Navigation – Plan du site

À propos des recherches sur les terres noires urbaines : dépasser le concept d’attente

Reflections on research into urban dark earth : beyond the concept of expectation
Zur Erforschung der sog. Gartenerde in den Städten
Mélanie Fondrillon
p. 1-16

Résumés

Les terres noires du Bas-Empire et du haut Moyen Âge représentent actuellement un enjeu important de l’archéologie urbaine. La découverte récurrente de ces stratifications complexes dans les villes de passé romain amène à s’interroger sur les pratiques anciennes de l’espace urbain et sur les processus de formation qui ont conduit à l’apparente homogénéité des dépôts. Depuis une quinzaine d’années, le développement des études géoarchéologiques, menées en parallèle des fouilles et des études de mobilier traditionnelles, montre que les terres noires sont fonctionnellement diversifiées et qu’elles attestent les changements progressifs affectant les rapports des habitants à leur ville. Il est donc nécessaire de dépasser la seule approche descriptive, en développant des programmes d’études interdisciplinaires, permettant ainsi de caractériser la fonction des terres noires et d’en saisir la diversité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1On entend par « terres noires » un dépôt sombre et humifère, stratigraphiquement indifférencié et dont l’épaisseur est généralement comprise entre 0,30 et 1,50 m. Par tradition avec la problématique initialement développée en Angleterre, le terme est réservé au contexte urbain, pour caractériser les niveaux compris entre les stratifications du Haut-Empire et celles du Moyen Âge central. En France, les découvertes concernent principalement des chefs-lieux de cité créés au Haut-Empire (Autun, Bordeaux, Lyon, Paris, Rouen, Tours ou Metz), accédant à ce statut au Bas-Empire (comme à Cambrai, Noyon, Strasbourg, Tournai) ou le perdant à cette période (notamment Javols, Jublains). On rencontre également ce type de stratification dans des agglomérations secondaires qui n’ont pas accédé au statut de capitale (Jouars-Ponchartrain, Gièvres, Amboise) et dans des villes ou bourgs de fondation médiévale (Château-Thierry, Wandignies-Hamage, Douai, Bruxelles ou Namur). Dans ce contexte urbain très hétérogène, l’identification des terres noires relève d’une même problématique de reconnaissance des usages sociaux entre le ive et le xie siècle. L’appellation est par la suite étendue à d’autres types de sites (ruraux, castraux) et à d’autres époques (âge du fer, Haut-Empire, époque moderne), pour lesquels se pose la question similaire de caractérisation de dépôts énigmatiques.

  • 1 Galinié 2004 ; Macphail, Galinié et Verhaeghe 2003.
  • 2 L’état de la recherche, établi dans les lignes qui suivent, est issu d’une thèse d’histoire (Fondr (...)

2La problématique initiale des terres noires concerne donc la nature de l’occupation des villes au passé romain, en particulier des anciens chefs-lieux de cité, au cours du Bas-Empire et du haut Moyen Âge, dans une période qualifiée habituellement de déclin et de léthargie. En France, depuis les quinze dernières années, l’utilisation massive du terme « terres noires » a conduit à la considération de ces stratifications comme témoin de nouvelles pratiques urbaines. Mais l’utilisation de cette terminologie univoque, qui relève du vocabulaire d’attente1, a paradoxalement empêché toute interprétation des vestiges. Pour appréhender les rythmes et les modes d’urbanisation de la ville dans une longue période qui peut couvrir jusqu’à neuf siècles, la recherche actuelle vise donc à dépasser le « concept d’attente » : en s’attachant à la fouille et à l’étude géoarchéologique des stratifications du Bas-Empire et du haut Moyen Âge, le but est à terme d’effacer de notre vocabulaire l’expression « terres noires2 ».

1. Développement d’une problématique européenne

  • 3 Faulkner 2000, p. 25.

3Les premières études concernant les terres noires ont été menées en Angleterre à la fin des années 1970, là où la continuité urbaine entre Antiquité et Moyen Âge n’était pas historiquement attestée. En fait, la question remonte aux années 1930 et s’explique en partie par l’environnement socio-politique et l’idéologie de ceux qui veulent alors la résoudre. Deux visions extrémistes s’affrontent3 : la première, née dans l’entre-deux-guerres, voit le Bas-Empire comme une période de déclin économique et d’échec politique, dont la rapidité et la brutalité en façonnent une image apocalyptique ; l’autre, développée dans les années 1960, défend une continuité, au moins administrative, entre la ville antique et la ville médiévale. La question porte avant tout sur le caractère urbain ou non des lieux au Bas-Empire et au haut Moyen Âge. L’idée d’un effondrement plus ou moins brutal de l’Empire romain, dont une des conséquences est une crise urbaine généralisée, est confortée par les rares témoignages textuels et par la faible valeur informative, du moins en apparence, des sources archéologiques à disposition, représentées pour l’essentiel par les strates de dark earth.

1.1. La question anglaise

  • 4 Macphail 1981, p. 309.
  • 5 Macphail 1983 ; Perring et Roskams 1991.

4Dans les premiers temps de la recherche, la considération des terres noires anglaises est liée à la question du statut de Londres à l’époque saxonne4. Entre les stratifications antique et médiévale, l’entre-deux est matérialisé par ces terres noires qui ne révèlent pas d’emblée une structuration urbaine reconnaissable, avec des plans de bâtiments, des limites de parcelles et des activités différenciées. Chez certains historiens-archéologues, le statut important de la ville à l’époque saxonne, sur les plans économique et administratif, ne s’accorde donc pas avec la mise au jour systématique de terres noires. Dès lors, assurés que ces niveaux en apparence homogènes étaient le résultat d’occupations humaines plus diversifiées qu’il n’y paraissait, ces chercheurs entreprennent l’étude des stratifications sur des sites précurseurs comme St Bartholomew’s Hospital et Milk Street 5.

  • 6 Hobley 1988 ; Courty, Goldberg et Macphail 1989, p. 268 ; Perring et Roskams 1991 ; Macphail 1994, (...)
  • 7 Dalwood et Edwards 2004, p. 52.
  • 8 Macphail 1983, p. 245 ; Darling et Vince 1992, p. 367 ; Macphail 2003, p. 105.
  • 9 Yule 1990 ; Mills et Whittaker 1991, p. 158 ; Sidell 1994, p. 1.

5Fruit d’une collaboration entre archéologues et naturalistes, la prise en compte des terres noires dans la problématique urbaine générale conduit à l’application de nouveaux protocoles d’échantillonnage et d’étude, amorcée au début des années 1980 et développée dans le courant des années 1990. À l’initiative de Richard I. Macphail, la micromorphologie joue un rôle central dans la procédure géoarchéologique. D’autres analyses naturalistes (sédimentologie, chimie organique, palynologie, étude phytolitaire) et archéologiques (microarchéologie, archéozoologie, céramologie) sont progressivement appliquées en parallèle de la fouille minutieuse des dépôts. La multiplication des analyses des terres noires, à Londres et ailleurs en Angleterre, permet ainsi d’entrevoir une variété de situations : il s’agit de parcelles amendées et cultivées à Londres, à Lincoln ou encore à York6 ; de terrains pâturés à Worcester7 ; de zones densément occupées sous la forme d’habitats, de décharges domestiques ou artisanales, à York, à Norwich, à Lincoln et à Londres8 ; d’espaces abandonnés ou faiblement réoccupés à Chester et à Londres9. Dans ce contexte, trois hypothèses fonctionnelles sont ainsi très tôt émises : l’abandon, la ruralisation et la continuité d’occupation.

  • 10 Hobley 1988, p. 69.
  • 11 Macphail 1981, p. 325.
  • 12 Macphail et Linderholm 2004, p. 39.
  • 13 Macphail 1994.

6Parallèlement à l’identification fonctionnelle des dépôts, les études géoarchéologiques mettent en évidence un nouveau phénomène, celui du reworking, qui correspond à la transformation post-dépositionnelle des dépôts, jusque-là non considérée. On voit ainsi apparaître une problématique orientée davantage sur la caractérisation de l’occupation antique tardive, où le terme « dark earth » est alors restreint aux stratifications comprises entre le iie et le vie siècle10. Dans cette optique, l’étude des terres noires remet en cause l’hypothèse d’un hiatus, en palliant les lacunes stratigraphiques de l’Antiquité tardive : ces dépôts contiennent les reliques des séquences urbaines des iiie et ive siècles qui, sous l’effet de perturbations naturelles (bio­turbation) et anthropiques (mise en culture), ont été totalement intégrées aux dépôts sus-jacents. Ce phénomène, mis en lumière par R. I. Macphail11 et auquel les auteurs font référence, correspond à un brassage des niveaux inférieurs bien après leur déposition, essentiellement sous l’effet conjugué de la faune et de la flore du sol. Pour Londres, B. Yule évoque le phénomène du reworking et élimine ainsi l’hypothèse d’un abandon de la ville au Bas-Empire. Ce concept, aujourd’hui largement étayé et approuvé par la communauté scientifique, a permis de reconsidérer les modes de formation des terres noires : dans l’état où nous les découvrons, ces dépôts correspondent à un sol, au sens pédologique12. En étendant par la suite le terme aux activités humaines qui portent atteinte au sol, comme le brassage et le creusement13, R. I. Macphail introduit une nouvelle réflexion sur les terres noires : au-delà des reliques passées qu’elles contiennent, elles sont aussi produites par les habitants selon de nouveaux modes de dévolution du sol. Leur apparente homogénéité reflète donc une complexité plus importante qu’on ne le supposait.

  • 14 Vince 1984 ; Biddle 1984 ; Whipp 1986 ; Hobley 1988.
  • 15 Galinié 1994 ; Verslype 1999.

7La question de la caractérisation des dépôts et de leurs processus de formation, posée à l’échelle des sites, concerne plus globalement celle de la forme et de l’évolution des villes de passé romain au cours du Bas-Empire et du haut Moyen Âge. Pour le cas de Londres, semblable à celui de Winchester, l’hypothèse de la bipolarité topographique et fonctionnelle de la ville à l’époque saxonne, avec d’un côté Lundenwic comme pôle économique, de l’autre Lundenburh comme pôle administratif, a ainsi introduit une nouvelle considération du devenir d’une cité au cours des Dark Ages14. Pour les cas français et belge, c’est le schéma que défendent également plusieurs archéologues pour mettre en exergue le rôle prépondérant des chefs-lieux de cité dans le réseau urbain du haut Moyen Âge15.

  • 16 Biddle 1990, p. 319-320.
  • 17 Biddle 1976, p. 110-111.
  • 18 Jones 1993, p. 4 ; Macphail 1994, p. 15.

8La problématique qui touche Londres est générale à l’ensemble des villes d’origine romaine qui deviennent siège d’un évêché, statut attesté tardivement : il s’agit là, dans une démarche rétrospective, de prouver la continuité urbaine, au moins administrative, de ces anciens centres antiques, puisqu’un évêque, et parfois un roi, y ont résidence connue à partir du viie siècle. C’est la démarche continuiste que M. Biddle met en œuvre pour Winchester, où il observe à la fois le maintien d’une forme d’autorité politique aux ve et vie siècles et une indéniable transformation, qu’il ne conteste pas brutale, du paysage urbain16. Sur le modèle continental, Winchester et les villes de même statut – par exemple York et Cantorbéry – deviendraient des centres cérémoniels, où l’autorité publique antique serait passée aux mains de l’Église17. Le changement affecterait en définitive non pas tant le cadre administratif de la cité que les manières d’y vivre. Ainsi, dès les années 1980, de nombreux auteurs considèrent les dark earths comme la matérialité du changement de nature de la ville, où les espaces extérieurs (parcelles cultivées, jardins) forment la majorité du paysage urbain, où les déchets sont rejetés à proximité de l’habitat et où le bâti est essentiellement de terre et de bois, en somme, où les connexions entre urbain et rural sont omniprésentes18.

  • 19 Hodges 1988, p. 6.
  • 20 Hill 1977, p. 294 ; Knight 1999, p. 180-181 ; sur le sujet, voir également Lebecq 1983 et Id. 1996
  • 21 Loseby 2000, p. 73.
  • 22 Macphail 1981, p. 309.

9À l’inverse de la thèse continuiste, le modèle économiste défend l’idée que la ville classique périclite dès la fin du iiie siècle. Dans cette démarche, la ville est par définition un centre qui a dépassé l’économie de subsistance et dont les bases sont en premier lieu économiques avant d’être politiques ou administratives. Les villes réapparaissent donc au mieux à partir du viie siècle avec l’essor du commerce, surtout effectif au ixe siècle19. C’est aussi la vision que défendent D. H. Hill et J. K. Knight lorsqu’ils lient la renaissance des villes d’origine romaine en Angleterre à l’accroissement du commerce à partir du viie siècle, amorcé dans la partie septentrionale de l’Europe20. La thèse de l’échec urbain du ve au viiie siècle repose ainsi essentiellement sur la rareté des témoignages textuels et archéologiques21. Mais encore faut-il rappeler que les lacunes de l’histoire des villes du haut Moyen Âge sont avant tout le fait des pratiques archéologiques plutôt que celui de l’absence véritable de sources22.

1.2. La diffusion de la problématique en France

10Comme dans le cas britannique, le développement de la question des terres noires en Europe continentale est lié à l’essor de l’archéologie urbaine, nécessité patrimoniale face à la reconstruction massive des centres urbains engagée après-guerre. Bien que la pratique de l’archéologie de la ville soit commune à l’ensemble de l’Europe du Nord-Ouest, la question des terres noires n’implique pas la même histoire urbaine. Tandis que la problématique anglaise porte principalement sur la continuité urbaine pendant l’Antiquité tardive, elle concerne sur le continent davantage la reconnaissance de la densité et de la nature de l’occupation, sous-tendant en arrière-plan l’appréciation d’un degré d’urbanité. En France, comme en Italie ou en Belgique, la continuité, au moins du point de vue administratif, entre la ville classique et la ville médiévale, est globalement acceptée depuis la fin des années 1970. En témoigne particulièrement la série Topographie chrétienne des cités de la Gaule, publiée depuis 1986 mais amorcée dans la décennie précédente.

  • 23 La « couche noire » à Orléans (Verhulst 1985, p. 338), une « couche d’humus » à Bordeaux (Gaidon, (...)
  • 24 Service du ministère en charge de la Culture, créé en 1984 à Tours.
  • 25 Cerruti-Déroff 1993, p. 33.
  • 26 Boissavit-Camus, Cerruti et Chasles 2000, p. 10-13.
  • 27 Cerruti-Déroff 1995, p. 72.
  • 28 Cammas, Champagne, David et al. 1995.

11En France, le terme « terres noires » est forgé au début des années 1990 à l’initiative d’archéologues médiévistes, formés initialement au milieu urbain. Plusieurs d’entre eux, dans la décennie qui précède, ont déjà mentionné ces dépôts dans diverses publications où le champ lexical est cohérent et relativement univoque23. On note pourtant un certain embarras lorsqu’il faut dépasser les seuls traits descriptifs et aborder le sujet sensible de la caractérisation de ces stratifications. Mentionner l’existence de terres noires revient alors à mettre en doute, non seulement, les critères d’interprétation archéologique mais, plus largement, la pertinence de la méthode stratigraphique, massivement appliquée depuis le début des années 1980 dans un élan de militantisme disciplinaire. La multiplication des appellations marque ainsi l’absence d’une problématique spécifique. C’est en 1992 que le terme apparaît pour la première fois sous sa forme actuelle, toujours employé au pluriel, dans l’Annuaire des opérations de terrain en milieu urbain, publié par le Centre national d’archéologie urbaine (CNAU)24, en référence au dépôt archéologique découvert sur le site du Vieux-Château à Château-Thierry25. Dans cette notice rédigée par F. Blary et V. Durey-Blary, alors en charge des opérations archéologiques sur ce site, les auteurs se réfèrent aux dark earths anglaises et aux questions urbaines clairement assumées depuis la fin des années 1970. On rencontre également le terme dans plusieurs Bilans scientifiques régionaux, pour Chartres, Rouen et Poitiers26. Le terme intègre en 1994 le thésaurus du CNAU, et apparaît comme un élément topographique urbain parmi les quatre cents recensés. Pour l’année en question, l’indexation27 se réfère aux découvertes réalisées sur le site du Collège de France, à Paris, où une séquence de terres noires du Bas-Empire et du haut Moyen Âge a fait l’objet d’un programme d’études interdisciplinaires, associant fouilles, analyses mobilières et études géoarchéologiques. L’équipe parisienne publie l’année suivante la première synthèse française portant spécifiquement sur les couches de terres noires, en s’inspirant toujours des recherches anglaises28.

  • 29 David 2004.
  • 30 Laurent 2001.
  • 31 Terres noires 2000. Cet ouvrage avait pour vocation d’être le premier d’une collection portant spé (...)
  • 32 Verslype et Brulet 2004.
  • 33 Guyard 2003.

12Le poids méthodologique et historiographique de cet article est perceptible dans la bibliographie. L’intérêt grandissant pour les terres noires se fait sentir par l’emploi commun et unique du terme pour caractériser l’occupation urbaine de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, et par la volonté dans certaines équipes de fouilles de recourir à des sciences non historiques en appliquant de nouveaux outils d’analyse aux données archéologiques29. Ce développement s’opère à la même période en Wallonie30, où l’histoire urbaine du ier au xiie siècle est semblable à celle du Nord de la France. Parmi les contributions les plus importantes en matière de recherche sur les terres noires, on note la publication dès 2000 d’un ouvrage collectif31, la tenue en 2001 à Louvain-la-Neuve d’une table ronde internationale32, la publication en 2003 du site du Collège de France, correspondant au site de référence de l’article de 199533 et, plus récemment, l’organisation d’une session « Geoarchaeology of Dark Earths » au sein du World Archaeological Congress, tenu à Dublin durant l’été 2008.

1.3. Faut-il en finir avec les « terres noires » ?

  • 34 Laurent 2004, p. 63 ; Louis 2004b, p. 147.
  • 35 Les analyses géoarchéologiques montrent que ces niveaux organiques témoignent de sites d’habitat ( (...)
  • 36 Fondrillon sous presse.

13Ainsi, à partir de 1995, le terme « terres noires » devient l’appellation commune appliquée à tout dépôt humifère et indifférencié. Plusieurs chercheurs ont ainsi proposé d’étendre le terme au-delà de la période du Bas-Empire et du haut Moyen Âge, en l’appliquant à des niveaux sombres, épais, stratigraphiquement homogènes et caractérisant une transition entre deux occupations urbaines reconnues34. De même, le terme a été très récemment utilisé pour caractériser des stratifications amazoniennes, localement appelées Terra preta et Terra mulata (Indian Black Earth)35. Les mots « terres noires » ne sont donc plus réservés au contexte urbain et à la période qui couvre les ive-xiie siècles mais s’appliquent à toute stratification dont la principale caractéristique est d’être énigmatique. Cette extension efface quelque peu la spécificité de la problématique initiale liée à l’urbain du Bas-Empire et du haut Moyen Âge ; en revanche, elle facilite la comparaison entre des contextes nettement différents mais partageant les mêmes modes de formation36 : le recours à des exemples mieux documentés facilite ainsi les interprétations. Dans ce sens, un cas fréquent, et particulièrement éloquent, consiste à interpréter fonctionnellement ce type de découvertes lorsqu’elles ne sont pas datées du Bas-Empire et du haut Moyen Âge. On trouve donc souvent des « jardins », des « friches », des « cours », ici ou là pour le plein Moyen Âge ou la période moderne. À l’inverse, pour les stratifications antérieures, l’appellation « terres noires » suffit comme seule interprétation. Ce phénomène est également visible dans la grille d’analyse du CNAU, où les « terres noires » sont considérées comme un élément topographique des villes.

14Or il est entendu par tous que les terres noires ne sont en rien une interprétation archéologique. Remettre à plus tard cette étape de caractérisation des dépôts ou la déléguer à d’autres – sous-entendu aux naturalistes – revient à sous-représenter la tranche urbaine des ive-xiie siècles. À la condition d’être étudiées comme toute autre composante de la stratification urbaine, toutes les terres noires révèlent une stratification complexe et une diversification fonctionnelle qui dessine, à l’échelle de la ville, des zones d’activité distinctes (domestique, funéraire, artisanale…). Faire l’économie de cette démarche revient à sous-documenter, sinon ignorer la ville du Bas-Empire et du haut Moyen Âge.

  • 37 Galinié 2004, p. 11 ; Macphail, Galinié et Verhaeghe 2003, p. 356-357.

15La terminologie « terres noires » a donc été dans un sens féconde puisqu’elle a permis la prise en compte de ces dépôts dans la reconnaissance du fait urbain de l’Antiquité tardive et du premier Moyen Âge ; dans un autre sens, elle s’est avérée stérile, empêchant toute interprétation fonctionnelle. En reprenant les récentes recommandations de quelques chercheurs, qui soulevaient déjà les problèmes liés au vocabulaire d’attente37, il faut entreprendre la caractérisation des terres noires pour, à terme, effacer cette expression univoque.

2. La caractérisation des terres noires

16Sur le modèle des études anglo-saxonnes, la collaboration entre archéologues et naturalistes est engagée au début des années 1990, en même temps que se développe en France l’approche géoarchéologique, notamment celle privilégiant l’identification des processus de formation des sites et dite « géoarchéologie intra-site ». Pour la compréhension des terres noires, l’entrée se fait donc logiquement par le sol, celui des archéologues et celui des pédologues.

2.1. Les outils mis en œuvre

  • 38 Louis 2004a, p. 100, fig. 7.
  • 39 Galinié, Macphail, Fondrillon et al. en préparation.
  • 40 Trintignac, Courtois, Ferdière et al. 2006, p. 120.
  • 41 En contexte préventif, les tranchées de diagnostic peuvent être réutilisées de cette même manière.

17La fouille et l’approche archéologique de terrain sont la première étape dans l’acquisition des données. Les stratégies de fouilles expérimentées sont multiples, chacune apportant son lot d’avantages et d’inconvénients. Dans l’idéal, il faut procéder à la fouille exhaustive des niveaux sans choix topographique et chronologique préalable. Cette procédure est la plus longue à mettre en œuvre et principalement appliquée en contexte programmé. Pour appréhender finement des dépôts très homogénéisés, les zones de fouilles sont divisées en secteurs, de taille variable mais toujours assez restreinte (pas au-delà de 15 m²) séparés temporairement par des banquettes qui servent aux relevés de coupe. La fouille peut être réalisée par carrés d’un mètre de côté, comme à Hamage38, ou par secteurs de 10 m², comme à Tours39. Dans le cas du site de Las Pesos Nord à Javols (Lozère), l’ouverture d’une tranchée a été opérée dans la longueur de la zone de fouille adjacente (250 m²), en décapant toute l’épaisseur de terres noires jusqu’au toit de la démolition antique40. L’objectif était d’acquérir une grande coupe témoin, étudiable en amont de la fouille par un pédologue ou un géomorphologue associé à un archéologue formé à la lecture des stratifications complexes. Une telle procédure présente l’avantage de connaître à l’avance les processus de formation de la stratification à fouiller, par l’identification des différentes phases d’apport et de transformation41. Elle est toutefois destructrice et nécessite la présence de deux spécialistes pendant une à deux semaines.

  • 42 Guyard 2003.
  • 43 Un premier secteur peut être implanté à proximité de la voirie si elle est supposée ancienne, de m (...)

18Une autre stratégie de fouille consiste à réserver un secteur de quelques dizaines de m², destiné à la fouille minutieuse des terres noires, alors que le reste du site est décapé mécaniquement jusqu’au toit des vestiges du Haut-Empire. C’est une procédure mise en œuvre principalement en contexte préventif, pour des raisons évidentes de temps d’intervention limités. Elle a été appliquée par exemple à Paris sur le site du Collège de France42, où l’implantation de plusieurs secteurs-témoins a permis dans un premier temps d’observer et de relever des coupes – étape ­particulièrement importante sur des sites limités par des parois moulées – et, dans un second temps, de fouiller et de collecter le matériel archéologique. Il faut bien l’admettre, l’implantation d’un secteur-témoin est généralement hasardeuse et sa surface restreinte ne permet qu’une appréhension partielle de l’organisation spatiale des vestiges. Tout au plus, les fouilles permettront de distinguer deux types d’usage contemporains, par exemple un bâtiment et son occupation extérieure dans le meilleur des cas. Or, sur des surfaces plus étendues, on note toujours une grande variété d’occupation au sein d’une même phase. Si le temps d’intervention archéologique n’autorise pas d’autres procédures de fouille, il faut alors entreprendre l’implantation de plusieurs secteurs-témoins, dont la localisation doit dépendre des connaissances topographiques environnantes43.

  • 44 David 2004a, p. 18-21.
  • 45 Burnouf 2002.
  • 46 Pour les méthodes testées sur les sites du Collège de France et du boulevard Saint-Michel à Paris, (...)

19Là où les surfaces ont été relativement grandes (au moins 50 m²) comme à Château-Thierry ou à Noyon44, les résultats stratigraphiques des fouilles sont encourageants : malgré l’absence de stratification apparente, l’œil de l’archéologue perçoit des variations dans les caractéristiques sédimentaires s’il accorde le temps nécessaire à la lecture verticale et latérale des niveaux45. Quand la stratification ne marque pas de limites visibles, comme c’est généralement le cas, la procédure consiste à fouiller par unités mécaniques arbitraires, de 3 à 10 cm d’épaisseur, afin de collecter et isoler le mobilier par tranches sédimentaires et de conserver une échelle d’analyse relativement fine pour le traitement stratigraphique postérieur. Généralement, l’enregistrement stratigraphique des terres noires privilégie l’étape descriptive, en s’inspirant des grilles d’analyse pédologiques par l’observation des types de constituants grossiers (mobilier archéologique et matériaux naturels), de la texture et de la structure des sédiments, de leur couleur fondée (code Munsell ou Cailleux) et des limites entre les différents dépôts observables à partir des coupes. Le plus souvent, l’interprétation archéologique traditionnelle n’est pas opérante sur ces niveaux. Elle est donc réalisée a posteriori, en cumulant l’ensemble de l’enregistrement qui comprend la description des unités stratigraphiques, les relevés de coupes, les photographies, les plans des structures si elles étaient observables et les études mobilières. Pour restituer des séquences stratigraphiques, des expérimentations ont été menées sur quelques sites, comme la photographie panchromatique et infrarouge, la géophysique ou la cotation en trois dimensions du mobilier archéologique46. Dans ce dernier cas, le temps de collecte du matériel et celui de traitement de l’information spatiale ne sont pas toujours à la hauteur des résultats obtenus. En outre, l’utilisation de cette méthode ne peut être systématique et nécessite une question précise : en cotant le mobilier d’une passe mécanique, on peut ainsi vérifier rapidement si des fosses ont été aménagées ou des espaces particulièrement occupés. Par ailleurs, on voit là l’avantage d’une tranchée d’observation préalable qui permettrait de tester la cotation en trois dimensions, non pas sur chaque passe mécanique mais plus simplement pour chaque séquence archéologique ou paléosol identifié.

  • 47 Cammas, Courty et Fedoroff 1998 ; Cammas 2004 ; Courty, Goldberg et Macphail 1989 ; Macphail, Camm (...)

20Associées à la fouille et à l’étude stratigraphique, de nombreuses spécialités issues des Sciences de la Terre et de la nature peuvent être appliquées pour caractériser les dépôts et identifier les processus de formation des stratifications. Dans ce dispositif interdisciplinaire, la micromorphologie tient une place importante dès les premiers temps de la recherche, d’abord en Angleterre à l’initiative de R. I. Macphail, puis en France grâce notamment à M.-A. Courty, N. Fedoroff et C. Cammas47. Fondée sur un référentiel alimenté depuis deux décennies, cette méthode est actuellement l’une des plus opérantes pour caractériser fonctionnellement les dépôts. Elle est aussi adaptée à la reconnaissance des microstratigraphies invisibles à l’œil nu et permet de restituer les dynamiques de production et de transformation de la stratification.

  • 48 Toutain, Doirisse et Leyval 2000 ; voir la contribution de M. Gardini Perraud dans Verslype et Bru (...)
  • 49 David 2004b ; Galinié, Macphail, Fondrillon et al. en préparation.
  • 50 Baudin et Sanfourche 2004 ; Galinié, Macphail, Fondrillon et al. en préparation.
  • 51 Voir la contribution de A. Gauthier dans Guyard 2003, p. 100-102 ; Brulet, Coquelet, Defgnée et al (...)
  • 52 Brulet, Coquelet, Defgnée et al. 2004.
  • 53 Voir les contributions de S. Lepetz, de F. Bouchet et de N. Limondin-Louzouet dans Guyard 2003.
  • 54 L’approche microarchéologique, développée dans les années 1980 aux États-Unis, puis en Angleterre, (...)
  • 55 Laurent 2004 ; Desachy 2000 ; Guyard 2003, p. 108-113 ; Fondrillon 2007.
  • 56 Buko 1987 ; Jaffrot 2006.

21D’autres méthodes naturalistes et archéologiques, plus rarement appliquées, ont été expérimentées sur les séquences de terres noires. On note ainsi l’application de la pétrographie sédimentaire (à Château-Thierry, à Chalon-sur-Saône ou encore à Tours48), qui informe sur la nature des sédiments, l’origine des apports et leurs transformations post-dépositionnelles ; de la géophysique et de la géotechnique (à Besançon et à Tours49), généralement appliquées en amont de la fouille pour évaluer la qualité et l’épaisseur du dépôt archéologique, et destinées à être comparées aux résultats des fouilles ; de la géochimie (à Paris et à Tours50), qui met en évidence des apports ou des usages particuliers du sol (pH, phosphore, matière organique) ; de la palynologie, la carpologie et l’étude phytolithaire (à Paris, Tournai et Bruxelles51), permettant de restituer les paysages floristiques et identifiant les plantes cultivées et consommées ; de l’archéozoologie (à Tournai52), associée à la parasitologie et à la malacologie (sur le site du Collège de France53), permettant d’appréhender les modes de gestion des troupeaux et de consommation carnée ainsi que les phénomènes taphonomiques ; de la microarchéologie54 (à Bruxelles, à Paris et à Tours55), utilisée pour identifier la fonction des dépôts, la nature des apports sédimentaires et des transformations post-dépositionnelles ; et, bien sûr, des traditionnelles études portant sur le petit mobilier et la céramique, avec une attention particulière pour les questions de taphonomie et de redéposition56.

22Partant des expérimentations menées en France depuis les années 1990, il est donc possible de caractériser l’essentiel des terres noires et d’en restituer les dynamiques de formation en mettant en œuvre des programmes interdisciplinaires associant fouilles et études spécialisées, où chaque discipline éclaire un pan de l’histoire de ces dépôts.

2.2. Les caractéristiques

23Dans les villes de passé romain, ce dépôt pluriséculaire, qui sépare les niveaux bien stratifiés des ier-iiie siècles de ceux des xie-xiie siècles, se caractérise d’abord par une couleur sombre – grise, brune ou franchement noire – qui implique a priori une part relativement importante de matière organique. Les résultats d’études naturalistes ont toutefois montré que la fréquence, la nature et l’état de ces matériaux organiques variaient fortement d’un contexte à l’autre. Ils témoignent ainsi, ça et là, de l’incorporation de rejets de consommation, de rebuts de construction en terre et bois, de déchets artisanaux et excrémentiels, et de débris végétaux provenant des horizons supérieurs des sols. La matière organique contenue dans les terres noires n’est donc pas exclusivement le produit de processus naturels mais témoigne aussi de pratiques anthropiques qui peuvent être clairement identifiées par le recours à la chimie organique, la micromorphologie, la palynologie ou encore la carpologie. Cette part relativement importante de matière organique atteste les changements sociaux qui affectent l’espace urbain au Bas-Empire et au haut Moyen Âge, caractérisé par de nouvelles manières de construire, d’habiter et de gérer les déchets.

24Malgré cet aspect humifère caractéristique, les terres noires ne sont pas à proprement parler des sédimentations organiques. Elles contiennent toujours une part minérale importante, dont l’essentiel provient du substrat antique sous-jacent. Ces éléments hérités sont majoritairement représentés par des fragments de matériaux de construction (roches, mortiers et enduits, terres cuites architecturales) mais aussi par des rebuts d’activités domestiques et artisanales. Le taux de matériaux redéposés est donc, sauf exception, élevé. Les terres noires contiennent également du mobilier archéologique contemporain de leur formation, que les études mobilières, en particulier céramologiques, permettent d’identifier. Au-delà de l’appréciation du taux de redéposition, les études mobilières ont aussi pour objectif de connaître la culture matérielle au Bas-Empire et au haut Moyen Âge.

  • 57 Fondrillon et Laurent sous presse.

25Enfin, il faut évoquer la part importante des perturbations postérieures qui sont intervenues dans l’histoire de la formation des terres noires. On sait maintenant que ces dépôts reflètent non seulement l’histoire sédimentaire du site, c’est-à-dire les apports contemporains de l’occupation, mais aussi son histoire post-dépositionnelle, c’est-à-dire les transformations d’origine naturelle et anthropique qui ont contribué à homogénéiser les dépôts57 – correspondant au reworking des Anglo-Saxons. Les observations pédologique et archéologique de terrain ainsi que la micromorphologie permettent notamment de mesurer ces atteintes ­(bioturbation, pratiques culturales, creusements de structures fossoyées, etc). Mais bien que ces transformations post-dépositionnelles aient été quasi continues, elles n’ont occulté que surperficiellement le caractère stratifié de nombreux dépôts de terres noires. En témoigne la fréquente mise en évidence de phases distinctes, identifiées au sein de séquences en apparence homogènes, sur la plupart des sites où l’on s’est attaché à les étudier.

2.3. Au-delà du concept d’attente

26Établir une synthèse sur les types d’occupation auxquels renvoient les terres noires reste encore aujourd’hui une étape difficile, tant par la rareté des études systématiques engagées sur ces stratifications que par l’indigence et l’hétérogénéité de la bibliographie à disposition. En prenant donc en considération les rares études publiées sur le sujet, on tentera ici de présenter les principales interprétations acquises soit à partir des exemples se limitant à une approche stratigraphique (fouille et traitement stratigraphique), soit à partir de ceux où la fouille était associée à des analyses naturalistes et mobilières.

2.3.1. L’abandon ou la faible anthropisation

  • 58 Guyard 2003, p. 113.
  • 59 Busson 1998, p. 77.

27Le premier type d’interprétation évoqué concerne la faible anthropisation, voire l’abandon du secteur. Sur le site du Collège de France, l’accumulation de terres noires du ve au xie siècle se forme dans un espace ouvert ; elle s’interrompt par moments pour l’installation de structures domestiques ou autres (bâtiment, fosses, aménagements de sols extérieurs). L’interprétation donnée par l’équipe de fouille est « l’affaiblissement de la pression anthropique […] évoquant un terrain vague, en friche58 », argumentée par différentes analyses naturalistes engagées sur le site. La même hypothèse est évoquée pour les sites du haut Moyen Âge à Paris, intra- et extra-muros, où les terres noires, « en continuité souvent des rares lieux où la présence d’une occupation du Bas-Empire est soupçonnée », correspondraient aux vestiges de terrains vagues ou de présence humaine limitée dans le temps et dans l’espace59.

  • 60 Jouquand, Champagne, Rodier et al. 1999, p. 56, fig. 38 ; Yule 1990.
  • 61 Étrich 2000, p. 41.
  • 62 Chardron-Picault 1998, p. 247.
  • 63 Arlaud 2000, p. 105.

28Sur le site des abords de la cathédrale à Tours, les terres noires du Bas-Empire s’accumulent sur la démolition antique et, par endroits, directement sur le sol construit d’une des domus du Haut-Empire comme il a été observé à Londres, notamment à Milk Street60. Pour les auteurs de l’article, cette séquence de terres noires témoigne d’une occupation limitée sous la forme d’une « squattérisation » du bâtiment ancien, partiellement ruiné et aménagé en abris construits en matériaux périssables. Sur le site de la rue du Donon à Strasbourg, des terres noires, autrement appelées « terres à jardin », ont été découvertes : pour l’auteur, les 50 cm de sédiments couvrent dix siècles d’abandon (vie-viiie siècle) où aucune activité, à l’exception d’une fosse médiévale, n’a été observée61. L’absence de traces d’occupation structurée dans les terres noires conduit également P. Chardron-Picault à proposer l’abandon du site du 2, rue Bouteiller à Autun, aux époques médiévale et moderne62. Autre exemple intéressant, celui du site des Terreaux à Lyon, où la séquence observée de terres noires scelle les vestiges antiques abandonnés aux ve et vie siècles et sert d’encaissant à l’installation de quelques sépultures : pour les auteurs, les terres noires témoignent de l’abandon du secteur de la ville au Bas-Empire63.

  • 64 Lacroix 2004, p. 123.
  • 65 Brulet, Coquelet, Defgnée et al. 2004, p. 157-158.

29À Noyon également (site du Chevalet), les dépôts de terres noires attribuables aux vie-viiie siècles traduisent, pour l’auteur, l’abandon du secteur dès l’Antiquité tardive (un « hiatus archéologique ») alors que la séquence postérieure, à partir du ixe siècle, témoigne d’une occupation dense de la zone fouillée, attestée par la découverte de vestiges structurants (fosses, lambeaux de sols construits, sablière basse)64. À Tournai, sur le site de la cathédrale Notre-Dame, les terres noires datées du vie siècle « sont localisées à l’extérieur du périmètre tracé par les murs ruinés des édifices. [Cette séquence] est donc caractéristique des niveaux extérieurs d’abandon65 ».

30À la lecture de la bibliographie, il semble que l’hypothèse de l’abandon est moins argumentée par des données archéologiques (structures, nature et épaisseur de la sédimentation) que par des a priori historiques et topographiques. Cette remarque peut expliquer que, dans la majorité des contributions, l’abandon du secteur soit surtout attesté au Bas-Empire (Lyon, Noyon, Tournai, Paris et Tours).

2.3.2. La mise en culture

31La mise en culture est également une interprétation assez largement répandue dans la bibliographie. Elle représente un type d’occupation extérieure distinct des autres (jardins, cours, zones de décharge…), par ses caractéristiques sédimentaires, l’absence de structures associées et la valeur historique qu’elle induit.

  • 66 Pour Cambrai, voir Routier et Machut 2004, p. 151 ; pour Château-Thierry, voir Blary et Durey-Blar (...)
  • 67 Louis 2004a, p. 98 ; Id. 2004b, p. 147.
  • 68 Devos, Vrydaghs, Laurent et al. 2007, p. 4-5.
  • 69 Heijmans 2006, p. 57.

32On la rencontre pour le site du Lycée Fénelon à Cambrai pour le vie siècle, à Château-Thierry aux vie-viiie siècles, pour une partie des terres noires du site de Saint-Julien à Tours, à Javols ou encore à Metz, sur le site de l’Îlot Turmel66, où les auteurs précisent que des structures apparaissent à mesure que l’on se rapproche de la voie. À Douai et à Wandignies-Hamage, les auteurs précisent qu’il s’agit d’horticulture67. À Bruxelles, les études pluridisciplinaires engagées sur de nombreux sites montrent qu’une partie des terres noires correspondent à des sols agricoles (horizons de surface homogénéisés, répartition aléatoire des inclusions, phytolithes de céréales et enrichissement par fumure et chaulage)68. Pour des villes méridionales (Arles et Marseille), les terres noires sont contemporaines de l’habitat tardif intra-muros mais ne sont pas directement les témoins d’activités domestiques : « à côté des zones densément habitées, il y avait un habitat plus lâche, plus “mité”, au milieu de terrains en friche ou rendus à la culture, d’où sont issues les fameuses “terres noires”69 ».

2.3.3. L’occupation domestique

33Parmi les publications considérées, on rencontre régulièrement l’hypothèse d’espaces extérieurs à caractère domestique, dont la proximité avec une habitation est généralement supposée, sinon attestée. Ces espaces extérieurs livrent souvent des fosses-dépotoirs, des latrines-dépotoirs, des puits ou encore des surfaces de circulation. C’est donc ici l’association de cette sédimentation avec des structures qui marque pour les archéologues l’occupation de l’espace.

  • 70 Sur ce site, les terres noires sont associées à un bâtiment, des fosses et un four (Aubourg et Jos (...)
  • 71 Josset, Aubourg, Couvin et al. 2003, p. 223-226.
  • 72 Plumier, Plumier-Torfs, Vanmechelen et al. 2006, p. 223.
  • 73 À Lyon, site des Célestins (Arlaud 2000, p. 109) ; à Noyon, site du Chevalet (Lacroix 2004, p. 123 (...)

34Tel est le cas, par exemple, à Blois sur le site 2-4, rue Robert Houdin où les terres noires témoignent d’une occupation extérieure domestique dès le ive siècle et qui se densifie à partir du ixe siècle70. Encore à Blois, au 6, rue Anne de Bretagne, la continuité d’occupation est également observée et principalement fondée sur la découverte d’un important mobilier céramique, du moins pour le Bas-Empire et le début du haut Moyen Âge ; on note la même coupure stratigraphique aux viiie-ixe siècles, à partir desquels la fréquentation du secteur est plus importante ou plus nettement reconnue par la mise au jour de fosses-dépotoirs, de trous de poteau et de foyers, contemporains pour partie d’une quarantaine de sépultures, inhumées dans cet espace probablement dépendant de l’abbaye de Bourgmoyen71. À Namur, sur le promontoire rocheux au confluent de la Sambre et de la Meuse, l’usage domestique de l’espace est associé à une activité artisanale aux ve et vie siècles ; celle-ci se caractérise par des abris légers (sur poteaux ou sablières), des fours de bronziers et des terres noires qui matérialisent les zones extérieures de cette occupation dans lesquelles ont été retrouvés des moules de bronziers associés à du mobilier domestique72. Sur de nombreux autres sites73, on note également l’association de structures avec des terres noires qui atteste ainsi l’occupation du secteur au haut Moyen Âge, de manière plus ou moins marquée.

  • 74 Le Maho 2003, p. 158.
  • 75 Durey-Blary 2000, p. 88.

35À Rouen, les découvertes fréquentes de fosses-dépotoirs et de niveaux de circulation extérieurs intra-muros indiquent l’emplacement d’habitations, dont il manque, la majeure partie du temps, les vestiges bâtis74. De même à Château-Thierry, lors d’une opération archéologique menée en 1997 de part et d’autre de l’enceinte castrale, les archéologues ont observé une stratification très différente dans et hors du castrum : les terres noires étaient localisées exclusivement dans son emprise et marquaient ainsi l’occupation du site75.

  • 76 Gama 1997, p. 28.
  • 77 Brulet, Coquelet, Defgnée et al. 2004, p. 169-170.

36À Verdun, la présence de céramiques tardo-antiques dans les niveaux de terres noires atteste l’occupation à l’intérieur comme à l’extérieur de l’enceinte tardive, au cours des ive et ve siècles76. À Tournai (site de la cathédrale Notre-Dame), l’argument en faveur d’une occupation au vie siècle est différent mais néanmoins intéressant : la baisse relative du taux de céramiques redéposées, au regard des autres dépôts de terres noires découverts sur ce même site, caractérise ici un espace dévolu à l’usage domestique et non à l’abandon ou la mise en culture77.

  • 78 Boissavit-Camus 1995, p. 86-88 ; Le Maho 1994.
  • 79 Louis 2004a, p. 98.
  • 80 Boissavit-Camus 2001, p. 147.

37Sur certains sites, là où les sources nous informent sur la nature de l’occupation, les terres noires peuvent être caractérisées plus finement : c’est notamment le cas à Poitiers, sur le site de l’Espace Mendès France, en plein cœur du castrum, où les terres noires des viiie-xe siècles correspondent à des niveaux extérieurs, de cour ou de jardin, associés aux bâtiments du groupe épiscopal découverts à proximité, tel qu’il a été mis en évidence également à Rouen78. À Wandignies-Hamage, les « restes discrets et stratifiés de sols ainsi que les limites et les remplissages de diverses fosses et fossés79 » contemporains des bâtiments conventuels des viie-ixe siècles sont les vestiges de l’occupation extérieure monastique, alors que les terres noires postérieures sont interprétées comme la mise en culture du site après l’abandon du monastère (absence de structures, brassage important des sédiments, forte redéposition du mobilier et traces de sillons par endroits). Encore pour Poitiers, mais cette fois-ci pour les terres noires modernes du site de la rue Saint-Vincent-de-Paul, la localisation des vestiges sur le cadastre napoléonien de 1837 et sur le plan de la ville de 1786 atteste qu’il s’agit de jardins situés à l’arrière des parcelles urbaines, dont le bâti se concentre en bordure des rues80.

38Communément, sans tomber dans l’excès de généralisation, les structures fossoyées découvertes, les bâtiments maçonnés et les traces d’aménagement de l’espace (terrasses, remblais massifs) sont datés majoritairement des ixe-xie siècles. En particulier, on note sur la plupart des sites l’apparition ou l’accroissement des fosses-dépotoirs et des fosses-latrines, contenant un mobilier céramique important et caractéristique des ixe et xe siècles. Ces fosses sont rarement associées à la découverte d’habitations, qui doivent le plus souvent échapper à l’emprise des fouilles. La prise en compte des secteurs localisés en bordure des axes viaires anciens permettrait de caractériser finement l’occupation domestique de la fin du haut Moyen Âge.

2.3.4. Les autres types d’usages

  • 81 Brulet, Coquelet, Defgnée et al. 2004, p. 153 ; Plumier, Plumier-Torfs, Vanmechelen et al. 2006, p (...)
  • 82 Devos, Vrydaghs, Laurent et al. 2007, p. 6-7.
  • 83 Routier et Machut 2004, p. 150.
  • 84 Pour Autun, voir Chardron-Picault 1998, p. 247 ; pour Notre-Dame-de-Bondeville, voir Langlois et A(...)

39D’autres interprétations sont émises ; elles témoignent généralement d’une présence humaine dans ou proche de la zone fouillée, sous diverses formes. Il s’agit par exemple d’activités artisanales, comme sur le site de la place Saint-Pierre à Tournai et sur le promontoire à Namur, dans les deux cas datées du ve siècle81, ou l’extraction de limons sur le site de la rue de Dinant à Bruxelles82. Ce sont également des remblais d’aménagement comme ceux du Bas-Empire mis au jour sur le site du Lycée Fénelon à Cambrai83. Notons sur ce point que le terme « remblais » reste largement utilisé dans les publications pour caractériser les terres noires mais qu’il ne doit pas être compris au sens strict du terme (apports volontaires de matériaux pour aménager l’espace) ; en ce sens, son usage implique plutôt l’absence d’interprétation et remplace alors le terme « indéterminé ». Sont aussi mentionnées des zones-dépotoir, comme celle antique découverte sur le site du 2, rue Bouteiller à Autun, celle datée du viie siècle à Notre-Dame-de-Bondeville, celle attestée à Javols (site JPN05) au Bas-Empire, en fond de parcelle ou encore la décharge des xiiie-xve siècles, de nature plus collective et sélective, mise au jour rue d’Une Personne à Bruxelles84.

  • 85 Boissavit-Camus 2001, p. 304.
  • 86 Jouquand, Champagne, Rodier et al. 1999, p. 63.
  • 87 Lacroix 2004, p. 124.
  • 88 Pecqueur 2003.
  • 89 À Lyon (Arlaud 2000, p. 106-108) ; à Tours (Lorans, Trébuchet et Joly 2007) ; à Poitiers (Boissavi (...)
  • 90 Cantino Wataghin 2003 ; Galinié sous presse.

40Il s’agit enfin d’espaces funéraires de taille très variable. Là où les sépultures sont en assez grand nombre, les archéologues les qualifient de nécropoles : c’est le cas à Poitiers où un petit ensemble funéraire des vie-viie siècles a été découvert sous les jardins de l’ancien évêché, à l’occasion de la construction de l’Espace Mendès France85 ; à Tours, sur le site des abords de la cathédrale, où une quarantaine de sépultures datées des viie-viiie siècles ont été mises au jour86 ou encore à Noyon sur le site du Chevalet, où l’installation d’une nécropole à partir du viie siècle est associée à la fondation du monastère Sainte-Godeberthe dans le faubourg de la cité. À ce propos, M.-C. Lacroix ajoute que « la mise en place précoce, à l’époque carolingienne, d’une organisation paroissiale extra-muros semble aujourd’hui admise pour de nombreuses cités épiscopales, telles Tours ou Vienne. Le développement de la paroisse Sainte-Godeberthe s’inscrit donc dans ce schéma commun87 ». À côté de ces grandes nécropoles, on voit apparaître des petits groupes sépulcraux, sans lien avec un édifice de culte, éparpillés dans le suburbium et souvent associés à un habitat, comme on en connaît de nombreux exemples en milieu rural88. Le phénomène est reconnu entre le vie et le xe siècle89 et marque alors de nouvelles pratiques à côté de celles plus collectives et contrôlées90. La présence d’ensembles funéraires, quels qu’ils soient, pose directement le problème de la production de stratifications homogènes et organiques, par la décomposition des corps et par les creusements successifs, qui conduisent à la formation de terres noires. À l’échelle de la ville, elles posent bien sûr la question des limites de l’espace urbanisé et des modalités de l’insertion des morts dans l’espace des vivants.

Conclusion

  • 91 Galinié 2002, p. 102.

41Dans la pratique actuelle de l’archéologie urbaine, mentionner la présence des terres noires est devenue suffisant, justifiant leur enlèvement complet à la pelle mécanique. Paradoxalement, alors que ces stratifications ne pouvaient être interprétées en l’absence de fouilles et d’études ­spécifiques, le processus de désinformation a conduit à l’énonciation d’interprétations expéditives, sinon falsifiées91 (terrains vagues, friches urbaines, terres de jardin, champs), en cohérence avec les schémas interprétatifs traditionnels, en somme le déclin urbain au Bas-Empire et la ruralisation de la ville au haut Moyen Âge. Cette préinterprétation a conduit depuis une quinzaine d’années à la sous-représentation de la tranche urbaine des ive-xie siècles et à la suffisance d’un terme générique, vide de sens archéologique et de valeur historique. L’étude stratigraphique, mobilière et géoarchéologique de ces stratifications apparaît donc aujourd’hui nécessaire.

42Le principal acquis des recherches est la mise en évidence d’une stratification complexe et diversifiée dans le dépôt de terres noires a priori massif et commun aux villes d’Europe du Nord-Ouest. On voit apparaître une diversité d’usages du sol, à la fois quantitativement et qualitativement. La variété chronologique et fonctionnelle des occupations est d’ailleurs un phénomène que la plupart des archéologues mettent en avant dans leurs publications parce qu’il est en soi un résultat important. Au-delà de la caractérisation des dépôts, les résultats alimentent les questionnements portant sur la reconnaissance des pratiques de la ville, loin d’être semblables d’un point à l’autre de l’espace urbain. Ils posent également la question de l’origine et du statut des populations anonymes qui ont produit cette stratification si particulière au regard de ce qui l’a précédé. Ces sols, homogénéisés, attestent les profonds changements dans les manières d’habiter, d’évacuer les déchets, en somme de vivre la ville.

Haut de page

Bibliographie

Arlaud C. (dir.)
2000, Lyon, les dessous de la presqu’île. Bourse-République-Célestins-Terreaux. Sites Lyon Parc-Auto, Lyon, ALPARA (DARA, 20, Série Lyonnaise 8).

Arroyo-Kalin M., Góes Neves E., Petersen J. et al.
à paraître, « Geoarchaeological approaches to the study of Amazonian Anthropic Dark Earths », dans Second International Conference on Soils and Archaeology, Pise (2-5 mai 2003).

Aubourg V. et Josset D.
2002, « Les fouilles archéologiques au “2-4, rue Robert-Houdin”. De l’habitat antique à la résidence contemporaine, évolution topographique et fonctionnelle d’une parcelle urbaine », Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher, 57, p. 5-55.

Baudin F. et Sanfourche J.
2004, « Rapport des analyses du contenu en carbone organique des “terres noires” sur le site du boulevard Saint-Michel à Paris », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 32-24.

Baudoux J., Chatelet M., Dormoy C. et al.
1994, Strasbourg, dix ans d’archéologie urbaine. De la Caserne Barbade aux fouilles du Tram, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg (Fouilles récentes en Alsace, 3).

Biddle M.
1976, « Towns », dans Wilson D. M. (dir.), The Archaeology of Anglo-Saxon England, Londres, Methuen and Co Ltd, p. 99-150.

1984, « London on the Strand », Popular Archaeology, 6, 1, p. 23-27.

1990, « The study of Winchester. Archaeology and History in a British Town », dans Stanley (dir.), British academy papers on Anglo-Saxon England, Oxford, Oxford University Press, p. 299-341.

BSR région Centre
1992, Bilan scientifique de la région Centre, Orléans, Sous-direction de l’archéologie, Service régional de l’archéologie.

1993, Bilan scientifique de la région Centre, Orléans, Sous-direction de l’archéologie, Service régional de l’archéologie.

Blary F. et Durey-Blary V.
1994, « Château-Thierry (Aisne). Le château du comte de Champagne et ses antécédents », dans Renoux A. (dir.), Palais médiévaux (France, Belgique). 25ans d’archéologie, Le Mans, Université du Maine, p. 35-36.

Boissavit-Camus B.
1995, « Les découvertes archéologiques. Notre-Dame-la-Grande », Archéologia, hors-série « Poitiers », p. 44-47.

2001, « Le quartier épiscopal de Poitiers : essai de topographie historique d’un secteur urbain (4e-12e siècle) », thèse de doctorat d’Histoire, Université de Tours, dactyl.

Boissavit-Camus B., Cerruti M.-C., Chasles D. et al.
2000, « Villes de France dans lesquelles ont été mentionnées des terres noires entre Antiquité et Moyen Âge : étude lexicologique d’après les Annuaires des opérations de terrain en milieu urbain (l’Annuaire) et les Bilans scientifiques régionaux (BSR) », dans Terres noires, 1, Tours, MSH « Villes et Territoires » (Documents Sciences de la ville, 6), p. 7-13.

Brulet R., Coquelet C., Defgnée A. et al.
2004, « Les sites à “terres noires” à Tournai et le secteur des anciens cloîtres canoniaux. Études archéozoologique, palynologique et contextualisation », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 152-172.

Buko A.
1987, « L’utilisation de la poterie dans l’analyse des processus de stratification », dans Chapelot J., Galinié H. et Pilet-Lemière J. (dir.), La céramique (5e-19es.), fabrication, commercialisation, utilisation, Actes du 1er colloque international d’archéologie médiévale, Caen, SAM, p. 23-32.

Burnouf J.
2002, « Les terres noires : un faux problème archéologique, un vrai problème scientifique », Les Nouvelles de l’Archéologie, 88, p. 50-51.

Busson D.
1998, Paris. 75, Carte archéologique de la Gaule, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

Cammas C.
2004, « Les “terres noires” urbaines du Nord de la France : première typologie pédo-sédimentaire », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 43-63.

Cammas C., Champagne F., David C. et al.
1995, « Le problème des “terres noires” sur les sites urbains tardo-antiques et médiévaux : réflexions et propositions méthodologiques à partir de l’exemple du Collège de France à Paris », Les Nouvelles de l’Archéologie, 61, p. 22-29.

Cammas C., Courty M.-A. et Fedoroff N.
1998, « Dynamique de la bio-structuration dans les sols cumuliques. Cas des “terres noires” de Paris », dans Proceeding of 16th World Congress of Soil Science, Montpellier, International Society of Soil Science (Symposium 18).

Cantino Wataghin G.
2003, « Christian Topography in the Late Antique Town : Recent Results and Open Questions », dans Lavan L. et Bowden W. (dir.), Theory and practice in Late Antique Archaeology, Leiden, Brill, p. 224-256.

Cerruti-Déroff M.-C. (éd.)
1993, Annuaire des opérations de terrain en milieu urbain 1992, Tours, CNAU.

1995, Annuaire des opérations de terrain en milieu urbain 1994, Tours, CNAU.

Cerruti M.-C., Fondrillon M. et PétiniotJ. (éd.)
2007, Annuaire des opérations de terrain en milieu urbain 2006, Tours, CNAU.

Chardron-Picault P.
1998, « École, 2 rue Bouteiller, Notes d’archéologie et d’histoire locales », Mémoires de la Société éduenne des Lettres, Sciences et Arts, 56, 2, p. 246-247.

Courty M.-A., Goldberg P. et Macphail R. I.
1989, Soils and micromorphology in Archaeology, Cambridge, Cambridge University Press.

Dalwood H. et Edwards R. (dir.)
2004, Excavations at Deansway, Worcester, 1988-1989 : Romano-British small town to late medieval city, York, CBA (Research Report, 139).

Darling M. et Vince A.
1992, « Dark earth and the end of Roman Lincoln », Current Archaeology, 129, p. 364-367.

David C.
2004a, « Les “terres noires” : outils méthodologiques, propositions analytiques et perspectives à partir de quelques exemples de sites à “terres noires” de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge du nord de la France », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 12-31.

2004b, « Reconnaissances géophysiques par la méthode électrique à mailles ultra-fines : perspectives pour la connaissance de la structuration interne des “terres noires”. L’exemple des “remblais médiévaux” du Palais de Justice de Besançon », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 75-85.

David C., Cammas C., Durey-Blary V. et al.
2000, « Problématique archéologique. Méthodes et techniques appliquées à l’étude des terres noires : état de la recherche », dans Terres noires, 1, Tours, Maison des Sciences de l’Homme « Villes et Territoires » (Documents Sciences de la ville, 6), p. 77-82.

Desachy B.
2000, « “Terres noires” du Collège de France à Paris : traitement par analyse factorielle des comptages en poids des fragments de matériaux de construction », dans Terres noires, 1, Tours, Maison des Sciences de l’Homme « Villes et Territoires » (Documents Sciences de la ville, 6), p. 77-82.

Devos Y., Vrydaghs L., Laurent C. et al.
2007, « L’anthropisation du paysage bruxellois au xe-xiiie siècle. Résultats d’une approche interdisciplinaire », Medieval Europe, Paris [http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/Y.Devos et al..pdf].

Durey-Blary V.
2000, « Le site du château de Château-Thierry. La question des “terres noires” », dans Terres noires, 1, Tours, Maison des Sciences de l’Homme « Villes et Territoires » (Documents Sciences de la ville, 6), p. 83-94.

Étrich C.
2000, « Les fouilles de la rue du Donon à Strasbourg-Koenigshoffen », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 43, p. 35-44.

Faulkner N.
2000, « Change and decline in late Romano-British towns », dans Slater T. R. (dir.), Towns in decline AD100-1600, Aldershot, Ashgate, p. 25-50.

Ferdière A. et Ode B.
2003, « Recherches archéologiques à Javols-Anderitum : campagne 2002 », Revue du Gévaudan, des Causses et des Cévennes, 15, p. 134-150.

Fondrillon M.
2007, « La formation du sol urbain : étude archéologique des terres noires à Tours (ive-xiie siècle) », Thèse de doctorat d’Histoire, Université de Tours, dactyl.

sous presse, « Les terres noires urbaines », dans Bravard J.-P., Cammas C., Nehlig P. et al., La Géologie. Les sciences de la Terre, Paris, Errance (collection « Archéologiques »).

Fondrillon M. et Laurent A.
sous presse, « Le sol urbain. Le point de vue de l’archéologue », dans Bravard J.-P., Cammas C., Nehlig P. et al., La Géologie. Les sciences de la Terre, Paris, Errance (collection « Archéologiques »).

Gaidon M.-A., Ziegle A., Barraud D. et al.
1988, Découvertes archéologiques sur le site de Parunis, de Mithra aux Carmes, Bordeaux, Musée d’Aquitaine.

Galinié H.
1994, « Émergence ou ré-émergence des villes dans le Nord-Ouest de l’Europe, viie-xe siècle », dans Demolon P., GaliniéH. et Verhaeghe F. (dir.), Archéologie des villes dans le Nord-Ouest de l’Europe (7e-13e siècle), Douai, Société archéologique de Douai, p. 9-16.

2002, « L’entre-deux : les terres noires des cités », dans Beaujard B. (dir.), La naissance de la ville chrétienne. Mélanges en hommage à Nancy Gauthier, Tours, Maison des Sciences de l’Homme « Villes et Territoires », p. 97-105.

2004, « L’expression “terres noires”, un concept d’attente », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 1-11.

sous presse, « La question urbaine entre Antiquité et Moyen Âge : l’Entre-deux des cités (250-950) », dans Trente ans d’archéologie médiévale, Caen, Publications du CRAHM.

Galinié H., Macphail R. I., Fondrillon M. et al.
en préparation, Le site de Saint-Julien (Tours-Site 16), Recherches sur Tours, Tours, FERACF (suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

Gama F.
2007, Verdun, Paris, Éditions du Patrimoine (Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France, 15).

Gébus L. et Gama F.
2004, « Le quartier de la Pierre-Hardie et l’îlot Turmel dans la ville de Metz en Lorraine : deux exemples d’études archéologiques des couches sombres attribuées aux 4e-12e siècles », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 135-144.

Goldberg P. et Macphail R. I.
2006, Practical and Theorical Geoarchaeology, Oxford, Blackwell Publishing.

Guyard L. (dir.)
2003, Le Collège de France (Paris). Du quartier gallo-romain au Quartier latin (ier s. av. J.-C.-xixe s.), Paris, Maison des Sciences de l’Homme (DAF, 95).

Heijmans M.
2006, « Les habitations urbaines en Gaule méridionale durant l’Antiquité tardive », Gallia, 63, p. 48-57.

Hill D. H.
1977, « Continuity from Roman to Medieval : Britain », dans Barley M. W. (dir.), European Towns. Their Archaeology and Early History, Londres, Academic Press, p. 293-302.

Hobley B.
1988, « Lundenwic and Lundenburh : two cities rediscovered », dans Hodges R. et Hobley B. (dir.), The Rebirth of Towns in the West AD 700-1050, Londres, CBA (Research Report, 68), p. 69-82.

Hodges R.
1988, « The rebirth of towns in the early Middle Ages », dans Hodges R. et Hobley B. (dir.), The Rebirth of Towns in the West AD 700-1050, Londres, CBA (Research Report, 68), p. 1-7.

Jaffrot É.
2006, « Constitution d’un référentiel pour l’étude de l’altération du matériau céramique stratifié en contexte urbain », Master 2, Université de Tours, dactyl.

Jones M. J.
1993, « The latter days of Roman Lincoln », dans Vince A. (dir.), Pre-Vinking Lindsey, Lincoln, City of Lincoln Archaeological Unit (Lincoln Archaeological Studies 1), p. 14-28.

Josset D., Aubourg V., Couvin F. et al.
2003, « Topographie et constitution de l’espace urbain à Blois (Loir-et-Cher) de La Tène finale à l’an Mil : apport des recherches archéologiques préventives depuis 1990 », dans Mazzochi G. (dir.), Approche archéologique de l’environnement et de l’aménagement du territoire ligérien, Orléans, Fédération archéologique du Loiret (Études ligériennes), p. 199-234.

Jouquand A.-M., Champagne F., Rodier X. et al.
1999, « La fouille des “abords de la cathédrale” de Tours (Indre-et-Loire) : Antiquité – haut Moyen Âge », Revue archéologique du Centre de la France, 38, p. 7-98.

Knight J. K.
1999, The end of Antiquity. Archaeology, Society and Religion AD 235-700, Stroud, Tempus.

Lacroix M.-C.
2004, « Les “terres noires” dans les fouilles préalables à la construction du Chevalet à Noyon », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 121-128.

Langlois J.-Y. et Adrian Y.-M.
2004, « À l’origine d’une église mérovingienne : l’apport de la fouille des “terres noires”. le cas de Notre-dame-de-Bondeville (Haute-Normandie, France) », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 102-113.

Laurent C.
2001, « La “micro-archéologie” : méthodes et applications sur des sites de Wallonie et de la région bruxelloise », Thèse de doctorat d’Histoire de l’art et d’Archéologie, Université libre de Bruxelles, dactyl.

2004, « Études micro-archéologiques et carpologiques de sédiments sombres, à très sombres : arguments en faveur de l’extension chronologique de l’appellation “terre noire” », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 56-74.

Lebecq S.
1983, Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Âge, vol. 1, Lille, Presses universitaires de Lille.

1996, « Le devenir économique de la cité dans la Gaule des ve-ixe siècles », dans Lepelley C. (dir.), La fin de la cité antique et le début de la cité médiévale. De la fin du iiie siècle à l’avènement de Charlemagne, Actes du colloque de Paris X-Nanterre (1-3 avril 1993), Bari, Epiduglia.

Le Maho J.
1994, « Les fouilles de la cathédrale de Rouen de 1985 à 1993. Esquisse d’un premier bilan », Archéologie médiévale, 24, p. 1-49.

2003, « Les premières installations normandes dans la basse vallée de la Seine », dans Flambard Héricher A.-M. (dir.), La progression des Vikings, des raids à la colonisation, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, p. 153-167.

Lorans É., Trébuchet É. et Joly S.
2007, « Les vivants et leurs morts à Tours du 1er au 12e siècle : de l’éloignement à l’insertion », dans Galinié H. (dir.), Tours antique et médiéval, Tours, FERACF (suppl. Revue archéologique du Centre de la France), p. 373-375.

Loseby S. T.
2000, « Urban failures in late-antique Gaul », dans Slater T. R. (dir.), Towns in decline AD100-1600, Aldershot, Ashgate, p. 72-95.

Louis É.
2004a, « “Terres noires” rurales : le cas de l’abbaye mérovingienne et carolingienne de Hamage (France, département du Nord) », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 95-101.

2004b, « “Terres noires” urbaines bas-médiévales et modernes (14e-18e siècles) à Douai (France, département du Nord) », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 145-149.

Macphail R. I.
1981, « Soil and botanical studies of the “Dark earth” », dans Jones M. et Dimbleby G. (dir.), The environment of man : the late Iron Age to the Anglo-Saxon period, Oxford, BAR (British Series, 87), p. 309-331.

1983, « The micromorphology of dark earth from Gloucester, London and Norwich : an analysis of urban anthropogenic deposits from the Late Roman to Early Medieval periods in England », dans Bullock P. et murphy C. (dir.), Soil Micromorphology, Rothamsted, AB Academic Publishers, vol. 1, p. 245-252.

1994, « The reworking of urban stratigraphy by human and natural processes », dans Hall A. R. et Kenward H. K. (dir.), Urban-rural connexions : perspectives from environmental archaeology, Symposia of the Association for Environmental Archaeology, 12, Oxford, Oxbow Books, p. 13-43.

2003, « Soil microstratigraphy : a micromorphological and chemical approach », dans Cowan C. (dir.), Urban development in north-west Roman Southwark. Excavations 1974-1990, Londres, Museum of London (Monograph, 16), p. 89-105.

Macphail R. I. et Cruise G. M.
2000, « Rescuing our urban archaeological soil heritage : a multidisciplinary microstratigraphical approach », dans Burghardt W. et Dornauf C. (dir.), Proceedings of the 1st International Conference on Soils of Urban, Industrial, Traffic and Mining Areas, Essen, University of Essen, p. 5-10.

Macphail R. I., Cammas C., Gebhardt A. et al.
1998, « Anthropogenic influences on soils in the Late Quaternary », dans Proceedings on the 16th World Congress of Soil Sciences, Montpellier, International Society of Soil Science.

Macphail R. I., Galinié H. et Verhaeghe F.
2003, « A future for Dark Earth », Antiquity, 77, 296, p. 349-358.

Macphail R. I. et Linderholm J.
2004, « “Dark earth” : recent studies of “Dark earth” and “Dark-earth-like” microstratigraphy in England, UK », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 35-42.

Mills J. et Whittaker K.
1991, « Southwark (London) and London’s dead », Current Archaeology, 124, p. 155-162.

Nin N., Guyon J. et Rivet L.
1994, Aix-en-Provence, Tours, CNAU (Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France).

Pecqueur L.
2003, « Des morts chez les vivants. Les inhumations dans les habitats ruraux du haut Moyen Âge en Île-de-France », Archéologie médiévale, 33, p. 1-31.

Perring D. et Roskams S.
1991, Early development of Roman London west of the Walbrook, York, CBA (Research Report, 70).

Plumier J., Plumier-Torfs S., Vanmechelen R. et al.
2006, « Namuco fit. Namur du ve au viie siècle », dans Plumier J. et RegnardM. (dir.), Voies d’eau, commerce et artisanat en Gaule mérovingienne, Namur, Ministère de la région wallone (Études et documents, Archéologie 10), p. 219-231.

Rosen A. M.
1989, « Ancient Town and City Sites : A View from the Microscope », American Antiquity, 54, 3, p. 564-578.

Routier J.-C. et Machut B.
2004, « Les “terres noires” à Cambrai : le site du lycée Fénelon, rue Blériot », dans Verslype et Brulet (dir.) 2004, p. 150-151.

Sidell E. J.
1994, Bruce House (BRU92). The assessment of the 3-D Dark Earth Programme, preliminary report, Londres, Museum of London.

Stein J. K. et Telster P. A.
1989, « Size distributions of Artifacts Classes : Combining Macro- and Micro-Fractions », Geoarchaeology, 4, 1, p. 1-30.

Terres noires
2000, Terres noires, 1, Tours, MSH « Villes et Territoires » (Documents Sciences de la ville, 6).

Toutain F., Doirisse M. et Leyval C.
2000, « Résultats préliminaires concernant les “terres noires” de Château-Thierry. Analyse granulométrique et observations micromorphologiques », dans Terres noires, 1, Tours, MSH « Villes et Territoires » (Documents Sciences de la ville, 6), p. 95-98.

Trintignac A., Courtois J., Ferdière A. et al.
2006, « Recherches archéologiques à Javols-Anderitum : campagne 2005 », Revue du Gévaudan, des Causses et des Cévennes, Société des Lettres, 22, p. 116-131.

Trintignac A., Courtois J., De Rose Evans J. et al.
2007, « Recherches archéologiques à Javols-Anderitum : campagne 2006 », Revue du Gévaudan, des Causses et des Cévennes, 24, p. 1-16.

Verhulst A.
1985, « Villes et vie urbaine », dans Périn P. et Feffer L.-C. (dir.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire, de Dagobert à Charles le Chauve (viie-ixe siècle), Paris, Musées et Monuments départementaux de Seine-Maritime, p. 333-345.

Verslype L.
1999, « La topographie du haut Moyen Âge à Tournai. Nouvel état des questions archéologiques », Revue du Nord-Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 81, 333, p. 143-162.

Verslype L. et Brulet R. (dir.)
2004, Terres noires. Dark Earth, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain.

Vince A.
1984, « The Aldwych : Saxon London Discovered », Current Archaeology, p. 310-312.

Whipp D.
1986, « Thoughts on Saxon London », The London Archaeologist, 5/6, p. 148-150.

Yule B.
1990, « The “dark earth” and late Roman London », Antiquity, 64, 244, p. 620-628.

Haut de page

Notes

1 Galinié 2004 ; Macphail, Galinié et Verhaeghe 2003.

2 L’état de la recherche, établi dans les lignes qui suivent, est issu d’une thèse d’histoire (Fondrillon 2007) soutenue en 2007 à l’université de Tours (LAT, UMR 6173 CITERES). Je remercie vivement H. Galinié, R. I. Macphail, M.-L. Senegas et E. Marot pour la relecture de ce texte.

3 Faulkner 2000, p. 25.

4 Macphail 1981, p. 309.

5 Macphail 1983 ; Perring et Roskams 1991.

6 Hobley 1988 ; Courty, Goldberg et Macphail 1989, p. 268 ; Perring et Roskams 1991 ; Macphail 1994, p. 18 ; Jones 1993, p. 24.

7 Dalwood et Edwards 2004, p. 52.

8 Macphail 1983, p. 245 ; Darling et Vince 1992, p. 367 ; Macphail 2003, p. 105.

9 Yule 1990 ; Mills et Whittaker 1991, p. 158 ; Sidell 1994, p. 1.

10 Hobley 1988, p. 69.

11 Macphail 1981, p. 325.

12 Macphail et Linderholm 2004, p. 39.

13 Macphail 1994.

14 Vince 1984 ; Biddle 1984 ; Whipp 1986 ; Hobley 1988.

15 Galinié 1994 ; Verslype 1999.

16 Biddle 1990, p. 319-320.

17 Biddle 1976, p. 110-111.

18 Jones 1993, p. 4 ; Macphail 1994, p. 15.

19 Hodges 1988, p. 6.

20 Hill 1977, p. 294 ; Knight 1999, p. 180-181 ; sur le sujet, voir également Lebecq 1983 et Id. 1996.

21 Loseby 2000, p. 73.

22 Macphail 1981, p. 309.

23 La « couche noire » à Orléans (Verhulst 1985, p. 338), une « couche d’humus » à Bordeaux (Gaidon, Ziegle, Barraud et al. 1988, p. 43), la « terre noire » à Tours (notice de D. Dubant dans BSR Région Centre 1992, p. 69), à Rouen (Le Maho 1994, p. 12), à Chartres (notice de D. Joly dans BSR Région Centre 1993, p. 42) et à Strasbourg (Baudoux, Chatelet, Dormoy et al. 1994, p. 165).

24 Service du ministère en charge de la Culture, créé en 1984 à Tours.

25 Cerruti-Déroff 1993, p. 33.

26 Boissavit-Camus, Cerruti et Chasles 2000, p. 10-13.

27 Cerruti-Déroff 1995, p. 72.

28 Cammas, Champagne, David et al. 1995.

29 David 2004.

30 Laurent 2001.

31 Terres noires 2000. Cet ouvrage avait pour vocation d’être le premier d’une collection portant spécifiquement sur les terres noires.

32 Verslype et Brulet 2004.

33 Guyard 2003.

34 Laurent 2004, p. 63 ; Louis 2004b, p. 147.

35 Les analyses géoarchéologiques montrent que ces niveaux organiques témoignent de sites d’habitat (Terra preta), autour desquels on pratiquait l’agriculture intensive (Terra mulata) (Arroyo-Kalin, Góes Neves, Petersen et al. à paraître ; Goldberg et Macphail 2006, p. 271).

36 Fondrillon sous presse.

37 Galinié 2004, p. 11 ; Macphail, Galinié et Verhaeghe 2003, p. 356-357.

38 Louis 2004a, p. 100, fig. 7.

39 Galinié, Macphail, Fondrillon et al. en préparation.

40 Trintignac, Courtois, Ferdière et al. 2006, p. 120.

41 En contexte préventif, les tranchées de diagnostic peuvent être réutilisées de cette même manière.

42 Guyard 2003.

43 Un premier secteur peut être implanté à proximité de la voirie si elle est supposée ancienne, de manière à appréhender de potentiels bâtiments ou des occupations funéraires ; le second peut être localisé en fond de parcelle, pour caractériser l’occupation au centre des îlots.

44 David 2004a, p. 18-21.

45 Burnouf 2002.

46 Pour les méthodes testées sur les sites du Collège de France et du boulevard Saint-Michel à Paris, voir David, Cammas, Durey-Blary et al. 2000 ; pour celles du site de Saint-Julien à Tours, voir Galinié, Macphail, Fondrillon et al. en préparation.

47 Cammas, Courty et Fedoroff 1998 ; Cammas 2004 ; Courty, Goldberg et Macphail 1989 ; Macphail, Cammas, Gebhardt et al. 1998 ; Macphail et Cruise 2000.

48 Toutain, Doirisse et Leyval 2000 ; voir la contribution de M. Gardini Perraud dans Verslype et Brulet 2004, p. 129-134 ; Galinié, Macphail, Fondrillon et al. en préparation.

49 David 2004b ; Galinié, Macphail, Fondrillon et al. en préparation.

50 Baudin et Sanfourche 2004 ; Galinié, Macphail, Fondrillon et al. en préparation.

51 Voir la contribution de A. Gauthier dans Guyard 2003, p. 100-102 ; Brulet, Coquelet, Defgnée et al. 2004 ; Devos et al. 2007.

52 Brulet, Coquelet, Defgnée et al. 2004.

53 Voir les contributions de S. Lepetz, de F. Bouchet et de N. Limondin-Louzouet dans Guyard 2003.

54 L’approche microarchéologique, développée dans les années 1980 aux États-Unis, puis en Angleterre, consiste à récupérer par tamisage et à trier la fraction grossière (> 0,5 mm) des dépôts archéologiques (Rosen 1989 ; Stein et Telster 1989).

55 Laurent 2004 ; Desachy 2000 ; Guyard 2003, p. 108-113 ; Fondrillon 2007.

56 Buko 1987 ; Jaffrot 2006.

57 Fondrillon et Laurent sous presse.

58 Guyard 2003, p. 113.

59 Busson 1998, p. 77.

60 Jouquand, Champagne, Rodier et al. 1999, p. 56, fig. 38 ; Yule 1990.

61 Étrich 2000, p. 41.

62 Chardron-Picault 1998, p. 247.

63 Arlaud 2000, p. 105.

64 Lacroix 2004, p. 123.

65 Brulet, Coquelet, Defgnée et al. 2004, p. 157-158.

66 Pour Cambrai, voir Routier et Machut 2004, p. 151 ; pour Château-Thierry, voir Blary et Durey-Blary 1994, p. 35 ; pour Tours, voir Galinié, Macphail, Fondrillon et al. en préparation ; pour Javols, voir Ferdière et Ode 2003, p. 138 ; pour Metz, voir Gébus et Gama 2004, p. 143.

67 Louis 2004a, p. 98 ; Id. 2004b, p. 147.

68 Devos, Vrydaghs, Laurent et al. 2007, p. 4-5.

69 Heijmans 2006, p. 57.

70 Sur ce site, les terres noires sont associées à un bâtiment, des fosses et un four (Aubourg et Josset 2002, p. 43).

71 Josset, Aubourg, Couvin et al. 2003, p. 223-226.

72 Plumier, Plumier-Torfs, Vanmechelen et al. 2006, p. 223.

73 À Lyon, site des Célestins (Arlaud 2000, p. 109) ; à Noyon, site du Chevalet (Lacroix 2004, p. 123) ; à Poitiers, site de Notre-Dame-la-Grande (Boissavit-Camus 1995, p. 45) ; à Metz, site de la Pierre-Hardie (Gébus et Gama 2004, p. 139) ; à Tours, site des abords de la Cathédrale (Jouquand, Champagne, Rodier et al. 1999, p. 63) et celui de Saint-Julien (Galinié, Macphail, Fondrillon et al. en préparation).

74 Le Maho 2003, p. 158.

75 Durey-Blary 2000, p. 88.

76 Gama 1997, p. 28.

77 Brulet, Coquelet, Defgnée et al. 2004, p. 169-170.

78 Boissavit-Camus 1995, p. 86-88 ; Le Maho 1994.

79 Louis 2004a, p. 98.

80 Boissavit-Camus 2001, p. 147.

81 Brulet, Coquelet, Defgnée et al. 2004, p. 153 ; Plumier, Plumier-Torfs, Vanmechelen et al. 2006, p. 223.

82 Devos, Vrydaghs, Laurent et al. 2007, p. 6-7.

83 Routier et Machut 2004, p. 150.

84 Pour Autun, voir Chardron-Picault 1998, p. 247 ; pour Notre-Dame-de-Bondeville, voir Langlois et Adrian 2004, p. 107 ; pour Javols, voir Trintignac, Courtois, De Rose Evans et al. 2007, p. 8 ; pour Bruxelles, voir Laurent 2004, p. 59.

85 Boissavit-Camus 2001, p. 304.

86 Jouquand, Champagne, Rodier et al. 1999, p. 63.

87 Lacroix 2004, p. 124.

88 Pecqueur 2003.

89 À Lyon (Arlaud 2000, p. 106-108) ; à Tours (Lorans, Trébuchet et Joly 2007) ; à Poitiers (Boissavit-Camus 2001, p. 319) ; à Blois (Josset, Aubourg, Couvin et al. 2003, p. 224-226) ou encore à Aix-en-Provence (Nin, Guyon et Rivet 1994, p. 32).

90 Cantino Wataghin 2003 ; Galinié sous presse.

91 Galinié 2002, p. 102.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Fondrillon, « À propos des recherches sur les terres noires urbaines : dépasser le concept d’attente »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 1-16.

Référence électronique

Mélanie Fondrillon, « À propos des recherches sur les terres noires urbaines : dépasser le concept d’attente »Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16243 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.16243

Haut de page

Auteur

Mélanie Fondrillon

Service archéologique de la communauté d’agglomération de Bourges, membre associé au Laboratoire archéologie et territoires, UMR 6173 CITERES.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals