Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
IV.- Sépultures et nécropoles
IV 2.- Prospection

Haute-Vienne et Corrèze. Prospection thématique sur les pierres tombales (xie-xviie s.) en Corrèze et Haute-Vienne

Responsable d’opération : Manon Durier
p. 316

Entrées d’index

Année de l'opération :

2005, 2009
Haut de page

Texte intégral

1En 2009, une prospection thématique sur les pierres tombales limousines (xie-xviie s.) a fait suite à deux premières campagnes, réalisées au sud de la Haute-Vienne, afin de sonder d’autres territoires situés au nord du département et à l’est de la Corrèze. Ces recherches, initiées en 2005 en concertation avec le SRA Limousin et réalisées avec la collaboration ponctuelle de l’association ArchéA (Archéologie bénévole en Limousin), ont fait l’objet d’un mémoire de master à l’université Paris X - Nanterre et s’intègrent maintenant dans le cadre plus vaste d’un doctorat en cours à l’université de Poitiers. Les prospections s’étendent sur une centaine de communes correspondant à trois zones, choisies arbitrairement au sein de l’espace géologiquement et historiquement cohérent que constitue l’ancien diocèse de Limoges. Si l’on considère conjointement toutes les phases de terrain, cet inventaire a permis la documentation de 541 pierres tombales de la période concernée, pour la plupart jusqu’alors inédites. Ces monuments funéraires doivent leur conservation à leur remploi dans les cimetières communaux ou dans le pavage des églises ; le contexte archéologique de leur première utilisation est donc, à quelques exceptions près, perdu. La longueur de la période chronologique considérée a été imposée par les ­difficultés de datation inhérentes à l’objet d’étude – à propos de ces questions méthodologiques, on pourra lire un article paru dans le tome 29 de Travaux d’archéologie Limousine. Les pierres tombales étant taillées dans des roches granitiques, ces éléments de signalisation d’une sépulture sont en effet rarement sculptés d’une inscription et les principales figurations sont celles de la croix. Les effigies funéraires constituent une faible part du corpus, tandis que les pierres en bâtière sont plus nombreuses, mais inégalement dispersées, et que les dalles restent majoritaires. Bien que des ruptures chronologiques soient difficilement perceptibles dans la typologie des monuments funéraires limousins, il est indéniable que cette continuité des formes masque en partie des évolutions sensibles des évocations qu’elles doivent susciter et des pratiques mémorielles qu’elles soutiennent. Par exemple, le passage de la représentation de croix de procession à celle de croix monumentale n’est pas anodin dans la référence qu’elle impose d’un rituel liturgique ou d’un acte de piété personnelle. Marqueurs d’inhumations privilégiées, les pierres tombales médiévales et modernes sont également le support matériel de la commémoration des défunts, dont l’étude constitue la principale finalité de ces prospections.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manon Durier, « Haute-Vienne et Corrèze. Prospection thématique sur les pierres tombales (xie-xviie s.) en Corrèze et Haute-Vienne », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 316.

Référence électronique

Manon Durier, « Haute-Vienne et Corrèze. Prospection thématique sur les pierres tombales (xie-xviie s.) en Corrèze et Haute-Vienne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15617

Haut de page

Responsable d’opération

Manon Durier

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals