-du-Hamel et de Château-Neuf à Port-Mort.

Arques-la-Bataille (Seine-Maritime). Le Château

2Documenté dès 1839, par A. Déville, alors qu’il était menacé de disparition, ce château très célèbre a été pris en exemple par E. Viollet-le-Duc dans son dictionnaire d’architecture, notamment à la rubrique « donjon ». Depuis lors, le site a été peu étudié. Depuis 2008, dans le cadre du PCR de l’université de Rouen, un plan complet en a été dressé, c’est le seul véritable plan de masse depuis celui de 1708 et c’est, actuellement, le plus précis.

3Le château est implanté au sommet d’un étroit promontoire, surplombant la confluence de trois petites rivières, en fond d’estuaire, à proximité d’un pont que l’on dit romain et d’un port de haute mer, peut-être actif dès l’Antiquité, attesté au xiiie s. et jusqu’au xviie s.

4Dans son état actuel, après les remaniements du xvie s. et les restaurations des xixe et xxe s., le château se présente sous la forme d’une enceinte sub-rectangulaire ceinturée par un profond fossé à profil en U très marqué et d’une courtine maçonnée, elle-même flanquée de cinq tours semi-circulaires et de trois contreforts. Au sud de l’enceinte et acculé à la courtine, un imposant donjon carré de 24 m de côté est flanqué au nord et à l’est par cinq puissants contreforts carrés. L’accès primitif à l’enceinte se faisait par le nord, via une tour-porche rectangulaire de 14 m sur 10 m comportant trois arcs, tour-porche dont on ne connaît à ce jour que très peu d’exemples dans le domaine anglo-normand. En avant de cette porte fut ajouté, dans la première moitié du xvie s., un avant-corps bastionné flanqué de quatre tours à canons qui témoignent des dernières tentatives d’adaptation de la tour à la technique du tir rasant.

5La transformation de la forteresse médiévale en une citadelle moderne a donné au site ses traits généraux actuels. Le fossé a été creusé à cette occasion et, probablement, l’enceinte a été remblayée de façon à l’aménager en terrasse d’artillerie surplombant la vallée. La mise en évidence de ces terrassements conséquents est l’un des principaux apports de cette opération topographique. Ainsi, l’affirmation selon laquelle la forteresse primitive (fondée avant 1050 par le comte du Talou Guillaume d’Arques) est conservée dans le plan de l’enceinte actuelle est à nuancer. De même, l’hypothèse que les vestiges actuels de la courtine remonteraient au milieu du xie s. ne tient pas compte des réfections et reprises visibles sur l’ensemble des maçonneries. D’autres hypothèses doivent aussi être rejetées, en premier lieu celle qui fait de la tour-maîtresse un exemple typique du « donjon quadrangulaire anglo-normand » en évoquant à l’appui ses contreforts si caractéristiques. Si on les compare avec leurs cousins normands et britanniques dans un large xiie s., ils apparaissent, au contraire, exceptionnels au regard des contreforts plats, rectangulaires et peu saillants observables ailleurs. Il convient d’attribuer leur construction, là encore, au xvie s., lorsque fut aménagée, au sommet de la grosse tour, la terrasse d’artillerie qui joua son rôle dans la victoire d’Henri IV en 1589. Enfin, l’attribution à l’ère Plantagenêt des maçonneries subsistantes de la plupart des tours flanquant l’enceinte sur la base d’une mention des Pipe Rolls ne peut être raisonnablement envisagée, compte tenu des traces de restauration qu’elles portent. (Relevé et étude : Daniel Étienne.)

Beauvoir-en-Lyons (Seine-Maritime). Le Château

6Le château de Beauvoir occupe la crête de la falaise de Bray au nord du domaine forestier de Lyons. Le site, très érodé, est divisé en plusieurs parcelles et scindé par la « rue de l’église », la partie occidentale étant la mieux conservée. L’ensemble se compose d’un tertre dont la plateforme, de 20 m de diamètre au maximum, ne s’élève pas au-dessus du plateau. Vers la pente, une basse cour formant une terrasse de 90 m de longueur est isolée par un fossé de 25 m d’ouverture dont seul un tronçon est bien conservé. Le tracé probable du fossé disparu s’accorde avec une observation stratigraphique effectuée en 1982 lors de l’élargissement de la rue de l’église. Les données graphiques suggèrent que le fossé de la basse cour a été partiellement comblé, puis recreusé, à des dates indéterminées. Les données cadastrales anciennes permettent d’identifier un bourg lié au château et situé sur le plateau, il était organisé autour d’une rue principale, sur 260 m de longueur, tandis qu’un axe secondaire desservait l’église Saint-Nicolas et sans doute le château. Ce site royal, qualifié de ministère (ministerium de Braio de foresta de Leons), apparaît en 1180. Les rôles de l’Échiquier de Normandie signalent à la fois le château de Beauvoir, auquel on consacre 408 livres pour des travaux de fortification (in operationibus castri de Bello Videre), et le cens des bourgeois (censarum burgensium de Bello Videre), ce qui s’accorde aux données du terrain. La dédicace de l’église, les sources écrites et les comparaisons typologiques permettent de proposer une création ex nihilo au xiie s., plus probablement autour du second quart. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Conteville (Eure). Le bourg

7En aval de la rive gauche de la vallée de la Risle, le site domine de 25 à 30 m le cours d’eau et, au SE, un petit vallon sec bien marqué. Des aménagements fluviaux d’envergure (port de « Risleclif ») et une puissante fortification dont il ne reste quasiment plus de traces aujourd’hui marquent l’autorité ducale sur cette zone. Malgré l’absence de vestiges et de structures apparentes évidentes, due à d’importantes phases de nivellement opérées autour du presbytère depuis la fin du xviiie s., un relevé microtopographique du bourg a été réalisé en 2007.

8Au xviiie s., selon les descriptions anciennes, il existait encore sur le territoire de Conteville, au cœur du village, à seulement quelques mètres de l’église paroissiale Saint-Maclou, les vestiges d’une fortification assez imposante constituée de plusieurs levées de terre qui atteignaient une hauteur de 8 m et étaient entourées de fossés. Il s’agissait d’après Masson de Saint-Amand des vestiges de l’ancien château fort ou manoir d’Herluin de Conteville nivelé en 1778. Selon la tradition, la forteresse aurait été construite puis détenue par Herluin, époux d’Arlette, mère du duc Guillaume le Conquérant. Il faut probablement identifier cette fortification comme l’« aula regis » qui apparaît dans les sources écrites du xiie s. et comme le « manerium » évoqué à l’extrême fin du xiie s. et tenu par Gérard de Fornival per regem. Le site de Conteville appartient vraisemblablement à une ligne de défense établie vers la fin du xe et le début du xie s. dans la basse vallée de la Risle.

9Le cadastre napoléonien et les prospections ont permis de localiser plusieurs mouvements de terrain susceptibles d’appartenir à cette fortification. Le relevé microtopographique laisse ainsi apparaître quelques tronçons des anciens fossés délimitant une enceinte ovalaire, constituée d’une plateforme centrale, plus ou moins arasée, de superficie assez importante (68 m x 93 m). Le tracé encore apparent des fossés est surtout marqué au sud et à l’est de la commune. Ce puissant fossé, très sensible du côté du plateau, a certainement été comblé dans sa partie ouest. Le tronçon NO est suggéré par le relevé et surtout par la disposition de l’habitat et le parcellaire représenté sur le cadastre napoléonien. Le tronçon suivant a peut-être été sectionné par la route actuelle. Son lien avec la partie NE du site n’est pas évident à décrire. La partie NNE du site est composée d’une série de talus espacés tous les 5 m. L’état de conservation du site ne permet pas d’établir de lien entre le fossé qui ceinture l’enceinte et cet ensemble de talus/fossés successifs.

10La nature des vestiges permet de supposer qu’ils se rattachent bien à un complexe fortifié. L’église, dont quelques parties architecturales remontent au xie s., et l’ancien cimetière se trouvaient également à l’intérieur de cet espace. La proximité de l’église et du château et la présence d’une enceinte supposent l’existence d’un bourg castral dont le souvenir n’est pas conservé dans la documentation écrite. L’existence d’un marché est matérialisée par la présence d’une place quadrangulaire au NO de l’agglomération. (Relevé et étude : Sébastien Lefèvre et Jimmy Mouchard.)

Farceaux (Eure). La Londe

11Dans un paysage d’openfield, les traces d’un vaste enclos trapézoïdal d’environ 220 m x 140 m, encore présent sur le cadastre, ont pu être appréhendées. À l’intérieur et tangent au côté est, un tertre de 2 m de hauteur, très diminué par la charrue, a une actuelle emprise au sol de 12 x 14 m, la surface d’origine étant estimée à 42 x 50 m. Au sommet, trois arases de murs de silex parementés sur leur face interne confortent les observations issues d’une fouille menée en 1890 et l’hypothèse d’une cave à cellules latérales. Non renseignées par les textes, ces traces sont comparables à ce qui a été observé sur deux autres sites, nivelés, situés à moins de 2 km. Aucun indice de datation n’a été collecté, la morphologie des caves plaide en faveur du xive s., la mention d’un seigneur de La Londe au milieu du xiiie s., dans le Pouillé du diocèse de Rouen, pourrait être mise en relation avec le site, éventuel siège d’une résidence aristocratique et d’un parc. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Gisors (Eure). Le Château

12Les travaux menés sur le château ont consisté en la réalisation d’un plan topographique et en quelques relevés d’élévation afin de mieux cerner la forme et l’emprise de la fortification primitive, érigée en 1097. La motte (15 m de hauteur pour des diamètres maxima de 70 m à la base et 32 m au sommet) était entourée d’un fossé d’au moins 30 m d’ouverture, aujourd’hui partiellement occupé par un réseau de caves. Une basse cour de 90 m de diamètre, vers l’est (ce qui correspond aux dernières hypothèses formulées par Christian Corvisier), était ceinte d’un fossé équivalent à celui de la motte et en communication avec celui-ci ; seules les deux tours carrées orientales correspondent à ce tracé primitif. À l’extérieur des fossés, un rempart de terre ceinturait l’ensemble du site, il fut utilisé pour asseoir le circuit occidental de l’enceinte maçonnée ainsi que la tour ronde du xiiie s. Vers l’ouest et l’est, la contrescarpe du fossé est interrompue à deux reprises au niveau de la connexion du château avec les fortifications de ville. Ce dernier circuit défensif correspond à l’aménagement d’un bourg castral, qualifié de fortifié en 1123 (uilla quae munitissima erat). Jusqu’à présent, parmi les sites qui ont fait l’objet d’un relevé topographique en Haute-Normandie, la motte de Gisors (au sens strict d’un tronc de cône fait de terre rapportée) est la plus anciennement attestée. Son état primitif est comparable au cas de Château-sur-Epte, dont la genèse est la même. Les données collectées permettent également d’affiner les approches de la fortification de pierre, notamment au niveau des différentes formes des tours, en fonction de leur position par rapport aux reliefs antérieurs et à la compacité de ceux-ci. (Relevé et étude : Thomas Guérin et Bruno Lepeuple.)

Lillebonne (Seine-Maritime). Le Château

13Le château de Lillebonne et son histoire ont fait l’objet de nombreuses études et sont déjà très bien connus. La réalisation d’un plan topographique du site a permis de compléter ces informations et de mettre en évidence des éléments remarquables de l’évolution de la forteresse.

14Situé en position dominante au cœur de la ville, le château est constitué d’une enceinte principale polygonale flanquée de tours reliées par des courtines (courtine circulaire à l’ouest, semi-circulaire au sud, polygonale au SE et ronde au NE). Seul un pan de la courtine SE est encore en élévation tandis que les autres parties ont été arasées pour permettre la création d’un parc. Les fossés qui bordaient cette enceinte ont disparu. Il ne reste que l’empreinte du fossé lorsqu’il se raccorde à celui de la tour ronde.

15À l’intérieur de l’enceinte, l’emplacement de l’aula disparue dessine un microrelief quadrangulaire qui s’étend sur la longueur de l’ancien mur de courtine ouest. L’effondrement de la courtine SE et d’une partie de la tour polygonale crée également une légère élévation au SE de l’enceinte.

16Une étude succincte du bâti réalisée sur les tours polygonale et ronde a mis en évidence quelques éléments de l’évolution des constructions. Certaines ouvertures de la tour polygonale ont été rebouchées et l’on peut noter, dans les assises du mur de la façade ouest de cette dernière, un net décalage qui indique l’existence d’une phase de réaménagement ou de reconstruction de la tour. Le sol intérieur actuel a été en partie décaissé pour mettre en évidence les départs de voûtes et créer une voie de passage vers le pigeonnier.

17En ce qui concerne la tour ronde, on peut observer, de part et d’autre de son entrée, la présence de quatre empochements rebouchés formant un losange, suivis d’une série de trous de poutre verticaux descendant vers la base de la tour. Ces aménagements se trouvent dans le prolongement exact des courtines est et nord visibles en coupe dans le fossé. Il pourrait s’agir d’empreintes de passerelles reliées aux courtines dans une première phase ­d’occupation du donjon et passant au-dessus du fossé de ce dernier. Les ouvertures du donjon ont toutes été réinsérées, les deux portes présentent des décalages d’assises en escalier, de même que les baies d’éclairage trilobées. L’intérieur de la tour montre également des traces de réaménagement, principalement au niveau du premier étage où l’on peut remarquer la trace d’un ancien niveau de circulation pourvu d’un plancher rayonnant et d’une porte rebouchée donnant sur l’escalier. Une petite ouverture placée dans l’escalier, en face d’une des fentes d’éclairage, diffuse la lumière dans cette partie de la pièce. Au cours de cette étude, un plan précis des latrines du premier étage a également été réalisé. Elles sont constituées d’un conduit dont il subsiste 15,57 m de profondeur et dont les parois s’agrandissent par paliers successifs jusqu’à obtenir un volume carré de 1,70 m de côté.

18De nombreuses reconstructions, qui nécessiteraient une étude plus approfondie du bâti, sont discernables sur l’ensemble des trois salles de la tour : l’escalier semble avoir connu deux phases de construction, les départs de voûtes ont été réinsérés à tous les étages et, très récemment, la plateforme sommitale a été reconstruite dans son ensemble. (Relevé et étude : Aude Painchault.)

Montfort-sur-Risle (Eure). Le Château

19Le château de Montfort-sur-Risle associe d’imposantes levées de terre et de nombreuses structures maçonnées qui s’élèvent encore parfois jusqu’à 5 à 7 m. La fortification, placée sur le rebord du versant est de la vallée de la Risle, domine l’agglomération de 70 m environ. La pente d’un petit vallon sec, situé au nord, qui entaille perpendiculairement le coteau de la vallée et décrit ensuite une courbe vers le SE, enveloppe la presque totalité du flanc oriental de la fortification. La partie orientale du site a été assez profondément bouleversée, sans doute dans la seconde moitié du xixe s., par l’exploitation d’une carrière matérialisée par une vaste dépression et plusieurs fronts de taille.

20Le site se compose d’un tertre principal, de deux enclos et d’un ensemble talus/fossé se dirigeant vers le bourg. Le tertre principal comporte, de plus, d’importants vestiges maçonnés. Les enclos sont dissymétriques et tangents au tertre. Toutes ces structures sont alignées et orientées NO-SE.

21Les mentions les plus anciennes du château de Montfort apparaissent dans les Gesta Normannorum ducum de Guillaume de Jumièges dont la rédaction s’acheva vers les années 1071-1072. Elles concernent des événements se déroulant dans la première moitié du xie s. La fortification est également évoquée dans les chroniques d’Orderic Vital et de Robert de Torigni, principalement à l’occasion de la révolte contre Henri Ier Beauclerc à laquelle prit part Hugues IV de Montfort. L’une de ces mentions signale qu’en 1123 s’achevèrent d’importants travaux, organisés par Hugues IV de Montfort, qui renforcèrent largement les défenses du château. La construction du donjon peut remonter à cette phase de réaménagement du site. Les termes comme turris et munitissimus employés par les chroniqueurs tendent à démontrer l’existence du donjon à cette époque. (Relevé et étude : Sébastien Lefèvre et Jimmy Mouchard.)

Notre-Dame-du-Hamel (Eure). Échanfray

22La forteresse située à Échanfray, installée en rebord de plateau sous un dense couvert végétal, surplombe le cours de la Charentonne. Le château est un ensemble complexe constitué d’un tertre tronconique avec une plateforme en cuvette de 374 m², entouré d’un fossé de 8 m de profondeur. Ce dernier est doublé d’un second arc de fossé au nord qui se trouve, d’après le cadastre, dans la continuité d’un chemin rural qui longe la Charentonne. Il pourrait correspondre à un ancien chemin d’accès à la fortification.

23Au sud du tertre, une enceinte fossoyée de forme oblongue, orientée E-O, suit la pente légère du relief naturel. Elle mesure 61 m de long et 23 m de large. Sa partie ouest présente une légère élévation, due à la présence d’un talus qui cerne la limite nord de l’enceinte et d’un bâtiment de plan carré. Les murs de ce dernier sont constitués d’un assemblage de moellons de silex liés au mortier, tandis que les pierres d’angle sont en grison. Cette construction est constituée de deux pièces, d’approximativement 19 m de long sur 11 et 5 m de large. Dans le prolongement de cette enceinte, vers le sud, on remarque la présence d’une plateforme dont la destruction partielle rend la fonction difficile à percevoir. La réalisation du plan topographique a permis de développer plusieurs interprétations quant aux phases de développement du château. Une hypothèse nous permet de proposer dans un premier temps l’installation du tertre et de son double fossé. Dans un second temps le fossé de l’enceinte serait creusé et les éléments maçonnés aménagés. Le fossé de l’enceinte coupe en effet le fossé du tertre à l’endroit où ils se rejoignent. La seconde hypothèse est que l’enceinte oblongue précède le tertre dans son installation. Si l’on poursuit dans cette hypothèse, le fossé de l’enceinte aurait été recreusé dans un troisième temps, coupant alors le fossé du tertre.

24On retrouve dans le paysage quelques aménagements liés au château et notamment, le long de la Charentonne, une zone d’herbage, plane et très basse par rapport au lit de la rivière, dont les limites sont matérialisées par de légers talus. Cet espace se trouvant régulièrement inondé, il pourrait s’agir là d’un aménagement de la berge lié à l’utilisation du cours d’eau. Au NE du site, un espace très bouleversé pourrait correspondre à une zone d’extraction de minerai de fer.

25Quelques habitations autour du pont du lieu-dit Échanfray témoignent de l’existence d’un regroupement aux pieds du château. Un bras d’eau en arc de cercle, sur la rive gauche de la Charentonne, pourrait correspondre à l’empreinte d’une partie du tracé des limites du bourg médiéval. Vers 1050, la mention d’un tonlieu donné à l’abbaye de Saint-Évroult suggère la présence d’un marché. Les trois églises ou chapelles connues par les textes dans les derniers siècles du Moyen Âge, Saint-Jacques, Saint-Pierre et Notre-Dame, sont toutes extérieures au hameau actuel d’Échanfray. On ignore la date d’abandon de ce village. Au xiiie s., il semble que le pôle principal de l’habitat se trouvait déjà sur le site actuel de Notre-Dame-du-Hamel ; dans deux documents datés respectivement de 1249 et 1260, l’église paroissiale est désignée tour à tour comme celle de Pont-Échanfray et de Notre-Dame-du-Hamel. Les seigneurs du lieu apparaissent dans les textes autour des années 1015-1020, date à laquelle est mentionné un certain Vauquelin de Pont-Échanfray. À partir de 1060, Pont-Échanfray semble constituer une dépendance du fief de Breteuil, sur la rivière Iton.

26Au début du xiie s., le chroniqueur Orderic Vital, moine de Saint-Évroult, cite à plusieurs reprises Raoul le Roux, sire de Pont-Échanfray et allié d’Henri Ier Beauclerc. En 1138, Étienne de Blois, l’un des prétendants au trône d’Angleterre, fait détruire le château, alors en possession de Geoffroy d’Anjou. (Relevé et étude : Aude Painchault.)

Notre-Dame-du-Hamel, Échanfray : plan topographique et coupe.

Notre-Dame-du-Hamel, Échanfray : plan topographique et coupe.

Pont-Audemer (Eure). Le Mont-Carmel

27Le « Mont Carmel », site fortifié de Pont-Audemer, domine la vallée de la Risle, la ville et l’ancienne voie antique reliant Lisieux à Lillebonne. La réalisation d’un plan microtopographique, l’étude des vestiges apparents et des sources apportent de nouvelles données sur l’évolution de la forteresse. Dans les sources écrites, le château est cité en 1123 par Orderic Vital, puis en 1195, dans un rôle de l’Échiquier de Normandie. Au début de la seconde moitié du xiiie s., il a perdu son rôle militaire et sert d’étable. Au xive s., il fait l’objet de rénovations, puis, quelques années plus tard, se trouve assiégé puis rasé par Bertrand du Guesclin. Grâce aux comptes de la ville du xve s., on sait que le site servit ensuite longtemps de carrière. Au xviiie s., il apparaît ruiné.

28Étalée sur une superficie de plus de 33 000 m², la fortification se compose de quatre tertres, dont les trois principaux sont tangents et alignés dans le sens du promontoire originel. Le tertre central, de forme tronconique, très imposant (85 x 75 m), conserve sur sa plateforme sommitale les vestiges d’un donjon, puis, dans sa partie ouest, une levée de terre en demi-cercle. À l’ouest, le tertre II, plus petit, semble marquer une première défense en direction de la côte de la Lorie, point faible du site. À l’est, le tertre III, séparé du tertre I à l’ouest par un fossé, a les allures d’une petite terrasse, probablement artificielle, susceptible de correspondre à une sorte de basse cour. Enfin, un dernier tertre de taille plus modeste est conservé au NE du site. Sa position avancée pourrait suggérer l’ancien emplacement d’une porte et d’un accès (?). On note également la présence, côté sud du promontoire, de systèmes étagés qui ne sont pas sans rappeler les petites terrasses situées au sud du donjon quadrangulaire de Brionne (vignes ?).

29Le donjon, rasé, est néanmoins conservé sur plus de 2 m d’élévation à l’extérieur. Il mesure 9,40 m de côté dans l’œuvre, présente des murs épais de 3,90 m, et possède trois contreforts par face sur au moins trois côtés. Le contrefort d’angle NE est un contrefort plat renforcé. Ces contreforts sont raccordés au mur par un dosseret et leurs premières assises sont en gradins. La base du donjon se caractérise par une fondation débordante massive. Les murs intérieurs sont parementés en moellons de silex joints au mortier, et des pierres de taille forment les chaînages d’angles. Au centre du donjon, une structure de forme carrée, qui peut être interprétée comme les restes d’un éventuel pilier central, apparaît aujourd’hui conservée sur 1,80 m de haut. Elle est parementée en silex et mortier avec semble-t-il des angles soignés en tuf. Cette structure, rare au sein des donjons normands, est en revanche attestée dans un édifice du même type en Charente (La Rochefoucault), elle permettait au rez-de-chaussée d’être couvert d’une voûte en berceau. Non loin de là, dans l’angle NE du donjon, un puits couronné d’une margelle apparaît encore bien conservé.

30D’autres vestiges maçonnés sont visibles sur le pourtour du site. En contrebas, en limite sud du tertre central, a été mis en évidence un important aménagement longitudinal maçonné, composé majoritairement de silex joints au mortier. Ce grand mur (de soutènement ?) qui a pu être utilisé comme courtine (et dont le périmètre reste à évaluer) a été suivi sur plus de 50 m de long. Il présente aujourd’hui du côté sud une chemise bien appareillée formant un glacis à la base, qui semble avoir été flanquée de structures accolées ou chaînées. Ce mur se prolonge au SO jusqu’aux vestiges d’un important massif maçonné, recouvert d’une végétation dense, d’une importante couche de terre et d’éléments de destruction. Ce dernier ouvrage évoque une tour d’angle. À l’extrémité SE du tertre III, des vestiges inconnus de maçonneries jointes au mortier ont été observés. Enfin, à la pointe du promontoire et au pied du tertre principal, on distingue, en bordure de la côte de la Lorie, face au petit tertre IV et inséré dans le talus, quelques vestiges de maçonneries.

31Le plan de l’ensemble fortifié ne suffit pas à proposer un phasage définitif. Néanmoins les lambeaux de maçonneries repérés à Pont-Audemer amènent à considérer le site du Mont-Carmel comme un véritable château de pierre, ceinturé au niveau des tertres I et III par des ouvrages maçonnés au mortier. Le tertre central est doté d’un puissant donjon quadrangulaire certainement attribuable à l’époque ducale et plus précisément au début du xiie s. (datation 14C en cours). Les donjons quadrangulaires de Brionne et Pont-Audemer présentent des similitudes architecturales qui semblent en faire des donjons jumeaux. Grâce à la dernière datation dendrochronologique qui place désormais la construction de l’édifice de Brionne entre 1107 et 1122, il est possible d’envisager comme bâtisseur, soit Robert de Meulan, soit Galeran son fils. (Relevé et étude : Jimmy Mouchard.)

Port-Mort (Eure). Château-Neuf

32Le site de Château-Neuf domine la vallée de la Seine et occupe une butte calcaire large de 200 m, dont le flanc sud présente une paroi verticale. Le relevé a été limité, au sud et à l’est, par des zones d’effondrement, la surface minimale du site est de 21 200 m2. Un important rempart de terre se développe sur 150 m de longueur selon un axe SO-NE ; il présente une hauteur de 8 m depuis l’extérieur du site et de 3 m depuis l’intérieur. Pour l’asseoir et permettre l’accès à un moulin d’époque moderne, il a été partiellement écrêté et doublé par un fossé comblé dont l’ouverture peut être estimée à 30 m. Vers le sud, au bord de la falaise, une tour circulaire est conservée à l’état de ruine, seul un blocage fait de calcaire et de silex est visible. L’élévation, très irrégulière, atteint 6 m au maximum, le diamètre conservé est de 24,1 m hors œuvre et 14,3 m dans l’œuvre, mais les maçonneries prennent appui à des cotes altimétriques différentes, ce qui relativise ces mesures. À l’aplomb de la tour et à la base de la falaise, une grotte est composée d’un couloir d’axe E-O qui correspond au chemin dit « de la chapelle Saint-Martin » et d’un petit appendice en cul-de-sac vers le nord. La chapelle, aujourd’hui disparue, était encore présente sur le cadastre de 1830, ce qui permet d’estimer son emplacement sous une zone en surplomb, immédiatement à l’ouest du couloir.

33Le faciès du site plaide en faveur de plusieurs occupations successives. La grande levée de terre, formant un éperon barré, pourrait être une fortification protohistorique, face à un autre camp, sur la rive gauche de la Seine (comme cela est visible en plusieurs points du fleuve), à la limite entre les territoires des Véliocasses et des ­Eburovices, mais aussi entre les Gaules Belgique et Celtique. La grosse tour ronde, médiévale, pourrait correspondre au site du « Grand Goulet », pour lequel la comptabilité du xive s. donne des indications topographiques qui coïncident avec le site de Château-Neuf (recherche et transcription : Bruno Nardeux). La fortification du Goulet, ensemble composé du Grand et du Petit Goulet, localisée sur une île en amont, apparaît dans les comptes de Philippe Auguste pour l’année 1202-1203. Elle pourrait être de peu antérieure et exister lors du traité éponyme en 1200. Tout converge pour identifier une œuvre du souverain français, placée 10 km en amont de Château Gaillard aux Andelys et servant d’appui à la conquête de la Normandie. Il s’agit de la plus grosse tour ronde de Normandie actuellement connue. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Notre-Dame-du-Hamel, Échanfray : plan topographique et coupe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/15395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Héricher, Daniel Étienne, Bruno Lepeuple, Sébastien Lefèvre, Jimmy Mouchard, Thomas Guérin et Aude Painchault, « Haute-Normandie. PCR Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 293-298.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, Daniel Étienne, Bruno Lepeuple, Sébastien Lefèvre, Jimmy Mouchard, Thomas Guérin, Aude Painchault, « Haute-Normandie. PCR Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15395

Haut de page

Auteurs

Anne-Marie Flambard Héricher

Articles du même auteur

Daniel Étienne

Articles du même auteur

Bruno Lepeuple

Articles du même auteur

Sébastien Lefèvre

Articles du même auteur

Jimmy Mouchard

Articles du même auteur

Thomas Guérin

Articles du même auteur

Aude Painchault

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Anne-Marie Flambard Héricher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Daniel Étienne

Bruno Lepeuple

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Sébastien Lefèvre

Jimmy Mouchard

Thomas Guérin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Aude Painchault

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals