Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
VI.- Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 1.- Opération de terrain

Dieulouard (Meurthe-et-Moselle). Sur le vieux pont

Responsable d’opération : David Gucker
p. 333-334

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1La découverte fortuite en 2005 de 850 blocs de pierre taillée par une pelle de dragage est localisée à la sortie NE de l’agglomération secondaire gallo-romaine de Scarponne, mentionnée sur la table de Peutinger sous le nom de Scarponna. Au haut Moyen Âge, elle devient le chef-lieu du pagus Scarponensis. La ville antique traversée par la grande voie impériale Langres-Trèves est installée sur le lieu stratégique d’un franchissement de la Moselle.

2Les blocs ont été découverts à 6 m de profondeur, en deux points distincts, séparés d’une dizaine de mètres. Ils appartiennent à deux piles d’un pont enjambant un ancien chenal de la Moselle inconnu à ce jour. La première pile était encore partiellement en place. Elle a livré 330 blocs reposant sur des poutres en chêne, complètes ou fragmentaires. La suite de l’extraction a livré 520 blocs dispersés sur plusieurs mètres de longueur. Ils appartiennent à une seconde pile démantelée correspondant vraisemblablement à la culée NE du pont. Le noyau des piles est constitué de moellons noyés dans du mortier de chaux. Les blocs, taillés dans un calcaire blanc local, en constituent le parement et correspondent pour partie à des réemplois d’époque gallo-romaine. Ils sont solidarisés entre eux par des crampons en fer scellés au plomb. De grosses queues d’aronde en bois assurent le réglage temporaire, nécessaire à la mise en place des différentes assises.

3Les datations effectuées sur deux exemplaires de queues d’aronde donnent un âge calibré compris entre 895 et 1019 apr. J.-C. (Ly-4132, Ly-4133). L’étude dendrochronologique des poutres ainsi que les analyses 14C des queues d’aronde tendent donc à prouver que les piles ont été construites dans la seconde moitié du ixe s. Les deux datations effectuées sur deux autres queues d’aronde en chêne provenant de la pile n° 2, moins bien conservées, indiquent des datations plus tardives. La queue d’aronde conservée dans le logement du bloc n° 495 présente un âge calibré compris entre 1029 et 1209 apr. J.-C. (Ly-5576). Celle conservée dans le logement du bloc n° 140 donne un âge calibré compris entre 1224 et 1286 apr. J.-C. (Ly-5575). Il semble donc que la pile n° 2, et donc par extension l’ensemble de l’ouvrage connaît un entretien et des réfections jusqu’au milieu, voire jusqu’à la fin du xiiie s.

4Entre la fin de l’époque gallo-romaine et la construction du pont médiéval, les blocs antiques ont connu une première étape de réemploi. On est en mesure de supposer que, dans un premier temps, ces blocs ont été réintégrés dans le rempart du Bas-Empire de la ville de Scarponne, édifié entre la fin du ive et le début du ve s. apr. J.-C. Un tronçon de ce rempart observé en 1970, à l’occasion de la canalisation de la Moselle, était en partie constitué de stèles-maisons funéraires en tout point comparables à celles mises au jour en 2005 dans les piles du pont.

5Cette année a été consacrée à l’inventaire des blocs découverts. Les blocs en réemploi d’époque gallo-romaine correspondent notamment à des stèles funéraires en forme de maison, des caissons funéraires, des éléments de mausolées, des blocs architecturaux monumentaux et des éléments de sculpture religieuse. La plupart de ces éléments lapidaires proviennent vraisemblablement de la nécropole antique du « Vieux Pâquis » située à 750 m au SO de la découverte. Les stèles-maisons, redébitées ou non, sont le plus souvent réemployées dans le blocage de la pile. Leurs cavités funéraires sont presque systématiquement comblées par du mortier ; il semble que leur forme, inappropriée à un positionnement dans le parement, a prévalu à cette utilisation de second ordre. Parmi ce lot lapidaire, quatre stèles possèdent une inscription. Une de ces stèles est pourvue de deux orifices à libation. Quelques rares stèles funéraires sont employées directement dans le parement après une retaille « opportuniste ». Les blocs architecturaux, issus d’au moins trois mausolées, ont en revanche été réemployés systématiquement dans le parement des deux piles. C’est principalement le cas de la quinzaine de blocs à décors d’écailles qui constituaient la toiture pyramidale des mausolées.

6Les blocs architecturaux en réemploi découverts sur la pile n° 2, malgré leur grand nombre, sont dans l’ensemble moins « spectaculaires » que ceux découverts sur la pile n° 1, en partie du fait d’un moins bon état de conservation. Dispersés sur plusieurs mètres de longueur, ils correspondent en effet à une pile démantelée, peut-être disloquée par le courant de la Moselle et, ainsi désolidarisés et moins protégés par la cohésion du parement, ils ont subi une érosion plus importante.

7Cette première recherche permet de recenser au moins une quarantaine de blocs d’origine funéraire en réemploi dans les piles du pont carolingien. Cette réutilisation s’inscrit dans la problématique de gestion de l’approvisionnement en pierre aux périodes antiques et médiévales, les monuments servant de « carrière de pierre » au Bas-Empire, puis au haut Moyen Âge. Ce lot lapidaire complète les découvertes anciennes et va enrichir la connaissance des stèles-maisons. Il renouvelle également la connaissance des monuments funéraires et notamment celle des mausolées à travers le pilier engagé et la frise d’arme dont les éléments de comparaison restent limités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Gucker, « Dieulouard (Meurthe-et-Moselle). Sur le vieux pont », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 333-334.

Référence électronique

David Gucker, « Dieulouard (Meurthe-et-Moselle). Sur le vieux pont » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15828

Haut de page

Auteur

David Gucker

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Gucker

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals