Navigation – Plan du site

La cathédrale Sant’Appianu de Sagone (Vico, Corse-du-Sud). Une relecture architecturale des églises paléochrétienne, médiévale et moderne

The cathedral of Sant’Appianu de Sagone (Vico, South Corsica). An architectural reinterpretation of the Palaeochristian, Medieval and Post-Medieval churches
Der Sant’Appianu-Dom in Sagone (Vico, Südkorsika) – Ein neuer Blick auf die frühchristliche, die mittelalterliche und die moderne Kirche
Daniel Istria
avec la collaboration de Paola Camuffo
p. 105-119

Résumés

Les recherches archéologiques sur le site Sant’Appianu de Sagone, initiées en 1964, ont été poursuivies de manière irrégulière et parfois au gré des opérations immobilières qui menaçaient les restes de la cathédrale. Un nouveau projet a vu le jour en 2007 ; il a pour objectif de réaliser une étude globale tout en restaurant et valorisant l’ensemble des vestiges. Le petit établissement côtier, fondé au ier siècle de notre ère, est élevé au rang de siège épiscopal avant 591. Une modeste cathédrale est alors construite, puis rebâtie et restaurée à plusieurs reprises jusqu’à sa transformation en édifice agricole au début du xixe siècle. L’étude architecturale présentée ici rend compte de cette évolution et donne une image originale de ces évêchés insulaires au destin particulier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette situation originale s’explique par le déplacement des sièges épiscopaux dès le xvie siècle.
  • 2 Istria et Pergola 2007.
  • 3 Les opérations d’archéologie préventive sont réalisées par l’Inrap et dans le cadre de conventions (...)

1Les opportunités offertes en Corse depuis 2005 par le développement de l’archéologie préventive ont entraîné la mise en place d’un programme de recherche axé sur les sièges épiscopaux. Dans ce domaine, l’île constitue un champ d’investigation particulièrement adapté, puisque cinq des six cathédrales médiévales sont aujourd’hui en milieu rural et donc libres de toute contrainte liée à une continuité d’occupation ou plus encore à une urbanisation récente1. Seul le site d’Ajaccio, que les fouilles ont d’ailleurs révélé en 2005, a été englobé dans l’agglomération à partir du début du xxe siècle2. Dans ce contexte, c’est donc une démarche associant l’archéologie programmée et l’archéologie préventive, imposée par des travaux d’aménagement et de restauration, qui peut être aisément mise en œuvre3.

  • 4 L’historique des recherches sur le site de Sant’Appianu de Sagone a été présenté dans Duval 1995. (...)
  • 5 Les premiers résultats sont présentés dans Istria et Pergola 2009a et b.

2Ainsi, à la suite d’une quinzaine de sondages réalisés entre les années 1960 et 1990, de deux sauvetages urgents et d’un diagnostic archéologique, l’ancien siège épiscopal de Sagone fait l’objet depuis 2007 d’un nouveau programme de recherche4. Les cinq campagnes réalisées à ce jour ont permis, grâce à une étude du mobilier archéologique, à des prospections pédestres et magnétiques ainsi qu’à une analyse du bâti, de proposer une relecture complète du site et de définir de nouvelles problématiques qui guideront les prochaines campagnes de fouilles5.

  • 6 Les annexes font l’objet d’une fouille archéologique depuis l’été 2008 et seront présentées ultéri (...)
  • 7 Ces opérations ont été réalisées sous la direction de G. Moracchini-Mazel, le plus souvent sans au (...)

3Cet article, fruit de ce premier travail de terrain, a pour objectif de présenter les résultats de l’analyse architecturale des églises successives6, partiellement fouillées puis restaurées de manière abusive entre 1964 et 19907, et de mettre en perspective les résultats avec ceux obtenus grâce à l’étude de trois autres cathédrales insulaires : celles d’Ajaccio, d’Aléria et de Mariana.

4L’analyse architecturale s’appuie sur une documentation graphique associant relevés au théodolite laser, photographies redressées et dessins au pierre à pierre à l’échelle 1/10 pour les secteurs présentant des problèmes particuliers. Une étude des mortiers a également été réalisée par le laboratoire de l’université de Gênes.

Fig. 1 Carte des localités mentionnées dans le texte.

Fig. 1 Carte des localités mentionnées dans le texte.

N.B. : Toutes les photographies sont de D. Istria, DAO : D. Istria, relevés planimétriques et élévations : B. Fabry.

  • 8 En 591 Grégoire le Grand ordonne à un évêque Léon de réorganiser le diocèse de Sagone, dont le siè (...)
  • 9 Istria 2005a, p. 90-91 et 102-120.
  • 10 Venturini 2007.
  • 11 Cancellieri 1997, textes 69 et 71.
  • 12 Giustiniani 1993, p. 210-209.
  • 13 Foata 1895, p. 40-46.

5L’établissement de Sant’Appianu de Sagone est situé sur la côte sud-ouest de la Corse, à l’extrémité nord-orientale du grand golfe de Sagone (fig. 1). Il occupe le sommet d’une petite colline dominant de quelques mètres le fleuve homonyme, l’étroite plaine littorale et le rivage dessinant à cet endroit une crique bien abritée (fig. 2). La première occupation humaine du secteur actuellement identifiée est datée du ier siècle de notre ère. Il s’agit alors d’un modeste établissement polynucléaire qui connaît une phase de réorganisation vers le ive ou le tout début du ve siècle. Quatre ensembles, bien distincts, ont été mis en évidence sur une emprise de 3,5 hectares : une zone résidentielle sur la colline principale, un édifice thermal à proximité du fleuve, une zone d’habitat avec entrepôts sur la colline sud et, tout à proximité, une nécropole à inhumation comportant des tombes sous tuiles et en amphore. Des sépultures isolées ont également été repérées au nord et au sud, le long des chemins actuels. C’est donc dans un contexte rural, sur un établissement dont le statut est encore mal défini, que le siège épiscopal de Sagone est installé avant 591, date à laquelle il apparaît pour la première fois dans la correspondance du pape Grégoire le Grand8. Supprimé vers la seconde moitié du viie siècle, l’évêché est réactivé après 1091-1092 sous l’autorité de l’archevêque de Pise9. Les évêques sont alors régulièrement mentionnés10, mais le site lui-même n’apparaît que rarement dans la documentation écrite. Tout au plus sait-on que le mouillage qui y est associé est occasionnellement fréquenté par les commerçants de Bonifacio11 ; dès le bas Moyen Âge l’établissement connaît peut-être un abandon au moins partiel. En tout cas, en 1530 il est déjà déserté et la cathédrale est en très mauvais état12, ce qui conduit au transfert du siège épiscopal dans le village de Vico en 1569. L’église est alors délaissée et ce n’est qu’au début du xviiie siècle qu’elle fait l’objet de travaux de restauration. Mais, vendue après la Révolution, elle est rapidement transformée en grange13.

Fig. 2 Vue de la cathédrale depuis le nord-ouest.

Fig. 2 Vue de la cathédrale depuis le nord-ouest.

1. État 1, la première église actuellement connue

6C’est sur une partie des bâtiments de la zone dite résidentielle qu’est érigée la plus ancienne église actuellement reconnue. Les murs de l’édifice sont caractérisés par l’utilisation d’un appareil mixtum de bonne qualité, constitué de moellons de granite prélevés sur place, de forme et de dimension diversifiées (jusqu’à 40 cm de longueur). Des assises de réglage composées de fragments de tegulae, de panses d’amphore et de pierres plates sont souvent interrompues en raison de l’irrégularité des blocs. Le mortier à base de chaux, largement débordant, est gras, blanc rosé et contient de nombreuses inclusions de sable grossier et de petits fragments de terre cuite.

7L’abside orientée est semi-circulaire intérieurement et polygonale à trois pans à l’extérieur (fig. 3 et 9). Son ouverture est de 4,80 m et sa profondeur de 2,40 m. Les pans extérieurs, réguliers, ont une longueur moyenne de 3,63 m. Son épaisseur est d’environ 70 cm. Elle est conservée sur une hauteur maximale de 1,90 m et repose sur une semelle de fondation débordante aussi bien à l’intérieur (largeur jusqu’à 11 cm) qu’à l’extérieur (largeur jusqu’à 22 cm). Sa hauteur visible varie suivant la profondeur des sondages de 30 à 52 cm.

Fig. 3 Plan d’ensemble des vestiges.

Fig. 3 Plan d’ensemble des vestiges.

8Les murs d’épaulement sont visibles aussi bien au nord qu’au sud. Ils sont conservés sur une hauteur respective de 1,70 m et 0,84 m. Si, au nord, un massif de maçonnerie en béton (restauration seconde moitié xxe siècle) empêche de vérifier la présence d’un retour, celui-ci est bien visible au sud sur une longueur totale de près de 16 m.

9Il semble que ces éléments soient suffisants pour restituer le plan de l’église qui devait donc être formée d’une abside polygonale précédée d’une nef unique d’une longueur supérieure à 16 m et d’une largeur dans l’œuvre que l’on peut estimer par symétrie à environ 7,65 m. Le chœur était constitué d’une estrade au sol de tuileau surélevée d’une quarantaine de centimètres, agrandie à deux reprises, à des dates encore inconnues.

10La construction de l’édifice de culte est suivie de celle, en plusieurs phases, d’un baptistère cruciforme indépendant et d’une série d’annexes. Au moins trois petites pièces ont été individualisées au sud. Au nord, un premier bâtiment parallèle au vaisseau de la basilique est, dans un second temps, divisé en deux pièces de dimensions différentes bordées par un long couloir. L’organisation précise et la fonction de cet ensemble, qui semble se poursuivre vers l’occident, restent à déterminer. Situé au sud-ouest de l’église, le baptistère est un édifice de plan cruciforme avec une cuve baptismale octogonale positionnée en son centre.

  • 14 Pergola 2004 ; Istria et Pergola 2009a, b et c.

11Les données chronologiques précises manquent encore, mais la typologie des aménagements liturgiques et le plan du baptistère peuvent être rapprochés de ceux de Mariana, datés du ve ou des premières décennies du vie siècle14. À ce stade de la recherche, une fourchette chronologique ve-vie siècle peut donc être proposée.

  • 15 Cette inscription peut être restituée de la manière suivante : (in honore san)CTI APPIANI/ + IVBAN (...)

12Il est probable que, dès ce moment, l’édifice était déjà dédié à saint Appien si l’on en croit une inscription sur tuile du ve ou vie siècle, retrouvée dans le chœur et indiquant qu’un certain Paulus a fait faire (l’église ?) avec l’aide de Dieu et en l’honneur de sancti Apiani15.

2. État 2, la cathédrale romane

13Les structures de la cathédrale romane sont conservées en élévation sur une hauteur de près de 7 m au niveau du chœur et de seulement 1,20 m dans la partie occidentale. Il s’agit d’un édifice à nef unique de 20 x 9,34 m (hors œuvre et sans l’abside), très probablement charpentée. Cette nef était terminée vers l’orient par une abside au moins semi-circulaire intérieurement dont seul l’arrachement est conservé près de l’angle sud-est. Ce plan est imposé par celui de l’église antérieure. L’examen des maçonneries fait apparaître au moins quatre phases de construction et restauration (fig. 4 à 8).

Phase 2a :

  • 16 Deux fragments de statues-menhirs de dimensions importantes ont également été utilisés dans les ma (...)

14La partie la plus ancienne de l’église est conservée à l’extrémité orientale, au niveau du chœur (fig. 4, 5, 7 et 8). Les fondations sont constituées par les vestiges arasés de l’église antérieure. Dans les angles nord-est et sud-est sont intégrées deux statues-menhirs entières, positionnées face vers le sol et tête à l’ouest16.

Fig. 4 Relevé graphique de la façade nord.

Fig. 4 Relevé graphique de la façade nord.

Fig. 5 Relevé graphique de la façade sud.

Fig. 5 Relevé graphique de la façade sud.

15Les murs des élévations sont à double parement de grand appareil et d’épaisseur régulière (85 cm). Les blocs de granite à gros grain et de couleur rosée (monzogranite porphyroïde) ont été prélevés localement, très probablement sur les affleurements situés à environ 800 m à l’ouest de la cathédrale. Ils présentent une face visible bien taillée avec quelques microtraces pouvant témoigner de l’utilisation de la broche. Les assises sont horizontales mais de hauteur irrégulière. De petites cales ont parfois été utilisées pour ajuster les assises, notamment autour du linteau de la porte nord. Les faces visibles des blocs de parement sont quadrangulaires. Les longueurs moyennes se situent entre 30 et 60 cm et les hauteurs entre 25 et 43 cm. Le rapport entre ces deux dimensions varie de 1/1 à 1/2,5. Si les blocs rectangulaires sont le plus souvent placés horizontalement, on constate quelques cas inverses cependant très rares.

16Tous ces blocs sont liés avec du mortier de chaux beige foncé et résistant, contenant du sable fin constitué principalement de grains de quartz et de mica de 1 à 2 mm de diamètre. Ce matériau fut sans doute prélevé dans le lit de la Sagone, distant actuellement de 160 m. Même si l’on admet que ce fleuve a pu se déplacer dans son lit majeur depuis le Moyen Âge, la source d’approvisionnement en sable ne pouvait, en aucun cas, être éloignée de plus de 1 km du site à bâtir.

Fig. 6 Relevé graphique de la façade sud, paroi intérieure.

Fig. 6 Relevé graphique de la façade sud, paroi intérieure.

17La chaux elle-même est produite à partir de calcaire dont des fragments sont encore présents dans le mortier. Or, cette roche est totalement absente du secteur et les gisements les plus proches, accessibles par la mer, se trouvent à Bonifacio (120 km) et dans la région de Nebbio (135 km). Un autre gisement, accessible uniquement par la terre, est connu dans la région de Francardo, située à environ 50 km.

18Les trous de boulin ne sont conservés que dans le mur sud. Quatre sont visibles sur la façade extérieure et trois en correspondance à l’intérieur à la 10e, 16e et 24e assise. Il s’agit à la fois de trous aménagés entre les blocs et de trous façonnés dans un angle. Dans tous les cas ils sont traversants et de section rectangulaire, plutôt étroits et hauts. La distance entre les rangées horizontales est d’environ 1,20 m. La première visible est à 2,60 m au-dessus de la fondation. La distance entre les lignes verticales est de 1,90 m environ. Plusieurs de ces trous, qui semblent avoir été laissés ouverts dans un premier temps, ont ensuite été bouchés.

19Le seul décor visible est constitué d’une discrète animation murale qui associe un pilastre d’angle de 92 à 93 cm de largeur et 8 cm d’épaisseur, ainsi qu’une plinthe au profil en biseau de même épaisseur qui court au bas des murs (fig. 4, 5, 7 et 8). Celle-ci est située à la quatrième assise, soit à une hauteur d’environ 1,05 m au-dessus de la fondation.

Fig. 7 Vue de la façade sud.

Fig. 7 Vue de la façade sud.

Fig. 8 Vue de la façade nord.

Fig. 8 Vue de la façade nord.

20La façade nord conserve une porte partiellement restructurée (il s’agit d’une restauration du xxe siècle), mais dont la largeur originelle avoisine les 70 cm (fig. 4 et 8). Son seuil a disparu. Les jambages sont constitués de blocs identiques à ceux utilisés pour la construction des murs, mais taillés de manière à former une feuillure de 8 à 10 cm de largeur. Elle est surmontée d’un linteau en bâtière dont l’insertion a nécessité quelques petits ajustements à l’aide de cales. à l’intérieur, cette porte présente une feuillure et un linteau droit surmonté d’un arc appareillé en plein cintre surhaussé et légèrement outrepassé, dont le tympan est partiellement couvert d’un enduit de chaux blanc. Ce dernier conserve les traces d’un dessin préparatoire au trait ocre rouge, représentant un avant-bras au-dessus d’une roue. Les lacunes sont trop importantes pour proposer une interprétation iconographique et une datation.

21Dans la façade sud, une fenêtre meurtrière est visible à la hauteur de la 20e assise, soit à environ 5 m au-dessus de la fondation (fig. 5 et 7 supra). Cette ouverture à double ébrasement, de 32 cm de largeur et au moins 1,4 m de hauteur, a été partiellement refaite dans sa partie supérieure, en particulier au niveau du linteau remplacé au moment de la restauration du xviiie siècle.

22Bien que les parties hautes de la face nord soient en grande partie recouvertes d’enduit (du xviiie siècle), les lacunes laissent voir des blocs qui indiquent que le type d’appareillage est identique à celui décrit ci-dessus sur toute l’élévation, soit environ 7 m. En revanche, sur la longueur, il ne concerne, au nord comme au sud, qu’une portion d’environ 5,6 m. Ainsi, vers l’ouest, il s’interrompt brutalement par un chaînage d’attente (us 99) visible sur toute la hauteur, y compris sous l’enduit de la partie haute, fissuré dans le prolongement (fig. 4, 5 et 8 supra). Cependant, la fondation se poursuit de manière homogène sur l’intégralité du périmètre.

Phase 2b :

23Cette phase, moins bien documentée que la précédente, concerne la construction des murs de la nef, depuis le chaînage d’attente us 99 jusqu’à la façade occidentale.

24L’appareillage est assez semblable au précédent mais on note deux différences. Les blocs n’ont pas fait l’objet d’une finition aussi soignée que durant la phase 2a : les angles sont souvent grossiers et la surface visible légèrement bosselée alors que l’utilisation de fragments de tegulae et de petites pierres de calage disposées soit horizontalement soit verticalement est fréquente. De plus, il n’existe pas de pilastre aux angles nord-ouest et sud-ouest et la plinthe n’est plus utilisée. En revanche, les deux premières assises, construites en retrait par rapport à la semelle de fondation, débordante de 20 à 25 cm environ, forment deux ressauts assez irréguliers de 7 à 10 cm d’épaisseur. Le mortier utilisé est de la chaux beige et résistante, contenant du sable grossier.

25La relation stratigraphique entre cette phase 2b et la précédente (2a) apparaît clairement sur la façade nord mais a été en partie masquée sur la face sud par les restaurations récentes (seconde moitié du xxe siècle).

26Au niveau du chaînage d’attente us 99, on constate donc que les assises des murs de la nef sont organisées pour s’adapter aux maçonneries de la phase précédente. Ainsi, les premières pierres des 3e et 9e assises sont surélevées par des fragments de briques ou de tegulae, de manière à compenser la différence de hauteur des blocs et à s’inscrire dans l’alignement de l’assise supérieure. Cette observation laisse aussi penser que la construction de ces deux assises au moins a débuté à l’ouest et a progressé vers l’est pour se terminer justement contre le chaînage d’attente. La mise en place de la 6e assise semble s’être déroulée de la même manière. Le dernier bloc étant trop court pour atteindre la pierre suivante déjà en place, l’intervalle de quelques centimètres a été comblé par des fragments de terre cuite disposés sur chant.

  • 17 Moracchini-Mazel 1967, p. 205.

27La façade occidentale de la nef devait comporter au moins une porte dont aucun vestige n’a été conservé. à la fin des années 1960, on signale également une porte près de l’angle sud-ouest17 : cette ouverture a été détruite par les « restaurations » des années 1980 et aucun document ne donne son emplacement exact ni ses caractéristiques.

Phase 2c :

28La phase 2c n’est représentée que par une portion de mur de 2,6 m² (us 95) visible sur la face nord, uniquement à l’extérieur (fig. 4 et 8). Les pierres utilisées sont semblables à celles de la phase précédente. On remarque également la présence de petites pierres et fragments de tuiles de calage. Le mortier de chaux utilisé est beige et très gras. Les joints sont beurrés. Ce mur, qui vient lui aussi s’appuyer sur le chaînage d’attente us 99, est toutefois construit en retrait (5 à 10 cm) par rapport au mur de la phase précédente sur lequel il repose.

Phase 2d :

29Comme la précédente, la sous-phase 2d n’est documentée que par une petite portion de mur (9,1 m²) conservée sur la face nord (us 97). La maçonnerie est ici constituée de briques liées au mortier de chaux blanc, gras et friable (fig. 4 et 8). Les briques, en pâte rouge orangé parsemée d’inclusions de quartz (jusqu’à 6 mm), sont bien cuites et présentent un module assez uniforme de 5,5 cm d’épaisseur, 31 cm de longueur et 12,5 cm de largeur. L’irrégularité des formes entraîne des variations de mesure de ± 1 cm environ. Les joints, creusés par l’érosion, ont entre 1 et 1,5 cm d’épaisseur. Cette construction s’adapte elle aussi au chaînage 99 et prend appui sur la dernière assise du mur 95. C’est peut-être à cette phase 2d qu’il faut associer la baie percée dans la partie haute du mur nord, au-dessus de la porte, puisqu’elle est également construite en briques (fig. 4 et 8). De forme rectangulaire (1,30 x 2,10 m), elle présente un fort ébrasement vers l’extérieur.

Discussion

30Ces quatre sous-phases mettent en évidence les grandes étapes de construction et de restauration de la cathédrale romane. Son plan est au moins en partie calqué sur celui de l’église primitive. Le chantier a débuté par l’extrémité orientale, autrement dit par l’abside aujourd’hui disparue, et par le chœur. Les murs ont été montés jusqu’au niveau de la couverture et terminés vers l’ouest par un chaînage d’attente qui permit d’accrocher sans trop de difficulté les murs de la nef, construite dans un second temps.

  • 18 Pergola 1979 ; Id. 1980 ; Id. 1981.
  • 19 Ces bols ont aujourd’hui disparu mais les cavités, très caractéristiques et au nombre de quatre, s (...)

31Quelques éléments caractéristiques donnent la possibilité de faire des comparaisons avec des édifices géographiquement proches et subordonnés à la cathédrale de Sagone : San Giovanni de Sari d’Orcino, pieve de Cinarca18, et San Giovanni, pieve de Paomia. Ces églises présentent des dimensions quasiment identiques, le même type d’appareillage, les mêmes pilastres d’angle, une haute plinthe au profil biseauté tout à fait semblable, ainsi qu’un arc surhaussé surmontant les portes latérales. Dans tous les cas, on note l’absence de bande arcaturée et d’élément sculpté, pourtant fréquents sinon systématiques sur les édifices insulaires de cette catégorie. Le décor repose donc uniquement sur la présence de discrètes moulurations et à San Giovanni de Cinarca au moins (il s’agit de l’église la mieux conservée), de bols de céramique insérées dans la partie haute des murs (bacini)19.

  • 20 Coroneo 2006, p. 96-97 ; Id. 2000, p. 19-25, p. 55, p. 80-83.

32L’intérêt de ces remarques est double. Elles permettent, dans un premier temps, de circonscrire un nouveau groupe d’édifices de culte insulaires dans le diocèse de Sagone, présentant des caractéristiques architecturales identiques et dont le modèle originel est peut-être la cathédrale elle-même. D’autre part, elles offrent la possibilité de proposer une datation autour de la première moitié du xiie siècle sur la base de comparaisons stylistiques avec des constructions de Toscane. En effet, comme le souligne R. Coroneo20, on retrouve ici des procédés élaborés autour de Pise et notamment sur des édifices de première importance comme la pieve Santa Maria de Cascina. Outre les éléments déjà cités (pilastres d’angle, plinthe biseautée, absence de bande arcaturée), on y retrouve les oculi circulaires dans la partie haute des deux frontons, semblables à ceux de San Giovanni de Cinarca.

33On est toutefois frappé par les modestes proportions de la cathédrale de Sagone, guères supérieures à celles de la majorité des pievi insulaires, mais bien éloignées de celles des cathédrales du nord de l’île : Mariana (33 x 20,75 m) et Nebbio (27,75 x 13 m). De telles différences devraient pouvoir s’expliquer simplement par la relative pauvreté du diocèse de Sagone.

  • 21 La première description de la cathédrale ruinée est donnée par Mgr A. Giustiniani vers 1526-1530 « (...)
  • 22 Istria 2005b, p. 142-144.

34Les trois phases successives (2b, c et d) ne peuvent être datées précisément. On retiendra, au moins en attendant la collecte de nouvelles données, qu’elles peuvent s’inscrire dans une fourchette chronologique assez large, du xiie au xve siècle. En effet, à partir de 1530 le site est régulièrement décrit comme abandonné et l’église partiellement détruite21. C’est donc probablement avant cette date qu’il faut situer la restauration de la nef en briques. Ce matériau est d’ailleurs fort peu utilisé dans l’île, sauf dans les présides génois (Ajaccio, Bastia, Bonifacio, Calvi…) où il apparaît dans le courant du xive siècle22.

3. État 3, l’édifice du XVIIIe siècle

Phase 3a :

35Après la destruction de l’abside, les murs latéraux de l’édifice sont reconstruits dans leur partie haute et deux nouveaux murs sont érigés à l’est et à l’ouest pour fermer le chœur (fig. 9 et 10). Le nouvel espace ainsi délimité a une superficie d’environ 39 m² (longueur nord-sud : 7,65/7,60 m ; largeur est-ouest : 5,06/5,10 m). Les maçonneries sont constituées de moellons de taille très hétérogène ainsi que de très nombreux matériaux de remploi : pierres de taille de l’édifice médiéval et fragments de brique. Les petites pierres de calage sont nombreuses et le liant est à base de chaux associée à de la terre argileuse.

Fig. 9 Vue de la façade orientale de la chapelle du xviiie siècle. On distingue à la base l’abside de la phase 1.

Fig. 9 Vue de la façade orientale de la chapelle du xviiie siècle. On distingue à la base l’abside de la phase 1.

Fig. 10 Vue de la façade occidentale de la chapelle du xviiie siècle.

Fig. 10 Vue de la façade occidentale de la chapelle du xviiie siècle.

36Sur les façades sont visibles plusieurs trous de boulin traversants de dimensions irrégulières et relativement importantes (17 x 34 cm, 18 x 32 cm, 20 x 22 cm…). Les rangées respectent un alignement horizontal et vertical très approximatif. La façade ouest présente trois rangées horizontales de quatre trous. La première est à une hauteur de 2,05 m environ, les deux suivantes sont espacées respectivement de 1,40 et 1,10 m. Les espacements entre les lignes verticales sont de 1,80 à 2 m. Un seul trou est décalé (première ligne, nord) en raison de la présence de la porte. La façade orientale, pour sa part, présente trois rangées horizontales de trois trous. La première ligne est à environ 2,10 m du sol, les deux suivantes sont distantes respectivement de 2,20 et 1,20 m. Les espacements entre les lignes verticales sont de 1,80 m environ. À partir de ces données on peut restituer un échafaudage constitué de boulins de fort diamètre soutenus par des perches, peut-être simples, compte tenu de la faible hauteur nécessaire (environ 5 m).

37La façade orientale est percée de deux fenêtres à ébrasement extérieur (environ 0,75 m de largeur et 1,30 m de hauteur) ; la face occidentale d’une seule porte, décalée vers l’angle nord-ouest, large de 1,15 m, haute de 2,15 m. Toutes ces ouvertures sont surmontées d’arcs en anse de panier constitués de claveaux en remploi, de briques et de simples moellons.

38Les faces nord, sud et est sont couvertes d’un épais enduit de chaux et de terre, friable, de couleur ocre. Il n’est que partiellement conservé mais couvre l’ensemble des unités stratigraphiques bâties à l’exception de la façade occidentale.

39Sur cette dernière, on peut aussi observer une série de pierres saillantes installées au niveau de l’avant-dernière assise, immédiatement sous la plus haute rangée de trous de boulin. Ces onze corbeaux, espacés de 50 à 80 cm sont parfaitement alignés et dépassent du mur de 10 à 20 cm.

Phase 3b :

40Une dernière phase (3b) est bien identifiable dans la partie haute de la façade occidentale. Le nouveau mur, d’une hauteur de 1,70 m environ, est construit à partir de l’arase de la façade, immédiatement au-dessus du dernier rang de trous de boulin où un retrait d’environ 15 cm est aménagé. Les matériaux utilisés sont identiques à ceux mis en œuvre durant la phase précédente bien que les pierres taillées soient moins nombreuses, le mortier de chaux plus abondant et les joints gras. Deux rangées de pierres saillantes espacées d’une trentaine de centimètres dessinent un arc surbaissé sur toute la longueur du mur. Une petite lucarne est également aménagée près de l’angle sud-ouest. C’est durant cette phase qu’une voûte en berceau à pénétration, dont la base est soulignée par une corniche moulurée, est jetée au-dessus de la chapelle selon un axe nord-sud. La contemporanéité de la voûte et du mur peut être déduite de la position de la lucarne. Aménagée au moment de la construction du mur, elle est aussi parfaitement positionnée au centre de la lunette sud-ouest de la voûte.

Discussion

  • 23 Foata 1895, p. 42.
  • 24 AD Corse-du-Sud, 5 G 4/1, 7 septembre 1728 ; Foata 1895, p. 43.

41La construction de ce nouvel édifice peut être attribuée à l’évêque de Sagone Mgr P.-M. Giustiniani qui, élu en 1726, s’engage à rebâtir l’ancienne cathédrale. Selon Mgr de La Foata, l’objectif était de « conserver le souvenir d’un lieu si vénéré où les évêques de Sagone allaient prendre possession de leur titre et pour ne point priver de la sainte messe, aux jours de fête, les marins et les nombreux colons qui habitent cette plage durant une partie de l’année23 ». La première pierre est posée le 7 septembre 1728 par le maître-maçon lucquois, Bernardino Pardini, qui reçoit la somme de 1200 livres de Gênes24. L’autel, construit à l’intérieur de la nouvelle chapelle et contre son mur sud avec des matériaux de remploi, est finalement consacré deux ans plus tard, le 6 juin 1730.

42Les deux phases de construction mises en évidence pourraient découler d’un même projet ; la phase 3b ne correspondrait alors qu’au voûtement de la chapelle. La disposition de cette couverture, la présence des corniches moulurées, la réutilisation de la porte médiévale située quasiment au centre de la nouvelle façade septentrionale et la disposition de l’autel, contre le mur sud, confèrent à cet espace une forte axialité sud-nord. On peut penser, par conséquent, que le projet élaboré par P.-M. Giustiniani en 1728 avait simplement pour ambition la construction d’une petite chapelle commémorative, implantée exactement au-dessus des sanctuaires primitifs.

43Pourtant, les pierres saillantes visibles au haut de la façade ouest peuvent être interprétées comme l’amorce d’une voûte perpendiculaire à la précédente. L’objectif était donc très probablement de couvrir également l’ancienne nef. L’absence d’enduit sur la façade ouest vient étayer cette hypothèse puisqu’il s’agirait alors d’un mur intérieur, faisant office de chevet et certainement destiné à recevoir un enduit de meilleure qualité, sinon un décor ou un autel monumental. Dans ce cas, la ligne de corbeaux, située en haut du mur, a pu avoir pour fonction de maintenir la corniche, absente sur toutes les autres façades extérieures. Sa hauteur, équivalente à celle de la corniche intérieure située à la base de la voûte, semble confirmer cette hypothèse.

  • 25 Mattei 1998, p. 19, 23, 34.

44Par conséquent, si le projet initial avait pour objectif la construction d’une modeste chapelle, il a pu évoluer sans pour autant être mené à terme. Il est possible que l’évêque ait eu finalement pour ambition de rebâtir l’ensemble de l’église, la petite chapelle se transformant ainsi en une simple sacristie, située en arrière du chœur et de la nef couverte d’une voûte. Ce plan, ainsi que ce type d’élévation, correspondent au modèle qui se diffuse dans l’île justement au xviiie siècle. On verra ainsi les exemples de Sainte-Croix de Bastia, Sainte-Croix de Santo-Pietro-di-Tenda et Saint-André de Loreto-di-Casinca25.

Conclusion

  • 26 Corse, Sardaigne et Baléares. Aux ve-vie siècles, ces trois îles sont rattachées à Carthage.
  • 27 Chevalier 1996, t. 2, p. 76.

45Outre la question des origines, très rapidement évoquée ici, l’étude des architectures partiellement mises au jour durant les fouilles anciennes ou conservées en élévation permet de retracer dans ses grandes lignes l’histoire de l’église cathédrale Sant’Appianu de Sagone (fig. 11). Le premier édifice, actuellement reconnu, n’est qu’une modeste église à une seule nef terminée par une abside orientée à trois pans. Cette dernière apparaît comme originale dans le contexte insulaire du bassin occidental de la Méditerranée26, mais peut s’inscrire dans une tradition architecturale qui a connu un certain succès en Orient ou, plus près de nous, dans la péninsule Italienne et les régions de la côte est Adriatique27.

  • 28 Istria 2005a, p. 97-140 ; Istria 2005b, p. 132-136.
  • 29 Istria 2005a, p. 90 ; Istria et Pergola 2009a. Après Montanus, à Rome en 600, les évêques de Sagon (...)
  • 30 Coroneo 2006.
  • 31 L’ancienne cathédrale d’Aléria a fait l’objet d’un diagnostic archéologique en janvier et février (...)

46C’est sur les arases de cette église du ve ou plus probablement du vie siècle qu’est érigée une nouvelle cathédrale vers le début ou la première moitié du xiie siècle. Cette reconstruction, dans un style roman, s’inscrit dans le programme de réactivation des évêchés insulaires impulsé par l’archevêque de Pise à partir de 1091-109228. Il fait suite à une longue phase (de la seconde moitié du viie à la fin du xie siècle) durant laquelle les diocèses primitifs ont été réunis sous l’autorité d’un seul évêque dont le siège se trouvait très probablement à Mariana29. L’arrivée dans l’île, dès les années 1100, d’équipes de bâtisseurs toscans est un fait aujourd’hui bien reconnu30, mais l’exemple de Sagone et celui d’Aléria, très récemment révélé par l’archéologie préventive31, semblent montrer que des artisans spécialisés, travaillant à partir de modèles communs, sont intervenus en Corse et dans le nord de la Sardaigne sur des chantiers importants, non pas tant par la taille et la richesse des édifices, que par le statut de ceux-ci.

  • 32 Cervoni 1989. On verra en particulier les cartes de Gerhard Marcator (1589) et Nicolas Sanson (165 (...)
  • 33 Sur l’insécurité des côtes due aux razzias turques à partir de 1500, avec une forte dégradation de (...)
  • 34 Casta 2001.

47Cependant, les deux phases principales mises en évidence dans la cathédrale romane de Sagone témoignent d’une interruption des travaux et de l’intervention très probable d’au moins deux équipes. Comme la phase 2b, les vestiges des restaurations sont difficilement datables et interprétables en raison de leur état de conservation. Ils semblent toutefois être antérieurs aux années 1530, puisque l’édifice est décrit comme détruit à partir de ce moment-là. Mgr N. Mascardi, chargé d’une visite apostolique en 1587, et pourtant si précis dans ses comptes rendus d’inspection (voir par exemple les nombreux détails qu’il donne sur la cathédrale d’Ajaccio), ne mentionne même pas Sant’Appianu de Sagone. Ce silence est des plus révélateurs et indique indiscutablement que l’ancienne cathédrale est effectivement détruite, ce qui ressort également de la lecture des cartes et des comptes rendus de visite des xvie et xviie siècles32. D’ailleurs, dès 1569 et pour des raisons de sécurité, le pape Pie V donna la permission de transférer le siège épiscopal dans le village de Vico, situé dans la montagne à environ 10 km de Sagone. Il ne s’agit probablement là que de l’officialisation d’un état de fait déjà ancien. Les sièges épiscopaux insulaires sont en effet transférés vers des villes neuves (Bastia, Ajaccio) ou de gros bourgs (Vico, Cervione) dans le courant du xvie siècle. Et si la sécurité des côtes est effectivement un problème fondamental dès les années 150033, ces déplacements renvoient bien évidemment à la question récurrente, avant le concile de Trente, de la résidence des évêques qui semblent fuir leur cathédrale isolée dans la campagne pour des centres plus dynamiques, aussi bien en Corse qu’en Italie34. En 1625, Urbain VIII autorisa d’ailleurs l’évêque de Sagone à quitter Vico pour résider dans la forteresse de Calvi dont l’église principale, Saint-Jean-Baptiste, devint alors pro-cathédrale.

  • 35 Foata 1895, p. 42. Cette construction est déjà représentée et numérotée (281) sur le cadastre de 1 (...)

48Pourtant, au début du xviiie siècle, plus précisément en 1728, le nouvel évêque, P.-M. Giustiniani, met sur pied un programme de reconstruction, répondant peut-être ainsi au souhait du pape Urbain VIII qui avait autorisé le déplacement de l’évêque dans l’attente de la réédification de la « cité ». L’examen des structures conservées en élévation peut en effet conduire à supposer que le projet prévoyait la reconstruction totale de l’église à partir des ruines de l’édifice médiéval. Cependant, le voûtement de la nef, qui semble avoir été prévu, n’a jamais été réalisé et seule l’extrémité orientale, destinée probablement à devenir une sacristie, a finalement été couverte pour être transformée en petite chapelle dotée de son propre autel dédié à la Vierge Marie et aux saints Appien et Benoît. C’est là, comme le suppose Mgr de La Foata, « que l’on devait célébrer la sainte messe pour les marins et les colons de Sagone, habitant cette plage pendant la saison des semailles et celle des récoltes ». Mais très vite, l’édifice est à nouveau désaffecté. Dès les années 1820-1830 il est en effet utilisé pour stocker de la paille et les nouveaux propriétaires du terrain « ont construit, avec la pierre tombée, une maisonnette dans l’intérieur de l’église35 ».

49Ce ne sont que les travaux de bonification et d’assainissement qui permirent l’installation progressive d’un nouvel habitat permanent à Sagone. Cependant, celui-ci ne s’implanta pas autour de la chapelle construite par
P.-M. Giustiniani, qui en réalité présentait bien peu d’attraits, mais à 700 m de là sur la rive gauche de la Sagone, le long de l’axe routier qui relie les villages de montagne à la mer et à Ajaccio, siège de la préfecture depuis 1793. C’est là, à partir de 1866, que fut construit un nouvel oratoire dédié à Sant’Appianu.

Haut de page

Bibliographie

Casta F. J.
2001, « L’Église de Corse aux temps modernes », dans Istria D. et Pergola P. (dir.), Corsica christiana, 2000 ans de christianisme, catalogue de l’exposition du musée de la Corse, Ajaccio, p. 56-70.

Cancellieri J.-A.
1997, Bonifacio au Moyen Âge, Ajaccio, CRDP de Corse.

Cervoni F.
1989, Image de la Corse, Ajaccio.

Chevalier P.
1996, Salona II, Ecclesiae dalmatiae, [Collection de l’École française de Rome, 194], Rome.

Coroneo R.
2000, Storia dell’Arte in Sardegna. Architettura romanica dalla metà del mille al primo ‘300, Nuoro.

2006, « Chiese romaniche in granito dell’isola d’Elba, della Corsica e della Sardegna », actes du 128e congrès du CTHS, Bastia 14-21 avril 2003, Études Corses, 62, p. 93-104.

Duval N.
1995, « Vico, église et baptistère Saint-Appien », dans Duval N. (dir.), Les premiers monuments chrétiens de la France, 1, Sud-Est et Corse. Paris, p. 324-329.

Foata Mgr
1895, Recherches et notes sur l’histoire de l’église en Corse, Bastia.

Giustiniani A.
1993, Description de la Corse, Graziani A.-M. (trad.), Ajaccio.

Graziani A.-M. (dir.)
2002, Défendre la Corse, Ajaccio.

Istria D.
2005a, Pouvoirs et fortifications dans le nord de la Corse, Ajaccio.

2005b, « L’hégémonie politique et économique comme cadre de diffusion des techniques de construction au Moyen Âge : la Corse entre Toscane et Ligurie du xie au xive s. », Arqueologia de la Arquitectura, 4, p. 142-144.

Istria D. et Pergola P.
2007, Le baptistère paléochrétien d’Ajaccio, actes du colloque international « Tempi e dinamiche della cristianiz­zazione », Albenga (Italie), publications de l’Istituto Internazionale di Studi Liguri, p. 741-769.

2009a, « La Corse byzantine », dans The insular system of Early Byzantine Mediterranean : archaeology and history, Actes du colloque international de Nicosie (Chypre), 25-26 octobre 2007 (à paraître).

2009b, « La Corse », dans Gauthier N., Beaujard B. et Prévot F. (éd.), Topographie chrétienne des cités de la Gaule (à paraître).

2009c, « Nouvelles données sur les groupes épiscopaux de Corse », dans Lopez Quiroga J. et al. (éd.), Episcopus, civitas, territoruim, Actes du XV congreso internacional de arqueologia cristiana, Tolède, 8-12 septembre 2008 (à paraître).

Kehr F.
1977, Papsturkunden in Italien. Reiseberichte zur Italia Pontificia, II, Cité du Vatican.

Lanzoni F.
1927, Le diocesi d’Italia, dalle origine al principio del sec. VII (an.604), Studi e Testi, 35, 2e éd., Faenza.

Mascardi N.
1587, Visite apostolique (1587) - Ms inédit des Archives vaticanes.

Mattei N.
1998, Les églises baroques de Corse, CRDP de Corse, Ajaccio.

Moracchini-Mazel G.
1967, Les églises romanes de Corse, Paris.

Pergola P.
1979, « San Ghjuvan Battista pieve de Cinarca à Sari d’Urcinu », Archeologia Corsa, IV, p. 103-112.

1980, « Lo scavo della pieve di Cinarca in Corsica ; nuove prospettive per l’archeologia medievale insulare », Archeologia Medievale, 7, p. 467-474.

1981, « La pieve de San Ghjuvan Battista di Cinarca (Corsica) », Revue d’Études Ligures, XLVIIe année, 1-4, p. 321-335.

2004, « Mariana, capitale de la première Corse chrétienne », dans Fixot M. (dir.), Paul-Albert Février de l’Antiquité au Moyen Âge, Aix-en-Provence, PUP, p. 239-257.

Venturini A.
2007, « Les évêques de Corse depuis les origines avérées à la réunion de l’évêché d’Accia à celui de Mariana (591-1563) », Études corses, 65, p. 1-40.

Haut de page

Notes

1 Cette situation originale s’explique par le déplacement des sièges épiscopaux dès le xvie siècle.

2 Istria et Pergola 2007.

3 Les opérations d’archéologie préventive sont réalisées par l’Inrap et dans le cadre de conventions Inrap-CNRS.

4 L’historique des recherches sur le site de Sant’Appianu de Sagone a été présenté dans Duval 1995. Il faut y ajouter le sauvetage urgent réalisé dans le secteur de la nécropole en 1998 et la prospection en 2000 sous la direction de H. Marchesi, ainsi que le diagnostic archéologique réalisé par D. Istria en 2006. Les rapports de ces opérations sont conservés au Service régional de l’archéologie de Corse, à Ajaccio.

5 Les premiers résultats sont présentés dans Istria et Pergola 2009a et b.

6 Les annexes font l’objet d’une fouille archéologique depuis l’été 2008 et seront présentées ultérieurement.

7 Ces opérations ont été réalisées sous la direction de G. Moracchini-Mazel, le plus souvent sans autorisation. Les résultats n’ont été présentés que dans des publications très sommaires dont une synthèse a été proposée dans Duval 1995.

8 En 591 Grégoire le Grand ordonne à un évêque Léon de réorganiser le diocèse de Sagone, dont le siège était vacant depuis de longues années (Reg. Ep., I, 76, CC, CXL, p. 84-85). Le premier évêque nommément connu est Montanus, présent au synode romain de 600 (Lanzoni 1927, p. 704).

9 Istria 2005a, p. 90-91 et 102-120.

10 Venturini 2007.

11 Cancellieri 1997, textes 69 et 71.

12 Giustiniani 1993, p. 210-209.

13 Foata 1895, p. 40-46.

14 Pergola 2004 ; Istria et Pergola 2009a, b et c.

15 Cette inscription peut être restituée de la manière suivante : (in honore san)CTI APPIANI/ + IVBANTE DEO PAVLVS FECIT. Elle a été attribuée au ve ou plutôt au vie siècle d’après l’analyse épigraphique.

16 Deux fragments de statues-menhirs de dimensions importantes ont également été utilisés dans les maçonneries plus tardives (État 3 et restauration xxe siècle). Il ne semble pas qu’ils aient pu être insérés dans les fondations romanes puis récupérés pour servir de simples blocs de maçonnerie au xviiie siècle.

17 Moracchini-Mazel 1967, p. 205.

18 Pergola 1979 ; Id. 1980 ; Id. 1981.

19 Ces bols ont aujourd’hui disparu mais les cavités, très caractéristiques et au nombre de quatre, sont bien visibles sur le fronton occidental, à chaque extrémité de l’oculus cruciforme.

20 Coroneo 2006, p. 96-97 ; Id. 2000, p. 19-25, p. 55, p. 80-83.

21 La première description de la cathédrale ruinée est donnée par Mgr A. Giustiniani vers 1526-1530 « …nella quella villa [de Vico] già uno vescovo dede principio a edificar’una giesia in scambio di quella de Sagona, la quale insieme cu’ la città sono in tuto rovinate… » : Giustiniani 1993, p. 201-209.

22 Istria 2005b, p. 142-144.

23 Foata 1895, p. 42.

24 AD Corse-du-Sud, 5 G 4/1, 7 septembre 1728 ; Foata 1895, p. 43.

25 Mattei 1998, p. 19, 23, 34.

26 Corse, Sardaigne et Baléares. Aux ve-vie siècles, ces trois îles sont rattachées à Carthage.

27 Chevalier 1996, t. 2, p. 76.

28 Istria 2005a, p. 97-140 ; Istria 2005b, p. 132-136.

29 Istria 2005a, p. 90 ; Istria et Pergola 2009a. Après Montanus, à Rome en 600, les évêques de Sagone sont à nouveau documentés à partir de 1121 : Kehr 1977, X, p. 474, n° 36.

30 Coroneo 2006.

31 L’ancienne cathédrale d’Aléria a fait l’objet d’un diagnostic archéologique en janvier et février 2008 sous la direction de D. Istria. Ces travaux ont permis de mettre au jour, à l’intérieur de l’édifice actuel bâti au xixe siècle, les vestiges de deux églises, l’une de la fin du xive ou du xve siècle, l’autre du xiie siècle.

32 Cervoni 1989. On verra en particulier les cartes de Gerhard Marcator (1589) et Nicolas Sanson (1658).

33 Sur l’insécurité des côtes due aux razzias turques à partir de 1500, avec une forte dégradation de la situation à partir de 1570, voir notamment : Graziani 2002.

34 Casta 2001.

35 Foata 1895, p. 42. Cette construction est déjà représentée et numérotée (281) sur le cadastre de 1857 de la commune de Vico, section B dite de Sagone.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Carte des localités mentionnées dans le texte.
Crédits N.B. : Toutes les photographies sont de D. Istria, DAO : D. Istria, relevés planimétriques et élévations : B. Fabry.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Fig. 2 Vue de la cathédrale depuis le nord-ouest.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 3 Plan d’ensemble des vestiges.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16289/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Fig. 4 Relevé graphique de la façade nord.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16289/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 5 Relevé graphique de la façade sud.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16289/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Fig. 6 Relevé graphique de la façade sud, paroi intérieure.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16289/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Fig. 7 Vue de la façade sud.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16289/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Titre Fig. 8 Vue de la façade nord.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16289/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Titre Fig. 9 Vue de la façade orientale de la chapelle du xviiie siècle. On distingue à la base l’abside de la phase 1.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16289/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre Fig. 10 Vue de la façade occidentale de la chapelle du xviiie siècle.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16289/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Istria, « La cathédrale Sant’Appianu de Sagone (Vico, Corse-du-Sud). Une relecture architecturale des églises paléochrétienne, médiévale et moderne »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 105-119.

Référence électronique

Daniel Istria, « La cathédrale Sant’Appianu de Sagone (Vico, Corse-du-Sud). Une relecture architecturale des églises paléochrétienne, médiévale et moderne »Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16289 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.16289

Haut de page

Auteur

Daniel Istria

Chargé de recherche, CNRS-université de Corse, UMR 6240 LISA.

Articles du même auteur

Haut de page

Collaborateur

Paola Camuffo

Doctorante, CNRS-université de Corse, UMR 6240 LISA.

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals