Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Arnaud Coutelas (dir.), Les mortiers de chaux

François Fichet de Clairfontaine
p. 346-347
Référence(s) :

Arnaud Coutelas (dir.), Les mortiers de chaux, Collection « Archéologiques » dirigée par Alain Ferdière, Paris, Éditions Errance, 2009, 159 pages, ISBN : 978 2 87772 385 5, prix : 27 €.

Texte intégral

1Il est de ces petits livres, aux titres parfois improbables voire inattendus, mais qui, passé l’étonnement de la découverte, nous semblent alors répondre à bien des attentes. Cet ouvrage intitulé simplement « Le mortier de chaux » - semblait a priori s’adresser au professionnel du bâtiment, à l’ingénieur en construction. Mais volontairement et parce qu’il s’insère dans une collection « Archéologiques » des Éditions Errance qui comprend ainsi déjà 11 volumes1, il nous rappelle d’abord, à nous archéologues travaillant sur le bâti enfoui comme hors sol, qu’il concerne un matériau que l’on rencontre quotidiennement. On le mentionne rarement, l’évoquant à peine et souvent en des termes évasifs voire erronés tant il semble faire partie d’un univers à ce point connu que sa description paraît relever de l’ordre de l’évidence. Chacun parle du mortier de chaux comme liant d’une maçonnerie ou matériau de revêtement et reconnaissons que bien peu savent ce que constitue ce produit par ailleurs complexe et composite. Chaux aérienne, chaux hydraulique, chaux magnésienne, mortier de tuileau, ciment et béton, voilà des termes qui désignent des réalités diverses dont la production comme l’emploi ont obéi à des pratiques plus rigoureuses qu’il n’y paraît. L’ouvrage de 159 pages constitue une porte d’entrée sur un domaine de recherche abordé depuis peu en France. Il est constitué de trois grandes parties précédées d’une introduction. Cette dernière a pour mérite d’apporter une définition claire du mortier de chaux comme du ciment, puis de préciser les diverses catégories de chaux chacune obtenue selon un processus bien détaillé. Un encart consacré à l’hydraulicité est particulièrement le bienvenu et sans doute permettra-t-il à d’aucuns d’employer désormais le terme à bon escient. On soulignera aussi tout l’intérêt d’une description des principaux types de granulats dont la nature et la granulométrie influeront sur la qualité du matériau. Cette introduction s’achève par une rapide présentation des principaux traités et travaux qui auront conduit à l’emploi et l’évolution du mortier depuis l’Antiquité jusqu’à l’apparition de la chaux hydraulique artificielle et la maîtrise des ciments. On saluera d’emblée cette constante confrontation des données historiographiques et des sources textuelles aux analyses pétrographiques ou physiquo-chimiques et l’apport des recherches archéologiques. Chacune des parties suivantes permet successivement d’approfondir les données présentées en introduction. En premier lieu, il s’agit d’une description détaillée du processus d’obtention de la chaux vive puis éteinte, de sa conservation comme de son transport et des aspects socio-économiques de la production et enfin de la mise en œuvre de granulats (sable ou tuileau). On regrettera une place trop réduite accordée à la morphologie des fours à chaux, qu’ils soient antiques, comme ceux imposants de Bayeux ou Vieux (Calvados) ou qu’ils relèvent des xviiie-xixe siècles (voir les fours de Chateaupanne à Montjean-sur-Loire (Maine-et-Loire) ou, de Regnéville ou Orval (Manche). Ils auraient comme d’autres mérités d’être cités et davantage décrits. Il est vrai que pour les périodes antérieures au xviie siècle, on manque encore cruellement d’études archéologiques portant sur l’organisation des ateliers et des structures pouvant éclairer la chaîne opératoire. La troisième partie est consacrée aux différentes formes d’emploi du mortier de chaux, en maçonnerie, en jointoiement, mais aussi en toiture comme liant de tuiles, pour les sols ou comme support de dallages ou de mosaïques, comme élément d’étanchéité, enfin en finition de surface par exemple pour les enduits peints, ou pour la réalisation de décors en stuc de chaux. Parce qu’ayant pu marquer fortement l’économie de plusieurs régions françaises, il n’aurait pas été inutile de mentionner aussi l’emploi de la chaux pour l’amendement des terres. La quatrième partie appelée « méthodologie » permet d’aborder plusieurs méthodes d’investigations destinées à caractériser un mortier de chaux (analyse pétrographique, physico-chimique) associant aussi des techniques complémentaires comme la granulométrie, la cathodoluminescence optique ou encore la microscopie électronique. Comme le note A. Coutelas, il est nécessaire de maîtriser la pétrographie et certaines données de la géologie et sans doute la lecture sera-t-elle ici quelque peu compliquée pour le non-initié. De fait, un certain nombre d’informations nous semblent relever du vocabulaire comme de la formation de spécialistes et leur utilité apparaît ici quelque peu secondaire dans le discours (distinction d’un quartz, de la calcite micritique…). Peut-être fallait-il toutefois ce type de description pour mieux afficher la pertinence des différents critères discriminants susceptibles d’établir la « carte d’identité » du mortier employé, ainsi depuis l’analyse de l’état de conservation, la couleur de la matrice, la résistance du matériau jusqu’à la nature du granulat, la présence de vides ou la granulométrie de la charge. Des exemples offerts par D. Prigent à propos des apports de l’analyse granulométrique illustrent l’intérêt de la démarche qui aura dans le cas de Montsoreau permis de restituer l’organisation d’un chantier de construction. Au global, la démonstration aura le mérite de sensibiliser le non-initié sur l’apport réel de chaque type d’analyse, lui permettant au demeurant de mieux préciser ses questions ou ses attentes lors d’une demande d’analyse de mortier. Et cette interrogation concerne aussi le problème posé par la datation 14C par exemple sur des mortiers pouvant contenir du « carbone ancien » provenant de la roche mère ou pour lesquels la formation de silicates et d’aluminates de chaux hydratées a pu retarder l’incorporation du carbone dans le temps et entraîner à terme un rajeunissement des datations. On retiendra au stade des recherches actuelles que la datation directe des mortiers reste problématique et d’une fiabilité discutable. Celle indirecte conduite par exemple sur des charbons de bois pris dans le mortier reste encore la plus fiable.

2Tout comme la céramique mais dans un autre contexte, force est de constater que le mortier de chaux porte en lui bien des renseignements, marqueur de la vie d’un édifice, voire dans certains cas de sa fonction ou de sa nature, il est aussi le produit d’un savoir-faire spécifique comme de réalités socio-économiques. Ces aspects dépassent largement le seul intérêt de l’identification de ses matériaux. C’est ainsi le mérite de ce petit ouvrage, à partir de l’expérience de chercheurs confirmés, ainsi A. Coutelas, S. Büttner, D. Prigent, F. Suméra et B. Palazzo-Berthelon, d’attirer notre attention sur la valeur du mortier de chaux et les apports d’une recherche pluridisciplinaire. Sans doute du fait du dimensionnement de l’ouvrage, les auteurs ont-ils été conduits à résumer parfois, de trop, leur propos. Le choix de porter les interrogations à la fois sur la période antique et sur celle médiévale conduit souvent à survoler un état des connaissances et laisser le lecteur sur sa faim, ainsi à propos des sources textuelles ou des résultats des fouilles. On aurait ainsi apprécié pouvoir disposer d’exemples de travaux archéologiques et une critique de leurs apports. L’iconographie qui aurait mérité un meilleur traitement (des photographies noir et blanc peu contrastées et pas toujours lisibles) aurait pu être enrichie par des plans et coupes de fours à chaux comme d’ateliers. Mais au global, il s’agit, plus que d’une simple introduction au problème, d’un véritable guide susceptible de mieux familiariser chacun sur ce matériau composite comme de l’orienter sur des recherches à venir. La formule consacrée nous impose de dire qu’il mérite plus qu’une simple consultation, tant pour l’étudiant en formation que pour l’archéologue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Fichet de Clairfontaine, « Arnaud Coutelas (dir.), Les mortiers de chaux », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 346-347.

Référence électronique

François Fichet de Clairfontaine, « Arnaud Coutelas (dir.), Les mortiers de chaux », Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15996

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals