Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
IV.- Sépultures et nécropoles
IV 1.- Opérations de terrain

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). 15, rue Gabriel Péri

Responsable d’opération : Anne-Sophie Vigot
p. 305-306

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic ayant révélé la présence de la via Agrippa (ancienne voie romaine reliant Lugdunum à Médiolanum Santonum), d’un espace funéraire antique ainsi que de quelques sépultures médiévales, une fouille entreprise au printemps 2009 a mis au jour 111 structures antiques et médiévales, réparties sur 3 m de stratigraphie et sur une superficie de 583 m2. Malgré les nombreuses perturbations occasionnées par les restes de constructions récentes (caves…), il a été possible d’identifier neuf phases d’occupation subdivisées en dix-huit séquences chronologiques, s’échelonnant sur plus de quatorze siècles. Trois phases et six séquences s’étalent du vie au xiiie s.

2Comme cela était attendu, un important axe de circulation se développe sur les trois quarts de la zone fouillée. Orientée E-O, cette voie romaine présente cinq niveaux de reconstruction et un niveau de préparation. Le dernier niveau est mis en place au haut Moyen Âge, vers le vie s., il se compose d’un radier de petits blocs de roche volcanique calibrés et tassés sur lequel reposent des pierres plates où se mêlent rejets de reste de faune et de terre cuite architecturale. Au sud, la voie est bordée d’un trottoir délimité par deux murets constitués de blocs antiques récupérés. La mise en œuvre de l’ouvrage diffère légèrement des méthodes employées antérieurement : large de 5,5 m, la route est réduite de moitié par rapport à l’infrastructure antique ; un muret délimite l’espace de circulation et une zone d’habitat identifiée au sud. En effet, à partir du ve s., on constate un bouleversement morphologique de la ville. L’espace périurbain, jusqu’alors occupé par une zone funéraire et par un aqueduc, semble prendre un tout autre visage. La ville s’étend probablement vers l’ouest. Deux niveaux d’occupation se superposent à ceux de l’Antiquité tardive. Leur emplacement est conservé dans le cadre d’une installation médiévale. Au viie s., on note un réaménagement de l’habitat, qui se déplace légèrement vers le nord, suivant la limite parcellaire imposée par la voie. Plus construit que les niveaux antérieurs, on observe la présence de fondations de murs permettant de percevoir le cloisonnement de cette habitation, avec deux espaces distincts dans lesquels on identifie l’empreinte de foyers. Les traces sont cependant trop ténues pour pouvoir caractériser le type d’habitat et même son extension.

3La voie antique est peu à peu abandonnée (ou se déplace vers le nord) au haut Moyen Âge, laissant alors place à une occupation funéraire médiévale, qui conserve les limites parcellaires préétablies. Les niveaux d’occupation perdurent visiblement au sud en même temps que ce cimetière prend forme ; néanmoins, il est difficile de savoir si les deux établissements pouvaient fonctionner ensemble.

4Un premier cimetière datant des viiie-ixe s. vient perturber l’ancienne voie : les structures la percent directement. Les fosses suivent une organisation spatiale marquée, alignées et orientées O-E selon le modèle chrétien. La décomposition des corps s’est opérée en espace vide et des contraintes liées à la présence probable de vêtements ou de linceul sont perceptibles. Certaines sépultures sont recouvertes de petites structures pouvant servir de stèles. Vingt sujets reposent dans quinze sépultures. Il s’agit d’une population sélectionnée regroupant des caractéristiques socio-environnementales communes. Si les deux sexes sont représentés, on constate une nette prédominance masculine, de même qu’un hiatus de la population âgée de 2 à 23 ans. La corrélation de l’archéologie avec les sources écrites pourrait permettre de rattacher ce cimetière à une léproserie, le Xénodochium Saint-Priest, un des premiers hôpitaux de Clermont-Ferrand.

5Après une période d’abandon, un nouveau cimetière est installé sur l’ensemble de la surface fouillée. De nombreuses tombes viennent se superposer en au moins trois phases différentes, du ixe au xiiie s. Dans un premier temps, il semble que ces sépultures, tout comme pour le premier cimetière, sont organisées, alignées et orientées O-E, avec un aménagement de pierre entourant les corps. Dans un second temps, les structures funéraires sont très bouleversées et se recoupent les unes les autres. La densité d’occupation est alors importante et l’on dénombre 38 sujets pour seulement 23 sépultures. Il s’agit d’une population hétérogène. L’organisation de cet espace et sa population sont caractéristiques d’ensembles funéraires paroissiaux. Au Moyen Âge, le site est localisé à l’emplacement d’un bois, le « Bois-de-Cros », où s’installe la chapelle paroissiale Sainte-Madeleine attestée pendant tout le bas Moyen Âge. Il est possible que le cimetière découvert ici soit associable à cette chapelle et donc au cimetière paroissial. Un puits (abandonné au xvie s.) est mis en place en même temps que l’espace sépulcral et semble fonctionner en parallèle. Dans un troisième temps, l’ensemble funéraire se désorganise, les sépultures ne suivent plus d’orientation stricte et s’éparpillent sur un domaine plus vaste.

6Le site est abandonné à la fin du Moyen Âge avant l’installation des infrastructures récentes. Un immeuble, un garage et des caves semi-enterrées sont les dernières traces d’une occupation anthropique.

Clermont-Ferrand, 15, rue Gabriel Péri.

Clermont-Ferrand, 15, rue Gabriel Péri.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Clermont-Ferrand, 15, rue Gabriel Péri.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/15501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Vigot, « Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). 15, rue Gabriel Péri », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 305-306.

Référence électronique

Anne-Sophie Vigot, « Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). 15, rue Gabriel Péri » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15501

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Vigot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Sophie Vigot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals