Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
IV.- Sépultures et nécropoles
IV 1.- Opérations de terrain

Banneville-la-Campagne (Calvados). Chemin Saulnier

Responsable d’opération : Vincent Hincker
p. 303-304

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1À la fin du premier quart du vie s., un cimetière comprenant 66 tombes est implanté le long d’une voie antique raccordant au nord l’estuaire de l’Orne et au sud la route reliant les villes de Bayeux et Lisieux. Les treize tombes les plus anciennes, orientées selon un axe N-S, s’organisent autour d’un noyau central composé d’une tombe masculine et d’une tombe féminine richement dotées en mobilier funéraire. L’homme, inhumé sur un brancard ou dans un cercueil assemblé à l’aide d’agrafes en fer, était accompagné d’une coupe en verre, d’une aumônière avec un décor d’applique en argent doré et d’un éperon porté au pied gauche. La disparition du membre supérieur gauche, ainsi que les destructions reconnues sur le crâne peuvent être attribuées aux conséquences d’un pillage destiné à prélever l’épée qui devait avoir été initialement déposée dans la tombe. Bien qu’en partie détruite lors de l’implantation d’une tombe postérieure, la sépulture féminine qui lui est accolée conserve néanmoins trois bagues en argent, un gobelet en verre et une châtelaine, qui soulignent le statut privilégié de la défunte dans la communauté inhumée à Banneville. Ces deux tombes sont bordées au nord par trois sépultures de fillette portant chacune un collier composé de perles en verre et en ambre. À ce noyau primitif se rattachent, entre autres, les tombes d’un homme avec une lance et d’une quatrième fillette, dotée de boucles d’oreille en argent et d’un collier de perles en verre. La fin de cette première phase d’inhumation est marquée par un changement dans l’orientation des tombes, désormais disposées selon un axe O-E. À l’origine de cette mutation, interviennent deux tombes accolées qui accueillent pour l’une un homme portant une épée et pour l’autre une femme richement parée, du moins par rapport aux autres femmes du cimetière. La nécropole s’étend désormais vers le sud, le long de deux lignes de tombes parallèles au chemin antique, alors que vers le nord d’autres sépultures sont installées dans les interstices laissés entre les tombes primitives. Le mobilier placé dans les tombes ne présente rien de remarquable, si ce n’est que plusieurs de ces objets ont manifestement été inspirés par des modèles en matériaux nobles, sans que les individus inhumés à Banneville aient eu les moyens d’employer de tels matériaux. Les dernières inhumations interviennent à la charnière entre le vie et le viie s. Le cimetière est alors délaissé et les travaux agricoles reprennent possession de l’espace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Hincker, « Banneville-la-Campagne (Calvados). Chemin Saulnier », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 303-304.

Référence électronique

Vincent Hincker, « Banneville-la-Campagne (Calvados). Chemin Saulnier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15485

Haut de page

Auteur

Vincent Hincker

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Hincker

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals