Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Florence Carré, Frédérique Jimenez (dir.), Jacques Le Maho, Véronique Gallien, Éric Follain, Willy Tegel, Antoinette Rast-Eicher, Bruno Bell, Maria-Philomena Guerra, Françoise Stutz, Cécile Esquès, Thomas Calligaro, Katalin Escher, Yves-Marie Adrian et Jacqueline Pilet-Lemière (avec les contributions de), Louviers (Eure) au haut Moyen Âge, Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier

Cécile Niel
p. 344-346
Référence(s) :

Florence Carré, Frédérique Jimenez (dir.), Jacques Le Maho, Véronique Gallien, Éric Follain, Willy Tegel, Antoinette Rast-Eicher, Bruno Bell, Maria-Philomena Guerra, Françoise Stutz, Cécile Esquès, Thomas Calligaro, Katalin Escher, Yves-Marie Adrian et Jacqueline Pilet-Lemière (avec les contributions de), Louviers (Eure) au haut Moyen Âge, Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier, Mémoires de l’Association française d’Archéologie médiévale, t. XVIII, 2008, 334 p., ISBN : 978-2-9524032-3-8, prix : 45 €.

Texte intégral

1Les investigations archéologiques menées de 2000 à 2005 sur une partie de nécropole mérovingienne de la rue des Mûriers de Louviers ont offert l’occasion de synthétiser les données historiques et archéologiques sur Louviers et ses environs au haut Moyen Âge. L’objectif principal de cet ouvrage a consisté à mener une étude pluridisciplinaire à partir des divers sites funéraires recensés à proximité de Louviers ou dans la ville elle-même et à rechercher les parallèles qui pourraient être établis avec les noyaux urbains voisins. L’ouvrage, très détaillé, se divise en une dizaine de chapitres et se termine par une synthèse des résultats issus des différentes analyses menées dans le cadre de cette étude.

2Un aperçu de la densité des agglomérations se trouvant autour de Louviers est donné dans une première partie qui retrace l’environnement historique et archéologique de la région de Louviers. Cette petite ville est ainsi replacée dans son cadre géographique, économique et administratif à l’aide des sources tant textuelles qu’archéologiques. Le deuxième chapitre est consacré à la ville de Louviers elle-même. Cette petite agglomération antique semble être installée dès le ier siècle apr. J.-C. et connaît ensuite une occupation continue. Son existence est probablement liée au commerce fluvial et aux échanges commerciaux existant entre Évreux et la vallée de la Seine.

3La nécropole de la rue du Mûrier est détaillée dans une troisième partie (découvertes anciennes et interventions récentes) avec un rappel des circonstances dans lesquelles les travaux ont été menés. Une présentation des méthodes de travail suivies sur le terrain, en anthropologie notamment, est fournie ainsi qu’une description des cadres généraux de l’étude de ce cimetière du haut Moyen Âge avec son implantation topographique, les découvertes ayant permis de retracer les origines de ce cimetière, son emprise et les divers types de structures funéraires qui y ont été observées (environ une cinquantaine de sarcophages mis au jour avant 1980 et 154 inhumations lors des fouilles menées entre 2000 et 2005).

4Le quatrième chapitre est consacré à l’étude biologique de la population inhumée qui, pour une fois et cela est à souligner, n’est pas renvoyée en fin de volume, mais présentée avant l’analyse archéologique. Ce parti pris, déroutant de prime abord par rapport aux plans généralement suivis dans les monographies de nécropoles, est totalement assumé ici. En effet, la chronologie des événements consécutifs au décès (conservation du corps, pratiques funéraires) est ainsi mieux respectée. Celui pour qui tout est mis en œuvre, c’est-à-dire le défunt lui-même, est replacé au centre de l’analyse, les aspects plus matériels de la mort de l’individu (aménagement de la sépulture, mode de construction, espace de décomposition du cadavre, objets…) étant développés dans un second temps. Si l’analyse anthropologique menée sur la population de Louviers permet de tenter une approche paléodémographique de la population, la mauvaise conservation des squelettes (105 adultes, 26 immatures et un sujet d’âge non déterminable) n’autorise malheureusement pas de larges développements, même si des comparaisons avec des nécropoles contemporaines régionales ou extra-régionales sont toutefois effectuées. Les diverses méthodes d’analyse suivies pour identifier l’âge et le sexe des individus sont précisément décrites et si une surreprésentation masculine est observée parmi les adultes, une sous-représentation des effectifs immatures, assez classique pour les populations archéologiques de ces périodes, est également notée à Louviers. Une étude de la mortalité, une analyse de la stature et des liens d’apparentement entre plusieurs des inhumés (à l’aide de caractères osseux discrets observés sur certains squelettes) sont également proposés dans cette partie de l’ouvrage, toujours avec le souci extrême de respecter les limites imposées dans une telle étude par la qualité de la conservation osseuse des individus (assez médiocre) et par la complexité d’interprétation de ces caractères. Une partie non négligeable de l’analyse est ensuite consacrée à l’état sanitaire de la population avec une description des pathologies carentielles (troubles de croissance, indicateurs de stress), traumatiques (troubles de l’activité, accidents de la vie, coups violents), infectieuses (essentiellement représentées par quelques atteintes carieuses et tumorales), dégénératives (arthrite, arthrose, hypersotoses…). Chaque fois, des comparaisons avec d’autres populations normandes contemporaines sont réalisées.

5Le portrait ainsi brossé par ces analyses correspond à celui d’une population « naturelle », de type urbain, tant dans sa structure démographique que dans son organisation funéraire. La possibilité d’apparentements entre individus peut être évoquée pour certains sujets, mais, comme le soulignent les auteurs, il est difficile de dépasser le stade de la simple hypothèse. La présence de gens d’armes et de cavaliers peut également être évoquée par les traces de violences (traumatismes crâniens, coups tranchants) et par l’existence de marqueurs d’activités caractéristiques. Si les conditions de vie de l’enfance semblent a priori plus difficiles que celles reconnues généralement pour les populations normandes contemporaines, l’absence relative de pathologies infectieuses ou dégénératives permet de déduire un environnement plutôt favorable et des conditions de vie assez privilégiées pour les adultes.

6Précédé d’un très court chapitre sur la position des corps des défunts, l’aménagement de la tombe est ensuite traité avec une analyse fine des types de fosses, des divers contenants reconnus non seulement sur le site de la rue des Mûriers, mais aussi dans les nécropoles voisines (sarcophages, coffrages de bois, différences entre contenants cloués, chevillés ou assemblés, détermination des essences de bois, des caractéristiques techniques de chaque mode d’inhumation…). Dans cette partie, les apports de l’anthropologie dite de terrain sont éclairants et l’analyse précise, effectuée d’après les données de fouille, des mouvements taphonomiques a parfois permis de déduire, en confrontant toutes les sources d’information possibles, la présence de matelas ou de nattes sous-jacents au corps du défunt (position des membres inférieurs, déconnexions du squelette, présence de calage céphalique, de coussin funéraire, de linceul ou de vêtements…). La qualité des observations de terrain, très détaillées pour les sépultures les mieux conservées, illustre combien la taphonomie peut être utile à une interprétation des modes de décomposition du cadavre à la fois pour tenter de restituer le mieux possible la position initiale du défunt, mais aussi pour déterminer le contenant dans lequel le défunt a été enterré. Les divers éléments mis en évidence dans cet ouvrage révèlent ainsi toute la complexité de l’apparat funéraire, la présentation du défunt avant sa mise en terre semble bien constituer une préoccupation importante de la part des vivants. Même si elles sont ponctuelles (une dizaine de cas), plusieurs analyses particulièrement poussées ont pu être menées sur la composition de tissus (conservés de manière exceptionnelle sur des restes métalliques), mais aussi sur les techniques de filage. Des surépaisseurs, détectées sur le terrain d’après la position des os, ont également pu être confirmées par des analyses spécialisées (botanique, traces de cuir, analyses des restes vestimentaires, indices de chaussures, de linceul).

7Le chapitre suivant est dévolu à l’analyse du mobilier funéraire et présente aussi bien les objets de parure (perles, colliers, bagues…) que des objets plus usuels associés à la toilette (peignes, rasoirs, pince à épiler), à l’alimentation (céramique et verreries), à l’apparat (boucles de ceinture, briquets), ou à un statut social (armes, couteaux, scramasaxes, haches, monnaies…). Chaque type d’objet a été étudié précisément (fréquence dans les tombes, position par rapport au défunt, représentation par sexe ou par catégories d’âges). L’analyse détaillée du mobilier, parfois riche et exceptionnel, retrouvé dans les inhumations de Louviers, offre également la possibilité d’établir des comparaisons avec les objets retrouvés dans les sépultures de sites proches. Là encore, les auteurs ont fait appel à des spécialistes (études physico-chimiques menées sur la composition des grenats) permettant de connaître la provenance des matériaux utilisés et de repérer les grands axes commerciaux notamment avec les pays rhénans, la côte sud de l’Angleterre saxonne et les contrées wisigothiques. L’analyse comparative des divers objets retrouvés dans les sépultures confirme, pour quelques cas, une réutilisation et une transmission des objets d’une génération à l’autre. On ne peut d’ailleurs que souscrire aux précautions méthodologiques des auteurs concernant les informations qu’apportent les objets retrouvés dans la sépulture pour identifier le sexe des inhumés ou apporter des éléments de datation.

8La chronologie de la gestion des espaces funéraires est ensuite abordée grâce à des analyses 14C, au mobilier des tombes, aux recoupements stratigraphiques, à la typochronologie des contenants. Un phasage des tombes du site de la rue des Mûriers est alors proposé, divisé en trois grandes périodes, de l’Antiquité tardive au viiie siècle.

9Un ultime chapitre traite des perturbations observées pour une bonne partie des sépultures et des nombreux pillages de tombes dont certains ont pu être contemporains de l’utilisation du cimetière. D’autres seraient davantage liés à des découvertes fortuites ou à des récupérations postérieures de matériaux ou d’objets. La conclusion résume les différents apports de l’analyse de cette population, replace les limites de l’étude et montre tout l’intérêt qu’il y aurait à obtenir davantage de données comparatives pour ce type de population.

10Ce livre donne un très bon aperçu de l’utilisation et de l’interprétation des données de fouilles à partir d’une analyse envisagée de manière globale. L’ouvrage se clôt par un catalogue des sépultures accompagné, selon les cas, d’une description des différents éléments archéologiques disponibles (sexe, état sanitaire, fosse, contenant, espace de décomposition, chronologie relative, mobilier, datation…). De nombreux tableaux sont également mis en annexe rassemblant les diverses observations métriques et morphologiques recensées lors de l’étude biologique des individus. Ces données, rarement présentées avec cette transparence, sont essentielles pour permettre de futures comparaisons populationnelles. De nombreuses planches en couleur et en noir et blanc rendent la lecture plus aisée et agréable et une large bibliographie termine cet ouvrage qui est d’ores et déjà une référence dans le domaine de l’archéologie funéraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Niel, « Florence Carré, Frédérique Jimenez (dir.), Jacques Le Maho, Véronique Gallien, Éric Follain, Willy Tegel, Antoinette Rast-Eicher, Bruno Bell, Maria-Philomena Guerra, Françoise Stutz, Cécile Esquès, Thomas Calligaro, Katalin Escher, Yves-Marie Adrian et Jacqueline Pilet-Lemière (avec les contributions de), Louviers (Eure) au haut Moyen Âge, Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 344-346.

Référence électronique

Cécile Niel, « Florence Carré, Frédérique Jimenez (dir.), Jacques Le Maho, Véronique Gallien, Éric Follain, Willy Tegel, Antoinette Rast-Eicher, Bruno Bell, Maria-Philomena Guerra, Françoise Stutz, Cécile Esquès, Thomas Calligaro, Katalin Escher, Yves-Marie Adrian et Jacqueline Pilet-Lemière (avec les contributions de), Louviers (Eure) au haut Moyen Âge, Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier », Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15919

Haut de page

Auteur

Cécile Niel

Centre Michel de Bouärd-CRAHAM UMR 6273 CNRS-Université de Caen Basse-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals