Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
V.- Installations artisanales
V A1.- Céramique, terres cuites, verrerie : opérations de terrain

Grisolles (Aisne). L’Arc à Dieu, La Tuilerie

Responsable d’opération : Thierry Galmiche
p. 317

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007, 2008, 2009
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic avait permis en 2007 de caractériser deux tuileries distantes de 700 m, une de l’époque moderne, mentionnée dans des documents du xviiie s. (site 1), et l’autre abandonnée avant la fin du xve s. ou le début du xvie s. (site 2). La prescription de fouille portait sur la totalité de l’emprise du site 1 et sur le NO du site 2. Les deux sites sont implantés sur les versants opposés d’un talweg en haut duquel des fosses d’extraction d’argile ont été mises au jour. Ce terrain dépendait du prieuré fontevriste du Charme fondé avant 1104. Au xviiie voire au xviie s., la tuilerie était baillée à cens par les religieuses. L’examen des six baux conservés nous renseigne sur l’identité des tuiliers, la nature des productions, l’état de fonctionnement et l’existence de certains équipements.

2Le relativement bon état de conservation du site 1 fournit une vision précise du fonctionnement de cette tuilerie moderne. L’eau, stockée dans une citerne, est acheminée au moyen d’une canalisation vers un marchoir. Ce bassin est accolé à un bâtiment dans lequel, selon toute vraisemblance, les tuiles, briques et autres types de production étaient moulés. L’argile provenait, en plus des zones d’extraction mises au jour dans la partie haute du vallon, de fosses creusées à proximité immédiate de la tuilerie. Après séchage, les tuiles sont arrangées dans un four constitué d’un laboratoire rectangulaire composé d’une double rangée d’arches et précédé par un alandier de forme trapézoïdale. Cinq états successifs d’utilisation du four ont été dénombrés. Le bois utilisé comme combustible était stocké en partie sur une aire empierrée voisine.

3Les modules des tuiles produites dans l’atelier moderne sont de plus grandes tailles que ceux issus du site médiéval (22 à 23 cm contre 21 cm), lesquels sont cependant plus larges. La tuilerie médiévale a aussi produit des briques et des carreaux. Une datation par archéomagnétisme et une étude des pâtes en lame mince est actuellement en cours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Galmiche, « Grisolles (Aisne). L’Arc à Dieu, La Tuilerie », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 317.

Référence électronique

Thierry Galmiche, « Grisolles (Aisne). L’Arc à Dieu, La Tuilerie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15639

Haut de page

Auteur

Thierry Galmiche

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Galmiche

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals