Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
IV.- Sépultures et nécropoles
IV 1.- Opérations de terrain

Aizier (Eure). Chapelle Saint-Thomas

Responsable d’opération : Cécile Niel et Marie-Cécile Truc
p. 302

Entrées d’index

Année de l'opération :

2004, 2005, 2006, 2007, 2009
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 1998, cette léproserie médiévale rurale fait l’objet d’une fouille programmée (Archéologie médiévale, 35, p. 214-215). Situé en pleine forêt, à 1 km de l’actuel village d’Aizier, cet établissement fut propriété de l’abbaye de Fécamp. Seule la chapelle romane, dédiée à Thomas Becket, subsiste aujourd’hui à l’état de ruines. En 1998, une série de sondages a révélé la présence d’un cimetière, d’une voie et de bâtiments. De 1999 à 2003, les fouilles ont permis de comprendre l’organisation et l’évolution de la zone bâtie au cours du Moyen Âge. Dans une première phase (xiiie-xve s.), un grand bâtiment en dur comportant vraisemblablement un étage a dû faire office de lieu de vie collectif. Au cours du xve s., il est abandonné au profit de deux maisons à pans de bois, plus petites, qui s’implantent sur ses ruines. Comportant respectivement deux et trois pièces, avec four et cheminée, elles attesteraient plutôt d’un mode de vie individuel. Elles sont abandonnées durant le xvie s., époque de désaffection de la léproserie d’après les sources écrites.

2Les campagnes 2004 à 2006 ont été consacrées à l’étude de la zone située au sud de la chapelle ainsi qu’à la fouille du cimetière. Parallèlement, afin de cerner le potentiel archéologique du site et d’étudier les enclos (talus et fossés) et axes de circulation, une série de sondages a été réalisée. La reprise de la microtopographie et de l’étude documentaire a permis de proposer un phasage des différents éléments constitutifs du paysage et de l’organisation de la léproserie (enclos, chemins, voie). En 2007, l’exploration des abords sud et est de la chapelle a été achevée. Les structures découvertes (fossés, palissade, murs, foyers) semblent attester que cette zone était vouée à une fonction domestique et utilitaire plutôt qu’à l’habitat. Les sépultures y sont peu nombreuses, la plupart se concentrant dans l’espace au nord de la chapelle. La fouille de cette dernière a également été entreprise. Vers la fin du Moyen Âge, le chœur et sans doute une partie de la nef sont ravagés par un incendie, à la suite duquel est construit – ou reconstruit – l’emmarchement du chœur. Ces travaux perturbent les niveaux antérieurs. Dans la nef, la puissance sédimentaire est faible (une trentaine de centimètres) et se constitue essentiellement de remblais de démolition. À part de rares lambeaux correspondant à la phase d’incendie du chœur, aucun niveau de sol n’y est conservé. Aucune sépulture n’a pu être identifiée dans le chœur tandis qu’une trentaine de tombes ont été exhumées dans la nef. En parallèle, la fouille du cimetière, au nord de la chapelle, s’est poursuivie et celle des espaces non funéraires a été achevée. Le secteur situé entre la zone bâtie et la mare a livré ce qui semble correspondre à des fosses d’extraction.

3Les résultats de l’analyse anthropobiologique des défunts issus des premières campagnes confirment une spécialisation des aires funéraires en rapport avec la vocation hospitalière de l’établissement. Les études épidémiologiques en cours menées par le Centre d’Études Paléopathologiques du Nord (J. Blondiaux) ont d’ores et déjà confirmé la part très importante de la lèpre parmi les pathologies observées.

4L’objectif de la campagne 2009 était de terminer la fouille du cimetière nord. Une soixantaine de tombes ont été mises au jour. Implantées en rangées bien organisées et installées sur deux à six niveaux d’inhumation, elles montrent de fréquents recoupements de fosses. L’analyse de leur répartition spatiale suggère une gestion très rigoureuse du cimetière avec une implantation reprenant fréquemment la localisation des sépultures antérieures. La stratigraphie de cette zone sépulcrale s’est avérée extrêmement complexe, révélant une utilisation intensive du cimetière, notamment dans sa partie centrale, et la probable persistance d’un marquage au sol des tombes. Une douzaine de cas d’individus inhumés dans des positions atypiques a pu être mise en évidence. Comme les années précédentes, d’importantes atteintes osseuses probablement attribuables à la lèpre ont pu être identifiées sur plusieurs sujets dès la phase terrain. L’étude en laboratoire devra confirmer ce premier diagnostic.

5La fouille de l’ensemble des espaces funéraires est maintenant quasiment achevée, une trentaine de tombes restant encore à dégager dans la partie NE du site. Une ultime campagne est programmée pour l’été 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Niel et Marie-Cécile Truc, « Aizier (Eure). Chapelle Saint-Thomas », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 302.

Référence électronique

Cécile Niel, Marie-Cécile Truc, « Aizier (Eure). Chapelle Saint-Thomas » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15469

Haut de page

Responsables d'opération

Cécile Niel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Marie-Cécile Truc

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals