Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
V.- Installations artisanales
V C1.- Autres installations artisanales : opérations de terrain

Rochefort (Charente-Maritime). Quai aux Vivres

Responsable d’opération : Guillaume Pouponnot
p. 330

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de réhabilitation des anciens bâtiments du Magasin aux Vivres à Rochefort est à l’origine d’un diagnostic archéologique réalisé par l’Inrap (août-septembre 2009). Installé à l’extrémité septentrionale de l’arsenal créé par Colbert durant le dernier tiers du xviie s., le Magasin aux Vivres consiste en un ensemble de trois grands bâtiments donnant sur une vaste cour intérieure. Édifiés entre 1671 et 1676, ces bâtiments avaient pour fonction l’approvisionnement en nourriture de la marine royale.

2Quatre sondages ont été réalisés dans la cour, à l’emplacement du futur parking souterrain. Hormis dans le sondage 1, où ont été identifiés une arase de mur et un niveau de circulation en pavés calcaires correspondant à la construction, durant la seconde moitié du xixe s., d’un nouveau bâtiment pour abriter la forge et la ferblanterie, aucun vestige archéologique n’a été mis au jour dans la cour. Ils ont néanmoins permis d’apporter de nouvelles informations sur la physionomie et la géomorphologie de ces terrains, situés à proximité de la Charente, au moment de l’installation de l’arsenal.

3Si la séquence sédimentaire est relativement simple, caractérisée principalement par des niveaux de vase, la présence par endroits d’au moins deux paléosols est cependant à noter.

4L’absence d’occupation et de construction antérieures sur le site du Magasin aux Vivres permet de confirmer les informations fournies par les textes de l’époque qui décrivent ces terrains comme vierges et uniquement soumis aux fluctuations du fleuve (crues et marées). Les sondages entrepris dans la cour attestent également qu’aucun aménagement n’a été entrepris dans l’espace de la cour pour rehausser le niveau du terrain naturel. Le dernier sondage, réalisé dans une pièce de l’ancienne boulangerie, a permis de retrouver l’un des quatre massifs de fondation qui supportaient les 16 fours chargés de fournir en pain et en biscuit la marine royale.

5L’intérêt principal porte sur la mise au jour de fondations « mixtes ». Elles se présentent sous la forme de quatre grandes « fosses » d’environ 3 m de diamètre chacune, dont le volume a été entièrement remblayé avant la construction des fours proprement dit. Leurs emplacements correspondant à ceux des fours, leur fonction est donc à mettre en relation directe avec ces derniers. Leur découverte permet d’apporter un éclairage nouveau sur les méthodes de construction mises en œuvre, à la fin du xviie s., pour l’édification de l’arsenal et notamment sur les solutions apportées par les bâtisseurs pour répondre aux très fortes contraintes économiques imposées par le roi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Pouponnot, « Rochefort (Charente-Maritime). Quai aux Vivres », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 330.

Référence électronique

Guillaume Pouponnot, « Rochefort (Charente-Maritime). Quai aux Vivres » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15775

Haut de page

Auteur

Guillaume Pouponnot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Pouponnot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals