Navigation – Plan du site

Livres et périodiques reçus

p. 351-362

Plan

Haut de page

De nombreux ouvrages nous ont été adressés. Faute de rédacteurs, tous, malheureusement, ne peuvent faire l’objet d’un compte rendu détaillé ; il nous paraît cependant utile de les signaler et d’en indiquer les caractéristiques principales. Cette présentation tient compte de tous les volumes que nous avons reçus, à l’exception toutefois de ceux qui sont entre les mains des collaborateurs du bulletin critique pour une future recension.
Anne-Marie Flambard Héricher

Antaeus, 29-30, 2008, 576 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0238-02188, prix : non communiqué.

Ce numéro double de la revue Antaeus de l’Institut archéologique de l’Académie des sciences renferme dix-neuf articles consacrés aux nécropoles et mobilier funéraire et illustrés de très nombreuses photos et dessins au trait.

Archéologie du Midi médiéval, t. 26, 2008, 273 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0758-7708, prix : 30 €.

Ce vingt-sixième numéro de la revue Archéologie du Midi médiéval renferme neuf articles (222 pages), trois notices (14 pages) et 27 pages de bibliographie régionale pour 2007. La villa Saint-Pierre 1 à Eyguières (Bouches-du-Rhône) de création tardive a poursuivi son activité jusqu’aux environs de l’an Mil. De nombreux vestiges de constructions et un abondant mobilier y ont été retrouvés, notamment des restes alimentaires. Ces résultats sont présentés par J.-P. Pelletier et M. Poguet. La production et la diffusion de la céramique autour de la cité antique de Lodève sont étudiées par H. Pomarèdes, Y. Rigoir et G. Sanchez grâce aux données fournies par l’habitat de La Madeleine II à Clermont l’Hérault (ve-viie s. apr. J.-C.). Les sondages archéologiques réalisés au Pouzin (Ardèche) sur le Couvent des chèvres ont permis la découverte d’un site fortifié de hauteur tardo-antique qui fait l’objet de l’article d’O. Darnaud, E. Ferber et P. Rigaud. Concernant le second Moyen Âge, C. Balagna évoque l’énigmatique église romane inachevée de Croute à Lasserade (Gers), tandis que C. Hallavant et M.-P. Ruas jettent un regard sur les vestiges archéobotaniques de Montaillou au xiiie siècle. L’archéologie du bâti est illustrée par J.-M. Mignon et D. Carraz qui présentent ensuite les premiers résultats de l’étude archéologique et architecturale de la maison templière de Richerenches (Vaucluse) et par E. Bouticourt (avec F. Guibal) qui recherche les origines médiévales d’une technique de charpente : la poutre armée. L’étude par O. Ginouvez et al. des maisons médiévales occupant le site de l’amphithéâtre antique de Béziers clôt ce dossier. L’étude de la céramique moderne découverte dans un puits à Cruzy dans l’Hérault (E. Villanueva) achève cette première partie de la revue.

Trois notes complètent le volume, elles sont consacrées à l’église romane Saint-Jacques de Saujan à Beaucaire (A. Michelozzi), à l’occupation domestique et artisanale dans le quartier médiéval du Légassieu à Montpellier et à la coquille de pèlerin dans les sépultures médiévales du sud-ouest de la France (S. Vallet).

Patrizia Aureli, Maria Anna De Lucia Brolli, Stefano Del Lungo (éd.), Orte (Viterbo) e il suo territorio. Scavi e richerche in Etruria Meridionale fra Antichità e Medioevo, BAR International series 1545, Notebooks on medieval topography (Documentary and Field Research) n° 7, Oxford, 2006, 333 p. , illustrations noir et blanc (photos, cartes et plans), ISBN : 1 84171 7458 4, prix : non communiqué.

Septième exemplaire des Notebooks on medieval topography, cet ouvrage présente les résultats d’une recherche interdisciplinaire conduite sur la région de Viterbe (Étrurie méridionale) dans la fourchette chronologique qui s’étend de la naissance de l’habitat étrusque jusqu’à la fin du vie siècle, voire jusqu’au début de la première croisade (1099). Le volume a été réalisé grâce à des comptes rendus de fouilles anciennes récupérés, aux contacts établis avec les responsables des fouilles qui ont été invités à publier dans ce volume et grâce à la carte archéologique publiée en 1980 par Nardi. Les sept chapitres présentent successivement : l’habitat d’Orte de l’Antiquité au haut Moyen Âge, puis, le système hydrographique souterrain, les fouilles de nécropoles dans les localités de San Bernardino et le Piane, les ville de Piscinale et Radicare, le port fluvial de Seripola et le mobilier issu de ces fouilles, enfin les témoignages de la présence africaine et byzantine sur le territoire d’Orte.

Pierre Bauduin, Le monde franc et les Vikings, viiie-xe siècle, Évolution de l’humanité, Albin Michel, 2009, tableaux dans le texte, 4 cartes et 3 schémas généalogiques hors texte, Paris, 460 p., ISBN : 978-2-226-18715-4, prix : 24 €.

Comme l’annonce l’auteur lui-même, « l’objet de ce livre est de saisir le processus [d’intégration de la Scandinavie à la civilisation de l’Europe chrétienne], à un moment particulier de son histoire en examinant les modes de pacification et de médiation entre les Scandinaves et les Francs ». Il s’agit en effet, en relisant les sources, de montrer les entreprises menées de part et d’autre pour préparer l’accueil dans le monde franc des populations périphériques susceptibles de s’y faire une place par elles-mêmes ou par leurs contacts avec l’empire carolingien.

Après avoir dressé le tableau de ce monde dans lequel entrent les Vikings, Pierre Bauduin élucide la notion d’accommodation, thème central de cet ouvrage. Il examine ensuite les textes qui nous sont parvenus notamment l’absence de traité et les formes des accords passés avec les Normands. Plusieurs événements structurent son ouvrage : le baptême de Harald Klak en 846 et les événements de 845, 873 et 882. Il évoque ensuite les intermédiaires de toute nature : ambassadeurs et plénipotentiaires, missionnaires et émissaires, ainsi que le rôle des évêques avant d’évoquer les rebelles, transfuges et apostats. Il conclut en insistant sur la réussite que constitue l’intégration de la Normandie.

Au texte viennent s’ajouter 27 p. de notes complémentaires, des cartes et tableaux généalogiques, une abondante liste des sources et une bibliographie (46 p.) ainsi qu’un index des noms de personnes (14 p.).

Corinne Beck, Fabrice Guizard-Duchamp et Jacques Eudes (études réunies par), Lit mineur, lit majeur, lit voyageur. Mémoires et cours d’eau, 11e rencontres internationales de Liessies, Revue du Nord, Hors série. Collection Art et Archéologie n° 14, Université Charles de Gaulle-Lille 3, Lille, 2009, 231 p., nombreuses illustrations noir et blanc et quelques figures couleur dans le texte, résumés et mots-clé en français et anglais en fin de volume, ISSN : 1295-1315, prix : 45 €.

Les Nouvelles rencontres de Liessies ont été lancées en 2007 sur des bases nouvelles : faire de l’abbaye un lieu de réflexions et de partage d’expérience autour des relations des sociétés avec leurs milieux sur la longue durée. C’est par un cycle consacré à l’eau qu’ont été inaugurées ces discussions qui abordaient un thème qui résonne particulièrement dans le Nord de la France : la modification du tracé des cours d’eau, leur impact et leur perception. Trois thèmes orientaient la réflexion : les modifications des tracés et des fonctionnements des cours d’eau, l’impact de l’environnement fluvial sur les sociétés riveraines, les représentations et perceptions de ces modifications.

Illustrant le premier thème, L. Deschodt a présenté quelques exemples de modification du tracé des rivières dans le Nord de la France. Puis le cas du Val de Canches a été abordé dans deux interventions, l’une traitant des données environnementales, géomorphologiques et archéologiques (M. Meurisse-Fort, M. Philippe, G. Gosselin, B. Van Vliet-Lanoe), et l’autre des données cartographiques et foncières (I. Leroy et L. Verslype). V. Serna a ensuite proposé une approche archéologique du paysage fluvial de l’épave de Beutin (Pas-de-Calais), E. Louis se penche sur les détournements de la Scarpe à Douai et P.-G. Salvador, J.-F. Berger, G. Gaucher et J.-P. Bravard s’intéressent à la défluviation du Rhône dans les basses terres dauphinoises comme exemple de la dynamique fluviale et de l’anthropisation d’un fond de vallée.

L’impact de l’environnement fluvial sur les sociétés a été l’objet de cinq interventions. L. Verslype a présenté l’évolution des berges de l’Escaut, M. Suttor, les caractéristiques hydrographiques de la Meuse, F. Ferber, Metz face aux divagations de la Moselle et A. Thibaut, la disparition des vallons et la croissance urbaine à Nice.

Concernant les représentations et perceptions de ces modifications, C. Gérardot a présenté les modifications du tracé de la Saône et du Rhône à Lyon et R. Barraud et L. Ménanteau l’exemple des rivières à moulins de l’ouest de la France.

Deux posters illustrant le thème des rencontres sont également présentés en dernière partie : une approche géo-historique des paysages d’eau en Scarpe-Escaut du xiie au xxie siècle (V. Vergne, B. Delangue, C. Deligne) et l’élaboration d’un SIG sur la ville et la rivière (J. Ultsch). L’ouvrage s’achève sur une conclusion de J. Heude évoquant les hydrosystèmes et les anthroposystèmes.

Giovanna Benni, Incastellamento e signorie rurali nell’Alta valle del Tevere tra Alto e Basso Medioevo, BAR International series 1506, Notebooks on medieval topography (Documentary and Field Research) n° 6, Oxford, 2006, 198 p., illustrations noir et blanc (photos, cartes et plans), ISBN : 1 84171 742 8, prix : non communiqué.

Ce volume des Notebooks on medieval topography propose les résultats d’une recherche portant sur les établissements médiévaux de la haute vallée du Tibre (commune de Pérouse), catalogués comme castra et villae. Pour réaliser ce répertoire d’une trentaine de sites (qui existent encore pour la plupart bien qu’ils aient été transformés), tous les témoignages disponibles (archéologiques et historiques) ont été rassemblés, ils ont mis en évidence un processus précoce d’incastellamento qui s’est accentué aux xiie et xiiie siècles. Ces établissements disposent de caractères non seulement défensifs mais également économiques. L’objectif est de suivre le processus d’installation, de perchement et de déplacement des établissements notamment dans la période charnière de l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge. Après avoir dessiné, dans les deux premiers chapitres, les lignes de la recherche et le cadre territorial, l’ouvrage est organisé en une trentaine de chapitres consacrés à autant de sites : Rasina, Monte Castelli, Montemigiano, Verna, Migianella dei Marchesi, Civitella dei Marchesi e Sant’Anna, Bastia Creti, Pieve di Cicaleto, Montalto, Romeggio, Certalto, Serra Partucci, Civitella Ranieri, Umbertide, Poggio Manente, San Paterniano, Polgeto, Castiglione dell’Abbate, Sportacciano, Santa Giuliana, San Giuliano delle Pignatte, Fratticiola di Monte Acuto, Montacuto, Galera, Monestevole, Piano del Nese, Preggio, Bisciaro e Racchiusole, Castellaccio et Castelvecchio, Valenzino. Il propose pour conclure des hypothèses sur l’incastellamento des versants du Monte Acuto et tente de déterminer les modalités de l’installation humaine dans la haute vallée du Tibre aux périodes considérées.

Jean-François Bernard, Philippe Bernardi, Daniela Esposito (dir.), Il reimpiego in architettura. Recupero, trasformazione, uso, collection de l’École française de Rome 418, Rome, 2009, 740 p., nombreuses illustrations noir et blanc, ISSN : 0223-5099, ISBN : 978-2-7283-0856-9, prix : 80 €.

Les problèmes liés à l’augmentation constante de matériaux de rebut et à la carence de certaines ressources naturelles ont contribué à l’accroissement récent des pratiques de recyclage. C’est cependant une coutume ancienne et récurrente. Cet ouvrage est l’occasion d’une relecture complète des processus de récupération, de recyclage et de réemploi et des fonctions qui sont assignées aux matériaux. En s’appuyant sur des analyses, diverses approches disciplinaires sont mises en œuvre, elles sont appliquées aux formes concrètes de réemploi en architecture entre Antiquité et xixe siècle. Après une bibliographie générale et une introduction de J.-J. Bernard, cet ouvrage réunit une cinquantaine de contributions concernant essentiellement l’Italie et la France, regroupées en trois parties. La première vise à identifier des édifices, les classer et élaborer une approche méthodologique ; la seconde aborde la mise en œuvre et tente d’en cerner les étapes et les modalités ; la dernière enfin s’intéresse au contexte et au coût et dessine des pistes de réflexion.

Boris Bove, 1328-1453. Le temps de la guerre de Cent Ans, Histoire de France sous la direction de Joël Cornette, Belin, Paris, 2009, ISBN : 978-2-7011-3361-4, 669 p., nombreuses illustrations couleur, prix : 36 €.

Cet ouvrage préfacé par Jean-Louis Biget est une synthèse sur ce siècle de conflits. Il suit la chronologie des événements en mettant en lumière les principes et les structures qui les gouvernent. Le phénomène majeur du temps est, pour l’auteur, l’affirmation progressive de l’état monarchique qui vise à une construction territoriale unifiée. L’État s’édifie dans et par la guerre tandis que la conscience d’une identité nationale se met en place. Boris Bove insiste également sur l’alourdissement de la fiscalité et l’essor de l’appareil d’état. Il revient sur la « crise » des xive et xve siècles et invite à se méfier des chroniqueurs.

Ce livre à vocation pédagogique, dépourvu de notes infrapaginales mais complété d’une courte bibliographie pour chaque chapitre, est d’une présentation agréable, il est abondamment illustré de photos, d’enluminures, d’arbres généalogiques, de cartes et de longs extraits de textes. Il est complété d’un glossaire et d’un index.

Bulletin archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise, n° 40, année 2008, ISSN non communiqué, prix : 14 €.

Ce numéro du Bulletin archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise est organisé en trois parties. La première intitulée « Études et documents » comprend six articles. Marc Viré y présente les dernières recherches effectuées sur le château de La Roche-Guyon et s’attache, dans cette première partie de son travail, au site et au château médiéval. Bernard Poirier et Christopher Manceau présentent ensuite les recherches archéologiques conduites sur la ville fortifiée de Pontoise. S’appuyant sur l’exemple de trois carreaux de pavement historiés, Séverine Hurard examine le cheminement de l’artisanat du carreau de pavement à l’art du portrait. Les trois autres articles abordent des périodes beaucoup plus anciennes : un culte impérial à Genainville, une occupation du Halstatt à Frépillon et une production lithique néolithique à Jouy-le-Moutier. Avec neuf notices de sites (Écouen, Genainville, Louvres, Mantes-la-Jolie, Nucourt, Osny, Roissy-en-France et Villiers-le-Bel), l’actualité archéologique fait l’objet de la seconde partie. La dernière partie est consacrée à des informations pratiques.

Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, n° 177, mars 2009, 48 p., nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte, ISSN : 0007-9693, prix : 10 €.

Ce numéro comprend un éditorial de C.-E. Roth suivi de deux articles, des chroniques de la Société d’archéologie et d’histoire du Berry et une bibliographie régionale. Le premier article présenté par A. Leday et J.-L. Roche est consacré aux jetons au mouton (du type de l’Agnus Dei) à légende berrichonne que l’on peut dater de la première moitié ou du milieu du xive siècle, ils en présentent le catalogue illustré de nombreuses photographies.

Dans le second article, P. Cachau évoque le château d’Hardouin-Mansart à Sagonne. Une longue partie évoque le château avant Hardouin-Mansart notamment ses origines médiévales avec enceinte polygonale du xiie siècle dominée par un donjon de 40 m, il était alors tenu par les comtes de Sancerre qui furent seigneurs de Sagonne du xiie au xve siècle.

Paola Carità, Problemi di urbanistica giustinianea. Le città della Siria e della Mesopotamia, BAR International series 1255, Notebooks on medieval topography (Documentary and Field Research) n° 4, Oxford, 2004, 163 p., photographies et planches noir et blanc, ISBN : 1 84171 368 6, prix : non communiqué.

Ce quatrième volume de la collection Notebooks on medieval topography est consacré aux problèmes d’urbanisme de quelques cités des confins orientaux de l’empire byzantin à l’époque de Justinien. L’objectif est de rassembler le plus grand nombre possible de documents archéologiques et d’écrits sur des villes de la frontière perse (Amida, Édesse, Constantia, Dara, Antioche, Hiérapolis, Resafa, Zenobia, Palmyre), secteur encore peu exploré actuellement, notamment en raison de la guerre d’Irak. Cette recherche est d’autant plus significative qu’elle rassemble aussi la reproduction d’un catalogue photographique publié dans la première décennie du xxe siècle.

Isabelle Cartron, Les pérégrinations de Saint-Philibert. Genèse d’un réseau monastique dans la société carolingienne, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2009, 456 p., 77 figures noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-2-7535-0955-9, ISSN : 1255-2364, prix : 22 €.

Les pérégrinations des moines de l’abbaye de Saint-Philibert depuis Noirmoutier jusqu’à Tournus sont souvent citées pour caractériser l’exode devant les incursions normandes au ixe siècle, pourtant ces derniers ne rejoindront jamais leur abbaye d’origine contrairement aux autres groupes monastiques. Comprendre la carte générale du réseau de dépendance des établissements monastiques ne peut être fait sans revenir sur ces pérégrinations peu ordinaires qui mettent en lumière une période fondatrice. L’étude se poursuit jusqu’au premier tiers du xiie siècle où la congrégation apparaît plus indépendante et plus structurée.

Après une introduction et une présentation historiographique du monastère Saint-Philibert, I. Cartron aborde en cinq parties les déplacements de la congrégation. La première partie s’attache aux pérégrinations des moines de l’île de Noirmoutier au Poitou, la seconde les observe entre le Poitou et la Bourgogne et envisage la possibilité d’un refuge en Auvergne, la troisième évoque l’installation à Tournus et le retour à la stabilitas loci. Puis l’expansion méridionale avec l’extension du réseau monastique dans la vallée du Rhône est évoquée et débouche sur une réflexion générale sur l’évolution du monastère entre l’époque carolingienne et la fin du xie siècle, mettant en évidence les continuités, l’adaptation et la structuration de la communauté. Des annexes, les sources et la bibliographie utilisées, un index et la table des documents complètent l’ouvrage.

Isabelle Catteddu, Archéologie médiévale en France. Le premier Moyen Âge (ve-xie siècle), La Découverte, Paris, 2009, 175 p., nombreuses illustrations couleur dans le texte, ISBN : 978-2-7071-5712-6, prix : 22 €.

Ce petit volume abondamment illustré est le pendant, pour la première partie du Moyen Âge, de l’ouvrage publié en 2008 par Joëlle Burnouf qui présentait alors le « second Moyen Âge ». À l’image du premier volume, celui-ci est illustré d’abondantes photos couleur et d’encarts présentant des sites, rédigés par de nombreux collaborateurs, et reconnaissables à leurs pages colorées. On regrettera que l’organisation du texte en sept chapitres thématiques – qui traitent successivement de l’habitat d’une société principalement rurale ; des paysages et des hommes ; des ressources techniques et des productions ; des apports de l’archéologie à deux questions contemporaines : la santé et le climat ; de la circulation et de la communication ; de l’évolution de la cité antique à la ville médiévale ; des morts – tende à écraser toute évolution chronologique au cours des six siècles étudiés et de ce fait à décontextualiser les découvertes archéologiques dont le côté spectaculaire se trouve ainsi privilégié.

Conimbriga, vol. XLVIII, 2009, 253 p., illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0084-9189, prix : non communiqué.

Ce numéro de la revue de la faculté des lettres de l’université de Coimbra réunit huit contributions portant sur l’Antiquité, il est complété d’un bulletin critique.

Patrice Corbet et Jackie Lusse (textes réunis par), Ex animo. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Michel Bur par ses élèves à l’occasion de son 75e anniversaire, préface de Pierre Toubert, Éditions Dominique Guéniot, Langres, 2009, 526 p., illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, couverture cartonnée, ISBN : 978-2-87825-451-8, prix : 45 €.

À la suite du vibrant hommage rendu à Michel Bur par Pierre Toubert en introduction, les éditeurs, conscients des reproches imputables à la formule traditionnelle des Mélanges – contributions trop brèves et patchwork thématique –, annoncent leur projet : faire appel aux seuls disciples relevant de l’enseignement supérieur en leur donnant carte blanche quant au thème et à la longueur du texte soumis. Ce volume renferme ainsi un nombre modeste de contributions mais d’un volume conséquent.

Patrice Corbet aborde en premier lieu le culte de saint Hilaire de Poitiers et l’histoire de l’Église et du peuplement dans la Champagne et la Lorraine médiévales, puis Hervé Mouillebouche présente les cercles de paix, les cimetières et châteaux en Bourgogne et Jackie Lusse les apports d’une liste abbatiale quasi inédite à la connaissance des abbés de Montiers-en-Argonne aux xiie et xiiie siècles. Deux contributions ont pour objet la cathédrale. À partir de l’exemple de Laon, Alain Saint-Denis se penche sur la datation des premières cathédrales gothiques et Patrick Demouy sur le temporel du chapitre métropolitain de Reims dans la première moitié du xiiie siècle. Pour appréhender la seigneurie, Gérard Giuliato se penche sur un lignage lorrain, celui des sires de Riste du xie au xive siècle, et Charles Kraemer sur les relations avec le peuplement des grands et petits châteaux du Verdunois médiéval du xie au xvie siècle. Éric Affolter, André Bouvard et Jean-Claude Voisin présentent ensuite trente ans de recherches en Franche-Comté sur les ensembles fortifiés et leur environnement balayant l’ensemble des établissements mis en place : des fortifications de terre aux bourgs castraux. Témoignant des relations qui unissaient Michel Bur et le Japon, Koïchi Horikoshi aborde le droit de cours d’eau, origine juridique du moulin banal. Enfin Catherine Guyon évoque le culte de saint Michel dans la France de l’est.

Le recueil d’articles de Michel Bur intitulé La Champagne médiévale réunissant une bibliographie complète de l’auteur jusqu’en 2004, le présent volume se limite à mentionner en bibliographie complémentaire l’ouvrage et les huit articles qu’il a publiés entre 2005 et 2009.

Stefano Del Lungo, Bahr as Shâm. La Presenza musulman anel Tirreno centrale e settentrionale nell’Alto Medioevo, BAR International series 898, Notebooks on medieval topography (Documentary and Field Research) n° 1, Oxford, 2000, 102 p., illustrations noir et blanc, ISBN : 1 84171 159 4, prix : non communiqué.

Ce volume destiné à recueillir le maximum d’informations sur la présence musulmane dans la zone tyrrhénienne centrale et septentrionale du viiie au xe siècle ouvre la nouvelle série des BAR consacrée à la topographie médiévale et aux recherches documentaires et de terrain. La présentation reste identique à la collection antérieure, plus proche de la photocopie que de l’édition. L’objectif de cette collection créée par S. Del Lungo est la publication rapide de travaux de recherches (en italien, anglais, allemand, français et espagnol) de qualité sur le plan scientifique afin de mettre au point des instruments de travail utilisables pour le développement des enquêtes en topographie.

Directeur de la collection et auteur de ce volume, S. Del Lungo précise la notion de topographie : discipline archéologique à fonction propédeutique intégrant la collecte, la lecture et l’analyse de documents d’archives (parchemins, cartes, notes, dessins) et la vérification des faits sur le terrain, complétée par la cartographie historique, la toponomastique, l’archéologie du paysage avec ses diverses facettes et la photo-interprétation.

Ce volume est organisé en sept chapitres. Après l’examen des présupposés, les documents sont réunis chronologiquement (viie siècle : chapitre II ; ixe siècle : chapitre III ; xe siècle : chapitre IV). Le chapitre V est consacré à la Civitas Noba Leopolim, le chapitre VI, au cadre général des événements, tandis que le chapitre vii dessine les lignes directrices de la recherche topographique. En appendice, une liste des incursions est dressée.

Stefano Del Lungo, Toponimi in archeologia : la provincia di latina, Italia, BAR International series 911, Notebooks on medieval topography (Documentary and Field Research) n° 2, Oxford, 2001, 153 p., une carte noir et blanc, ISBN : 1 84171 164 0, prix : non communiqué.

L’ouvrage est organisé autour de vingt-sept thèmes (acqua, antico, arco… mais aussi les romains illustres ou les saints par exemple), classés par ordre alphabétique. Après une présentation générale, les différents toponymes sont énumérés, localisés et les sites décrits. D’autres termes sont introduits en appendice.

Maruska Federici-Schenardi et Robert Fellner, avec les contributions de Sandrine Davila Prado, Michel Guélat, Sarah Stékoffer, Werner Schoch, Christian Simon, Christiane Kramar, Develier-Courtételle, un habitat rural mérovingien, t. 1, Structures et matériaux de construction, Office de la culture et Société jurassienne d’émulation (Cahiers d’archéologie jurassienne 13), Porrentruy, 2004, 339 p., nombreuses illustrations noir et blanc, ISBN : 2-88436-014-X, ISSN : 1422-5190, prix : non communiqué.

Ce volume s’inscrit dans la vaste entreprise de publication des résultats des fouilles de Develier-Courtételle dans le Jura, entreprises à l’occasion de la construction de l’autoroute A16 et conduites sur 3,5 ha, qui ont révélé, au sein de l’horizon mérovingien, à 0,6 m de profondeur, six fermes et quatre zones d’activité. Quatorze grands bâtiments, dix bâtiments annexes de taille moyenne et quarante de petite taille, seize cabanes, six fours et vingt-quatre foyers ont été découverts et étudiés. Ils sont présentés dans ce volume ainsi que les sources historiques.

Ludwig Eschenlohr, Vincent Friedli, Céline Robert-Charrue Linder et Marianne Senn avec une contribution de Robert Fellner, Develier-Courtételle, un habitat rural mérovingien, t. 2, Métallurgie du fer et mobilier métallique, Office de la culture et Société jurassienne d’émulation (Cahiers d’archéologie jurassienne 14), Porrentruy, 2007, 353 p., nombreuses illustrations noir et blanc, ISBN-10 : 2-88436-016-6, ISBN-13 : 978-2-88436-016-6, ISSN : 1422-5190, prix : non communiqué.

Quatre tonnes de scories de fer et de nombreux objets ont été découverts lors des fouilles du site de Devellier-Courtételle, ce volume est consacré à leur étude. Après avoir rappelé les notions de base pour l’étude de la sidérurgie ancienne, les auteurs présentent les déchets du travail du fer, puis le mobilier en fer et en bronze. À l’aide de la répartition spatiale des objets et des déchets, ils définissent des zones d’activité et de rejet. Une synthèse sur le travail du fer au haut Moyen Âge conclut l’ouvrage.

Reto Marti, Gisela Thierrin-Michael, Marie-Hélène Paratte Rana, Robert Fellner, Jean-Pierre Mazimann, Sandrine Basset, avec les contributions de Jehanne Affolter et Thierry Rebmann, Develier-Courtételle, un habitat rural mérovingien, t. 3, Céramique et autres objets en pierre, verre, os, bois ou terre cuite, Office de la culture et Société jurassienne d’émulation (Cahiers d’archéologie jurassienne 15), Porrentruy, 2006, 339 p., nombreuses illustrations noir et blanc et deux planches couleur, ISBN-10 : 2-88436-015-8, ISBN-13 : 978-2-88436-015-9, ISSN : 1422-5190, prix : non communiqué.

Un abondant mobilier accompagnait les structures découvertes à Develier-Courtételle et présentées dans le volume 13 des Cahiers d’archéologie jurassienne (voir ci-dessus) : 10 000 tessons de céramique, 2 300 objets (et fragments) en fer, 140 en bronze, 160 tessons de verre, 90 perles, 350 objets lithiques, 20 en bois et autant en os auxquels il faut ajouter quatre tonnes de scories de fer et 13 000 ossements d’animaux (étudiés dans d’autres volumes).

Le tome 3 est consacré aux objets. La vaisselle (en céramique, pierre ollaire et verre) occupe les 125 premières pages. Les analyses réalisées, chimiques, pétrographiques et minéralogiques, sont tout d’abord présentées, puis la typologie est abordée, ainsi que la répartition spatiale du mobilier et la répartition spatiale à l’intérieur des ensembles. La synthèse finale propose une chronologie des gobelets burgondes, et un aperçu de la céramique des régions de Bâle et d’Alsace et de celle de l’espace burgonde. Enfin les productions, les fonctions et les échanges sont évoqués.

Les récipients en pierre ollaire puis la vaisselle de verre sont étudiés ensuite. Une partie est consacrée aux objets de pierre (aiguisoirs, polissoirs, broyeurs, haches et meules), une autre au mobilier de bois, une autre aux objets de parure (perles et bracelets) et les dernières aux objets d’os et de terre cuite.

Michel Guélat, Christoph Brombacher, Claude Olive et Lucia Wick, avec les contributions de Luc Braillard, Jacques Burnand, Robert Fellner et Anne-Marie Rachoud-Schneider, Develier-Courtételle, un habitat rural mérovingien, t. 4, Analyse spatiale, approche historique et synthèse des vestiges gallo-romains, Office de la culture et Société jurassienne d’émulation (Cahiers d’archéologie jurassienne 16), Porrentruy, 2008, 223 p., nombreuses illustrations noir et blanc, plusieurs planches en couleur, ISBN : 978-2-88436-020-3, ISSN : 1422-5190, prix : non communiqué.

Ce 4e volume de la série dédiée au site mérovingien de Develier-Courtételle est consacré à l’étude des paysages. Spécialités des paléoenvironnements et de l’archéologie se conjuguent pour offrir d’abord une reconstitution de la paléogéographie, de l’état des sols, de la paléohydrologie et du couvert végétal. Sur le plan strictement géomorphologique, l’un des résultats marquants est la mise en évidence d’une crise hydrologique survenue entre 500 et 700, identifiée tant dans les enregistrements sédimentaires provenant du site et des paléochenaux du petit cours d’eau qui le borde que dans les séquences palustres. Son origine, par recoupement avec les données régionales et extra-régionales, serait climatique. Ce travail mené par des équipes de naturalistes est ensuite exploité pour répondre à des questions touchant à l’économie rurale et aux formes d’exploitation des ressources naturelles. Les informations acquises sur le fonctionnement du réseau hydrographique sont utilisées pour réfléchir sur la navigabilité du ruisseau La Pran. Les restitutions relatives à la paléovégétation sont pour leur part mises à profit pour discuter des pratiques agricoles, des espèces de plantes et des surfaces cultivées ainsi que de la répartition des surfaces forestières. Une réflexion sur les modifications paysagères engagées à la suite de l’installation et au cours de la période d’utilisation du site est également proposée. L’archéozoologie apporte enfin un éclairage complémentaire sur l’alimentation carnée, les pratiques d’élevage, de chasse ainsi que sur la faune sauvage et apprivoisée (chien, chat) non consommée.

En définitive, il s’agit d’un volume sans conteste très réussi parce que le lien entre les données paléoenvironnementales et les informations archéologiques est toujours efficacement fait. Ce travail permet de sortir de l’interprétation purement matérielle proposée dans les 3 premiers volumes et offre ainsi une vue d’ensemble du fonctionnement de ce hameau agricole dans son environnement vivrier. En élargissant ainsi le point de vue du lecteur, l’ouvrage constitue également une bonne transition avec le dernier volume de synthèse. (Cécile Allinne)

Robert Fellner et Maruska Federici-Schenardi, avec les contributions de Céline Robert-Charrue Linder, Sarah Stékoffer, Michel Guélat, Gisela Thierrin-Michael, Jean-Daniel Demarez, Develier-Courtételle, un habitat rural mérovingien, t. 5, Analyse spatiale, approche historique et synthèse des vestiges gallo-romains, Office de la culture et Société jurassienne d’émulation (Cahiers d’archéologie jurassienne 17), Porrentruy, 2007, 187 p., nombreuses illustrations noir et blanc, ISBN : 978-2-88436-017-3, ISSN : 1422-5190, prix : non communiqué.

Ce dernier tome de la collection rassemble en fait, comme le titre le laisse comprendre, 3 parties juxtaposées, consacrées à des aspects très différents de la connaissance du site. La première partie (« Analyse spatiale du mobilier »), trouverait volontiers sa place à la suite de la présentation générale des structures (vol. 1) et des 2 volumes suivants dédiés au mobilier archéologique. Après une longue introduction méthodologique expliquant les outils et les finalités de l’analyse spatiale sur site, les répartitions horizontales des éléments architecturaux en terre cuite, de la faune et des autres catégories de matériel (scories, céramique, verre, bois, objets lithiques) sont étudiées et détaillées. Le principal acquis de cette étude originale et exhaustive, en matérialisant sur le plan cartographique les zones d’activités artisanales, de transformations ainsi que les zones de rejet, est d’appuyer les interprétations fonctionnelles des différents secteurs et bâtiments, qui varient en outre en fonction des périodes d’utilisation du site. La seconde partie (« Contexte, évolution et fonctionnement de l’habitat ») présente la véritable synthèse des informations archéologiques, textuelles, iconographiques et toponymiques rassemblées sur la vie de ce hameau entre 550 et 800 apr. J.-C. La chronologie du site est d’abord rapidement intégrée à la trame historique locale. Les relations entretenues avec l’abbaye proche de Moutier-Granval sont notamment mises en avant. L’étude de Develier-Courtételle est ensuite resituée dans le contexte de la recherche sur le haut Moyen Âge dans le canton du Jura. Cette publication donne en effet une impulsion nouvelle aux recherches menées sur les rythmes et les formes du peuplement de la région à cette époque. La présentation générale des phases d’évolution du site lui-même n’intervient qu’ensuite. L’ensemble est classiquement présenté par phase et par secteur et agrémenté, en plus des plans synthétiques, de restitutions de scènes de vie particulièrement évocatrices. Un ultime sous-chapitre compare les structures d’habitat du hameau aux modèles rencontrés à l’échelle régionale et européenne. La dernière partie de l’ouvrage, plus courte, présente enfin une synthèse des vestiges d’époque romaine découverts sous le hameau mérovingien (« Les vestiges gallo-romains à Develier-Courtételle »). Il s’agit de structures modestes (champ de fosses, fossés, chemin), des ier-iie s. apr. J.-C, devant en fait être réintégrées à la carte archéologique locale pour prendre sens : situées à quelques centaines de mètres d’une importante villa, il s’agit probablement d’éléments du domaine agricole.

Bien qu’adoptant une composition un peu décousue, ce volume 5 parachève efficacement la série d’ouvrage consacré à Develier-Courtételle, offrant une monographie de site très complète, aux thèmes variés et complémentaires. (Cécile Allinne)

Fasciculi Archaeologiae historicae, The Hunt and Hunting Weapons in Antiquity and the Middle Ages, fasciculus XXII, 2009, Institute of archaeology and ethnology of Polish academy of Sciences, Łódź Branch, 120 p., PL ISSN : 0860-0007, illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, prix : non communiqué.

Ce fascicule réunit, après une préface du directeur de la collection Jerzy Mail, quinze contributions en anglais et en russe parmi lesquelles huit concernent le Moyen Âge.

Le droit de chasse dans la Pologne médiévale est évoqué par A. Samsonowicz tandis que B. Burliga se penche sur le rôle du faucon d’après le traité de Frédéric II de Hohenstaufen De arte venandi cum avibus, 3, 28. Puis K. Polejowski dessine le contexte social de l’ordonnance de Charles VI contre le braconnage et O. Ławrynowicz et P. A. Nowakowski présentent les armes et l’équipement pour la chasse dans l’iconographie médiévale. Armes et pratique de la chasse à la commanderie de Malbork sont évoquées par A. Chęć tandis que L. Marek étudie les traces archéologiques de la chasse au verrat et à l’ours dans la Silésie post-médiévale. Enfin A. Bołdyrew étudie les armes de chasse à la cour du prince Sigismund Jagiellon et A. Birisenko, K. Belinskaya et Y. Kudjakov l’armement des nomades turcs en Sibérie méridionale et Asie centrale au haut Moyen Âge.

François Gentili et Annie Lefèvre (dir.), L’habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France, Programme collectif de recherches, bilan 2004-2006, 2e supplément au Bulletin archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise, Guiry-en-Vexin, 2009, 296 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 1140-7409, prix : non communiqué.

L’objectif de cet ouvrage, préfacé par B. Foucray, auquel 27 auteurs ont collaboré, est de publier les résultats du projet collectif de recherches conduit en Île-de-France de 2004 à 2006. Après un avant-propos des éditeurs, l’ouvrage est organisé en sept parties.

La première, consacrée à l’alimentation, présente d’abord l’élevage et la consommation de viande dans le cadre géographique et chronologique de l’étude (S. Frère et J.-H. Yvinec), puis ce sont les cultures et les récoltes céréalières qui sont évoquées d’après les structures de combustion (M.-P. Ruas). La seconde partie est consacrée au fond de cabane. F. Gentili effectue l’analyse d’exemples régionaux et tente d’en dresser la typologie tandis que M. Deschamp fait l’état des recherches et propose une première synthèse de ce type de structures. J.-Y. Dufour et Y.-M. Adrian présentent ensuite un fond de cabane mérovingien isolé découvert à Bry-sur-Marne et D. Chaoui-Derieux et J.-F. Goret un état de la question et une expérimentation sur les outils en os.

La troisième partie, qui porte sur la conservation des grains, évoque en premier lieu les fosses et la manière de les construire (N. Warmé), puis les silos et greniers (F. Gentili), tandis que la quatrième s’attache à la fouille et à la restitution des bâtiments sur poteaux. Après quelques remarques sur la méthodologie d’enregistrement de ces constructions illustrée par quelques exemples (F. Gentili), l’apport de l’archéologie expérimentale est envisagé (A. Alligri) et illustré par la construction d’un grenier carolingien à Orville (F. Épaud) et par le témoignage des cartes postales montrant des habitats forestiers (J. Chapelot).

Les productions céramiques à Vanves (A. Lefèvre) et Saint-Maurice-Maucouronne (V. Goustard) puis l’archéomagnétisme sont évoqués dans les cinquième et sixième parties. Cette dernière présente d’abord l’application de cette technique aux fours culinaires (N. Warmé) puis le développement de cet outil de datation sur l’Europe de l’ouest (A. Genevey, Y. Gallet et M. Le Goff).

Plusieurs notices de site : Gaillon-le-Haut et Gaillon-le-Bas à Herblay (A. Valais et P. Laforest), Mareuil-les-Meaux (E. Séthian), Rungis (É. Broine), Santeny (A. Poyeton et al. et N. Paccard pour la céramique), Tremblay-en-France (C. Gonçalves-Buissart et I. Lafarge) et Verneuil-en-Halatte (M. Derbois) complètent le volume et constituent la dernière partie.

El patrimonio cultural de Alicante : avance de un catálogo. El patrimonio inmueble, LQNT Monográfico 3, Alicante, Ayuntamiento de Alicante, 2007, 345 p., très nombreuses illustrations couleur, ISBN et prix : non mentionnés.

Présenté comme un très vaste tableau, cet ouvrage regroupe des informations sur les différents sites étudiés à Alicante avec pour chacun un plan, une photo et une brève description.

Pierre-Yves Laffont, Châteaux du Vivarais. Pouvoirs et peuplement en France méridionale du haut Moyen Âge au xiiie siècle, Archéologie et culture, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2009, préface de Marie-Thérèse Lorcin, 339 p., nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte, un cahier couleur de 28 planches hors texte, ISBN : 978-2-7535-0925-2, prix : 28 €.

Issu d’une thèse nouveau régime entreprise au début des années 1990, cet ouvrage traite d’une région de moyenne montagne à l’identité affirmée : le Vivarais, qui correspond pour l’essentiel au département de l’Ardèche et pour partie à ceux de la Haute-Loire et de la Loire. Il occupe une situation de carrefour, tête de pont du royaume de Bourgogne-Provence qui passe, au xiiie siècle, dans le giron du royaume de France dans le cadre de la sénéchaussée de Nîmes et de Beaucaire. C’est aussi une enclave, au-delà du Rhône, des archevêchés d’Arles et de Vienne. Le relief et sa structuration particulière ont joué un rôle important dans l’histoire du peuplement. L’auteur a également choisi de travailler sur le temps long dans une optique méthodologique conforme aux choix de J.-M. Pesez et A. Debord d’utiliser à la fois sources écrites et sources archéologiques.

C’est d’abord au cadre de l’étude qu’est consacrée la première partie, P.-Y. Laffont évoque ensuite les formes de l’autorité publique de l’époque carolingienne jusqu’au xie siècle, puis le peuplement et l’occupation du sol, l’église et les alleutiers laïcs. La troisième partie traite du tournant du xie siècle montrant les difficultés de la puissance publique, la multiplication des châteaux et l’émergence de la seigneurie châtelaine. La dernière partie évoque le « plein âge castral » tandis que la région passe du royaume d’Arles et de Vienne au royaume de France et que les châteaux sont de mieux en mieux contrôlés. Il montre leur évolution au xiie et xiiie siècle et aborde enfin l’incastellamento et l’habitat castral en Vivarais. Une liste des sources, une bibliographie et un index des noms de lieux et de personnes complètent le volume.

Les destinées de l’Illyricum méridional pendant le haut Moyen Âge, Mélanges de l’école française de Rome, Moyen Âge MEFRM, 120-2, 2008 (2009), illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, 458 p., ISSN : 0223-9883, ISBN : 978-2-7283-0870-5, prix : 50 €.

C’est en raison de deux journées d’études organisées à Lezha que les vingt contributions, présentées dans cet ouvrage, regroupées en deux fascicules, sont réunies. Le premier fascicule présente en premier lieu les entrepôts et trafics annonaires en Méditerranée. Les mélanges qui suivent concernent une aire géographique élargie : Bavière, Croatie, Morée, Sardaigne, Sicile et paroisses vénitiennes. Le second fascicule est consacré aux destinées de l’Illyricum méridional pendant le haut Moyen Âge, il évoque le groupe épiscopal de Salerne, Lezha, l’agglomération de Guran, Butrint, le commerce des amphores dans l’Adriatique, les casques de Caričin Grad, les données archéologiques sur le territoire Albanais et l’administration byzantine en Dardanie. Enfin, les activités archéologiques de l’École française de Rome au cours de l’année 2008 sont présentées.

Nace una ciudad. Origen y Evolución de las Murallas de Alicante, Ayuntamiento de Alicante, Alicante, 19952, 54 p., nombreuses illustrations couleur, ISBN et prix : non mentionnés.

L’ouvrage présente le site de la ville, la Medina Laqant, la porte Ferrisa, la ville médiévale puis les murailles du xvie et du xviie siècle, le projet de 1688 et la destruction de la ville lors du bombardement français de 1691. Il aborde ensuite le système défensif de la ville au xviiie siècle et les ingénieurs militaires qui l’ont élevé. Un quart de l’ouvrage est consacré aux fortifications de ce siècle. Et les dernières pages abordent les événements du xixe siècle et leurs conséquences sur les structures défensives.

Quarderns d’arqueologia i història de la ciutat de Barcelona, 5, 2009, Barcelone, ISSN : 1699-793X, 280 p., nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte et en couleur hors texte, résumés anglais et français en fin de volume, prix : non communiqué.

Parmi les articles proposés dans cette revue, nous nous attacherons aux seuls articles concernant le Moyen Âge. J. Beltrán et H. Bercero présentent l’architecture et les systèmes de construction à Barcino durant l’Antiquité tardive, puis avec E. Revilla i Cubero ils se penchent sur la métrologie et les mesures des bâtiments du vie siècle apr. J.-C. du groupe épiscopal de Barcelone. Deux contributions concernent la céramique médiévale, la première présente le four de la rue Hospital et la production de céramique vitrifiée monochrome et de vaisselle verte dans la Barcelone du xiiie siècle tandis que la seconde a pour objet la caractérisation archéométrique de cette même céramique.

Susan Ripper et Lynden P. Cooper (éd.) avec A. G. Brown, Patrick Clay, Paul Courtney, Richard Darrah, Robert Howard, Chris Salisbury (†) et les contributions de Allan Brandon, Clare Ellis, James Creig, Peter Hill, Graham Morgan, Carole Morris, David Smith et Rob Wilby, The Hemington Bridges. The excavation of three medieval bridges at Hemington Quarry near Castle Donington, Leicestershire, Leicester Archaelogical Monograph 16, University of Leicester Archaeological services, Leicester, 2009, 257 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN : 987 0-95601-1-8, prix : non communiqué.

Cet ouvrage dédié à la mémoire de C. Salisbury présente, après une introduction (L. Cooper, S. Ripper, P. Clay), le contexte de la fouille des ponts de Hemington (C. Salisbury, A. G. Brown), puis les trois ponts successifs : du xie-xiie siècle (pont I : S. Ripper, R. Darrah et C. Morris), du xiie-xiiie siècle (pont II : S. Ripper, L. Cooper et G. Morgan), du milieu du xiiie siècle enfin (L. Cooper et P. Hill). Puis R. Howard présente les résultats des analyses dendrochronologiques, puis R. Darrah étudie les outils et techniques de construction utilisés ainsi que l’approvisionnement en bois et la mise en œuvre de ces derniers. La géomorphologie (sédimentologie, hydrologie, paléochenaux) et l’environnement (restes de plantes et coléoptères) sont présentés par A. G. Brown, C. Ellis, C. Salisbury, J. Craig et D. Smith. Enfin, avant une conclusion générale, l’importance des ponts de Hemington dans le contexte local est étudiée.

Christopher Scull, Early Medieval (Late 5th-Early 8th centuries AD), Cemeteries at Boss Hall and Buttermarket, Ipswich, Suffolk, The Society for Medieval Archaeology monograph 27, The Society for Medieval Archaeology, Leeds, 2009, 351 p. avec illustrations noir et blanc dans le texte et planches couleur hors texte présentant sépultures et mobilier, un plan dépliant, ISSN : 0583-9106 ; ISBN : 978 1 906540 18 0, prix : non communiqué.

Il s’agit de la publication de la fouille des cimetières de Boss hall et Buttermarket. Les deux sites sont présentés successivement. Après le catalogue des sépultures, les résultats des analyses environnementales, biologiques et technologiques sont exposés : chimie des sols, pétrologie des urnes funéraires, os humains, vestiges de plantes et d’insectes, bois, cuirs, fibres, verre, métaux ferreux et non ferreux. La technologie des lames est étudiée ainsi que la composition des broches et de la joaillerie. La culture matérielle est ensuite abordée à travers les objets. L’étude s’achève par une discussion et l’interprétation des données de la fouille. La même organisation est reprise pour le second cimetière. Des tableaux et graphiques, un très grand nombre de photographies et dessins des sépultures et du mobilier illustrent ce volume.

Tossal de les Basses. Seis mil años de historia de Alicante, catalogue d’exposition, Patronato Municipal de Cultura, Excmo, Ayuntamiento de Alicante, Alicante, 2007, 128 p. très nombreuses illustrations couleur, ISBN et prix : non mentionnés.

Le matériel archéologique issu de fouilles s’étend sur une fourchette chronologique large, du Néolithique à l’époque moderne. Le contexte de découverte (fossés, nécropole, ou atelier de potier…) est décrit et abondamment illustré avant la présentation du mobilier proprement dit.

Gianluca Padovan, Civita di Tarquinia : indagini spelologiche. Catalogazione e studio delle cavità artificiali rinvenute presso il Pian di Civita et il Pian della Regina, BAR International series 1039, Notebooks on medieval topography (Documentary and Field Research) n° 3, Oxford, 2002, 146 p., photographies et planches noir et blanc dans le texte, ISBN : 1 84171 309 0, prix : non communiqué.

De 1988 à 2000, l’Associazione Speleologia Cavità Artificiali Milano (SCAM) a conduit des opérations spéléologiques sur le territoire de Tarquinia dans le Haut Latium afin d’étudier les ouvrages hypogés à caractère hydraulique (puits, citernes et aqueducs souterrains) et comprendre la gestion des ressources hydriques et l’organisation des structures. Ce travail présente le catalogue des installations recensées au cours de ces recherches.

Gianluca Padovan (dir.), Archeologia del sottosuolo. Lettura e studio delle cavità artificiali, BAR International series 1416, Notebooks on medieval topography (Documentary and Field Research) n° 5, Oxford, 2005, 378 p., photographies et planches noir et blanc dans le texte, ISBN : 1 84171 716 9, prix : non communiqué.

L’objectif de ce 5e volume de la collection Notebooks on medieval topography est de constituer une base de référence pour les recherches sur les cavités artificielles, fruit d’activités économiques et sociales, témoins de la vie quotidienne et de la culture qui nous ont été laissés par des maçons ou des mineurs.

Les auteurs de ce volume tentent de dresser une typologie des cavités et de construire une méthodologie d’étude applicable dans tous les contextes et à des zones géographiques qui dépassent le cadre de l’Italie.

Revue archéologique d’Île-de-France, n° 2, 2009 (2010), 326 p., illustrations noir et blanc et couleurs dans le texte, ISSN : 2101-3608, prix : 15 €.

Deuxième numéro de cette revue, ce volume regroupe 19 contributions et une liste des mémoires et diplômes universitaires portant sur l’Île-de-France. Nous ne nous attarderons ici que sur sept d’entre elles qui concernent le Moyen Âge et l’époque moderne. C’est ainsi qu’A. Bourroulh s’interroge sur l’habitat et les systèmes agraires du premier Moyen Âge et C. Buquet-Marcon sur les contenants des tombes du haut Moyen Âge à Saint-Pierre-du-Perray dans l’Essonne. La céramique fait l’objet de plusieurs études : A. Lefèvre présente celle de Bullion et Sonchamp (Yvelines) datée xie-xiie siècle et C. Claude les productions à pâte rouge de Dourdan (Essonne). L’utilisation des côtes d’herbivores pour la réalisation de peignes et de plaques ornementales est présentée par D. Chaoui-Derieux et J.-F. Goret tandis que D. Lavall et C. Piozzoli interprètent les vestiges souterrains de Mantes-la-Jolie à la lumière des indications données par le Chouquet, livre de compte des fortifications durant l’occupation anglaise de la guerre de Cent Ans. Enfin P. Broutin et al. se penchent sur les carrières de grès du plateau de Sénart et J.-Y. Dufour sur une remise pour la chasse à Roissy-en-France.

Revue archéologique de Picardie, 2009, n° 1-2, 152 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0752-5656, prix : 25 €.

Ce numéro introduit par D. Bayard, A. Nice et P. Périn constitue les actes des XXIXes journées d’archéologie mérovingienne qui se sont tenues au musée des temps barbares, à Marle (Aisne) du 26 au 28 septembre 2008 et qui ont été l’occasion d’aborder un thème peu fréquent : les apports de l’expérimentation à l’archéologie mérovingienne.

Après une présentation du musée accueillant le colloque et de son hameau mérovingien (D. Bayard et A. Nice), J. Soulat étudie la pénétration des groupes saxons et anglo-saxons dans le Ponthieu entre la fin du ive et le milieu du vie siècle, puis V. Harnay aborde le site du Chemin de Croix, un habitat du haut Moyen Âge aux abords de la villa royale d’Athies. A. Nice présente ensuite le tissage à partir des données archéologiques du site de Goudelant-lès-Pierrepont et C. Bakels les plantes cultivées en France septentrionale. Dans le domaine du costume, P. Périn propose une nouvelle reconstitution du vêtement d’Arégonde tandis qu’A. Rajade s’interroge sur la fonction des grosses perles de ceinture (s’agit-il d’éléments de parure ou d’objets fonctionnels ?) et que D. Glad présente, après expérimentation, la fonction et le fonctionnement du casque à crête romain tardif d’après le mobilier oriental. B. Leroy s’attache à la connaissance des monnayages mérovingiens puis des tests sur la cuisson du plâtre et les fours à plâtre réalisés par I. Lafarge sont présentés ainsi que des essais de réduction du minerai de fer francilien (B. Jagou). L’approche expérimentale est également mise en œuvre pour les fours culinaires (G. Bruley-Chabot et N. Warmé) enfin F. Épaud et F. Gentili exposent les apports de l’expérimentation archéologique pour la compréhension de l’architecture carolingienne à poteau planté en présentant le cas du chantier d’Orville (Val-d’Oise). Ce numéro s’achève avec l’intervention de F. Gentili et K. Escher qui relatent, avec le cas de Serris, les expériences de médiation et de restitution virtuelle d’un patrimoine archéologique disparu auprès des habitants d’un nouveau centre urbain de Marne-la-Vallée.

Revue archéologique de Picardie, 2009, n° 3-4, 272 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0752-5656, prix : 30 €.

Ce numéro publié sous la direction d’Estelle Pinard et Sophie Desenne est entièrement consacré aux actes de la table ronde « La gestuelle funéraire au second âge du fer » tenue à Soissons les 6 et 7 novembre 2008.

Élisabeth Ridel, Les Vikings et les mots. L’apport de l’ancien scandinave à la langue française, Éditions Errance, Paris, 2009, 351 p., 25 figures noir et blanc dans le texte, préface de Jean Pruvost, ISBN : 978-2-87772-400-5, prix : 35 €.

Cet ouvrage portant sur l’apport des Vikings au lexique de la langue d’oïl est issu d’une thèse de doctorat de Sciences du langage qui a pris en compte des sources multiples : documentaires, narratives, lexicographiques, toponymiques et de nombreux critères géolinguistiques, phonétiques, sémantiques, chronologiques. Il s’ouvre sur un constat : les Vikings n’ont guère laissé de traces matérielles de leur présence et, sur le plan politique et institutionnel, leur héritage est tout aussi pauvre. En revanche, quantité de mots ont pris racine en terre franque, notamment des noms de personnes et des noms de lieux. Cette étude recense sous la forme d’un glossaire étymologique et historique tous les mots issus de l’ancien scandinave attestés en français ancien, moderne et dialectal. Une étude préliminaire qui occupe 141 pages permet de situer le lexique scandinave selon trois grandes approches : historique, lexicologique et quantitative. Le glossaire (144 p.) occupe la seconde partie. Le volume est complété d’annexes qui présentent les groupes sémantiques dans le lexique scandinave en langue d’oïl, des textes de marine du xiie siècle (Wace, Guillaume de Berneville et Denis Piramus) et une mise au point sur des étymologies scandinaves fausses, douteuses ou incertaines. Une bibliographie et plusieurs index (des mots lexicaux, des étymons, des auteurs et des matières) complètent l’ouvrage.

Vincent Roblin, Recueil des actes des vicomtes de Limoges (xe-xive siècle), Hautes études médiévales et modernes 95, École pratique des Hautes études, Sciences historiques et philologiques – 5, Droz, Genève, 2009, 426 p., quelques photographies noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-2-600-01352-9, prix : 83,49 € HT.

Ce recueil issu d’une thèse dirigée par D. Barthélemy rassemble les 198 actes ou mentions d’actes émanés des vicomtes et des vicomtesses de Limoges entre le xe et les premières années du xive siècle (fin du gouvernement du vicomte Gui de Bretagne en 1317) qui sont parvenus jusqu’à nous.

En introduction, V. Roblin dessine le bilan historiographique des vicomtes de Limoges, esquisse leur histoire et en dresse la généalogie. Il présente ensuite son corpus expliquant la répartition chronologique des actes et leur transmission, leur nature, leur datation, la chancellerie vicomtale et la sigillographie. Il évoque enfin les sources : actes conservés dans des fonds ecclésiastiques (75 %) ou laïcs (25 %), ou encore copies d’érudits.

La liste des sources et la bibliographie précèdent l’énoncé des principales règles d’édition suivies et l’édition proprement dite des actes. Un index locorum et nominorum et un index rerum complètent le volume.

Fabio Saggioro et Gian Maria Varanini (éd.), Il castello di Illasi. Storia e archeologia, Giorgio Bretschneider editore, Rome, 2009, 211 p., nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte, deux cahiers de photographies de 27 et 22 planches illustrant les chapitres 2 et 3, ISBN : 978-88-7689-237-0, ISSN : 0391-9293, prix : 90 €.

À l’est de Vérone, le château d’Illasi se dresse sur une colline nord-sud qui divise la vallée de Tramigna. Le projet d’étude qui le concerne est né en 2003 d’une initiative conjointe de la municipalité d’Illasi, de l’université de Padoue et du siège de Vérone de l’Archéoclub d’Italie. Il s’est développé entre 2003 et 2008 avec la participation de nombreux étudiants. Le présent volume collectif présente en quatre parties les résultats de cette recherche.

La première partie, chronologique et rédigée par les éditeurs, porte sur l’organisation du territoire et les établissements du Moyen Âge à Illasi en insistant sur le rôle du château sur la colline et les deux vallées. La seconde (N. Mancassola, C. Marastoni, S. Melano, F. Saggioro) s’attache à l’étude architecturale du château, à sa situation topographique, à la stratigraphie et aux techniques de construction. La troisième (A. Casale, N. Mancassola, C. Marastoni, S. Melato, F. Saggioro) est consacrée aux résultats de la fouille et la dernière (M. Ficara, E. Lerco, N. Mancassola, C. Paganotto, M. G. Pavoni, F. Saggioro) au mobilier recueilli : monnaies, matériel métallique, céramique culinaire, céramique glaçurée. Une synthèse et des perspectives de recherches ainsi qu’une bibliographie complètent le volume.

  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals