Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Armelle Alduc-Le Bagousse (dir.), Inhumations de prestige ou prestige de l’inhumation ? Expressions du pouvoir dans l’au-delà (ive-xve siècle)

Anne Nissen
p. 337-339
Référence(s) :

Armelle Alduc-Le Bagousse (dir.), Inhumations de prestige ou prestige de l’inhumation ? Expressions du pouvoir dans l’au-delà (ive-xve siècle), Caen, Publications du CRAHM, 2009, 452 p., ill. (Tables rondes du CRAHM 4), ISBN : 978-2-902685-67-7, prix : 35 €.

Texte intégral

1La publication issue de la première des cinq tables rondes organisées lors du cinquantenaire du Centre Michel de Boüard-CRAHAM est introduite par Armelle Alduc-Le Bagousse, Pierre Bauduin et Claude Lorren, qui situent la rencontre dans son contexte historiographique et rappellent la place importante tenue par l’archéologie funéraire au Centre Michel de Boüard. L’intérêt des chercheurs pour les fastes funéraires et la commémoration des morts n’est pas nouveau et rappelle entre autres le colloque de Créteil en 1984, L’inhumation privilégiée du ive au viiie siècle. L’ouvrage de 2009, outre les acquis du renouvellement méthodologique et de fouilles récentes, présente aussi des différences de fond. Le cadre chronologique est élargi pour englober l’ensemble de l’époque médiévale, tandis que les études se concentrent sur la France ou l’espace franc. Enfin, dans l’intitulé même de la table ronde, le mot « prestige » traduit un glissement de la problématique qui devient plus analytique. Comme le font remarquer Cécile Treffort et Michel Lauwers dans la conclusion, « le privilège est un fait, le prestige une manifestation ». Le point d’interrogation du titre souligne la difficulté que l’on rencontre à faire la part entre le prestige exprimé dans la richesse des sépultures et le prestige qui découle de celles-ci.

2Les 16 contributions sont déclinées en trois parties : inhumation privilégiée ou sépulture de prestige ; lieux de sépulture et expressions du pouvoir et mémoire et mise en scène funéraire. La première partie étudie l’aménagement de la tombe, le contenant et les dépôts funéraires de cinq nécropoles et, pour l’abbaye de Hamage, l’emplacement des sépultures au sein du site. La seconde met en avant l’implantation de la ou des tombes par rapport à un sanctuaire. Enfin, la troisième partie porte plus particulièrement sur les funérailles et les tombes monumentales. Les trois thèmes se recoupent inévitablement à plusieurs reprises, notamment dans les études monographiques. La gestion des espaces funéraires, mise en avant dans la seconde partie, revient dans la plupart des contributions, tout comme la mise en scène funéraire. À titre d’exemple, le site de Hamage aurait aussi bien pu se trouver dans les lieux de sépulture, la tombe d’Arégonde dans inhumation privilégiée et les tumuli de Hégenheim dans mémoire et mise en scène funéraire. Bien que les textes fassent défaut, les sépultures à mobilier auraient pu s’inscrire bien davantage dans la mise en scène funéraire à condition de les analyser dans cette optique. Ces remarques ne cherchent pas à critiquer l’articulation globale de la publication, mais à attirer l’attention sur le poids des effets de sources.

3La section intitulée inhumation privilégiée ou sépulture de prestige repose ainsi sur des sites du nord de la Gaule de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge où les dépôts funéraires sont les plus importants. En revanche, les deux thématiques suivantes sont dominées par les études du sud de la France et du Moyen Âge central et tardif, où l’ostentation passe davantage par l’architecture, les sources textuelles et épigraphiques. Pourtant, un ancrage explicite et fort dans les thématiques aurait permis à bon nombre de contributions de mieux contourner les effets de sources. L’étude consacrée à la nécropole de Jau-Dignac en Gironde, fortement inspirée de l’anthropologie sociale, explore explicitement l’ensemble de ces problématiques. Les observations archéologiques et anthropo­logiques sont combinées pour examiner les relations entre le défunt, son âge, son sexe et le prestige, la mémoire et la mise en scène funéraire des vestiges archéologiques (I. Cartron et D. Castex).

4Plusieurs contributions réunissent anthropologues et archéologues dans des études réellement collectives. C’est toute une équipe pluridisciplinaire qui s’est mobilisée autour de la tombe de la reine Arégonde à Saint-Denis, mettant en valeur des matières organiques qui, avec les orfèvreries et le sarcophage, témoignent d’une inhumation prestigieuse dans un lieu emblématique : Saint-Denis. L’identité de la défunte, son âge de décès et, par conséquent, la datation de la tombe et son mobilier ont divisé les chercheurs depuis des décennies. La nouvelle étude anthropologique, incluant une analyse des cernes de l’émail dentaire, permet de démontrer que la défunte avait une soixantaine d’années ; les données textuelles, anthropologiques et archéologiques convergent enfin vers une datation de la fin du vie siècle (V. Gallien, P. Périn et al.). Les études anthropologiques s’accordent à attirer l’attention sur la haute stature, le bon état sanitaire et l’espérance de vie élevée des populations étudiées dans le cadre de la rencontre, signes manifestes d’une alimentation préférable à celle de leurs contemporains. L’homme d’une cinquantaine d’années de la sépulture 13 à Saint-Dizier, du début du vie siècle, présente même des indices d’obésité (C. Parésys et M.-C. Truc). Dans deux sites du second haut Moyen Âge, Hamage dans le Nord-Pas-de-Calais (É. Louis et J. Blondiau) et Saint-Estève-le-Pont dans les Bouches-du-Rhône (A. Thomann), les critères sanitaires remplacent le mobilier funéraire pour identifier ces populations aisées, qui par ailleurs se distinguent par leur lieu de sépulture. Hamage est une abbaye féminine et à Saint-Estève-le-Pont, les sépultures se répartissent en deux groupes. Les défunts du premier groupe sont enterrés dans ou près de l’église, certains occupent les seuls sarcophages du site. Ceux du second groupe se trouvent plus à l’écart du sanctuaire et leurs ossements témoignent d’une vie plus difficile, notamment avec les traces de traumatismes divers imputés aux tâches répétitives. Parmi les quelque 1 000 sépultures de l’Antiquité tardive et du premier haut Moyen Âge fouillées dans la nécropole Michelet à Lisieux, 6 % sont caractérisées comme privilégiées. La plupart de ces tombes contenaient des individus jeunes ; ainsi, parmi les sept cercueils en plomb déposés dans des chambres funéraires, deux étaient conçus pour des enfants et trois abritaient des femmes. L’une d’elles était une grande adolescente lourdement handicapée (D. Paillard, A. Alduc-Le Bagousse et al.). Les sépultures remarquables à Jau (n° 14), Saint-Dizier (n° 12) et Hégenheim contenaient aussi de grandes adolescentes ou de très jeunes femmes. À Saint-Dizier, si on regarde les conditions de vie des trois défunts, la jeune femme présente des indices de périodes de carence plus sévères que les deux hommes (C. Parésys et M.-C. Truc). La forte représentation des jeunes et des femmes dans les tombes riches montre que l’ostentation funéraire n’est pas une question de statut individuel, mais bien davantage une expression sociale familiale. La fillette ou l’adolescente peut servir dans des alliances matrimoniales et les jeunes femmes sont des mères potentielles. Le volume offre des exemples de stress biologique subi par les défuntes. D’autres publications montrent que les femmes ont souffert davantage de carences alimentaires que les hommes. Les recherches sur le genre sont plus en vogue dans les pays anglo-saxons et nordiques qu’en France, ce qui se ressent dans cette table ronde où ces considérations trouvent peu de place malgré des données qui s’y prêteraient. Le rapprochement entre les observations anthropologiques et les données archéologiques souligne la difficulté d’utiliser l’archéologie funéraire pour appréhender le statut du défunt lors de son vivant. Les nombreuses motivations qui ont poussé à ces distinctions sociales par-delà la mort auraient mérité d’être mises plus en avant.

5Quelques classifications et comparaisons sociales sont tentées, notamment dans l’étude de deux nécropoles situées à 47 km de distance, Bossut-Gottechain (ve-viie siècle) regroupant 436 sépultures et Haillot-Matagne (viie et début viiie siècle) qui en comptait 94. Les deux sites divergent par leur importance et par la richesse de certaines de leurs tombes. L’ostentation funéraire de la nécropole de Bossut-Gottechain, interprétée comme le signe de la puissance économique de l’élite de ce site, dépasse largement celle de Haillot-Matagne, dont les dominants auraient un ancrage territorial et local plus fort (R. Vanmechelen et O. Vrielynck). Les différences entre les deux sites méritent attention ; le léger décalage chronologique et le nombre de sépultures plus élévé à Bossut-Gottechain ne suffisent pas pour les expliquer ; les interprétations sociales avancées paraissent toutefois un peu trop hâtives pour convaincre. Par rapport aux pratiques sociales des élites, Saint-Dizier offre une occasion unique d’étudier deux hommes porteurs d’épée à anneau de dignité (C. Parésys et M.-C. Truc). Armes de prestige, ces épées sont toujours associées aux tombes particulièrement riches. L’anneau (amovible) du pommeau est traditionnellement interprété comme le signe d’une alliance entre un souverain et des membres de sa suite guerrière. Il est d’autant plus intéressant de constater que l’anneau a été retiré de l’épée de l’homme le plus âgé. Faut-il imputer son absence à la rupture d’une alliance, à un âge trop élevé pour combattre ou à d’autres causes ?

6Aussi bien pour le premier que pour le second Moyen Âge, les textes montrent que le choix du lieu d’inhumation obéit à des considérations personnelles et des stratégies familiales qu’il faut garder en mémoire lors des fouilles de sépultures privilégiées.

7Ainsi, il faut attendre le xiie siècle avant que les reines de France ne soient enterrées systématiquement auprès de leur époux à Saint-Denis. Auparavant, de nombreuses reines ont trouvé leur dernier repos dans des fondations religieuses, souvent associées à leur propre famille. À partir de la fin du xiiie siècle, les reines utilisaient, comme les rois, la partition des corps pour exprimer leur attachement à différents lieux (M. Gaude-Ferragu). Dans la région de Dijon, une analyse des lieux de sépultures des membres de la famille de Saulx durant les xiiie-xive siècles révèle une répartition savante entre plusieurs églises paroissiales ou fondations religieuses (R. Marcoux). Une autre étude révèle que les inhumations épiscopales dans les cathédrales demeurent un fait exceptionnel durant le haut Moyen Âge. Jusqu’au xiie siècle inclus, plusieurs évêques ont choisi de reposer dans diverses fondations religieuses ou auprès de leur famille (J.-V. Jourd’heuil).

8Pour l’essentiel, ces stratégies funéraires échappent forcément à l’archéologie. En revanche, elle peut identifier des groupes d’inhumations qui se distinguent au sein d’un site comme à Bossut-Gottechain ou à Saint-Estève-le-Pont. Dans d’autres cas, elles peuvent démontrer une utilisation exclusive où l’ensemble des sépultures revêtent un caractère privilégié comme à Hégenheim, Saint-Dizier, Jau-Dignac et bien sûr Saint-Denis. À Jau-Dignac, la nécropole aristocratique était associée à un édifice ayant succédé à un sanctuaire antique. Implanté sur une île, le site était visible de loin et son ostentation funéraire s’inscrivait dans une mémoire de longue durée. Parmi les 28 sépultures fouillées, une petite dizaine se trouvent à l’intérieur de l’édifice. Certains des sarcophages contenaient plusieurs squelettes, mais l’intégrité des premiers défunts a été respectée lors des inhumations suivantes. Au prestige de lieux s’ajoute celui de reposer auprès des ancêtres. L’attrait des objets antiques (et exotiques ?) est aussi suggéré par une bague unique trouvée près d’une jeune femme (sépulture 14) dont il faut chercher les parallèles les plus proches en Scandinavie aux iiie-ive siècles (I. Cartron et D. Castex). L’attraction de l’Antiquité est bien établie pour le haut Moyen Âge. À Aix-la-Chapelle, Charlemagne lui-même avait choisi de se faire enterrer dans un sarcophage tardo-antique, sans doute le sarcophage figurant l’enlèvement de Proserpine aux Enfers (A. Dierkens). Le souci d’associer sa sépulture à celle de ses ancêtres en est une autre expression, qui se réfère plus étroitement au lignage. Jau-Dignac offre un exemple convaincant, la réutilisation de certains tumuli à Hégenheim en est peut-être un autre. Les mêmes préoccupations se retrouvent beaucoup plus tard dans un enfeu du xiiie siècle de l’église des hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem à Toulouse. Aménagé pour un P. de Tolosa, son caveau enfermait 94 individus, adultes et enfants, dont les dépouilles ont été déposées ici durant environ un siècle (N. Pousthomis-Dalle et L. Macé). La tombe singulière, fouillée à l’abbaye Notre-Dame-la-Royale de Maubuisson offre un exemple paradoxal d’une volonté de réunir ostentation et oubli. Tombe profonde – épigraphe anonyme – il s’agirait peut-être de la sépulture de Blanche de Bourgogne, l’une des belles-filles de Philippe le Bel (J.-Y. Langlois, A. Bonis et al.).

9Des exemples du haut et du bas Moyen Âge illustrent le pouvoir d’attraction des sépultures de saints. Les tombes de saint Willibrord († 739) et de sainte Chrodoara († av. 634) ont ainsi été réaménagées au cours du viiie siècle ; leur visibilité a été renforcée en disposant leur sarcophage entre le maître-autel et la nef (A. Dierkens). Pour une période plus tardive, les tombes des saints Mayeul et Odilon offrent un exemple plus complexe encore. Les corps des deux saints ont été transférés au prieuré de Souvigny durant la seconde moitié du xie siècle. Dans le tombeau d’Odilon, un sarcophage mérovingien illustre l’importance des références antiques dans l’ostentation funéraire au moment du transfert. L’attrait des tombes des deux saints survit à l’enlèvement de leurs corps et crée une hiérarchisation complexe entre les lieux d’inhumation des grands laïques (P. Chevalier).

10Les récits des funérailles des reines de France au bas Moyen Âge mettent en avant la période entre le décès et la mise en tombe ainsi que les motivations derrière les choix d’inhumation et de la partition des corps (M. Gaude-Ferragu). Ces procédés ainsi qu’un temps d’exposition de plus en plus long des morts impliquaient une préparation du corps et son embaumement. Ces techniques sont étudiées dans une contribution assortie d’une expérimentation médico-légale. Les comparaisons inappropriées avec les momies égyptiennes, qui avaient d’autres visées, sont réfutées pour mettre en avant la technicité et la complexité du savoir-faire médiéval (P. Charlier et P. Georges). Faute de textes, les funérailles et la mise en scène funéraire sont forcément plus difficiles à cerner pour les périodes anciennes. Cependant, la déposition du mobilier dans la tombe ou l’utilisation d’un sarcophage antique enterré et donc invisible après les funérailles, comme cela semble avoir été le cas pour celui de Proserpine, indiquent leur importance et leur complexité. Il aurait été intéressant, bien que difficile et délicat, de faire davantage parler les vestiges matériels en insistant sur ces aspects.

11Comme toujours, l’importance des sites, la pertinence des problématiques et des approches choisies varient. Le volume a néanmoins le grand mérite de réunir des études et des fouilles récentes et importantes pour l’ensemble du Moyen Âge. Le thème directeur permet au lecteur d’entrevoir des spécificités et des similitudes à travers les siècles et les régions représentées. Certains sites ont fait l’objet de publications plus détaillées (avant ou après la parution de la table ronde), mais c’est un grand atout de les avoir réunis dans un seul volume avec une thématique précise. Cet ouvrage favorise des interrogations transversales qui montrent amplement que les recherches sur les inhumations de prestige et le prestige de l’inhumation sont loin d’être épuisées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Nissen, « Armelle Alduc-Le Bagousse (dir.), Inhumations de prestige ou prestige de l’inhumation ? Expressions du pouvoir dans l’au-delà (ive-xve siècle) », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 337-339.

Référence électronique

Anne Nissen, « Armelle Alduc-Le Bagousse (dir.), Inhumations de prestige ou prestige de l’inhumation ? Expressions du pouvoir dans l’au-delà (ive-xve siècle) », Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15895

Haut de page

Auteur

Anne Nissen

Université François Rabelais, Tours, UMR 6173 CITERES, LAT.

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals