Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
IV.- Sépultures et nécropoles
IV 1.- Opérations de terrain

Épernon (Eure-et-Loir). Église Saint-Pierre, caveau sous le chœur

Responsable d’opération : Philippe Blanchard
p. 307

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1En juillet 2009, une opération programmée a été réalisée dans un caveau situé sous le chœur de l’église paroissiale d’Épernon. La structure carrée de 3 m de côté possède une voûte en plein-cintre. On y accède par un escalier d’une dizaine de marches disposé sur son côté ouest. Ce caveau, funéraire à l’origine, a connu une fonction secondaire d’ossuaire à partir de 1760 et, depuis cette date, n’a été ouvert qu’à de rares occasions (1795, 1854, 1885 et 1941). C’est lors de la dernière ouverture qu’il fut entièrement vidé de son contenu par le curé de l’époque, qui décida d’ordonner les nombreux vestiges osseux afin de les mettre en valeur. Lors de ce rangement, il découvrit un corps momifié qui fut attribué à Anne-Marie-Louise de Goth, fille du duc d’Épernon, décédée en 1685 à l’âge de 17 ans environ. Cette identification fut facilitée par la découverte d’une épitaphe de cuivre, probablement apposée initialement sur un sarcophage en plomb récupéré en 1795 pour la fabrication de « balles patriotes ». Le corps fut placé dans un cercueil de bois neuf en 1941.

2Le projet mené en 2009 par une équipe composée d’archéologues, d’archéo-anthropologues et d’un spécialiste du textile répondait à plusieurs objectifs. Outre l’étude architecturale et historique du caveau, il convenait de mener une étude sur le corps momifié, pour essayer d’en confirmer l’identité, ainsi que sur les vestiges textiles présents, afin de déterminer s’ils relevaient de pièces d’habillement ou d’un linceul. Le second point d’intérêt concernait l’ossuaire, notamment la présence d’anomalies osseuses relevées dès les premières visites du caveau, comme plusieurs crânes sciés au sein de l’amas d’ossements, suggérant la pratique d’éventuels embaumements mortuaires, et certaines pathologies particulières qu’il était nécessaire de répertorier et d’analyser.

3Cet ossuaire, initialement placé dans le clocher de l’église, a été introduit dans le caveau en 1760 et remanié en 1941. Les problématiques généralement liées à ce type d’aménagement étaient donc fortement réduites du fait des nombreuses manipulations pratiquées. Ceci nous a semblé être l’occasion de tester et d’évaluer une méthodologie particulière pour traiter et analyser le plus rapidement possible cette multitude d’ossements tout en tentant de perdre le moins d’informations possible.

4La structure a donc été à nouveau intégralement vidée dans la première semaine de juillet 2009, en enregistrant les pièces osseuses en fonction, non de leur position précise dans l’ossuaire, mais selon une répartition en grands ensembles qui constituaient le rangement de 1941. Lors de cette extraction, un second corps momifié, dans un état de conservation bien moindre que celui du cercueil, a été identifié au sein d’un amas osseux. Trois fragments de dalles calcaires épigraphiées se rapportant pour deux d’entre elles à des plates-tombes du xve s. ont également été mis au jour.

5Un minimum de 638 adultes et de 219 immatures ont été dénombrés. Lors de cet examen, dix pièces osseuses présentant des traces de sciages ont été reconnues, permettant d’identifier au moins deux crânes ayant fait l’objet de découpe en relation avec une pratique d’embaumement. Trois autres fragments osseux suggèrent des sciages dans un cadre de préparations anatomiques et auraient pu être introduits postérieurement. Enfin, 202 pièces pathologiques ainsi qu’un très grand nombre de résidus cérébraux ont été isolés ; certains font actuellement l’objet d’études approfondies.

6Le cercueil a également été extrait (puis réintroduit) et transporté à l’hôpital de Garches pour y subir un scanner et un examen extérieur qui présentaient l’avantage de conserver l’intégrité physique du corps. Des microprélèvements de tissus humains ont été effectués afin de déterminer si le défunt avait pu bénéficier de produits d’embaumement et, de la même façon, des fragments de textiles ont été recueillis pour reconnaître la présence de vêtements et/ou d’un linceul. Enfin, des prélèvements des restes d’insectes identifiés sur le corps et dans le cercueil ont été pratiqués. Dans l’attente de la plupart des résultats, il est encore hasardeux de se prononcer.

7Le principal apport de cette intervention est l’étude du corps momifié en cercueil, qui ne peut pas être celui de la fille du duc d’Épernon. L’examen de maturité osseuse a en effet révélé une contradiction avec l’âge proposé à la fois par la plaque funéraire et par les registres paroissiaux ; ce sujet de sexe féminin ne correspond pas à une défunte de moins de 20 ans mais plutôt à une adulte de plus de 30 ans.

8Le second corps momifié, identifié également comme une femme adulte de plus de trente ans, n’est pas non plus attribuable à ce personnage. Les recherches en archives, encore en cours, permettent de proposer l’hypothèse d’Anne Vialard († 1680), grand-mère d’Anne-Marie-Louise de Goth et probable commanditaire, au xviie s., de ce caveau de famille qui reçut les corps d’au moins quatre personnes en l’espace de dix années : Anne Vialard, son mari Louis de Goth († 1661) – dont le corps avait été mis en dépôt temporaire dans une tombe de l’église Saint-Médéric de Paris, en attente probablement de la construction d’un caveau plus en adéquation avec son statut social –, leur petite-fille Anne-Marie-Louise de Goth († 1685) et enfin, Gaston Jean-Baptiste de Goth (4e duc d’Épernon), qui rejoint en 1690 sa fille et ses père et mère dans leur dernière demeure. L’identité des corps momifiés reste délicate à précise. Des recherches en archives et dépouillements de registres paroissiaux en 2010 tenteront de confirmer ou infirmer les hypothèses sur l’identité de ces personnages.

9La dernière semaine de juillet a été consacrée à la réintroduction des pièces de l’ossuaire dans le caveau et à leur rangement dans l’état antérieur à notre intervention.

Épernon, église Saint-Pierre.

Épernon, église Saint-Pierre.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Épernon, église Saint-Pierre.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/15513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Blanchard, « Épernon (Eure-et-Loir). Église Saint-Pierre, caveau sous le chœur », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 307.

Référence électronique

Philippe Blanchard, « Épernon (Eure-et-Loir). Église Saint-Pierre, caveau sous le chœur » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 17 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15513

Haut de page

Auteur

Philippe Blanchard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Blanchard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals