Navigation – Plan du site

La crypte de l’abbaye Saint-Séverin à Château-Landon (Seine-et-Marne) : analyse architecturale d’un édifice de l’an Mil

The crypt of the Saint-Séverin Abbey at Château-Landon (Seine-et-Marne) : Architectural analysis of an edifice dating to the beginning of the second millennium.
Die Krypta der Severinsabtei in Château-Landon (Gâtinais, Seine-et-Marne) Bauforschungen an einer Kirche der Jahrtausendwende.
Stéphane Büttner, Fabrice Henrion, Claude de Mecquenem et Bénédicte Palazzo-Bertholon
p. 77-104

Résumés

En 1995, en raison d’un projet d’aménagement, une fouille de sauvetage a été programmée sur le site de l’ancienne abbaye Saint-Séverin à Château-Landon, dont les vestiges des cryptes n’étaient alors connus que de rares spécialistes et d’érudits locaux. Une première analyse archéologique démontra rapidement le grand intérêt de cet édifice qui s’ajoutait au corpus monumental des environs de l’an Mil dans cette région, corpus jusqu’alors peu étoffé. L’état très dégradé des maçonneries permit d’accéder au cœur des matériaux utilisés. Grâce à l’intervention des spécialistes concernés, les résultats de cette démarche se conformaient ainsi à l’indispensable pluridisciplinarité requise pour aborder les vestiges bâtis. La conclusion de ce travail éclaire d’un jour nouveau l’inclusion des remplois au sein de l’édifice, pratique qui, au-delà des faits matériels, révèle le poids symbolique attaché aux matériaux constituant l’enceinte sacrée de cette crypte.

Haut de page

Texte intégral

Introduction (Claude de Mecquenem)

  • 1 Cette fouille de sauvetage a été prescrite par le Service régional d’archéologie d’Île-de-France e (...)
  • 2 Il faut ici particulièrement remercier Christian Sapin (CNRS/CEM) et François Heber-Suffrin (Unive (...)
  • 3 Afin de permettre aux lecteurs l’identification des différentes participations constituant cet art (...)

1L’étude des vestiges médiévaux de l’ancienne abbaye Saint-Séverin a commencé en 1995 à la suite d’une intervention liée à un projet d’aménagement qui les menaçait1. Au cours de la fouille archéologique, plusieurs chercheurs sont intervenus permettant ainsi de mieux cerner l’intérêt du monument et d’orienter les modes opératoires en fonction des problématiques2. En outre, l’analyse des liants de cet édifice par Bénédicte Palazzo-Bertholon a contribué à mettre en évidence les évolutions techniques et la chronologie de cet ensemble monumental complexe. Par la suite, un travail complémentaire, mené par Fabrice Henrion et Stéphane Büttner, a mis en lumière les modalités du remploi de nombreux sarcophages du haut Moyen Âge au sein des maçonneries de la crypte, spécificité caractérisant cette construction3. Ces différentes interventions démontrent une fois encore l’indispensable complémentarité des approches et des disciplines. Seule leur utilisation conjointe peut conduire à mieux cerner la signification des gestes des constructeurs et la volonté des commanditaires.

1. Présentation topographique et historique du site (Claude de Mecquenem)

  • 4 Gauthier 1997, p. 237-240.
  • 5 Le récit de la guérison de Clovis serait l’œuvre de Faustus, moine d’Agaune, dont la première vers (...)
  • 6 préaud 2001, p. 14.
  • 7 bauchet 1997, p. 154.

2L’abbaye a été fondée autour du tombeau de saint Séverin, selon la tradition, abbé de Saint-Maurice d’Agaune-en-Valais au début du vie siècle. Doté de pouvoirs thaumaturgiques, il fut appelé auprès du roi Clovis Ier (481-511) alors alité à Paris du fait d’une fièvre incurable. L’intervention de l’abbé fut couronnée de succès et, après d’autres miracles, il repartit vers son monastère. En chemin, il fut attiré par un lieu propice à la vie érémitique et il décida de s’y arrêter4. Deux acolytes (Pascase et Urcisin), venant de l’abbaye toute proche de Ferrières-en-Gâtinais, l’auraient rapidement assisté : après sa disparition, ils auraient favorisé le développement d’un culte à sa mémoire et sollicité son intercession en faveur des vivants5. La tradition historique, fondée sur des sources très indirectes et lacunaires, signale la construction d’une première église sous l’égide de Childebert Ier (511-558)6. Le culte organisé autour de la sépulture de Séverin paraît alors suffisamment important pour susciter l’intervention de saint Éloi (588-660) qui fournit une châsse destinée à la conservation de ses reliques. Le premier monastère semble avoir été remplacé par une nouvelle construction commanditée par Hugues Capet (987-996) ; celle-ci s’inscrit dans la continuité des interventions royales en faveur de cet établissement religieux7.

  • 8 veissière 1961, p. 18.

3La rédaction de la plus ancienne version de la Vita Severini ne remonte pas au-delà du ixe siècle et son élaboration suggère la mise en place, à une date assez haute, d’une communauté de chanoines séculiers, par ailleurs historiquement attestée8. L’intérêt du pouvoir royal pour cet établissement est suscité par la proximité du pouvoir comtal, topographiquement matérialisé par un château établi à l’ouest de l’abbaye. Cette dernière est également associée au fonctionnement d’un atelier monétaire, dont les émissions débutent sous le règne de Charles le Chauve (869-877) pour s’achever sous celui de Louis VII (1137-1180).

  • 9 Le fossé qui séparait le château et l’abbaye de la ville médiévale pourrait être l’héritier d’une (...)

4Ces deux établissements sont implantés sur un promontoire rocheux dominant la vallée du Fusain (affluent du Loing) qui annonce, au sud, les plaines du Gâtinais. Cette topographie très marquée, assez inhabituelle pour la région, pourrait avoir été utilisée très tôt pour y établir un site fortifié comme cela était vraisemblablement le cas dès la protohistoire9. C’est donc dans la longue durée que prend place la collégiale qui est aux origines de la ville.

1.1. Origine et évolution du monument

  • 10 mecquenem et delattre 2005, p. 74-75.
  • 11 préau 2001, p. 24, 30 ; billat et piel 2004, p. 143-148.

5Les vestiges de l’église collégiale et de sa crypte sont aujourd’hui isolés de leur contexte architectural primitif. En effet, dès le xiie siècle, de profondes modifications accompagnèrent la réception d’une nouvelle règle monastique et l’affiliation à la congrégation de Saint-Victor. Le passage d’une communauté séculière à l’observance des chanoines réguliers entraîna la construction de bâtiments attenants à l’église faisant évoluer le plan vers une organisation reproduisant les schémas monastiques traditionnels. Ce dispositif, en partie reconnu au cours de la fouille menée en 1996, comprenait à l’est une salle capitulaire et un vaste réfectoire établi dans l’aile sud, seule aujourd’hui subsistante10. Cette refonte totale n’entraîna toutefois pas la disparition de l’ancienne collégiale, dont l’essentiel du gros œuvre fut conservé. Toutefois, plusieurs modifications furent apportées à l’église avec la réalisation d’un nouveau portail occidental et la mise en place d’un décor peint dans la crypte11.

  • 12 La longueur totale de l’église hors œuvre atteignait 65 m, le sanctuaire occupant à lui seul le ti (...)

6Les dimensions de l’église collégiale sont connues grâce à sa façade ouest, encore en partie conservée et aux dispositions de son élévation12. L’ensemble comprenait une nef bordée par deux bas-côtés prolongés par un chœur à chevet plat (fig. 1). Deux extensions rectangulaires s’articulaient sur les terminaisons orientales des collatéraux, formant ainsi, en plan, un transept débordant. Ce dispositif favorisait la cohérence des élévations : la séparation entre la nef et le sanctuaire n’était matérialisée que par des piliers tournés vers le vaisseau principal. La travée du chœur ainsi que la première travée ouest de la nef se démarquaient par des ouvertures (alliant sans doute des baies et des portes), suggérant la formalisation architecturale d’un espace d’accueil.

Fig. 1 Plan restitué de la crypte et de l’église supérieure.

Fig. 1 Plan restitué de la crypte et de l’église supérieure.

C. de Mecquenem, P. Pihuit, S. Eusèbe, INRAP, 2005

  • 13 Au nord, une intervention complémentaire menée par le SDASM au cours de l’année 1999 a confirmé la (...)

7Ce monument ne fut pas fondamentalement modifié au cours du Moyen Âge, l’ajout, avant le xiie siècle, de clochers aux jonctions extérieures des croisillons du transept et du sanctuaire constitue la principale transformation attestée13. Au cours de la guerre de Cent Ans, l’abbaye fut très endommagée par les raids anglais, ses bâtiments demeurant ruinés à l’issue de cet épisode. Une reconstruction fut programmée par le premier abbé commendataire Jacques d’Aubusson (1474-1519) qui modifia très profondément l’édifice roman. Une vaste cour rectangulaire occupa l’emplacement de la nef principale, les nouvelles galeries d’un cloître réservé à l’abbé étant aménagées à l’intérieur des anciens bas-côtés et contre la façade ouest qui étaient en partie conservés. La nouvelle abbatiale, qui succédait à cette cour vers l’est, fut élevée directement dans les vestiges du sanctuaire antérieur, ces derniers lui servant de cadre et de soubassement. Ce choix d’implantation entraîna la destruction des voûtes de la crypte et leur remplacement par un plancher, seul dispositif rendant possible l’imbrication de ces deux édifices. L’abbatiale subsista dans cet état, sans que la crypte soit jamais explicitement mentionnée, jusqu’à la suppression de l’établissement en 1792. La destruction fut rapidement programmée afin de vendre les matériaux : l’église resta en ruines jusqu’à la fin du xixe siècle (fig. 2). En 1893, l’installation d’une maison de retraite provoqua la démolition partielle des vestiges subsistants de l’abbatiale et c’est à l’occasion de « fouilles » organisées par le directeur de cette institution que fut découverte la crypte de l’ancienne collégiale.

Fig. 2 Vue des vestiges de l’église abbatiale à la fin du xixe siècle.

Fig. 2 Vue des vestiges de l’église abbatiale à la fin du xixe siècle.
  • 14 L’extension de la maison de retraite départementale réalisée suite à la fouille de 1997 recouvre e (...)

8Cette succession d’événements a abouti à un dérasement de la crypte romane qui a permis, avant la réalisation des derniers travaux, une lecture zénithale assez inhabituelle des maçonneries14 (fig. 3).

  • 15 prache 1983, p. 375-377 ; hubert 1961, p. 40-51.
  • 16 billat et piel 2004, p. 143-148 ; Dulau et Mayer 2004, p. 191.

9Avant 1996, cet édifice déconcertant n’avait bénéficié que de quelques mentions, sa construction étant généralement attribuée au xie siècle15. Les maçonneries ne comportaient aucun décor architectural permettant d’affiner cette chronologie, la découverte, au cours de sa première mise au jour, d’un important ensemble peint suggérant la prédominance de ce type d’ornementation dès l’origine. Les peintures découvertes au cours des dégagements réalisés entre 1927 et 1930 se situaient dans la partie orientale de la nef centrale de la crypte. Elles comprenaient deux panneaux principaux évoquant la guérison de Clovis Ier grâce à l’intervention de Séverin et une messe où le saint célèbre l’office, derrière un autel, en présence du roi et de la reine Clotilde. Sur le mur oriental attenant, deux personnages tronqués (le Christ et saint Jean-Baptiste ?) encadraient la fenêtre axiale dont les ébrasements recevaient des décors géométrisants. Le style des peintures évoquerait des réalisations situées entre le milieu et le troisième quart du xiie siècle16.

Fig. 3 Vue générale de la crypte depuis l’est en 1996.

Fig. 3 Vue générale de la crypte depuis l’est en 1996.

2. Descriptif de l’édifice (Claude de Mecquenem)

2.1. Plan et organisation générale

10La crypte de la collégiale comprend deux volumes principaux inscrits dans un plan général rectangulaire limité à l’est par un mur droit qui terminait la crypte et le chœur de l’église supérieure. La partie orientale était divisée en trois par deux murs déterminant une nef et deux bas-côtés. Quatre arcades en plein-cintre percent ces maçonneries permettant ainsi une circulation ou une vision depuis les bas-côtés vers l’espace central (fig. 3 et 4). Ce dernier est clos, à l’ouest, par une maçonnerie percée par une arcade en plein-cintre qui mettait en communication la partie orientale de la crypte avec une salle occidentale flanquée au nord et au sud par les couloirs d’accès. Les largeurs de ces derniers sont inférieures à celles des bas-côtés, un décrochement signalant de ce fait leurs jonctions (fig. 1 et 5).

Fig. 4 Localisation des fragments de sarcophages - couloir sud.

Fig. 4 Localisation des fragments de sarcophages - couloir sud.

Fig. 5 a) – Relevé de la jonction du couloir d’accès sud avec la nef (vue est/ouest), b) - Relevé de la jonction du couloir d’accès sud avec la nef (vue nord/sud).

Fig. 5 a) – Relevé de la jonction du couloir d’accès sud avec la nef (vue est/ouest), b) - Relevé de la jonction du couloir d’accès sud avec la nef (vue nord/sud).

11Au sud, une autre extension souterraine, sans communication directe avec la crypte, est également présente. Sa fonction architecturale renvoie aux contraintes topographiques du site qui accuse une pente importante sur son flanc méridional. Cette salle rectangulaire, voûtée d’un berceau en plein-cintre, permettait la mise en place d’un niveau cohérent avec l’intérieur de l’église supérieure. À l’ouest, une porte autorisait l’accès depuis la terminaison orientale du bas-côté sud et vers l’est, un arc épousant la largueur de son volume architectural semble annoncer sa clôture orientale (fig. 6). Un dispositif du type arcosolium adossé à un mur droit est envisageable, mais la conservation de revêtements sur sa face orientale pourrait également signaler l’existence d’un prolongement aujourd’hui disparu de l’espace conservé.

Fig. 6 Vue de la clôture orientale de la salle attenante à la crypte au sud.

Fig. 6 Vue de la clôture orientale de la salle attenante à la crypte au sud.

2.2. Accès et circulations

12On accédait à la crypte par deux couloirs latéraux aboutissant, à l’ouest, à la jonction architecturale de la nef et du sanctuaire. Une porte latérale, établie dans le couloir d’accès nord, complétait ce dispositif permettant ainsi une communication directe vers l’extérieur avant la construction du croisillon nord (fig. 7). Au xve siècle, après la reconstruction de l’église supérieure, un accès central occidental fut mis en place ainsi que deux nouvelles portes latérales (l’une au nord, l’autre au sud). Ces passages assuraient une liaison directe avec le cimetière, au nord, et avec la partie conventuelle de l’abbaye, au sud. Les couloirs latéraux étaient couverts de voûtes en plein-cintre. Des baies éclairaient primitivement les couloirs, mais à l’instar de la porte latérale nord, ces ouvertures furent occultées par la mise en place des croisillons du transept de l’église supérieure. Une transformation en fenestella est probable, concernant l’une de ces ouvertures (couloir d’accès nord).

13Les portes occidentales des couloirs d’accès sont en partie conservées notamment au sud. Ce dispositif mettait en communication la crypte avec la nef centrale de l’église supérieure à l’entrée du sanctuaire (jonction avec les croisillons du transept). Ces ouvertures, dont les piédroits sont toujours en place, s’adossaient contre la clôture occidentale de la crypte détruite après la reconstruction du xve siècle. Vers l’extérieur, ces passages respectaient l’alignement déterminé par les murs gouttereaux de la crypte, cette dimension étant reprise pour la largeur de la nef centrale de l’église supérieure.

14Des dispositifs de fermeture, comprenant portes et serrures, étaient présents aux extrémités orientales des couloirs latéraux, signalant clairement, dès l’origine, un contrôle des accès à la crypte.

15Aucune trace spécifique de carreaux de pavement, de plancher, ou de dallage n’a été décelée concernant les sols de la crypte ou de son extension méridionale. L’observation d’une stratification ancienne, intégrant des artefacts protohistoriques (fosses, silos…) et des inhumations antérieures à la construction de l’édifice roman, confirme les altitudes attribuables aux niveaux de circulation associés à ce même édifice. Les changements de matériaux (origines géologiques, dimensions et mise en œuvre) observables à la base des maçonneries valident ces données et concourent à la restitution de sols cohérents en continuité avec celui de la salle centrale occidentale. Cette unité est rompue par les couloirs d’accès qui décrivent une légère pente prolongée à l’ouest par une volée de marches pour le franchissement d’un dénivelé final plus accentué.

16Les sols de la salle méridionale étaient établis à la même altitude. Pour cette dernière, comblée depuis la destruction de l’église à la fin du xviiie siècle, les données issues de la fouille aboutissent à la restitution d’un sol en terre reposant directement sur la roche calcaire, substrat géologique du site. La même conclusion s’impose concernant la crypte elle-même, cette restitution demeure toutefois tributaire des dégagements menés au cours des années 1920-1930.

2.3. Les élévations

  • 17 Büttner et Henrion 2004, p. 4.

17Les parements conservés de la crypte ont été largement restaurés depuis leur découverte, ces réfections altérant les revêtements et les joints médiévaux. Il faut toutefois rappeler la persistance, lors de la mise au jour de ces vestiges, de peintures qui ornaient les élévations de la nef centrale et du mur oriental de la crypte. Ces décors, attribués au xiie siècle, dissimulaient aux regards les matériaux aujourd’hui observables. Cette pratique est souvent associée à des moellonages ou à des appareils de petites dimensions ici largement utilisés. Ces blocs définissent des assises dont les hauteurs s’échelonnent de 15 à 20 cm en moyenne, les pierres adoptant des formes relativement irrégulières (fig. 5, 7 et 8). Elles ont deux origines principales : les unes sont d’extraction locale alors que les autres remploient des matériaux liés au débitage de sarcophages du haut Moyen Âge17. Les assises ainsi constituées se conforment, la plupart du temps, aux hauteurs déterminées par les parements formant les angles des maçonneries ou les piédroits des baies et des arcs.

Fig. 7 Localisation des fragments de sarcophages - couloir nord.

Fig. 7 Localisation des fragments de sarcophages - couloir nord.

Relevé C. de Mecquenem, infographie S. Eusèbe, Inrap, F. Henrion, S. Büttner, CEM.

Fig. 8 Localisation des fragments de sarcophages - mur extérieur est.

Fig. 8 Localisation des fragments de sarcophages - mur extérieur est.

Relevé C. de Mecquenem, infographie S. Eusèbe, Inrap, F. Henrion, S. Büttner, CEM.

  • 18 L’absence de décor peint ou d’enduit sur cet ébrasement suggère le maintien de cet état dès le xie(...)

18Un ébrasement d’une des baies de la crypte, protégé par une modification effectuée au xve siècle puis détruite en 1996 lors de travaux des Monuments historiques, présente des joints parfaitement conservés18. Ces derniers, très larges (de 3 à 5 cm), sont irréguliers, non biseautés et ils débordent sur les blocs très allongés en partie issus du débitage de sarcophages. Ces mêmes matériaux sont mis en œuvre pour les contreforts extérieurs du chœur où des sections de cuves sont directement intégrées à ces épaulements. Ces remplois forment également les angles recevant les arcades de la partie centrale de la crypte, comme ceux des jonctions des bas-côtés avec les couloirs d’accès.

19Les hauteurs des assises de moellons augmentent sensiblement et se régularisent pour la clôture séparant la partie orientale de la crypte de la salle ouest, où ces assises sont associées à du moyen appareil. Cette remarque se vérifie pour les parements en petit appareil et moyen appareil associés à la clôture occidentale de la salle située sous le croisillon sud de l’église supérieure, les parois internes de ce même espace étant constituées de blocs sensiblement plus longs.

20L’éclairage primitif de la crypte est, en grande partie, conservé, l’emplacement des fenêtres demeurant parfaitement lisible. Toutes ces ouvertures disposent d’un ébrasement intérieur simple assez marqué et leurs dimensions répondent à un module constant. Les couvertures des baies sont, en revanche et pour la majorité d’entre elles, détruites ou fortement altérées. Toutefois, ces dernières étaient, au regard des claveaux partiellement conservés, couvertes d’arcs en plein-cintre. Les angles des piédroits et des ébrasements étaient constitués de blocs plus importants, probablement issus d’un débitage de sarcophages comme une partie de leurs claveaux. L’une de ces ouvertures conserve encore sa couverture, partiellement masquée par la construction du croisillon nord de l’église supérieure. Située dans le couloir d’accès nord, cette fenêtre comprend, à l’extérieur, un linteau monolithe accueillant sur sa face inférieure un arc segmentaire, ce même bloc étant non extradossé pour sa partie supérieure. Ce dispositif ne semble pas avoir été appliqué aux autres ouvertures de dimensions plus importantes qui se répartissent dans la partie orientale de la crypte (une baie dans l’axe des bas-côtés et dans celui de la nef centrale à l’est, deux ouvertures pratiquées dans les murs gouttereaux des bas-côtés). Les deux autres baies sont situées à l’est des couloirs d’accès, la topographie du terrain interdisant la réalisation d’ouverture plus à l’ouest.

21La présence de fenestellae est envisageable à l’ouest, mais aucune trace n’en demeure aujourd’hui, les murs latéraux de l’espace occidental étant sans doute aveugles dès l’origine.

22Aucune pile, ni aucun support composé n’est présent à l’intérieur de la crypte ou de l’église supérieure. Les réceptions d’arcs ou d’ouvertures sont assurées par des piles rectangulaires (élévations latérales de la partie orientale de la crypte, nef de l’église supérieure) ou par des angles de maçonnerie. À l’extérieur, des contreforts raidissent les élévations. Quatre sont présents à l’est (deux sont encore visibles, les deux autres sont en partie masqués par les maçonneries postérieures), ces épaulements scandent le chevet plat commun à la crypte et au sanctuaire superposé (fig. 3). Les contreforts, faiblement saillants (0,50 m) reposent sur une base quadrangulaire plus large que leurs sections et plus haute que le ressaut qui signale, pour les parois murales adjacentes, la jonction entre les fondations et les élévations. Les deux contreforts centraux ne sont pas implantés dans le prolongement des élévations intérieures, mais légèrement décalés vers l’axe médian de l’édifice. Les épaulements externes répondent, en revanche, à l’alignement des murs gouttereaux de la crypte. Deux autres renforts extérieurs, présents aux extrémités occidentales des bas-côtés, étaient complétés (au moins avec certitude au sud) par deux autres dispositifs similaires établis au droit des entrées des couloirs d’accès.

23Un autre épaulement, identifié au sud, se justifie par la présence de l’arc qui termine, vers l’est, les élévations de la salle souterraine située sous le croisillon méridional de l’église supérieure. Ici, un moyen appareil régulier a été mis en œuvre alors que la totalité des autres épaulements extérieurs utilisent, comme parements, des blocs issus de sarcophages débités.

24L’ensemble de la crypte était, dans son état primitif, couvert de voûtes maçonnées comme le suggèrent les vestiges encore présents dans les couloirs d’accès latéraux. L’observation d’un départ d’arc à l’ouest de la nef centrale de la crypte étaie cette interprétation, renforcée par le nécessaire soutènement des sols et des élévations du sanctuaire de l’église supérieure. Les épaisseurs des maçonneries sont compatibles avec cette restitution et les faibles largeurs des volumes architecturaux concernés ne semblent pas contredire cette analyse. Ainsi, la présence de berceaux longitudinaux paraît probable pour les états anciens de la crypte, ces derniers couvrant les bas-côtés et la nef centrale de sa partie orientale. La base des couvertures en plein-cintre est observable dans les couloirs d’accès (au nord comme au sud) et l’un des sommiers des arcs, qui terminait ces voûtes à l’est, était encore visible en 1996. Il s’agissait d’un claveau extradossé comprenant un large joint simulé régulier.

25Les matériaux qui constituent les voûtes sont proches du petit appareil des parements. La couverture de la salle souterraine sud est, dans son principe, très proche des voûtes construites sur la crypte, un vaste berceau longitudinal dépourvu de doubleau prolongeant, sans aucun intermédiaire, l’élévation des murs. Les blocs qui composent les parements de cette voûte sont en revanche assez différents, ils adoptent des formes sensiblement plus allongées, composant des assises de plus faible hauteur que celles de la base des couvertures de la partie centrale de la crypte.

  • 19 Büttner et Henrion 2004.

26Les arcades latérales permettant le passage des bas-côtés vers la nef centrale ont un profil en plein-cintre. Les intrados, constitués de mortiers et de moellons, sont encadrés par les claveaux. Les jonctions des extrados avec les murs superposés montrent, sans équivoque, la dissociation complète des arcades et des maçonneries, les mortiers de ces différents ensembles étant séparés par une ligne de fracture. Les claveaux de ces arcades, pour la plupart, rectangulaires ou très faiblement trapézoïdaux sont, pour partie, issus du débitage de sarcophages, comme ceux des arcs des fenêtres19. L’arc en plein-cintre qui sépare la nef centrale de la crypte de la salle qui la prolongeait à l’ouest est proche de ces mêmes techniques, même si ces piédroits sont composés de blocs formant un moyen appareil. En revanche, l’arc oriental de la salle méridionale est composé de claveaux réguliers trapézoïdaux plus larges.

3. La chronologie relative du monument (Claude de Mecquenem)

  • 20 Mecquenem 1997.
  • 21 Büttner et Henrion 2004.
  • 22 Palazzo-Bertholon 1997 ; Id. 1999.
  • 23 L’amoindrissement des largeurs des bas-côtés dans les couloirs d’accès à la crypte plaide égalemen (...)

27L’analyse archéologique de l’édifice20, de ses matériaux21 et de ses mortiers22 souligne la complexité de cette construction bâtie au cours de plusieurs campagnes de travaux distinctes. La phase la plus ancienne comprend la partie orientale de la crypte, physiquement et structurellement dissociée des espaces architecturaux situés à l’ouest (fig. 9). Ce volume, composé d’une nef centrale et de deux bas-côtés, était conçu comme un ensemble cohérent initialement prévu pour être prolongé, vers l’ouest, par des élévations différentes de celles encore visibles. Cette analyse repose sur l’observation des piles occidentales des élévations intérieures, dont les angles appareillés sont situés beaucoup plus haut que les départs des arcades qui les précèdent à l’est. Une élévation plus développée était donc initialement envisagée, probablement à l’emplacement d’un édifice antérieur, aujourd’hui totalement disparu, contre lequel se sont adossées les constructions de la première phase de travaux23. La disposition des contreforts latéraux est à ce titre très significative, leurs emplacements respectifs marquant les angles de cet édifice, sans tenir compte des développements ultérieurs de la collégiale. Ainsi, la partie la plus ancienne de la crypte doit-elle être perçue comme l’augmentation orientale d’un sanctuaire disposant de deux niveaux superposés, le premier, entièrement voûté, faisant office de soubassement d’un point de vue architectural et de crypte au sens liturgique.

Fig. 9 Plan de la crypte et des différentes phases de travaux identifiées.

Fig. 9 Plan de la crypte et des différentes phases de travaux identifiées.

Relevé C. de Mecquenem, infographie S. Eusèbe, Inrap.

28La seconde phase comprend la mise en place de murs gouttereaux établis dans le prolongement de ceux de la partie orientale de la crypte, ces maçonneries étant associées à la construction des couloirs d’accès. Ce dispositif, à l’instar de la première campagne de travaux, est soumis à d’importantes contraintes topographiques probablement liées à l’encagement progressif d’un lieu de culte antérieur. Au sud comme au nord, les élévations extérieures des couloirs sont visibles et elles présentent des enduits lissés, des contreforts extérieurs et des baies établies aux mêmes altitudes que celles de la partie orientale de la crypte. La terminaison du couloir sud signale l’existence d’une élévation achevée, appartenant à un état antérieur d’une nef reconstruite. La mise en place des fondations continues des piles quadrangulaires de cette même nef a effectivement entraîné la destruction des élévations précédentes et le rehaussement des altitudes des niveaux de circulation (fig. 5a et 5b). Les contradictions entre ces deux organisations soulignent un changement de plan au cours du chantier sinon la destruction complète d’un premier état et son remplacement par une structure de type basilical pour l’église supérieure.

29L’adjonction d’un nouvel espace souterrain voûté, au sud de la crypte, participe de cette même démarche. Le plan adopté pour la nouvelle église nécessitait la mise en place d’extensions servant de soubassement aux parties de la construction extérieures au périmètre des architectures initialement construites. Ces extensions, au nord et au sud, obèrent les ouvertures primitives (baies et porte) comme les contreforts latéraux.

30La construction et le remplacement de l’édifice antérieur à la crypte répondent donc au fonctionnement effectif d’un nouvel espace occidental encadré par les couloirs d’accès et borné à l’ouest par une maçonnerie orientée nord-sud prolongeant leurs terminaisons occidentales. Cette organisation renvoie aux dimensions déterminées par la nef centrale de l’église supérieure, les accès se trouvant intégrés à la partie centrale du sanctuaire, à la jonction architecturale de ce dernier et des nefs.

31Pour ce dernier état, la salle occidentale encadrée par les couloirs d’accès joue le rôle d’une confession, les espaces orientaux accueillant une liturgie organisée autour de la mémoire de Séverin, comme les décors peints du xiie siècle découverts au siècle dernier le suggèrent.

4. Datation de l’édifice (Claude de Mecquenem)

  • 24 Mecquenem 1997, p. 131.
  • 25 Sapin 2000b, p. 263.
  • 26 On peut évoquer le cas de nombreux édifices ibériques à l’exemple de la Camara Santa d’Oviedo, cet (...)

32Si la chronologie relative de ce monument paraît assez claire, il est en revanche plus difficile d’apporter des éléments de datation absolue. En dépit de la fouille de la totalité de la surface des cryptes, aucun artefact archéologique n’a apporté de repère chronologique associé à la mise en place de l’édifice. Hormis la présence d’inhumations (probablement carolingiennes) et d’un édifice antérieur attribuable au haut Moyen Âge, seule la refonte du xiie siècle borne l’ensemble des différents états précédemment décrits24. Toutefois, des comparaisons avec d’autres contextes monumentaux fournissent quelques repères utiles. Le parallèle déjà établi avec le mode d’implantation des contreforts, décalés par rapport à l’axe des divisions internes qu’ils sont censés renforcer, évoque les dispositifs présents à Saint-Germain d’Auxerre (fin du xe siècle ?) et à Saint-Guilhem-le-Désert (ixe siècle)25, ou encore les plans et les élévations de certains édifices de l’Espagne mozarabe qui s’inspiraient de l’architecture du haut Moyen Âge26.

Fig . 10 Vue d’un des contreforts (façade occidentale) de la collégiale de Bray-sur-Seine (Seine-et-Marne).

Fig . 10 Vue d’un des contreforts (façade occidentale) de la collégiale de Bray-sur-Seine (Seine-et-Marne).
  • 27 Concernant la chronologie de cet édifice, se référer aux travaux de M. Robreau. Robreau 1984, p. 1 (...)
  • 28 Cet édifice intègre de nombreux vestiges antérieurs à sa refonte réalisée au milieu du xiie siècle (...)
  • 29 Seule cette façade ouest subsiste aujourd’hui et elle comprend un contrefort intégrant de cuves de (...)
  • 30 L’église paroissiale de Mondreville, toute proche de Château-Landon, illustre la diffusion de cett (...)
  • 31 Les piles de la nef de cette priorale intègrent de nombreux fragments de sarcophages probablement (...)
  • 32 L’étude en cours de cette priorale a démontré l’appartenance à la première moitié du xie siècle de (...)

33Les caractéristiques techniques des maçonneries de la crypte, qui mêlent petit appareil, opus spicatum et remploi de sarcophages débités, se rattachent à toute une famille d’édifices dont les plus anciens exemples attestés sont attribués aux xe-xie siècles. Il faut, en particulier, évoquer les vestiges de la collégiale Saint-Lubin à Châteaudun dont les contreforts sont constitués de pierres plates posées à l’horizontale, appareil proche de celui des contreforts qui scandent les terminaisons occidentales du premier état de la crypte Saint-Séverin27. Pour les contreforts, une mise en œuvre différente de matériaux du même type est visible à Bray-sur-Seine (Seine-et-Marne)28 et à Ablis (Yvelines)29, où les cuves sont débitées en quart ou en plaques, ce qui permet la constitution d’assises très hautes se rapprochant des épaulements orientaux ou des piédroits des arcades de la crypte de Château-Landon (fig. 8 et 10). Il existe de nombreux autres exemples de remploi de sarcophages pour des angles de maçonnerie. Ils sont souvent associés à des appareils en arête de poisson ou à du petit appareil régulier, comme l’illustrent les églises de Mondreville (Seine-et-Marne)30 ou de l’Isle-Aumont (Aube)31 (fig. 11 et 12). Dans ce contexte géographique, ces exemples évoquent systématiquement un horizon chronologique antérieur au xiie siècle. L’étude actuellement menée sur l’ancien prieuré de Saint-Germain-Laval, proche de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne), confirme l’attribution de ces faciès spécifiques à la première moitié du xie siècle32.

Fig . 11 Angle de la façade ouest de la paroissiale de Mondreville (Seine-et-Marne).

Fig . 11 Angle de la façade ouest de la paroissiale de Mondreville (Seine-et-Marne).

Fig . 12 Vue d’un des piliers de la nef du prieuré de l’Isle-Aumont (Aube).

Fig . 12 Vue d’un des piliers de la nef du prieuré de l’Isle-Aumont (Aube).
  • 33 À titre d’exemple, le clocher et la nef de l’abbatiale de Saint-Germain-des-Prés démontrent la con (...)
  • 34 L’observation des paroissiales de Paroy, de Savins, de Recloses, d’Ecuelles ou encore Notre-Dame d (...)
  • 35 Les provenances différentes des matériaux mis en évidence au cours de cette étude corroborent les (...)

34Pour autant, les disparités techniques mises en évidence à Saint-Séverin (opposition sarcophages remployés/moyen appareil régulier), qui caractérisent les différentes phases déterminées par la chronologie relative, ne doivent pas influencer la datation de l’édifice. En effet, en Île-de-France comme ailleurs, la généralisation du moyen appareil régulier est précoce33 et cette technique est souvent associée à l’opus spicatum, par ailleurs massivement présent au sein de nombreuses constructions, pour la plupart nettement antérieures au xiie siècle34. Selon ces données, confirmées par l’analyse des traces de taille ou de retaille des pierres, par la chronologie relative du site et par les différenciations issues de l’analyse des mortiers, l’attribution à la fin du xe siècle ou au début du xie siècle des parties les plus anciennes de la crypte de la collégiale Saint-Séverin paraît raisonnable, les phases plus récentes du chantier s’échelonnant au cours de la première moitié de ce même siècle35.

5. Nature et origine de la pierre à bâtir (Stéphane Büttner et Fabrice Henrion)

35Les parements des différentes parties de la crypte et de l’église supérieure sont principalement constitués de moellons formant un petit appareil régulier, disposé parfois en opus spicatum. Au niveau des soubassements des murs, des pierres de gros modules ont été directement disposées sur le substrat géologique, afin d’asseoir au mieux la structure. Mais c’est surtout l’emploi massif de fragments de sarcophages qui est le plus frappant. En effet, les piles isolées qui reçoivent les arcades de la crypte, les baies subsistantes de ce même espace (fig. 13), les contreforts qui épaulaient le chevet (fig. 8) et les élévations extérieures des couloirs latéraux (fig. 7 et 4) contiennent de très nombreux fragments de cuves de sarcophages, aisément reconnaissables. Les piles de la nef, les piédroits de la clôture occidentale de la crypte et ceux de la porte ouest des salles situées sous le croisillon sud font exception à cette règle, un moyen appareil régulier supplantant, dans ce cas, le remploi d’éléments de sarcophages.

Fig. 13 Localisation des fragments de sarcophages - confession mur ouest.

Fig. 13 Localisation des fragments de sarcophages - confession mur ouest.

Relevé C. de Mecquenem, infographie P. Pihuit, Inrap, F. Henrion, S. Büttner CEM

  • 36 Blanc et Lorenz 1985.

36La caractérisation des matériaux, du point de vue de leur nature et du traitement technique subi, présente plusieurs intérêts. Il est nécessaire de déterminer la nature pétrographique des différents types de pierre utilisés pour comprendre s’il s’agit d’une production locale ou importée. Cette question apparaît primordiale en ce qui concerne les sarcophages dont on sait qu’ils ont pu être transportés sur de longues distances36. Pour y répondre, de nombreux prélèvements ont été réalisés sur des pierres encore en place dans les maçonneries.

5.1. Le petit appareil

37Soumis à l’étude pétrographique les faciès géologiques montrent que les ressources locales ont été largement sollicitées pour la construction de la crypte de Saint-Séverin, quelles que soient les phases concernées. C’est le cas de la majeure partie des moellons de parements et des pierres d’encadrement d’ouvertures. On notera en particulier l’utilisation du calcaire de Château-Landon qui constitue l’essentiel des parements de la crypte (Ludien). Des carrières ont d’ailleurs été ouvertes sur la commune même (fig. 14) et d’autres jalonnent la limite est du Gâtinais, dans la vallée du Fusain et sur les versants de la vallée du Loing, au nord de Château-Landon.

Fig. 14 Carte géologique schématique des environs de Château-Landon.

Fig. 14 Carte géologique schématique des environs de Château-Landon.

38De manière beaucoup plus limitée, on remarque également l’utilisation du calcaire lacustre du Gâtinais (Stampien), concentré dans les salles sud de la crypte et qu’il faut peut-être associer à une phase de restructuration des espaces. Les niveaux géologiques dans lesquels ce type de calcaire a pu être exploité s’étendent sur toute la rive gauche du Loing en aval de Château-Landon, mais aussi, en proportion moindre, sur la rive droite. Enfin, on notera la présence d’un bloc de grès de Fontainebleau dont les affleurements les plus proches se situent à quelques kilomètres au nord de la ville de Château-Landon (« Le bois des Roches »).

39En l’état actuel des recherches, il n’est, bien entendu, pas possible de préciser quelles carrières ont pu alimenter les chantiers de construction et de restructuration successifs de l’édifice. Aucune trace d’exploitation antérieure au xixe siècle n’a été observée lors des visites des carrières locales. Nombre d’entre elles sont d’ailleurs aujourd’hui remblayées. Cependant, les exploitations situées au pied même de Saint-Séverin peuvent être considérées comme anciennes compte tenu des maisons d’habitation appuyées sur les fronts de taille.

5.2. Les éléments de sarcophages en remploi

  • 37 Mégnien 1980.
  • 38 Büttner et Henrion 2001a.

40L’analyse pétrographique s’est surtout concentrée sur ces éléments. Près d’une quarantaine de fragments identifiés comme provenant de sarcophages ont été étudiés. Quatre sarcophages conservés dans les dépôts lapidaires ont fait l’objet d’une analyse similaire. Il apparaît que ces éléments remployés présentent plusieurs faciès calcaires. L’un blanc, tendre et micritique, contenant parfois quelques graves calcaires, correspond en tout point au calcaire pur du Kimméridgien (Jurassique supérieur). Connu sous le nom de « pierre de Tonnerre37 », ce type de calcaire a été exploité dans toute l’auréole géologique qui traverse le département de l’Yonne d’est en ouest. On remarque cependant une concentration des exploitations à proximité des principales voies navigables (l’Yonne et ses affluents). Ce faciès a déjà été identifié comme source effective pour la confection des sarcophages38.

  • 39 Poulain 1954.

41Moins d’une dizaine de fragments présentent un autre faciès calcaire, provenant sans doute une nouvelle fois de l’Yonne. Il s’agit d’un calcaire blanc, oolithique et contenant de nombreux débris d’organismes tels que des polypiers, des fragments de lamellibranches et d’échinodermes. Ce faciès correspond en tout point à celui observé sur les fronts de taille des carrières de sarcophages de la région d’Arcy-sur-Cure39 (carrière de « La Roche Taillée »). S’il est impossible d’établir un lien direct entre ces célèbres carrières et le lot de fragments étudié, il apparaît que ces sarcophages ont cependant très certainement été extraits de l’avant récif icaunais (Oxfordien - Jurassique supérieur).

5.3. La typologie des sarcophages et des fragments de sarcophages

5.3.1. Les sarcophages conservés dans le dépôt lapidaire

42Quatre sarcophages, mis au jour lors des opérations menées de 1995 à 1999, sont actuellement conservés avec d’autres éléments lapidaires dans un terrain appartenant à la maison de retraite. Ces sarcophages sont simplement stockés et plus ou moins protégés par des bâches de plastique noires ou translucides qui n’ont pas manqué d’entretenir une atmosphère peu propice à conservation des objets. Ces conditions ont provoqué une dégradation importante des matériaux. Malgré leur état de conservation médiocre, nous avons pu faire un certain nombre d’observations.

Fig. 15 Typologie des sarcophages.

Fig. 15 Typologie des sarcophages.
  • 40 Outils à percussion lancée au tranchant perpendiculaire au manche, pouvant avoir également un tran (...)
  • 41 Henrion 2000 et Id. 2004.

43Les quatre cuves (aucun couvercle n’est conservé) appartiennent au groupe D de notre typologie (fig. 15), établie à partir d’un corpus bourguignon, caractérisé par un travail de taille (au moins la finition) réalisé à la polka40 (fig. 16). Si l’évidement des cuves a nécessairement été effectué au pic, la polka est systématiquement intervenue en finition. Un seul d’entre eux (S.043) présente un « décor » de brochage alterné sur son panneau de tête, alors que le panneau de pied est simplement traité à la polka. Les trois autres sarcophages sont traités uniquement à la polka. Sur un autre exemplaire (S.101), les arêtes extérieures et intérieures sont chanfreinées. D’un point de vue morphologique (morphologie des cuves calculée à partir de la méthode des indices de trapézoïdalité, de surbaissement et d’épaisseur41), seules la trapézoïdalité et l’épaisseur (fig. 17) ont pu être observées, l’état de conservation des cuves ne permettant pas de travailler sur leur surbaissement. Ces sarcophages sont trapézoïdaux et leurs parois sont moyennes (fig. 15).

Fig. 16 Sarcophage du groupe D conservé dans le dépôt lapidaire.

Fig. 16 Sarcophage du groupe D conservé dans le dépôt lapidaire.

Fig. 17 Données sur la morphologie des sarcophages (indices de trapézoïdalité et d’épaisseur).

Fig. 17 Données sur la morphologie des sarcophages (indices de trapézoïdalité et d’épaisseur).

44En plus de se distinguer par sa lithologie (type 4b - Oxfordien, alors que les autres sont de types 2 et 3 - Kimméridgien) et par la présence d’un brochage alterné sur son panneau de tête, S.043 présente un indice de trapézoïdalité (0.505) qui le situe à la limite de la catégorie inférieure (légèrement trapézoïdal) et un indice d’épaisseur situé à la limite de la catégorie supérieure (parois épaisses) (fig. 16).

  • 42 Auxerre, Bierry-les-Belles-Fontaines et Escolives-Sainte-Camille (Yonne).
  • 43 Büttner et Henrion 2001b, p. 29.
  • 44 Henrion 2000.

45Si l’on prend strictement en compte la morphologie et par comparaison avec des exemplaires du même groupe mieux datés par la stratigraphie, le mobilier ou des analyses archéométriques42, ces sarcophages peuvent appartenir au viie siècle, l’absence de mobilier associé interdisant, ici, une datation plus précise. Toutefois, si on le compare avec des exemplaires présentant les mêmes caractéristiques techniques et lithologiques étudiés dans l’Yonne à Escolives-Sainte-Camille43 ou à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre44, S.043 pourrait être placé entre l’extrême fin du vie et la première moitié du viie siècle.

5.3.2. Les fragments de sarcophages remployés

46Cent quatre-vingt-dix-huit fragments de sarcophages ont pu être repérés en remploi dans les maçonneries de la crypte et la plus forte proportion (73 %) se situent dans les couloirs nord et sud. Ces fragments semblent tous provenir de sarcophages taillés à la polka, renvoyant ainsi vers le groupe D. Toutefois, on notera la présence, en remploi, dans la maçonnerie du soubassement du chevet du xve siècle, d’un bloc de pierre présentant un brochage alterné. S’il s’agit bien d’un fragment de sarcophage, on serait alors en présence d’un témoin du groupe B (vie siècle), plus précoce que le groupe D. Certains fragments ont une épaisseur plus importante (9 à 15 cm) que la majorité, indice d’une datation plus tardive (groupe E, ixe-xe siècles) mais il peut s’agir ici d’éléments de fonds.

47Il n’a pas été possible de comprendre le mode opératoire du débitage des cuves (et couvercles ?), dans la mesure où les traces de ce débit ont été effacées par une retaille à la polka. Les parements ont été ravalés au taillant, voire, parfois, au ciseau, avant le remploi des blocs (fig. 18 et 19).

Fig. 18 Sarcophage en remploi.

Fig. 18 Sarcophage en remploi.

Fig. 19 Sarcophage en remploi.

Fig. 19 Sarcophage en remploi.

48On remarque, en outre, que certains claveaux des arcs, issus de fragments de sarcophages, ont fait l’objet d’une taille décorative en chevrons réalisée au ciseau. Ces techniques de taille, utilisées lors de la mise en œuvre des remplois de sarcophages (utilisation conjointe du ciseau et du taillant pour les parements, sans pour autant abandonner la polka), confirment bien la datation proposée pour la crypte, à savoir autour de l’an Mil. On retrouve ces mêmes techniques dans la crypte de Saint-Sauveur de Melun, datée du tout début du xie siècle, où l’on reconnaît le remploi de fragments de sarcophages, de même que dans une des piles xie de l’église Notre-Dame de Château-Landon.

5.4. Résultats de l’étude

49La véritable originalité du site réside dans ces nombreux remplois. Ils ont été utilisés lors de la construction de la confession et des couloirs latéraux, au cours d’une phase de chantier relativement primitive. Leur présence suggère également l’existence probable, sur place, d’une nécropole fonctionnant au moins au viie siècle, antérieurement donc à la construction de la crypte.

  • 45 Sarcophages conservés au musée Carnavalet, Blanc et Lorenz 1985.
  • 46 Chevallier 1997 ; Delor 1993.

50L’analyse pétrographique affirme l’origine jurassique des sarcophages (cf. supra), qu’il s’agisse des cuves entières ou des fragments, et révèle donc une importation de ces objets probablement depuis le sud de l’actuel département de l’Yonne vers le centre du Bassin parisien, corroborant ainsi les hypothèses de développement et de rayonnement des carrières situées au bord de la Cure et de l’Yonne, devenues rapidement exportatrices de sarcophages. Si ces importations étaient effectivement déjà connues dans la région parisienne, à Paris en particulier45, cette nouvelle observation permet de réfléchir sur les réseaux de circulation empruntés. En effet, si la distribution aux environs de Paris laisse supposer la mise à profit des voies fluviales par l’Yonne, puis par la Seine, la présence de ces objets à Château-Landon implique nécessairement un transport en partie terrestre. Une jonction peut être envisagée par la voie romaine de Sens à Orléans46, avec une rupture de charge à Sens (fig. 20).

Fig. 20 Carrières et diffusion des sarcophages en pierre dans l’Auxerrois et le Sénonais.

Fig. 20 Carrières et diffusion des sarcophages en pierre dans l’Auxerrois et le Sénonais.
  • 47 Büttner et Henrion 2006.
  • 48 Il existe cependant des productions de sarcophages en plâtre ou en calcaire lutétien dans le centr (...)

51Les deux lithologies reconnues l’ont été pour de nombreux sarcophages issus de nécropoles du nord de la Bourgogne et, au-delà, plus au nord encore. On remarque que le faciès oxfordien (récif fossile) est largement sous-représenté (moins de 8 %) par rapport au faciès kimméridgien, mais ce schéma s’accorde assez bien avec ce qui a pu être reconnu par ailleurs47. Ces faciès sont issus de bancs extrêmement homogènes et plurimétriques, qui se prêtent parfaitement à l’extraction de cuves et de couvercles monolithiques. La rareté de bancs adaptés dans le centre du bassin de Paris, et à proximité de Château-Landon en particulier, justifie pleinement cette importation48.

  • 49 Henrion 2000.

52De plus, les études successives sur ces objets semblent montrer la mise en place précoce d’une industrie spécialisée dans l’Yonne, puisque les premiers sarcophages issus de ces carrières ont pu être identifiés dans des contextes de l’extrême fin du ve siècle et du tout début du vie siècle, à Saint-Germain d’Auxerre49 ou à Bierry-les-Belles-Fontaines par exemple.

6. L’étude des mortiers de la collégiale saint-séverin (Bénédicte Palazzo-Bertholon)

6.1. Présentation générale de l’étude

  • 50 Pour le détail des analyses de mortiers et leurs résultats, voir Palazzo-Bertholon 1997-1999.

53L’étude des mortiers et des enduits a été conduite en deux phases : en 1997, quarante et un échantillons de mortiers ont été prélevés, tandis que neuf prélèvements complémentaires ont été réalisés en 199950. Au total, cinquante échantillons ont été étudiés sur la base de critères de morphologie et de composition préétablis. Nous avons volontairement exclu tout critère chronologique afin de garantir un examen neutre des caractéristiques physico-chimiques des matériaux.

Fig. 21 Localisation des prélèvements réalisés en 1997 et 1999.

Fig. 21 Localisation des prélèvements réalisés en 1997 et 1999.
  • 51 Palazzo-Bertholon 2000, p. 223-230.
  • 52 Parmi lesquels certains ont été publiés. Palazzo-Bertholon 1999a, p. 45-57 et p. 242-258 ; Id. 200 (...)
  • 53 Microanalyse en diffraction de rayons X par une sonde de Castaing couplée à un microscope électron (...)

54Le choix et la localisation des prélèvements ont été réalisés selon la problématique archéologique propre au site (fig. 21). L’étude a été effectuée selon un protocole prédéfini51 et déjà mis en œuvre sur plusieurs sites archéologiques52. La comparaison des échantillons porte d’abord sur les prélèvements bruts et séchés, dans des conditions d’observation identiques, à partir d’une grille d’évaluation simple et générale. Puis, le regroupement des mortiers sur la base de ces critères permet d’établir une typologie, dont certains éléments représentatifs sont préparés en lame mince afin d’en étudier plus finement la composition. Ainsi, les grains composant la charge sont identifiés par une étude pétrographique. En complément de l’étude de la charge, une analyse chimique53 de la fraction fine du mortier permet d’identifier la nature du liant employé (fig. 22 et 23). Les caractéristiques de chaque regroupement de mortiers, à partir de leur composition et de leur morphologie, sont établies grâce à la combinaison des critères macroscopiques et microscopiques. Ces résultats sont ensuite discutés avec les archéologues et mis en perspective avec les données archéologiques. Cette approche croisée des analyses avec le phasage du site permet d’évaluer l’apport possible de l’étude de mortiers à la connaissance de l’édifice.

Fig. 22 Composition chimique de la fraction fine.

Fig. 22 Composition chimique de la fraction fine.

Fig. 23 Composition de la fraction fine : Rapport Si/Al.

Fig. 23 Composition de la fraction fine : Rapport Si/Al.

6.2. L’apport des mortiers et des enduits

55La caractérisation physico-chimique des mortiers et des enduits de Saint-Séverin fournit des informations intéressantes sur la construction et les transformations de l’abbaye. Les mortiers de maçonnerie et les quelques enduits étudiés ne présentent pas de différence évidente ni pour les matières premières employées, ni pour leur préparation. À partir de l’analyse élémentaire de la fraction fine des mortiers et en particulier du rapport entre calcium, silice et argiles (Al, Fe, K), qui est assez constant d’un échantillon à l’autre, il semble que l’on ait utilisé la même pierre à chaux pour des travaux d’époques différentes (xie, xiie et xve siècle) et que le calcaire nécessaire à sa fabrication était très probablement extrait des bancs rocheux naturels disponibles à proximité de l’abbaye.

56Pour ce qui concerne les sables employés comme agrégat dans les mortiers, nous avons observé également une certaine constance de leur nature et de leur granulométrie. Seul le type « F » présente un sable de granulométrie et de faciès différents des autres et il correspond à une phase tardive des travaux (postérieurs au xve siècle). Aussi, le sable a-t-il été puisé dans les mêmes gisements durant plusieurs siècles sur le plateau de Saint-Séverin, probablement dans les alluvions de terrasses anciennes sur le site même, ou tout près de là.

57Le type « F » est également différent des autres mortiers par l’emploi de plâtre comme liant. En effet, l’analyse du n° 33, prélevé dans la pièce accolée au sud de l’abside du xve siècle, apporte des informations intéressantes quant à la préparation du mélange. Dans la couche « marron », correspondant au blocage intérieur du mur, on a ajouté à la chaux de la terre argileuse qui donne sa couleur au mortier. Ce mélange est conforme à ce que l’on trouve fréquemment dans les mortiers de fourrure au Moyen Âge. Le mortier de surface, quant à lui, ne contient pas de terre et présente une proportion plus importante de plâtre (73,2 % contre 64,2 %). On remarque, cependant, que la part de chaux est constante à 0,5 % près, ce qui indique que le mortier « marron » et le mortier « blanc » ont été préparés avec la même base. Le mélange chaux-plâtre est pratiquement identique dans les deux couches et seule la part silico-argileuse augmente dans le mortier « marron » en raison de l’addition de terre argileuse, dont une fraction se combine chimiquement, lors de la prise, avec le plâtre et la chaux. Enfin, la chaux ajoutée au plâtre dans un rapport proche de 10 % joue le rôle de retardateur de prise : ainsi, le plâtre est malléable plus longtemps lors de sa mise en œuvre.

6.3. Confrontation de la typologie des mortiers avec la chronologie archéologique

58À l’issue de la caractérisation physico-chimique des matériaux et de l’établissement de la typologie, nous avons confronté nos résultats avec les données archéologiques. Le croisement des informations fournit les indications suivantes (fig. 24).

Fig. 24 Restitution typochronologique des mortiers.

Fig. 24 Restitution typochronologique des mortiers.
  • Le type « A » regroupe des mortiers provenant des vestiges de la construction initiale de la crypte avec les deux premières travées de la nef, les bas-côtés et le croisillon sud du transept. Cette campagne de travaux est attribuée à la première moitié du xie siècle54. Sur la base du regroupement typologique des mortiers, on peut prétendre qu’une part importante de cette église originelle a été conservée, bien que remaniée par la suite.
  • Le type « C » rassemble des mortiers provenant de la construction initiale de la chapelle de la Vierge, au croisillon nord de l’église primitive, soit datés du xie siècle, mais postérieurs à la première phase de construction.
  • Le type « D » regroupe des mortiers correspondant aux structures homogènes et contemporaines de la construction de la salle capitulaire et du cloître, et ceux du mur de clôture conservé partiellement au nord de l’église. Cet ensemble témoigne de l’importance des travaux engagés à l’abbaye au cours du 3e quart du xiie siècle. Ces échantillons sont cependant différents des types « C » et « B ».
  • Le type « B » correspond à une phase de travaux soit contemporains, soit postérieurs à l’édification de la chapelle de la Vierge (fin xve, début xvie siècle). Cette première reprise concerne le recouvrement des murs, associé à l’aménagement d’une tombe dans cette chapelle, non précisément datée, mais contemporaine de la reconstruction effectuée à la fin du Moyen Âge ou au début du xvie siècle. L’enduit du mur est de cette chapelle correspond également à l’enduit et au mortier de maçonnerie du mur gouttereau nord-est, lui-même identique à celui du mur est de la chapelle de la Vierge : il s’agit bien de la même campagne de finition des murs, après la construction de la chapelle. D’autres aménagements secondaires, enfin, ont lieu dans le croisillon sud, avec le percement d’une baie et la reprise ponctuelle des maçonneries.

59La multitude de ces reprises, faites à partir d’un même mortier, pose une question de chronologie relative. En effet, une des baies de la salle basse du croisillon sud du transept est percée en face d’une colonne engagée de la salle capitulaire, au revers du mur. Selon toute vraisemblance, à l’appui des arguments archéologiques, le percement des baies est intervenu à la suite de la destruction de la salle capitulaire et le type « B » (xve-xvie siècle) est antérieur au type « E » qui le recouvre en stratigraphie dans la crypte (salle occidentale).

  • Le type « E » regroupe des mortiers relatifs à la seconde reprise dans la crypte, datée des xve-xvie siècles par l’archéologie. Cette phase concerne la construction d’une nouvelle abside polygonale à contreforts. Le décrochement du mur nord de la crypte à la jonction avec l’abside indique que le mur de la nef n’est pas contemporain de la construction du xve siècle et que l’abside a été greffée sur un mur antérieur. Cependant, les mortiers prélevés sur l’angle nord-ouest de la crypte et sur le mur nord du couloir d’accès ne montrent pas l’état antérieur du mur de la nef. La construction de l’abside au xve siècle s’est très certainement accompagnée d’un nettoyage et d’une réfection des joints du mur nord de la crypte ; cette opération de ravalement expliquerait pourquoi les mortiers ne témoignent pas de l’antériorité du mur de la nef sur l’abside polygonale. En effet, d’autres reprises de surface sont attestées dans la nef centrale, avec, dans la salle occidentale, le doublage maçonné des murs plus anciens de la crypte.
  • Le type « F » correspond à deux remaniements situés à l’opposé l’un de l’autre sur le site. Il s’agit, d’une part, de la réduction du croisillon nord de l’église par l’ouest, et d’autre part, de la construction d’une salle orientale située au sud de l’église. La reconstruction du mur nord de la chapelle participe des travaux de la fin du xve ou du début du xvie siècle. Le mortier qui caractérise ces maçonneries est différent de celui employé pour la nouvelle abside polygonale (type « E ») et l’étude archéologique place le remaniement de l’annexe sud (base du clocher) autour du xve siècle.

6.4. Résultats de l’étude des mortiers

60Entre le début du xie siècle et le xve siècle, les mêmes sources d’approvisionnement en sable et chaux ont été employées par les ouvriers. On remarque toutefois que les mortiers appartenant à la construction initiale de l’église (type « A », 1re moitié xie siècle) et ceux de la reprise (de type « B », fin xve-début xvie siècle) sont plus riches en carbonates que les autres et donc que la chaux employée pour ces campagnes était plus grasse. Le plâtre n’est employé sur le site que dans un cas tardif, correspondant à l’annexe sud accolée à l’abside du xve siècle. Cet espace aurait remplacé, d’après l’analyse archéologique, un ancien clocher appartenant à l’église primitive.

61L’apport de cette étude à la connaissance du site est également chronologique. À Saint-Séverin, l’homogénéité des phases de construction et la lisibilité de la typologie des mortiers ont permis de conforter la restitution des campagnes successives de travaux. Ainsi dès l’origine, la crypte s’étendait, semble-t-il, au-delà de la deuxième travée encore existante. Cette partie de l’église a été conservée et remaniée au cours des campagnes successives de travaux. Par ailleurs, l’abbaye initiale a été précédée d’une occupation dont témoigne un mur au sud-ouest de la crypte ; son mortier n’a effectivement rien de commun avec les autres structures de l’abbaye. De plus, bien qu’aucune relation stratigraphique ne puisse en témoigner, la typologie des mortiers a permis de rapprocher la création de la chapelle de la Vierge et l’aménagement de l’annexe située au sud de la crypte. Plus intéressant encore, la galerie du cloître paraît être contemporaine de la salle capitulaire qui la jouxte, tout comme le mur de clôture mis au jour au nord de l’abbaye. La refonte de l’abbaye aurait été alors particulièrement importante durant le troisième quart du xiie siècle.

62Les recoupements fondés sur la composition des mortiers et des enduits enrichissent la connaissance de Saint-Séverin de données qui complètent l’étude archéologique et apportent des arguments significatifs à une meilleure perception du site.

Conclusion (Claude de Mecquenem)

  • 55 On pourrait évoquer les exemples de Cry-sur-Armançon (Yonne) ou de l’église de Decize (Nièvre). Sa (...)
  • 56 On peut ici citer le cas de la crypte de l’église Saint-Savinien de Sens (Yonne) attribuable au xi(...)
  • 57 La crypte Saint-Paul de Jouarre est adossée à un mur occidental antérieur comme celle de la cathéd (...)
  • 58 Les cryptes de Notre-Dame d’Étampes (premiers tiers du xie siècle), de la cathédrale Saint-Étienne (...)

63La crypte de l’abbaye Saint-Séverin est l’un des rares exemples franciliens intégrant des dispositifs architecturaux proches de ceux courants dans d’autres régions. Les couloirs latéraux très longs évoquent les sanctuaires monastiques ou canoniaux nécessitant des accès situés très en avant d’un chœur proportionnellement assez développé. La division interne de la crypte est également similaire aux organisations ailleurs attestées pour les environs de l’an Mil ou pour la première moitié du xie siècle55. Le choix d’un chevet plat est, de même, assez courant pour ce type de sanctuaire où crypte et église supérieure se superposent strictement56. L’intégration à la crypte d’un espace occidental très développé est en revanche plus rare et paraît liée ici à l’intégration d’un édifice antérieur (faisant peut-être office de memoria ?) détruit au cours des dernières campagnes de travaux menées au xie siècle. Cette disposition est la conséquence d’un adossement de la nouvelle crypte à la construction antérieure, configuration souvent attestée et localement représentée à Jouarre, à Meaux ou encore au prieuré Saint-Sauveur de Melun57. Ce dernier édifice présente de nombreuses similitudes avec Saint-Séverin, dont il est contemporain, les autres cryptes franciliennes du xie siècle se référant à des modèles architecturaux très différents privilégiant, en général, des volumes unifiés dont les voûtes reposent sur des colonnes isolées58.

  • 59 Iogna-Prat 2006, p. 10 ; sapin 2003b, p. 61.

64La crypte de Château-Landon se distingue par le remploi massif de cuves de sarcophages débitées qui composent une part importante des parements de sa partie orientale. Ce remploi pourrait s’inscrire, au-delà de la simple alimentation en matériaux du chantier, dans une démarche volontaire, concourant, à l’instar de nombreux autres cas similaires, à la matérialisation d’une historicité en adéquation avec les fonctions commémoratives plus spécifiquement associées à cette partie de l’édifice. Cette perception renvoie à la genèse de l’Église chrétienne et à sa monumentalisation progressive qui passe par l’intégration des reliques comme étape sanctificatrice de l’édifice et qui rejoint les fonctions principales des cryptes au sein des sanctuaires, ces dernières concourant à la polarisation des espaces liturgiques et au renforcement de leur sacralité59.

65Ainsi, le remploi privilégié de sarcophages au sein de la nouvelle crypte, élevée aux environs de l’an Mil, pourrait être perçu comme un geste symbolique. En effet, la réutilisation de ces blocs au détriment d’un moyen appareil régulier ne contribue pas à la bonne tenue des dispositifs architecturaux concernés (contreforts, piédroits). En revanche, la concentration des remplois dans la crypte Saint-Séverin soulignerait le rôle spécifique dévolu à ces lieux de commémoration, la présence de matériaux, de sculptures et de maçonneries appartenant à des états antérieurs caractérisant la majorité des cryptes médiévales existantes. Cet ancrage au sein de contextes comportant des vestiges architecturaux plus anciens, si souvent représenté, paraît avoir été ici perçu comme une enveloppe offrant aux reliques un cadre digne de leurs pouvoirs surnaturels.

Haut de page

Bibliographie

Bauchet O.
1997, « Étude historique de l’abbaye », dans Bauchet O., Celly P., Delattre V., Mecquenem C. de, Paccard N. et Simonin D., « L’abbaye Saint-Séverin, Château-Landon (Seine-et-Marne) », DFS de fouilles préventives (04/03/96-14/03/97), 2 vol., Saint-Denis, Service régional d’archéologie d’Île-de-France, Dammarie-les-Lys, Service départemental d’archéologie de Seine-et-Marne.

Blanc A. et Lorenz C.
1985, « Essai de détermination des roches et des provenances des sarcophages mérovingiens de pierre du musée Carnavalet », dans Périn P., Velay P. et Renou L. (dir.), Collection mérovingiennes du musée Carnavalet, Paris, Musée Carnavalet, p. 699-706.

Billat M. et Piel C.
2004, « Les peintures murales de la crypte de l’abbatiale Saint-Séverin », dans Rambaud I. (dir.), Saint-Séverin de Château-Landon, de l’abbaye à la maison de retraite départementale, [Melun], Conseil général de Seine-et-Marne, p. 143-148.

Bonora G., Chiari G., Santarelli M.-L. et Torraca G.
2003, « Analisi di malte antiche. Confronto tra tecniche di indagine », Materiali e strutture, n° 1, p. 39-67.

Büttner S. et Henrion F.
2001a, « Les sarcophages du haut Moyen Âge en Bourgogne du nord. Approches méthodologiques, premiers résultats et réflexions », Bulletin du Centre d’études médiévale d’Auxerre, 5, p. 24-37.

2001b, « Les sarcophages de pierre du site d’Escolives-Sainte-Camille : étude typologique et pétrographique », Bulletin de la Société des Sciences de l’Yonne, 133e  vol., p. 5-31.

2004, « Château-Landon (77). Crypte de l’abbaye Saint-Séverin, Étude des matériaux par Stéphane Büttner (géoarchéologue) et Fabrice Henrion (archéologue) », février 2004, Centre d’Études Médiévales Saint-Germain, 3 Place du Coche d’eau, Auxerre, dactyl.

2006, « Ligny-le-Châtel (Yonne) : étude typologique et pétrographique des sarcophages », Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, 10, p. 99-102.

Chevallier R.
1997, Les voies romaines, Paris, éd. Picard.

Coulangeaon C.
2005, « L’église de Saint-Germain-Laval, étude archéologique et architecturale », Mémoire de maîtrise, sous la direction de Brigitte Boissavit-Camus, université de Paris X Nanterre.

Delor J.-P.
1993, Au long des voies romaines de l’Yonne, Auxerre, Musée d’Auxerre.

Dulau R. et Mayer J.
2004, « Château-Landon, ancienne abbaye Saint-Séverin. La Vierge et saint Pierre », dans Le dévoilement de la couleur relevés et copies de peintures murales du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, éd. Monum, Éditions du patrimoine, CTHS, p. 191-195.

Fontaine J.
1973, L’art préroman hispanique, vol. 1, La Pierre-qui-Vire, éd. Zodiaque.

Hebert-Suffrin F. et Johnson D.
1992, « La crypte de la cathédrale de Meaux », dans Magnan D. (dir.), Meaux médiéval et moderne, Meaux, éd. de l’Association meldoise d’archéologie, p. 204-225.

Henrion F.
2000, « Inhumer à Saint-Germain, Typologie des sépultures », dans Sapin C. (dir.), Archéologie et architecture d’un site monastique. 10 ans de recherche à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, Auxerre, Centre d’études médiévales, Paris, CTHS, p. 340-363.

2004, « La morphologie des sarcophages du haut Moyen Âge comme critère typologique », dans Archéologie des pratiques funéraires. Approches critiques, Actes de la table ronde des 7 et 9 juin 2001, Bibracte, Centre archéologique européen, p. 255-259.

Hubert J.
1961, « La crypte de la cathédrale Saint-Jean de Maurienne », dans Bulletin de la société nationale des antiquaires de France, p. 40-51.

1983, « Montereau-Fault-Yonne », dans La sauvegarde de l’art français, cahier 3, éd. Picard, p. 212-214.

Iogna-Prat D.
2006, La Maison Dieu, une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge, Paris, éd. Seuil.

Gauthier N.
1997, « Note annexe : les églises en bois du vie siècle d’après les sources littéraires », dans Gauthier N. et Galinié H. (dir.), Grégoire de Tours et l’espace gaulois, Actes du congrès international, 13e supplément à la RACF, p. 237-240.

Langlois M.
1990, « La crypte : un lieu méconnu, quelques exemples yvelinois (Saint-Arnoult, Montfort, Maule et Triel) », Connaître les Yvelines, Histoire et archéologique, 2e trimestre, p. 6-11.

Martin J.-P. et Neiss R.
1998, « Champagne-Ardenne (Ardennes, Aube, Haute-Marne, Marne) », dans Les premiers monuments chrétiens de la France, Paris, éd. Picard, Ministère de la Culture et de la Communication, DP/SDA, p. 95-104.

Mecquenem C. de
2002, « Les cryptes de Jouarre (Seine-et-Marne). Des indices pour une nouvelle chronologie », Archéologie médiévale, t. 32, p. 1-29.

Mecquenem C. de et Delattre V.
2004, « Histoire de l’abbaye Saint-Séverin, Apports des fouilles archéologiques », dans Rambaud I. (dir.), Saint-Séverin de Château-Landon, de l’abbaye à la maison de retraite départementale, [Melun], Conseil général de Seine-et-Marne, p. 19-57.

2005, « La salle capitulaire de l’abbaye Saint-Séverin à Château-Landon (Seine-et-Marne). Analyse architecturale et fonction funéraire (xiie-xiiie siècles) », Archéologie médiévale, t. 35, p. 73-96.

Mégnien C. (dir.)
1980, Synthèse géologique du Bassin de Paris, Mémoire du BRGM, n° 101, 102 et 103.

Poulain P.
1954, « L’extraction et la taille des sarcophages dans la carrière de la Roche-Taillée à Arcy-sur-Cure (Yonne) », Revue archéologique de l’Est, V, p. 29-45.

Palazzo-Bertholon B.
1997, « Étude des mortiers et des enduits prélevés dans l’ancienne abbaye Saint-Séverin à Château-Landon (Seine-et-Marne), Caractérisation physico-chimique des matériaux : les apports technologiques et chronologiques à la connaissance du site », Rapport d’Étude, juin-août 1997, CERIAH, Centre d’Étude et d’Information en Archéologie et Histoire, dactyl.

1999a, « L’étude des mortiers et des enduits des cryptes de Saint-Germain et Saint-Étienne d’Auxerre », dans Sapin C. (dir.), Peindre à Auxerre au Moyen Âge, ixe-xivesiècle, 10 ans de recherche à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre et à la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre, CEM d’Auxerre et CTHS, Paris, p. 45-57 ; p. 242-248.

1999b, « Étude complémentaire des mortiers prélevés sur les structures de l’ancienne abbaye Saint-Séverin à Château-Landon (Seine-et-Marne), Rapport d’étude, Caractérisation macroscopique et microscopique des matériaux : quelques vérifications en complément de l’étude principale (1997) », CERIAH, Centre d’Étude et d’Information en Archéologie et Histoire, juin 1999, dactyl.

2000, « Étude et conservation des mortiers et des enduits : de l’analyse à la constitution d’une banque de données », dans Le dépôt archéologique, conservation et gestion pour un projet scientifique et culturel, Assises nationales de la conservation archéologique (Bourges, 26, 27, 28 novembre 1998), Bourges, Les Actes, p. 223-230.

2002, « L’étude des mortiers et des enduits de la cathédrale Saint-Jean-de-Maurienne », dans La cathédrale Saint-Pierre en Tarentaise et le groupe épiscopal de Maurienne, Parron-Kontis I. (dir.), Lyon, Association lyonnaise pour la promotion de l’archéologie en Rhône-Alpes (DARA n° 22), p. 127-142.

Prache A.
1983, « Château-Landon, Saint-Séverin », dans Île-de-France romane, La Pierre-qui-Vire, éd. Zodiaque, p. 375-377.

Préau U.
1913, 20012, L’abbaye royale de Saint-Séverin-Lez-Château-Landon, Tulle, partie publiée p. 1-160, partie manuscrite p. 24-205 (Arch. dép. Seine-et-Marne, Mdz 1004), rééd. 2001, Groupe Histoire et Archéologie du Foyer Rural de Château-Landon.

Robert E.
1994, « L’Isle-Aumont (Aube) Résidence des comtes de Champagne », dans Renoux A. (dir.), Palais médiévaux (France-Belgique) 25 ans d’archéologie, Le Mans, Publications de l’Université du Maine, p. 52.

Robreau B.
1984, « L’église Saint-Lubin de Châteaudun », Revue archéologique du Centre de la France, t. 23, vol. 1, p. 100-123.

1996, « Châteaudun, Église Saint-Lubin », dans Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 2 : Sud-Ouest et Centre, Paris, éd. Picard, p. 93-95.

Sapin C.
2000a, « La crypte de l’ancien prieuré Saint-Sauveur de Melun, Travaux archéologiques en cours », dans Art et Architecture à Melun au Moyen Âge, Paris, éd. Picard, p. 133-149.

2000b, « L’abbatiale, La Crypte », dans Sapin C. (dir.), Archéologie et architecture d’un site monastique, 10 ans de recherche à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, Centre d’études médiévales d’Auxerre & éd. du CTHS, p.181-302.

2003a, « Archéologie des premières cryptes du haut Moyen Âge en France », Hortus Artium Medievalium, vol. 9, p. 303-314.

2003b, « Cryptes et sanctuaires, approches historiques et archéologiques des circulations », Les cahiers de Saint-Michel de Cuxa, XXXIV, p. 51-62.

2006, Bourgogne romane, Dijon, éd. Faton.

Simonin D.
1997, « Château-Landon (Seine-et-Marne), “Saint-Séverin”, Les vestiges de la préhistoire récente », dans « L’abbaye Saint-Séverin, Château-Landon (Seine-et-Marne) », DFS de fouilles préventives (04/03/96-14/03/97), 2 vol., Saint-Denis, Service régional d’archéologie d’Île-de-France, Dammarie-les-Lys, Service départemental d’archéologie de Seine-et-Marne, Annexe 4, p. 1-47.

Veissière M.
1961, Une communauté canoniale au Moyen Âge, Saint-Quiriace de Provins (xie-xiiiesiècles), Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins, documents & travaux – I.

Vicat L.-J.
1856, Traité pratique et théorique de la composition des mortiers, ciments et gangues à pouzzolanes et de leur emploi dans toutes sortes de travaux, Grenoble, Impr. Maisonville.

Haut de page

Notes

1 Cette fouille de sauvetage a été prescrite par le Service régional d’archéologie d’Île-de-France en collaboration avec le Service départemental d’archéologie de Seine-et-Marne. Cette opération a été dirigée par Claude de Mecquenem (titulaire de l’autorisation de fouille) et elle a donné lieu à la rédaction d’un document final de synthèse achevé en 1997. bauchet, celly, delattre, mecquenem et paccard 1997.

2 Il faut ici particulièrement remercier Christian Sapin (CNRS/CEM) et François Heber-Suffrin (Université de Paris X, Nanterre) qui par leurs conseils ont facilité le bon déroulement de cette intervention de son début à sa publication, ainsi que Sylvie Eusèbe et Patrick Pihuit (INRAP-CIF) qui ont grandement contribué à la finalisation des infographies présentées.

3 Afin de permettre aux lecteurs l’identification des différentes participations constituant cet article, les noms des auteurs apparaissent en tête des chapitres concernés.

4 Gauthier 1997, p. 237-240.

5 Le récit de la guérison de Clovis serait l’œuvre de Faustus, moine d’Agaune, dont la première version connue ne pourrait remonter au-delà du ixe siècle, ceci témoignant probablement d’une communauté vénérant les reliques d’un saint Séverin à Château-Landon dès cette époque. Bauchet 1997, p. 150.

6 préaud 2001, p. 14.

7 bauchet 1997, p. 154.

8 veissière 1961, p. 18.

9 Le fossé qui séparait le château et l’abbaye de la ville médiévale pourrait être l’héritier d’une fortification protohistorique, cette occupation s’apparentant ainsi à de nombreux habitats sur éperon localement attestés. Simonin 1997, p. 4.

10 mecquenem et delattre 2005, p. 74-75.

11 préau 2001, p. 24, 30 ; billat et piel 2004, p. 143-148.

12 La longueur totale de l’église hors œuvre atteignait 65 m, le sanctuaire occupant à lui seul le tiers de cette distance. La nef centrale et le chœur adoptaient une largeur commune proche de 8,5 m pour des bas-côtés approchant 4,5 m de large (fig. 1). La hauteur de l’élévation (hors toiture) peut être estimée à 14 m, l’ensemble étant sans doute uniquement charpenté. mecquenem et delattre 2004, p. 23-25.

13 Au nord, une intervention complémentaire menée par le SDASM au cours de l’année 1999 a confirmé la présence d’une construction quadrangulaire dont la porte d’accès avait été observée en 1996. Cette extension postérieure à l’édification du croisillon nord évoque un clocher et/ou une cage d’escalier permettant d’accéder aux parties hautes des élévations du sanctuaire. Au sud, un important contrefort semble suggérer la présence d’un autre clocher symétrique qui pourrait être celui mentionné par la tradition historique de l’abbaye comme le clocher de pierre qui s’effondra en 1440. préau 2001, p. 43.

14 L’extension de la maison de retraite départementale réalisée suite à la fouille de 1997 recouvre en totalité les vestiges de la crypte.

15 prache 1983, p. 375-377 ; hubert 1961, p. 40-51.

16 billat et piel 2004, p. 143-148 ; Dulau et Mayer 2004, p. 191.

17 Büttner et Henrion 2004, p. 4.

18 L’absence de décor peint ou d’enduit sur cet ébrasement suggère le maintien de cet état dès le xie siècle, laissant ainsi apparents les parements primitifs.

19 Büttner et Henrion 2004.

20 Mecquenem 1997.

21 Büttner et Henrion 2004.

22 Palazzo-Bertholon 1997 ; Id. 1999.

23 L’amoindrissement des largeurs des bas-côtés dans les couloirs d’accès à la crypte plaide également en faveur de l’intégration progressive d’un édifice antérieur dont la conservation temporaire aurait entraîné ces anomalies.

24 Mecquenem 1997, p. 131.

25 Sapin 2000b, p. 263.

26 On peut évoquer le cas de nombreux édifices ibériques à l’exemple de la Camara Santa d’Oviedo, cette construction disposant d’une crypte voûtée, l’ensemble étant généralement attribué au ixe siècle. Fontaine 1973, p. 275.

27 Concernant la chronologie de cet édifice, se référer aux travaux de M. Robreau. Robreau 1984, p. 100-123 ; Id. 1996, p. 93-95.

28 Cet édifice intègre de nombreux vestiges antérieurs à sa refonte réalisée au milieu du xiie siècle, dont notamment une partie de son déambulatoire et de sa façade occidentale. Cette dernière est épaulée par deux contreforts presque entièrement constitué de cuves de sarcophages débités.

29 Seule cette façade ouest subsiste aujourd’hui et elle comprend un contrefort intégrant de cuves de sarcophages débités associées à une baie proche des formulations visibles à Saint-Séverin de Château-Landon. Le parement de cet ensemble est constitué d’un petit appareil disposé en opus spicatum.

30 L’église paroissiale de Mondreville, toute proche de Château-Landon, illustre la diffusion de cette pratique, l’ajout d’un porche au xiie siècle contre la façade primitive assurant à ce geste une datation antérieure à ce remaniement.

31 Les piles de la nef de cette priorale intègrent de nombreux fragments de sarcophages probablement issus du dense cimetière du haut Moyen Âge sur lequel est construite l’église médiévale. Martin et Neiss 1998, p. 99 ; Robert 1994, p. 52.

32 L’étude en cours de cette priorale a démontré l’appartenance à la première moitié du xie siècle de la majeure partie de cet édifice dont les parements sont majoritairement constitués d’opus spicatum associés à du moyen appareil régulier. Coulangeon 2005, p. 239.

33 À titre d’exemple, le clocher et la nef de l’abbatiale de Saint-Germain-des-Prés démontrent la concomitance, en Île-de-France, d’un moyen appareil régulier généralisé dès la première moitié du xie siècle avec des édifices contemporains où les constructeurs sont restés fidèles à la mise en œuvre de petits appareils.

34 L’observation des paroissiales de Paroy, de Savins, de Recloses, d’Ecuelles ou encore Notre-Dame de Château-Landon démontre la grande diffusion de ce type de parement qui pour des contextes plus précisément étudiés sont toujours antérieurs aux reprises attribuables au xiie siècle. Sapin 2006, p. 297-298.

35 Les provenances différentes des matériaux mis en évidence au cours de cette étude corroborent les changements de faciès des parements et la chronologie relative de l’édifice qui situe la construction de la partie orientale de la crypte avant celle des couloirs d’accès. Büttner et Henrion 2004, p. 11.

36 Blanc et Lorenz 1985.

37 Mégnien 1980.

38 Büttner et Henrion 2001a.

39 Poulain 1954.

40 Outils à percussion lancée au tranchant perpendiculaire au manche, pouvant avoir également un tranchant opposé parallèle au manche.

41 Henrion 2000 et Id. 2004.

42 Auxerre, Bierry-les-Belles-Fontaines et Escolives-Sainte-Camille (Yonne).

43 Büttner et Henrion 2001b, p. 29.

44 Henrion 2000.

45 Sarcophages conservés au musée Carnavalet, Blanc et Lorenz 1985.

46 Chevallier 1997 ; Delor 1993.

47 Büttner et Henrion 2006.

48 Il existe cependant des productions de sarcophages en plâtre ou en calcaire lutétien dans le centre du Bassin parisien.

49 Henrion 2000.

50 Pour le détail des analyses de mortiers et leurs résultats, voir Palazzo-Bertholon 1997-1999.

51 Palazzo-Bertholon 2000, p. 223-230.

52 Parmi lesquels certains ont été publiés. Palazzo-Bertholon 1999a, p. 45-57 et p. 242-258 ; Id. 2002, p. 127-142.

53 Microanalyse en diffraction de rayons X par une sonde de Castaing couplée à un microscope électronique à balayage (MEB).

54 Voir chapitres précédents.

55 On pourrait évoquer les exemples de Cry-sur-Armançon (Yonne) ou de l’église de Decize (Nièvre). Sapin 2006, p. 89 et 255.

56 On peut ici citer le cas de la crypte de l’église Saint-Savinien de Sens (Yonne) attribuable au xie siècle ou celui du prieuré Saint-Martin de Montereau (Seine-et-Marne) sans doute élevé, au plus tard, au début du xiie siècle. sapin 2006, p. 298 ; hubert 1983, p. 213-214.

57 La crypte Saint-Paul de Jouarre est adossée à un mur occidental antérieur comme celle de la cathédrale Saint-Étienne de Meaux appuyée contre une maçonnerie appartenant à un état plus ancien. mecquenem 2002, p. 10-12 ; heber-suffrin et johnson 1992, p. 214.

58 Les cryptes de Notre-Dame d’Étampes (premiers tiers du xie siècle), de la cathédrale Saint-Étienne de Meaux (vers 1030-1040), ou encore celle de Saint-Nicolas de Maule (fin du xie siècle) évoquent ce type architectural sans doute le plus couramment usité à cette période. Prache 1983, p. 270 ; heber-Suffrin et johnson 1992, p. 225 ; langlois 1990, p. 5-11.

59 Iogna-Prat 2006, p. 10 ; sapin 2003b, p. 61.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Plan restitué de la crypte et de l’église supérieure.
Crédits C. de Mecquenem, P. Pihuit, S. Eusèbe, INRAP, 2005
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Fig. 2 Vue des vestiges de l’église abbatiale à la fin du xixe siècle.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Fig. 3 Vue générale de la crypte depuis l’est en 1996.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 4 Localisation des fragments de sarcophages - couloir sud.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 5 a) – Relevé de la jonction du couloir d’accès sud avec la nef (vue est/ouest), b) - Relevé de la jonction du couloir d’accès sud avec la nef (vue nord/sud).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 6 Vue de la clôture orientale de la salle attenante à la crypte au sud.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig. 7 Localisation des fragments de sarcophages - couloir nord.
Crédits Relevé C. de Mecquenem, infographie S. Eusèbe, Inrap, F. Henrion, S. Büttner, CEM.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 8 Localisation des fragments de sarcophages - mur extérieur est.
Crédits Relevé C. de Mecquenem, infographie S. Eusèbe, Inrap, F. Henrion, S. Büttner, CEM.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Fig. 9 Plan de la crypte et des différentes phases de travaux identifiées.
Crédits Relevé C. de Mecquenem, infographie S. Eusèbe, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig . 10 Vue d’un des contreforts (façade occidentale) de la collégiale de Bray-sur-Seine (Seine-et-Marne).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig . 11 Angle de la façade ouest de la paroissiale de Mondreville (Seine-et-Marne).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig . 12 Vue d’un des piliers de la nef du prieuré de l’Isle-Aumont (Aube).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 13 Localisation des fragments de sarcophages - confession mur ouest.
Crédits Relevé C. de Mecquenem, infographie P. Pihuit, Inrap, F. Henrion, S. Büttner CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 14 Carte géologique schématique des environs de Château-Landon.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 15 Typologie des sarcophages.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Titre Fig. 16 Sarcophage du groupe D conservé dans le dépôt lapidaire.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 17 Données sur la morphologie des sarcophages (indices de trapézoïdalité et d’épaisseur).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Fig. 18 Sarcophage en remploi.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 19 Sarcophage en remploi.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Fig. 20 Carrières et diffusion des sarcophages en pierre dans l’Auxerrois et le Sénonais.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Fig. 21 Localisation des prélèvements réalisés en 1997 et 1999.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Fig. 22 Composition chimique de la fraction fine.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 23 Composition de la fraction fine : Rapport Si/Al.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 24 Restitution typochronologique des mortiers.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16279/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Büttner, Fabrice Henrion, Claude de Mecquenem et Bénédicte Palazzo-Bertholon, « La crypte de l’abbaye Saint-Séverin à Château-Landon (Seine-et-Marne) : analyse architecturale d’un édifice de l’an Mil », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 77-104.

Référence électronique

Stéphane Büttner, Fabrice Henrion, Claude de Mecquenem et Bénédicte Palazzo-Bertholon, « La crypte de l’abbaye Saint-Séverin à Château-Landon (Seine-et-Marne) : analyse architecturale d’un édifice de l’an Mil », Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16279 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.16279

Haut de page

Auteurs

Stéphane Büttner

Archéologue des matériaux, Centre d’études médiévales d’Auxerre, chercheur associé UMR ARTeHIS « Archéologie-Terre-Histoire-Sociétés », Université de Bourgogne-CNRS-Culture.

Articles du même auteur

Fabrice Henrion

Archéologue, Centre d’études médiévales d’Auxerre, chercheur associé UMR ARTeHIS « Archéologie-Terre-Histoire-Sociétés », Université de Bourgogne-CNRS-Culture ; doctorant Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Articles du même auteur

Claude de Mecquenem

Chargé d’opération et de recherche, INRAP-CIF ; chercheur associé, UMR 8584, Nouvelle Gallia Judaïca.

Bénédicte Palazzo-Bertholon

Archéologue des matériaux, chercheur associé Centre d’études supérieures de civilisation médiévale - UMR 6223, Poitiers et UMR ARTeHIS « Archéologie-Terre-Histoire-Sociétés », Université de Bourgogne-CNRS-Culture.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals