Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
V.- Installations artisanales
V B3.- Carrières, mines et métallurgie : projets collectifs de recherche

Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). PCR Mines et métallurgie à l’Altenberg, xe-xvie s.

Responsable d’opération : Pierre Fluck
p. 326-327

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1La campagne 2009 du PCR « Altenberg » (fonderies et mines de Pb-Ag) est venue rénover totalement notre perception de l’histoire économique du Val d’Argent et de l’Alsace. Son apport le plus spectaculaire se situe dans l’articulation de plus en plus fine de fragments d’une frise chronologique qui s’étend sur la durée de 700 ans depuis le commencement du xe s. Ainsi, les datations absolues nous font-elles déjà pressentir une « ère des puits » alignés sur les crêtes des filons à l’époque de l’installation des moines d’Échery (début xe s.), suivie autour du boom de l’an Mil de la structuration de duos galeries/fonderies à une altitude plus déprimée (sites dits Pfaffenloch, Patris, Charlotte). Et si la charnière xiie/xiiis. pressentie pour un site minier au-dessus du village de Fertrupt doit être encore consolidée, nous relevions en revanche, dans nos conclusions 2008, la faible représentation des xiiie et xive s., documentés seulement par l’interprétation de sources indirectes ou par quelques rares tessons.

2Mais ici, plusieurs datations nouvelles viennent projeter une lumière inattendue. C’est vers le début du second xiiie s. que, pionnière en son genre, la fonderie d’Échery fait le pas de s’écarter des filons pour venir s’installer au pied de la montagne, aux fins de bénéficier de l’énergie hydraulique pour sa soufflerie. Une première fois ruinée, elle renaît au xive s. (et non au xve comme nous le pensions au vu d’une céramique de poêle mal calée chronologiquement) avant de connaître une seconde destruction. C’est aussi au xive s. que resurgit, après deux siècles et demi d’abandon, la fonderie de Pfaffenloch. Son fonctionnement perdure au siècle suivant. Du xve s., nous héritons surtout le système technique hardi du haut Altenberg (un canal d’altitude pour une roue d’exhaure), mais aussi, à l’aube de la Renaissance, la fonderie « Charlotte ». C’est également à ce moment qu’apparaissent les premiers bocardages d’abord manuels, à l’origine de l’initiative de séparer, par le biais du lavage, la fraction métallique des gangues, ce qui va générer dans les fours les premières scories de facture fortement vitreuse. En même temps sur ces deux sites de métallurgie, il est remarquable de relever la permanence de la vocation d’un lieu à héberger les arts du feu, même au-delà de deux à quatre siècles d’abandon. Un chapitre du rapport est consacré à un examen pétrographique des scories et autres résidus, rendu pertinent depuis que les fouilles et les sondages ont permis des échantillonnages systématiques en stratigraphie.

3Une longue histoire médiévale économique, technique et sociale paraît donc se dessiner, affectée de saccades sans doute, mais sans jamais s’enfoncer dans un sommeil durable. Tout cela au vu de « fenêtres » qui ne concernent peut-être que 5 % des sites potentiels ! Dès à présent, un enjeu de la recherche à venir se précise : mettre en adéquation les différentes phases successives de cette industrie minière avec les événements qui ont pu marquer l’histoire locale (comme l’affirmation des sires d’Échery, la construction de leur château…) ou régionale (l’essor des ateliers monétaires…) au cours du Moyen Âge, comme aussi avec l’organisation des districts miniers à l’échelle du Rhin supérieur.

4À l’époque de la Renaissance, les fonderies « modernes », tributaires du lavage des minerais bocardés mécaniquement, se généralisent. Nous avons développé une recherche historique sur l’une d’elles : la fonderie d’Échery, fouillée en 2007-2008, reconstruite en 1530 sur ses cendres. Il s’agit d’une illustration rarissime du croisement terrain/sources, puisqu’un document d’archives nous dresse un inventaire « à la Prévert » des matériaux de sa reconstruction. Nous avons démarré par le biais de tranchées la fouille d’une autre fonderie du xvie s., à Saint-Pierre-sur-l’Hâte. Les résultats sont prometteurs par la qualité, la diversité et la quantité des matériaux archéométallurgiques procurés.

5De plus, un chantier s’est attaché à démêler les relations fonderie/habitat sur le site, réoccupé après 4 siècles et demi d’abandon, dit « carreau Patris ». Daté au 14C, le crassier à scories s’est révélé de l’an Mil ! À l’aube de la Renaissance, les habitants ont réinvesti le site. Cet habitat, marqué par deux poêles peut-être successifs, pourrait avoir hébergé une officine d’essayeur de minerais, comme semblent l’attester quelques trouvailles de céramique technique et des pierres brûlées dans leur position architecturale. Ce site vient ainsi confirmer sa place dans la problématique très neuve de l’essai des minerais.

6Cette campagne dont nous avons relié les nombreux éléments dans une perspective chronologique s’est complétée d’une prospection magnétique qui a consolidé l’analyse spatiale du site de la fonderie « Charlotte », et d’une réflexion rénovée autour de l’investigation souterraine faite voici longtemps de l’un des principaux réseaux médiévaux de l’Altenberg (la mine Cep de Vigne).

7Enfin, nous croyons percevoir à la lumière d’une datation 14C les signes d’une exploitation antérieure d’un demi-millénaire à l’arrivée des moines d’Échery.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Fluck, « Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). PCR Mines et métallurgie à l’Altenberg, xe-xvie s. », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 326-327.

Référence électronique

Pierre Fluck, « Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). PCR Mines et métallurgie à l’Altenberg, xe-xvie s. » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15747

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals