Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 3.- Projets collectifs de recherche

Lorraine. PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en œuvre »

Responsable d’opération : Karine Boulanger, Cédric Moulis et Vianney Muller
p. 299-300

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2009
Haut de page

Texte intégral

1Ce PCR, entrepris en 2008, a pour but de synthétiser des données visant à la compréhension de l’économie de la pierre. Il rassemble des chercheurs de l’université Nancy 2, de l’INRAP et du musée de Sarrebourg autour de différents sites étudiés par l’archéologie préventive ou programmée. Chronologiquement, le projet s’étend de l’époque gallo-romaine au début de l’époque moderne. Quatre grands thèmes ont été retenus, dont deux recouvrent la période médiévale. Le premier n’a pas encore été abordé. Le second s’articule autour de la pierre des édifices seigneuriaux de prestige au second Moyen Âge (xie-xve s.).

2Quatorze sites de prestige (châteaux comportant un donjon ou un logis seigneurial) ont été retenus en privilégiant la diversité géographique et la répartition chronologique couvrant ainsi tout le second Moyen Âge et seul le bâtiment de prestige a été pris en compte. Ces sites sont préférentiellement établis sur des gisements de calcaire ou des bancs de grès. La construction des édifices utilise soit du grand appareil soit des moellons de calcaire ou de grès. Plusieurs sites déjà partiellement étudiés font l’objet de relevés complémentaires, notamment pour l’observation des fondations et l’organisation des maçonneries.

3En 2009, cinq sites ont fait l’objet d’une étude. Cela permet d’ores et déjà d’entrevoir un panel de techniques de mise en œuvre, indiquant qu’il n’existe pas pour la région et la période concernées de protocole standard. Au contraire, chaque maître d’œuvre utilise ses compétences au mieux selon les contraintes géomorphologiques et pécuniaires imposées.

Fontenoy-le-Château (Vosges). Le donjon

4Le bourg de Fontenoy-le-Château est installé dans la vallée du Coney, au SO de Bains-les-Bains. Le ruisseau Châtelain est venu entailler le plateau gréseux selon un axe S-N, dégageant vers l’ouest un éperon étroit, sur lequel le château s’est installé à 287 m d’altitude. Rien ne semble subsister de la construction originelle du xie s., le plus ancien vestige est le donjon, placé en barrage de l’éperon gréseux dont un fossé d’une dizaine de mètres de large protège l’accès au sud. Une analyse radiocarbone a permis d’estimer son édification vers le milieu du xiie s. Elle peut être attribuée, soit aux derniers comtes de Toul qui en ont la possession, soit à Mathieu Ier, duc de Lorraine, à qui échoit ensuite la charge comtale.

5Le donjon a un plan rectangulaire de 13,80 m sur 15,60 m de côté. Il est conservé sur une hauteur maximale de 10 m. Le petit côté fait face à l’éperon et au fossé. Les murs ont une épaisseur comprise entre 3 et 3,30 m. Aucune reprise n’a pu être mise en évidence sur le bâtiment, il semble donc avoir été bâti d’un seul jet, et ne pas avoir subi de restauration importante. Son angle NE repose sur un élément maçonné plus large, qu’il est impossible de caractériser. L’angle NO présente quant à lui un léger départ de mur vers le nord, vestige de l’enceinte qui enserrait le site. L’état des vestiges ne permet pas de savoir si les deux éléments étaient chaînés. Les modules utilisés pour le parement sont réguliers et soigneusement assisés.

6Le donjon est exclusivement constitué de grès bigarré du Buntsandstein supérieur, matériau disponible sur le site. Son choix s’est aussi imposé par sa facilité d’extraction. Cinq des six faces des pierres sont dressées. Le gabarit moyen du parement est de 60 x 37 cm. Les pierres du blocage, disposées en épi par endroits, sont d’un tout autre gabarit : elles sont plates et mesurent généralement 25 cm de long pour 10 cm de haut. Un changement notoire dans le gabarit des assises est visible au niveau du sol de l’étage. La grande majorité du blocage est constituée de pierres disposées en épi et en lits réguliers, sur une largeur de sept rangs, ce qui induit le fait de monter simultanément les deux parements.

7L’ensemble du donjon est lié au mortier de chaux. Chaque changement d’assise est également marqué par un lit de mortier qui semble prouver que l’on a cherché à obtenir une surface plane. Du charbon de bois a été repéré mais son incorporation semble relever du hasard. En l’absence de trous de boulin, il est possible que les murs, très épais, aient pu servir de plan de travail. (Relevé et étude : Cédric Moulis et Vianney Muller.)

Forbach (Moselle). Le donjon

8Le château de Forbach est assis au sommet d’un mamelon rocheux surplombant la ville de 70 m. Il est détaché du reste du plateau gréseux par l’érosion. En 1436, le site revient en fief à Arnold VI de Sierck. C’est sous son autorité que l’on édifie un nouveau château – remplaçant une première structure apparue au xie-xiie s. – et notamment le donjon massif qui le domine.

9Le donjon est un rectangle de 15,60 m de long sur une largeur conservée au mieux de 3,20 m. Les meilleures élévations atteignent 6 m. Le grès rose du substrat rocheux présente une texture fine et pulvérulente que nous retrouvons sur les pierres du parement. La grande régularité des modules et la qualité de la maçonnerie, mais aussi l’usure de la pierre de grès, ne permettent pas de remarquer de traces évidentes de montage. Néanmoins, les pierres sont dressées sur au moins cinq faces, ce qui permet un assemblage à joints fins. L’ensemble des élévations extérieures présente une mise en œuvre soignée et régulière, ne nécessitant pas d’assises de réglage caractérisées. La longueur des pierres varie relativement peu d’une assise à l’autre. Ce sont les hauteurs de bancs qui conditionnent les hauteurs d’assises.

10À l’intérieur du donjon, deux parements se distinguent. Le premier présente la même régularité que les élévations extérieures. Le second type de parement est de qualité moindre. Il ne semble pas qu’il faille pour autant y voir la traduction d’un phasage. En effet, les départs et vestiges de voûte du rez-de-chaussée sont visibles aussi bien sur le premier parement que sur le second. L’analyse des mortiers permettra de confirmer cette hypothèse. Les élévations du donjon ne présentent apparemment pas de trous de boulin. Quelques empochements de petite taille repérés sur le parement interne soigné suggèrent l’ancrage d’un échafaudage, mais plutôt lors d’une phase de reprise que lors de l’édification. (Relevé et étude : Cédric Moulis.)

Gombervaux (Meuse). La tour-porte

11La maison forte de Gombervaux est située à 3 km au nord de Vaucouleurs, au cœur d’un petit vallon. Elle repose sur des calcaires du Séquanien recouverts par une couche marneuse. En 1335, le roi de France Philippe VI de Valois entre en possession de la seigneurie de Vaucouleurs. Il en confie la charge à Geoffroy de Nancy, qui reçoit la terre de Gombervaux pour qu’il puisse y établir une « forte maison ». La construction se déroule de 1338 à 1351. Cette mainmise française sur Gombervaux se traduit dans le plan et l’architecture du site, atypiques pour la région.

12Le château repose sur une plateforme de 50-55 m de côté, entourée de douves. De plan quadrangulaire, il possède une tour circulaire dans chaque angle et une tour-porte faisant office de donjon au centre de la courtine SO. Cette tour-porte rectangulaire, d’environ 8,50 m de côté et haute de 22 m, présente cinq niveaux : le rez-de-chaussée, trois étages d’habitation, la terrasse sommitale. La pierre la plus représentée est un calcaire blanc-gris communément appelé « pierre de Saint-Germain ». La seconde pierre, de couleur ocre et coquillier, plus fruste à la taille, est moins employée. Pourtant, elle a été utilisée pour des éléments de décor délicats.

13Les fondations du bâtiment semblent constituées de quatre ressauts successifs bien appareillés. Il reste à déterminer si elles sont posées sur un lit de pieux, de fascines, ou directement sur le substrat géologique. L’élévation se compose de 73 à 76 assises de pierres calcaires bien appareillées dont les gabarits avoisinent 50 x 31 cm. Des traces de taille brettelée ont été laissées par trois outils distincts. Des traces de layage sont également visibles en quelques endroits. Les queues des pierres atteignent 70-80 cm, ce qui représente quasiment la moitié de l’épaisseur du mur.

14Les faces NE et SO semblent avoir été montées lors d’une même phase de chantier, avec le calcaire ocre sur les neuf premières assises. Par la suite, le calcaire blanc a été exploité, tout d’abord en montant les parements intérieurs et le blocage des quatre faces au même niveau que le calcaire ocre, puis en continuant jusqu’au sommet. Les faces NE et SE semblent synchrones, elles alignent leur rythme d’assise sur celle de la chaîne d’angle qui les lie. À partir de la quinzième assise, les parements de part et d’autre de la porte NE, distincts jusque-là, se mettent à niveau. La face NO ne respecte pas ce rythme ; elle doit être la dernière à avoir été montée au même niveau que les trois autres, jusqu’à sa dix-septième assise, ensuite elle respecte le rythme de sa chaîne d’angle commune avec le mur NE. (Relevé et étude : Cédric Moulis.)

Niederstinzel (Moselle). La maison forte

15La maison forte de Niederstinzel est située dans la plaine alluviale de la Sarre. Elle se présente comme un carré de 27 m de côté aux angles arrondis, assis sur une plateforme légèrement rectangulaire. L’accès principal, orienté au sud, est protégé par une barbacane. L’ensemble est ceint d’un double fossé circulaire encore bien marqué. L’état actuel de la recherche permet de faire apparaître un phasage en deux temps forts. Le premier correspond à l’édification du bâtiment au milieu du xive s. Il est conçu pour la vie d’une famille de petite noblesse, tels que se présentent alors les Geroldseck, vassaux de l’évêque de Metz. La maison-forte possède une simple enceinte quadrangulaire protégée par un chemin de ronde, une tour et un fossé double, le tout englobant un logis seigneurial percé de larges fenêtres, avec des éléments de confort tels des latrines ou des cheminées. Les aléas des partages successoraux et la gestion en coseigneuries à partir de la fin du xive s. conduisent à repenser l’organisation spatiale et la définition des bâtiments : une cheminée est ajoutée et des murs divisent l’espace en pièces plus restreintes. Divers événements guerriers obligent à un réaménagement des éléments défensifs.

16On y observe des parements maçonnés sur les deux faces sur une hauteur de 60 ou 70 cm en posant des pierres calcaires, de 20 à 35 cm de long pour 8 à 20 cm de hauteur, à plat, quasiment jamais en boutisse. On réalise ensuite le blocage sur la même hauteur en disposant les pierres plutôt à plat. On rétablit alors l’horizontalité en posant une assise bien rectiligne, que le blocage respecte également. À ce stade de la construction, on rehausse l’échafaudage en plaçant en biais au-dessus de l’assise de réglage des boulins, qui vont servir à la fois pour les platelages intérieurs et extérieurs. L’épaisseur des murs et la disposition régulière d’assises de réglage tendent à faire penser qu’ils ont servi de plan de travail pour la circulation des ouvriers comme pour le stockage des matériaux avant pose. La seconde phase de chantier, qui intervient sans doute à la fin du xive s., ne semble pas très différente. Seul le rehaussement de la tour apparaît dissemblable, avec un parement plus soigné et de plus grande hauteur. Par la suite, on remploie des moellons identiques à ceux de la première phase. Le mortier utilisé est plus clair, car sans doute plus chargé en chaux. Ces conclusions restent toutefois soumises à validation. (Relevé et étude : Cédric Moulis et Vianney Muller.)

Vaudémont (Meurthe-et-Moselle). Le donjon

17Le site occupe l’extrémité occidentale de la colline de Sion, au cœur du Saintois, à 493 m d’altitude. La colline, courbe, est un exemple remarquable de butte-témoin. Elle se compose en son sommet d’un socle calcaire du Bajocien reposant sur un banc oolithique de faible puissance de l’Aalénien. On ne connaît pas avec précision la date d’apparition de la première fortification. L’analyse historique et les datations de charbon de bois montrent qu’il faut retenir une fourchette chronologique autour de l’an Mil, soit quelques décennies avant la constitution du comté éponyme, en 1072.

18Le donjon a un plan rectangulaire de 24 x 16,5 m de côté. Excentré vers le sud, il barre cependant le plateau. C’est sous sa protection que se développe le château. En arrière du fossé, un mur droit complétait le barrage de l’éperon. Le donjon présente un parement de pierres calcaires grossièrement équarries dont les dimensions oscillent entre 20 et 35 cm de long pour 10 à 25 cm de haut. Quelques pierres présentent une face plutôt carrée, mais la plupart sont oblongues. Leur gabarit s’explique vraisemblablement par la nature du matériau utilisé. Les moellons utilisés pour le blocage en épi ont des caractéristiques similaires. Les pierres composant la chaîne d’angle sont plus imposantes : elles peuvent mesurer entre 50 et 100 cm de long pour 30 à 60 cm de hauteur. Certaines d’entre elles, d’origine gallo-romaine, semblent avoir été réutilisées sans aucune retouche, d’autres présentent clairement des traces de retaille. Le liant est constitué de chaux mêlée à du sable et des galets. Dans les parties basses du bâtiment, on observe une concentration en lentilles de charbons de bois. Bien que la densité et la fréquence de ces poches incitent à la prudence, nous pouvons l’interpréter comme une tentative visant à limiter les remontées capillaires.

19Vingt-six trous de boulins ont été enregistrés sur la façade est. Nous supposons que quelques trous ont été malencontreusement rebouchés lors de la restauration récente. Ils sont tous maçonnés et présentent une forme circulaire dont le diamètre standard est de 8 cm. Leur profondeur varie de 60 cm à 340 cm. Quelques fragments de hêtre ont été prélevés dans l’un d’entre eux, l’analyse radiocarbone a permis de confirmer les résultats de l’étude des charbons de bois des mortiers. Cinq niveaux de platelage ont pu être distingués. Si l’on conserve un écart de 80 cm entre les différentes rangées de boulins, il faut alors compter cinq rangs supplémentaires qui n’apparaissent plus sur l’édifice. (Relevé et étude : Cédric Moulis.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Boulanger, Cédric Moulis et Vianney Muller, « Lorraine. PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en œuvre » », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 299-300.

Référence électronique

Karine Boulanger, Cédric Moulis, Vianney Muller, « Lorraine. PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en œuvre » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15455

Haut de page

Auteurs

Karine Boulanger

Articles du même auteur

Cédric Moulis

Articles du même auteur

Vianney Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Karine Boulanger

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Cédric Moulis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Vianney Muller

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals