Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Olivier Passarrius, Aymat Catafau et Michel Martzluff (dir.), Archéologie d’une montagne brûlée. Massif de Rodès, Pyrénées-Orientales

Maxence Segard
p. 347-350
Référence(s) :

Olivier Passarrius, Aymat Catafau et Michel Martzluff (dir.), Archéologie d’une montagne brûlée. Massif de Rodès, Pyrénées-Orientales, Canet, Éditions Trabucaire, Conseil Général des Pyrénées-Orientales, 2009, 504 p., ill. noir et blanc et couleur (Collection Archéologie départementale), ISBN : 978-2849741016, prix : 32 €.

Texte intégral

1En août 2005, un incendie détruit près de 2 000 hectares dans les Pyrénées-Orientales, dans le bassin de la Têt à hauteur du village de Rodès. Cet incendie est le point de départ de l’ouvrage dirigé par Olivier Passarrius, Aymat Catafau et Michel Martzluff. Très rapidement mises en œuvre, des prospections ont été entreprises dans ce secteur très mal documenté dont le paysage était alors mis à nu. Développées à travers des projets impliquant des partenaires multiples (services de l’État, collectivités territoriales, associations, université de Perpignan, INRAP), elles avaient comme but de recenser l’ensemble des traces d’occupation, toutes périodes confondues, dans un paysage habituellement difficile d’accès et peu favorable aux méthodes traditionnelles de l’archéologie. Deux années plus tard, en 2007, une journée d’étude faisait le bilan des données, mais surtout de leur lecture par les nombreux spécialistes. De ces discussions est né cet ouvrage, où se côtoient historiens, archéologues et géographes. L’ouvrage se présente sous la forme d’une série de contributions assez variées, puisqu’elles concernent un arc chronologique vaste (du Paléolithique à nos jours) et des thématiques centrées sur les modalités de l’occupation des zones incendiées (activités agricoles, pastorales, exploitation des ressources minérales, réseaux de communication). Dans une volonté affichée de présenter l’ensemble des informations recueillies lors des travaux de terrain et des recherches menées ensuite, les éditeurs de l’ouvrage ont pris le parti de l’exhaustivité, même si les périodes médiévale, moderne et contemporaine en occupent la plus grande partie.

2L’ouvrage est divisé en trois parties principales, une période chronologique, précédées par une introduction et une courte partie consacrée à l’incendie lui-même, mais également au milieu naturel (J. Faerber et M. Calvet). On perçoit à travers ces deux présentations le milieu concerné par l’étude, au carrefour de la plaine du Roussillon et des montagnes pyrénéennes. La zone incendiée est au centre d’une région de moyenne montagne méditerranéenne centrée sur la vallée de la Têt, de part et d’autre de Rodès. Le relief et la végétation expliquent en partie l’importance de l’incendie et sa rapide diffusion. On comprend également les enjeux des travaux entrepris dans cette région, où la cohabitation des cultures (céréales, vigne, olivier, prés de fauche) et de l’élevage a nécessité de nombreux aménagements, l’entretien des terres et la construction de cabanes, d’abris et d’enclos qui sont autant de témoignages visibles de la vie rurale. On saisit enfin les conditions des prospections et autres recherches de terrain, dans un milieu d’altitude modérée (300-500 m en moyenne), par endroits accidenté, et totalement mis à nu par l’incendie. La méthodologie adoptée, exposée en détail en introduction, a d’ailleurs associé reconnaissances de terrain et parcours systématique. Elle a tenu compte du caractère particulier de ce type d’opération en montagne, où certains secteurs sont inaccessibles ou moins propices à l’implantation (pentes, chaos rocheux). L’un des apports remarquables de ces travaux menés sur le terrain est le caractère systématique de l’inventaire, en incluant l’ensemble des aménagements tels que les terrasses de culture, les enclos en pierre sèche, les cabanes, les structures hydrauliques et tout autre indice permettant de restituer les activités du passé. Quiconque connaît les montagnes méditerranéennes et la densité des aménagements qu’elles comportent pourra imaginer sans peine le travail colossal que cet inventaire représente.

3Des trois parties consacrées aux recherches archéologiques, la première est la plus brève. Elle s’attache aux premières occupations humaines identifiées sur le plateau de Rodès et aux alentours (depuis le Paléolithique jusqu’à l’époque romaine). La place accordée aux différentes périodes est variable, reflétant une documentation très inégale. Le Paléolithique, grâce à la découverte de mobilier lithique, est bien connu (M. Martzluff et S. Nadal). Appuyée par de nombreuses cartes de répartition et planches, l’étude insiste sur les types de roches employés et sur la typologie des industries repérées lors des prospections. Elle donne également l’occasion de réaliser un bilan général sur l’état de connaissances à l’échelle régionale. Le Néolithique n’est l’objet d’aucune contribution, tandis que les découvertes de l’âge du bronze permettent d’esquisser un tableau de l’occupation du plateau de Rodès et de Montalba-le-Château à cette période (A. Vignaud). Cette contribution est accompagnée d’annexes consacrées aux bracelets en chroritoschiste, témoignages d’un artisanat local (A. Vignaud), aux anses à appendices découvertes sur le plateau de Ropidera (R. Iund), et enfin aux dolmens de Rodès (V. Porra-Kuteni). Au-delà de questionnements sur la contemporanéité des différents gisements observés lors des prospections, la question centrale est la caractérisation de l’occupation. S’agit-il d’une occupation pérenne, temporaire, saisonnière ? L’analyse, principalement sur la base de la topographie, amène à l’hypothèse de la juxtaposition d’un habitat de hauteur et de zones dévolues aux activités économiques. À ce titre, une grande importance est accordée aux activités pastorales, considérées comme prépondérantes pour cette période. La proximité de dolmens et le rapprochement avec des chemins de transhumance modernes sont cependant peu convaincants, et laissent présumer une continuité qui nie l’évolution des modes d’exploitation démontrée, dans le même ouvrage, à des échelles de temps nettement plus réduites.

4Rien ne concerne les âges du fer. Le texte consacré à l’époque romaine fait le bilan de connaissances presque inexistantes, puisqu’aucun site de cette période n’a été identifié lors des prospections (J. Kotarba). Seule une petite concentration de céramique du vie-viiie siècle a été repérée, marquant sans doute un petit habitat. Cette absence apparente de toute fréquentation antique contraste avec l’occupation dense documentée dans la région, y compris dans des zones de moyenne montagne peu différentes. L’explication avancée par l’auteur met en avant la différence observée entre la plaine de Roussillon et l’arrière-pays. Dans la première, les modes de construction romains (principalement l’usage de la tegula) sont largement diffusés ; la construction en matériaux périssables est en revanche largement prédominante dès qu’on pénètre dans les vallées et les massifs qu’elles séparent. L’expression de « groupes culturels » est sans doute un peu éloignée de la réalité, et surévalue des contrastes perçus uniquement à travers la culture matérielle. Plus encore, l’idée que le massif ait été une zone tampon laissée vierge car considérée comme une séparation physique entre les deux groupes culturels est difficilement acceptable, d’autant plus qu’elle suggère une conscience d’appartenance à l’un des deux groupes, dans une région où l’isolement est très relatif.

5Ces lacunes dans les connaissances, pour certaines périodes spécifiques, rappellent avant tout les difficultés rencontrées dans ce type de paysage lors des prospections. Dans les régions alpines, la préhistoire ancienne est ainsi l’une des périodes les mieux connues en haute montagne. Le grand nombre de sites identifiés lors des prospections révèle une réelle fréquentation de la montagne, mais doit également beaucoup au mobilier lithique qui ne se dégrade pas. De fait, les « vides » enregistrés peuvent en partie incomber à des problèmes d’identification, ce que souligne d’ailleurs J. Kotarba pour le deuxième âge du fer et la période romaine. La rareté du mobilier, l’absence de formes propres à discriminer une période précise (notamment pour les périodes préhistorique et protohistorique) ou encore la faible pénétration de mobilier importé (pour la fin de l’âge du fer et la période romaine notamment) sont autant d’obstacles à une lecture fine des dynamiques d’occupation sur la longue durée, et à l’identification des phases de conquête, d’exploitation intensive et de désaffection.

6Les troisième et quatrième parties sont consacrées respectivement au Moyen Âge et à l’époque moderne, et à la période contemporaine (xixe-xxie siècle). Elles constituent le cœur de l’ouvrage et sont le reflet de la part prépondérante de ces périodes dans la documentation. Ces deux parties se déclinent autour de plusieurs thèmes croisés, dans lesquels sont présentés les résultats des opérations archéologiques (prospections, relevé de bâti) et des recherches documentaires, et des synthèses thématiques. Ces différentes contributions permettent d’esquisser un tableau général d’un paysage de moyenne montagne sur une dizaine de siècles, le haut Moyen Âge, à peine documenté, ne faisant l’objet d’aucun article.

7Le premier texte porte sur le village médiéval de Ropidera, situé au cœur des zones brûlées (O. Passarrius, A. Catafau). Entièrement enfouis dans les broussailles, ses vestiges ont été totalement découverts par le feu, permettant un relevé détaillé en plan et la collecte systématique du mobilier en surface, parallèlement à un travail sur les archives. On ne rentrera pas dans les détails de cette étude très complète. Le plan des différents espaces (maisons, bâtiments, rues, église), les aménagements internes et l’analyse du bâti, parfois le mobilier autorisent une lecture spatiale du village, mais également l’identification des principales étapes de son développement jusqu’à son abandon au début de l’époque moderne. Les données archéologiques sont éclairées par les documents écrits, notamment un capbreu (déclaration des biens tenus par un même seigneur en un lieu donné) de la fin du xive siècle. On découvre alors un village de moyenne montagne, ses habitants, mais également son environnement et les activités pratiquées par la population. L’aménagement de ce territoire et son exploitation au fil des siècles sont justement abordés à travers trois contributions (O. Passarrius et A. Catafau). Leur importance reflète la place prépondérante des aménagements liés à la mise en valeur que sont les terrasses, les délimitations de parcelles, les tas d’épierrement, les maisons, cabanes et abris ou encore les canaux de drainage et d’irrigation. Uniformément présents dans les zones prospectées, comme ils le sont dans la plupart des montagnes méditerranéennes, ces aménagements sont parfois considérés comme anhistoriques, parfois comme les témoins d’une exploitation très récente. Examinés dans leur ensemble, inventoriés, cartographiés, confrontés aux sources écrites lorsque c’était possible, ces éléments du paysage font l’objet d’une étude sur la longue durée. La première contribution s’intéresse à l’exploitation du territoire des deux villages de Ropidera et de Casenovès (à 3 km à l’est). La seconde se concentre sur les évolutions qui interviennent jusqu’au début du xixe siècle, après l’abandon des deux villages ; enfin, une troisième contribution concerne les deux derniers siècles. L’approche archéologique permet principalement, à travers les relevés faits à Ropidera et le mobilier de surface, d’identifier au sein de l’habitat groupé des espaces destinés à l’élevage (enclos) voire aux cultures potagères. L’environnement immédiat, occupé par des terrasses et sans doute irrigué par des canaux, témoigne de la mise en valeur intensive du territoire proche. Quelques textes à partir du xive siècle complètent l’image d’une économie de moyenne montagne où la vigne et l’olivier occupent une place prépondérante. On perçoit également, à travers des textes à partir du xvie siècle, la coexistence des cultures et du bétail, dont une part non négligeable vient en estive depuis la vallée de la Têt, profitant notamment de dépressions humides. Le pastoralisme devient justement une activité majeure après l’abandon des deux villages. Même si les vestiges sont difficiles à dater, la forte densité de cabanes et d’enclos illustre des changements de mode d’exploitation, et une spécialisation vers l’élevage. Le bétail, jusqu’alors abrité dans des enclos identifiés dans les villages, vient en estive depuis la vallée, et est parqué dans de grands enclos en pierre sèche. Les pentes aménagées en terrasses, les parcelles et les drailles souvent délimitées par de hauts murs rappellent toutefois le maintien d’espaces cultivés et la nécessité de les protéger des divagations des troupeaux. À ce titre, si la vocation de ce secteur n’a pas fondamentalement changé, l’analyse précise des données archéologiques et des textes met en évidence une réelle rupture marquée par l’abandon de l’habitat permanent. Comme le rappellent les auteurs, « on ne vit plus à la montagne, du moins plus comme avant ». La troisième contribution (« Des terrasses à perte de vue ») se concentre sur le paysage entre le xixe siècle et nos jours. Elle est sans doute la plus novatrice en ce qui concerne la méthodologie adoptée. Cinq secteurs ont été choisis pour cette étude, parmi les plus représentatifs des aménagements rencontrés et des possibilités de datation. Les données de terrain ont été systématiquement confrontées aux cadastres de 1832 et des années 1940, et éclairées grâce aux registres cadastraux qui permettent d’identifier les propriétaires, mais également le type de culture pratiquée. On perçoit à travers cette analyse à l’échelle de quelques générations la pression démographique qui conduit parfois à des travaux considérables pour gagner quelques mètres carrés de terre cultivable ; on devine en même temps un paysage toujours partagé entre cultures et bétail, dont la cohabitation demande de nombreux aménagements (murs de délimitation des drailles, des parcelles). Mais dès le milieu du xixe siècle, des crises phytosanitaires (dont le phylloxera) sont à l’origine du recul de la vigne puis des autres cultures. La mention récurrente de « pâture » dans les registres signale des terres envahies par les friches, état qui ne change pas jusqu’à l’incendie de 2005.

8Outre ces trois articles qui exploitent de façon approfondie les données archéologiques, d’autres contributions s’appuient sur des aspects plus spécifiques. C’est surtout le cas de la question de l’exploitation du minerai et de la pierre, qui fait l’objet de trois textes de M. Martzluff consacrés aux carrières de marbre de Les Pedreres à Bouleternère, à l’exploitation de la pierre à bâtir et aux mines et carrières contemporaines. Les indices d’exploitation repérés lors des prospections donnent l’occasion de réaliser des bilans à l’échelle régionale. Basée sur les traces d’extraction souvent ténues, sur le potentiel minéral des secteurs étudiés, sur l’examen des matériaux utilisés pour la construction et sur des analyses de roches, l’étude met en avant l’importance de ressources complémentaires dans l’économie locale. Qu’il s’agisse de marbre utilisé dans la vallée ou dans la région, ou de granite pour la construction (les villages, les cabanes) et l’artisanat (la fabrique de meules), cette activité est reconnue par des traces d’outils, des petits fronts de taille et des éléments à l’état d’ébauche, souvent difficiles à dater. Bien que les textes soient peu loquaces, on aimerait mieux connaître les relations entre la population locale et ceux qui exploitaient la pierre, mais également dans quelles proportions l’extraction de pierre pouvait être une ressource d’appoint pour les agriculteurs.

9Deux autres contributions traitent du réseau de chemin et des communications sur un territoire qui dépasse un peu le cadre des zones brûlées (J.-P. Comps). Elles présentent l’intérêt de prendre en compte la vallée de la Têt, et donc le franchissement de la rivière. Appuyée par les cartes anciennes, les textes et les reconnaissances de terrain, l’étude se heurte rapidement aux problèmes de datation et à la difficulté de remonter au-delà du xviie siècle. Une partie importante est consacrée aux ponts, à leur origine et aux lieux qu’ils mettaient en communication. Mais il faut surtout souligner les développements sur les usagers des ponts et des chemins, les taxes dont ils devaient parfois s’acquitter et ce qu’on en déduit sur la circulation des paysans, des bergers et des troupeaux, ou encore des artisans qui transportaient la pierre de construction ou les meules débitées dans la montagne. Les textes permettent ainsi, pour la période moderne, de rappeler que les habitants de ces montagnes et ceux qui exploitaient leurs ressources se trouvaient dans des circuits d’échange, locaux ou régionaux.

10Enfin, trois textes placés dans la dernière partie s’éloignent un peu du cadre strict des opérations archéologiques menées sur les zones brûlées. Deux d’entre eux rappellent le contexte historique local, puisqu’elles concernent le village de Rodès, dans la vallée de la Têt. Le premier est une approche démographique entre le milieu du xixe siècle et 1940 (N. Marty). La forte baisse de la population dès le milieu du xixe siècle, phénomène ordinaire pour une région de moyenne montagne à cette période, et l’hégémonie décroissante des professions agricoles est illustrée dans les massifs, où l’agriculture recule et cède la place aux friches et aux pâtures. L’autre texte concerne les conflits entre royalistes et républicains entre 1789 et 1851 à Rodès (P. McPhee). Bien qu’assez éloigné des autres contributions et de la thématique générale de l’ouvrage, il apporte cependant des lumières sur la population de Rodès et les clivages entre grands propriétaires pratiquant des cultures variées et paysans souvent spécialisés dans la vigne et souffrant davantage de l’impôt sur les boissons.

11L’ouvrage s’achève par un court texte sur les nouveaux usages de la montagne (M. Bernat-Gaubert). Il marque la dernière étape de l’histoire des zones brûlées, qui témoigne d’une volonté de réhabilitation et d’aménagement du territoire. Les versants, autrefois occupés par des terrasses, sont des zones de pastoralisme, tandis que le plateau est désormais occupé par la vigne. Si les modalités ont changé, les activités agro-pastorales sont encore prépondérantes et encouragées pour éviter l’enfrichement et de nouveaux incendies. Suit une conclusion générale rédigée par les principaux animateurs de l’ouvrage (O. Passarrius, A. Catafau et M. Martzluff). Rappelant tous les biais propres aux prospections, ils dressent un tableau chronologique synthétique qui insiste sur l’absence de linéarité du peuplement et la part variable prise par les différentes activités pratiquées dans le massif. La période médiévale, marquée par un habitat permanent villageois, et l’époque moderne, qui voit l’emprise la plus forte sur le paysage, se distinguent très nettement dans la documentation. On peut regretter que ce bilan ne s’inspire pas davantage d’autres travaux menés dans les Pyrénées. On pense notamment aux recherches archéologiques et paléoenvironnementales menées en Cerdagne qui, même si elles concernent la haute montagne, fournissent un cadre de réflexion utile en abordant également la montagne sur la longue durée. Bien que concernant des régions de plaine, la thèse de Carole Puig sur les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge constitue également une référence utile pour cette période. Pour autant, il ne s’agit que d’oublis mineurs qui s’effacent devant l’ampleur du travail réalisé et de l’ouvrage qui en est issu. La rapidité et la qualité de la publication (quatre années après l’incendie et le début des prospections) sont d’autant plus méritoires dès lors qu’on considère l’ampleur du travail de terrain et du traitement qu’il demande en aval. On peut saluer la qualité formelle de l’ouvrage, très richement illustré. Les nombreuses cartes et plans en couleur, mais également les très nombreuses photographies aériennes montrent l’importance du paysage aménagé et la rareté des espaces vides. Divisé en parties respectant la chronologie, l’ouvrage prend en compte les nombreux travaux de terrain, mais également des réflexions plus générales n’en exploitant que certains aspects. Si l’exhaustivité nuit parfois à la cohérence de l’ouvrage par l’hétérogénéité des textes, elle témoigne avant tout de la volonté louable de livrer au lecteur l’intégralité des résultats des recherches. On mettra surtout en avant les parties consacrées aux vestiges d’occupation et d’exploitation agro-pastoraux depuis le Moyen Âge, qui constituent le cœur de l’ouvrage à la fois par les apports méthodologiques et par la quantité d’informations qu’elles livrent. Il faut notamment souligner l’importance du travail réalisé sur les terrasses de culture, peu aisé et ingrat, mais qui s’avère ici d’une grande valeur à travers sa confrontation aux sources écrites. On y trouve tous les éléments d’une histoire à plusieurs échelles, depuis le geste agraire jusqu’au terroir, dans laquelle ressortent des évolutions constantes qui remettent en perspective l’immuabilité trop souvent affirmée de l’agriculture et des paysages méditerranéens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxence Segard, « Olivier Passarrius, Aymat Catafau et Michel Martzluff (dir.), Archéologie d’une montagne brûlée. Massif de Rodès, Pyrénées-Orientales », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 347-350.

Référence électronique

Maxence Segard, « Olivier Passarrius, Aymat Catafau et Michel Martzluff (dir.), Archéologie d’une montagne brûlée. Massif de Rodès, Pyrénées-Orientales », Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 15 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16008

Haut de page

Auteur

Maxence Segard

Chercheur associé, Centre Camille Jullian, UMR 6573, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals