Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 3.- Projets collectifs de recherche

Limousin. PCR « Morphologies et mutations du castrum - L’exemple du Limousin, xe-xive s. »

Responsable d’opération : Christian Rémy
Notice rédigée avec Jean-Pierre Boucher, Renaud Chaume, Patrice Conte, Philippe Loy et Angélique Marty
p. 298-299

Entrées d’index

Année de l'opération :

2005, 2007, 2009
Haut de page

Texte intégral

1Après les deux campagnes conduites en 2005 et 2007, le PCR est arrivé à sa troisième année de fonctionnement. Les difficultés évoquées les années précédentes, essentiellement liées au manque de ressources humaines, restent les mêmes, face à un objet d’étude très vaste : une centaine de sites, caractérisés par l’éparpillement de la documentation et une emprise au sol souvent importante. Près d’une soixantaine de sites ont été couverts. Pour la Corrèze, neuf sites ont fait l’objet d’une étude approfondie et dix autres ont été abordés sous forme de fiche sommaire ; pour la Creuse, deux dossiers approfondis et seize fiches sommaires ont été constitués ; pour la Haute-Vienne, dix-sept dossiers approfondis et huit fiches sommaires.

2L’enquête a donc permis de réunir une base documentaire standardisée pour un peu plus de la moitié des sites castraux répertoriés, une trentaine faisant l’objet d’une véritable enquête approfondie (monographique), et le reste consistant en un diagnostic documentaire, une analyse sommaire de la morphologie et une identification des vestiges éventuels sur le cadastre napoléonien. Cinq critères ont été retenus pour l’enquête.

31) Il s’agit de sièges d’un pouvoir seigneurial fort (des seigneuries châtelaines) qui, de ce fait, contrôlent généralement des fiefs tenus par des membres de la militia castri.

42) Ce sont des habitats fortifiés pluri-lignagers, comprenant les hôtels des chevaliers, des damoiseaux voire des sergents qui composent la « garnison » et qui résident (temporairement du moins) dans le castrum avec le(s) (co)seigneur(s).

53) Le peuplement de ces sites n’est pas exclusivement nobiliaire puisque l’habitat subordonné est socialement mixte (même si tous n’ont pas réussi à drainer un habitat, notamment ceux qui ont périclité tôt ou qui ont végété).

64) Ces sites castraux comprennent au moins un lieu de culte, chapelle annexe ou véritable église paroissiale, parfois priorale (ces lieux de culte sont plus que de simples oratoires privatifs), et des confréries de chevaliers peuvent être repérées.

75) Ces sites sont généralement antérieurs au xiiie s. et souvent à 1150 (mais il existe quelques exceptions).

8Même s’il reste un indicateur précieux, du moins avant le xive s., lorsque beaucoup de sites commencent à être désignés par l’expression « repayrium sive castrum » (au sens de château), le terme castrum (ou castellum) ne suffit toutefois pas à identifier les sites répondant aux critères exposés (certains castra ne sont pas clairement dénommés ainsi). En réalité, le terme castrum employé depuis l’Antiquité romaine et jusqu’à l’abandon du latin dans les sources écrites, est durable, évolutif et donc polysémique : il ne désigne pas la même réalité morphologique, politique et sociale dans un texte du xie-xiie s. et dans un texte du xive-xve s. En gros, son sens se restreint : d’abord d’une acception très large (étendue à l’ensemble du site, y compris les abords), il ne désigne, au xve s., plus que le seul château du seigneur.

9Les critères retenus permettent en tout cas d’évacuer de l’enquête tous les sites fortifiés secondaires, les habitats lignagers du type repaire, hébergement ou maison forte, qui s’avèrent très nombreux dans les confins des châtellenies, au sein des finages ou au cœur des bourgs paroissiaux (seigneuries de village), et qui sont parfois documentés dès le xiiie s. voire le siècle précédent.

10L’enquête montre qu’il existe une certaine variété dans les morphologies. Les types radioconcentriques (Turenne, Donzenac, Ayen ou Comborn), par enclos juxtaposés (Pierre-Buffière, Treignac ou Ségur), ou combinant les deux (Aixe) sont les plus fréquents. Ils entrent parfaitement dans les critères évoqués ci-dessus. Ils ne sont toutefois pas toujours à l’origine d’une agglomération. Dans le cas de La Roche-Nozil, de Peyrusse, Drouilles, Carbonnières, Châlucet, le processus de « castralisation » (pour reprendre l’expression de Michel de Waha) a avorté et s’est soldé par la désertion du site. Cette évolution, identifiée de manière assez significative dans le cadre du PCR, est sans doute plus fréquente qu’il n’y paraît et il faut certainement considérer que certains sites, notamment les plus précocement abandonnés, échappent au crible de l’enquête. D’autres sites diffèrent de ces modèles simples, souvent parce qu’ils ont connu une évolution originale : Merle ou Châlucet (première époque) apparaissent non enclos et pourraient être considérés comme des castra « ouverts », avec tout ce que cette appellation peut avoir d’ambigu (le fait a été mis en évidence à Mouret, Aveyron). Lamouroux pourrait être l’un des rares cas limousins d’habitat aristocratique troglodytique (comme le plus réputé site de Jonas, Puy-de-Dôme). Enfin, plusieurs sites castraux clôturés, un temps défendu par une militia et dénommés par les sources médiévales castrum, se sont formés autour d’établissements religieux comme à Solignac ou à Saint-Yrieix-la-Perche.

11En attendant la multiplication des opérations de fouilles sur certains des sites étudiés, la genèse du phénomène castral avant le xiie s. reste difficile à préciser pour le Limousin, L’enquête n’apporte que peu d’éléments sur cette question. En revanche, dans de nombreux cas, il a été possible de préciser le fonctionnement des sites lors de leur phase de maturité (xiie-xive s.), de mettre en évidence des formes de coseigneurie, de restituer les rapports sociaux et féodaux entre les milites, les domicelli, les servientes et les autres habitants, de mieux cerner la dislocation du groupe de combattants et son redéploiement dans les résidences périphériques, au cœur des finages ou des bourgs paroissiaux. Cet aspect permet d’ailleurs d’attirer l’attention sur les profondes mutations subies par certains sites, dont la morphologie ancienne a été complètement altérée par la transformation en château « moderne » à la fin du Moyen Âge.

12Au terme de trois années d’enquête, les efforts du groupe vont se reporter sur la préparation d’une publication de synthèse. À cet effet, il reste encore un certain nombre de relevés complémentaires à effectuer et quelques dossiers monographiques seront sans doute menés à leur terme afin de donner à l’ensemble du projet davantage de représentativité. En outre, il est prévu d’élargir la portée de l’enquête en confrontant les résultats aux régions périphériques. L’ouvrage ainsi projeté permettra de rendre compte de l’intérêt des sites limousins pour la connaissance de la morphologie du castrum, entre Loire et Dordogne, ce qui était le but initial de l’opération.

Les sites castraux identifiés dans le cadre du PCR castrum en 2005, 2007 et 2009.

Les sites castraux identifiés dans le cadre du PCR castrum en 2005, 2007 et 2009.

1 - Site castral retenu dans le cadre de l’enquête.
2 - Site castral ayant fait l’objet d’une étude monographique approfondie.
3 - Relief supérieur à 500 m d’altitude.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les sites castraux identifiés dans le cadre du PCR castrum en 2005, 2007 et 2009.
Légende 1 - Site castral retenu dans le cadre de l’enquête. 2 - Site castral ayant fait l’objet d’une étude monographique approfondie. 3 - Relief supérieur à 500 m d’altitude.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/15427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Boucher, Renaud Chaume, Patrice Conte, Philippe Loy et Angélique Marty, « Limousin. PCR « Morphologies et mutations du castrum - L’exemple du Limousin, xe-xive s. » », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 298-299.

Référence électronique

Christian Rémy, Jean-Pierre Boucher, Renaud Chaume, Patrice Conte, Philippe Loy et Angélique Marty, « Limousin. PCR « Morphologies et mutations du castrum - L’exemple du Limousin, xe-xive s. » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15427

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Boucher

Renaud Chaume

Patrice Conte

Articles du même auteur

Philippe Loy

Angélique Marty

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christian Rémy

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals