Navigation – Plan du site

Le travail de l’os, de la corne et de l’ivoire animaux au cours des premiers siècles du haut Moyen Âge. Quelques exemples de nouvelles productions du royaume franc

Animal bone, horn, and ivory working during the first centuries of the Early Middle Ages. Some examples of new productions in the Frankish kingdom.
Die Verarbeitung von Bein, Horn und Elfenbein in den ersten Jahrhunderten des Frühmittelalters – einige Beispiele von neuen Erzeugnissen aus dem Frankenreich.
Paolo de Vingo
p. 17-30

Résumés

La quantité considérable d’objets en os découverts en contexte d’habitat ou funéraire du haut Moyen Âge suggère que le travail artisanal sur les os des vertébrés, les bois des ongulés et des artiodactyles, la corne des bovidés et les dents des mammifères ne représentait pas une production mineure, mais au contraire un secteur important dans le cadre de l’économie. L’emploi de l’os au cours du haut Moyen Âge découle des traditions artisanales de l’Antiquité tardive, à laquelle il faut se rapporter pour connaître et comprendre les techniques auxquelles on a fait appel dans la phase de production. L’intérêt de l’enquête réside dans la nécessité d’identifier précisément la matière première utilisée pour réaliser disques et jetons de jeu, dés et pions d’échecs, étuis, poignées d’épée et de couteau, peignes, épingles à cheveux et boucles de ceinture. Cette identification peut permettre d’éclairer les parcours commerciaux d’approvisionnement ou d’identifier une production entièrement centrée sur des ressources locales. Dans ce dernier cas la matière première était liée à la chasse et à la collecte. La quantité des produits manufacturés réalisés dépendait non seulement de la demande locale, mais aussi des possibilités d’acquisition de la matière première.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction : les matières premières

  • 1 Parmi ces sels de calcium, le phosphate de calcium (85 %) prévaut sur les autres ; on trouve égale (...)
  • 2 Goret 1997, p. 102-103 ; Aufleger 1996a, p. 640 ; Goret 2004, p. 116 ; Bianchi 2007, p. 360-363.

1L’os est le tissu connectif dont la structure est la plus complexe et représente un composant fondamental de l’appareil moteur passif des vertébrés. Ses caractéristiques qualitatives sont nombreuses : plus solide que le cartilage, il résiste à la pression, à la traction et à la flexion. Le tissu osseux, blanc jaunâtre, est formé de cellules (ostéocytes), semblables aux fibrocytes et aux cellules cartilagineuses, qui résident à l’intérieur de lacunes creusées dans la substance fondamentale qui se compose de fibrilles collagènes incluses dans une substance amorphe. Quant à sa dureté, elle est due à la présence de sels de calcium1 dans la substance inter­fibrillaire, suivant une proportion d’environ 55 % pour 27 % de substances organiques et 17 % d’eau. En macroscopie, les os, et même les différentes parties d’un même os, présentent des aspects différenciés. Le tissu osseux compact est constitué de lamelles et de filaments de plusieurs épaisseurs. Le tissu spongieux se situe à l’intérieur des os et en plus grande quantité dans les épiphyses des os longs et dans les os courts. Les constituants histologiques du tissu osseux sont les mêmes dans la substance compacte et spongieuse ; cependant ils se différencient par leur mode de distribution, leur orientation et par leurs relations avec les vaisseaux. Du fait de leur alimentation différente, les animaux sauvages ont des os bien plus résistants que les animaux domestiques, et donc plus propices à la confection de produits manufacturés. En raison de leurs dimensions, les parties centrales (diaphyses) des os longs sont particulièrement indiquées pour être utilisées2.

  • 3 Aufleger 1996a, p. 641.
  • 4 Bazzanella 1997, p. 135-136.

2Les cornes (ou bois) des ongulés peuvent être constituées de formations aussi bien tégumentaires kératinisées que tégumentaires et osseuses voire exclusivement osseuses. De formes très variées, leur emplacement se limite à la surface dorsale de la tête. Chez les cavicornes ou ruminants à cornes (antilopes, chamois, ovicaprinés, bovidés), une apophyse frontale considérable et une épiphyse correspondante forment un support osseux permanent, en général pneumatique. L’étui corné tégumentaire subit une mue unique dans le stade initial pour être ensuite permanent. Les cornes ou les ramifications des ongulés à cornes pleines ou les bois ou ramifications des cervidés sont des formations typiquement osseuses. Dans ce cas, les apophyses frontales sont représentées par un support basal, massif, en général court, allant jusqu’au bourrelet ou couronne de la corne ou du bois, support sur lequel l’épiphyse, en général longue, se soude. Chez presque tous les genres de cerfs, la chute des bois a lieu annuellement, après la période de l’accouplement, entre les mois de février et mars : des cellules ostéoclastes dessoudent l’épiphyse de l’apophyse, laissant cette dernière chaque fois légèrement plus courte. Peu après, les cellules ostéoblastes commencent la formation d’une nouvelle épiphyse qui s’accroît rapidement, recouverte de tissu épidermique, à l’extérieur velouté et à l’intérieur très riche en artères dérivant de l’artère temporale. À la fin de la croissance, les artères restent étranglées entre les perles marginales du bourrelet, qui est absent des premiers cors juvéniles. L’étui tégumentaire flétri tombe en lambeaux, en raison du frottement contre les arbustes ou les troncs d’arbre. Sur la surface des bois, les sillons conservent la trace des gros vaisseaux sanguins3. Les animaux étaient rarement abattus pour se procurer la matière première brute, sauf s’ils étaient chassés pour avoir de la viande fraîche : il était préférable de parcourir les bois et d’entreprendre une collecte. Les bois tombés présentent un meilleur degré de calcification et des qualités intrinsèques de solidité, de poids et de conservation supérieures à celles des bois provenant d’un animal abattu. Au cours de la phase de croissance, la corne, encore trop tendre, est tout à fait inutilisable, tandis qu’en été et en automne les cors s’avèrent complètement formés et pleinement calcifiés ; en hiver, après la saison des accouplements, la corne sèche et devient plus résistante4.

  • 5 Il est également possible d’obtenir d’autres types d’ivoire à partir des défenses du Mammuthus pri (...)

3L’ivoire est un matériau provenant surtout des deux incisives de la mâchoire supérieure des mammifères de la famille des éléphantidés (Loxodonta africana, Elephas maximus), des quatre canines de la famille des hippopotamidés (Hippopotamus amphibius), des canines supérieures des morses (Odobenus rosmarus), des mammifères marins appartenant à la famille des Cétacés (Monodon monoceros, Physester catodon et Physester macrocephalus)5.

  • 6 Gaborit-Chopin 1991, p. 780 ; Tomasi 2003, p. 454 ; Drauschke et Banerjee 2007, p. 109.
  • 7 Gaborit-Chopin 1991, p. 781 ; Tomasi 2003, p. 455 ; Bianchi 2007, p. 359-360 ; Drauschke et Banerj (...)

4Les défenses ont une forme de cône plus ou moins incurvé et sont composées, de l’extérieur vers l’intérieur, d’une première couche fine de cément, puis d’émail et enfin d’une couche plus épaisse de dentine, l’ivoire proprement dit, qui entoure la cavité de la pulpe dentaire. La dentine, parcourue par le fin réseau des « gouttières », est structurée suivant un schéma de cônes enfilés les uns dans les autres. Selon les modalités de taille du bloc d’ivoire, les lignes de séparation de ces cônes, dites aussi craquelures concentriques, apparaissent sur la surface de l’objet. Les différentes altérations se développent notamment en suivant les lignes des cônes, mais on peut distinguer des fissures même le long des parties sculptées6. L’ivoire se compose pour deux tiers de phosphate tricalcique et pour un tiers d’une substance organique azotée qui sert de mastic ou de liant ; en outre, il contient un pourcentage variable d’humidité, des quantités plus limitées de carbonate et de fluorure de calcium et de phosphate de magnésium. Les défenses d’éléphantidés ont une forme, un poids, une dimension et une dureté qui dépendent de leur provenance ; ainsi les dimensions et le rayon de courbure des espèces asiatiques sont inférieurs à ceux des espèces africaines. La défense est composée de trois parties : la pointe, la cavité et le cœur. La cavité à la base de la défense est d’autant plus profonde et large que l’animal est âgé ; elle se prolonge dans un canal mince, appelé cœur, qui arrive jusqu’à la pointe. Par conséquent, les sculptures étaient confectionnées de préférence à partir des parties de la zone pleine de la défense, de la pointe et de la base de la cavité de la pulpe dentaire, tandis que les plaquettes et les figures d’applique étaient plutôt façonnées dans l’ivoire situé autour de la chambre pulpaire7.

  • 8 Tomasi 2003, p. 454 ; Bianchi 2007, p. 356-357 ; Drauschke et Banerjee 2007, p. 111-113.

5L’ivoire d’hippopotame, plus élastique et plus compact que celui des éléphantidés, jaunit bien moins facilement. Des quatre canines qui pouvaient être travaillées, les deux supérieures sont droites et les inférieures incurvées. Bien plus fines que les défenses, d’une forme moins conique et à section triangulaire avec des angles arrondis, elles peuvent atteindre jusqu’à 60 cm de longueur, mais sont en général dotées de dimensions moyennes comprises entre 30 et 40 cm. Creuses sur presque la moitié de leur longueur globale, elles pèsent de 0,5 à 4 kg. Leur surface est cannelée, couverte d’un émail très résistant, qui doit, avant tout travail, être éliminé par immersion alternée dans l’eau chaude et l’eau froide8.

  • 9 Gaborit-Chopin 1991, p. 781.
  • 10 Gaborit-Chopin 1991, p. 782-783.
  • 11 Päffgen et Ristow 1996, p. 650-651 ; Chrzanovski 2007, p. 198-215.

6Pendant l’Antiquité tardive, de nombreux objets étaient réalisés en ivoire d’hippopotame et d’éléphant, tandis que les régions européennes du nord utilisaient également les dents de morse et de narval pour confectionner boucles de ceinture, peignes, épingles, pions et lamelles. Les os du squelette des cétacés, qui présentaient un grain moins fin, étaient cependant travaillés pour obtenir des panneaux de revêtement de grandes dimensions9. Les dents de morse sont en forme de cône allongé, relativement étroit : leur grain, moins compact que celui de l’ivoire d’éléphant ou d’hippopotame, produisait un relief moins net, tandis que leur couleur, légèrement ambrée, pouvait donner au produit manufacturé une teinte très foncée. En effet, l’épaisseur relativement plus fine de ce type d’ivoire laisse transparaître presque partout, dans le plan de fond de la surface sculptée, la pulpe dentaire, conglomérat semi-brillant et plus foncé que l’ostéodentine, qui remplit la cavité centrale10. Dans les zones européennes occidentales de l’Antiquité tardive, les objets en ivoire étaient aussi bien produits dans des laboratoires spécialisés qu’importés de la Méditerranée orientale. Ces centres de production d’excellence permirent la création de produits manufacturés d’une grande qualité artistique et esthétique11.

Fig. 1 Reconstitution d’un atelier de travail de la corne montrant les différentes phases de fabrication d’un peigne à éléments multiples. À noter, notamment, la présence d’une double rangée de dents fines et minces sur un côté et plus grandes et larges sur l’autre.

Fig. 1 Reconstitution d’un atelier de travail de la corne montrant les différentes phases de fabrication d’un peigne à éléments multiples. À noter, notamment, la présence d’une double rangée de dents fines et minces sur un côté et plus grandes et larges sur l’autre.

Aufleger 1996a, p. 648

2. Ateliers et artisans

  • 12 Giostra 2006, p. 63-64.
  • 13 Giostra 2006, p. 64.
  • 14 Aufleger 1996a, p. 642.
  • 15 Aufleger 1996b, p. 620-621 ; Giostra 2006, p. 64.
  • 16 Amrein et Binder 1997, p. 359-360.
  • 17 Aufleger 1996a, p. 642-643.

7Pour la période romaine, des ateliers travaillant ces matériaux sont attestés en Gaule (Alésia, Compierre, Escolives, Saint-Camille), tandis que pour le haut Moyen Âge, quoique la quantité de produits manufacturés retrouvés ne diminue pas de manière significative, ceux qui ont été repérés dans les zones territoriales franques sont plutôt peu nombreux12. À Ingersheim et à Mengen (Suisse centro-méridionale), de petits résidus de matière brute et des produits semi-finis, à différents stades de réalisation, attestent que les ateliers s’étendaient sur un territoire très vaste. À Liège (Belgique), lors des fouilles d’un établissement agricole et artisanal, des structures vouées au travail des bois de cerf, notamment pour la fabrication de peignes, ont été mises au jour. La quantité importante de produits manufacturés trouvés à différents stades d’élaboration indique une activité non occasionnelle, concernant une pluralité d’individus, qui constituait aussi un centre de production pouvant répondre à la demande de villages distribués sur une longue distance, dans des zones apparemment isolées13 (fig. 1). Cela n’implique pas seulement l’existence de centres spécialisés, mais permet d’envisager que la production représentait une activité complémentaire dans l’économie des établissements ruraux ou urbains et pouvait aussi alimenter un commerce sur des distances considérables. On pourrait même envisager a priori que la production d’objets de qualité était confiée à des ateliers spécialisés, tandis que la fabrication de produits plus rudimentaires était confiée à des artisans moins qualifiés. La découverte à Groß-Karben14 (à proximité de Wettereau, Allemagne du Sud), dans une sépulture datée entre la fin du vie et les débuts du viie siècle, d’objets en os semi-finis, avec toute une série d’outils liés à cette activité, fait supposer que ces artisans – comme ceux du métal et du bois15 –, sans constituer encore une véritable corporation, pouvaient occuper une position sociale influente. Les sources écrites du haut Moyen Âge mentionnent très rarement de façon explicite les acteurs de cet artisanat : Tuotilo de Saint-Gall, clerc extrêmement polyvalent, descendant d’une famille alémanique libre, se serait occupé d’orfèvrerie, de musique, mais aussi de techniques d’intaille et de gravure de panneaux en ivoire16. Une courte inscription en latin gravée sur une boucle en os : « …Ego Leopuldus ficit… » indique probablement le nom d’un artisan de cette manufacture17.

3. Matériaux et techniques de travail

  • 18 Une démonstration des modes d’utilisation des cors de bois des cerfs peut se faire en se rapportan (...)
  • 19 Dans les fouilles du village de Rougiers en Provence, si pour les xiie et xiiie siècles l’usage de (...)
  • 20 Goret 1997, p. 102-104 ; Ulbricht 1984, p. 54-55 ; Mac Gregor 1991, p. 355-357 ; Goret 2004, p. 11 (...)
  • 21 Dans la France centro-septentrionale, la découverte dans deux villages distincts de la période mér (...)
  • 22 Une confirmation de la diversification typologique des outils utilisés a été fournie par l’examen (...)
  • 23 Mannoni et Giannichedda 1996 ; Giostra 2006, p. 65 ; Bianchi 2007, p. 361-363.

8Au Moyen Âge le travail des os, des bois18, de la corne et des dents19 fournissait une série de produits manufacturés largement utilisés dans la vie quotidienne20. La production de ces objets ne dépendait pas seulement de leur finalité, mais aussi et surtout des caractéristiques physiologiques spécifiques de la matière brute21. Celles-ci déterminaient le type, la forme et les dimensions du produit au terme d’un cycle complexe de travail. Ce cycle se composait ­d’opérations variées effectuées sur la matière première : scier à l’aide de lames dentées, tailler et entailler à l’aide de lames dures, modeler et graver aussi bien avec le tour à archet – sur lequel on insérait plusieurs types de pointes22 – qu’avec le tour à rotation continue, appointer ou affûter sur des roches abrasives et finalement percer à l’aide d’un trépan à archet23.

9La production dépendait de l’approvisionnement en matière première : la difficulté de se la procurer eut pour conséquence la recherche de matières variées ayant des caractéristiques similaires, pouvant se prêter à une multitude de produits finis. Le choix de la matière première était non seulement lié à des raisons pratiques, mais aussi à des superstitions concernant la prospérité et la fertilité humaine et animale : c’est pourquoi certains objets étaient réalisés uniquement à partir de matériaux porteurs de significations symboliques et rituelles.

  • 24 Bazzanella 1997, p. 137-138.
  • 25 Ibid., p. 138-139.
  • 26 Aufleger 1996a, p. 644.
  • 27 Bazzanella 1997, p. 139-140 ; Bianchi 2007, p. 366-368.
  • 28 Aufleger 1996a, p. 645 ; Dijkman et Ervynck 1998, p. 49-53.

10Pour le chercheur soucieux de retracer le processus de production, le silence des sources écrites altomédiévales encourage à l’analyse des pièces finies et semi-finies, des déchets de travail, des objets fracturés en cours de réalisation ainsi qu’à l’expérimentation24. En effet, l’examen d’un produit manufacturé met en évidence les angles des surfaces arrondies, des microtraces d’usure aux marges de rainures ou de forages, la présence de surfaces polies et lustrées. En outre, les arrondissages et les patines observables au niveau des lignes de fracture font supposer la réutilisation d’un objet particulier25. Le choix de la matière brute était déterminant pour le type, la forme et les dimensions de l’objet à réaliser. L’abattage des animaux fournissait une quantité considérable de matière première, utilisée en fonction des propriétés spécifiques du squelette et du type d’objet souhaité. Il fallait tout d’abord séparer, avec un soin tout particulier, les os de la peau, des muscles et des tendons, ce qui pouvait être obtenu en laissant longuement bouillir le tout26. Les os étaient ensuite fracturés en percussion directe à l’aide de petites hachettes et de haches manuelles27, puis dégrossis grâce à des pointes en fer de différents types ou à des percuteurs en silex. On avait recours à des lames variées pour entailler et graver et l’on pouvait utiliser des marteaux et burins, en tenant compte de la fragilité de la matière. Les finitions s’effectuaient à l’aide de limes aux formes diverses ou de lissoirs naturels en pierre. Des trous de fixation circulaires étaient réalisés avec des trépans à archet, tandis que les objets profilés ou de forme circulaire supposaient l’utilisation d’un tour28.

  • 29 Bazzanella 1997, p. 140-141 ; Goret 1997, p. 101.
  • 30 Bazzanella 1997, p. 140-141 ; Bianchi 2007, p. 363-364.

11L’exploitation des cors des cervidés implique un temps de préparation plus long que celui des os, même si après quelques opérations préliminaires, les bois exigeaient des procédures technologiques plus simples, ce qui peut expliquer leur ample utilisation au haut Moyen Âge. Des recherches expérimentales sur le traitement des bois permettent de supposer qu’ils étaient plongés dans l’eau pendant un laps de temps évalué à 375 jours, afin d’atteindre la mollesse nécessaire pour leur introduction dans le cycle de production29. Ensuite, on décortiquait la surface externe de la corne par percussion à l’aide d’une hache ou d’une lame affûtée et finalement on exécutait la segmentation du support au moyen d’une scie : au cours de cette opération, on ajoutait de l’eau et du sable, en vue de faciliter l’abrasion et le détachement. Après avoir obtenu un rainurage suffisamment profond, on procédait à la fracturation du bois, qui se faisait par flexion au niveau de la rainure. Par la suite, on extrayait des tiges d’une mesure préétablie moyennant la fissuration du support. Le façonnage du produit manufacturé était pratiqué à l’aide d’une hache et la surface était polie au moyen d’une lime. Ensuite, en fonction du type d’objet désiré, le bois était vidé de sa partie spongieuse interne, à l’aide de pointes perforantes ou de burins en fer30 (fig. 2 n°  1).

  • 31 Gaborit-Chopin 1991, p. 785-786 ; Bianchi 2007, p. 357-360 ; Drauschke et Banerjee 2007, p. 114-11 (...)
  • 32 L’emploi de la perceuse permettait de forer en profondeur la surface de l’ivoire. Son utilisation (...)
  • 33 Aufleger 1996a, p. 646 ; Bianchi 2007, p. 368-369.
  • 34 Gaborit-Chopin 1991, p. 787-788 ; Petitjean 1995, p. 165-166.
  • 35 Aufleger 1996a, p. 646-647 ; Bianchi 2007, p. 352-356.

12L’ivoire présente un aspect très élastique et dur. Il était taillé, sculpté, scié et tourné au moyen des méthodes indiquées ci-dessus. En outre, il pouvait être modelé à chaud, c’est-à-dire plié, comme la corne. Les défenses étaient préalablement soumises à une période de séchage qui évitait leur contraction ultérieure, après le façonnage31. Cette opération terminée, elles étaient coupées dans le sens de la longueur, en segments de forme tronco-pyramidale, d’une hauteur et d’un diamètre légèrement supérieurs à ceux de l’objet désiré. Successivement on procédait au perçage32 et au tournage, afin d’obtenir l’équarrissage du produit manufacturé. Avant le véritable modelage, les objets bruts étaient plongés dans des solutions liquides formées de composés de sulfate de potassium, sel fossile et vitriol pour être amollis et arriver ensuite à la phase la plus délicate, celle de l’entaille. Finalement pour le lissage et le lustrage, on avait surtout recours à des substances organiques ou même à la pierre ponce33. La surface de l’ivoire pouvait être décorée de peintures ou d’applications en métal. Dans quelques cas, il était même coloré : les pions du tric-trac étaient peints, à l’aide des pigments naturels, en rouge et en vert. Cependant, la tendance à garder la nuance originelle prédominait, en la valorisant par des insertions de pâtes de couleur ou bien dorées ou argentées, étalées de manière à ne pas recouvrir toute la surface, mais pour souligner uniquement certaines parties. Les plats de reliure, les diptyques et les statuettes étaient enrichis de supports en or et en argent, parfois d’émaux polychromes, ou décorés avec des pierres précieuses, bien qu’un nombre très limité aient été conservés dans leur monture d’origine. Au fil du temps, l’ivoire acquiert une patine qui augmente sa beauté avec des nuances liées à sa nature d’origine et aux conditions de conservation. La présence de nuances ambrées semble être la conséquence des modalités de traitement de la surface avec des substances grasses, tandis que l’exposition prolongée au contact du terrain entraînait une coloration brune34. Des analogies entre les outils pour le travail du bois et ceux utilisés pour l’ivoire laissent penser que les deux artisanats n’étaient pas exécutés dans des ateliers différents. En effet, un document épigraphique latin du iie siècle atteste qu’à Rome, dans la même corporation dirigée par Julius Aelianus, coexistaient les citrarii et les eborarii 35.

Fig. 2 Schéma des méthodes de découpe des bois de cerf (Ulbricht 1984).

Fig. 2 Schéma des méthodes de découpe des bois de cerf (Ulbricht 1984).

La moitié gauche de la figure illustre la façon dont ces bois étaient plus communément coupés à Hedeby, tandis que la moitié droite montre quelques-uns des produits principaux (et des rognures) générés par les industries. De nombreuses parties de ces bois étaient utilisées dans la fabrication de peignes (1-6) et permettaient également d’obtenir des peignes composites selon un nombre de phases bien précis (7). D’autres parties étaient utilisées dans la fabrication de divers articles plus petits (8-15).

Mac Gregor 1991

4. Les produits manufacturés réalisés

  • 36 Guadagnin 1988, p. 303-304 ; Goret 1997, p. 131-134 ; Dijkman et Ervynck 1998, p. 53-59.
  • 37 Ulbricht 1984, p. 56-57 ; Schutz 1998, p. 6-7.
  • 38 À Rougiers, les manches des couteaux ou d’outils étaient principalement obtenus de cors de bois de (...)
  • 39 Petitjean 1995, p. 147-148 ; Petković 1995, p. 34-35 ; Aufleger 1996a, p. 640-641 ; Bazzanella 199 (...)

13Des cors de bois des cervidés36 on obtenait des disques et des pions de jeu de tric-trac, dés et pions d’échecs37, étuis, poignées d’épée et de couteau38, boucles décoratives, perles de collier, pendants coniques, peignes, pointeaux, boucles et épingles à cheveux39 (fig. 2 n° 2).

  • 40 Petitjean 1995, p. 171-174 ; Murialdo 2001a, p. 525-526 ; Lobisser 2005, p. 213-214.
  • 41 Bierbrauer 1993, p. 13-14 ; Petitjean 1995, p. 155-158 ; Goret 1997, p. 122-124, fig. 13, p. 124 ; (...)
  • 42 Päffgen et Ristov 1996a, p. 650-651.
  • 43 Päffgen et Ristov 1996b, p. 741-742 ; Giostra 2006, p. 67-70 ; Giesler 2007, p. 217.

14Au haut Moyen Âge, les peignes, indifféremment utilisés par les hommes et les femmes pour soigner et arranger les longues chevelures, étaient intentionnellement placés dans les sépultures, à proximité de la tête, sur le bassin ou à côté des cuisses du mort, non seulement comme compléments de l’équipement funéraire, mais aussi parce qu’ils revêtaient des significations symboliques40. La documentation archéologique a conduit à envisager la possibilité d’une coexistence de peignes à plaque unique en ivoire et de peignes en os à simple ou double rangée de dents, parfois composés d’éléments multiples, avec double rangée de dents différenciées, à tympan simple ou à tympan surbaissé avec manche de diverses formes, décorés de cadres linéaires, de petits cercles oculés ou concentriques, ou de bandes de lignes parallèles ou entrecoupées41. Le soin porté aux cheveux est attesté par une pierre tombale gravée, retrouvée à Niederdollendorf 42 (Allemagne centro-septentrionale) et attribuée aux débuts du viie siècle, représentant un guerrier armé d’un scramasaxe pendant les opérations de coiffure43 (fig. 3 n° 1).

  • 44 Petitjean 1995, p. 152-153 ; Goret 1997, p. 123 ; Murialdo 2001, p. 526-529 ; Lobisser 2005, p. 21 (...)
  • 45 Nastasi et Vay 1978, p. 95-96 ; Petitjean 1995, p. 148-150 ; Goret 1997, p. 124, fig. 14, p. 126 ; (...)

15Les peignes composés d’éléments multiples sont l’un des objets le plus fréquemment relevés dans les inhumations et dans les établissements francs. Ils étaient réalisés d’une façon plutôt simple, mais selon une technique qui nécessitait plusieurs opérations (fig. 3 n° 2 et 3 n° 3). On préparait des éléments lamellaires de forme rectangulaire ayant tous les mêmes dimensions. À partir de segments d’os longs, convenablement sectionnés, on obtenait les listels, dont le travail éventuel (taille, polissage, décorations simples ou complexes et lustrage) devait être terminé avant le montage de chaque composant. Les parties lamellaires étaient superposées et retaillées ensemble. Ensuite, on posait côte à côte, entre les listels, les éléments lamellaires de manière à pratiquer une série de trous pour l’insertion des petits clous en fer ou en bronze de section quadrangulaire ou circulaire, dont on rabattait l’extrémité. Ces clous assuraient le maintien de l’assemblage établi par l’artisan. On arrondissait les quatre angles du produit manufacturé, dont la surface était soigneusement limée, afin de prévoir le profil pyramidal des petites dents, et ensuite lissée. L’entaille des dents, plus grandes sur un côté, plus fines et serrées sur l’autre44, représentait l’une des opérations les plus délicates, qui permettait de vérifier réellement l’adresse et les capacités de l’artisan. Leur finition impliquait une double opération : l’arrondissement de leur profil et leur appointage45. Un étui pliable pouvait protéger les dents, partie la plus délicate et la plus exposée aux risques de rupture (fig. 3 n° 4 et 3 n° 5).

  • 46 Aufleger 1996a, p. 647-648.
  • 47 Aufleger 1996a, p. 648-649.

Fig. 3 Pierre tombale travaillée et gravée, retrouvée à Niedeerdollendorf en Allemagne (1) (Päffgen et Ristow 1996a, p. 740-741), peignes en os à éléments multiples, denture simple et double denture différenciée (2-3) (Aufleger 1996a, fig. 508, p. 641), peignes en os à double denture différenciée avec étui pliable décoré par des gravures géométriques (4-5) (Ibid., fig. 507-509, p. 641-642), peigne éburné décoré (6-7) (Päffgen et Ristow 1996, fig. 519-520, p. 650). Un peigne ivoirin, à double denture différenciée, retrouvé dans une sépulture féminine à Griesheimer (Allemagne méridionale)46, n’a pas trouvé localement de parallèle : sa typologie et son décor tiré d’un répertoire iconographique s’inspirant du Nouveau Testament (transformation de l’eau en vin lors des Noces de Cana et Résurrection de Lazare) l’ont fait interpréter comme un objet parvenu dans le royaume franc parmi les biens personnels d’une femme importante47 (fig. 3 n° 6 et 3 n° 7).

Fig. 3 Pierre tombale travaillée et gravée, retrouvée à Niedeerdollendorf en Allemagne (1) (Päffgen et Ristow 1996a, p. 740-741), peignes en os à éléments multiples, denture simple et double denture différenciée (2-3) (Aufleger 1996a, fig. 508, p. 641), peignes en os à double denture différenciée avec étui pliable décoré par des gravures géométriques (4-5) (Ibid., fig. 507-509, p. 641-642), peigne éburné décoré (6-7) (Päffgen et Ristow 1996, fig. 519-520, p. 650). Un peigne ivoirin, à double denture différenciée, retrouvé dans une sépulture féminine à Griesheimer (Allemagne méridionale)46, n’a pas trouvé localement de parallèle : sa typologie et son décor tiré d’un répertoire iconographique s’inspirant du Nouveau Testament (transformation de l’eau en vin lors des Noces de Cana et Résurrection de Lazare) l’ont fait interpréter comme un objet parvenu dans le royaume franc parmi les biens personnels d’une femme importante47 (fig. 3 n° 6 et 3 n° 7).
  • 48 Bazzanella 1997, p. 140-141.
  • 49 Bazzanella 1997, p. 141 ; Goret 1997, p. 104-110 ; Dijkman et Ervynck 1998, p. 73.

16Les épingles à cheveux en os et en ivoire sont un ornement caractéristique de l’Antiquité romaine et du haut Moyen Âge. Elles étaient employées par les femmes pour arranger et fixer la coiffure. On les distingue par la conformation de leur tête : ovoïdale, conique, sphérique, cylindrique, ogivale et à bulbe. Leurs techniques de production ne s’écartent pas énormément de celles préalablement exposées48. L’un des outils les plus fréquemment utilisés était le tour, identifiable grâce à une légère dépression ou à un trou sur la sommité de la tête, mettant en évidence le point exact de fixation à l’outil49 (fig. 4).

Fig. 4 Poinçons de type I (1-8), poinçons de type IIA et IIB (9-13).

Fig. 4 Poinçons de type I (1-8), poinçons de type IIA et IIB (9-13).

Goret 1997, fig. 3, p. 105 et fig. 4, p. 108

  • 50 Gaborit-Chopin 1978, p. 38-44 ; Martorelli, 1993, p. 795.
  • 51 Gaborit-Chopin 1978, p. 38 ; Martorelli 1993, p. 796 ; Arnau 2007, p. 98-99.
  • 52 Bierbrauer 1993, p. 14-15.
  • 53 Aufleger 1996a, p. 648-649 ; David 2007, p. 13-44 ; Drauschke et Banerjee 2007, p. 119-122.

17La matière osseuse est également utilisée pour la confection d’accessoires vestimentaires masculins et féminins, tels les boucles de ceinture à plaque fixe, de forme rectangulaire. Repérées à partir de la seconde moitié du ve siècle, particulièrement dans la zone burgonde, elles sont décorées de symboles chrétiens simples (chrisme et croix) ou bien de scènes du Nouveau Testament, parmi lesquelles se répètent avec une certaine fréquence le Miracle de Jonas, le Lavement des pieds du Christ ou bien les soldats au Sépulcre. Des analyses détaillées, exécutées au microscope à diffraction, ont démontré que le terme os, employé généralement pour indiquer la matière première dans laquelle elles avaient été façonnées, est impropre : il s’agit en réalité de composants squelettiques de cétacés, ou de dent de morse, ou de bois de cerf et plus rarement d’omoplate de bovidé. On peut même parfois supposer que le choix du matériau a été fait en fonction de la décoration envisagée : ainsi, une boucle figurant le miracle de Jonas, retrouvée à l’intérieur d’une inhumation dans l’église d’Augst, a été réalisée dans une côte de baleine. La boucle, chronologiquement attribuée, par association à d’autres objets présents dans la tombe, à la première moitié du viie siècle, représente l’évolution finale de cette typologie de produits manufacturés. Elle trouve des analogies morphologiques et iconographiques surprenantes avec des objets en bronze (type D) provenant de nécropoles burgondes de Savoie septentrionale, objets dont le caractère religieux sera plus tard souligné par l’introduction de formules latines inscrites le long du profil extérieur50. Ces accessoires sont utilisés par les hommes comme par les femmes, mais plus particulièrement par les membres de l’Église : ainsi la boucle ivoirine de saint Césaire, évêque d’Arles dans la seconde moitié du vie siècle, ayant appartenu à son cinctorium, est léguée à l’évêque Cipriano51 (fig. 5 n° 1). L’élaboration de cette production artistique reflète, dans ses formes et dans ses modèles de référence, une influence latine et non germanique (sensible en particulier dans le rendu de la figure humaine et animale, dans la présence de symboles chrétiens), confirmant la rapidité du processus d’acculturation des « Barbares » au cours du vie siècle52. Pour ce qui est de l’aspect plus strictement technique, il est possible que les traditions artisanales romaines n’aient pas été complètement perdues. Des connaissances techniques se seraient ainsi maintenues au cours des premiers siècles du haut Moyen Âge, ce dont paraît témoigner la découverte à Trèves et à Arles, en Gaule méridionale, d’objets non finis, d’outils pour l’intaille et le travail de l’ivoire, et de déchets de production. Malheureusement nous ne disposons pas encore d’éléments suffisants pour envisager l’existence de circuits spécialisés dans le commerce, à moyenne ou longue distance, de ces objets très raffinés, commerce qui serait alimenté par des ateliers répartis dans la bande méditerranéenne. Cette hypothèse ne trouve aucune confirmation en ce qui concerne les produits manufacturés plus simples, communément présents dans les établissements urbains et ruraux de même que dans les nécropoles, qui sont insérés dans un cadre artisanal de petites proportions. En revanche, elle n’est absolument pas exclue pour les produits manufacturés d’une grande qualité artistique et esthétique, biens de luxe qui, en tant que marchandise de qualité, sont parfaitement en mesure de suivre les mêmes canaux de ravitaillement que d’autres produits de haute valeur économique. Dans la Gaule centro-septentrionale, il existait des laboratoires héritiers de la tradition manufacturière romaine qui, entre la seconde moitié du vie siècle et la première moitié du siècle suivant, produisirent des objets très raffinés parmi lesquels des couvertures de codex (fig. 5 n° 2), pyxides et diptyques comme celui des saints Pierre et Paul53 (fig. 5 n° 3).

Fig. 5 Boucle de ceinture avec représentation de saint Césaire (1) (Hubert, Porcher et Volbach 1980, p. 213), diptyque de saint Pierre et saint Paul (2), couverture de la Bible avec représentation de saint Lupicin (3).

Fig. 5 Boucle de ceinture avec représentation de saint Césaire (1) (Hubert, Porcher et Volbach 1980, p. 213), diptyque de saint Pierre et saint Paul (2), couverture de la Bible avec représentation de saint Lupicin (3).

Aufleger 1996a, fig. 514, p. 645

  • 54 Ulbricht 1984, p. 58-59.
  • 55 Elbern 1998, p. 1-2.
  • 56 De Grossi Mazzorin et Minniti 1995, p. 371-372 ; Bianchi 1995, p. 15-31.
  • 57 Beal 1984, p. 10-11 ; Knochlein 1996, p. 989-990.
  • 58 Egan et Pritchard 1991, p. 304.
  • 59 Fulep 1977, p. 56-58.

18Du squelette osseux des bovinés, et dans une moindre mesure de celui des suidés et des équidés, on utilisait essentiellement les os qui avaient le mieux supporté l’action simultanée de deux forces physiques combinées telles que la torsion et la flexion : l’omoplate, l’humérus, le radius, le cubitus, le tibia et les métapodes, en vue de produire des objets pointus et des plaques de revêtement54 (fig. 6), des récipients55 et même des cadres, épingles à cheveux, dés, tessères, pions de jeu, éléments de fermoir56, fusaïoles57 et boutons58, tandis que l’enlèvement de la matière organique à l’intérieur de la corne des bovidés fournissait des récipients pour liquides59.

  • 60 Conservé à Essen en Allemagne septentrionale.
  • 61 Elbern, 1988, 3-4.

19Les reliquaires destinés à conserver des objets de culte chrétien pouvaient également intégrer de l’os. Ils se présentent en effet parfois comme des récipients en bois avec des revêtements en os. L’un des exemples les plus anciens et intéressants, chronologiquement attribué à une période quelque peu antérieure au milieu du ve siècle, est une boîte provenant d’une sépulture féminine de la nécropole alémanique de Heilbronn (région de Bade-Wurtemberg, Allemagne). La décoration consiste en dessins ornementaux au compas, ocelles, frises en doucine, dessins ajourés punctiformes et, sur le couvercle coulissant, monogramme du Christ. Parmi les autres produits manufacturés précarolingiens, on peut mentionner la boîte de Weilbach, deux récipients pour reliques portant de simples incisions colorées, et le reliquaire de Werden60 qui mérite quelques remarques. Il s’agit de l’une des œuvres les plus importantes du haut Moyen Âge avec des applications en os sculpté et ajouré, datant du milieu du viiie siècle, utilisée à la fois comme reliquaire et comme autel portatif61. Avec les plaquettes travaillées qui en recouvrent de nombreuses parties, la boîte de Werden présente aussi des cadres sculptés et gravés représentant le Christ parmi les anges, la Crucifixion et des animaux symboliques.

Fig. 6 Représentation schématique de la répartition d’os métacarpiens et métatarsiens de bovins pour créer différents types de peignes.

Fig. 6 Représentation schématique de la répartition d’os métacarpiens et métatarsiens de bovins pour créer différents types de peignes.

Ulbricht 1984

5. Résultats

  • 62 Gaborit 2003, p. 147 ; Plumier, Plumier Torfs,Vanmechelen, Mees et Robinet 2005, p. 224-225.

20Longtemps sous-estimé, le rôle commercial des ateliers produisant des objets d’os, d’ivoire ou de corne ne fait pas de doute au haut Moyen Âge, d’autant qu’ils confectionnent, en plus des accessoires du quotidien, des productions luxueuses qui s’exportent. Ces produits manufacturés peuvent être considérés comme le résultat de l’intégration, dans la culture matérielle de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, d’une tradition artisanale romaine dont les produits de qualité étaient diffusés en Europe continentale. L’évaluation globale des données concernant le royaume des Francs démontre la coexistence d’ateliers importants et de centres de production plus modestes, établis dans des communautés rurales, petites et moyennes, et répondant à une demande limitée. Dans le premier cas, une production typologique différenciée, commercialisée jusqu’à la fin du viiie siècle au moins, et destinée à alimenter le marché interne et externe est envisageable. La circulation des marchandises s’effectuait simultanément aussi bien du nord vers le midi, que des régions méditerranéennes vers le nord même si on peut supposer que ce dernier flux portait surtout sur des produits de haute qualité, exécutés à la commande62. La classe dirigeante germanique fut séduite par la réalisation des artisans romains, experts qui savaient réélaborer, suivant la mode et les tendances culturelles qui s’étaient entre-temps imposées, des objets d’usage quotidien qui caractérisaient le goût des populations de culture germanique.

Haut de page

Bibliographie

Amrein H. et Binder E.
1997, « Metallgewinnung und Schmiedekunst im Frühen Mittelalter », dans K. Fuchs, M. Kempa, R. Redies, B. Theune-Großkopf et A. Wais (dir.), Die Alamannen, Stuttgart, Archäologisches Landesmuseum Baden-Württemberg, p. 359-370.

Arnau C. A.
2007, « 1.3.2 Reliquie di Cesario di Arles », dans G. P. Brogiolo et A. Chavarría (dir.), I Longobardi. Dalla caduta dell’Impero all’alba dell’Italia, Catalogue de l’exposition, Torino-Palazzo Bricherasio, 28 septembre-9 janvier 2007, Milan, p. 98-99.

Aufleger M.
1996a, « Beinarbeiten und Beinverarbeitung », dans A. Wieczorek, P. Périn, K. Von Welck et W. Menghin (dir.), Die Franken wegbereiter Europas, Mayence, p. 640-649.

1996b, « Metallarbeiten und Metallverbeitung », dans A. Wieczorek, P.Périn, K. Von Welck et W. Menghin (dir.), Die Franken wegbereiter Europas, Mayence, p. 618-628.

Bazzanella M.
1997, « Gli oggetti di ornamento in osso : tecniche di lavorazione », dans EndrizziL. et Marzatico L. (dir.), Ori delle Alpi, Catalogue de l’exposition, Trento-Castello del BuonConsiglio, 20 juin-9 novembre 1997, Trente, p. 135-142.

Béal J.-C.
1984, « Les objets de tabletterie antique du Musée Archéologique de Nîmes », Cahiers des Musées et monuments de Nîmes, II, p. 5-120.

Bianchi C.
1995
, Spilloni in osso di età romana. Problematiche generali e rinvenimenti in Lombardia, Milan, Edizioni ET.

2007, « Strumenti e tecniche di lavorazione dell’avorio e dell’osso », dans M. David (dir.), Eburnea Diptycha. I dittici in avorio tra Antichità e Medioevo, Bari, p. 349-386.

Bierbrauer V.
1993, « Burgundi », Enciclopedia dell’Arte Medievale, IV, Milan, p. 10-15.

Chrzanovski L.
2007, « Le vie dell’avorio », dans David M. (dir.), Eburnea Diptycha. I dittici in avorio tra Antichità e Medioevo, Bari, p. 195-220.

David M.
2007, « Elementi per una storia della produzione dei dittici eburnei », dans M. David (dir.), Eburnea Diptycha. I dittici in avorio tra Antichità e Medioevo, Bari, p. 13-44.

De Grossi Mazzorin J., Minniti C.
1995, « Gli scavi nell’area della Meta Sudans (I secolo d.C.) », I Convegno Nazionale di Archeozoologia, Padusa Quaderni, 1, Padoue, p. 31-374.

Démians d’Archimbaud G.
1980, Les fouilles de Rougiers (Var). Contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Paris, Centre national de la recherche scientifique.

De Vingo P.
2007, « La lavorazione del corno e delle ossa animali », dans A. Frondoni (dir.), Il Tesoro svelato. Storie dimenticate e rinvenimenti straordinari riscrivono la storia di Noli antica, Catalogue de l’exposition, Noli-Fondazione Culturale S. Antonio, 8 juillet-16 septembre 2007, Genève, De Ferrari, p. 132.

Dijkman W. et Ervynck A.
1998, Antler, bone, ivory and teeth : the use of animal skeletal materials in Roman and early medieval Maastricht, Maastricht (Archaeologica Mosana I).

Drauschke J. et Banerjee A.
2007, « Zur identifikatio, herkunft und verarbeitung von elfenbein in der merowingerzeit », Archäologisches Korrespondenzblatt, Jahrgang 37, 1/2007, p. 109-128.

Egan G. et Pritchard F.
1991, « Beads. Bone », dans Medieval finds from excavations in London : 3. Dress accessories c. 1150-c. 1450, Londres, HMSO Publication Centre.

Elbern H. V.
1998, « Osso », Enciclopedia dell’Arte Medievale, IX, Milan, p. 1-5.

Fulep F.
1977, Roman cemeteries on the territory of Pecs, Budapest.

Gaborit D.
2003, « Le commerce de l’ivoire d’éléphant en Méditerranée au cours du Moyen Âge », dans Relations, échanges et coopération en Méditerranée, 128e congrès des Sociétés historiques et scientifiques, Bastia, avril 2003, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 146-147.

Gaborit-Chopin D.
1978, Ivoires du Moyen Âge, Fribourg, Office du livre.

1991, « Avorio », Enciclopedia dell’Arte Medievale, II, Milan, p. 780-796.

2003, Les ivoires médiévaux. ve-xve siècle, Catalogue de l’exposition (Paris, Musée du Louvre, 23 juin-30 août 2003), Paris.

2004, Ivoires de l’Orient Ancien aux Temps modernes, A. Caubet et D. Gaborit-Chopin (dir.), Catalogue de l’exposition (Paris, Musée du Louvre, 23 juin-30 août 2004), Paris.

Giesler J.
2007, « 4.7 Stele franca di Niederdollendorf », dans G. P. Brogiolo et A. Chavarría (dir.), I Longobardi. Dalla caduta dell’Impero all’alba dell’Italia, Milan, p. 217.

Giostra G.
2006, « Indicatori di status e di attività produttive dell’abitato », dans E. Micheletto (dir.), Longobardi in Monferrato. Archeologia della « Iudiciaria Torrensis », Museo Civico-Casale Monferrato, p. 63-98.

Goret F. J.
1997, « 
Le mobilier osseux travaillé découvert sur le site du Vieux Château de Château-Thierry (Aisne). ixe-xiie siècles », Revue Archéologique de Picardie, n° 3/4, p. 101-136.

2004, « Os, bois de cervidés et ivoire. Le mobilier en matières dures d’origine animale à Saint-Denis », Les Dossiers de l’Archéologie, n° 297, 10/2004, p. 116-117.

Guadagnin R.
1988, « Le travail de l’os. La tabletterie, matière et techniques », Un village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du vie siècle à l’an Mil, Paris, p. 301-304.

Hubert J., Porcher J. et Volbach F. W.
1980, L’Europa delle invasioni barbariche, Milan.

Knochlein R.
1996, « Symboltrachtig und wertoll : geweih, knochen und elfenbein », dans A. Wieczorek, P. Périn, K. Von Welck et W. Menghin (dir.), Die Franken wegbereiter Europas, Mayence, p. 989-992.

Lobisser W. F. A.
2005, « Versuche zum Bau von dreilagigen Beinkämmen », dans Experimentelle Archäologie in Europa, Sonderband 1, Oldenburg, p. 213-231.

Mac Gregor A.
1991, « Antler, Bone and Horn », dans English Medieval Industries. Craftsmen, Techniques, Products, J. Blair et N. Ramsay (dir.), Londres, p. 355-378.

Mannoni T. et Giannichedda E.
1996, Archeologia della produzione, Turin.

Martorelli R.
1993, « Cintura », Enciclopedia dell’Arte Medievale, IV, Milan, p. 794-797.

Murialdo G.
2001a, « I pettini ad elementi multipli », dans G. Murialdo et T. Mannoni (dir.), S. Antonino. Un insediamento fortificato nella Liguria bizantina, Florence, p. 525-529.

2001b, « La lavorazione dell’osso e del corno », dans G. Murialdo et T. Mannoni (dir.), S. Antonino. Un insediamento fortificato nella Liguria bizantina, Florence, p. 593-596.

Nastasi S. et Vay I.
1978, « Nota sul restauro e sulla tecnica di lavorazione di alcuni pettini ossei di Luni », Centro di Studi Lunensi, Quaderni, 3, p. 87-96.

Päffgen B. et Ristow S.
1996a, « Zur frühmittelalterlichen Elfenbeinkunst », dans A. Wieczorek, P. Périn, K. Von Welck et W. Menghin (dir.), Die Franken wegbereiter Europas, Mayence, p. 650-652.

1996b, « Die Religion der Franken im Spiegel archäologischer Zeugnisse », dans A. Wieczorek, P. Périn, K. Von Welck et W. Menghin (dir.), Die Franken wegbereiter Europas, Mayence, p. 738-744.

Pektović S.
1995, The Roman items of bone and antler from the territory of Upper Moesia, Belgrad.

Petitjean M.
1995, « Les peignes en os à l’époque mérovingienne. Évolution depuis l’Antiquité tardive », Antiquités Nationales, Bulletin publié par le Musée des Antiquités Nationales et par la Société des Amis du Musée et du Château de Saint-Germain-en-Laye, 27, Joué-Les-Tours, p. 145-191.

Plumier J., Plumier Torfs S., VanmechelenR., Mees N. et RobinetC.
2005, « Namuco fit. Namur du ve au viie siècle », dans J. Plumier et M.Regnard (dir.), Voies d’eau, commerce et artisanat en Gaule mérovingienne, Études et Documents, Archéologie, 10, Namur, p. 219-229.

Rolandi V. et Brajkovic A.
2007, « L’avorio. tipologia ed analisi », dans M. David (dir.), Eburnea Diptycha. I dittici in avorio tra Antichità e Medioevo, Bari, p. 333-349.

Schutz A.
1998, « Die Andechs-Meranier in Franken und ihre Rolle in der europaischen Politik des Mittelalters », dans U. Vorwerk et E. Schurr (dir.), Die Andechs-Meranier in Franken, Mayence, p. 3-54.

Tomasi M.
2003, « Avori », dans E. Castelnuovo et G. Sergi (dir.), Arti e storia nel Medioevo, Del costruire : tecniche, artisti, artigiani, committenti, II, Turin, p. 453-467.

Ulbricht I. V.
1984, « Die Verarbeitung von Knochen Geweich und horn im mittelalterlichen Schleswig », Ausgrabungen Schleswig Berichte und Studien, III, Berlin, p. 52-60.

Yvinec J.-H.
1988, « L’élevage et la chasse », dans Un village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du vie siècle à l’an Mil, Paris, p. 226-233.

Haut de page

Notes

1 Parmi ces sels de calcium, le phosphate de calcium (85 %) prévaut sur les autres ; on trouve également du carbonate de calcium (10 %) et, en moindre quantité, du phosphate de magnésium et du fluorure de calcium.

2 Goret 1997, p. 102-103 ; Aufleger 1996a, p. 640 ; Goret 2004, p. 116 ; Bianchi 2007, p. 360-363.

3 Aufleger 1996a, p. 641.

4 Bazzanella 1997, p. 135-136.

5 Il est également possible d’obtenir d’autres types d’ivoire à partir des défenses du Mammuthus primigenius (ivoire fossile), des canines des cerfs, des ours des cavernes (ivoire préhistorique), du Babirousa babyrussa asiatique et du Phacocoerus aethiopicus africain (Rolandi et Brajkovic 2007, p. 334-337).

6 Gaborit-Chopin 1991, p. 780 ; Tomasi 2003, p. 454 ; Drauschke et Banerjee 2007, p. 109.

7 Gaborit-Chopin 1991, p. 781 ; Tomasi 2003, p. 455 ; Bianchi 2007, p. 359-360 ; Drauschke et Banerjee 2007, p. 110 ; Rolandi et Brajkovic 2007, p. 337-338.

8 Tomasi 2003, p. 454 ; Bianchi 2007, p. 356-357 ; Drauschke et Banerjee 2007, p. 111-113.

9 Gaborit-Chopin 1991, p. 781.

10 Gaborit-Chopin 1991, p. 782-783.

11 Päffgen et Ristow 1996, p. 650-651 ; Chrzanovski 2007, p. 198-215.

12 Giostra 2006, p. 63-64.

13 Giostra 2006, p. 64.

14 Aufleger 1996a, p. 642.

15 Aufleger 1996b, p. 620-621 ; Giostra 2006, p. 64.

16 Amrein et Binder 1997, p. 359-360.

17 Aufleger 1996a, p. 642-643.

18 Une démonstration des modes d’utilisation des cors de bois des cerfs peut se faire en se rapportant à des pièces archéologiques de ce type provenant des niveaux du haut Moyen Âge du castrum de S. Antonino de Perti (Murialdo 2001a, p. 593-594), du village de la basse Antiquité et du haut Moyen Âge de Noli (de Vingo 2007, p. 132) dans la Ligurie occidentale, de celui de Mombello au sud du Piémont (Giostra 2006, p. 63-66) et de la documentation stratigraphique de l’établissement carolingien de Saint-Denis à proximité de Paris (Guadagnin 1988).

19 Dans les fouilles du village de Rougiers en Provence, si pour les xiie et xiiie siècles l’usage de quantités considérables de bois de cervidés pour alimenter une activité artisanale prolifique est attesté, à partir du xive siècle on utilisait aussi des os de volatiles sauvages et d’animaux domestiques ou semi-domestiques : moutons et chèvres surtout, mais aussi bovidés, porcs, ânes, chiens (Démians d’Archimbaud 1980, p. 425-426). L’étude des pièces ostéologiques du village carolingien de Saint-Denis a avancé l’usage de matières premières alternatives même pour le haut Moyen Âge (Yvinec 1988).

20 Goret 1997, p. 102-104 ; Ulbricht 1984, p. 54-55 ; Mac Gregor 1991, p. 355-357 ; Goret 2004, p. 116.

21 Dans la France centro-septentrionale, la découverte dans deux villages distincts de la période mérovingienne (à Villiers-le-Sec et à Baillet-en-France) de quantités considérables d’os fragmentaires, portant des signes sans équivoque de travail, a fait supposer l’existence d’une activité artisanale plutôt complexe. Il resterait à établir les modalités de réalisation, c’est-à-dire si le travail était exécuté par chaque individu à titre personnel, s’il existait de véritables ateliers spécialisés ou si les deux aspects coexistaient (Guadagnin 1988, p. 301-302).

22 Une confirmation de la diversification typologique des outils utilisés a été fournie par l’examen des déchets de travail en os de l’établissement de Saint-Denis, sur lesquels on a relevé principalement des marques de scie, des forages de perceuse et des écorchements de rouannes (Guadagnin 1988, p. 302-303).

23 Mannoni et Giannichedda 1996 ; Giostra 2006, p. 65 ; Bianchi 2007, p. 361-363.

24 Bazzanella 1997, p. 137-138.

25 Ibid., p. 138-139.

26 Aufleger 1996a, p. 644.

27 Bazzanella 1997, p. 139-140 ; Bianchi 2007, p. 366-368.

28 Aufleger 1996a, p. 645 ; Dijkman et Ervynck 1998, p. 49-53.

29 Bazzanella 1997, p. 140-141 ; Goret 1997, p. 101.

30 Bazzanella 1997, p. 140-141 ; Bianchi 2007, p. 363-364.

31 Gaborit-Chopin 1991, p. 785-786 ; Bianchi 2007, p. 357-360 ; Drauschke et Banerjee 2007, p. 114-115.

32 L’emploi de la perceuse permettait de forer en profondeur la surface de l’ivoire. Son utilisation ne se limitait pas aux parties décoratives, mais elle servait aussi à souligner la physionomie des personnages ou bien les détails de l’habillement (Gaborit-Chopin 1991, p. 795).

33 Aufleger 1996a, p. 646 ; Bianchi 2007, p. 368-369.

34 Gaborit-Chopin 1991, p. 787-788 ; Petitjean 1995, p. 165-166.

35 Aufleger 1996a, p. 646-647 ; Bianchi 2007, p. 352-356.

36 Guadagnin 1988, p. 303-304 ; Goret 1997, p. 131-134 ; Dijkman et Ervynck 1998, p. 53-59.

37 Ulbricht 1984, p. 56-57 ; Schutz 1998, p. 6-7.

38 À Rougiers, les manches des couteaux ou d’outils étaient principalement obtenus de cors de bois de cerf ou de chevreuil et, dans une moindre mesure, de tibias et de métapodes d’ovins et de porcs. Le produit fini était directement proportionnel au type de matière première employée. En effet, le bois de cerf ou de chevreuil comportait un travail long et élaboré qui limitait la production de plaquettes de revêtement et de manches pouvant être décorés de schémas géométriques. Les fouilles de Rougiers permettent également de penser que les os des ovins et des caprins étaient employés surtout pour réaliser des manches en une seule pièce au moyen d’une technique très approximative et tout à fait sommaire (Démians d’Archimbaud 1980, p. 428-430).

39 Petitjean 1995, p. 147-148 ; Petković 1995, p. 34-35 ; Aufleger 1996a, p. 640-641 ; Bazzanella 1997, p. 141 ; Goret 1997, p. 110 ; Dijkman et Ervynck 1998, p. 5-11 ; Murialdo 2001a, p. 593-594 ; Giostra 2006, p. 66.

40 Petitjean 1995, p. 171-174 ; Murialdo 2001a, p. 525-526 ; Lobisser 2005, p. 213-214.

41 Bierbrauer 1993, p. 13-14 ; Petitjean 1995, p. 155-158 ; Goret 1997, p. 122-124, fig. 13, p. 124 ; Dijkman et Ervynck 1998, p. 67-72 ; Gaborit-Chopin 2004, p. 114, fig. 124, p. 110.

42 Päffgen et Ristov 1996a, p. 650-651.

43 Päffgen et Ristov 1996b, p. 741-742 ; Giostra 2006, p. 67-70 ; Giesler 2007, p. 217.

44 Petitjean 1995, p. 152-153 ; Goret 1997, p. 123 ; Murialdo 2001, p. 526-529 ; Lobisser 2005, p. 215-217.

45 Nastasi et Vay 1978, p. 95-96 ; Petitjean 1995, p. 148-150 ; Goret 1997, p. 124, fig. 14, p. 126 ; Lobisser 2005, p. 220-225.

46 Aufleger 1996a, p. 647-648.

47 Aufleger 1996a, p. 648-649.

48 Bazzanella 1997, p. 140-141.

49 Bazzanella 1997, p. 141 ; Goret 1997, p. 104-110 ; Dijkman et Ervynck 1998, p. 73.

50 Gaborit-Chopin 1978, p. 38-44 ; Martorelli, 1993, p. 795.

51 Gaborit-Chopin 1978, p. 38 ; Martorelli 1993, p. 796 ; Arnau 2007, p. 98-99.

52 Bierbrauer 1993, p. 14-15.

53 Aufleger 1996a, p. 648-649 ; David 2007, p. 13-44 ; Drauschke et Banerjee 2007, p. 119-122.

54 Ulbricht 1984, p. 58-59.

55 Elbern 1998, p. 1-2.

56 De Grossi Mazzorin et Minniti 1995, p. 371-372 ; Bianchi 1995, p. 15-31.

57 Beal 1984, p. 10-11 ; Knochlein 1996, p. 989-990.

58 Egan et Pritchard 1991, p. 304.

59 Fulep 1977, p. 56-58.

60 Conservé à Essen en Allemagne septentrionale.

61 Elbern, 1988, 3-4.

62 Gaborit 2003, p. 147 ; Plumier, Plumier Torfs,Vanmechelen, Mees et Robinet 2005, p. 224-225.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Reconstitution d’un atelier de travail de la corne montrant les différentes phases de fabrication d’un peigne à éléments multiples. À noter, notamment, la présence d’une double rangée de dents fines et minces sur un côté et plus grandes et larges sur l’autre.
Crédits Aufleger 1996a, p. 648
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Fig. 2 Schéma des méthodes de découpe des bois de cerf (Ulbricht 1984).
Légende La moitié gauche de la figure illustre la façon dont ces bois étaient plus communément coupés à Hedeby, tandis que la moitié droite montre quelques-uns des produits principaux (et des rognures) générés par les industries. De nombreuses parties de ces bois étaient utilisées dans la fabrication de peignes (1-6) et permettaient également d’obtenir des peignes composites selon un nombre de phases bien précis (7). D’autres parties étaient utilisées dans la fabrication de divers articles plus petits (8-15).
Crédits Mac Gregor 1991
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 3 Pierre tombale travaillée et gravée, retrouvée à Niedeerdollendorf en Allemagne (1) (Päffgen et Ristow 1996a, p. 740-741), peignes en os à éléments multiples, denture simple et double denture différenciée (2-3) (Aufleger 1996a, fig. 508, p. 641), peignes en os à double denture différenciée avec étui pliable décoré par des gravures géométriques (4-5) (Ibid., fig. 507-509, p. 641-642), peigne éburné décoré (6-7) (Päffgen et Ristow 1996, fig. 519-520, p. 650). Un peigne ivoirin, à double denture différenciée, retrouvé dans une sépulture féminine à Griesheimer (Allemagne méridionale)46, n’a pas trouvé localement de parallèle : sa typologie et son décor tiré d’un répertoire iconographique s’inspirant du Nouveau Testament (transformation de l’eau en vin lors des Noces de Cana et Résurrection de Lazare) l’ont fait interpréter comme un objet parvenu dans le royaume franc parmi les biens personnels d’une femme importante47 (fig. 3 n° 6 et 3 n° 7).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Fig. 4 Poinçons de type I (1-8), poinçons de type IIA et IIB (9-13).
Crédits Goret 1997, fig. 3, p. 105 et fig. 4, p. 108
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Fig. 5 Boucle de ceinture avec représentation de saint Césaire (1) (Hubert, Porcher et Volbach 1980, p. 213), diptyque de saint Pierre et saint Paul (2), couverture de la Bible avec représentation de saint Lupicin (3).
Crédits Aufleger 1996a, fig. 514, p. 645
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16249/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 6 Représentation schématique de la répartition d’os métacarpiens et métatarsiens de bovins pour créer différents types de peignes.
Crédits Ulbricht 1984
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16249/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo de Vingo, « Le travail de l’os, de la corne et de l’ivoire animaux au cours des premiers siècles du haut Moyen Âge. Quelques exemples de nouvelles productions du royaume franc », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 17-30.

Référence électronique

Paolo de Vingo, « Le travail de l’os, de la corne et de l’ivoire animaux au cours des premiers siècles du haut Moyen Âge. Quelques exemples de nouvelles productions du royaume franc », Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16249 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.16249

Haut de page

Auteur

Paolo de Vingo

Université de Turin, Département des Sciences anthropologiques, archéologiques et historiques territoriales (SAAST).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals