Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
V.- Installations artisanales
V C1.- Autres installations artisanales : opérations de terrain

Remire-Montjoly (Guyane). Moulin à vent

Responsable d’opération : Nathalie Cazelles
p. 329-330

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1L’habitation Loyola a été fondée en 1668 par les pères jésuites dans les fonds de Rémire. Elle connaît son apogée dans les années 1720-1740. Cette sucrerie produisait du sucre brut et raffiné, de la mélasse et de la guildive (nom générique de l’alcool de canne). La carte de Cayenne par Hébert, exécutée en 1730, est ornée d’un cartouche représentant Loyola comme l’habitation la plus emblématique de la colonie. Ce fut à cette époque que les jésuites entreprirent la construction du moulin comme le prouve la plaque portant la mention ANNEE 173[?] sur le moulin. Les bâtiments sucriers retrouvés lors des fouilles sont également liés à cette période de prospérité : le mobilier retrouvé est daté des années 1710-1750.

2Cependant, l’habitation dut faire face à partir des années 1750 à des problèmes économiques : défaut de débouchés pour sa production, épuisement des sols. Tombée en décadence, la sucrerie ne produisait plus que du sirop et du tafia et une faible quantité de sucre. Toutes les pièces récupérables – chaudières, alambics, rouleaux de moulin – furent transportées à Saint-Régis, dernière sucrerie des jésuites sur la Comté. Le marasme de la production sucrière était alors général puisqu’au moment du départ des jésuites, la colonie ne comptait plus que trois sucreries, toutes qualifiées de médiocres, alors qu’aux Antilles on dénombrait plus de mille sucreries au xviiie siècle.

3Le site de la sucrerie est éloigné de plusieurs centaines de mètres de la zone résidentielle de l’habitation Loyola. Cet éloignement s’explique par l’implantation du moulin à vent, au sommet d’une éminence, mais aussi par l’activité industrielle liée à la fabrication du sucre. Elle est source de nombreuses nuisances : fumées, odeurs de fermentation, vapeurs alcooliques, bruit, allées et venues des animaux. On comprend que les religieux n’aient conservé auprès de leur maison que l’étuve et la purgerie aux activités peu dérangeantes. Il ne fait guère de doute que le moulin à vent n’a pas été la seule machine à broyer la canne sur le site. Sur toutes les habitations importantes, il y avait au moins deux moulins, une machine à énergie hydraulique ou éolienne, et un ou deux moulins à bêtes. Ces moulins étaient indispensables pour renforcer les capacités des sucreries mais surtout pour faire face aux défaillances du matériel. La découverte de la trace de deux bâtiments sur la terrasse intermédiaire, entre le moulin et la sucrerie, abonderait dans ce sens. Ils devront faire l’objet d’une fouille pour confirmer ou infirmer cette hypothèse.

4La sucrerie est composée de deux bâtiments espacés par une zone aménagée en terre battue. Elle mesure 60 m de long pour 6 m de large. Le bâtiment 2 présente un plan en L et il est divisé en trois pièces. Il mesure 50 m de long pour 10 m de large dans son retour en L.

5Les murs de cet ensemble sont en moellons de cuirasse ferralitique et de grison. Ils sont à double parement avec un remplissage de blocage et de chaux. Trois piliers en pierre et briques ont été mis au jour le long des fours, nous permettant de suggérer que ce bâtiment possédait des ouvertures sous arcature comme on pouvait en observer au Brésil à la même époque.

6Selon toute vraisemblance, le bâtiment 1, dégagé en 2004, pourrait être un bâtiment de stockage. Une rampe d’accès le long du mur nord permettait d’accéder au chemin menant au moulin à vent et à Loyola. Les pots de raffineurs avec leur forme à sucre devaient y être rangés lors de la cristallisation du sucre de batterie (mélasse). Les pains de sucre étaient ensuite acheminés vers la purgerie située à côté de la maison de maître, afin d’y être surveillés. Il fallait aussi stocker la canne et la bagasse (déchet de la canne après le pressage).

7Le bâtiment 2, clairement identifié comme la sucrerie proprement dite, est divisé en trois pièces. La fonction de la première pièce n’a pas pu être déterminée, elle devra faire l’objet d’une fouille plus approfondie. Seul un résidu de sol en brique sur une sole en terre battue a été observé. Il s’agit peut-être d’une pièce pour entreposer les ustensiles de cuisson. La pièce centrale n’a révélé aucune structure de cuisson. Toutefois, elle était constituée d’un sol en brique et un escalier permettait d’aller dans la cour intérieure pour chercher de l’eau dans le puits. Il semblerait que l’ensemble des bâtiments ait été construit dans la terrasse et que toute la circulation était orientée autour de cet espace. Aucune ouverture n’a été aménagée dans le mur extérieur. La troisième pièce était la vinaigrerie. Elle était composée de trois fours avec une canalisation aménagée pour accueillir les tonneaux d’eau nécessaires au contrôle de la montée en alcool. Leur bon état de conservation s’expliquerait par le fait qu’ils aient été utilisés jusqu’à l’abandon de la sucrerie en 1755.

8La chaufferie, pièce de cuisson du sucre, serait donc située dans la partie haute du bâtiment (retour en L), dans l’alignement direct du moulin à vent. Cependant, les sondages réalisés montrent une destruction volontaire du bâtiment au xviiie s. ; les pièces ont été entièrement vidées (peu de mobilier en place sur les sols) et les sols en partie démontés. Les remblais sont constitués de matériel architectural (élévation des murs), mais également de gros blocs de cuirasse ferralitique provenant de la colline. On constate que lors de la réutilisation du site au xixe s., le bâtiment est ignoré. En effet, les murs du xixe s et le socle de machinerie à vapeur (?) sont de biais, tapent ou surmontent les murs xviiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Cazelles, « Remire-Montjoly (Guyane). Moulin à vent », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 329-330.

Référence électronique

Nathalie Cazelles, « Remire-Montjoly (Guyane). Moulin à vent » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15771

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals