Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
V.- Installations artisanales
V C3.- Autres installations artisanales : projets collectifs de recherche

Limousin. Alimentation végétale et systèmes de production en Limousin du Néolithique à la fin du Moyen Âge

Responsable d’opération : Anne Bouchette
p. 332

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2006, un programme collectif de recherche, réunissant principalement des archéologues et des archéobotanistes, traite de l’exploitation du milieu naturel, de l’alimentation végétale et des structures de stockage. Cette approche repose sur le résultat d’analyses anthracologiques, carpologiques, dendrologiques et palynologiques. Elle s’appuie également sur les données archéologiques liées aux structures de stockage des denrées alimentaires et sur des notices de site. L’année 2009 a été principalement consacrée à la rédaction de synthèses en vue d’une prochaine publication. Celles-ci ont concerné les analyses palynologiques réalisées en contexte archéologique, les données dendrologiques et carpologiques ainsi que les structures de stockage des périodes protohistoriques et gallo-romaines. Le nombre de sites médiévaux rendant compte de ces différentes études varie fortement selon les disciplines. Le plus fourni est constitué par le corpus des données carpologiques, constitué d’une vingtaine de sites couvrant l’ensemble de la période. Ceux-ci font référence à plusieurs modes d’occupation, comme les habitats ruraux, urbains ou péri-urbains, castraux ou encore ecclésiastiques.

2Le spectre des céréales enregistre, dès le début du haut Moyen Âge, une nette modification par rapport à la période gallo-romaine, avec un essor conséquent du blé nu et du seigle et, à un moindre degré, de l’avoine. Celles-ci conserveront leur rôle prépondérant tout au long de la période. Parmi les légumineuses, la féverole est l’espèce la plus régulièrement attestée. Il en va de même du lin pour les plantes oléagineuses/textiles. Le corpus des fruitiers offre, au haut Moyen Âge, une grande diversité taxonomique, grâce en particulier à l’étude de plusieurs contextes d’ambiance humide. Cette période fait également état de quelques espèces inédites pour la région, comme le mûrier noir et, de manière assez inattendue, le cognassier. Par la suite, le corpus fruitier semble se rétracter mais, si l’on se réfère aux données nationales, cela semble refléter davantage un état de la recherche archéologique que la réalité. Il en va de même pour les aromates et légumes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bouchette, « Limousin. Alimentation végétale et systèmes de production en Limousin du Néolithique à la fin du Moyen Âge », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 332.

Référence électronique

Anne Bouchette, « Limousin. Alimentation végétale et systèmes de production en Limousin du Néolithique à la fin du Moyen Âge » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15803

Haut de page

Responsable d’opération

Anne Bouchette

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals