Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
IV.- Sépultures et nécropoles
IV 1.- Opérations de terrain

Saint-Doulchard (Cher). Le Pressoir, route de Vouzeron

Responsable d’opération : Philippe Maçon
p. 314

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007, 2009
Haut de page

Texte intégral

1La réalisation en 2007 d’un diagnostic au lieu-dit « Le Pressoir » a révélé la présence de sépultures médiévales et de vestiges sur poteaux de la période carolingienne. Les premiers résultats de la fouille conduite durant l’été 2009 par le Service d’archéologie préventive de Bourges Plus (cf. Archéologie Médiévale, 39, p. 306) confirment l’intérêt majeur de ce gisement pour l’approche de la formation du bourg ancien de Saint-Doulchard, sis à environ 2 500 m au NO du centre urbanisé de Bourges.

2Un peu plus de 200 sépultures à inhumation du haut Moyen Âge ont été mises au jour dans une zone de 400 m² au NO de l’emprise fouillée. Les limites de l’espace funéraire sont atteintes du NE au SO ; elles sont matérialisées par un fossé à angle droit, dans le comblement supérieur duquel sont installées les tombes périphériques. Au NO, les sépultures s’étendent au-delà de l’emprise de fouille. Orientées pour la plupart selon un axe NO-SE, elles sont organisées en rangées parallèles, espacées de quelques dizaines de centimètres à un mètre. Certaines sont signalées en surface par des dalles grossièrement équarries et posées de chant derrière le crâne du défunt. De fait, les recoupements entre sépultures sont rares et préservent presque toujours l’intégrité de l’individu précédent.

3Il s’agit le plus souvent de tombes individuelles, mais une quinzaine de fosses accueillent deux ou trois individus inhumés simultanément ; la plupart se trouvent à la périphérie de l’espace funéraire. La décomposition des corps s’est faite en espace colmaté ; les indices de sépultures habillées et/ou de présence de linceuls sont récurrents. Si la quasi-totalité des tombes périphériques ne témoignent pas d’aménagement funéraire particulier, en revanche, la plupart des sépultures installées à l’intérieur de l’enclos présentent des agencements plus ou moins élaborés de pierres posées de chant contre les parois de la fosse.

4L’étude anthropologique des squelettes est en cours, mais les premiers éléments indiquent que toutes les classes d’âges sont représentées, malgré un déficit des individus les plus jeunes, sans doute en relation avec le niveau d’apparition des squelettes par rapport au niveau de sol actuel. Les sépultures identifiées de jeunes enfants apparaissent en effet immédiatement sous la terre végétale, et l’on a pu mettre en évidence les perturbations occasionnées par les labours. Il est certain que d’autres sépultures parmi les plus vulnérables ont été détruites, comme en témoignent les ossements erratiques découverts dans les niveaux inférieurs de la terre végétale.

5Une dizaine de tombes contenaient des éléments de parure et/ou d’habillement en alliage cuivreux, datés de la période mérovingienne. Ces sépultures ne différant pas des autres quant aux modes d’inhumation et d’organisation, il est raisonnable d’envisager que l’ensemble de ce groupe funéraire appartient à la période mérovingienne. Plusieurs datations par 14C viendront vérifier cette hypothèse.

6En marge de l’espace funéraire, au sud, un vaste ensemble de vestiges de constructions sur poteaux a été mis au jour. Il s’agit d’environ 130 trous de poteau, associés à un ensemble de fossés, de sablières basses et quelques petits silos. Les structures se répartissent sur environ 2 500 m², en plusieurs groupes distincts. Les limites de cette occupation sont atteintes du NE au SO, mais se poursuivent au-delà de la limite de fouille au NO. Le plan de ces vestiges et leur fonction restent pour l’heure à définir. Le mobilier céramique associé est daté de la période carolingienne. Il est intéressant de constater que l’espace funéraire mérovingien constitue une limite à cette installation carolingienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Maçon, « Saint-Doulchard (Cher). Le Pressoir, route de Vouzeron », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 314.

Référence électronique

Philippe Maçon, « Saint-Doulchard (Cher). Le Pressoir, route de Vouzeron » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15601

Haut de page

Auteur

Philippe Maçon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Maçon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals