Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
VI.- Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 3.- Projets collectifs de recherche

Marillais (Le) (Maine-et-Loire). Notre-Dame du Marillais, l’Île aux Bergères 1

Responsable d’opération : Yann Viau
p. 335

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Durant l’été 2009, une intervention réalisée dans le cadre du PCR sur la Loire « Des Ponts-de-Cé à l’Estuaire : interactions homme/milieu sur la Loire et ses affluents » par l’association RABLE (Recherches archéologiques dans le bassin de la Loire et de l’Èvre) a mis au jour une embarcation d’un type inédit. Repérée dès 2003, elle a fait l’objet l’année suivante d’une première campagne de reconnaissance permettant de noter quelques détails architecturaux. Ainsi, une de ses extrémités présentait une découpe trapézoïdale sur sa face interne. Ce détail était déjà connu sur un fond monoxyle récupéré sur les bords de Loire, dans les années 90, sur la commune d’Oudon (Loire-Atlantique). Daté du xe s., il était interprété comme appartenant à une embarcation monoxyle du haut Moyen Âge. Durant cette même intervention, une courbe apparaissait encore en place, maintenue sur le fond par le biais de chevilles. Suite à cette phase d’investigation, il avait été décidé de la laisser enfouie et maintenue à l’aide de sacs de sable afin d’éviter un éventuel déplacement voire une destruction partielle par le biais des crues hivernales de la Loire.

2Après plusieurs années d’attente, l’été 2009 s’est avéré propice à l’extraction de cette pièce, avec un niveau d’eau suffisamment bas, d’une part, et parce que la dynamique du PCR avait sensibilisé certains acteurs régionaux en faveur de la conservation et de la mise en valeur de ce patrimoine fragile. L’embarcation a été totalement dégagée, relevée et prélevée en plusieurs morceaux extraits et déposés au fond d’une mare en attendant d’être remis au musée concerné.

3L’embarcation en elle-même se présente sous la forme d’un fond monoxyle en chêne de 5,30 m de long. Deux paires de courbes sont fixées sur le fond à l’aide de chevilles. Le fond est plan et remonte légèrement aux extrémités qui présentent deux découpes trapézoïdales permettant l’emboîtement de levées. La seule encore en place, d’une longueur totale de 2 m, présente un plan trapézoïdal fixé par des clous à tête plate et large au contact de la sole. Deux bords rapportés viennent compléter le plan d’ensemble. D’une hauteur maximale d’une quarantaine de centimètres, ils viennent se fixer sur les rebords du fond monoxyle à l’aide de clous et sont chevillés sur les deux paires de courbes. On notera également la présence d’une planchette de réparation encore en place, due très vraisemblablement à la présence d’un nœud fragilisant ainsi le fond de l’embarcation.

4L’ensemble dessine une embarcation élancée de 8,50 à 9 m de long, l’incertitude concernant sa longueur exacte est due au fait que la levée manquante ne serait pas, a priori, aussi longue que celle fouillée (le degré d’inclinaison des deux extrémités de la sole est différent). Toutes ses caractéristiques techniques en font une embarcation qui, à ce jour, n’a pas trouvé d’équivalent.

5Un prélèvement effectué sur la sole a livré une datation 14C alto-médiévale comprise entre 770 et 900 apr. J.-C. (Ly-15017 : 1195±35 BP, soit de 714 à 938 apr. J.-C. en âge calibré).

6Enfin, l’embarcation reposait sur un lit sablo-vaseux très riche en débris organiques. Lors de sa fouille, un récipient en bois tourné archéologiquement complet, de forme ovalaire et présentant un ligaturage en osier en place, a été recueilli, coincé sous la pirogue. Cette pièce pourrait s’apparenter à une mesure à céréales. Une datation 14C la situe dans une même fourchette chronologique, soit entre 785 et 879 apr. J.-C. (Ly-15065 : 1181±35 BP, soit de 773 à 949 apr. J.-C. en âge calibré).

7Une deuxième embarcation gît encore à 3 m de l’autre. Les premières observations visuelles montrent qu’elle semble très différente (présence d’un assemblage par clins, nombreux blocs de pierres tapissant le fond évoquant une immersion volontaire de l’embarcation). Elle devrait faire l’objet d’une intervention prochaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Viau, « Marillais (Le) (Maine-et-Loire). Notre-Dame du Marillais, l’Île aux Bergères 1 », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 335.

Référence électronique

Yann Viau, « Marillais (Le) (Maine-et-Loire). Notre-Dame du Marillais, l’Île aux Bergères 1 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15860

Haut de page

Auteur

Yann Viau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yann Viau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals