Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
IV.- Sépultures et nécropoles
IV 1.- Opérations de terrain

Angers (Maine-et-Loire). Rue Chaussée-Saint-Pierre

Responsable d’opération : Martin Pithon
p. 303

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1En juillet 2009, la fouille a porté sur une surface d’environ 80 m² correspondant à la jonction entre la future trémie d’accès au parking souterrain du Ralliement et le parking lui-même. Il s’agit aussi du secteur supposé le moins perturbé par les réseaux modernes et contemporains et par les caves bordant la rive SE de l’ancienne chaussée Saint-Pierre.

2Une rue appartenant au quadrillage de la ville antique a été retrouvée. Sur une épaisseur de 60 cm, elle présente une succession de cinq couches de pierres damées en surface, qui constituent autant de réfections de la chaussée. Le mobilier recueilli sous le premier radier situerait la mise en place de la voie postérieurement à l’époque augustéenne. Les derniers empierrements, moins soignés, ont livré des tessons du iiie s.

3La chaussée bordée par deux fossés mesure environ 5 m de large et suit le même axe perpendiculaire à la Maine que l’actuelle rue Chaussée-Saint-Pierre. Cette rue antique a été reconnue lors des fouilles du Logis-Barrault (P. Chevet, 1999-2000), de la rue Delaâge (P. Chevet, 2003), de la Bibliothèque municipale (J. Siraudeau, 1975), ainsi qu’au carrefour Rameau (xixe s.) et sous le chœur de l’église Toussaint, lors de sa transformation en musée.

4Sur la chaussée, du côté SE, se trouvaient rangés, les uns à côté des autres, six sarcophages en calcaire coquillier en très mauvais état de conservation. De l’autre côté, une autre série de sept sarcophages, qui semblent s’aligner le long du fossé bordier de la voie antique, a été aperçue en coupe à la faveur de la pose des blindages de la trémie. Entre les deux alignements, une bande d’environ 3 m de large dépourvue de tombe pourrait indiquer le maintien au moins partiel de la rue du Haut-Empire. Cette voie constituerait donc au Bas-Empire un lien possible entre la vaste nécropole (que recouvre en partie l’actuelle place du Ralliement) et le castrum (actuelle Cité entre château et cathédrale).

5À cette phase d’inhumation en cuve de pierre, succèdent des sépultures en pleine terre (sept) présentant parfois des aménagements de dalles de schiste (parois latérales, couverture), qui recoupent les sarcophages, mais conservent la même orientation perpendiculaire à la Maine. Ces nouvelles tombes attestent la pérennité au Moyen Âge du secteur comme lieu d’inhumation autour des églises qui naissent sur les vestiges de l’ancienne nécropole du Bas-Empire. Trois autres sépultures, également en pleine terre, présentent une orientation légèrement divergente qui paraît correspondre à celle de la nef de l’église Saint-Pierre, aujourd’hui disparue, mais bien reconnue lors des fouilles préalables à la construction du parking du Ralliement (J. Siraudeau, 1971).

6Recouvrant une partie de sépulture, un nouvel empierrement témoigne de la (re)création d’un espace de circulation et donc d’une modification des limites de la zone d’inhumation, sans doute vers la fin du Moyen Âge. Cette rue correspond vraisemblablement à l’ancienne chaussée Saint-Pierre, bordée ultérieurement au SE par un bâtiment dont la fouille a mis au jour les murs de la cave. Cette construction – en grande partie détruite par le parking – appartient à l’îlot bâti groupé autour de l’église Saint-Pierre et occupe l’angle formé par la rue Chaussée-Saint-Pierre et la rue des Grandes Écoles (aujourd’hui disparue), matérialisée sur la fouille par des caniveaux latéraux maçonnés et espacés de 3 m l’un de l’autre. Cette configuration perdure jusqu’à la création de l’espace du Ralliement après la Révolution : la rue des Grandes Écoles disparaît en même temps que l’église Saint-Pierre et l’université qui la bordent de part et d’autre ; l Chaussée Saint-Pierre est réalignée à l’époque « haussmanienne » retrouvant alors le tracé de la rue antique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Pithon, « Angers (Maine-et-Loire). Rue Chaussée-Saint-Pierre », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 303.

Référence électronique

Martin Pithon, « Angers (Maine-et-Loire). Rue Chaussée-Saint-Pierre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15473

Haut de page

Responsable d’opération

Martin Pithon

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals