Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48L’étude des matériaux organiques ...

L’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge (France, Suisse et Allemagne occidentale) : un apport majeur à la connaissance des pratiques funéraires et du vêtement

The study of organic materials in the tombs from the Early Middle Ages (France, Switzerland and West Germany): a major contribution to the knowledge of funerary practices and of clothing
Die Untersuchung der organischen Materialien in den frühmittelalterlichen Gräbern (Frankreich, Schweiz und Westdeutschland) – ein wichtiger Beitrag zur Kenntnis der Grabsitten und der Kleidung
Florence Carré, Antoinette Rast-Eicher, Bruno Bell et Julien Boisson
p. 37-99

Résumés

L’intérêt des fragments de matériaux organiques préservés dans l’environnement des objets métalliques en contexte funéraire a largement été démontré en Suisse et en Allemagne. Leur étude détaillée apporte en effet de précieuses informations sur les pratiques, les vêtements et les dépôts sépulcraux. Ce type d’approche est encore peu pratiqué en France. Une partie des méthodes a été testée sur quelques sépultures d’un important cimetière mis au jour à Harfleur (Seine-Maritime). Cet article propose une historiographie de la question, un bilan critique des techniques de prélèvement, des données générales sur la conservation des matériaux organiques, le mode de dégagement et d’enregistrement, ainsi que des remarques sur les difficultés d’identification ou d’interprétation. La question des restitutions est également abordée. De nombreux exemples et quatre études de cas illustrent les résultats.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions chaleureusement tous les collègues qui nous ont aidés pour ce travail, en particulier ceux qui nous ont autorisés à publier leurs illustrations, C. Charamond (musée municipal Alfred-Bonno, Chelles, clichés de la tunique de la reine Bathilde), P. Périn (restitution d’Arégonde), les services d’archéologie cantonale de Zoug (tombes 24 de Baar, Zugerstraße et 189 de Baar, Früebergstraße) et de Zurich (clichés encore non publiés de Fehraltdorf), ainsi que ceux qui nous ont facilité l’accès à la documentation (M.-C. Truc, C. Paresys, M. Châtelet et P. Moitrel) ou qui nous ont permis de mentionner leurs études (F. Médard). Nous tenons également à exprimer notre reconnaissance pour son implication dans cette recherche à l’équipe de fouille, dont une partie a perdu son emploi après l’opération d’Harfleur. Enfin, toute notre gratitude à V. Hincker, F. Jimenez et M.-C. Truc pour leur relecture attentive et leurs suggestions, qui ont contribué à améliorer l’article.

Introduction

  • 1 L’article développe les propos d’un premier bilan (Carré, Rast-Eicher, Bell et al. 2015b).

1Cet article constitue l’aboutissement des travaux d’un programme collectif de recherche (PCR) intitulé « l’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge : un apport à la connaissance des pratiques funéraires et des vêtements ? ». Le projet a vu le jour en 2012, lors de la fouille exhaustive d’un cimetière mérovingien à Harfleur. Ce site a en effet fourni la possibilité d’adapter les méthodes de dégagement et de prélèvement à la problématique abordée, tout en procurant une matière abondante en raison de la richesse du mobilier métallique. Le programme est coordonné par Florence Carré et porté par une équipe pluridisciplinaire composée des archéologues ayant œuvré à Harfleur, dont Julien Boisson, responsable d’opération, ainsi que d’un restaurateur (Bruno Bell) et d’une spécialiste des matériaux organiques, en particulier des textiles (Antoinette Rast-Eicher, ArcheoTex). Nous proposons au lecteur un état de la recherche centré sur le haut Moyen Âge (France, Suisse et Allemagne occidentale), puis nous détaillons les objectifs du PCR, les moyens et les méthodes mis en œuvre, les problématiques actuelles, les difficultés d’interprétation et la question des restitutions. Les résultats obtenus sont illustrés par quatre études de cas1. Enfin, les perspectives de ces investigations sont abordées, avec leur apport à la compréhension de la société de l’époque mérovingienne.

1. Historique de la recherche

1.1. Premiers intérêts, limites techniques

  • 2 Dürrich et Menzel 1847 ; Paulsen 1992.
  • 3 Cochet 1857, p. 239.
  • 4 Ibid., p. 175 et 184, à Envermeu (Seine-Maritime).

2Dès le milieu du xixe siècle, des découvertes spectaculaires par la préservation des matières organiques, comme celles d’Oberflacht2, en Allemagne, permettent d’appréhender l’extraordinaire richesse de certaines sépultures franques. En Normandie, l’abbé Jean-Baptiste Désiré Cochet s’intéresse à des tombes plus modestes ou moins bien conservées. Remarquable observateur, il signale les éléments textiles présents sur les objets métalliques3 mais également des restes de mousse recouvrant un récipient ou encore les traces des cordes de suspension d’un plateau de balance4. Ces constatations demeurent cependant ponctuelles.

  • 5 Salin 1922 ; Id. 1952, p. 129, à Lezéville (Haute-Marne).

3À partir des années 1920, les travaux d’Édouard Salin intègrent l’observation des vestiges au microscope, conduisant par exemple à l’identification de tiges de prêle recouvrant des fragments de textiles dans plusieurs tombes5.

  • 6 Doppelfeld 1960 ; Id. 1964 ; Werner 1977, p. 141-151.
  • 7 Salin 1960.

4Au cours des années 1950 et au début des années 1960, des découvertes d’inhumations mérovingiennes exceptionnelles, comme à Cologne et à Augsburg en Allemagne6 ou à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) en France7, renouvellent l’intérêt pour les restes organiques. Les chercheurs de ces pays vont mettre en œuvre parallèlement des stratégies d’intervention et d’étude.

1.2. Les textiles : un des domaines de la recherche allemande sur le haut Moyen Âge (ARE)

  • 8 Catalogues dans les monographies des nécropoles d’Altenerding (Allemagne, Bavière ; Hundt 1996), d (...)
  • 9 Par exemple Clauß 1987 ; Martin 1991 ; Id. 1991-1994 ; Id. 1997 ; Id. 2002.

5Durant les années 1960, la recherche archéologique sur l’époque mérovingienne est beaucoup plus développée en Allemagne qu’en France. Il en est de même de l’étude des textiles archéologiques, pour laquelle un laboratoire spécifique est créé au Römisch-Germanische Zentralmuseum de Mayence sous l’impulsion de Hans-Jürgen Hundt. Des échantillons de périodes diverses provenant de toute l’Europe y sont envoyés pour analyse, en particulier de nombreux petits fragments minéralisés issus de cimetières mérovingiens allemands8. Les textiles minéralisés de nombreuses tombes sont ainsi documentés, mais les données ne sont pas vraiment intégrées aux débats sur la position et la fonction des objets. En effet, les fragments de tissus sont détachés de leurs supports pour être envoyés à Mayence. Pendant 30 ans, les débats concernant les vêtements du haut Moyen Âge s’appuient exclusivement sur la localisation des accessoires sur les squelettes, en particulier celle des fibules9.

1.3. En France, de 1960 aux années 1990 : une recherche portée par des personnalités (FC, ARE)

  • 10 Créé en 1950.
  • 11 Fleury 1979, p. 24-26 ; Fleury et France-Lanord 1998.
  • 12 Ibid.
  • 13 Périn, Calligaro, Poirot et al. 2008 ; Périn 2009 ; Id. 2015.

6En France, les chercheurs s’intéressent principalement aux matériaux organiques présents dans des sépultures en milieu clos (sarcophages), où la conservation est remarquable. Ainsi, une réflexion est menée durant 20 ans par Albert France-Lanord, directeur du laboratoire d’archéologie des métaux (LAM) de Nancy10, et Édouard Salin, puis par Michel Fleury, sur les méthodes à appliquer pour le prélèvement, l’étude et la conservation de ces vestiges. À la basilique de Saint-Denis, des feuilles d’aluminium sont utilisées pour extraire les restes des sarcophages tout en conservant leurs relations spatiales. De nombreuses notes, des croquis, des photographies et des films constituent l’enregistrement11. Certains fragments de tissus présentent des dimensions importantes, jusqu’à plusieurs dizaines de cm2, et de nombreux éléments se superposent (fig. 1 ; voir également plus loin les fig. 39 et 40A). La fouille en laboratoire, couche par couche, s’appuie sur des radiographies et s’accompagne de dessins de localisation. Textiles, restes humains et insectes sont examinés au microscope. L’étude apporte des résultats, fabuleux pour l’époque, qui ne sont publiés qu’en 199812. Des restes organiques sont placés dans des boîtes, ce qui permet de reprendre en 2006 les observations et de présenter, entre autres, une nouvelle restitution du costume de la reine Arégonde13 (fig. 2). En effet, les interprétations proposées par Michel Fleury et Albert France-Lanord sont parfois erronées, tant sur le plan de la stratigraphie que sur celui de l’identification des fibres textiles ou des techniques de tissage, à laquelle aucun spécialiste n’a participé.

Fig. 1 Manche de la sépulture 49 de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) prélevée en 1959.

Fig. 1 Manche de la sépulture 49 de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) prélevée en 1959.

Cl. Fleury et France-Lanord 1998, t. I, p. 147, fig. 16

Fig. 2 Évolution des restitutions du costume féminin.

Fig. 2 Évolution des restitutions du costume féminin.

En haut : propositions pour le costume de la reine Arégonde (Saint-Denis, sarcophage 49), en 1998 (Fleury et France Lanord, 1998, t. II, p. 133) puis en 2008, d’après la stratigraphie et l’étude technique des restes organiques (dessin F. Vincent d’après la documentation d’A. Rast-Eicher, M. Volken et P. Périn). En bas : hypothèses sur la fonction des deux paires de fibules des femmes riches du viesiècle, avant 2008 (d’après Martin, 1996) puis après la multiplication des études des restes de textiles et de cuirs (d’après Périn, 2008).

  • 14 Démians d’Archimbaud 1971, p. 94 et 108.
  • 15 Boyer et Fattori 1976 ; Boyer, Arnaud, Fattori et al. 1987, p. 44, 45 et 91.

7Le LAM de Nancy accueille et forme des chercheurs, comme l’abbé Raymond Boyer, qui crée en 1964 le laboratoire de conservation, restauration et recherches de Draguignan. Il traite en particulier les tombes remarquables découvertes à l’abbaye Saint-Victor de Marseille (Bouches-du-Rhône) en 197014. Il propose un protocole permettant la fouille en laboratoire des sépultures exceptionnelles, en reprenant la technique du prélèvement à l’aide de plaques. L’enregistrement spatial est plus précis qu’à Saint-Denis, reposant sur un carroyage aux mailles de 0,1 m2. L’utilisation, durant le dégagement, d’une loupe qui peut grossir jusqu’à 50 fois, donne la possibilité d’identifier des restes très fins. Une équipe pluridisciplinaire est constituée, rassemblant treize chercheurs dont Gabriel Vial, spécialiste des soieries au musée des tissus de Lyon et secrétaire technique du Ciéta (voir plus bas). Là encore, les résultats sont impressionnants et deux restitutions sont proposées. Un homme du vie siècle (sarcophage V, dans la chapelle Saint-André) était vêtu d’une tunique de lin peut-être pourvue d’un capuchon. Une jeune femme de la fin du ve siècle (sépulture 20) portait une tunique et/ou une sorte de manteau ; elle était probablement parée d’une couronne de végétaux et d’un bouquet de fleurs15.

  • 16 Lelong 1976.
  • 17 Ibid., fig. 8 ; Motteau 1985.
  • 18 Les fragments, conservés à Tours, ont été réétudiés par A. Rast-Eicher en 2010, avec détermination (...)
  • 19 Cela n'a pas pu être confirmé en 2010.
  • 20 Simmer 1988, p. 49 et 136-137.

8Parmi les découvertes spectaculaires, signalons également le sarcophage 6 de Perrusson (Indre-et-Loire), ouvert en 1971, qui documente les vêtements d’une riche femme de la fin du vie siècle déposée sur une litière de laîches16. Des fils d’or ornaient sa coiffe ou son voile. Elle portait un vêtement (tunique ?) dont l’étoffe, nommée « ottoman » par James Motteau17, serait plutôt une tapisserie18. D’après Charles Lelong, elle portait aussi des bas en soie19. Le sarcophage 94 d’Audun-le-Tiche (Moselle) n’a pas bénéficié des mêmes soins20. Une chaussure a été conservée mais les habits n’ont pas été étudiés.

  • 21 Fondée par des historiens de l'art, conservateurs dans de grands musées possédant des collections (...)
  • 22 Legoux 2011, vol. 1, p. 165-178.
  • 23 Masurel et Meyer-Roudet 1991.
  • 24 Masurel 2006.
  • 25 Piton 1985, p. 277-281.

9Parallèlement aux travaux archéologiques, les recherches sur les textiles se développent. Une association liée au musée historique des tissus de Lyon, le Ciéta, centre international d’étude des textiles anciens, a vu le jour en 195421. Elle est très active pour former des techniciens et publier des ouvrages expliquant les techniques et définissant le vocabulaire, surtout en ce qui concerne les soieries, mais elle ne s’occupe guère des fragments de tissus minéralisés. Aussi, dans les années 1980, les archéologues qui souhaitent les documenter, comme René Legoux pour le site de Bulles (Oise)22, s’adressaient en général à Hubert Masurel, un industriel retraité qui étudiait les collections du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Des études de prélèvements, essentiellement techniques (filage, nombre de fils au cm2, armures, indices de pouvoir couvrant), sont mises en œuvre pour les cimetières de Maule (Yvelines)23, Hordain (Nord)24 et Nouvion-en-Ponthieu (Somme)25.

  • 26 Demolon, Blondiaux, Compagnon et al. 2006, p. 32.
  • 27 Legoux 2011, vol. 1, p. 69.
  • 28 Masurel 1982.
  • 29 Ferdière 1984, p. 245.
  • 30 Bender-Jørgensen 1992.

10Entre les années 1970 et 1990, les vestiges organiques minéralisés autres que les textiles apparaissent quelquefois dans les commentaires, comme un tapis d’herbes dans la tombe 365 de Hordain26 ou un fourreau en cuir de bovidé et en aulne dans la tombe 771 de Bulles27. Durant cette période, l’intérêt pour les fragments organiques minéralisés, alors en plein essor en Allemagne, se traduit seulement par des études ponctuelles ou des mentions rapides complétées pour les textiles par un article synthétique28 et un catalogue pour la région Centre29. L’inventaire réalisé pour le nord de l’Europe par Lise Bender Jørgensen, publié en 1992, n’intègre malheureusement pas les textiles français auxquels elle n’a pas eu accès30. Comme dans les pays voisins, la mise en œuvre fréquente de restaurations visant à nettoyer intégralement les objets ne favorise pas les observations sur la fonction des restes conservés. Les plus fragiles, ceux qui sont éloignés des objets ou seulement visibles à fort grossissement, comme les soieries, sont irrémédiablement détruits, tandis que les autres, le plus souvent dissociés de leurs supports, fournissent essentiellement des données techniques.

1.4. Le tournant des années 1990 (ARE, FC)

  • 31 Farke 1991 ; Bartel et Knöchlein 1993 ; ces deux restauratrices ont mentionné très tôt la présence (...)
  • 32 C’est à dire orientées selon l’axe du corps.

11Durant les années 1990, parallèlement aux études générales menées par Lise Bender Jørgensen, les observations détaillées de Heidemarie Farke, tisserande et restauratrice à Weimar (Allemagne, Thuringe), puis d’Antja Bartel, restauratrice à Bamberg (Allemagne, Bavière), relancent la discussion sur les costumes mérovingiens, cette fois à partir des textiles31. En effet, sur les fibules, des brides et des lisières de tissus verticales32 montrent qu’elles ferment un vêtement ouvert sur le devant, ce qui remet fondamentalement en question les restitutions antérieures s’appuyant uniquement sur la position des objets (fig. 2).

  • 33 Bader, Windler et Rast-Eicher 2002.
  • 34 Kissling et Ulrich-Bochsler 2006.
  • 35 Service cantonal d’archéologie de Zurich.
  • 36 Étude des restes organiques de 17 tombes (Bader, Windler et Rast-Eicher 2002, p. 67-82).
  • 37 Étude des restes organiques de 24 tombes (Windler 2012).
  • 38 Étude des restes organiques de 15 tombes (Horisberger, Müller, Cueni et al. 2004).
  • 39 Étude des restes organiques de 213 tombes (Müller 2010).
  • 40 Par exemple dans le Bade-Wurtemberg à Lauchheim (Banck 1998) et en Bavière à Waging am See (Bartel(...)

12Dans le même temps, l’utilisation du microscope électronique à balayage (MEB) ouvre la possibilité d’identifier avec certitude les matières minéralisées et révèle une variété insoupçonnée de textiles et de fourrures. Ainsi, à côté des fibres plus fréquentes, le lin et la laine de mouton, d’autres jusqu’alors inédites sont découvertes (fig. 3). Les résultats importants obtenus en 1994-1995 par l’observation au MEB des prélèvements provenant des premières tombes fouillées du site de Flurlingen33 (Suisse, canton de Zurich) et de celles de Kallnach34 (Suisse, canton de Berne), conduisent Renata Windler35 à expérimenter un protocole permettant d’étudier intégralement les restes organiques de cimetières mérovingiens. Elle le teste en 1996 pour les autres sépultures du site de Flurlingen36, puis en 1998 pour celles de Flaach, Chrumben37 (Suisse, canton de Zurich). Cette méthode spécifique est ensuite appliquée au site de Baar, Zugerstraße38 puis au grand cimetière de Baar, Früebergstraße (Suisse, canton de Zoug)39. Le même protocole est utilisé en Allemagne, surtout dans les projets du Bade-Wurtemberg et de Bavière40.

Fig. 3 Vues au MEB de fibres inédites : en haut, poils de lapin d’un tissu de la tombe 42 de Kallnach (Suisse, canton de Berne), datée du viie siècle ; en bas, poils de castor d’un textile de la tombe 49 de Saint-Denis, du vie siècle.

Fig. 3 Vues au MEB de fibres inédites : en haut, poils de lapin d’un tissu de la tombe 42 de Kallnach (Suisse, canton de Berne), datée du viie siècle ; en bas, poils de castor d’un textile de la tombe 49 de Saint-Denis, du vie siècle.

Cl. A. Rast-Eicher

  • 41 Müller 2010, vol. 1, p. 128-133 ; voir également : Nowak-Böck 2010.
  • 42 Nowak-Böck et Voß 2014.
  • 43 Rast-Eicher 2009.

13Les modes de prélèvement, de stockage et d’étude mis en place dès 1996 sont décrits et abondamment illustrés dans la publication du cimetière de Baar, Früebergstraße, en allemand41, dans un document publié sur internet42, mais également dans un article en français43. Vu l’impossibilité d’identifier à l’œil nu, lors du dégagement, les restes les plus ténus, les objets sont systématiquement prélevés en mottes avec l’ensemble du sédiment d’aspect organique qui les environne (cf. chapitre 3.2). Ces mottes sont conservées dans une humidité stabilisée et assainie par congélation, radiographiées puis fouillées sous une loupe binoculaire (grossissement par 20) par les restaurateurs, encadrés par une spécialiste des matériaux organiques et plus particulièrement des textiles. Cette dernière enregistre les vestiges en plan à chaque stade d’un dégagement qui peut être réparti sur plusieurs semaines. Les contours des nappes organiques, à l’origine tracés au feutre sur des feuilles transparentes, sont maintenant reportés à l’aide du logiciel Adobe Illustrator sur les photographies issues de la loupe binoculaire. Entre chaque intervention, les mottes sont réfrigérées et, durant les observations, si elles n’ont pas séché, elles sont régulièrement humidifiées par pulvérisation d’un mélange d’eau et d’éthanol. Des prélèvements sont effectués et examinés au MEB, pour caractériser les matières et différencier les éléments présents dans la tombe.

14La mise en place de cette démarche a nécessité de sensibiliser et former les archéologues ainsi que les restaurateurs. La collaboration entre ces derniers et le spécialiste est importante puisqu’elle permet de mieux identifier la matière organique, souvent difficile à reconnaître. La participation des archéologues aux réflexions est également primordiale, car l’interprétation prend en compte l’ensemble des données fournies par chaque tombe.

  • 44 Exemples dans Rast-Eicher 2009.
  • 45 Landesamt für Denkmalpflege Baden-Württemberg, Esslingen am Neckar.
  • 46 Le procédé nécessite un logiciel spécifique et du matériel informatique très performant.
  • 47 Nowak-Böck, Peek et Pfeifer-Schäller 2003 ; Peek et Nowak-Böck 2007.

15Les résultats obtenus montrent que cette méthode optimise les informations fournies par les vestiges organiques44. En revanche, son application à de grands ensembles est coûteuse. Dans l’objectif d’un traitement moins onéreux, Christina Peek45 a testé l’identification des restes organiques par tomographie, une technique d’imagerie non destructive qui procure des vues en coupe des prélèvements d’objets, sans préparation particulière46. Elle l’a appliquée à plusieurs cimetières du Bade-Wurtemberg, dont celui de Lauchheim, Wasserfurche (plus de 1 300 tombes documentées). Il s’agissait de limiter l’ouverture des mottes plâtrées ou d’orienter les dégagements ultérieurs47. Cependant, la documentation par imagerie s’avère insuffisante pour les mottes non ouvertes car les matières non minéralisées n’apparaissent pas sur les images et l’identification des fibres par prélèvement est impossible.

  • 48 Un exemple inédit à Riaz, Tronche-Bélon (Suisse, canton de Fribourg ; Rast-Eicher 2017) et un autr (...)
  • 49 Horisberger, Müller, Cueni et al. 2004, p. 183.
  • 50 C'est-à-dire que les ceintures ne sont pas portées, ni les fourreaux qui y sont suspendus.
  • 51 Bader, Windler et Rast-Eicher 2002, p. 83.
  • 52 Graenert et Rast-Eicher 2003, p. 168.
  • 53 Banck 1998 ; Rast-Eicher 2012a, p. 73.

16L’étude des fragments de textiles, de cuirs, de fourrures ou de végétaux apporte une nouvelle dimension à notre perception des sépultures. Au-delà de l’identification de ces restes, des matières et des techniques utilisées, la réflexion sur leur position permet de faire des hypothèses sur leur fonction. Les pratiques funéraires sont précisées car de faux amis sont démasqués : des boucles ou plaques-boucles de ceintures découvertes à la taille de défunts et interprétées comme des pièces du costume funéraire s’avèrent en fait dénuées de leur fonction initiale car déposées sur le corps, la lanière enroulée autour de l’élément métallique48. La manière de présenter les objets dans la sépulture est aussi abordée. Par exemple, sur le site de Baar, Zugerstraße, dans quatre tombes masculines, ces derniers sont regroupés par paquets enveloppés dans des textiles maintenus par des liens49 (fig. 4). Si le fait de placer l’ensemble du mobilier sur ou à côté du corps des hommes50 avait déjà été perçu comme une pratique fréquente en Suisse et en Allemagne51, les détails de sa mise en œuvre n’avaient pas encore été observés. La présence de végétaux est également illustrée, probablement sous la forme de bouquets52, mais aussi en tant que garnissage de vêtements ou de couvertures matelassées53.

Fig. 4 Organisation des paquets d’objets déposés dans la tombe 24 de Baar, Zugerstraße.

Fig. 4 Organisation des paquets d’objets déposés dans la tombe 24 de Baar, Zugerstraße.

Suisse, canton de Zoug ; dessin E. Kläui, Amt für Denkmalpflege und Archäologie Zug

  • 54 La littérature est abondante à ce sujet, voir par exemple Martin 1991 ; Id. 1991-1994 ; Id. 1997.
  • 55 Voir entre autres : Windler et Rast-Eicher 2012 ; Amrein, Rast-Eicher et Windler 1999 ; Rast-Eiche (...)
  • 56 Farke 1991 ; Rast-Eicher 2002; Helmig, Ihrig, Meyer et al. 2003, p. 138-139 et 141 ; Rast-Eicher(...)
  • 57 Bartel et Knöchlein 1993 ; Rast-Eicher 2012a, p. 58, 68 et 74-77 ; Burzler, Höneisen, Leicht et al (...)
  • 58 Martin 1991.
  • 59 Rast-Eicher 2009, p. 102.
  • 60 Id. 2012a, p. 56-57 et 73 ; Bader, Windler et Rast-Eicher 2002, p. 75-82.
  • 61 Rast-Eicher 2009, p. 100, tombe 213.

17L’analyse du positionnement des textiles et des cuirs alimente la réflexion sur la restitution des vêtements funéraires, sujet de longs débats. Les textes traitant de peuples, par exemple des Alemanni, ainsi que les objets métalliques comme les fibules et les boucles ont été utilisés pour définir des tenues « ethniques », sans tenir compte des restes textiles54. Ces derniers sont pourtant déterminants pour la reconstitution, en particulier pour le costume féminin du vie siècle fixé par quatre fibules, pour lequel il n’existe pas de document iconographique. Au fil des observations des textiles, la restitution des habits funéraires féminins du haut Moyen Âge est donc rectifiée55. La caractérisation de la relation entre les tissus et les ardillons des fibules (« piqué dans » ou « contre ») permet des certitudes sur l’association, systématique ou non, entre certaines qualités d’étoffes et des types de broches spécifiques. Des cas de paires sont repérés56, où chaque fibule ferme un tissu différent, l’un en laine et l’autre en lin ou en chanvre, bousculant les raisonnements qui s’appuyaient uniquement sur la position des objets. Très souvent, des renforts, lanières de cuir ou brides en fils destinés à fixer les fibules au vêtement sans l’abîmer (fig. 5)57, révèlent une ouverture sur le devant. Plusieurs hypothèses sont définitivement écartées, comme celle de fibules destinées à fixer ou décorer une ceinture et celle de tuniques courtes, proposée par Max Martin58. Pour les hommes, alors que l’espace occupé par les pièces métalliques est important, la rareté des restes textiles laisse envisager la fréquence des vêtements en fourrure ou en cuir59. Ces fourrures sont notamment illustrées à Flaach, Flurlingen60 et Baar, Früebergstraße, où l’une d’elles est attribuée à une cape ou un manteau61.

  • 62 Id. 2010a, p. 160-164.
  • 63 Müller 2010, vol. 1, p. 398-399.
  • 64 Ibid., p. 278-289.

18Des informations sont également collectées sur les objets. Les arcs associés aux flèches sont mis en évidence62. Les poches des aumônières et leurs armatures en bois sont observées63 ; leur contenu est précisé car différencié des objets déposés contre le sac. L’organisation des éléments suspendus à la ceinture se dessine64.

19Ce ne sont là que quelques exemples de l’extraordinaire richesse des informations collectées grâce à ces études.

Fig. 5 Fibules fixées par différentes sortes de brides, ardillons perpendiculaires à l’axe du corps.

Fig. 5 Fibules fixées par différentes sortes de brides, ardillons perpendiculaires à l’axe du corps.

A, D, E et F d’après Windler, 2012, p. 58, fig. 84, p. 59, fig. 85b et p. 68, fig. 106b ; B d’après Bartel et Knöchlein, 1993, p. 430, fig. 9 ; C d’après Burzler et al., 2002, vol. 1, fig. 143

1.5. Et en France ? (FC)

  • 65 Hormis des bois de coffrages, cercueils et sarcophages monoxyles (Carré et Henrion 2012).

20Depuis 1980, à notre connaissance, il n’y a pas eu en France de découverte de sépultures de la période mérovingienne comportant une quantité importante de matières organiques non minéralisées65. Pour les tombes à la conservation ordinaire, y compris pour celles comportant un mobilier exceptionnel, aucune pratique particulière n’est appliquée sur le terrain. Les prélèvements en mottes sont réservés aux objets fragiles, comme les bassins en tôle de bronze. Les détourages d’objets sont souvent agressifs car la lecture immédiate des vestiges et les belles photographies sont privilégiées.

  • 66 Bizot et Signoli 2009.
  • 67 Médard et Moulhérat 2008 ; Médart 2017b.
  • 68 Par exemple : Moulhérat 2004a ; Id. 2004b ; Id. 2005a ; Id. 2005b ; Id. 2005c ; Id. 2007 ; Id. 201 (...)
  • 69 Comme celles des sites de Largillay-Marsonnay (Jura ; Billoin, Gaillard de Sémainville et Moulhéra (...)
  • 70 Billoin, Châtelet, Médard et al. 2004.
  • 71 Pillard-Jude 2004 ; Tegel 2004.

21Les questionnements se développent cependant depuis une dizaine d’années. En témoignent la « Rencontre autour des sépultures habillées » organisée en 200866, quelques articles synthétiques67, ainsi que les chapitres spécialisés apparaissant dans des rapports de fouilles68 et des publications69. Parfois, un article complet est même consacré aux restes textiles d’une tombe70 ou à l’analyse des fourreaux d’épée d’un site71.

  • 72 Exemples dans Rast-Eicher 2012b, p. 1.

22Jusque récemment, les moyens destinés à ces travaux étaient le plus souvent sollicités après le passage des objets chez le restaurateur, lorsqu’il avait mis en évidence des restes, en général observés avec une loupe binoculaire ne permettant pas d’aller au-delà d’un grossissement par dix. Le potentiel documentaire en était alors amoindri, limité à ce qui avait été identifié et laissé en place sur l’objet ou parfois même systématiquement prélevé en cours de restauration, sans véritable enregistrement de la position. Il s’agissait des restes les plus grossiers et les plus minéralisés ; la chance de découvrir les étoffes les plus fines, telles que les soieries, était quasiment nulle. De plus, la restauration préalable des objets pénalisait les études. La présence des produits de stabilisation et de consolidation, brillants, gênait les observations à la binoculaire et empêchait même parfois l’identification de la direction du filage ou la différenciation de la chaîne et de la trame ; elle s’opposait également à la caractérisation des fibres au microscope électronique à balayage72.

23Les études se cantonnaient en majorité à une approche technique, visant à la caractérisation des matériaux, des fils et des modes de tissage des textiles. Les questionnements sur la fonction des tissus étaient rares, et pour cause, puisque le lien spatial entre le vestige et l’objet support n’avait souvent pas été enregistré ou conservé.

24Bien que présentées au passé, ces pratiques sont encore bien vivaces. L’approche des restes organiques minéralisés a cependant évolué car certaines équipes ont pris conscience de leur potentiel documentaire. Néanmoins, sur le terrain, l’enregistrement de l’orientation des objets et de leur face d’apparition, capital lors d’une réflexion sur la fonction, est encore rare. Lorsqu’elle est notée, l’information disparaît parfois lors de la restauration, faute de coordination.

25En France, les données concernant les matériaux organiques minéralisés restent donc limitées, quoique ces derniers soient aussi bien conservés que dans les pays voisins. De plus, les études de textiles ne fournissent souvent que des catalogues de descriptions techniques. Néanmoins, depuis peu, une interprétation des différentes étoffes identifiées dans une tombe est généralement proposée. En revanche, la discussion est rarement élargie aux contextes historique et culturel. Par exemple, les cas étudiés ne sont pas utilisés pour répondre aux questions sur l’évolution du costume féminin entre le ve et le viie siècle. Les armures rares ne sont pas toujours reconnues, alors qu’elles permettent d’aborder le statut social d’une personne ou son appartenance à un groupe particulier. L’absence de problématiques définies en collaboration avec les archéologues en fonction de l’état de la recherche européenne est donc souvent constatée. Pourtant, la mise en place de telles études, relativement coûteuses, ne se justifie pleinement que par une démarche de chercheur.

2. Un nouveau programme de recherche

2.1. Genèse

  • 73 Id. 2008a.
  • 74 Carré et Jimenez 2008, p. 81-92 ; Jimenez, Carré et Rast Eicher 2009.
  • 75 Jimenez, Carré et Le Maho 2007.

26La question des matériaux organiques s’est posée en Haute-Normandie lors de la restauration du mobilier métallique issu des fouilles de Louviers, rue du Mûrier (Eure), au début des années 2000. Le restaurateur, Bruno Bell, a signalé la présence de textiles et de cuirs et demandé ce qu’il devait faire : dégager complètement les objets, le faire partiellement, seulement du côté des décors, ou pas du tout. Cette dernière option a été choisie, sauf exception, et les pièces ont été stabilisées. En Haute-Normandie et dans les régions voisines, il était encore habituel de tout enlever et la démarche paraissait curieuse. En effet, comment présenter des éléments encroûtés de corrosion au public ? Il restait à justifier ce choix par une étude. Trouver un spécialiste des textiles pour la réaliser n’a pas été facile et la tâche a finalement été confiée à Antoinette Rast-Eicher. L’apport a dépassé les attentes73. Outre l’identification technique (des fibres, du filage et des armures), dont l’intérêt, avec des petits fragments, n’est perceptible qu’avec la multiplication des cas et les comparaisons infra et extra régionales, des renseignements ont été collectés sur les pratiques et les vêtements funéraires. Par exemple, un renfort d’attache de fibule en cuir a signalé que le textile associé était un vêtement plutôt qu’un linceul. Une ceinture déposée à la taille, la lanière en textile enroulée autour de la boucle, a confirmé qu’il ne fallait pas se fier uniquement à la position de l’objet pour en déduire la fonction (fig. 6). Un minuscule mais exceptionnel fragment de soie, malheureusement séparé d’une fibule, a aussi été mis en évidence74 (voir plus loin fig. 16F). Une restitution du costume funéraire d’une femme particulière, car accompagnée d’objets associés à deux cultures, wisigothique et saxonne, a pu être proposée75 (voir plus loin fig. 36). Le fait de prélever les éléments métalliques en enregistrant leur position (nord et face d’apparition) a permis d’étayer les hypothèses, mais le dégagement important lors de la fouille a certainement détruit de nombreux restes et la présence des produits de stabilisation a rendu impossible la détermination au MEB de certaines fibres.

Fig. 6 Ceinture déposée à la taille dans la tombe 198 de Louviers (Eure), la lanière en textile enroulée autour de la boucle.

Fig. 6 Ceinture déposée à la taille dans la tombe 198 de Louviers (Eure), la lanière en textile enroulée autour de la boucle.

Cl. A. Rast-Eicher ; DAO S. Rast et A. Rast-Eicher

  • 76 Rast-Eicher 2004a ; Id. 2012b.
  • 77 Conservé au musée Alfred-Bonno de Chelles (Seine-et-Marne) ; Laporte 1988.
  • 78 Rast-Eicher 2002a, p. 215, fig. 133 ; Id. 2004b.

27Après une démonstration aussi concluante, des études ont été financées par la Drac pour les fouilles plus anciennes de Poses et Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie (Eure)76. Elles ont apporté quelques données sur le costume funéraire du viie siècle dans cette région. Ainsi, une lanière de cuir conservée sur une fibule de Poses montre que l’on utilisait encore à cette époque ce système de maintien, bien connu pour les fibules ansées digitées du vie siècle en Suisse et en Allemagne. Deux tombes dotées de chaînes de ceinture ont également été documentées. Les chaînes resserraient à la taille un vêtement et, dans la tombe 394 de Tournedos-sur-Seine, il s’agit d’une tunique tissée en une pièce (toile « face trame »), portée à même la peau et fermée au cou par une fibule. Dans la même sépulture, une épingle de coiffure fixait une toile de lin assez fine mais plus épaisse qu’un voile, de type spin-patterned (fig. 7A). Cette toile particulière, d’aspect rayé, est illustrée pour le viie siècle par le manteau et la tunique de la reine Bathilde77 (fig. 7B) et est reconnue dans les tombes suisses, où elle est souvent observée des épaules aux pieds des défuntes et considérée comme un manteau ou un châle78.

Fig. 7 Toile spin-patterned, avec alternance de fils de trame filés en torsions « S » ou « Z » produisant un aspect rayé.

Fig. 7 Toile spin-patterned, avec alternance de fils de trame filés en torsions « S » ou « Z » produisant un aspect rayé.

A. Fragment sur l’épingle de coiffe de la tombe 394 de Porte-Joie (Tournedos-sur-Seine, Eure ; cl. S. Le Maho) ; B. Tunique de la reine Bathilde (cl. musée municipal Alfred-Bonno, Chelles) ; C. Reconstitution sur un métier moderne (cl. A. Rast-Eicher).

28L’une d’entre nous (FC), suite à un séjour d’observation du travail d’Antoinette Rast-Eicher, dans les ateliers de restauration de deux services cantonaux suisses en 2011, a commencé à réfléchir à la manière d’adapter les méthodes au contexte de l’archéologie préventive française. Pour les tester, il fallait disposer de deux opportunités : celle d’un cimetière mérovingien comportant de riches sépultures et celle d’une équipe disposée à tester de nouvelles pratiques.

2.2. Le cimetière d’Harfleur : une opportunité (JB, FC)

29En 2011, la société Archéopole commence la fouille préventive d’une nécropole mérovingienne à Harfleur, au lieu-dit « les Coteaux du Calvaire », sous la direction de Julien Boisson. Très rapidement, le nombre de sépultures, la richesse du mobilier, son abondance et l’observation à l’œil nu de restes organiques minéralisés incite le service régional de l’archéologie à proposer un protocole spécifique pour permettre l’étude de ces derniers.

  • 79 Boisson et Follain 2014 ; Boisson, Tarcy et Drieu 2016 ; Boisson 2015 ; Id. 2017.
  • 80 D’après René Legoux (Id. 2015, vol. 5, p. 36-40).

30L’opération, achevée en 2012, a mis au jour 599 inhumations et 67 réductions de corps réparties dans un espace d’environ 2 000 m2 limité par les murs ruinés d’un ensemble monumental antique, constitué d’un édifice de plan basilical et d’une vaste cour79 (fig. 8). Les sépultures, dont les os sont souvent mal conservés, concernent 316 adultes (dont 74 hommes et 59 femmes) et 135 immatures. Les défunts sont installés dans des contenants en bois (197 dont 65 probables) et des sarcophages en calcaire (19 exemplaires) ou en plâtre (16 cas). Plus de 300 sont accompagnés d’objets et 242 ensembles ont pu être retenus pour une étude chronologique par permutation matricielle. Il en ressort que l’utilisation de cette nécropole commence au début du vie siècle et s’achève à la fin du viie siècle80. Les premières tombes sont installées dans le secteur du bâtiment gallo-romain. Au viisiècle, le cimetière se densifie essentiellement à l’opposé, à l’extrémité de la cour, ce qui est bien illustré par la répartition des sarcophages en plâtre, datés de cette période (fig. 8).

Fig. 8 Plan du cimetière d’Harfleur (Seine-Maritime) ; localisation des tombes présentées comme études de cas.

Fig. 8 Plan du cimetière d’Harfleur (Seine-Maritime) ; localisation des tombes présentées comme études de cas.

DAO J. Boisson et A. Pézier

31Le mobilier, très varié, est constitué d’objets de parure tels que des boucles d’oreille, un bracelet, des bagues et des perles en verre ou en ambre. On note également l’abondance des accessoires vestimentaires dont 33 fibules (dans 21 tombes), des épingles à spatule et un lot important d’éléments de ceinture. S’y ajoutent quelques objets de toilette (peignes et pinces à épiler). Parmi de nombreux outils se trouvent des aiguilles à couture, des forces, une grande quantité de fiches bélières et de couteaux, des trousseaux d’outils, des limes, un rasoir et une fusaïole. Soixante et onze sépultures contiennent au moins une arme. Il s’agit d’épées (13 exemplaires), de scramasaxes (39 exemplaires), de fers de lance, de haches et de pointes de flèches. On compte également dix verreries et 147 vases en céramique.

  • 81 Carré et Jimenez 2008, p. 152.

32La richesse d’une vingtaine d’ensembles funéraires, qui comportent des objets exceptionnels comme deux boucles de ceinture en cristal de roche, une petite balance à deux plateaux, une pyxide, un bassin à bord perlé ou encore un bouclier, montre que cette nécropole s’est développée autour de sépultures privilégiées. La proportion de tombes dotées d’armes, plus élevée que celle des principaux sites de Normandie81, pourrait indiquer un rôle militaire de cette population qui ne surprendrait pas dans ce secteur stratégique de l’embouchure de la Seine.

2.3. Problématique, objectifs et mise en place du PCR (FC)

33L’étude des matériaux organiques ne faisait pas partie du cahier des charges de la fouille, mais ce site fournissait l’opportunité attendue pour élaborer un PCR destiné à tester les méthodes dans un cadre préventif. Il s’agissait aussi de promouvoir cette approche en France afin de renouveler les problématiques du domaine funéraire. En effet, elle permettrait de compléter le faisceau des indices fournis par la pratique – surtout française – de l’anthropologie de terrain, afin de mieux comprendre et restituer les gestes effectués autour des défunts. À terme, elle apporterait également des données culturelles, révélant les zones concernées par un type de costume ou une technique spécifique de tissage.

34La réflexion, dès la fouille, a porté sur les modalités de dégagement des objets, avec un choix difficile entre un détourage procurant une belle photographie et la conservation d’une large motte de terre intégrant d’éventuels restes organiques. La question des os pris dans les mottes s’est également posée. En effet, l’enregistrement de leur position était différé jusqu’à la radiographie de la motte et celle de leur face d’apparition jusqu’à la fouille en laboratoire. Enfin, le plâtrage des prélèvements, long et fastidieux, n’avait pas été prévu dans le budget et a été rarement utilisé.

35Le nombre de tombes et d’objets mis au jour à Harfleur ne permettait malheureusement pas d’envisager une étude exhaustive. La priorité a été donnée aux sépultures contenant un important mobilier métallique ou des objets susceptibles d’alimenter la problématique des vêtements et des accessoires, en particulier des fibules. L’équipe de recherche a sélectionné des sépultures de préférence non perturbées et bien documentées. Leur stabilisation et leur nettoyage ont été différés jusqu’en 2015.

3. De la fouille au dégagement en laboratoire

3.1. Les possibilités de conservation des restes organiques (BB)

36Les restes organiques demandent des conditions particulières pour être conservés. Ils font en effet partie des premiers matériaux qui s’altèrent après l’enfouissement. Plusieurs cas de figure favorisent leur préservation : l’eau stagnante, un milieu sec ou hermétique et la proximité d’objets métalliques.

37Dans les puits, les fonds de rivière ou les fonds sous-marins, l’immersion permanente en anaérobie (milieu pauvre en oxygène) empêche les dégradations par les micro-organismes. L’eau et le pH cassent les chaînes cellulosiques (végétaux) ou protéiniques (animaux), mais à vitesse plus lente qu’en milieu aéré. Les restes conservent une apparence proche de celle d’origine, mais sont devenus très fragiles. Ils devront être prélevés avec leur sédiment en soutien et conservés dans un bac rempli d’eau de ville, sur lequel on dépose librement un film étirable, qui va se coller à la surface de l’eau et empêcher tout échange gazeux avec le milieu ambiant. Une feuille d’aluminium ou un film opaque limitera le développement des micro-organismes par absence de lumière. Ce bac sera conservé au frais.

38Dans les déserts chauds ou froids, l’absence d’humidité ralentit l’ensemble des réactions de dégradation (micro-organismes, hydrolyse, etc.). Le matériau se déshydrate et conserve l’apparence qu’il avait lors de l’enfouissement, tout en devenant particulièrement vulnérable. Il convient dans ce cas de conserver la sécheresse du contenant hermétique dans lequel les fragments ont été déposés, jusqu’à une réhumidification lente en laboratoire.

  • 82 Deux sarcophages antiques mis au jour à Naintré (Vienne) ont livré des restes fabuleux et la fouil (...)

39Dans certains sarcophages hermétiques, les dégradations sont stoppées par la stabilité absolue du milieu. Cependant, lors de l’ouverture, elles reprennent à un rythme fulgurant. Les observations doivent être faites très rapidement car les matériaux se détruisent sous nos yeux. Lorsqu’elles sont effectuées par des équipes de spécialistes, de préférence dans les heures qui suivent l’ouverture, elles apportent des informations d’une richesse incomparable82.

40Ces trois milieux favorables sont rares en Europe, où la majorité des restes observables, en particulier ceux d’Harfleur, sont conservés en raison de la proximité d’éléments métalliques. Sur les alliages cuivreux, dont certains sels sont toxiques pour les micro-organismes, les fragments gardent leur nature organique. En revanche, les ferreux minéralisent plus rapidement les vestiges proches, en raison de la grande mobilité de leurs ions dans le sédiment.

3.2. Le mode de prélèvement idéal (BB)

  • 83 Leur repérage peut être facilité par l’utilisation de lunettes loupes (coût très modéré) laissant (...)
  • 84 L'utilisation de planches en bois a été testée à Harfleur : elles pourrissent très rapidement.

41Le meilleur moyen de préserver le potentiel d’information est le prélèvement en motte. Lors de l’apparition d’un objet métallique dans une sépulture, il faut tenir compte de la possibilité de conservation de restes organiques au contact ou à proximité83. Le détourage doit donc être assez large, sans chercher à coller à l’objet. Dès cet instant, il est souhaitable de poser un point de liquide blanc correcteur sur la face d’apparition, afin de conserver facilement cette information. Durant le dégagement, l’emplacement du prélèvement est maintenu humide par pulvérisation d’eau et recouvert d’un plastique, afin que la terre ne se dessèche ni ne se fende et que les restes organiques ne se déshydratent pas. Un film plastique étirable est enroulé autour de la motte, qui est ensuite entourée de bandes plâtrées pour assurer la cohésion de l’ensemble. Les références de l’objet ainsi que le nord sont marqués directement sur le plâtre sec et sur une étiquette imputrescible insérée dans l’emballage. La motte est localisée sur le relevé en plan de la tombe, puis elle est décollée du sol avec une plaque, une barre, une truelle ou une pelle, tout en étant soutenue, et enfin soulevée pour glisser dessous un support rigide (de préférence imputrescible84, par exemple une plaque de polyuréthane extrudé...). La dernière étape est l’emballage du prélèvement avec un film étirable qui préserve l’humidité. Une pulvérisation d’un mélange d’eau et d’éthanol (50/50) évitera le développement de moisissures. Le traitement doit se faire dans un temps le plus bref possible. Dans l’attente, il faut conserver la motte au frais et à l’abri de la lumière. La congélation a montré de très bons résultats, en particulier pour l’état de conservation, mais elle implique l’utilisation d’un congélateur ou d’une chambre froide. Ce protocole idéal n’a été que partiellement appliqué à Harfleur.

3.3. Un protocole de terrain simplifié (FC, JB)

42L’importance du cimetière d’Harfleur n’avait pas été perçue lors du diagnostic. La prise en compte des matériaux organiques ne faisait donc pas partie du cahier des charges de la prescription de fouille. Malgré tout, l’équipe a accepté de mettre en place le protocole de dégagement et de démontage particulier conseillé par le service régional de l’archéologie.

  • 85 Définition dans Proust 2009.

43En majorité, les objets n’ont pas été détourés agressivement ; ils ont parfois été prélevés en mottes (aumônières et leur contenu, paquets d’armes, suspensions à la ceinture des tombes féminines) rarement renforcées de bandes plâtrées (bassin en tôle de bronze). Les éléments isolés ont le plus souvent été enlevés directement85, en conservant la terre au revers, et placés dans des boîtes à membranes. Tous ont été orientés et leur face d’apparition a été notée.

3.4. Une conservation délicate (FC, JB)

44Conformément à la législation, la société Archéopole devait assurer la stabilisation des objets métalliques. Il fallait néanmoins différer cette intervention du restaurateur sur les ensembles sélectionnés pour l’étude des vestiges organiques, envisagée dans le cadre d’un PCR. Le financement impliquait une intervention fractionnée en deux ans, aux printemps 2013 et 2014, soit un à trois ans après la fouille.

45S’est alors posée la question des conditions de conservation. Les mottes n’avaient pas été congelées et le développement de moisissures a nécessité l’ouverture des sacs et des boîtes. Le sédiment a séché, s’est craquelé puis a cassé. Les boîtes à membrane, qui semblaient pratiques pour fixer la position des objets, se sont parfois avérées trop serrées et ont occasionné des fissures qui se sont accentuées au séchage. Une perte d’information importante sur la localisation des restes organiques a été constatée (voir l’étude de cas du chapitre 5.3.1.).

3.5. Le dégagement des restes organiques (BB)

46Avant toute intervention, les mottes sont radiographiées, ce qui permet d’identifier leur contenu et de sélectionner les ensembles les plus pertinents pour l’étude. Ensuite, le dégagement peut être entrepris. Il est adapté aux différents états des vestiges organiques rencontrés. Ainsi, lorsque ces derniers sont collés à l’objet métallique par imprégnation de produits de corrosion du fer ou du cuivre, ils sont minéralisés, bien adhérents au métal (fig. 9) et les sédiments peuvent être éliminés complètement avant leur étude. Des restes sont aussi présents dans la terre proche d’un objet en fer. Ils sont alors imprégnés par les produits de corrosion, minéralisés et conservent un volume qui peut les éloigner du métal, mais ils sont fragiles ; la terre peut être retirée avant leur étude, mais des observations sont parfois nécessaires au cours du nettoyage. Des vestiges sont également attestés dans les sédiments, sans contact avec les produits de corrosion. Soit ils gardent une structure organisée, et, très vulnérables, ils doivent être documentés au fur et à mesure de leur dégagement car leur survie est particulièrement aléatoire, soit leur structure n’est plus organisée. Visibles sous forme de taches brunes à noires, ils sont localisables et intégrés à la réflexion générale, mais rarement conservés.

Fig. 9 Restes d’une toile fine sur la rouelle de châtelaine de la tombe 1793 d’Harfleur.

Fig. 9 Restes d’une toile fine sur la rouelle de châtelaine de la tombe 1793 d’Harfleur.

Cl. M. Drieu

47Une partie importante de l’étude des restes organiques est donc effectuée durant leur mise au jour, puisque certains ne peuvent être préservés. Elle nécessite la présence d’un expert.

48Pour le restaurateur, l’utilisation de différentes échelles de grossissement s’est avérée indispensable : l’œil nu pour avoir une vue d’ensemble, un grossissement par 10 lors de l’élimination du sédiment et par 20 pour différencier des restes organiques les éléments allogènes provenant du sédiment.

49Le travail est adapté à chaque cas. Sur les alliages cuivreux, la corrosion est peu développée et la terre n’est pas imprégnée de produits de corrosion. Elle peut donc être éliminée mécaniquement, au scalpel ou à l’aiguille, sous loupe binoculaire. Néanmoins, en raison du délai entre la fouille et l’étude, les objets ont séché et il a parfois été nécessaire d’humidifier la zone de travail avec un mélange d’eau et d’éthanol (50/50) pulvérisé. Il a fallu alors maintenir l’humidité constante jusqu’aux observations finales. L’utilisation du mélange d’eau et d’éthanol en jet doux (pissette, seringue...) permet d’éliminer délicatement le sédiment non adhérent, sans dégât sur les restes organiques.

50Sur les objets en fer, la corrosion peut atteindre plusieurs centimètres d’épaisseur, les ions fer se déplaçant facilement dans le sédiment pour former des produits de corrosion. Cette mobilité favorise une minéralisation rapide des restes organiques, relativement loin de l’objet, mais le sédiment alentour se trouve aussi aisément intégré, formant une gangue compacte. Dans ce cas, les restes organiques ne peuvent pas être mis au jour sélectivement. En revanche, quand la terre n’est pas adhérente à l’objet, les vestiges organiques sont généralement bien conservés et dégagés suivant les mêmes procédures que pour les alliages cuivreux.

3.6. Les travaux du PCR

  • 86 Trois jours en 2013, quatre en 2014 et un en 2015.

51Dans le cadre du PCR, les travaux de dégagement86 se sont déroulés dans l’atelier Bell. Antoinette Rast-Eicher, spécialiste des matériaux organiques et particulièrement des textiles, a examiné les objets afin de réaliser une première identification des restes. Sur ses indications et après observations communes, Bruno Bell a procédé à l’enlèvement de la terre afin de suivre les fibres et les nappes organiques. L’alternance dans un même lieu du dégagement et des observations autorise l’analyse et le prélèvement des fragments qui ne pourraient pas subsister sans consolidation à des déplacements ou à un long stockage. Après leur caractérisation et la ponction de prélèvements, les vestiges organiques que l’on souhaite conserver sont consolidés sur l’objet avant la poursuite du dégagement.

52Sur les 809 objets ou ensembles traités, 493 restes organiques identifiables ont été relevés. Plus de la moitié des objets étaient donc concernés, dont 31 fibules sur 33 et 132 boucles ou plaques-boucles sur 206. Le matériau support se répartissait environ pour moitié entre alliage cuivreux et fer. Une éventuelle plume, un fragment de peau humaine, six vestiges botaniques, 115 de bois et 264 de cuir ainsi que 106 textiles ou fourrures ont été observés.

4. L’étude des matériaux organiques en contexte funéraire : méthode et difficultés

4.1. L’enregistrement et l’étude (ARE)

53Pour permettre leur étude, les restes ne doivent pas être consolidés, c’est-à-dire imprégnés de résines synthétiques (Paraloïd, Acryl...) qui les fixent en place ou renforcent leur structure. Ces produits, qui encroûtent les nappes organiques et scintillent à la lumière, empêchent l’observation des surfaces au microscope binoculaire puis celle des fibres au MEB.

54En préalable au dégagement, une radiographie révèle ce qui se cache dans la motte (voir par exemple plus loin, fig. 25). Une fois le type d’objet reconnu, une bonne maîtrise de la bibliographie permet de le relier à des problématiques particulières apparues lors d’observations antérieures. Il est nécessaire de bien connaître ces questionnements, car ils guident le choix des objets à traiter en priorité ainsi que la manière de dégager les restes organiques. Par exemple, à Harfleur, une attention particulière est portée au revers des fibules pour identifier les bords de tissus ou les renforts de fixation qui y sont cousus.

55À chaque étape du dégagement, les matières organiques qui apparaissent sont enregistrées et documentées. Elles sont positionnées par des relevés tracés à l’aide du logiciel Adobe Illustrator, sur des clichés généraux de localisation et des vues de détail pris avec un appareil associé au microscope binoculaire (fig. 10). Chaque face de l’objet est examinée pour déterminer, par exemple, si le tissu ou le cuir passent tout autour d’une boucle ou d’une lame. Il est donc important de pouvoir facilement retrouver au cours des manipulations l’orientation et la face d’apparition, dite face « ciel », par la présence d’un point de liquide correcteur blanc.

Fig. 10 Documentation en cours de dégagement des cuirs (en vert) et des textiles (en bleu) du trousseau d’outils de la tombe 1485 d’Harfleur.

Fig. 10 Documentation en cours de dégagement des cuirs (en vert) et des textiles (en bleu) du trousseau d’outils de la tombe 1485 d’Harfleur.

© A. Rast-Eicher

56Il peut exister une seule couche bien minéralisée sur l’objet ou plusieurs niveaux formant une stratigraphie (voir par exemple plus loin fig. 25C et 30). S’il y a beaucoup de terre entre ces derniers, il faut les enlever après les avoir documentés et ne laisser que celui qui touche le métal. Si les couches sont collées les unes aux autres, une collaboration étroite avec le restaurateur est nécessaire pour discuter de ce qu’il convient de laisser ou d’enlever pour comprendre l’ensemble, tout en tenant compte des intentions de conservation, de restauration et de présentation au public.

  • 87 Pour les fibres autres que la soie, le diamètre des fils est une information importante qui ne fai (...)
  • 88 Rast-Eicher 2016a.

57Simultanément à ces observations « topographiques », une première identification des matériaux et de leurs caractéristiques techniques est effectuée. Pour les textiles, le sens du filage des fils de chaîne et de trame, le diamètre des fils87, leur nombre par centimètre et le mode de tissage (armure) sont notés. Néanmoins, en général, une étude au MEB est nécessaire. C’est le seul instrument qui permet une détermination de ces restes minéralisés ou très mal préservés, grâce à ses puissantes capacités d’agrandissement de la surface de l’échantillon88. Les prélèvements destinés au MEB, qui demandent une préparation spécifique, sont traités dans les mois qui suivent le dégagement.

4.2. L’identification et les premières interprétations : limites et difficultés

58L’étude est d’ores et déjà complexe en raison de la dimension en général réduite des fragments organiques conservés dans les sépultures d’Europe de l’Ouest. En effet, comme ils sont en majorité liés aux objets métalliques, ils sont d’autant plus petits que leur support l’est.

  • 89 Müller 2010, vol. 1, fig. 112.
  • 90 Médard 2007a.
  • 91 Rast-Eicher 2016a, fig. 146.

59Très rarement, des terrains constamment humides préservent un peu plus que la surface du métal, comme dans le cimetière de Baar, Früebergstraße, où subsistait le cuir d’une ceinture déposée sur le défunt89. À Hegenheim (Haut-Rhin), le sédiment argileux avait également conservé des textiles90. De même, des vestiges organiques non minéralisés issus de sarcophages ou de caveaux hermétiques mis au jour dans les églises sont souvent de dimensions plus importantes. En revanche, ils ne sont pas plus faciles à analyser : la matière a séché et tout a rétréci. Les structures peuvent parfois ne plus être reconnaissables à la loupe binoculaire et un textile ou un bois très décomposé peut ressembler à de la fourrure91.

60Par ailleurs, les petits éléments minéralisés, collés à l’objet, ne sont habituellement observables que par leur face apparente, voire quelquefois conservés uniquement sous la forme d’un négatif, ce qui complique l’étude.

4.2.1. Les textiles

61Une source d’erreur dans l’identification des textiles minéralisés est liée au fait qu’ils ne sont souvent visibles que d’un côté. Ainsi, des armures complexes peuvent être délicates à reconnaître, mais aussi des armures simples et fréquentes, comme les sergés 2/1, dont le revers peut ressembler à une toile étirée (fig. 11). Par ailleurs, l’état des tissus lors de l’inhumation empêche parfois une détermination précise ; ainsi, dans la tombe 1485 d’Harfleur, l’épingle ferme un vêtement en laine, mais il est impossible de savoir s’il s’agit d’une fourrure ou d’un tissu en laine feutré (voir plus loin, fig. 33A).

Fig. 11 Envers d’un sergé 2/1 (médiéval). La confusion est possible avec une armure toile.

Fig. 11 Envers d’un sergé 2/1 (médiéval). La confusion est possible avec une armure toile.

© A. Rast-Eicher

62Fréquemment, plusieurs couches de textiles sont présentes sur un objet. Il ne faut pas oublier que certaines résultent simplement des plis d’un même tissu, comme au revers de plaques-boucles ou autour des pièces des châtelaines. En revanche, au revers des fibules, il peut aussi s’agir de plusieurs étoffes distinctes, dont il faut alors enregistrer la position et la relation avec l’ardillon pour connaître les caractéristiques du vêtement fermé par les fibules et celles des autres habits.

  • 92 Id. 2014a.

63Une dernière difficulté provient de l’incroyable variété d’étoffes observée pour l’époque mérovingienne. Elle s’exprime surtout à travers quatre paramètres techniques : le matériau, le filage, la densité (nombre de fils par centimètre) et l’armure (croisure) mais aussi bien sûr par les couleurs et les décors. Ces éléments sont utilisés pendant cette période avec une virtuosité s’appuyant sur les traditions de l’âge du fer et intégrant le savoir-faire des Romains, comme la confection de toiles utilisant la laine pour la chaîne et du poil de lapin pour la trame92 (fig. 3). La technique est souvent très élaborée, que ce soit pour le travail de la fibre, le filage ou le tissage et ce, d’autant plus que les sépultures sont riches.

4.2.1.1. Les fibres et le filage

  • 93 Id. 2016a.
  • 94 Ibid., p. 141-146 et 150-157.
  • 95 Ibid., p. 281.
  • 96 Attesté par exemple à Dielsdorf (Suisse, canton de Zurich) au haut Moyen Âge (Ibid., p. 100-101).
  • 97 Comme dans une tombe de Flurlingen (Rast-Eicher, Windler et Mannering 1995).
  • 98 Cette fibre a probablement été identifiée à Lauchheim (Allemagne) dans une tombe du vie siècle (Wa (...)

64L’observation des fibres au MEB permet d’en saisir la diversité (fig. 12). Depuis peu, un atlas est disponible pour faciliter leur identification93. Parmi les fibres animales, la laine de mouton est majoritaire. Elle est sélectionnée et travaillée en fonction du type de textile ; pour un tissu épais destiné à un manteau, on choisit une laine grossière résistant aux intempéries ; pour une étoffe très fine, il faut une laine fine avec de longues fibres. Plus rarement, les poils de castor ou de lapin sont utilisés, mélangés à d’autres matières (voir fig. 3)94. Produit de luxe, la soie, en général domestiquée, provient de Chine95. Les fibres végétales les plus courantes sont le lin et le chanvre96, souvent difficiles à différencier, mais l’on trouve également l’ortie97 et éventuellement le coton98.

Fig. 12 Fibres minéralisées mérovingiennes observées au microscope électronique à balayage (MEB) ; les flèches indiquent les spécificités de chacune : écailles des fibres animales, section ovale de la soie et nœuds des fibres végétales.

Fig. 12 Fibres minéralisées mérovingiennes observées au microscope électronique à balayage (MEB) ; les flèches indiquent les spécificités de chacune : écailles des fibres animales, section ovale de la soie et nœuds des fibres végétales.

© A. Rast-Eicher

65L’intensité de la torsion du filage, qui influence la qualité du textile, est à prendre en compte, en particulier pour l’identification de fragments d’un même vêtement. Néanmoins, elle est difficile à mesurer sur de petites longueurs et l’on définit alors une torsion « légère », « moyenne » ou « forte ».

  • 99 Bender-Jørgensen 1992, p. 136-142.
  • 100 Rast-Eicher 2002a, p. 215, fig. 133 ; Id. 2003a ; Id. 2004a ; Id. 2010a, p. 171 ; Cardani Vergani,(...)

66À l’époque mérovingienne, les fils tissés, à l’exception de ceux des galons, sont généralement des fils simples en torsion « z » pour la chaîne et « z » ou « s » pour la trame, selon le type d’armure99 (fig. 13). Le sens de torsion est parfois utilisé pour produire des effets décoratifs. Dans la toile spin-patterned (à changement de direction de filage), bien représentée au viie siècle100, des fils (de lin ou de laine) de torsions opposées sont alternés dans la trame pour créer des rayures (par exemple quatre fils « z » puis quatre fils « s » et ainsi de suite ; fig. 7, 13A et B).

Fig. 13 Filage, fils et exemples de toiles spin-patterned ; A. Giubiasco (Suisse, Tessin), toile de laine (âge du fer) ; B. Baar, Früebergstraße (Suisse, canton de Zoug), tombe 64, toile de lin.

Fig. 13 Filage, fils et exemples de toiles spin-patterned ; A. Giubiasco (Suisse, Tessin), toile de laine (âge du fer) ; B. Baar, Früebergstraße (Suisse, canton de Zoug), tombe 64, toile de lin.

© A. Rast-Eicher

  • 101 Carré et Jimenez 2008, fig. 65.

67Les fils de laine ont un diamètre compris entre 0,2 et 1,5 mm et les fils de lin entre 0,2 et 1 mm. Dans les tombes aristocratiques de Saint-Denis, des tissus en lin, en laine et en soie présentent des fils d’une finesse exceptionnelle, avec un diamètre de 0,2 mm (fig. 13). Les textiles en laine ou en lin peuvent être très fins, comportant jusqu’à 20 à 30 fils par centimètre ou même plus. Un samit en soie comme celui de Louviers compte plus de 50 fils par centimètre101. Il est donc absolument nécessaire de travailler au dégagement avec une loupe binoculaire permettant un grossissement par 20.

  • 102 C'est-à-dire des fils assemblés entre eux par une torsion, en général inverse à la leur. La majusc (...)
  • 103 Rast-Eicher à paraître b.

68Des fils retors102, « Sz » ou « Zs », de plus gros diamètre (de 1 à 2 mm), sont normalement utilisés pour les coutures, souvent bien difficiles à repérer si les fragments sont petits. Dans la sépulture 41 de Saint-Denis, deux galons tissés aux planchettes sont cousus ensemble avec un fil retors « Sz »103. Des ourlets sont parfois visibles, comme sous la fibule no 479A de la tombe 1411 d’Harfleur (fig. 14) ; ils indiquent un bord de vêtement. La vigilance s’impose par rapport aux gros fils de couture car ils servent aussi à repérer les brides, sortes de boutonnières accrochées aux tissus (voir fig. 5). Certaines sont constituées d’un fil retors cousu en formant une anse renforcée par enroulement du fil (fig. 15).

Fig. 14 Textile avec ourlet visible sur la fibule no 479A de la sépulture 1411 d’Harfleur.

Fig. 14 Textile avec ourlet visible sur la fibule no 479A de la sépulture 1411 d’Harfleur.

© A. Rast-Eicher

Fig. 15 Restitution d’une bride formée par enroulement d’un fil retors.

Fig. 15 Restitution d’une bride formée par enroulement d’un fil retors.

© A. Rast-Eicher

4.2.1.2. Les armures

  • 104 Le satin n'apparaît qu'au bas Moyen Âge.
  • 105 À Köniz, Oberwangen (Suisse, canton de Berne ; Id. 2007) et Bösingen (Suisse, canton de Fribourg ; (...)

69Les multiples armures sont issues de deux types de base, la toile et le sergé104. Quelques variantes de l’armure toile sont illustrées (fig. 16). La toile « dominante trame » (en anglais : weft-faced) est caractérisée par des fils plus serrés en trame. Elle était propre à des tuniques tissées « en forme », c’est-à-dire en une pièce. Le tissage commençait par un côté ou par une manche et finissait par l’autre, la tunique était donc tournée de 90° sur le métier pour faciliter le tissage ; la trame était bien tassée, ce qui la rendait plus dense. Elle était verticale dans l’habit porté. Ce type de textile est bien attesté en Suisse occidentale au viie siècle105.

Fig. 16 Armures et finitions (les fils de chaîne sont figurés en foncé).

Fig. 16 Armures et finitions (les fils de chaîne sont figurés en foncé).

Exemples issus de tombes mérovingiennes sauf mention contraire ; A. Baar, Früebergstraße (Suisse), tombe 64 ; B. Aech (Suisse, canton de Bâle-Campagne), tombe 36 ; C. Solduno (Suisse, Tessin), âge du fer ; D. Stabio (Suisse, Tessin), tombe 1 ; E. Fehraltorf, (Suisse, canton de Zurich) ; F. Louviers, tombe 118 ; H. Saint-Denis, tombe 38 ; I. Aesch (Suisse, canton de Bâle-Campagne), tombe 55 ; J. Flaach (Suisse, canton de Zurich), tombe 13.

© A. Rast-Eicher

  • 106 Attestée au viie siècle, dans la tombe 36 de Aesch (Suisse, canton de Bâle-Campagne ; Id. 2001b).

70L’armure « panama » (fig. 16B), très rare à l’époque mérovingienne106, est créée par un dédoublement des fils dans l’armure toile, en chaîne, en trame, ou les deux. Ainsi, le tissu, assez raide avec l’armure toile, devient plus souple.

  • 107 Id. 2002b ; Id. 2016d, fig. 20.
  • 108 Id. à paraître b.
  • 109 Id. 2012a, p. 72.
  • 110 Windler 1994, p. 108.

71Parmi les sergés se trouvent non seulement des sergés pairs (2/2, fig. 16C), déjà bien connus à l’âge du fer, des sergés losangés (fig. 16D), mais aussi des armures très spéciales comme le damassé 2/1-1/2, nommé par Hans Jürgen Hundt Rippenköper (en anglais : barred damask), que l’on rencontre à l’est du Rhin et dans le sud de l’Allemagne, ainsi qu’en Suisse, au vie et surtout au viie siècle107 (fig. 16E ; voir également plus loin fig. 40C). En Europe, ce type de sergé est tissé en lin, avec un changement d’armure de 1/2 en 2/1 après trois ou cinq coups de trame, ce qui crée un plissé permanent, même après lavage. D’autres plissés sont effectués après le tissage, en particulier sur des armures toiles (fig. 16J, 40A et B), mais ils doivent être remis en forme après chaque lessive, comme ceux des sépultures 48 de Saint-Denis108 ou 21 de Flaach109. Rarement, dans quelques tombes riches, un même textile peut alterner deux armures, le Rippenköper et le sergé brisé110.

  • 111 Banck 1998, tombe 974.
  • 112 Carré et Jimenez 2008, p. 88-90, tombe 118.
  • 113 Desrosiers et Rast-Eicher 2013.

72Le tissage de la soie est spécifique. À la période mérovingienne, on rencontre non seulement des armures taffetas (armure toile), comme à Saint-Denis (voir plus loin fig. 39) ou Lauchheim111, mais aussi des samits, dont la croisure permet d’obtenir des soieries façonnées avec un décor tissé sur un métier complexe, comme à Louviers (fig. 16F)112 ou à Saint-Denis113.

  • 114 Grömer 2010, p. 107.
  • 115 Comme par exemple Moulhérat 2007, p. 11.
  • 116 Carré et Jimenez 2008, p. 90, pendeloque de la tombe 107.
  • 117 Par exemple pour le vêtement tenu par la petite fibule de la sépulture 107 de Louviers (Ibid., fig (...)

73Une technique particulière, déjà connue en Europe à l’âge du bronze114, est le tissage aux planchettes (ou plaquettes) qui procure des galons, des rubans ou des renforts de lisières, souvent avec des motifs géométriques polychromes. Il est parfois difficile de reconnaître ce type de tissage, car la confusion est possible avec un sergé115. L’observation des fils de chaîne permet cependant de trancher, car la plupart des techniques à planchettes sont basées sur un tour complet de ces fils après chaque pas (fig. 16G). Souvent, les fils de chaîne dessinent un motif en « V », comme du tricot à l’endroit. Si l’on voit un ou plusieurs cordons qui ressemblent à un ou des fils retors, il s’agit normalement à cette période de tissage aux planchettes. Le nombre de planchettes employées peut être connu en comptant les cordons de la chaîne. Plus il est grand, plus les motifs sont complexes et riches. Bien que parfois utilisés pour suspendre des objets116, les galons aux planchettes sont plus généralement destinés à renforcer et décorer la lisière des tissus. Ils sont alors cousus ou, s’ils ne sont pas trop larges, tissés directement au bord de l’étoffe117. Ils sont parfois constitués de fibres différentes : même lorsqu’ils font partie d’une étoffe en lin, ils sont souvent en laine car cette matière se colore plus facilement. Il est donc important de bien identifier ces bordures pour ne pas avoir une idée erronée du tissu porté ou multiplier artificiellement le nombre de pièces textiles présentes dans la tombe.

4.2.1.3. Les finitions, les couleurs et les décors

  • 118 Rast-Eicher 2003a, fig. 5 ; la publication du cas de Marktoberdorf précise qu’il s’agit d’un texti (...)

74Les tissus mérovingiens peuvent finalement recevoir une finition. Il y a d’abord bien sûr le renfort des lisières par tissage aux planchettes. Par ailleurs, comme nous l’avons vu, certaines toiles sont plissées ; d’autres, en lin et de qualité moyenne, sont probablement passées à la calandre, c’est-à-dire, à cette époque, frottées avec des boules en verre ou en pierre pour obtenir un aspect lustré. La pression a donné aux fils une section carrée, ce qui est bien visible à Aesch (fig. 16I), Bülach (Suisse, canton de Zurich) et Marktoberdorf (Allemagne, Bavière), dans des tombes du viie siècle118.

  • 119 Id. à paraître b.
  • 120 Banck 1998, p. 122 ; Rast-Eicher 2008b, fig. 240 et 241.

75Dans nos régions, les teintes des textiles archéologiques sont très rarement préservées. Les vestiges non minéralisés, comme ceux de Saint-Denis, en fournissent de bons exemples119. Les petits fragments minéralisés peuvent aussi révéler des couleurs, s’ils comportent des fils de laine encore flexibles, en cours de minéralisation. À Louviers, quelques fils rouges du galon du manteau de la femme 118 étaient visibles. Un sergé losangé bleu est également reconnu à Lauchheim, de la tête aux pieds d’une défunte, et à Langenthal (Suisse, canton de Berne), sur une petite fibule en « S »120.

  • 121 Par exemple à Saint-Denis, dans la tombe 49, un galon avec un décor en soie (triple fils) broché ((...)
  • 122 Laporte 1988, p. 74.
  • 123 Bender-Jørgensen 1992, fig. 179 ; Id. 1988 ; Graenert et Rast-Eicher 2003.

76Outre les effets décoratifs procurés par les armures et les couleurs des fils, des éléments rapportés contribuent à l’ornementation des tissus. Ce sont des décors brochés, en technique soumak ou en tapisserie, ajoutés pendant le tissage, ou des broderies réalisées après le tissage. Dans la technique soumak, les fils tournent autour des fils de chaîne, tandis que les fils de brochage sont une trame directe de la largeur du décor. Les décors brochés et soumak sont surtout connus pour les galons aux planchettes et peuvent être confectionnés avec des fils de laine, de soie ou d’or (l’or est seulement broché ; fig. 17A et B)121. Les broderies sont plus difficiles à reconnaître sur de petits fragments, mais il en existe des exemples célèbres, comme la tunique de la reine Bathilde († 680)122 (fig. 17D). Ces trois techniques sont bien documentées, surtout dans des sépultures riches comme celles de Saint-Denis. En revanche, la tapisserie, de tradition romaine, est très rare en Europe à l’époque mérovingienne. Elle est pour le moment illustrée seulement par deux exemples, la doublure du casque du garçon de la cathédrale de Cologne (Allemagne, Rhénanie-du-Nord-Westphalie) et un fragment trouvé à La Tour-de-Trème (Suisse, canton de Fribourg), au revers d’une grande fibule du viie siècle123 (fig. 17C).

Fig. 17 Décors.

Fig. 17 Décors.

A. Saint-Denis, tombe 41, fils d’or ; B. Saint-Denis, tombe 41 ; C. La Tour-de-Trème (Suisse, canton de Fribourg), tombe 3 (© A. Rast-Eicher) ; D. Détail de la tunique de la reine Bathilde (cl. musée municipal Alfred-Bonno, Chelles) ; E. Tissage aux planchettes d’un galon (© A. Rast-Eicher) ; F. Saint-Dizier (Haute-Marne), tombe 11 (cl. B. Bell) ; G. Dessin d’un détail d’une mosaïque de Saint-Vital de Ravenne.

DAO F. Carré

  • 124 Rast-Eicher 2010b.

77Enfin, des galons tissés aux planchettes offrant la possibilité de motifs décoratifs complexes et multicolores peuvent être cousus aux vêtements (fig. 17E et F), comme probablement le grand galon découvert dans la tombe de la reine Arégonde124. Il existe également des appliques, éventuellement en soie, comme on en voit sur les costumes des suivantes de l’impératrice Théodora figurées à Ravenne (fig. 17G). Des franges ornent aussi parfois le bord des tissus, par exemple celui qui est préservé sur le bassin en alliage cuivreux de la tombe 11 de Saint-Dizier (Haute-Marne ; fig. 17F).

4.2.2. Les restes humains

  • 125 Id. 2016a, p. 273-276.

78Les cheveux oxydés collés aux boucles d’oreilles en bronze sont assez fréquents. Ils sont faciles à reconnaître par leurs écailles très fines, serrées et de diamètres proches, alors que, par exemple, ceux des poils de mouton varient beaucoup dans une même toison125. En revanche, si l’état de conservation est moyen, il est difficile de dissocier cheveux, poils et fibres textiles animales, y compris lors de l’observation au MEB, comme sur la fibule 479A de la sépulture 1411 d’Harfleur (fig. 18 et voir plus loin fig. 31C). Dans ce cas, la détermination n’a pas pu être précisée. L’emplacement des cheveux peut éventuellement renseigner sur la coiffure (cheveux longs ou relevés), qui est liée à la tenue, ou sur le vêtement, lorsqu’ils sont inclus dans une stratigraphie. Jusqu’à présent, leur absence sur les pièces métalliques trouvées sur le thorax suggère plutôt des cheveux relevés à l’arrière de la tête.

Fig. 18 En haut, cheveux ou poils conservés sur la fibule 479A de la tombe 1411 d’Harfleur ; la différenciation lors de l’observation au MEB a été impossible. En bas, peau de la défunte au revers de la fibule 218 de la tombe 1283 d’Harfleur.

Fig. 18 En haut, cheveux ou poils conservés sur la fibule 479A de la tombe 1411 d’Harfleur ; la différenciation lors de l’observation au MEB a été impossible. En bas, peau de la défunte au revers de la fibule 218 de la tombe 1283 d’Harfleur.

© A. Rast-Eicher

  • 126 Id. 2010a, fig. 109.

79La peau humaine, assez facilement reconnaissable par de petites fissures caractéristiques (fig. 18 et voir plus loin, fig. 31C), est souvent présente à l’intérieur des bracelets ou des bagues. On trouve également de la peau de l’oreille ou du crâne126, et même parfois de la peau située au niveau d’autres os comme la clavicule, les vertèbres ou le fémur.

80La présence de peau humaine à la base de stratigraphies d’éléments organiques est intéressante car elle permet de préciser la position des différents vêtements en sachant que toutes les couches sont prises en compte. Par exemple, dans la tombe 394 de Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie, il est certain que la tunique, serrée à la taille par une chaîne, est portée à même la peau. À Harfleur, la petite fibule 218 de la tombe 1283 et le tissu au revers étaient posés directement sur la peau (fig. 18).

4.2.3. Les cuirs et fourrures

  • 127 Grassmann 1944, p. 345-354 ; Harris et Veldmeijer 2014 ; Carré, Adrian, Biard et al. 2015a, fig. 6 (...)
  • 128 Müller 2010, vol. 1, p. 392.
  • 129 Carré et Jimenez 2008, fig. 68.
  • 130 Volken 2009a.
  • 131 Rast-Eicher 2010a, fig. 115.
  • 132 Au haut Moyen Âge, les chaussures ne sont pas fermées par des boucles, comme cela a été démontré p (...)

81Si le cuir est bien préservé, sa surface apparaît lisse du côté des pores et très fibreuse du côté des chairs. La détermination de l’espèce est difficile, mais possible pour certains animaux d’après le diamètre et la disposition des pores de la peau127 (fig. 20) et l’on peut souvent au moins exclure l’un ou l’autre animal. Il faut tout de même avoir une surface assez grande et suffisamment bien conservée pour en dire plus. Les cuirs, le plus souvent minéralisés, sont fréquents sur les boucles ou garnitures de ceintures128, où l’on doit distinguer les vestiges des lanières de ceux des renforts de fixation au métal de ceintures en textile129. Les cuirs extérieurs des fourreaux de scramasaxes et de couteaux sont généralement bien présents. Dans les tombes de femmes, il faut penser aux lanières des pendeloques et des jambières. Des manchettes en cuir sont également observées dans la tombe d’Arégonde130. Des vestiges de chaussures sont quelquefois visibles sur les éperons, par exemple à Baar, Früebergstraße131, ou sous les boucles de jarretières placées sur les pieds132. Dans ce dernier cas, il faut faire bien attention à différencier la chaussure et la lanière de la jarretière. À Harfleur, dans la tombe 1357, le cuir d’une chaussure subsistait sous le bassin en bronze posé sur les pieds (voir plus loin, fig. 28C).

  • 133 Périn et Wamers 2013, p. 114.

82Alors que les cuirs des fourreaux sont épais et raides (bœuf), ceux des chaussures, ceintures et lanières sont fins et souples. Ainsi, la ceinture large de la reine Arégonde était constituée de deux couches de cuir de chèvre cousues ensemble, côté chair sur côté chair, pour supporter le poids de la boucle133.

  • 134 Maintenant facilitées par un atlas (Rast-Eicher 2016a).
  • 135 À Saint-Denis : Ibid., p. 194, fig. 213 ; Id. à paraître b.
  • 136 Id. 2016a, p. 158.

83Les fourrures sont de plus en plus prises en compte (fig. 19). Leur détermination, loin d’être évidente, nécessite des observations au MEB et des comparaisons134. L’espèce peut parfois être précisée, par exemple pour la loutre135, mais dans d’autres cas, on ne peut que définir la famille (canidés, mustélidés) : la différence entre les poils de chien, de loup et de renard est infime136.

  • 137 Ibid., p. 152, 184, 181, 195 et 159.
  • 138 Ibid., fig. 78 et 79.
  • 139 Id. 2008b, p. 172 ; Pillard-Jude 2004.

84Les fourrures sont assez fréquentes dans les tombes du haut Moyen Âge et plus variées que dans celles de l’âge du fer, avec la présence de lapin, de blaireau, de mustélidés (martre), de loutre et de renard137. Pour les femmes, elles semblent être liées au vêtement, comme à Flaach, où des restes de fourrure présents sur un bracelet appartenaient à un manteau ou un bord de manche138. En revanche, leur fonction n’est pas toujours claire pour les hommes. En effet, si la fourrure est conservée sur des pointes de flèches, on ne peut pas savoir s’il s’agit d’un carquois ou de la doublure d’un vêtement, à moins que la fourrure n’emballe la pointe. L’intérieur des fourreaux d’épée, constitués de plusieurs couches, est toujours en fourrure pour protéger la lame et favoriser son dégagement139.

Fig. 19 A. La disposition et les dimensions des pores permettent de différencier le cuir de capriné d’une lanière, de celui du fourreau du couteau, plus gros, probablement de bovidé (Nassandres, Eure, tombe 10 ; dessin F. Carré ; cl. D. Pitte ; vues macroscopiques A. Rast-Eicher). B et C. Fourrure de loutre observée dans la tombe 41 de Saint-Denis ; C. Vue au MEB des écailles caractéristiques (© A. Rast-Eicher).

Fig. 19 A. La disposition et les dimensions des pores permettent de différencier le cuir de capriné d’une lanière, de celui du fourreau du couteau, plus gros, probablement de bovidé (Nassandres, Eure, tombe 10 ; dessin F. Carré ; cl. D. Pitte ; vues macroscopiques A. Rast-Eicher). B et C. Fourrure de loutre observée dans la tombe 41 de Saint-Denis ; C. Vue au MEB des écailles caractéristiques (© A. Rast-Eicher).

Fig. 20 Tiges de graminées observées sous un rivet de la tombe 198 de Louviers (Eure) ; en bas, vue au MEB.

Fig. 20 Tiges de graminées observées sous un rivet de la tombe 198 de Louviers (Eure) ; en bas, vue au MEB.

© A. Rast-Eicher

4.2.4. Les autres restes animaux : corne, ivoire, plumes

85Les restes de corne ou d’ivoire sont souvent blancs et bien visibles dans la sépulture. Leur surface, plus fine que celle de l’os, permet une identification précise. Aucune de ces matières n’a été repérée à Harfleur.

  • 140 Day 1966.
  • 141 Comme à Elgg (Suisse, canton de Zurich ; Windler 1994) ou Munningen (Allemagne, Bavière).
  • 142 Hundt 1972 ; Siegmüller 2011.

86Les plumes ont une structure bien visible à la loupe binoculaire, avec des barbules disposées en « V » sur l’axe du rachis. Le duvet est plus difficile à voir ; il peut être repéré par hasard lors de l’analyse microscopique d’un prélèvement, par exemple sous le crâne. Les détails anatomiques des plumes indiquent éventuellement la famille140. Leur fonction reste hypothétique : il existe probablement des rembourrages de coussins, matelas ou vêtements141, mais peut-être aussi des rituels utilisant des plumes142. Annette Siegmüller différencie les rembourrages de plumes des tombes nordiques des viiie-xie siècles et les rites des tombes germaniques des vie-viie siècles. Toutefois, l’idée du rituel qui consiste à couvrir le mort de plumes, conçue par Hans Jürgen Hundt au début des années 1970, repose sur des fouilles anciennes et manque encore de confirmation par de nouvelles tombes dont les vestiges organiques seraient étudiés avec les méthodes actuelles. Comme il y avait certainement des vêtements remplis de végétaux au vie siècle (voir 4.2.6.), des « doudounes » en plumes sont tout à fait plausibles.

4.2.5. Le bois (ARE, FC)

  • 143 Carré et Henrion 2012.

87Le bois est présent dans l’architecture et l’aménagement des sépultures. Le corps peut être placé dans un contenant (sarcophage monoxyle, coffrage ou cercueil), sur un support (coussin céphalique, plancher, brancard) ou sous un couvercle en bois, y compris dans un sarcophage en pierre143. Des fragments de ces éléments sont susceptibles d’être minéralisés au contact des objets métalliques et peuvent alors renseigner sur les essences utilisées ou les techniques de fabrication.

  • 144 Paulsen 1992 ; Wolf 1998.
  • 145 Ibid.
  • 146 Theune-Großkopf 2006.
  • 147 Marti 1995.
  • 148 Werner 1977, p. 147.
  • 149 Fleury et France-Lanord 1998.

88Des objets en bois ont également été déposés avec les défunts, comme l’ont montré des découvertes exceptionnelles dans des cimetières en milieu humide du Bade-Wurtemberg, en Allemagne. Les meubles, bougeoir et arcs d’Oberflacht sont célèbres144, ainsi que le lit de Lauchheim145 et la lyre de Trossingen146. Quelques cas de conservation en milieu sec illustrent aussi ces dépôts, comme la sépulture masculine de l’église d’Altdorf (Suisse, canton d’Uri), accompagnée entre autres d’une gourde en bois, d’un carquois et d’un arc avec sa corde147, ou la tombe 1 de Saint-Ulrich d’Augsbourg (Allemagne, Bavière) qui contenait une crosse148. Les sépultures 28, 38 et 50 de Saint-Denis ont chacune fourni une boîte à ouvrage tout ou partiellement en bois149.

  • 150 Bader, Windler et Rast-Eicher 2002, p. 73-74.
  • 151 Müller 2010, vol. 1, p. 161-164 et 372-374.
  • 152 Ibid., vol. 1, p. 207 et 371.

89Hormis ces rares cas, le bois est préservé à proximité des objets métalliques, mais évidemment sur de petites surfaces. Il s’agit souvent de restes de manches d’armes, de couteaux et d’outils rangés dans les aumônières. Les vestiges d’arcs sont rares. Suite à la découverte d’une corde dans les cimetières de Flurlingen150 et de Baar, Früebergstraße, les pointes de flèches ont été très soigneusement examinées pour trouver des traces du bois ou de la corde de l’arc qui devait les accompagner. Les essences de bois ont été déterminées et les fragments d’if attribués à des arcs. Un nombre étonnant en a ainsi été détecté dans le cimetière de Baar, Früebergstraße151. D’autres objets ont pu être reconnus : dans la tombe 18 de ce dernier site, la présence d’une aumônière était suggérée par une série de petites plaques métalliques, dont une avec un rivet, et quelques restes de bois d’érable ; en suivant ces éléments lors de l’étude des bois, le contour réniforme d’un couvercle est effectivement apparu152.

90Aménagements et objets sont parfois difficiles à dissocier. L’enregistrement de la stratigraphie et de l’orientation est alors primordial pour formuler des hypothèses, tout comme les données techniques telles que l’essence du bois ou la direction des fibres. Par exemple, un reste de bois situé sur un os et sous une boucle est obligatoirement lié à un objet. Par ailleurs, le sens de la coupe peut signaler un objet en bois tourné. Ainsi, dans la tombe 1357 d’Harfleur, un fragment travaillé en bois de travers découvert à l’intérieur du bassin en alliage cuivreux a été attribué à un récipient plutôt qu’au couvercle du cercueil.

4.2.6. Les autres végétaux

  • 153 Exemples à Saint-Denis (Fleury et France-Lanord 1998, vol. I, p. 75) et Lauchheim (Banck 1998).
  • 154 Exemples à Baar, Früebergstraße (Rast-Eicher 2010a, p. 161) ; et Flurlingen (Bader,Windler et Rast (...)
  • 155 Ces sarcophages du viie siècle ne sont pas publiés.
  • 156 Carré et Jimenez 2008, p. 83.
  • 157 Graenert et Rast-Eicher 2003, p. 168.

91Dans les sépultures du haut Moyen Âge, des restes végétaux aux fonctions variées sont assez souvent observés. On les reconnaît d’après la forme des tiges et par les cellules de l’épiderme visibles à la loupe binoculaire et au microscope. Les racines récentes sont différenciables par leurs ramifications fines et lisses. Les végétaux les plus fréquents et évidents sont certainement les herbes (pailles, foin, etc.) trouvées sous le corps ou sous les objets posés à côté du défunt. Ce sont des restes de matelas ou de rembourrages du fond de la tombe153. Dans ces couches, on trouve aussi des mousses qui sont généralement bien identifiables à la loupe binoculaire, grâce à leurs formes typiques aux ramifications irrégulières. Les sépultures du viie siècle contiennent également assez souvent des graminées préservées sur des objets en contact avec le fond des sarcophages154 ou encore bien visibles grâce au milieu très sec de conservation, comme à Saint-Maximien de Trèves (Allemagne, Rhénanie-Palatinat)155. Des tiges de graminées témoignant d’un bouquet ou d’un matelas sont reconnues à Louviers, sous un rivet de la ceinture de la tombe 198156 (fig. 20). On peut aussi interpréter comme des bouquets, en raison de leur localisation, les feuilles de céréales découvertes au revers d’une fibule de La Tour-de-Trême (Suisse, canton de Fribourg)157 et les plantes présentes sur le bracelet de la sépulture 1793 d’Harfleur (voir plus loin, fig. 35E).

  • 158 Comme à Lauchheim (Banck 1998).
  • 159 Rast-Eicher 2012a, fig. 96a et b.

92Des végétaux sont parfois conservés sur le dessus d’objets et peuvent alors appartenir à un rembourrage de couverture ou de vêtement158. Ainsi, dans la sépulture 10 de Flaach, des feuilles mortes étaient prises entre deux couches d’un sergé en laine. Grâce à une très bonne préservation, on a pu voir que cette couche végétale se poursuivait au-delà de la surface des objets, avec une couleur brune bien visible dans la terre sableuse beige159. Au MEB, ces restes montraient des cellules végétales abîmées ressemblant à celles de plantes séchées pour créer un herbier. Ces feuilles ont donc probablement été séchées puis insérées entre les deux textiles.

  • 160 Corbineau 2014, p. 396-403.
  • 161 Ibid., p. 425-459.

93Rarement tentées pour les tombes mérovingiennes, les analyses palynologiques donnent des résultats complémentaires, sous réserve d’une méthode de prélèvement et d’interprétation rigoureuse, comme le montrent les travaux de Rémy Corbineau. Il a mis en évidence, dans le sarcophage 2 de Sainte-Tulle (Alpes-de-Haute-Provence ; ve-vie siècles), la présence d’une litière de céréales, mais également celle d’un dépôt floral signalé par une concentration de pollens d’Astéroïdées autour du crâne160. L’étude de 19 tombes plus modestes de Pava, à San Giovani d’Asso (Italie, Toscane ; viie-xiiie siècle), témoigne de pratiques similaires161.

4.3. L’interprétation d’une tombe

94Après avoir enregistré les restes organiques et analysé les prélèvements, il faut rassembler les informations pour les interpréter. Pour avoir une vue d’ensemble et faciliter le travail, les stratigraphies des restes organiques observées sur chaque objet sont figurées sur le relevé en plan de chaque sépulture (fig. 21). On constate alors souvent une répartition spatiale de couches similaires et situées à un même niveau dans la stratigraphie. Par exemple, si des fibules tiennent un textile en lin et qu’une épingle placée sur les fibules est piquée dans un tissu en laine, on sait que ce dernier se superpose à l’autre ; de plus, si une boucle est placée sur le même tissu en laine que celui de l’épingle, la ceinture devait fermer ce vêtement.

Fig. 21 Exemple de report en plan de la localisation des restes organiques et de leur stratigraphie pour la tombe 1485 d’Harfleur.

Fig. 21 Exemple de report en plan de la localisation des restes organiques et de leur stratigraphie pour la tombe 1485 d’Harfleur.

DAO A. Pézier, A. Rast-Eicher et F. Carré

95En prenant en compte le matériau, le filage et l’armure, ainsi que le diamètre des fils et leur nombre par centimètre, on peut comparer les tissus, les associer ou les différencier. Néanmoins, il faut être conscient que la densité des fils peut varier pour les fragments d’un même tissu, surtout s’il n’est pas minéralisé, car les fils se dilatent, ce qui interdit parfois toute comparaison. En revanche, la structure d’une étoffe minéralisée est généralement très bien préservée et les mesures de diamètre et de densité sont fiables.

  • 162 Fleury et France-Lanord 1998, vol. II, p. 105.
  • 163 Rast-Eicher à paraître b.

96Sur des fragments assez grands, on arrive à voir l’usure du tissu. Le sergé losangé de la tombe 41 de Saint-Denis est assez feutré et d’aspect gratté. Albert France-Lanord en a déduit un foulage162, mais cette armure n’est jamais foulée ; il s’agit donc très probablement de l’usure due au frottement, plausible pour des pantalons (à cheval ?) ou les manches d’une tunique163.

  • 164 Id. 2008a, p. 90 et 92.
  • 165 Horisberger, Müller, Cueni et al. 2004, p. 183. Exemple de paquet identifié par un « fil » enroulé (...)
  • 166 Carré et Jimenez 2008, p. 95.
  • 167 Rast-Eicher 2004a.

97Lors de la réflexion, il ne faut pas oublier qu’un fragment de textile découvert dans une sépulture peut correspondre à des éléments divers. Ainsi, les galons aux planchettes servent parfois de suspension d’anneaux de châtelaine ou de lanière de ceinture, comme à Louviers164. Certains tissus constituent aussi des emballages, que l’on différencie du costume en les suivant tout autour d’un ou de groupes d’objets, ou en observant les liens des paquets165. Enfin, il peut être délicat de distinguer un linceul d’un vêtement. On considère généralement qu’une étoffe recouverte par une pièce de ceinture trouvée sur les os est un vêtement. De même, un aménagement pour renforcer les fixations, comme une bande de cuir ou une bride cousue au tissu, signale sans équivoque un habit ; ce dernier peut cependant être utilisé comme linceul pour envelopper le corps. Cette hypothèse a été formulée pour le manteau en lin à lisière rouge de la tombe 118 de Louviers, en raison des contraintes observées sur les os166, ainsi que pour la toile de lin spin-patterned de l’épingle de coiffe de la tombe 394 de Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie167, car ce type de textile, plus épais qu’un voile, est en général fixé par des fibules et présent jusqu’aux pieds.

98Certains objets sont particulièrement précieux pour comprendre les vêtements. Pour les femmes ce sont les fibules, les épingles, les garnitures de ceinture, les châtelaines et les éléments de jarretières, tous proches du corps et donc susceptibles de receler des fragments d’habits.

  • 168 Windler 2012, p. 58-68 ; Bartel et Knöchlein 1993, p. 428-438 ; Walton Rogers 2007, p. 100. Une bri (...)

99Les fibules, de première importance, indiquent en particulier les ouvertures. En effet, les ardillons traversent souvent des brides, sortes de boutonnières ajoutées à l’aiguille au bord des tissus (fig. 5 et 15). Il en existe de nombreux cas dans toute l’Europe168. Les fibules peuvent aussi conserver la trace des galons aux planchettes qui renforçaient et décoraient les lisières d’étoffes (voir ci-dessus). La direction de ces galons indiquant celle de l’ouverture du vêtement, l’enregistrement du nord sur le prélèvement contenant la fibule conditionne l’analyse du costume.

100Les habits fermés par les grandes épingles trouvées au niveau du cou ou des épaules sont encore peu documentés. Le site d’Harfleur a fourni l’occasion d’examiner deux de ces objets, dont l’un est piqué dans un tissu en laine feutré ou une fourrure de mouton (voir plus loin, fig. 33A).

  • 169 Rast-Eicher 2002a, p. 222.

101Lors de l’interprétation, la longueur des vêtements est une question fondamentale. Elle est révélée par les éléments métalliques découverts le long des membres inférieurs des défuntes. Ainsi, les châtelaines suspendues à la ceinture sont parfois prises dans les plis des habits, comme dans la sépulture 504 de Schleitheim qui comportait, de la taille au bas du tibia, les restes d’une tunique plissée en laine et d’un manteau en lin à rayures (toile spin-patterned)169. Les boucles et ferrets des liens de jarretières, souvent trouvés sur les pieds, peuvent aussi conserver, côté ciel, des fragments de tissus. Ces objets préservent également du cuir appartenant aux lanières et aux chaussures.

  • 170 Id. 2009, p. 100.

102Dans les tombes masculines, l’étude des vêtements pourrait être favorisée par les importantes surfaces métalliques procurées en particulier par l’armement. Il n’en est rien et les données font encore défaut. Les textiles documentés sont le plus souvent des emballages d’objets. Le dépôt fréquent des ceintures et des pièces qu’elles supportent, aumônières et fourreaux, ne facilite peut-être pas la préservation des vestiges de tissus, car il est souvent effectué à côté du corps. Ainsi, les deux textiles de la sépulture 1357 d’Harfleur, un sergé losangé et un autre sergé plus grossier, pourtant bien documentés, ne peuvent pas être rattachés avec certitude à des vêtements, car ils sont loin du corps et tournés tantôt côté terre, tantôt côté ciel. En revanche, lorsque les objets sont placés sur le défunt, l’absence de textile interroge. Une explication possible est l’utilisation massive de cuirs et fourrures, dont les restes sont difficiles à distinguer de ceux des fourreaux. Il faut pour cela un concours de circonstances rare, une pièce métallique prise entre le fourreau et l’habit, comme le rivet dans la tombe 213 de Baar, Früebergstraße, qui garde sur le dessus la trace d’une cape ou d’un manteau en fourrure170. Ces tout petits éléments de fixation sont donc susceptibles d’apporter des informations majeures.

5. L’exemple d’Harfleur (ARE, FC)

103En 2013 et 2014, plusieurs ensembles d’Harfleur ont été documentés dans le cadre du PCR par Antoinette Rast-Eicher, en collaboration avec le restaurateur Bruno Bell. Les vestiges organiques de trois tombes féminines, 1485, 1793 et 1411, ont été exhaustivement étudiés. Les objets des sépultures 1485 et 1793 sont datés du vie siècle et ceux de la sépulture 1411 du viie siècle. De plus, la majorité des fibules a été examinée à la loupe binoculaire (tabl. 1) et quelques-unes ont été nettoyées pour approfondir les observations. Enfin, une riche tombe masculine du vie siècle (1357) a été partiellement traitée.

104Ces travaux fournissent, comme nous l’avons souligné précédemment, des informations sur le port des fibules et les types de textiles qui leur sont liés. Ils permettent aussi de proposer les quatre études de cas qui suivent. Elles illustrent la méthode d’analyse et ses apports à la compréhension de la tombe.

5.1. Textiles des fibules

105L’étude technique des textiles d’Harfleur est limitée par le nombre de fibules étudiées de manière approfondie et par la mauvaise conservation des restes, qui ne permet pas l’identification de l’ensemble des critères. Néanmoins, un certain nombre d’informations sont disponibles, même à partir de simples fils.

  • 171 Id. 2012a, p. 60-72.

106Les textiles tenus par les fibules sont le plus souvent en lin, très fins, avec des fils d’au plus 0,5 mm de diamètre (tabl. 1). Le filage est surtout en torsion « z », ce qui est habituel en Europe, avec la chaîne invariablement filée en direction « z ». À une exception près, il s’agit d’armures toile. Même si nous ne pouvons pas toujours compter le nombre de fils par centimètre, leurs caractéristiques, en particulier leur diamètre, indiquent plus de 12 à 14 fils par centimètre. Les qualités des textiles tenus par les petites fibules du vie siècle placées au cou ou au sternum des défuntes des tombes 1133, 1485, 1700, 1709 et 1793 sont classiques, similaires par exemple à celles de Flaach à la même période171.

Tableau 1 Caractéristiques techniques des textiles observés sur les fibules d’Harfleur.

Tableau 1 Caractéristiques techniques des textiles observés sur les fibules d’Harfleur.

A. Rast-Eicher

  • 172 Id. 2004a.
  • 173 Id. 2012b, p. 11 ; tombe 171, fibules ansées symétriques de 4,3 cm de long, 22 à 24 fils par cm ; (...)
  • 174 Médard 2015a.

107Les deux fibules ansées de la sépulture 1425, datées du viie siècle, présentent un tissu nettement plus gros, comme souvent ceux qui sont attachés au cou par une seule fibule durant cette période dans le sud de l’Allemagne ou la Suisse (tabl. 2 ; voir aussi chapitre 6.1.1.). Dans cette zone géographique, le changement de qualité au viie siècle est net. En revanche, dans la vallée de la Seine normande, la transition est plus nuancée. En effet, à Harfleur, dans la sépulture 1411, datée du viie siècle, deux petites fibules au cou et une épingle tiennent des textiles fins, tout comme la fibule carrée de la sépulture 1240, contemporaine de 1411, seul exemple sur ce site de fibule unique portée au cou. D’autres cas d’étoffes fines du viie siècle ont été repérés dans la région. Ainsi, à Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie (Eure), les fibules uniques des tombes 394 et 490 ferment respectivement une toile fine « face-trame » en laine et un probable sergé fin, également en laine172. À Poses, l’une des deux fibules de la tombe 171 est associée à une toile très fine en lin ou en chanvre. En revanche, celles de la sépulture 140 tiennent un textile assez gros173. À Val-de-Reuil (Eure) également, les deux imposantes fibules de la tombe 4396 ferment un gros sergé en laine174.

Tableau 2 Caractéristiques techniques des textiles observés au revers des fibules du viie siècle en Suisse et en Allemagne.

Tableau 2 Caractéristiques techniques des textiles observés au revers des fibules du viie siècle en Suisse et en Allemagne.

A. Rast-Eicher

  • 175 Rast-Eicher 2012a, p. 75, tab. 119a et b.

108Outre ces aspects techniques, les travaux du PCR illustrent les modes de fixation des fibules, piquées directement dans l’étoffe (fig. 22) ou passées dans une bride cousue au tissu. À Harfleur, tant au vie qu’au viie siècle, la proportion d’ardillons perçant l’étoffe surprend (6 à 9 pour 2 à 4 brides), indiquant peut-être une tradition différente du sud de l’Allemagne et de la Suisse, où les brides sont plus fréquentes175. C’est probablement lié au fait que les tissus d’Harfleur traversés par les ardillons sont confectionnés avec de gros fils, d’un diamètre égal ou supérieur à 0,5 mm, et sont moins fragiles (tabl. 1). Ces diamètres sont plus rares en Allemagne et en Suisse (fig. 23).

Fig. 22 Fibule piquée directement dans le tissu (Harfleur, tombe 1709).

Fig. 22 Fibule piquée directement dans le tissu (Harfleur, tombe 1709).

© A. Rast-Eicher

Fig. 23 Comparaison des diamètres des fils des textiles conservés sur les petites fibules trouvées au cou ou aux épaules des défuntes.

Fig. 23 Comparaison des diamètres des fils des textiles conservés sur les petites fibules trouvées au cou ou aux épaules des défuntes.

© A. Rast-Eicher

5.2. La sépulture masculine 1357

109La tombe 1357 a été abordée en fonction des questionnements définis pour la Suisse et l’Allemagne. Il s’agissait d’observer si les objets étaient portés ou déposés, s’ils étaient emballés dans des textiles et si l’on pouvait identifier des vêtements en tissu ou en fourrure. Pour ce faire, trois ensembles prélevés en bloc ont été choisis : l’aumônière avec son contenu, l’épée et le bassin en alliage cuivreux. Les autres objets n’ont pas été documentés.

5.2.1. Présentation

110La sépulture 1357 se trouve dans l’angle sud-est de l’espace funéraire, dans les ruines de la basilique gallo-romaine (fig. 8). La vaste fosse sépulcrale, très arasée, creusée dans un sédiment limono-argileux, accueille un contenant en bois (coffrage ou cercueil). La présence de ce dernier est révélée par des blocs de silex et de calcaire qui délimitent des parois rectilignes suggérant un plan trapézoïdal (fig. 24A). Le défunt et tous les objets qui l’accompagnent sont placés à l’intérieur du contenant.

Fig. 24A Tombe 1357 d’Harfleur : plan et vue d’ensemble.

Fig. 24A Tombe 1357 d’Harfleur : plan et vue d’ensemble.

DAO A. Pézier, cl. équipe de fouille

111Le squelette est très mal conservé. Le déplacement du crâne et de la mandibule vers le nord-ouest, ainsi que de la clavicule droite vers le sud-ouest, signale une perturbation ou un aménagement tel qu’un épais coussin céphalique. La déconnexion du coude gauche découle peut-être du fait qu’il reposait sur l’épée.

  • 176 Fragmentaires.

112Le mobilier de cette sépulture est exceptionnel par sa qualité et sa quantité (fig. 24B). Des armes sont déposées contre les parois de bois, de part et d’autre du corps. Une épée (no 314) et des flèches (no 318, deux pointes) se trouvent à sa gauche, pointes vers les pieds ; au sud de ces derniers, on observe une lance (no 319A et 316) et une hache (no 319B) posée en équilibre contre la paroi du contenant, tranchant vers le sol. Une boucle de ceinture en cristal de roche (no 315) est à l’endroit, contre le coude droit. L’aumônière, signalée par son fermoir à décor cloisonné et sa boucle en argent (no 313), est à la taille du défunt, à gauche, retournée contre terre. Des objets lui sont associés : des forces176, deux fiches bélières (petits outils ?), un couteau et la bouterolle en argent de son fourreau. Un bassin à bord perlé (no 320) en tôle d’alliage cuivreux repose, l’ouverture vers le ciel, sur les os des pieds et sur une cruche en céramique (no 321).

Fig. 24B Tombe 1357 d’Harfleur : principales pièces du mobilier.

Fig. 24B Tombe 1357 d’Harfleur : principales pièces du mobilier.

DAO A. Pézier, S. Bouvier et M. Chaussois, cl. M. Drieu

  • 177 Boisson 2015, vol. 5, p. 36-40.

113Ce mobilier permet d’attribuer la tombe à la phase MA1 et plus précisément, selon les résultats de la permutation matricielle réalisée par René Legoux, à la deuxième partie de cette phase, entre 500 et 520-530177. Il pourrait s’agir de la tombe fondatrice de la nécropole.

5.2.2. Les restes de matériaux organiques (ARE, BB)

5.2.2.1. L’aumônière

114L’ensemble d’objets associés à l’aumônière a été prélevé en bloc (fig. 25A et B). La fouille en laboratoire devait préciser, outre les problématiques définies ci-dessus, si les différents éléments se trouvaient dans la poche ou avaient été disposés contre elle. La position de cet ensemble, le seul au contact du corps, en faisait également un témoin privilégié pour la recherche des traces de vêtements.

Fig. 25 Aumônière de la tombe 1357.

Fig. 25 Aumônière de la tombe 1357.

A. Face ciel du prélèvement en bloc, couteau et forces sont apparents (© A. Rast-Eicher). B. Radiographie du bloc (cl. B. Bell). C. Diagramme stratigraphique des objets et des couches organiques (F. Carré). D. Couture du cuir observée sur les forces (© A. Rast-Eicher).

115Le bloc comportait, de la face ciel au fond de la fosse : le couteau, la bouterolle et les forces, fermées, disposés côte à côte, puis les deux fiches bélières juxtaposées tête-bêche et enfin le fermoir d’aumônière sur l’envers, le décor cloisonné et la boucle tournés vers la terre. Les lames, les fiches et le fermoir étaient parallèles entre eux.

116La stratigraphie des restes minéralisés (fig. 25C) suggère un certain nombre d’hypothèses. Côté ciel du bloc, on observe sur les forces du cuir plutôt épais avec de petits trous témoignant d’une couture bien perpendiculaire aux lames (fig. 25D) qui délimite le bord de l’étui maintenant les forces fermées.

  • 178 Cette position des objets longs, parallèle au fermoir de l’aumônière, est souvent observée et sugg (...)

117La bouterolle est éloignée de la pointe du couteau, ce qui indiquerait que le fourreau était abîmé ou qu’il était vide. Le couteau comporte sur la face ciel un cuir d’aspect souple (avec des ondulations) et, côté terre, deux couches de cuir : l’une rigide, au contact de la lame, et l’autre souple. Les fourreaux sont habituellement en cuir rigide et le cuir souple correspond vraisemblablement à la poche de l’aumônière. Cette dernière pouvait comporter un repli destiné à glisser le fourreau du couteau, mais aussi les fiches bélières, comme le suggère la disposition de ces trois éléments, presque parallèles au fermoir178. L’une des fiches semble d’ailleurs placée entre le cuir rigide et le cuir souple. Un cuir souple est préservé sur le côté terre des deux fiches, avec peut-être le reste d’une lanière les maintenant rapprochées.

  • 179 Ce mode de fixation des fermoirs à décor cloisonné est bien documenté à Schleitheim (Burzler, Höne (...)
  • 180 Fils : torsion z/s, Ø = 0,4 mm ; 18 à 16 fils par cm.
  • 181 Fils : Ø = 1 à 1,5 mm ; fibre animale très fine, probablement de la laine.

118D’autres précisions ont été apportées sur la morphologie de l’aumônière. Un lien en cuir fixe le fermoir sur la poche ; il est visible sur l’endroit, au niveau du cou de l’animal figuré par le décor cloisonné179. Un petit fragment de bois pris entre une couche de cuir fin et le revers du fermoir pourrait appartenir à une armature de la sacoche, car les fibres sont parallèles au fermoir. D’importants morceaux du cuir de la poche subsistent, en particulier sur les faces terre des fiches et du bloc, où ils sont en partie dissimulés par deux textiles (fig. 26). Un sergé losangé fin180 en laine (textile 1) est recouvert, à l’une des extrémités du fermoir, d’un probable sergé simple plus grossier181 (textile 2). L’association de deux étoffes de qualité différente est habituelle et correspond en général à deux couches vestimentaires ; la plus épaisse, un manteau ou une cape, recouvre alors la plus fine. Néanmoins, dans cette sépulture, d’autres paramètres doivent être pris en compte pour l’interprétation.

Fig. 26 Tombe 1357 : face terre de l’aumônière, avec deux textiles et le cuir de la poche. Au centre : détail des couches de cuir. En bas : le sergé losangé (textile 1) après dégagement.

Fig. 26 Tombe 1357 : face terre de l’aumônière, avec deux textiles et le cuir de la poche. Au centre : détail des couches de cuir. En bas : le sergé losangé (textile 1) après dégagement.

© A. Rast-Eicher

119Ainsi, en préliminaire à toute réflexion sur la fonction de ces tissus, la discussion s’est portée sur la position à l’envers de l’aumônière : pouvait-elle résulter des épisodes de la décomposition des matières organiques ? Plusieurs éléments indiquent que ce n’est pas le cas. D’une part, même dans un espace resté vide, le retournement d’un sac souple et assez grand est difficile à concevoir ; d’autre part, cette partie de la sépulture semble bien préservée et l’humérus gauche est même resté sur sa face latérale, calé contre l’épée. Tout au plus l’aumônière, éventuellement posée sur le coude, a-t-elle pu glisser légèrement vers la droite ou vers les pieds. Les textiles observés se trouvaient donc dès l’enterrement sous l’ensemble d’objets et trois hypothèses sont envisageables : la sacoche était soit portée dans le dos, soit déposée, sur ou sous le défunt.

  • 182 Fils : torsion z/s, Ø = 0,5 mm ; 18 à 15 fils par cm.
  • 183 Comme à Baar, Zugerstraße (Horisberger et al. 2004, p. 184, fig. 23 et 24).

120Le port dans le dos implique que le sergé losangé fin soit un manteau ou une cape et le textile plus gros un linceul, une enveloppe de matelas ou un aménagement du contenant. Dans le cas d’un dépôt, la possibilité d’un emballage de l’aumônière doit être examinée, car un sergé losangé similaire au textile 1 enveloppe l’épée182. Sur l’aumônière, deux couches de ce tissu fin sont présentes. Elles ne font cependant pas le tour du bloc, ce qui peut en partie s’expliquer par la place prise par l’élément non métallique constitué par la poche de cuir. L’absence d’étoffe sur la face ciel serait plus étonnante. De plus, si les sacoches sont parfois enveloppées, elles le sont plutôt avec la ceinture à laquelle elles sont accrochées183. Or, la boucle est éloignée de l’aumônière et l’ardillon est recouvert par un tissu (non étudié) ce qui, stratigraphiquement, implique que la ceinture et l’aumônière étaient séparées, à moins que la boucle ne soit prise dans un pli (fig. 25C). L’hypothèse d’un paquet semble donc peu plausible. Les deux étoffes seraient plutôt celles des habits, voire, pour le textile 2, d’un linceul ou de l’enveloppe d’un matelas. Si la sacoche était posée sur le corps, le sergé losangé fin pouvait être un vêtement de dessous. Si elle était placée sous le corps, ce tissu appartenait à un manteau ou éventuellement un linceul, si le textile 2 était lié à un matelas.

5.2.2.2. Les armes

  • 184 Voir par exemple Pillard-Jude 2004 ou Müller 2010, vol. 1, p. 151.
  • 185 Diamètre : 1,5 mm ; composée de deux fils S assemblés en torsion Z.

121L’épée a été placée à plat dans la tombe, maintenant l’humérus en vue latérale. Si elle s’était mise à plat au cours de la décomposition du corps, les os du bras auraient bougé. L’arme est rangée dans un fourreau constitué de trois couches, ce qui est habituel184 : de la fourrure, au contact de la lame, puis du bois et enfin du cuir, bien conservé côté terre. Une ficelle est visible entre le bois et le cuir185. L’étui est renforcé par des éléments métalliques : bouterolle, gouttières latérales, pontet de suspension et bande décorative. Deux boutons en matière blanchâtre sont également présents. Sur le fourreau, à plusieurs endroits, un sergé losangé fin en laine a été observé (fig. 27). Il y en a six couches sur la face tournée vers le ciel (fig. 27), ce qui semble beaucoup pour être expliqué par les plis d’un vêtement. Il s’agit plutôt d’un emballage de l’objet, ce qui est confirmé par le dégagement effectué en suivant les nappes textiles. En effet, vers la poignée de l’épée, le tissu forme un pli et passe au-dessous du fourreau, côté terre, et vers l’extrémité de la lame, il en fait le tour.

Fig. 27 Épée de la tombe 1357. En haut, fragment de sergé losangé. En bas, six couches de textile correspondant vraisemblablement à un emballage.

Fig. 27 Épée de la tombe 1357. En haut, fragment de sergé losangé. En bas, six couches de textile correspondant vraisemblablement à un emballage.

© A. Rast-Eicher

122Les pointes de flèches comportent des vestiges des hampes de bois dans les douilles mais aussi des restes de deux bois distincts, sur une douille et sur une flamme. Les fibres sont parallèles aux pointes. Ce pourrait être du bois du couvercle du coffrage ou du cercueil. Néanmoins, le fragment préservé sur la flamme a une face intacte arrondie, suggérant une hampe ; elle serait sans pointe métallique, car la position des flèches ne permet pas le contact entre flammes et hampes. La détermination des espèces n’a pas été effectuée. Un fragment de textile est également conservé sur une flamme. Il ne se poursuit pas sur le tranchant, mais il s’agit peut-être d’un vestige d’emballage, car la probabilité d’un vêtement ample au-dessous du genou est faible.

123L’une des faces de la hache, au contact de la paroi du coffrage ou du cercueil, conserve des traces ligneuses. Des restes de textile sont visibles sur l’autre face ; la hache était sans doute enveloppée.

5.2.2.3. Le bassin

124Le bassin en tôle placé sur les pieds du défunt, prélevé en bloc plâtré, a été fouillé des deux côtés, couche par couche (fig. 28). À l’intérieur du récipient, un fragment de bois de travers de 5 mm d’épaisseur correspond probablement à un objet en bois tourné.

Fig. 28 Bassin de la tombe 1357.

Fig. 28 Bassin de la tombe 1357.

A. Enregistrement des vestiges préservés sous le bassin (© A. Rast-Eicher). B. Diagramme stratigraphique des objets et des couches organiques du bloc (DAO F. Carré). C. Couches de cuir ou de peau au revers du bassin (© A. Rast-Eicher).

  • 186 Fils : torsion s/s, Ø = 0,3 mm.

125Sous ce bois, au fond du bassin, se trouvaient quelques restes d’un textile fin en laine186. Des fragments de tissus en laine ont également été observés au revers du bassin, contre le métal. L’hypothèse d’un linceul ou d’un vêtement très long dans lequel le récipient aurait été glissé semble peu vraisemblable et l’interprétation la plus plausible est celle d’une étoffe emballant l’objet.

126À l’extérieur, sous les os des pieds, il y a du bois appartenant vraisemblablement au fond du coffrage ou du cercueil et des restes de graminées qui pourraient provenir d’une litière ou d’un matelas. Entre les os des pieds et le bassin se trouvent deux couches noires bien différenciables de cuir ou de peau humaine. On peut admettre qu’au moins l’une d’elles témoigne de chaussures. Un fragment de cuir à petits pores disposés en guirlande (chèvre ?) leur est attribué.

5.2.3. Restitution

  • 187 Rast-Eicher 2012a, p. 57-58 ; Banck 1998. Voir aussi le chapitre 4.2.6.
  • 188 Rast-Eicher à paraître b.
  • 189 Id. à paraître a.

127L’homme de la sépulture 1357 a donc été placé dans un contenant en bois, les pieds sur des graminées, possibles restes d’un matelas plus étendu comme on a pu en observer à Flaach ou Lauchheim (Allemagne)187. Il portait des chaussures en cuir. Il est impossible de déterminer si la ceinture et l’aumônière, découvertes au niveau de la taille du défunt, étaient portées ou déposées. Les restes textiles conservés sur l’aumônière ne permettent pas de caractériser les vêtements, car le sergé losangé fin peut aussi bien correspondre à un habit de dessous qu’à un manteau ou un linceul. On trouve beaucoup d’exemples de sergés losangés dans les tombes masculines. Dans la sépulture 41 de Saint-Denis, il en existe plusieurs, fins, dont un avec un galon formant un angle, ce qui peut être interprété comme coin de manteau188. Dans la sépulture 11 de Saint-Dizier, l’aumônière a été retrouvée sous la colonne vertébrale avec, comme à Harfleur, le fermoir tourné vers la terre et recouvert d’un sergé losangé qui appartiendrait à un manteau ou à un linceul189.

  • 190 Il comporte les restes d’une toile à l’intérieur, sur le bord et dessous (Id. 2012a, p. 71, Abb. 1 (...)
  • 191 Paulsen 1992 ; Theune-Großkopf 2003.
  • 192 Sépulture 11, objet 41.

128Dans la sépulture 1357 d’Harfleur, un sergé losangé fin enveloppait également l’épée, qui à l’époque mérovingienne était toujours déposée plutôt que portée par le défunt. La hache et les flèches étaient peut-être aussi empaquetées dans des tissus. Des récipients étaient disposés aux pieds de l’homme, les uns sur les autres. Le bassin à bord perlé était probablement entouré d’un textile, par exemple celui de la sépulture 19 de Flaach190. L’objet en bois tourné posé dans le bassin, sur le tissu, pourrait être également lié au repas (bol, coupe ?) et rappelle les récipients exceptionnellement préservés des tombes d’Oberflacht, de Trossingen (Allemagne)191, ou encore de Saint-Dizier (Haute-Marne), « La Tuilerie »192.

5.3. Tombes féminines

5.3.1. La tombe 1411

129La sépulture 1411 a été choisie en raison de l’association de deux fibules et d’une grande épingle pourvues de restes organiques. En effet, les costumes fixés par ces trois éléments sont encore peu documentés. L’étude n’a pas été étendue aux autres objets de la tombe.

5.3.1.1 Présentation

130La tombe 1411 se trouve dans l’angle nord-ouest de la nécropole (fig. 8). La défunte a été placée dans un sarcophage en plâtre (fig. 29A). L’effondrement du couvercle, observé dans la coupe, s’est produit après la décomposition du corps et a perturbé la zone thoracique. Il a probablement aussi provoqué la rotation du fémur gauche et le déplacement des tibias.

Fig. 29A Tombe 1411 d’Harfleur : plan, coupes et vue zénithale.

Fig. 29A Tombe 1411 d’Harfleur : plan, coupes et vue zénithale.

DAO A. Pézier, S. Bouvier, S. Lelarge et M. Chaussois ; cl. équipe de fouille

Fig. 29B Tombe 1411 d’Harfleur : mobilier.

Fig. 29B Tombe 1411 d’Harfleur : mobilier.

DAO A. Pézier, S. Bouvier, S. Lelarge et M. Chaussois

  • 193 Boisson 2015, vol. 5, p. 36-40.

131Un riche mobilier accompagne cette femme (fig. 29A et B). Outre des fibules circulaires à umbo central en alliage cuivreux (no 479A et B) et l’épingle en fer plaquée d’une feuille d’alliage cuivreux (no 480), sont recensés : une plaque-boucle en alliage cuivreux (no 483 et 485), les ornements en alliage cuivreux d’une châtelaine (no 481 et 482) avec le peigne (no 488) et le trousseau d’outils (no 486) qui y étaient suspendus, 33 perles en verre, une en alliage cuivreux et les parties métalliques des jarretières (deux ferrets et deux petites plaques-boucles en alliage cuivreux, no 493, 518, 519 et 525). Ces objets permettent de dater la sépulture de la phase MR1 (entre 600-610 et 630-640), selon les résultats de la permutation matricielle réalisée par René Legoux193.

5.3.1.2. Restes organiques

132Les problèmes rencontrés lors de l’étude montrent les pratiques à éviter. En effet, fibules et épingle avaient été placées lors du prélèvement dans une boîte à membrane, sans plâtrage du bloc et, environ deux ans après, l’ensemble était desséché et éclaté en de multiples fragments (fig. 30A). L’épingle était recouverte par les fibules et celles-ci n’étaient pas en contact entre elles. Or, sur les clichés pris sur le terrain, l’épingle est posée de biais sous la mandibule, éloignée de plusieurs centimètres des fibules. Ces dernières, qui se présentent sur l’endroit, sont situées près de la mandibule, la pièce 479B recouvrant légèrement la 479A, qui est la plus proche du crâne (fig. 30B). Il est donc impossible de raisonner en fonction de la position des objets dans la boîte. La fiabilité de la flèche nord, qui indiquerait que les ardillons étaient perpendiculaires à l’axe du corps, est aussi douteuse. En revanche, la face d’apparition des gros fragments est probablement préservée. La perte d’information est cependant importante, puisque quatre des sept morceaux du bloc qui comportaient des restes textiles ne peuvent plus être mis en relation avec les objets.

Fig. 30 Tombe 1411.

Fig. 30 Tombe 1411.

A. État du prélèvement de l’épingle et des fibules après deux ans de stockage (© A. Rast-Eicher). B. Localisation de l’épingle et des fibules (cl. équipe de fouille). C. Section montrant que le textile A, en laine, est traversé par l’épingle. D. Restes de textiles et de cuir sur la face ciel de l’épingle (© A. Rast-Eicher).

133Quoi qu’il en soit, la chute du couvercle du sarcophage a causé des perturbations qui pourraient avoir modifié la place initiale des fibules et de l’épingle. Néanmoins, la partie du corps où elles se trouvent semble avoir été relativement préservée. En effet, la disposition des clavicules, scapulas et humérus est restée anatomiquement cohérente. Leur déconnexion a ménagé entre ces os des espaces réguliers, ce qui évoque une mise à plat en douceur plutôt qu’un évènement brutal (fig. 30B). Nous considérerons donc que les objets étudiés ont été découverts très proches de leur emplacement d’origine.

  • 194 Textile 1 de l'épingle dans le rapport d'étude ; fils : torsion z/s, Ø = 0,7 mm ; armure : toile ?
  • 195 Fil multiple retors, torsion probable S/z, Ø = 0,5 mm.
  • 196 Textile 1 de la fibule 479A dans le rapport d'étude ; fils : torsion z/ ?, Ø = 0,5 mm, 7 à 12 fils (...)

134L’épingle comporte côté ciel des restes de cuir, peut-être ceux d’une lanière de fermeture (fig. 30D et 31B). Elle est piquée dans un tissu mal conservé (textile A), en laine194 (fig. 30C), qui est également présent sur l’endroit des fibules (fig. 31A). La fibule 479B transperce le même textile en laine (fig. 31B). En revanche, la fibule 479A ferme, probablement à l’aide d’une bride195 (fig. 31C), une toile en lin ou chanvre196 (textile B) pourvue d’un ourlet (fig. 14). Le porte-ardillon de 479A touchait des poils ou des cheveux, la différenciation lors de l’observation au MEB n’a pas été possible (fig. 18 et 31C).

Fig. 31 Tombe 1411.

Fig. 31 Tombe 1411.

A. Bloc avec les fibules, localisation des textiles (© A. Rast-Eicher). B. Diagramme stratigraphique des vestiges organiques (DAO F. Carré). C. Revers de la fibule no 479A. En haut, premier dégagement, restes du textile 3 et de peau ; en bas, deuxième dégagement, restes du textile B, d’une bride et de cheveux ou de poils (© A. Rast-Eicher).

  • 197 Fragment no 2 dans le rapport d'étude ; fils : Ø = 0,2 mm.

135Une troisième étoffe est peut-être présente dans la tombe. En effet, un petit fragment tissé en lin ou en chanvre (textile C)197 est visible sous l’épingle, sur le tissu en laine (fig. 31B et 31A, no 2). Néanmoins, même si les fils semblent plus fins que ceux du textile B, il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’un vestige de ce dernier.

5.3.1.3. Interprétation

  • 198 Caractérisé par deux petites fibules dans la région du cou ou des épaules des défuntes et deux gro (...)
  • 199 Helmig, Ihrig, Meyer et al. 2003 ; Rast-Eicher 2012a.

136L’épingle et la fibule no 479B traversent donc le même textile en laine, alors que la fibule no 479A attache une autre étoffe en lin ou en chanvre. Il pourrait paraître curieux que deux objets formant une paire n’aient pas exactement la même fonction. Lorsque l’on ne s’appuyait que sur l’étude des objets, la possibilité d’une paire fermant deux vêtements n’a jamais été prise en compte. Puis, la caractérisation des tissus a montré que, dans le costume funéraire « à quatre fibules » du vie siècle198, les deux petites fibules similaires ne fermaient pas toujours le même habit199. La tombe 1411 apporte un exemple pour le viie siècle.

  • 200 Ibid., p. 74-77.

137La fibule 479A attache une toile fine (B), ce qui est généralement le cas avec les petites fibules du vie siècle. L’existence d’une bride montre qu’il s’agit d’un vêtement et non d’un linceul200. On peut envisager une tunique ou un habit ouvert sur le devant. L’épingle et la fibule 479B ferment un tissu plus grossier en laine (A), qui peut correspondre à un habit de dessus, manteau ou châle. En effet, lorsque la superposition est documentée, le tissu fin est en général porté sous le tissu épais. Deux indices vont dans ce sens : la position de l’objet 479A, légèrement sous 479B, ainsi que la peau préservée au revers de 479A (fig. 31C). Toutefois, l’épingle et la fibule 479B sont piquées directement dans l’étoffe, ce qui ne permet pas d’exclure l’hypothèse d’un linceul. Enfin, le textile C correspond soit à la toile tenue par la fibule 479A, soit à un autre élément vestimentaire en lin ou chanvre, plus fin que celui de la fibule donc plutôt un voile.

5.3.2. La tombe 1485

138L’intégralité des vestiges organiques minéralisés de cette tombe a été étudiée dans le but de restituer le costume, également fermé par une épingle et deux petites fibules.

5.3.2.1. Présentation

139La tombe 1485 se trouve en périphérie nord-ouest du cimetière, dans un secteur densément utilisé (fig. 8). La fosse, au fond plat et aux parois verticales, est creusée dans un sédiment limono-argileux et recoupe un mur antique (fig. 32A). Tout autour du corps, des silex et des blocs calcaires, reposant à diverses profondeurs, délimitent en plan des parois rectilignes que l’on peut attribuer à un contenant en bois trapézoïdal d’environ 1,8 m de long et 0,36 à 0,42 m de large.

Fig. 32A Tombe 1485 : plan, coupes et photographie.

Fig. 32A Tombe 1485 : plan, coupes et photographie.

DAO A. Pézier ; cl. équipe de fouille

Fig. 32B Tombe 1485 : mobilier.

Fig. 32B Tombe 1485 : mobilier.

DAO A. Pézier, S. Lelarge et M. Chaussois

140Le squelette, très mal conservé, est représenté par le crâne en vue supérieure, la mandibule en connexion étroite avec ce dernier, la diaphyse de l’humérus gauche face antérieure, les diaphyses des membres inférieurs face antérieure et quelques os du pied droit.

  • 201 La radio n’était guère éloquente mais l’identification a été possible après le dégagement.
  • 202 Cette aiguille, bougée à la fouille, se trouvait à proximité de l’autre mais ne reposait pas en fo (...)

141Le mobilier (fig. 32B), abondant, est constitué d’une grande épingle à polyèdre en alliage cuivreux au niveau du cou (no 659), de deux fibules discoïdes à décor cloisonné, l’une découverte à l’emplacement du sternum (no 660) et l’autre, à la taille, en deux parties séparées (no 668 et 669), de trois petits anneaux en alliage cuivreux alignés entre les fibules (no 661, 662 et 663), dont deux, filiformes (no 661 et 663), évoquent des attaches de perles ou de pendeloques, et de trois perles placées dans le prolongement de l’alignement des anneaux (no 665, 666 et 667). Un grand anneau en fer (no 671) se trouve sur le bassin et une boucle de ceinture rectangulaire en alliage cuivreux (no 670) est située entre les fémurs, à distance de deux rivets scutiformes non assortis, le no 664, positionné de chant près des perles et le no 674, à l’envers à gauche du tibia gauche. Ces éléments, d’ordinaire liés à la fixation de la boucle de ceinture à la lanière, ont ici une autre fonction, car la boucle est déjà associée à deux rivets carrés. Un ensemble d’objets est aligné le long de la jambe gauche. On distingue deux anneaux en fer, l’un vers l’extrémité proximale du fémur (no 672) et l’autre vers le genou (no 673A). Ce dernier jouxte un ensemble de petits outils en fer fixés en trousseau à un anneau201 (no 673B). Enfin, deux aiguilles en alliage cuivreux (no 675 et 676202) sont localisées à l’extrémité proximale du tibia.

  • 203 Leur altitude varie en effet entre 20,48 m Ngf (no 667), 20,50 m Ngf (no 663 à 666), 20,51 m Ngf ( (...)

142La position des objets montre que cette sépulture a certainement été perturbée. L’ensemble évoque le passage d’un animal qui aurait circulé au niveau du bassin, séparant la fibule en deux. Les perles et les anneaux ont peut-être aussi été déplacés203. La ceinture semble épargnée car les rivets carrés sont à leur emplacement d’origine. Au nord, une excroissance de la fosse et l’absence de pierres indiqueraient l’accès du fouisseur dans la tombe.

  • 204 Boisson 2015, vol. 5, p. 36-40.

143Ce mobilier permet d’attribuer la tombe à la phase MA3 (entre 560-570 et 600-610), selon les résultats de la permutation matricielle réalisée par René Legoux204.

5.3.2.2. Restes organiques

  • 205 Fils : torsion z/indéterminée, Ø = 0,5 mm ; armure indéterminée.
  • 206 Textile 1, contre l’objet (fils : torsion z/z, Ø = 0,5 à 0,7 mm ; environ 16 à 12 fils par cm). Pa (...)
  • 207 Ø = 1,5 mm, filage indéterminé.

144Les matériaux organiques minéralisés sont relativement abondants (fig. 21). Tout autour de la grande épingle se trouvent les restes d’un tissu en laine assez feutré ou plus probablement d’une fourrure (fig. 33A). Le revers de la fibule 660 comporte plusieurs couches de textiles mal conservés. Parmi ceux-ci, le plus proche de l’objet est en laine205. Il est recouvert par un tissu en lin ou chanvre qui présente probablement un pli. Sous les textiles, contre le métal, deux possibles brides dont le matériau est indéterminé sont visibles en coupe. Le revers de la fibule 668 conserve trois couches de toile en lin ou chanvre206 (fig. 33B) et, entre le ressort et l’ardillon, deux fils207 qui appartiennent probablement à une bride, étant donné leur diamètre important et leur position à proximité de l’ardillon.

Fig. 33 Tombe 1485.

Fig. 33 Tombe 1485.

A. Restes de fourrure ou de textile feutré en laine sur la grande épingle 659. B. Textiles en lin ou chanvre au revers de la fibule 668. C. Toile, bois et végétaux au revers de l’anneau 673A

© A. Rast-Eicher

  • 208 Torsion S/z, Ø = 0,5 mm.

145Les deux anneaux filiformes 661 et 663, proches des perles, gardent des traces de cuir et le troisième anneau (no 662) celles d’un fil en fibres végétales208.

  • 209 Fils : torsion z/z, Ø = 0,4 mm ; environ 14 fils par cm.

146La boucle 670 présente un fragment de cuir sur l’ardillon et, au revers, un vestige de toile de laine209.

147Du cuir est observé au revers des rivets 664 et 674.

  • 210 Torsion z, Ø = 0,8 à 1 mm.
  • 211 Fils : torsion z/z, Ø = 0,5 mm ; 10 à 12 fils par cm.
  • 212 Fils : torsion z (une seule direction visible), Ø = 0,8 à 1,2 mm.
  • 213 Fils : torsion z/z, Ø = 0,5 mm ; environ 12 fils par cm.

148L’anneau 671 comporte, côté ciel, des restes de fils210 et, côté terre, des fragments de toile de laine211. Sur les deux faces de l’anneau 672, des fils d’un tissu en laine212 sont collés. La face tournée vers le ciel de l’anneau 673A est traversée par une lanière en cuir. Sous cette bande, contre le métal, on observe un fragment de toile en laine semblable à celle de la boucle213. Sur la face posée au sol de cet anneau se trouve du bois. Entre le bois et le fer, on observe des restes de végétaux et des petits fragments de toile (fig. 33C). Les outils en fer 673B sont rattachés par des lanières en cuir à l’anneau 673A (fig. 10).

5.3.2.3. Interprétation et comparaisons

  • 214 En raison de leur position au cou, ces objets sont attribués à la fermeture de manteaux (Martin 20 (...)
  • 215 Les caractéristiques des divers fragments permettent de les attribuer à un même textile. Les vesti (...)
  • 216 Sur un corpus de 52 petites fibules (sans compter celles d’Harfleur), une seule tient un gros tiss (...)
  • 217 Le cuir de la lanière est traversé par l’ardillon.

149Les éléments de fixation témoignent de deux ou trois couches de vêtements. L’épingle est piquée dans un tissu en laine feutrée ou plus probablement une fourrure, ce qui est intéressant car il s’agit d’une des rares grandes épingles de cou dont la fonction est documentée par des restes organiques214. On peut imaginer qu’il s’agit d’une cape ou d’un manteau. Les deux fibules ferment un même tissu en lin215. Le type de textile, assez fin, est habituel pour ces petites fibules placées au cou216. Ce voile ou vêtement est doté de brides pour passer les ardillons. Un troisième textile, une toile de laine, est attesté de la taille aux genoux. Il appartient probablement à un vêtement ample resserré à la taille par la ceinture, qui est portée217, et déployé sur la gauche de la défunte. En effet, il est observé à 15 cm du genou et les éléments suspendus à la ceinture semblent pris dans des plis (tissu sur les deux faces des objets 671, 672 et 673).

  • 218 Pilet, Alduc-le-Bagousse, Blondiaux et al. 1990.
  • 219 Legoux 2011.

150Les trois anneaux en alliage cuivreux et les trois perles peuvent être associés. Le no 662 serait cousu au vêtement, comme le montrent la présence et le cheminement d’un fil qui transperce le textile. Il participerait éventuellement à sa fermeture. Les deux autres, nos 661 et 663, sont suspendus à des lanières en cuir. On peut se demander s’ils ne constituent pas, avec les trois perles, un ensemble de pendeloques portées au cou ou décorant le vêtement, comme cela a été proposé pour les tombes 27 de Giberville (Calvados)218 et 145 de Bulles219. Les anneaux filiformes sont en général passés dans des perles, des monnaies ou des éléments minéraux percés. Les deux exemplaires sont fermés et la question de pendeloques en matériaux disparus, par exemple des graines, des végétaux tressés ou des perles en bois, reste posée. Cet ornement était peut-être suspendu à une lanière en cuir refermée par le rivet scutiforme 664, dont la petitesse semble en rapport avec les dimensions des pendeloques.

151Le grand anneau 671 participe probablement au système de suspension à la ceinture des objets répartis le long de la jambe gauche de la défunte. L’anneau 672 est peut-être rattaché à la ceinture par le no 671 et au trousseau d’outils par la lanière observée sur l’anneau 673A. Des bandes de cuir relient ce dernier aux outils. Une aumônière totalement disparue est suggérée par les aiguilles (no 675 et 676), que l’on n’imagine pas en vrac dans la tombe mais au moins dans un étui, et surtout par la présence d’un sédiment plus sombre autour des objets 674 et 675. Le rivet 674 pourrait avoir fixé la lanière de cuir reliant cette poche au système d’anneaux.

  • 220 Exemples dans Ben Redjeb 2007, p. 246 ou 237 (tombe 206, avec une aumônière suspendue perceptible (...)
  • 221 Müller 2010, vol. 1, p. 277-290, une dizaine de cas, voir en particulier les tombes 148 et 152 et (...)
  • 222 Amrein, Rast-Eicher et Windler 1999.

152Ce type de suspension d’objets utilitaires à la ceinture, par une ou plusieurs lanières, avec une succession d’anneaux, est très fréquent dans les sépultures féminines et souvent documenté uniquement par la position des différents éléments220. Lorsque l’étude inclut l’analyse des restes organiques, d’intéressantes propositions de restitution sont possibles. Elles sont illustrées pour le viie siècle par les sites de Baar, Früebergstraße221 et Bülach222.

  • 223 Par exemple, voir Salin 1952, p. 129 ; Demolon, Blondiaux, Compagnon et al. 2006, p. 32 ; Fleury e (...)

153Le bois et les végétaux observés sur la face de l’anneau 673A au contact avec le fond de la fosse pourraient se rattacher au cercueil et à une litière installée sous le corps. De nombreux dépôts de végétaux ont été signalés dans les tombes de l’époque mérovingienne (voir chapitre 4.2.6), mais il est souvent difficile d’être informés sur la surface occupée par ces restes et sur leur nature223.

5.3.2.4. Restitution

  • 224 Tous les exemples disponibles témoignent de vêtements tombant jusqu’aux pieds, ce qui est certaine (...)

154L’étude autorise donc un certain nombre d’hypothèses de restitution. La défunte, installée dans un contenant en bois, reposait au moins au niveau des genoux sur des végétaux. Elle portait probablement un vêtement ou un voile de lin fixé par les fibules et, sans doute dessous, un autre en laine, ample, serré à la taille par la ceinture et perceptible jusqu’aux genoux224. Un manteau ou une cape en fourrure était fixé au cou par l’épingle. Des pendeloques, formées par trois perles en verre et deux anneaux qui étaient peut-être passés dans des perles en matériaux organiques, ornaient la poitrine de cette femme. Une succession d’anneaux et de lanières de cuir permettait de suspendre à la ceinture un trousseau de petits outils et une aumônière.

  • 225 Ben Redjeb 2007, p. 246-249, tombe 236.
  • 226 La moitié sud de la France actuelle se démarque toutefois.

155Une sépulture très comparable a été fouillée à Saint-Sauveur (Somme)225. Datée de la période MA3, entre 560 et 610, elle comporte deux petites fibules de cou, une grande épingle placée le long de l’humérus droit et un ensemble de perles qui a glissé du thorax vers le coude gauche, ce qui ne semble pas correspondre à un collier porté. À la ceinture, un grand anneau est probablement destiné à suspendre les anneaux, le peigne, la clé et le couteau découverts le long du membre inférieur gauche. Il ne s’agit là que de l’un des nombreux exemples de ce type de costume funéraire féminin, attesté durant cette période sur une grande partie du vaste territoire des royaumes francs226.

5.3.3. La tombe 1793

156L’intégralité des vestiges organiques minéralisés de cette tombe a été étudiée dans le but de restituer le costume. Les restes pouvaient être observés du cou aux genoux de la défunte sur les objets métalliques, ce qui favorisait l’interprétation.

5.3.3.1. Présentation

157La sépulture 1793 est localisée dans le tiers nord-est de la nécropole (fig. 8). Sa fosse, au fond plat, recoupe probablement celle de la sépulture 1794 (fig. 34A).

158Le squelette, mieux conservé que celui de la tombe 1485, est représenté par le crâne, la mandibule en connexion étroite avec ce dernier et le membre supérieur gauche, replié, main sur les coxaux, humérus, radius et ulna déconnectés. S’y ajoutent des fragments de coxaux ainsi que les membres inférieurs et les pieds, à l’exception des phalanges.

Fig. 34A Tombe 1793 : plan, coupes et vue zénithale.

Fig. 34A Tombe 1793 : plan, coupes et vue zénithale.

DAO A. Pézier ; cl. équipe de fouille

Fig. 34B Tombe 1793 : mobilier.

Fig. 34B Tombe 1793 : mobilier.

DAO A. Pézier et M. Chaussois

159Les indices concernant les aménagements de la tombe sont peu nombreux. Le crâne, apparaissant par sa face antéro-supérieure, et la clavicule, presque parallèle à l’axe du corps, semblent témoigner d’une contrainte par une paroi ou un coussin au nord. La déconnexion du membre supérieur gauche pourrait signifier la présence d’un vide, éventuellement d’un couvercle. Les os des pieds sont néanmoins parfaitement en connexion et en équilibre, montrant un colmatage rapide dans ce secteur ou bien le maintien par des chaussures. La pierre située contre le genou gauche ne participe pas à un aménagement car son sommet est à l’altitude où reposent le corps et les objets. En revanche, le bloc proche de l’humérus gauche fait partie du comblement de la tombe, à moins qu’il n’ait basculé dans le vide créé par l’effondrement d’un éventuel contenant.

160Le mobilier est réparti du cou aux genoux (fig. 34B). Ce sont essentiellement des objets en alliage cuivreux. Deux fibules discoïdes (no 1288A et B) sont alignées sur le sternum et un bracelet est glissé au poignet gauche (no 1289). Une boucle de ceinture rectangulaire (no 1290A) repose sur le sacrum à l’endroit, recouverte par les os de la main, ardillon pointant vers la droite. Elle est associée à un rivet (no 1290B).

161Une plaque de châtelaine ajourée (no 1291), fragmentaire, se trouve sur le col du fémur gauche. De plus, un ensemble d’objets en fer est localisé près du genou gauche (no 1292). Il associe un couteau (no 1292A), deux grands anneaux, l’un circulaire (B) et posé sur la soie du couteau, l’autre déformé (C) et recouvert par la soie du couteau, et un anneau plus petit (D), également aplati et probablement passé dans C.

  • 227 Boisson 2015, vol. 5, p. 36-40.

162Ce mobilier permet d’attribuer la tombe à la phase MA3 (entre 560-570 et 600-610), selon les résultats de la permutation matricielle réalisée par René Legoux227.

5.3.3.2. Restes organiques

  • 228 Torsion z, Ø = 0,5 à 0,8 mm.
  • 229 Fils : torsion z/z? ; Ø = 0,2 mm.
  • 230 Fils : torsion z/? ; Ø = 0,2 mm.
  • 231 Torsion z/z ; Ø = 0,5 à 0,8 mm.
  • 232 Et non entre l’ardillon et la plaque.
  • 233 Ø = 0,2 à 0,4 mm.

163La fibule la plus proche du crâne (no 1288A) se présente à l’endroit, l’ardillon perpendiculaire à l’axe du corps. Sur l’endroit se trouvent des fils228 de laine que l’on peut suivre sur le bord de l’objet. Au revers, trois couches de textiles sont visibles en coupe (fig. 35A). Le textile 1, contre le métal, est en lin ou en chanvre229. Il s’agit probablement d’une toile. Par-dessus, on observe le textile 2230 puis le textile 3, un probable sergé en lin ou en chanvre, aux fils231 très cassés. Ce dernier repose sur une petite bande de cuir qui est placée dans l’axe du corps et passe sur le bord de la fibule (fig. 35B et C). Une bride en fils végétaux est présente vers le porte-ardillon et semble passer à l’extérieur de l’ardillon232. Dans la terre, séparés, se trouvent quelques fils mal caractérisés233 et difficiles à rattacher à l’un des tissus.

Fig. 35 Tombe 1793, restes organiques.

Fig. 35 Tombe 1793, restes organiques.

A. Trois couches de textile et une bande de cuir vus en coupe au revers de la fibule no 1288A. B et C. Bride, textile et cuir au revers de la fibule no 1288A, à deux stades du dégagement. D. Lanière de la ceinture en cuir au revers de la boucle. E. Sur le bracelet, restes de végétaux aux cellules bien visibles qui témoignent vraisemblablement d’un bouquet placé dans la main.

© A. Rast-Eicher

  • 234 Fils : torsion z/? ; Ø = 0,3 mm.
  • 235 Ø = 0,6 à 0,8 mm.

164L’endroit de l’autre fibule (no 1288B) est couvert en partie d’une fine couche noire, à la fibre très fine, très décomposée, peut-être animale. Il s’agit peut-être de peau. Au revers de l’objet se trouve un tissu en fibres végétales234, plié. Des fils235 en lin ou chanvre passent dessus et le traversent. Ils sont retors, ce qui les désignerait comme les vestiges d’une bride dans laquelle était glissé l’ardillon disparu.

  • 236 Sur l’endroit, fils : torsion z ; Ø = 0,4 mm.

165À l’une des extrémités du bracelet, des restes de végétaux sont observés (fig. 35E). La boucle de ceinture comporte sur ses deux faces des restes de tissu peu lisibles236 ainsi que de petits fragments de cuir. La largeur de la lanière, 2 cm environ, est nette au revers (fig. 35D).

  • 237 Fils : torsion z/z ; Ø = 0,3 à 0,4 mm ; environ 16 fils/cm.
  • 238 Torsion z/z ; Ø = 0,5 mm.
  • 239 Fils : torsion z/s ; Ø = 1 à 1,2 mm.

166La rouelle de châtelaine reposait sur une toile237 (fig. 9). La soie du couteau conserve des traces du manche en matière ligneuse et du cuir du fourreau. L’anneau 1292B préserve, sur la face tournée vers le ciel, des restes de fils238 ainsi que ceux d’une petite courroie en cuir. L’anneau 1292C comporte également, du côté du ciel, les fragments d’une toile239.

5.3.3.3. Interprétation et comparaisons

  • 240 Rast-Eicher 2012a, p. 68, fig. 106b, tombe 18.
  • 241 Nowak-Böck et Looz 2013, p. 164, sép. 5.

167Les deux fibules ferment, comme dans la tombe 1485, une étoffe en lin ou en chanvre, ici probablement un sergé. De même, des brides sont destinées à glisser l’ardillon, protégeant la lisière du tissu. Cette dernière est également renforcée d’une bande de cuir à l’emplacement où la bride est fixée. C’est un système que l’on rencontre par exemple à Flaach240 (fig. 5E et F) ou à Unterhaching (Allemagne)241. Les restes de toile fine observés sous la châtelaine suggèrent une autre couche vestimentaire, tout comme l’existence de traces de tissus des deux côtés de la boucle de ceinture. Bien qu’aucun vestige organique ne l’indique, à l’exception de la bande de cuir sur le no 1292B, les éléments constituant l’ensemble no 1292 pouvaient être suspendus à la châtelaine, elle-même reliée à la ceinture, constituant un système comparable à celui de la tombe 1485. La toile plus grossière présente sous l’anneau no 1292C pourrait signaler un autre vêtement ou un linceul, à moins qu’elle n’appartienne à une aumônière dont cet anneau renforcerait l’ouverture.

  • 242 Boyer et Fattori 1976, p. 281.

168Les tiges ou feuilles conservées sur le bracelet suggèrent un bouquet placé dans les mains. Il est remarquable de pouvoir attribuer des restes de végétaux à un bouquet, car la distinction avec un matelas ou une litière, ici évidente en raison de la position du bracelet, est rarement possible. De tels bouquets accompagnent par exemple une jeune femme inhumée durant la deuxième moitié du ve siècle dans l’abbaye Saint-Victor de Marseille242.

5.3.4. Une mode commune

169Le costume funéraire des femmes 1411, 1485 et 1793 présente donc de grandes ressemblances avec les cas étudiés en Suisse ou en Allemagne. Ainsi, les traces d’au moins deux vêtements sont retrouvées. Le plus fin, souvent en fibres végétales, est associé aux petites fibules portées au cou. Les ardillons de ces dernières sont, dans certains cas, passés dans des brides, afin de protéger les lisières des tissus, parfois renforcées de bandes de cuir. Enfin, la suspension à la ceinture d’objets utilitaires tels que couteaux, outils de toilettes ou aumônières, à l’aide d’anneaux successifs, constitue des châtelaines, éléments décoratifs essentiels de ce costume féminin.

6. Un enjeu majeur : la restitution

170Une étude de cas bien documentée fournit l’occasion de proposer une restitution. Pour étayer les hypothèses ou figurer des éléments supposés, le recours à l’iconographie et à des tombes de référence s’avère indispensable.

6.1. Tombes de référence et iconographie

6.1.1. Tombes féminines

  • 243 Parmi les restitutions qui ont eu le plus d'influence sur les chercheurs se trouvent celles des to (...)

171Dans la bibliographie, certaines sépultures féminines très bien préservées ou étudiées servent de référence, en particulier pour les restitutions. Progrès techniques, l’observation microscopique et le dégagement stratigraphique des restes organiques ont considérablement modifié l’interprétation, comme en témoigne par exemple l’évolution de la compréhension du costume d’Arégonde (fig. 2). La majorité des restitutions proposées avant les années 2000 sont donc à rediscuter243.

172Chaque nécropole étudiée à l’aide des nouvelles technologies apporte des éclairages sur une ou plusieurs questions. Ainsi, la variété des modes de fixation des fibules et en particulier des types de brides est, comme nous l’avons vu, documentée par une dizaine de sites (fig. 5).

  • 244 En argumentant que les jarretières, parfois très décorées, ne seraient pas visibles avec un vêteme (...)
  • 245 Ibid., p. 652-660.
  • 246 Voir la discussion dans Windler 2012, p. 84-87.
  • 247 Walton Rogers 2007, p. 100 et 190.
  • 248 Par exemple à Flaach, dans la tombe 19 (Windler 2012) ou Unterhaching, dans la tombe 9 (Haas-Gebha (...)

173La perception du vêtement féminin a considérablement évolué. Pour le vie siècle, les représentations iconographiques se limitent à celles des mosaïques de Saint-Apollinaire-le-Neuf et Saint-Vital de Ravenne (Italie), qui illustrent la mode de la cour byzantine. Bien qu’elle ait certainement influencé l’aristocratie mérovingienne, cette dernière possédait ses propres costumes, comme le montrent les sépultures, qui constituent notre unique documentation. Cette source est cependant à utiliser avec précaution, car on ne peut exclure la possibilité de tenues spécifiquement funéraires. Les chercheurs se sont beaucoup interrogés sur le port des grosses fibules ansées, découvertes le plus souvent dans le secteur de la taille ou du bassin. Les différentes hypothèses sont illustrées dans un article de Max Martin qui propose des fermetures de jupes ou de vêtements courts244, voire le port des fibules ansées comme amulettes245. Les études récentes des tombes de Waging am See (Allemagne, Bavière), Flaach, Saint-Denis et Unterhaching (Allemagne), qui ont pris en compte les textiles, remettent complètement en question cette dernière interprétation. Elles ont montré, par la présence de lisières de tissus et de brides, que ces grandes fibules fermaient un vêtement ouvert sur le devant et n’avaient pas une fonction uniquement décorative246. Cette constatation est confirmée en contexte anglo-saxon247. De plus, l’hypothèse d’habits courts est réfutée, en particulier par la nouvelle étude des tissus non minéralisés de la tombe d’Arégonde (Saint-Denis, sép. 49 ; fig. 2) et par les cas où des textiles ont laissé des traces sur le dessus des éléments métalliques des jarretières248.

  • 249 Périn 2009 ; Id. 2015 ; Périn, Calligaro, Poirot et al. 2008 ; Périn et Wamers 2013 ; Volken 2009a (...)
  • 250 Carré et Jimenez 2008, p. 90-91 et pl. 6 ; Carré, Jimenez, Rast-Eicher et al. 2010.
  • 251 Rast-Eicher 2012a, p. 71.

174Plusieurs tombes bien analysées se rattachant à différentes catégories sociales peuvent actuellement servir de référence pour les restitutions d’habits du vie siècle. Ainsi, la sépulture royale d’Arégonde témoigne de la richesse et de la variété des étoffes249 ; les chaussures sont préservées et leur agencement avec les jarretières est bien lisible (fig. 2). À Louviers, une femme riche (tombe 118 ; voir plus loin, fig. 36) semble à la croisée des cultures franque, saxonne et wisigothique et documente les habits fermés par les petites fibules au cou et de grosses fibules discoïdes à la hauteur des hanches250. La tombe 19 de Flaach, un peu plus modeste, renseigne un ensemble avec deux petites fibules et deux fibules ansées251.

  • 252 La longueur des habits est confirmée par des cas très parlants, comme la sépulture 221 d'Elgg (Sui (...)
  • 253 Martin 1991, p. 630-633, fig. 2 ; Id. 1997, fig. 386 : en particulier les représentations du psauti (...)
  • 254 Amrein, Rast-Eicher et Windler 1999.
  • 255 Rast-Eicher 2003b.
  • 256 Müller 2010, vol. 1, p. 458-463.
  • 257 Truc 1998.

175Pour le viie siècle, l’interprétation et la reconstitution du vêtement féminin n’ont pas changé avec les nouvelles données : les sources archéologiques confirment, pour l’Allemagne et la Suisse, la présence de tuniques longues252 et de manteaux fermés au cou par une grosse fibule (qui est trouvée sur les perles cousues sur le vêtement ou portées en colliers), comme le montrent les représentations iconographiques253. La riche sépulture de Bülach, réanalysée et reconstituée, illustre bien cette mode254. La tombe 504 de Schleitheim, sans fibule mais avec une chaîne fermée à la taille et pendant jusqu’au bas de la jambe, a été reconstituée pour une exposition255. La femme portait une longue tunique plissée et un manteau en lin, comme la dame de la sépulture 189 de Baar, Früebergstraße (voir plus loin, fig. 37)256. Les sépultures du nord et de l’ouest de la France s’écartent néanmoins de ces modèles, comme en témoignent les nombreux cas de paires de petites fibules placées au cou ou aux épaules257. Lorsqu’il n’y a qu’une fibule dans la tombe, elle est souvent petite.

  • 258 Rast-Eicher 2003a, Abb. 5.

176Les qualités des tissus tenus au cou ou aux épaules par les fibules sont différentes au vie et au viie siècle. Les paires de petites fibules du vie siècle ferment des textiles fins ou très fins, avec des fils de diamètre généralement inférieur à 0,5 mm, en lin, en laine ou en soie. Ce sont probablement des voiles, éventuellement des tuniques. En revanche, au viie siècle, en Suisse et en Allemagne, de grosses fibules uniques ferment au cou des tissus en majorité plus gros, avec des diamètres de fils compris entre 0,5 et 0,7 mm (tabl. 2). Il s’agit de manteaux, car ils recouvrent les parures de perles. Leurs étoffes, généralement de qualité moyenne, sont des toiles de lin très caractéristiques car probablement passées à la calandre. Elles ont été observées à Aesch (fig. 16I), Bülach et Marktoberdorf (Allemagne)258. Dans l’ouest de la France, le changement au viie siècle semble moins net (voir chapitre 5.1.).

6.1.2. Tombes masculines

  • 259 Müller 2010, vol. 1, p. 342, Abb. 340m.
  • 260 Rast-Eicher 2016c.
  • 261 Id. 2010a, p. 152.
  • 262 Marti 1995.

177Les sépultures masculines, où les objets sont plus souvent déposés que portés et parfois emballés dans des tissus, ne fournissent souvent pas assez de données fiables pour les reconstitutions. Par exemple, malgré tout le métal trouvé dans la sépulture 213 de Baar, Früebergstraße, aucun textile n’a pu être attribué aux vêtements. Seule la fourrure, qui entourait sur une grande surface le bras et l’épée posée dessus, était certainement un habit259. D’autres études de tombes découvertes dans le canton de Zurich ces dernières années260 suggèrent également la présence de vêtements en cuir, qui n’ont pas laissé de trace sur les objets. En effet, les défunts étaient habillés car des restes de chaussures ou de bottes subsistent à l’intérieur des éperons261. En fait, les représentations iconographiques comme celles du psautier de Stuttgart et de l’église Saint-Bénédict de Mals (Italie), où figure un homme de l’aristocratie, presque exclusivement utilisées pour reconstituer le costume masculin, datent du ixe siècle. Ces modèles types, suivis par exemple pour restituer le défunt d’Altdorf (Suisse, canton d’Uri)262, ont momentanément figé la réflexion et il est maintenant important de prendre en considération les restes organiques pour aller plus loin.

6.1.3. Accessoires communs aux deux sexes

  • 263 Sapin et Vallet 2011, p. 109-120 ; Volken 2009b.

178Les ceintures bien conservées, comme celles d’Arégonde à Saint-Denis et celle du clerc ou pèlerin de la crypte de Saint-Quentin (Aisne)263, illustrent la largeur variable des cuirs, leurs types et décors, surpiqués, gaufrés ou brodés, ainsi que le mode de fixation – dans les deux cas par un nœud autour de l’ardillon.

  • 264 Bartel 2005, p. 265.
  • 265 Werner 1977, p. 143-145.
  • 266 Bandes conservées sur les bottes au musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.
  • 267 Dabat 1970.

179La manière de lacer les jarretières, lanières qui enserrent des jambières ou des bas autour de la jambe, est perçue pour les hommes par l’iconographie, en raison du port de tuniques courtes, et par l’archéologie, quand un décor de fils d’or dessine la disposition de ces liens264. Des bandes molletières en cuir sont aussi documentées. Elles recouvrent des bottes et sont nouées au-dessus du genou, sur un pantalon en laine, dans une sépulture d’ecclésiastique à Augsbourg (Allemagne)265. À Saint-Leu-d’Esserent, des bandes similaires sont observées de la cheville aux mollets266. À Fermaincourt (Eure-et-Loir), des lanières entourent les chevilles267.

  • 268 Müller 2010, vol. 1, p. 314-315.
  • 269 Volken 2009a.

180La disposition des jarretières féminines, ornées de boucles et de ferrets, est bien étudiée pour le site de Baar, Früebergstraße et un mode d’emploi est proposé268. Une mise en œuvre plus complexe est observée dans la tombe d’Arégonde269.

  • 270 Müller 2010, vol. 1, p. 307 ; Volken 2014, p. 117-122 : Saint-Denis (tombe d'Arégonde), Chelles (S (...)
  • 271 Banck 1998.
  • 272 Simmer 1988, cl. p. 37.
  • 273 Volken 2014, p. 119.
  • 274 Müller 2010, vol. 1, p. 306-315 : restitutions de chaussures et du mode de fixation des jarretière (...)
  • 275 Werner 1977 ; Volken 2014, p. 120.
  • 276 Bandes conservées sur les bottes au musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

181Les chaussures du haut Moyen Âge, pour lesquelles les travaux de Marquita Volken font référence, sont documentées par une douzaine d’exemplaires conservés en Europe qui illustrent la variété des types270. Par exemple, dans les tombes féminines, elles peuvent être très ouvertes, plissées et lacées, comme à Oberflacht ainsi que probablement Lauchheim (Allemagne)271 et Audun-le-Tiche272. En revanche, la reine Arégonde porte des sortes de babouches en cuir de chevreau avec un décor brodé273. Les chaussures ne comportent aucun élément métallique, comme l’a montré le travail de fond effectué pour le site de Baar, Früebergstraße : les boucles et ferrets trouvés sur les pieds appartenaient aux liens des jarretières passant sous la chaussure et fermés dessus274. Pour les hommes, outre les types unisexes, on observe des bottes courtes dans les sépultures d’Augsbourg (Allemagne)275 et de Saint-Leu-d’Esserent276.

6.2. Restituer : mettre en image des hypothèses

  • 277 Jimenez, Carré et Le Maho 2007 ; Jimenez, Carré et Rast Eicher 2009 ; Carré, Jimenez, Rast-Eicher (...)

182Lorsque la documentation d’une tombe semble suffisante, la mise en image des données et des hypothèses est souvent tentée, en particulier dans le cadre de publications ou d’expositions. Il s’agit d’une étape importante de la réflexion. Elle devrait actuellement s’appuyer sur l’ensemble des données, les restes organiques bien sûr, mais également la taphonomie de la sépulture, qui peut efficacement compléter l’approche. Ainsi, la présence de chaussures et de jarretières dans la tombe 118 de Louviers est déduite du maintien des connexions osseuses malgré un pillage et celle d’un linceul est suggérée par des effets de compression sur le haut du corps277 (fig. 36).

Fig. 36 Évocation de la sépulture 118 de Louviers : à gauche, pendant la préparation, la tunique de soie est visible. Le corps est installé sur le manteau dans lequel il sera ensuite enveloppé. À droite, la défunte est exposée avant la fermeture du sarcophage. Les légendes expliquent les choix de représentation.

Fig. 36 Évocation de la sépulture 118 de Louviers : à gauche, pendant la préparation, la tunique de soie est visible. Le corps est installé sur le manteau dans lequel il sera ensuite enveloppé. À droite, la défunte est exposée avant la fermeture du sarcophage. Les légendes expliquent les choix de représentation.

Dessin F. Carré ; mise en couleur C. Laverne ; d’après les hypothèses de F. Jimenez, F. Carré, A. Rast-Eicher et S. Le Maho

  • 278 Par exemple dans Pion 2012 ou Martin 1997.
  • 279 Boyer, Arnaud, Fattori et al. 1987, p. 91. Les pollens amenant l'hypothèse de la couronne ne sont (...)
  • 280 Sépulture 118, Carré et Jimenez 2008, p. 95.
  • 281 Burzler, Höneisen, Leicht et al., 2002, vol. 1, p. 95.

183Lors d’une reconstitution, la première question est celle d’une tenue spécifiquement funéraire. Elle est rarement formulée et les images proposées montrent en général des vivants, debout et animés278. En revanche, lorsqu’une mise en scène de la sépulture est identifiée, le défunt est représenté. À Saint-Victor de Marseille, par exemple, des végétaux attribués à une couronne et un bouquet funéraires sont illustrés279 ; pour la tombe 118 de Louviers, on a figuré l’utilisation d’un manteau comme linceul, suggérée par la taphonomie du corps et la position des grosses fibules fixées dans des lanières en cuir280. La publication du site de Baar, Früebergstraße, présente même la scène de préparation de la défunte 189 (fig. 37) et la monographie des fouilles de Schleitheim comporte une grande planche restituant l’installation du corps dans la chambre funéraire281.

Fig. 37 Reconstitution de la préparation de la défunte de la tombe 189 de Baar, Früebergstraße.

Fig. 37 Reconstitution de la préparation de la défunte de la tombe 189 de Baar, Früebergstraße.

Dessin E. Kläui, Amt für Denkmalpflege und Archäologie Zug

184Ces images ne sont pas anodines, car elles peuvent figer la réflexion. Ainsi, la première restitution de la tenue d’Arégonde, reproduite dans de nombreux ouvrages, a servi de modèle de référence pendant plus de 10 ans (fig. 2).

  • 282 Müller 2010, vol. 1, p. 458-461.
  • 283 Fleury et France-Lanord 1998, vol. I, p. 166-167. L'étude des restes de cuir montre par ailleurs q (...)
  • 284 Ibid., p. 157.
  • 285 La détermination de la fibre n'a été certaine que plus tard, voir la présentation de ce vêtement a (...)

185Bien que l’image produite soit nécessairement issue d’hypothèses, ces dernières sont malheureusement rarement exposées exhaustivement. Pourtant, il est important de distinguer les éléments sûrs de ceux qui sont interprétés, comme cela a été fait lors de la publication de la tombe 189 de Baar, Früebergstraße282. En effet, certains points restent incertains, y compris lorsque les matériaux organiques sont exceptionnellement préservés, comme dans la sépulture d’Arégonde. La reconstitution de son costume a été expliquée lors d’une exposition en 2009 (fig. 38). Comme les fibules et l’épingle avaient été enlevées et nettoyées en 1959, juste après la fouille, il n’y avait aucune certitude sur les textiles qu’elles fermaient. Des points de repère étaient cependant apportés par la stratigraphie : par exemple, l’une des fibules rondes était placée sur la contre-plaque de la ceinture283. De plus, sur le revers de la ceinture en cuir, conservée sous toute la plaque, se trouvait un reste du grand galon tissé aux planchettes. Le manteau en fibres de castor et en laine, documenté par Michel Fleury en tant que gros reste sur les côtés du sarcophage284, manquait sur la reconstitution de 2009, mais c’était le seul vêtement plausible à attacher avec la grande épingle285. La morphologie du vêtement en soie, un samit rouge et jaune placé sur le textile violet, donc en fait sous le manteau, n’est pas documentée et l’image s’appuie sur la superposition des étoffes créée en drapant la soie sur l’épaule.

Fig. 38 Explication des choix de restitution du costume de la reine Arégonde (Saint-Denis, sarcophage 49).

Fig. 38 Explication des choix de restitution du costume de la reine Arégonde (Saint-Denis, sarcophage 49).

Légendes A. Rast-Eicher ; dessin F. Vincent d’après la documentation d’A. Rast-Eicher, M. Volken et P. Périn

  • 286 Id. 2009, p. 100 ; explications de la restitution dans : Müller 2010, vol. 1, p. 342.

186La restitution peut être volontairement minimaliste, ne figurant que les éléments attestés. Elle peut alors déranger, comme l’image de la tombe 213 de Baar, Früebergstraße, qui a suscité de vives discussions. Elle représente, faute d’information sur d’autres couches vestimentaires, un homme nu enveloppé dans une cape ou un manteau en fourrures286.

  • 287 Carré et Jimenez 2008, p. 89.
  • 288 Schiek 1992, Taf. 53.

187Le plus souvent, des comparaisons sont utilisées pour compléter l’illustration, comme pour la femme 118 de Louviers (fig. 36)287. Le fragment de soie découvert est minuscule mais la technique de tissage (samit) est identifiable et sert à façonner des étoffes bicolores à motifs figurés ou géométriques, comme en portent les suivantes de l’impératrice Théodora figurées sur les mosaïques de Ravenne. La finesse de ce samit permet d’écarter l’hypothèse d’une applique décorative et de privilégier celle d’une grande pièce, tunique ou châle. La représentation d’une tunique à manches longues a été choisie arbitrairement pour la restitution, mais elle s’appuie sur l’iconographie (Ravenne) et sur quelques exemples conservés intégralement. Les chaussures sont inspirées de celles de la tombe 80 d’Oberflacht288.

7. Pour une prise en compte des restes organiques

188Les travaux du PCR sur quelques tombes du cimetière d’Harfleur ont finalement servi à appuyer une présentation méthodologique de l’approche des vestiges organiques en contexte funéraire mérovingien, largement illustrée par les exemples suisses et allemands. Ces restes, qui participent à la compréhension de la sépulture au même titre que le squelette, l’architecture de la tombe ou les objets accompagnant le mort, ouvrent des perspectives fabuleuses, qui dépassent la simple étude de cas. Les textiles notamment peuvent être utilisés comme marqueurs sociaux.

7.1. Une autre approche de la société

7.1.1. Les pratiques funéraires

189Comme nous l’avons vu, les restes organiques documentent en premier lieu les soins apportés au défunt. Ils précisent l’aménagement de la sépulture, par l’identification des essences des bois des coffrages ou des cercueils mais aussi d’éléments indiquant la présence de coussins, matelas ou litières (végétaux, plumes, textiles). Ils permettent aussi de caractériser le vêtement funéraire et contribuent à révéler l’existence d’accessoires vestimentaires déposés plutôt que portés (ceintures) et d’objets disparus (vaisselle en bois par exemple). Enfin, ils offrent la possibilité de mieux connaître les modes de dépôt du mobilier, tel l’emballage d’objets.

190Ces informations sont loin d’être anecdotiques, car la manière de s’occuper des morts est étroitement liée à la conception de cette étape majeure de la vie. Les données collectées contribuent donc à l’approche de la spiritualité de ces communautés, offrant un point de vue différent de celui des sources écrites. Elles ouvrent également la possibilité de positionner socialement la sépulture étudiée en la comparant aux autres tombes du cimetière.

7.1.2. Les catégories sociales

  • 289 Christlein 1968 ; Id. 1973.
  • 290 Brather 2008.

191En 1968, Rainer Christlein a proposé un classement des tombes par catégories sociales (Qualitätsgruppen) basé sur les objets métalliques et leur valeur289. Ces groupes ont été discutés, mais la différenciation entre pauvres et riches et la mise en évidence de caractères régionaux sont restées des questions fondamentales de l’interprétation des sépultures, avec aujourd’hui des critères de distinction supplémentaires tels que l’âge, le sexe, la religion ou la famille. Bien que le titre d’une étude publiée en 2008290 sur ce sujet comporte le mot vêtement (Kleidung), elle ne tient compte que des accessoires métalliques et les textiles n’y sont pas inclus. Pourtant, depuis 1968, de nombreuses analyses ont complété la documentation disponible et des bases de données avec des centaines de tissus sont devenues exploitables. Au même titre que les autres objets, les textiles envoient un message social car ils fournissent des critères majeurs pour juger du statut du défunt.

  • 291 Banck-Burgess 1997, p. 376-377.
  • 292 Rast-Eicher à paraître b ; Schneebauer-Meißner, Nowak-Böck et Grundmann 2013.
  • 293 Doppelfeld 1960, p. 94 et pl. 14.
  • 294 Par exemple celui de Straubing-Alburg (Allemagne ; Bartel 2005).
  • 295 Rast-Eicher à paraître b ; Bender-Jørgensen 1992, p. 241 ; Carré et Jimenez 2008, p. 88-90, samit (...)
  • 296 Rast-Eicher 2014a.
  • 297 Ibid. ; Id. 2016a, p. 151-152 ; Id. 2016b.

192Le critère le plus évident est le matériau employé. Ainsi, les décors de fils d’or appliqués sur des galons, des lisières ou des étoffes, sont réservés aux plus riches291. Les manches de la reine Arégonde par exemple sont brodées d’or292 et le bandeau frontal de la princesse de Cologne est un galon broché d’un fil d’or293, tout comme les jarretières des hommes de haut rang294. Les textiles en soie sont également des produits de luxe. En Europe, les sépultures des vie et viie siècle qui en contiennent sont rares : ce sont les tombes royales de Saint-Denis, avec des samits et des étoffes d’armure taffetas (fig. 39), et les sépultures privilégiées de Louviers (fig. 16F), Saint-Victor de Marseille, Lauchheim et Unterhaching295. D’autres tissus aux fibres spécifiques semblent propres aux élites, comme celui en laine et poils de castor porté par Arégonde (fig. 3). Nous connaissons même le prix de cette étoffe au vie siècle, alors que l’on ignore celui des plaques-boucles contemporaines ! Il est tellement astronomique que seule une reine pouvait s’offrir un tel luxe296. Le poil de lapin, déjà utilisé par les Romains, est également un matériau coûteux. Il est attesté à l’époque mérovingienne à Kallnach (fig. 3), à Bülach et dernièrement à Sarcelles (Hauts-de-Seine)297.

Fig. 39 Taffetas de la tombe 50 de Saint-Denis.

Fig. 39 Taffetas de la tombe 50 de Saint-Denis.

© A. Rast-Eicher

  • 298 Id. 2010b.

193Un autre critère d’évaluation de la classe sociale est la présence de colorants rares. Pendant l’Antiquité tardive, seul l’empereur pouvait porter des vêtements entièrement pourpres. Les sénateurs avaient uniquement droit à des bandes de cette couleur, les clavi, qui coûtaient très cher. Il n’est donc pas étonnant de trouver des fragments de tissus teints en pourpre dans les riches sépultures mérovingiennes de Saint-Denis. La présence de trois de ces textiles dans la tombe présumée d’Arégonde – les seuls sur les 28 sarcophages analysés – a fourni un argument supplémentaire pour son identification, confirmant le rang royal de la défunte298.

  • 299 Nowak-Böck et Looz 2013, p. 284, sépulture no 5.
  • 300 Rast-Eicher 2012a, p. 67, 71, fig. 115 et p. 72, fig. 116, sépultures 13 et 21.
  • 301 Id. à paraître b, sépultures 38 et 48.
  • 302 Id. 2002a, p. 222, tombe 504.

194Des types de textiles pourraient aussi caractériser les tombes de femmes riches, comme les tissus plissés, qui y sont régulièrement observés. Ils sont présents par exemple vers 500 après J.-C. dans les sépultures privilégiées d’Unterhaching299 et de Flaach300, à Saint-Denis au vie siècle301 et à Schleitheim, dans la plus riche tombe féminine du viie siècle (fig. 40)302.

Fig. 40 Tissus plissés caractéristiques des tombes de femmes riches.

Fig. 40 Tissus plissés caractéristiques des tombes de femmes riches.

A. Toile de la tombe 48 de Saint-Denis ; B. Vue en coupe de deux épaisseurs de la toile accolée à la chaîne de ceinture de la tombe 504 de Schleitheim (Suisse, canton de Schaffhouse) ; C. Rippenköper de la tombe 484 de Schleitheim.

© A. Rast-Eicher

195De même, la largeur, la matière première et les motifs des galons aux planchettes décoratifs cousus sur les vêtements sont très probablement liés au statut de la personne. On note ainsi la largeur remarquable, de presque 6,5 cm, du galon du manteau de la reine Arégonde.

7.1.3. Des groupes culturels

  • 303 Rast-Eicher et Vanden Berghe 2015.
  • 304 Isidore de Séville (560-636), Etymologiae, livre 9, 97 : « Germanicae gentes […]. Horum plurimae g (...)
  • 305 À Köniz-Oberwangen (Suisse ; Rast-Eicher 2007) et Bösingen (Suisse, canton de Fribourg ; Id. 2001a (...)
  • 306 Ce type de toile est illustré aussi en Égypte, parmi les tuniques coptes (par exemple : Verhecken- (...)
  • 307 Graenert et Rast-Eicher 2003, p. 168.

196Outre la position sociale de certains défunts, les tissus sont susceptibles de caractériser des groupes culturels. Ainsi, les décors pouvaient indiquer l’appartenance à un clan, comme à l’âge du fer303, et les couleurs des vêtements seraient spécifiques à chaque peuple germanique selon Isidore de Séville304. Ces éléments sont toutefois rarement préservés, ce qui limite cette piste de recherche. En revanche, une répartition géographique des types de textiles commence à se dessiner grâce aux bases de données (fig. 41). Ainsi, les vêtements de la Suisse occidentale semblent se différencier de ceux de la Suisse orientale, zone de culture germanique, par la présence de techniques dans la tradition antique. On y trouve par exemple au viie siècle, sous des boucles de ceinture305, des toiles « dominante trame » caractéristiques des tuniques romaines tissées d’une seule pièce306. De même, un textile en laine pourvu d’un décor en tapisserie, technique exceptionnelle à l’époque mérovingienne mais employée pour orner certaines tuniques romaines, était fermé par une fibule du viie siècle dans une tombe du site de La Tour-de-Trême (fig. 17C)307.

Fig. 41 Répartition géographique des types d’armures.

Fig. 41 Répartition géographique des types d’armures.

© A. Rast-Eicher

  • 308 Par exemple au viie siècle, dans la tombe 36 d’Aesch (Rast-Eicher 2001b) et à Estagel (Pyrénées-Or (...)

197Dans le même ordre d’idées, l’armure panama (ou natté), utilisée par les Romains par exemple pour des étoffes d’ameublement, est absente des contextes mérovingiens, à l’exception de quelques tombes du ve siècle encore dans la tradition romaine ou d’autres marquées par la proximité d’importantes agglomérations antiques308.

  • 309 Il y existe un autre type de plissé, cousin du damassé, effectué après tissage (Id. à paraître b, (...)
  • 310 Sur une plaque-boucle datée entre 600 et 670. L'auteur nomme l'armure « chevron brisé 2/1-1/2 » ma (...)
  • 311 Kissling et Ulrich-Bochsler 2006, p. 82.

198À l’opposé, le Rippenköper qui est une armure remarquable, sergé 2/1 damassé qui forme de petits plis (fig. 16E et 40C), paraît propre aux régions alamaniques. En effet, il est absent dans le nord-ouest de la France, malgré le nombre de tombes riches étudiées309. Il apparaît essentiellement dans des inhumations du vie et du viie siècle en Allemagne du sud et en Suisse orientale. Seules deux exceptions sont connues à l’ouest du Rhin, à Pont-sur-Seine (Aube)310 et à Kallnach, à la limite actuelle entre Suisse allemande et Suisse romande311. Cette armure participait probablement à la définition de l’identité des Alamans et des Bavarois.

7.1.4. Les échanges

  • 312 Les textiles riches font en effet partie des cadeaux diplomatiques, comme ces soieries offertes pa (...)
  • 313 Bender Jørgensen 1988.

199Enfin, les textiles renseignent sur les relations entre les puissants, en particulier entre les souverains mérovingiens et ceux des royaumes méditerranéens. Les samits en particulier, ces soieries à décor géométrique ou figuré, d’au moins deux couleurs, étaient très probablement confectionnés dans des ateliers royaux de Byzance, d’Égypte ou de Perse, qui contrôlaient la production et l’exportaient. Il est néanmoins impossible de distinguer les transactions commerciales des cadeaux honorifiques ou diplomatiques312, comme le sont peut-être la tapisserie du casque et le tapis oriental des tombes royales de Cologne313.

7.1.5. La démarche

  • 314 Moulhérat 2010 ; Médart 2017a, p. 128.

200Pour aborder ces problématiques de société à travers les petits fragments issus des cimetières, il est nécessaire de connaître les types de textiles du haut Moyen Âge, leur répartition géographique et les discussions qui sont souvent dans des publications en allemand ou en anglais. En effet, il faut savoir repérer les éléments significatifs et les replacer dans leur contexte historique pour les valoriser. Ainsi, le tissu plissé présent sur le couteau de la sépulture 235 de Savigny-sur-Ardres a été décrit en tant que toile, ce qui n’est pas faux mais incomplet, et son caractère exceptionnel n’a pas été reconnu314.

7.2. Des méthodes à adapter

201L’expérience d’Harfleur illustre les faiblesses d’une étude improvisée en cours d’opération. Le caractère partiel des observations limite les comparaisons entre les tombes du cimetière ainsi que les approches plus générales, telles que la variété des costumes au cours d’une période ou l’évolution de la mode. De plus, la manière de prélever et de stocker les objets a causé une perte d’informations importante pour les tombes sélectionnées. Cela prouve la nécessité d’anticiper. En France, c’est possible en incluant dans le cahier des charges de la prescription de fouille archéologique émise par l’État la prise en compte, dès la phase de terrain, des questionnements et des études liées à la présence de matières organiques. Certes, le prélèvement en motte impose d’abandonner l’idée d’une couverture photographique médiatique. Il ne faut pas non plus compter sur l’enregistrement immédiat de la position de tous les os pour l’approche taphonomique.

  • 315 Pour le cimetière de Romilly-sur-Andelle (Eure) fouillé par l’Inrap en 2007 (responsable d’opérati (...)

202Une réorganisation du travail est donc nécessaire, avec la définition, avant l’opération, d’un protocole de fouille et de prélèvement en adéquation avec les possibilités de l’archéologie préventive. Pour l’appliquer, une formation spécifique des intervenants est souhaitable. En effet, l’équipe doit être en mesure d’identifier les tombes ou les types d’objets potentiellement intéressants et d’effectuer des prélèvements en motte en en connaissant les objectifs. Enfin, il faut convenir d’un mode de conservation selon les délais d’étude. Si les moyens humains et financiers pour le traitement exhaustif des prélèvements sont mis en place durant la fouille, une conservation à court terme (six mois), sans congélation, est envisageable. En revanche, cette dernière reste la seule possibilité d’une gestion à long terme. L’infrastructure pour la congélation est réalisable car elle a déjà été testée sur certains chantiers pour les prélèvements destinés à l’extraction de l’ADN315. Le traitement des mottes après la fouille doit être prévu et réalisé par des techniciens, des restaurateurs et des spécialistes équipés de binoculaires à fort grossissement et suffisamment formés pour reconnaître, donc épargner, des vestiges organiques ténus, mais aussi pour dépasser le stade de l’inventaire et proposer des hypothèses argumentées sur leur fonction.

  • 316 Cette discipline est en revanche peu connue de nos collègues suisses et allemands et sa compatibil (...)

203Bien sûr, le coût de ces études n’est pas négligeable, mais il ne représente pas un investissement supérieur à celui qui a été développé lors de la généralisation de l’anthropologie de terrain316, dont les apports sont indéniables. En France, les prescriptions des cahiers des charges scientifiques des opérations d’archéologie préventive, qui permettent maintenant de donner les moyens nécessaires aux analyses taphonomiques, peuvent aussi ouvrir la porte à d’autres domaines. Il ne s’agit pas de générer un phénomène de mode incontournable mais de définir des objectifs, en testant différents angles d’approche. Si les moyens sont limités, il est possible d’envisager, comme à Harfleur, de répondre à quelques questions en sélectionnant certaines tombes ou certains objets. Par exemple, les tombes bien conservées présentant des objets métalliques de la tête aux pieds du défunt vont permettre de réfléchir sur l’ensemble des textiles présents et amener à des restitutions de l’habillement. Par ailleurs, l’examen de toutes les fibules va apporter des précisions sur le vêtement féminin et autoriser des comparaisons.

7.3. De nouvelles perspectives

204Comme nous l’avons vu, l’interrogation des restes organiques se situe à plusieurs niveaux. Le premier est celui de l’objet constitué en partie ou totalement de matériaux périssables. L’attention peut ainsi se porter sur les vestiges de récipients en bois tourné ou sur la morphologie des poches des aumônières. Le second niveau concerne les pratiques funéraires. On se demandera alors s’il existe des aménagements particuliers de la sépulture, matelas ou litières par exemple, mais aussi si les objets étaient portés ou déposés et s’ils étaient emballés. On cherchera à restituer le vêtement funéraire. Toujours à l’échelle de la tombe, les restes organiques contribueront, en association étroite avec les caractéristiques biologiques du squelette, l’architecture mise en œuvre et les objets, à définir l’identité du défunt et en particulier sa position au sein de la société.

205À l’échelle du cimetière, d’autres questions émergent. Pourrait-on par exemple proposer une hiérarchisation des inhumés en comparant le mobilier qui leur est associé et la qualité des textiles ? Existe-t-il des différences dans le costume féminin selon l’âge de la personne ? L’identité du groupe d’individus inhumés se traduit-elle par une technique ou des vêtements spécifiques ?

206Cette problématique nous amène au dernier niveau de questionnement, celui des territoires. De plus en plus nombreuses, les données sur les textiles permettent de rechercher les constantes ou les exceptions au sein d’une vaste zone géographique couvrant la Suisse, l’ouest de l’Allemagne et la moitié nord de la France. Nous commençons à distinguer la variété des pratiques mais aussi des habitudes ou des techniques propres à un secteur géographique, susceptibles de révéler l’implantation de groupes culturels particuliers.

  • 317 Huit jours consacrés au dégagement en collaboration et à l’enregistrement, onze à l’étude des tiss (...)

207Pour que les textiles contribuent à répondre à ces interrogations, une systématisation des recherches s’impose. En effet, il est nécessaire d’augmenter le nombre d’études de cas fiables et d’alimenter des bases de données permettant des statistiques. Un vaste chantier reste donc à mettre en œuvre. Il débute par la formation des acteurs, du technicien de fouille au restaurateur. Néanmoins, l’opération relativement improvisée d’Harfleur montre que des résultats intéressants peuvent être obtenus même avec une formation accélérée et des moyens limités317. Évidemment, l’envie d’étendre les études à l’ensemble d’un cimetière devient alors plus forte !

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Isidore de Séville

1911, Etymologiarum sive Originum libri XX, Lindsay W. M. (éd.), Oxford, University press, 2 vol.

Grégoire de Tours

1951, « Gregorii episcopi Turonensis. Libri historiacum », Krusch B. et Levison W. (éd.), MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, 1, 1, Hanovre, impensis bibl. Hahn.

Documents

Amrein H., Rast-Eicher A. et Windler R.

1999, « Neue Untersuchungen zum Frauengrab des 7. Jahrhunderts in der reformierten Kirche von Bülach (Kanton Zürich) », Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte (Revue suisse d’Art et d’Archéologie), t. 56, vol. 2, p. 73-112.

Bader C., Windler R. et Rast-Eicher A.

2002, « Ein Gräberfeld des 7. Jahrhunderts in Flurlingen », dans Gisler J. et al. (dir.), Archäologie im Kanton Zürich, 1999-2000, dans Berichte der Kantonsarchäologie Zürich, t. 16, p. 47-120.

Banck J.

1998, « Ein merowingerzeitlicher Baumsarg aus Lauchheim/Ostalbkreis. Zur Bergung und Dokumentation der Textilfunde », dans Bender-Jørgensen L. et Rinaldo C. (dir.), Textiles in European Archaeology, Actes du 6e colloque North European Symposium for Archaeological Textiles, Borås, 7-11 mai 1996, Göteborg, université de Göteborg, Gotarc Series A, vol. 1, p. 115-124.

Banck-Burgess J.

1997, « An Webstuhl und Webrahmen. Alamannisches Textilhandwerk », dans Die Alamannen, catalogue d’exposition, Archäologisches Landesmuseum Baden-Württemberg, Stuttgart, 14 juin-14 septembre 1997, Stuttgart, Archäologisches Landesmuseum Baden-Württemberg, Theiss, p. 371-378.

Bartel A.

2005, « Die Goldbänder des Herrn aus Straubing-Alburg. Untersuchungen einer Beinbekleidung aus dem frühen Mittelalter », Bericht der Bayerischen Bodendenkmalpflege, t. 43-44 (2002-2003), p. 261-272.

Bartel A. et Knöchlein R.

1993, « Zu einem Frauengrab des sechsten Jahrhunderts aus Waging am See, Lkr. Traunstein, Oberbayern », Germania, t. 71, vol. 2, p. 419-439.

Bender-Jørgensen L.

1988, « A Coptic Tapestry from the Frankish Boy’s Grave from Cologne Cathedral », dans Bender-Jørgensen L., Magnus B. et Munksgaard E.. (dir.), Archaeological textiles. Arkaeologiske Skrifter 2, Actes du 2e colloque North European Symposium for Archaeological Textiles, Copenhague, 1-4 mai 1984, Copenhague, université de Copenhague, p. 126-132.

1992, North European Textiles until AD 1000, Aarhus, Aarhus University Press.

Ben Redjeb T.

2007, « La nécropole mérovingienne de Saint-Sauveur (Somme) », Revue Archéologique de Picardie, vol. 1-2 (2007), p. 31-297.

Billoin D., Châtelet M., Médard F. et Moulhérat C.

2004, « Équerres métalliques et enveloppe textile d’une sépulture mérovingienne à Geispolsheim (Haut-Rhin) », Revue archéologique de l’Est, t. 53, p. 253-261.

Billoin D., Gaillard de Sémainville H. et Moulhérat C.

2006, « La nécropole du haut Moyen Âge de Largillay-Marsonnay “Sur le Marteret” (Jura) », Revue archéologique de l’Est [en ligne], t. 55, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 12 octobre 2016, URL : https://journals.openedition.org/rae/1030.

Bizot B. et Signoli M. (dir.)

2009, Rencontre autour des sépultures habillées, Actes du colloque du Gaaf, Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), 13-14 novembre 2008, Gap, Éditions des Hautes-Alpes.

Blumer R.-D. et Knaut M.

1991, « Zum Edelmetallguß in Ossa-Sepia-Formen im Frühmittelalter », Fundberichte aus Baden-Wurtenberg, t. 16, p. 545-553.

Boisson J.

2017, « La nécropole mérovingienne d’Harfleur (Seine-Maritime) », dans Leroy I. et Verslype L. (dir.), Communauté des vivants, compagnie des morts, Actes des 35e journées de l’Association française d’archéologie mérovingienne, Douai, 9-11 octobre 2014, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, Mémoires, no XXXIII, p. 211-216.

Boisson J. (dir.)

2015, Harfleur (Seine-Maritime), « Les Coteaux du Calvaire », Rapport de fouilles, déposé à la Drac Normandie (SRA).

Boisson J. et Follain É.

2014, « Découverte d’une basilique romaine à Harfleur (Seine-Maritime), première approche », dans Liogier L., Bolo N., Carré F. et Lequoy M.-C. (dir.), Journées archéologiques de Haute-Normandie, Actes du colloque de Rouen, 24-26 mai 2013, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 83-94.

Boisson J., Tarcy É. et Drieu M.

2016, « La nécropole d’Harfleur, “Les Coteaux du Calvaire” : le témoignage d’une importante communauté entre la fin du ve et le début du viiie siècle », dans Ollivier J.-P., Bolo N.et Carré F. (dir.), Journées archéologiques de Haute-Normandie, Actes du colloque de Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 99-110.

Boyer R. et Fattori Y.

1976, « Aperçus sur une technique de fouille des inhumations habillées », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 9, p. 271-284.

Boyer R. (dir.), Arnaud G. et S., Fattori Y. et Perrot-Vial R.

1987, Vie et mort à Marseille à la fin de l’Antiquité : inhumations habillées des ve et vie siècles et sarcophage reliquaire trouvés à l’Abbaye de Saint-Victor, Marseille, Atelier du patrimoine.

Brather S.

2008, « Kleidung, Bestattung und Identität. Die Präsentation sozialer Rollen im frühen Mittelalter », dans Brather S. (dir.), Zwischen Spätantike und Frühmittelalter, Archäologie des 4. bis 7. Jahrhunderts im Westen, Berlin, New York, De Gruyter, Ergänzungsbände zum Reallexikon der germanischen Altertumskunde, no 57, p. 237-273.

Burzler A., Höneisen M., Leicht J. et Ruckstuhl B.

2002, Das frühmittelalterliche Schleitheim. Siedlung, Gräberfeld und Kirche, Schaffhouse, Baudepartement des Kantons Schaffhausen, Schaffhauser Archäologie, no 5, 2 vol.

Cardani Vergani R., Amrein H. et Boissonas V.

2003, « L’ultimo guerriero longobardo ritrovato a Stabio TI », Archéologie Suisse, t. 26, vol. 3, p. 2-17.

Carré F. et Henrion F. (dir.)

2012, Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe : quelles approches ?, Actes de la Table ronde d’Auxerre, 15-17 octobre 2009, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, Mémoires, no XXIII.

Carré F. et Jimenez F. (dir.), Le Maho J., Gallien V., Follain É., Tegel W., Rast-Eicher A., Bell B., Guerra M., Stutz F., Esquès C., Calligaro T., Escher K., Adrian Y.-M. et Pilet-Lemière J.

2008, Louviers (Eure) au haut Moyen Âge. Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, Mémoires, no XVIII.

Carré F., Jimenez F., Rast-Eicher A., Le Maho S. et Bell B.

2010, « La dame de Louviers », Histoire et images médiévales, t. 21, p. 68-75.

Carré F., Adrian Y.-M., Biard M., Chapelain de Seréville-Niel C., Rast-Eicher A. et Bell B.

2015, « À propos d’une fibule de type wisigoth découverte dans le cimetière mérovingien de Nassandres (Eure) », dans Liogier L., Bolo N. et Carré F. (dir.), Journées archéologiques de Haute-Normandie, Actes du colloque d’Alizay, 20-22 juin 2014, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 215-238.

Carré F., Rast-Eicher A., Bell  B. et Boisson J.

2015, « L’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge : un apport à la connaissance des pratiques funéraires et des vêtements ? », dans Liogier L., Bolo N. et Carré F. (dir.), Journées archéologiques de Haute-Normandie, Actes du colloque d’Alizay, 20-22 juin 2014, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 195-214.

Christlein R.

1968, Qualitätsgruppen unter den Grabausstattungen des 6. und 7. Jahrhunderts aus Süd- und Westdeutschland, Dissertation non publiée, université Albert-Ludwig de Fribourg-en-Brisgau.

1973, « Besitzabstufungen zur Merowingerzeit im Spiegel reicher Grabfunde aus West- und Süddeutschland », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, t. 20, p. 147-180.

Clauß G.

1987, « Die Tragsitte von Bügelfibeln. Eine Untersuchung zur Frauentracht im frühen Mittelalter », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, t. 34, vol. 2, p. 491-603.

Cochet J.-B. D.

1857, Sépultures gauloises, romaines, franques et normandes, Paris, Derache et Didron.

Corbineau R.

2014, Pour une archéobotanique funéraire : enquêtes interdisciplinaires et analyses polliniques autour de la tombe et du corps mort (ère chrétienne, France-Italie), Thèse de doctorat en Archéologie, université du Maine, université de Sienne, sous la direction d’Aline Durand et Stefano Campana.

Dabat P. et M.

1970, « Découverte et sauvetage d’un sarcophage mérovingien à Fermaincourt (28) », Revue archéologique du Centre de la France, no 9, fasc. 3-4, p. 201-211.

Day M. G.

1966, « Identification of hair and feather remains in the gut and faeces of stoats and weasels », Journal of Zoology, no 148, vol. 2, p. 201-217.

Démians d’Archimbaud G.

1971, « Les fouilles de Saint-Victor de Marseille », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 115e année, t. 1, p. 87-117.

Demolon P. (dir.), Blondiaux J., Compagnon É., Dhenin M., Louis É., Masurel H. et Prévost V.

2006, La nécropole mérovingienne de Hordain (Nord) vie-ixe siècles après J.-C., Douai, Communauté d’agglomération du Douaisis, direction de l’archéologie, collection Archaeologia duacensis, t. 20.

Desrosiers S.

2000, « Textiles découverts dans deux tombes du Bas-Empire à Naintré (Vienne) », dans Cardon D. et Feugère M. (dir.), Archéologie des textiles, des origines au ve siècle, Actes du colloque de Lattes, octobre 1999, Montagnac, Éditions Monique Mergoil, Monographies instrumentum, no 14, p. 195-207.

Desrosiers S. et Rast-Eicher A.

2013, « Luxurious Merovingian Textiles Excavated from Burials in the Saint Denis Basilica, France, 6th-7th century », dans Textiles and Politics, Actes du 13e colloque biennal de la Textile Society of America, Washington, D.C., September 18-September 22, 2012, Middletown (DE), Textile Society of America. http://digitalcommons.unl.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1674&context=tsaconf

Doppelfeld O.

1960, « Das fränkische Frauengrab unter dem Chor des Kölner Domes », Germania, no 38, vol. 1-2, p. 89-113.

1964, « Das fränkische Knabengrab unter dem Chor des Kölner Domes », Germania, no 42, p. 156-188.

Dürrich F. et Menzel W.

1847, Die Heidengräber am Lupfen (bei Oberflacht), Stuttgart, Arnold.

Farke H.

1991, « Textile Reste an zwei völkerwanderungszeitlichen Vogelfibeln. Zur Bergung und Präparation archäologischer Textilfunde », Alt-Thüringen, no 26, p. 197-206.

Ferdière A.

1984, « Le travail du textile en Région Centre de l’âge du fer au haut Moyen Âge », Revue archéologique du Centre de la France, no 23, fasc. 2, p. 209-275.

Fleury M.

1979, « Histoire et laboratoire, les fouilles de Saint-Denis, les fouilles de la basilique depuis Viollet-le-Duc », dans Bijoux et parures mérovingiens de la reine Arégonde, belle-fille de Clovis, dans Dossiers de l’archéologie, no 32, janvier-février, p. 18-26.

Fleury M. et France-Lanord A.

1998, Les trésors mérovingiens de la basilique de Saint-Denis, Woippy, G. Klopp.

France-Lanord A.

1979, « La fouille en laboratoire, méthodes et résultats », dans Bijoux et parures mérovingiens de la reine Arégonde, belle-fille de Clovis, dans Dossiers de l’archéologie, no 32, janvier-février, p. 64-91.

Graenert G. et Rast-Eicher A.

2003, « La fibule estampée de La Tour-de-Trème : une trouvaille particulière de l’époque mérovingienne en Gruyère », Cahiers d’Archéologie Fribourgoise, t. 5, p. 158-173.

Grassmann W. (dir.)

1944, Handbuch der Gerbereichemie und Lederfabrikation, t. 1, Die Rohaut und ihre vorbereitung zur gerbung, Vienne, Springer.

Grömer K.

2010, Prähistorische Textilkunst in Mitteleuropa. Geschichte des Handwerkes und der Kleidung vor den Römern, Vienne, Naturhistorisches Museum Wien.

Haas-Gebhard B. et Fehr H. (dir.)

2013, Unterhaching. Eine Grabgruppe der Zeit um 500 n. Chr. bei München, Munich, Archäologischen Staatssammlung München, Abhandlungen und Bestandskataloge, t. 1.

Harris S. et Veldmeijer A. J. (dir.)

2014, Why Leather? The material and cultural dimensions of leather, Actes du colloque de l’Archaeological Leather Group, Institute of Archaeology, université de Londres, 8 sptembre 2011, Leyde, Sidestone Press.

Helmig G., Ihrig B., Meyer L., Nicca M., Rast-Eicher A. et Schillinger F.

2003, « Frühmittelalterliche Grabfunde im Umkreis des Antikenmuseums in Basel », dans Rey T. (dir.), Archäologische Bodenforschung des Kantons Basel-Stadt, Bâle, Kanton Basel-Stadt, année 2001, p. 129-149.

Henri D.

2017, « Archéologie des textiles : présence, méthodologie, potentiel et résultats sur la nécropole de Ports-sur-Vienne (Indre-et-Loire) », dans Larminat S. de, Corbineau R., Corrochano A., Gleize Y. et Soulat J. (dir.), Rencontre autour de nouvelles approches de l’archéologie funéraire, Actes de la 6e Rencontre du Gaaf, Institut national d’histoire de l’art (Paris), 4-5 avril 2014, Reugny, Groupe d’anthopologie et d’archéologie funéraire, p. 187-194.

Hincker V. et Poirier A.

2013, « Le cimetière mérovingien de Manerbe (Calvados, Basse-Normandie). Reflet d’une petite communauté rurale du viie siècle », dans Lorren C. (dir.), La Gaule, le monde insulaire et l’Europe du Nord au haut Moyen Âge. Actualité de l’archéologie en Normandie (ve-xe s.), Actes des XXVIIe Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Caen, 29 septembre-1er octobre 2006, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, Mémoires, no XXVIII, p. 149-182.

Horisberger B., Müller K., Cueni A. et Rast-Eicher A.

2004, « Bestattungen des 6./7. Jh. aus dem früh- bis spätmittelalterlichen Gräberfeld Baar ZG-Zugerstrasse », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, vol. 87, p. 163-214.

Hundt H.-J.

1967, « Die Textilfunde », dans Paulsen P. (dir.), Alamannische Adelsgräber von Niederstotzingen (Kreis Heidenheim), Stuttgart, Müller & Gräff, Veröffentlichungen des Staatlichen Amtes für Denkmalpflege Stuttgart, série A, t. 12, p. 7-20.

1972, « Die Textilreste aus dem Reihengräberfriedhof von Donzdorf (Kr. Göppingen) », dans Neuffer E.-M. (dir.), Der Reihengräberfriedhof von Donzdorf, Stuttgart, Landesamt für Denkmalpflege, Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, t. 2, p. 97-108.

1978, « Die Textilreste », dans Paulsen P. et Schach-Dörges H. (dir.), Das alamannische Gräberfeld von Giengen an der Brenz (Kreis Heidenheim), Stuttgart, Landesamt für Denkmalpflege, Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, t. 10, p. 149-163.

1996, « Textilfunde », dans Helmuth H., Anker D. et Hundt H.-J. (dir.), Das Reihengräberfeld von Altenerding in Oberbayern, t. 2, Anthropologie, Damaszierung und Textilfunde, Mayence, Römisch-Germanische Komission des Deutschen Archäologischen Instituts, Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, série A, vol. 18, p. 154-190.

Jégo L., Carré F. et Adrian Y.-M.

2013, « Le cimetière de Capelle-les-Grands “Les Terres Noires” (Eure), ve-viiie siècles », dans Lorren C. (dir.), La Gaule, le monde insulaire et l’Europe du Nord au haut Moyen Âge. Actualité de l’archéologie en Normandie (ve-xe s.), Actes des XXVIIe Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Caen, 29 septembre-1er octobre 2006, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, Mémoires, no XXVIII, p. 137-148.

Jimenez F., Carré F. et Le Maho S.

2007, « Une sépulture exceptionnelle à Louviers (Haute-Normandie) à la charnière des ve et vie s. : réflexions autour de la restitution », dans Catteddu I., Vingo P. de et Nissen Jaubert A. (dir.), On the Road again, L’Europe en mouvement. Medieval Europe, Actes du 4e congrès international d’Archéologie médiévale et moderne, Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, 3-8 septembre 2007,http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/F.Jimenez%20et%20al..pdf

Jimenez F., Carré F. et Rast Eicher A.

2009, « Louviers, rue du Mûrier (Eure) : Trois cas de sépultures habillées du haut Moyen Âge », dans Bizot B. et Signoli M. (dir.), Rencontre autour des sépultures habillées, Actes du colloque du Gaaf, Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), 13-14 novembre 2008, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, p. 47-55.

Kissling C. et Ulrich-Bochsler S.

2006, Kallnach-Bergweg. Das frühmittelalterliche Gräberfeld und das spätrömische Gebäude : Bericht über die Grabungen von 1988-1989, Berne, Rub Media.

Lansival R.

2007, « La nécropole mérovingienne de Metzervisse (Moselle) », Revue archéologique de l’Est [en ligne], no 56, mis en ligne le 29 janvier 2009, consulté le 26 janvier 2016, URL : http://rae.revues.org/5022.

Laporte J.-P.

1988, Le trésor des saints de Chelles, Chelles, Société archéologique et historique de Chelles.

Legoux R.

2011, La nécropole mérovingienne de Bulles (Oise), Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, Mémoires, no XXIV, 2 vol.

Legoux R., Périn P. et Vallet F.

2006, Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine, dans Bulletin de liaison de l’Association française d’Archéologie mérovingienne, hors série, no 1.

Lelong C.

1976, « Sépulture mérovingienne de Perrusson (Indre-et-Loire) », Archéologie médiévale, no 6, p. 219-232.

Marti R.

1995, « Das Grab eines wohlhabenden Alamannen in Altdorf UR, Pfarrkirche St. Martin », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, t. 78, p. 83-130.

Martin M.

1991, « Tradition und Wandel der fibelgeschmückten frühmittelalterlichen Frauenkleidung », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, t. 38, p. 629-680.

1991-1994, « Späte Völkerwanderungszeit und Merowingerzeit auf dem Kontinent », dans Steuer H. (dir.), Fibel und Fibeltracht, Berlin-New York, De Gruyter, Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, n° 8, p. 541-582.http://archiv.ub.uni-heidelberg.de/propylaeumdok/3737/1/Martin_Fibel_und_Fibeltracht_1994.pdf

1996, « Die Menschen im Frühmittelalter », dans Furger A., Jäggi C., Martin M.et Windler R. (dir.), Die Schweiz zwischen Antike und Mittelalter. Archäologie und Geschichte des 4. bis 9. Jahrhunderts, Zürich, Neue Zürcher Zeitung, p. 185-214.

1997, « Kleider machen Leute. Tracht und Bewaffnung in fränkischer Zeit », dans Die Alamannen, catalogue d’exposition, Archäologisches Landesmuseum Baden-Württemberg, Stuttgart, 14 juin-14 septembre 1997, Stuttgart, Archäologisches Landesmuseum Baden-Württemberg, Theiss, p. 349-358.

2002, « Nadeln », dans Beck H., Geuenich B. et Steuer H. (dir.), Metuonis – Naturwissenschaftliche Methoden, Berlin, New York, De Gruyter, Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, no 20, p. 505-514.

Masurel H.

1982, « Les tissus antiques de l’âge des Métaux à l’époque mérovingienne : fabrication, gisements, traitements », Revue archéologique Sites, octobre-décembre, t. 13, p. 11-26.

2006, « Les restes textiles », dans Demolon P. (dir.), La nécropole mérovingienne de Hordain (Nord) vie-ixe siècles après J.-C., Douai, Communauté d’agglomération du Douaisis, direction de l’archéologie, collection Archaeologia duacensis, t. 20, p. 244-252.

Masurel H. et Meyer-Roudet H.

1991, « Les vestiges textiles d’Épiais-Rhus (Val-d’Oise) et de Maule (Yvelines) », Bulletin archéologique du Vexin français, no 24, p. 47-54.

Médard F.

2004, « Des vestiges de textiles conservés par l’oxydation », dans Schnitzler B. et Rohmer P. (dir.), Trésors mérovingiens d’Alsace. La nécropole d’Erstein (6e-7e siècle après J.-C.), catalogue d’exposition, musée archéologique de Strasbourg, 22 octobre 2004-31 août 2005, Strasbourg, Éditions Musées de Strasbourg, Fouilles récentes en Alsace, no 6, p. 34-36.

2007a, « Étude des vestiges textiles issus des sépultures mérovingiennes de la nécropole d’Hegenheim, 45 rue de Hésingue (France, Haut-Rhin). Rapport d’analyse », dans Billoin D. (dir.), Hegenheim « 45 rue de Hésingue », rapport de fouilles archéologiques préventives, déposé à la Drac Grand-Est (SRA), p. 214-233.

2007b, Restes textiles minéralisés sur une boucle de ceinture du ve siècle mise au jour à Dugny-sur-Meuse (Meuse), rapport d’analyse, déposé à la Drac Grand-Est (SRA).

2009, « Étude de vestiges textiles conservés par oxydation sur des objets métalliques issus des sépultures mérovingiennes de Matzenheim-Obergewann (Bas-Rhin) », dans Châtelet M. (dir.), Matzenheim, « Bodengewann » et Osthouse, « Galgen » (Bas-Rhin). Deux nécropoles mérovingiennes en limite de ban, rapport final d’opération archéologique, déposé à la Drac Grand-Est (SRA), vol. 1, p. 88-95.

2011, La nécropole de Roeschwoog « am Wasserturm » (Bas-Rhin). Textiles minéralisés sur le mobilier métallique. Analyse textile et identification des fibres, rapport d’étude, déposé à la Drac Grand-Est (SRA).

2015a, « Étude des restes textiles issus du cimetière. Analyse technique et identification des matériaux », dans Adrian Y.-M. (dir.), Val-de-Reuil, « Le Chemin aux Errants », zone C. rapport final d’opération, déposé à la Drac Normandie (SRA), vol. IV, t. 2, p. 707-741.

2015b, « Étude des textiles », dans Truc M.-C. (dir.), Pont-sur-Seine (Aube), La Gravière, site 1. De la nécropole mérovingienne au cimetière médiéval, rapport final d’opération, déposé à la Drac Grand-Est (SRA), vol. 2, p. 15-188.

2017a, « Restes de tissus minéralisés sur des objets métalliques issus des sépultures », dans Paresys C. et Truc M.-C. (dir.), Savigny-sur-Ardres : une nécropole mérovingienne en vallée de l’Ardre, Reims, Société archéologique champenoise, Bulletin de la Société archéologique champenoise, t. 107, 2014, no 1-3, p. 107-146.

2017b, « L’étude des vestiges textiles : histoire, problématiques, moyens et priorité. L’exemple des nécropoles mérovingiennes du nord de la France », dans Leroy I. et Verslype L. (dir.), Communauté des vivants, compagnie des morts, Actes des 35e journées de l’Association française d’archéologie mérovingienne, Douai, 9-11 octobre 2014, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, Mémoires, no XXXIII, p. 139-154

Médard F. et Moulhérat C.

2008, « Les textiles mérovingiens : état des recherches et nouvelles perspectives », dans Guillaume J. et Peytremann É. (dir.), L’Austrasie. Sociétés, économies, territoires, christianisation, Actes des XXVIe journées internationales d’archéologie mérovingienne, Nancy, 22-25 septembre 2005, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, Nancy, Presses universitaires de Nancy, p. 123-132.

Médard F., Rohmer P.et Moulhérat C.

2007, « Das merowingerzeitliche Gräberfeld von Erstein (6.-7. Jh. n. Chr.). Zur Untersuchung von mineralisierten Textilien an Fibeln », dans Rast-Eicher A. et Windler R. (dir.), Archäologische Textilfunde – Archaeological Textiles, Actes du 9e colloque North European Symposium for Archaeological Textiles, Braunwald, 18-21 mai 2005, Ennenda, Archeo Tex, p. 92-97.

Médard F., Rohmer P., Moulhérat C. et Guillaume J.

2006, « La nécropole mérovingienne d’Erstein (Bas-Rhin) : étude des textiles minéralisés au contact des fibules », Revue archéologique de l’Est, t. 55, p. 307-322.

Motteau J.

1985, « L’habillement de la sépulture mérovingienne de Perrusson (Indre-et-Loire) », Revue archéologique du Centre de la France, t. 24, fasc. 2, p. 256-257.

Moulhérat C.

2004a, Les vestiges textiles minéralisés découverts dans la nécropole d’Alésia « les Champs de l’Église » (Côte d’Or), rapport d’analyse CERTA/C2RMF, déposé à la Drac Grand-Est (SRA).

2004b, Les vestiges textiles de la nécropole mérovingienne de Crotenay (Jura), rapport d’analyse CERTA/C2RMF, déposé à la Drac Grand-Est (SRA).

2004c, Les vestiges textiles minéralisés découverts dans la nécropole de Preny « Bois Lasseau » (Meurthe-et-Moselle), rapport d’analyse CERTA/C2RMF, déposé à la Drac Grand-Est (SRA).

2005a, Les vestiges textiles minéralisés découverts dans la nécropole de Largillay, « Sur le Marteret » (Jura), rapport d’analyse CERTA/C2RMF, déposé à la Drac Grand-Est (SRA).

2005b, Les vestiges minéralisés découverts dans la nécropole de Chasseneuil (Vendée). Résultats et interprétation des analyses, rapport d’analyse CERTA/C2RMF, déposé à la Drac Pays de la Loire (SRA).

2005c, Les vestiges textiles de la nécropole d’Erstein « Limerscheimer Weg » (Bas-Rhin), rapport d’analyse CERTA/C2RMF, déposé à la Drac Grand-Est (SRA).

2007, L’identification des fibres textiles de la nécropole mérovingienne de Saint-Dizier, RN 4, « La Tuilerie », (Haute-Marne). Résultats et interprétations des analyses, rapport d’analyse CERTA/C2RMF, déposé à la Drac Grand-Est (SRA).

2010, « Analyse des restes de tissus conservés sur les objets restaurés (221/4-235/9) », dans Paresys C. (dir.), Savigny-sur-Ardres, Marne, « la Croix Cassée », fouille d’un cimetière mérovingien, rapport final d’opération, déposé à la Drac Grand-Est (SRA), vol. 1, p. 160-164.

Müller K.

2010, Gräber, Gaben, Generationen. Der frühmittelalterliche Friedhof (7. Jahrhundert) von der Früebergstrasse in Baar (Kanton Zug), Bâle, Archéologie Suisse, Antiqua, t. 48, 2 vol.

Nowak-Böck B.

2010, « Bewahren und Erfassen. Anmerkungen zum Umgang mit mineralisierten Strukturen auf Metallen in der Denkmalpflege », dans Andersson Strand E., Gleba M., Mannering U., Munkholt C. et Ringgaard M. (dir.), North European Symposium for Archaeological Textiles X, Actes du 10e colloque North European Symposium for Archaeological Textiles, mai 2008, Copenhague, Oxford, Oxbow Books, Ancient Textiles Series, no 5, p. 174-180.

Nowak-Böck B. et Looz G. von

2013, « Organische Materialien », dans Haas-Gebhard B. et Fehr H. (dir.), Unterhaching, eine Grabgruppe der Zeit um 500 n. Chr. bei München, Munich, Archäologischen Staatssammlung München, Abhandlungen und Bestandskataloge, t. 1, p. 156-185.

Nowak-Böck B., Peek C. et Pfeifer-Schäller I.

2003, « Zur Untersuchung archäologischer Textilien mittels 3D-Computertomographie », Beiträge zur Erhaltung von Kunst- und Kulturgut, no 2005-1, p. 134-147.

Nowak-Böck B. et Voß H.

2014, Leitfaden zur Installation und Anwendung des Kartierungssystems des BLfD für organische Materialien an Metallen und in Blockbergungen, Munich, Bayerischen Landesamt für Denkmalpflege, URL : http://www.blfd.bayern.de/medien/kartierungssystemorganik-erlaeuterung.pdf.

Paulsen P.

1992, Die Holzfunde aus dem Gräberfeld bei Oberflacht und ihre kulturhistorische Bedeutung, Stuttgart, Theiss, Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, t. 41, vol. 2.

Peek C. et Nowak-Böck B.

2007, « 3D-Computertomographie. Neue Möglichkeiten zur Untersuchung archäologischer Textilien », dans Rast-Eicher A. et Windler R. (dir.), Archäologische Textilfunde – Archaelogical Textiles, Actes du 9e colloque North European Symposium for Archaeological Textiles, Braunwald, 18-21 mai 2005, Ennenda, ArcheoTex, p. 79-85.

Périn P.

2008, « L’évolution du costume », Histoire et Images médiévales, t. 20, juin-juillet, p. 38-45.

2009, « La reconstitution du costume d’Arégonde. Nouvelles propositions », dans Bayard D. et Nice A. (textes réunis par), Les apports de l’expérimentation à l’archéologie mérovingienne, Actes des XXIXe journées internationales d’archéologie mérovingienne, musée des Temps Barbares, Marle (Aisne), 26-28 septembre 2008, Revue Archéologique de Picardie, année 2009, vol. 1-2, p. 69-75.

2015, « Portrait posthume d’une reine mérovingienne. Arégonde (c. 580), épouse de Clotaire Ier (c. 561), et mère de Chilpéric Ier (c. 584) », dans Le corti nell'alto Medioevo, 62e semaine d’étude de la Fondazione centro italiano di studi sull'alto medioevo, Spolète, 24-29 avril 2014, Spolète, Fondazione centro italiano di studi su'll alto Medioevo, p. 1001-1048.

Périn P., Calligaro T., Poirot J.-P., Vallet F., Gallien V., Buchet L., Darton Y., Rucker C. et Rast-Eicher A.

2008, « Le costume d’Arégonde revisité », Histoire et Images médiévales, t. 20, juin-juillet, p. 46-49.

Périn P. et Wamers E.

2013, « Die Bestattung in Sarkophag 49 unter der Basilika von Saint-Denis », dans Wamers E. et Périn P. (dir.), Königinnen der Merowinger (reines des mérovingiens), Adelsgräber aus den Kirchen von Köln, Saint-Denis, Chelles und Frankfurt am Main, catalogue d’exposition, Musée archéologique de Francfort, 12 novembre-24 février 2013, Regensburg, Schnell et Steiner, p. 100-121.

Pilet C., Alduc-le-Bagousse A., Blondiaux J., Buchet L., Grévin G. et Pilet-Lemière J.

1990, « Les nécropoles de Giberville (Calvados). Fin du ve siècle-fin du viie siècle après J.-C. », Archéologie médiévale, t. 20, p. 3-140.

Pillard-Jude C.

2004, « Des fourreaux d’épées remarquablement conservés », dans Trésors mérovingiens d’Alsace. La nécropole d’Erstein (6e-7e siècle après J.-C.), catalogue d’exposition, musée archéologique de Strasbourg, 22 octobre 2004-31 août 2005, Strasbourg, Éditions Musées de Strasbourg, Fouilles récentes en Alsace, no 6, p. 54-55.

Pion C.

2012, « Bijoux et parures vestimentaires à l'époque mérovingienne (ve-viiie s.) », dans Cattelain P., Bozet N. et Vincenzo Di Stazio G. (dir.), La parure de Cro-Magnon à Clovis. Il n’y a pas d’Âge(s) pour se faire beau, Treignes, Éditions du Cedarc, p. 165-176.

Piton D.

1985, La nécropole de Nouvion-en-Ponthieu, dans Dossiers archéologiques, historiques et culturels du Nord et du Pas-de-Calais, t. 20.

Piton D. et Schuler R.

1981, « La nécropole de Nouvion-en-Ponthieu (Somme), ive-viie siècle. Rapport préliminaire », Cahiers archéologiques de Picardie, no 8, p. 217-274.

Proust C.

2009, « Méthodologie d’étude des restes organiques minéralisés », dans Bizot B. et Signoli M. (dir.), Rencontre autour des sépultures habillées, Actes du colloque du Gaaf, Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), 13-14 novembre 2008, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, p. 103-109.

Rast-Eicher A.

2001a, Bösingen, Textilkatalog, rapport d’étude, déposé au canton de Fribourg (Service archéologique).

2001b, Die frühmittelalterlichen Textilien des Kantons Baselland, rapport d’étude, déposé au canton Bâle-Campagne (Service archéologique).

2002a, « Textilfunde », dans Burzler A., Höneisen M., Leicht J. et Ruckstuhl B. (dir.), Das frühmittelalterliche Schleitheim. Siedlung, Gräberfeld und Kirche, Schaffhouse, Baudepartement des Kantons Schaffhausen, Schaffhauser Archäologie, no 5, vol. 1, p. 211-228.

2002b, « Römische und frühmittelalterliche Gewebebindungen », dans Windler R. et Fuchs M. (dir.), De l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge (300-800) – Kontinuität und Neubegin, Actes du colloque de Berne, 23-24 mars 2001, Bâle, Archéologie Suisse, Antiqua, t. 35, p. 115-124.

2003a, « Frühmittelalterliche Umhänge aus Frauengräbern der Nord- und Nordostschweiz », dans Bender-Jørgensen L., Bank-Burgess J. et Rast-Eicher A. (dir.), Textilien aus Archäologie und Geschichte, Festschrift für Klaus Tidow, Neumünster, Wachholtz, p. 112-131.

2003b, « Die Rekonstruktion der Gewänder aus Schleitheim », Archéologie Suisse, t. 26, vol. 3, p. 44-45.

2004a, Portejoie, Tournedos : textiles et autres matériaux organiques, rapport d’étude, déposé à la Drac Normandie (SRA).

2004b, « Early Medieval Costume in Switzerland », dans Maik J. (dir.), Priceless invention of humanity – Textiles, Actes du 8e colloque North European Symposium for Archaeological Textiles, Lodz, 8-10 mai 2002, Lodz, Łódzkie Towarzystwo Naukowe, Varsovie, Institut d’archéologie et d’ethnologie de l’Académie polonaise des sciences, Acta Archaeologica Lodzensia, 50-1, p. 17-21.

2007, Köniz Nieder- und Oberwangen : Leder und Textilien, rapport d’étude, déposé au canton de Berne (Service archéologique).

2008a, « Textiles », dans Carré F. et Jimenez F. (dir.), Louviers (Eure) au haut Moyen Âge. Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, Mémoires, no XVIII, p. 85-92.

2008b, « Die Textilien », dans Ramstein M. et Hartmann C. (dir.), Langenthal, Unterhard. Gräberfeld und Siedlungsreste der Hallstatt- und Latènezeit, der römischen Epoche und des Frühmittelalters, Berne, Rub Media, p. 166-183.

2009, « La fouille de textiles et cuirs », dans Bizot B. et Signoli M. (dir.), Rencontre autour des sépultures habillées, Actes du colloque du Gaaf, Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), 13-14 novembre 2008, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, p. 97-102.

2010a, « Leder, Fell, Textilien und andere organische Reste », dans Müller K. (dir.), Gräber, Gaben, Generationen. Der frühmittelalterliche Friedhof (7. Jahrhundert) von der Früebergstrasse in Baar (Kanton Zug), Bâle, Archéologie Suisse, Antiqua, t. 48, vol. 1, p. 145-203.

2010b, « Garments for a queen. First results of the new investigation on the merowingian grave of Queen Arnegundis », dans Andersson Strand E., Gleba M., Mannering U., Munkholt C. et Ringgaard M. (dir.), North European Symposium for Archaeological Textiles X, Actes du 10e colloque North European Symposium for Archaeological Textiles, mai 2008, Copenhague, Oxford, Oxbow Books, Ancient Textiles Series, no 5, p. 208-210.

2012a, « Textilien, Leder und weitere organische Reste », dans Windler R. (dir.), Ein Gräberfeld des 5.-7. Jahrhunderts bei Flaach (ZH), Zürich, Egg, Baudirektion Kanton Zürich, Zürcher Archäologie, vol. 29, p. 56-77.

2012b, Poses-La Plaine (Eure) : étude des objets avec matières organiques, rapport d’étude, déposé à la Drac Normandie (SRA).

2014a, « Speciality fibres for special textiles », dans Bergerbrant S. et Fossøy S. H. (dir.), A stitch in time… Essays in honour of Lise Bender Jørgensen, Göteborg, université de Göteborg, Gotarc series A, vol. 4, p. 43-62.

2014b, Estagel, Les textiles, rapport d’étude, déposé au Musée d’archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye.

2016a, Fibres. Microscopy of Archaeological Fibres and Fur, Budapest, éd. Archaeolingua.

2016b, Sarcelles. Déterminations des fibres. rapport d’étude, déposé à la Drac Île-de-France (SRA).

2016c, Dielsdorf-Breistel/Wydacker : Textilien Leder und anderes organisches Material, rapport d’étude, déposé au canton de Zürich (Service archéologique).

2016d, Fehraltorf : Textilien, Leder und Fell, rapport d’étude, déposé au canton de Zürich (Service archéologique).

2017, « Textilien und Leder », dans Graenert G., Der frühmittelalterliche Friedhof von Riaz/Tronche-Bélon (Freiburg/Schweiz), Die Ausgrabungen von 1974 bis 1976, Freiburg, Academic Press, Archéologie Fribourgeoise / Freiburger Archäologie, n° 25, p. 116-126.

À paraître a, « Les restes de textiles et fourrures », dans Truc M.-C. (dir.), Trois sépultures mérovingiennes d’exception à Saint-Dizier « la Tuilerie » (Haute-Marne).

À paraître b, « Les textiles et fourrures des sépultures mérovingiennes de Saint-Denis/Paris », dans Périn P. (dir.), Les tombes mérovingiennes de la Basilique de Saint-Denis. Fouilles d’Édouard Salin (1953-1954 et janvier-février 1957) et de Michel Fleury (1957-1981). Nouvelles recherches, (1999-2015).

Rast-Eicher A. et Vanden Berghe I.

2015, « Altrier (LUX): A fresh look at the textiles », dans Grömer K. et Pritchard F. (dir.), Aspects of the Design, Production and Use of Textiles and Clothing from the Bronze Age to the Early Modern Era, Actes du 12e colloque North European Symposium for Archaeological Textiles, Hallstatt, 21-24 mai 2014, Budapest, Archaeolingua Foundation, Archaeolingua Main Series, no 33, p. 117-123.

Rast-Eicher  A. et Volken M.

2008, « Modes vestimentaires en Gaule mérovingienne », Histoire et Images médiévales, t. 20, juillet-août, p. 36-56.

2009, « Découvertes inédites sur les Mérovingiens », Histoire et Images médiévales, t. 25, avril-mai, p. 14-27.

Rast-Eicher A., Windler R. et Mannering U.

1995, « Nessel und Flachs – Textilfunde aus einem frühmittelalterlichen Mädchengrab in Flurlingen (Kanton Zürich) », Archéologie suisse, no 18, vol. 4, p. 155-161.

Reifarth N., Teegen W.-R., Boenke N. et Wiethold J.

2006, « Das spätantike Grab 279 aus St. Maximin in Trier. Textiltechnologische, anthropologische und archäobotanische Untersuchungen », Funde und Ausgrabungen im Bezirk Trier, no 38, p. 58-70.

Salin É.

1922, Le Cimetière barbare de Lezéville. Mobilier funéraire et art décoratif francs, d’après les fouilles exécutées par M. Édouard Salin, Nancy, Paris, Strasbourg, Berger-Levrault.

1952, La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire, Paris, Picard, 4 vol.

1960, « Les tombes gallo-romaines et mérovingiennes de la basilique de Saint-Denis (fouilles de janvier-février 1957) », Mémoires de l’Institut national de France, t. 44-1, p. 169-291.

Sapin C. et Vallet F. (dir.)

2011, Aux origines de Saint-Quentin. De la tradition littéraire à la réalité archéologique, catalogue d’exposition, musée Antoine Lécuyer, Saint-Quentin, 16 novembre 2011-13 février 2012, Deauville, Librairie des musées.

Schiek S.

1992, Das Gräberfeld der Merowingerzeit bei Oberflacht, Stuttgart, Theiss, Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, t. 41, vol. 1.

Schneebauer-Meißner I., Nowak-Böck B. et Grundmann G.

2013, « Goldtextilien. Technische Beobachtungen », dans Haas-Gebhard B. et Fehr H. (dir.), Unterhaching, eine Grabgruppe der Zeit um 500 n. Chr. bei München, Munich, Archäologischen Staatssammlung München, Abhandlungen und Bestandskataloge, t. 1, p. 110-124.

Segard M.

2017, « Le mausolée antique de Jaunay-Clan (Vienne) : protocole d’étude de sépultures en milieu clos », dans Larminat S. de, Corbineau R., Corrochano A., Gleize Y. et Soulat J., Rencontre autour de nouvelles approches de l’archéologie funéraire, Actes de la 6e Rencontre du Gaaf, Institut national d’histoire de l’art (Paris), 4-5 avril 2014, Reugny, Groupe d’anthopologie et d’archéologie funéraire, p. 195-199.

Siegmüller A.

2011, « Leichentücher und Federstreuungen. Das frühmittelalterliche Gräberfeld von Dunum als Spiegel politisch-religiöser Wandlungen des 7.-10. Jharhunderts im Küstenraum », dans Panhuysen T. A. S. M. (dir.), Transformations in North-Western Europe (AD 300-1000), Actes du 60e colloque Internationales Sachsensymposion, Maastricht, 19-23 septembre 2009, Hannovre, Musée d’État de Basse-Saxe, Neue Studien zur Sachsenforschung, t. 3, p. 239-250.

Simmer A.

1988, Le cimetière mérovingien d’Audun-le-Tiche (Moselle), Paris, Association française d’archéologie mérovingienne, Mémoires, t. II, Paris, Errance, Archéologie Aujourd’hui, Moyen Âge, t. 1.

Tegel W.

2004, « Les restes de bois sur des objets en métal d’Erstein », dans Trésors mérovingiens d’Alsace. La nécropole d’Erstein (6e-7e siècle après J.-C.), catalogue d’exposition, musée archéologique de Strasbourg, 22 octobre 2004-31 août 2005, Strasbourg, Éditions Musées de Strasbourg, Fouilles récentes en Alsace, no 6, p. 84-86.

Theune-Großkopf B.

2003, « Herausragende Holzobjekte aus Grab 58 von Trossingen, Kreis Tuttlingen », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, année 2002, p. 151-154.

2006, « Die vollständig erhaltene Leier des 6. Jahrhunderts aus Grab 58 von Trossingen, Ldkr. Tuttlingen, Baden-Württemberg », Germania, t. 84, vol. 1, p. 93-142.

Truc M.-C.

1998, « Les fibules ansées symétriques en Normandie », Archéologie médiévale, t. 27, p. 1-58.

Verhecken-Lammens C.

1994, « Two Coptic wool tunics in the collection of the Abegg-Stiftung: a detailed analysis of the weave techniques used », Riggisberg, Varia 1994, Riggisberger Berichte, t. 2, p. 73-103.

Volken M.

2009a, « Un nouveau regard sur le costume d’Arégonde », Histoire et Images médiévales, no 25, p. 22-23.

2009b, « La ceinture d’Arégonde », Histoire et Images médiévales, no 25, p. 20-21.

2014, Archaeological Footwear. Development of shoe patterns and styles from Prehistory till the 1600’s, Zwolle, Stichting Promotie Archeologie.

Walton Rogers P.

1998, « Cotton in a Merovingian Burial in Germany », Archaeological Textiles Newsletter, no 27, p. 12-14.

2007, Cloth and clothing in Early Anglo-Saxon England, AD 450-700, York, Council for British Archaeology.

Werner J.

1977, « Die Gräber aus der Krypta. Grabung 1961/1962 », dans Werner J. (dir.), Die Ausgrabungen in St. Ulrich und Afra in Augsburg, 1961-1968, München, C. H. Beck, Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, no 23, p. 141-189.

Windler R.

1994, Das Gräberfeld von Elgg und die Besiedlung der Nordostschweiz im 5.-7. Jh., Zürich, Egg, Fotorotar, Berichte Zürcher Denkmalpflege, Monographien, t. 13.

2012, Ein Gräberfeld des 5.-7. Jahrhunderts bei Flaach (ZH), Zürich, Egg, Baudirektion Kanton Zürich, Zürcher Archäologie, vol. 29.

Windler R. et Rast-Eicher A.

2012, « Beobachtungen zur Tracht (zweite Hälfte 5. Jh. / um 500) », dans Windler R. (dir.), Ein Gräberfeld des 5.-7. Jahrhunderts bei Flaach (ZH), Zürich, Egg, Baudirektion Kanton Zürich, Zürcher Archäologie, vol. 29, p. 84-87.

Wolf R.

1998, « Schreiner, Drechsler, Böttcher und Instrumentenbauer. Holzhandwerk im Frühen mittelalter », dans Die Alamannen, catalogue d’exposition, Archäologisches Landesmuseum Baden-Württemberg, Stuttgart, 14 juin-14 septembre 1997, Stuttgart, Archäologisches Landesmuseum Baden-Württemberg, Theiss, p. 379-388.

Haut de page

Notes

1 L’article développe les propos d’un premier bilan (Carré, Rast-Eicher, Bell et al. 2015b).

2 Dürrich et Menzel 1847 ; Paulsen 1992.

3 Cochet 1857, p. 239.

4 Ibid., p. 175 et 184, à Envermeu (Seine-Maritime).

5 Salin 1922 ; Id. 1952, p. 129, à Lezéville (Haute-Marne).

6 Doppelfeld 1960 ; Id. 1964 ; Werner 1977, p. 141-151.

7 Salin 1960.

8 Catalogues dans les monographies des nécropoles d’Altenerding (Allemagne, Bavière ; Hundt 1996), de Niederstotzingen (Allemagne, Bade-Wurtemberg ; Id. 1967) ou de Giengen an der Brenz (Allemagne, Bade-Wurtemberg ; Id. 1978).

9 Par exemple Clauß 1987 ; Martin 1991 ; Id. 1991-1994 ; Id. 1997 ; Id. 2002.

10 Créé en 1950.

11 Fleury 1979, p. 24-26 ; Fleury et France-Lanord 1998.

12 Ibid.

13 Périn, Calligaro, Poirot et al. 2008 ; Périn 2009 ; Id. 2015.

14 Démians d’Archimbaud 1971, p. 94 et 108.

15 Boyer et Fattori 1976 ; Boyer, Arnaud, Fattori et al. 1987, p. 44, 45 et 91.

16 Lelong 1976.

17 Ibid., fig. 8 ; Motteau 1985.

18 Les fragments, conservés à Tours, ont été réétudiés par A. Rast-Eicher en 2010, avec détermination des fibres au MEB. La trame est en laine et la chaîne est constituée de fils retors dont la matière n’est plus déterminable. Il semble y avoir des changements de direction des fils de trame, ce qui est caractéristique des tapisseries.

19 Cela n'a pas pu être confirmé en 2010.

20 Simmer 1988, p. 49 et 136-137.

21 Fondée par des historiens de l'art, conservateurs dans de grands musées possédant des collections de textiles anciens réunis pour leurs décors.

22 Legoux 2011, vol. 1, p. 165-178.

23 Masurel et Meyer-Roudet 1991.

24 Masurel 2006.

25 Piton 1985, p. 277-281.

26 Demolon, Blondiaux, Compagnon et al. 2006, p. 32.

27 Legoux 2011, vol. 1, p. 69.

28 Masurel 1982.

29 Ferdière 1984, p. 245.

30 Bender-Jørgensen 1992.

31 Farke 1991 ; Bartel et Knöchlein 1993 ; ces deux restauratrices ont mentionné très tôt la présence de brides pour fixer les petites fibules et les fibules ansées.

32 C’est à dire orientées selon l’axe du corps.

33 Bader, Windler et Rast-Eicher 2002.

34 Kissling et Ulrich-Bochsler 2006.

35 Service cantonal d’archéologie de Zurich.

36 Étude des restes organiques de 17 tombes (Bader, Windler et Rast-Eicher 2002, p. 67-82).

37 Étude des restes organiques de 24 tombes (Windler 2012).

38 Étude des restes organiques de 15 tombes (Horisberger, Müller, Cueni et al. 2004).

39 Étude des restes organiques de 213 tombes (Müller 2010).

40 Par exemple dans le Bade-Wurtemberg à Lauchheim (Banck 1998) et en Bavière à Waging am See (Bartel et Knöchlein 1993, 1 tombe) et Unterhaching (Haas-Gebhard et Fehr 2013, 9 tombes avec mobilier).

41 Müller 2010, vol. 1, p. 128-133 ; voir également : Nowak-Böck 2010.

42 Nowak-Böck et Voß 2014.

43 Rast-Eicher 2009.

44 Exemples dans Rast-Eicher 2009.

45 Landesamt für Denkmalpflege Baden-Württemberg, Esslingen am Neckar.

46 Le procédé nécessite un logiciel spécifique et du matériel informatique très performant.

47 Nowak-Böck, Peek et Pfeifer-Schäller 2003 ; Peek et Nowak-Böck 2007.

48 Un exemple inédit à Riaz, Tronche-Bélon (Suisse, canton de Fribourg ; Rast-Eicher 2017) et un autre à Schleitheim (Suisse, canton de Schaffhausen ; Burzler, Höneisen, Leicht et al. 2002, vol. 1, p. 231).

49 Horisberger, Müller, Cueni et al. 2004, p. 183.

50 C'est-à-dire que les ceintures ne sont pas portées, ni les fourreaux qui y sont suspendus.

51 Bader, Windler et Rast-Eicher 2002, p. 83.

52 Graenert et Rast-Eicher 2003, p. 168.

53 Banck 1998 ; Rast-Eicher 2012a, p. 73.

54 La littérature est abondante à ce sujet, voir par exemple Martin 1991 ; Id. 1991-1994 ; Id. 1997.

55 Voir entre autres : Windler et Rast-Eicher 2012 ; Amrein, Rast-Eicher et Windler 1999 ; Rast-Eicher et Volken 2008 ; Id. 2009 ; Rast-Eicher 2003a.

56 Farke 1991 ; Rast-Eicher 2002; Helmig, Ihrig, Meyer et al. 2003, p. 138-139 et 141 ; Rast-Eicher 2012a, p. 73.

57 Bartel et Knöchlein 1993 ; Rast-Eicher 2012a, p. 58, 68 et 74-77 ; Burzler, Höneisen, Leicht et al. 2002, vol. 1, p. 227 ; Nowak-Böck et Looz 2013, p. 162-164 ; Farke 1991 ; Rast-Eicher 2002a, p. 227.

58 Martin 1991.

59 Rast-Eicher 2009, p. 102.

60 Id. 2012a, p. 56-57 et 73 ; Bader, Windler et Rast-Eicher 2002, p. 75-82.

61 Rast-Eicher 2009, p. 100, tombe 213.

62 Id. 2010a, p. 160-164.

63 Müller 2010, vol. 1, p. 398-399.

64 Ibid., p. 278-289.

65 Hormis des bois de coffrages, cercueils et sarcophages monoxyles (Carré et Henrion 2012).

66 Bizot et Signoli 2009.

67 Médard et Moulhérat 2008 ; Médart 2017b.

68 Par exemple : Moulhérat 2004a ; Id. 2004b ; Id. 2005a ; Id. 2005b ; Id. 2005c ; Id. 2007 ; Id. 2010 ; Médard 2007a ; Id. 2007b ; Id. 2009 ; Id. 2011 ; Id. 2015a ; Id. 2015b ; Rast-Eicher 2004a ; Id. 2012b ; Id. 2014b.

69 Comme celles des sites de Largillay-Marsonnay (Jura ; Billoin, Gaillard de Sémainville et Moulhérat 2006), Saint-Dizier (Haute-Marne ; Rast-Eicher à paraître a), Metzervisse (Moselle ; Lansival 2007, VI.4), Erstein (Bas-Rhin ; Médard, Rohmer, Moulhérat et al. 2006 ; Médard, Rohmer et Moulhérat 2007 ; Médard 2004) et Savigny-sur-Ardres (Marne ; Id. 2017a) ; pour des considérations générales sur l’intérêt des restes textiles à propos d’un site antique : Henri 2017.

70 Billoin, Châtelet, Médard et al. 2004.

71 Pillard-Jude 2004 ; Tegel 2004.

72 Exemples dans Rast-Eicher 2012b, p. 1.

73 Id. 2008a.

74 Carré et Jimenez 2008, p. 81-92 ; Jimenez, Carré et Rast Eicher 2009.

75 Jimenez, Carré et Le Maho 2007.

76 Rast-Eicher 2004a ; Id. 2012b.

77 Conservé au musée Alfred-Bonno de Chelles (Seine-et-Marne) ; Laporte 1988.

78 Rast-Eicher 2002a, p. 215, fig. 133 ; Id. 2004b.

79 Boisson et Follain 2014 ; Boisson, Tarcy et Drieu 2016 ; Boisson 2015 ; Id. 2017.

80 D’après René Legoux (Id. 2015, vol. 5, p. 36-40).

81 Carré et Jimenez 2008, p. 152.

82 Deux sarcophages antiques mis au jour à Naintré (Vienne) ont livré des restes fabuleux et la fouille a montré combien les témoins pouvaient être éphémères à partir de l’enlèvement du couvercle, avec, en particulier, la disparition rapide des couleurs des tissus (Desrosiers 2000). Voir également le protocole d’intervention décrit dans Segard 2017.

83 Leur repérage peut être facilité par l’utilisation de lunettes loupes (coût très modéré) laissant les mains libres et offrant un grossissement de 3,5 fois.

84 L'utilisation de planches en bois a été testée à Harfleur : elles pourrissent très rapidement.

85 Définition dans Proust 2009.

86 Trois jours en 2013, quatre en 2014 et un en 2015.

87 Pour les fibres autres que la soie, le diamètre des fils est une information importante qui ne fait malheureusement pas partie de la méthode d’enregistrement préconisée par le Ciéta.

88 Rast-Eicher 2016a.

89 Müller 2010, vol. 1, fig. 112.

90 Médard 2007a.

91 Rast-Eicher 2016a, fig. 146.

92 Id. 2014a.

93 Id. 2016a.

94 Ibid., p. 141-146 et 150-157.

95 Ibid., p. 281.

96 Attesté par exemple à Dielsdorf (Suisse, canton de Zurich) au haut Moyen Âge (Ibid., p. 100-101).

97 Comme dans une tombe de Flurlingen (Rast-Eicher, Windler et Mannering 1995).

98 Cette fibre a probablement été identifiée à Lauchheim (Allemagne) dans une tombe du vie siècle (Walton Rogers 1998). Pour la détermination et l'historique des fibres végétales, voir Rast-Eicher 2016a, p. 73-106.

99 Bender-Jørgensen 1992, p. 136-142.

100 Rast-Eicher 2002a, p. 215, fig. 133 ; Id. 2003a ; Id. 2004a ; Id. 2010a, p. 171 ; Cardani Vergani, Amrein et Boissonas 2003, p. 18, fig. a ; toile de lin qui recouvre le cercueil de Geispolsheim (Haut-Rhin ; Billoin, Châtelet, Médard et al. 2004).

101 Carré et Jimenez 2008, fig. 65.

102 C'est-à-dire des fils assemblés entre eux par une torsion, en général inverse à la leur. La majuscule correspond à la première torsion.

103 Rast-Eicher à paraître b.

104 Le satin n'apparaît qu'au bas Moyen Âge.

105 À Köniz, Oberwangen (Suisse, canton de Berne ; Id. 2007) et Bösingen (Suisse, canton de Fribourg ; Id. 2001a).

106 Attestée au viie siècle, dans la tombe 36 de Aesch (Suisse, canton de Bâle-Campagne ; Id. 2001b).

107 Id. 2002b ; Id. 2016d, fig. 20.

108 Id. à paraître b.

109 Id. 2012a, p. 72.

110 Windler 1994, p. 108.

111 Banck 1998, tombe 974.

112 Carré et Jimenez 2008, p. 88-90, tombe 118.

113 Desrosiers et Rast-Eicher 2013.

114 Grömer 2010, p. 107.

115 Comme par exemple Moulhérat 2007, p. 11.

116 Carré et Jimenez 2008, p. 90, pendeloque de la tombe 107.

117 Par exemple pour le vêtement tenu par la petite fibule de la sépulture 107 de Louviers (Ibid., fig. 60).

118 Rast-Eicher 2003a, fig. 5 ; la publication du cas de Marktoberdorf précise qu’il s’agit d’un textile en laine, mais les analyses au MEB n'étaient pas possibles à l'époque ; le changement de filage ainsi que les fils de section carrée indiquent l’utilisation de lin ou de chanvre.

119 Id. à paraître b.

120 Banck 1998, p. 122 ; Rast-Eicher 2008b, fig. 240 et 241.

121 Par exemple à Saint-Denis, dans la tombe 49, un galon avec un décor en soie (triple fils) broché (Id. 2010b) ; des galons brochés avec des fils d'or à Unterhaching (Schneebauer-Meißner, Nowak-Böck et Grundmann 2013, avec reconstitutions p. 121-122 et analyses des lames d'or) ou Saint-Denis (Rast-Eicher à paraître b) ; les fils d'or sont constitués de fines lames de feuilles d’or utilisées telles quelles, sans les tordre, ou enroulées autour d’un fil de soie.

122 Laporte 1988, p. 74.

123 Bender-Jørgensen 1992, fig. 179 ; Id. 1988 ; Graenert et Rast-Eicher 2003.

124 Rast-Eicher 2010b.

125 Id. 2016a, p. 273-276.

126 Id. 2010a, fig. 109.

127 Grassmann 1944, p. 345-354 ; Harris et Veldmeijer 2014 ; Carré, Adrian, Biard et al. 2015a, fig. 6 et 10.

128 Müller 2010, vol. 1, p. 392.

129 Carré et Jimenez 2008, fig. 68.

130 Volken 2009a.

131 Rast-Eicher 2010a, fig. 115.

132 Au haut Moyen Âge, les chaussures ne sont pas fermées par des boucles, comme cela a été démontré pour le site de Baar, Früebergstraße (Müller 2010, vol. 1, p. 306-307).

133 Périn et Wamers 2013, p. 114.

134 Maintenant facilitées par un atlas (Rast-Eicher 2016a).

135 À Saint-Denis : Ibid., p. 194, fig. 213 ; Id. à paraître b.

136 Id. 2016a, p. 158.

137 Ibid., p. 152, 184, 181, 195 et 159.

138 Ibid., fig. 78 et 79.

139 Id. 2008b, p. 172 ; Pillard-Jude 2004.

140 Day 1966.

141 Comme à Elgg (Suisse, canton de Zurich ; Windler 1994) ou Munningen (Allemagne, Bavière).

142 Hundt 1972 ; Siegmüller 2011.

143 Carré et Henrion 2012.

144 Paulsen 1992 ; Wolf 1998.

145 Ibid.

146 Theune-Großkopf 2006.

147 Marti 1995.

148 Werner 1977, p. 147.

149 Fleury et France-Lanord 1998.

150 Bader, Windler et Rast-Eicher 2002, p. 73-74.

151 Müller 2010, vol. 1, p. 161-164 et 372-374.

152 Ibid., vol. 1, p. 207 et 371.

153 Exemples à Saint-Denis (Fleury et France-Lanord 1998, vol. I, p. 75) et Lauchheim (Banck 1998).

154 Exemples à Baar, Früebergstraße (Rast-Eicher 2010a, p. 161) ; et Flurlingen (Bader,Windler et Rast-Eicher 2002).

155 Ces sarcophages du viie siècle ne sont pas publiés.

156 Carré et Jimenez 2008, p. 83.

157 Graenert et Rast-Eicher 2003, p. 168.

158 Comme à Lauchheim (Banck 1998).

159 Rast-Eicher 2012a, fig. 96a et b.

160 Corbineau 2014, p. 396-403.

161 Ibid., p. 425-459.

162 Fleury et France-Lanord 1998, vol. II, p. 105.

163 Rast-Eicher à paraître b.

164 Id. 2008a, p. 90 et 92.

165 Horisberger, Müller, Cueni et al. 2004, p. 183. Exemple de paquet identifié par un « fil » enroulé autour d'une plaque de ceinture à Bulles (Legoux 2011, vol. 1, p. 165, tombe 775).

166 Carré et Jimenez 2008, p. 95.

167 Rast-Eicher 2004a.

168 Windler 2012, p. 58-68 ; Bartel et Knöchlein 1993, p. 428-438 ; Walton Rogers 2007, p. 100. Une bride a été repérée récemment par M. Drieu sur une fibule ansée symétrique du viie siècle à Val-de-Reuil (Eure), le Chemin aux Errants, tombe 4396 (identification confirmée par A. Rast-Eicher, pas de mention dans Médart 2015a).

169 Rast-Eicher 2002a, p. 222.

170 Id. 2009, p. 100.

171 Id. 2012a, p. 60-72.

172 Id. 2004a.

173 Id. 2012b, p. 11 ; tombe 171, fibules ansées symétriques de 4,3 cm de long, 22 à 24 fils par cm ; tombe 140, fibules ansées symétriques de 3,7 cm de long, Ø des fils : 0,5 à 0,7 mm.

174 Médard 2015a.

175 Rast-Eicher 2012a, p. 75, tab. 119a et b.

176 Fragmentaires.

177 Boisson 2015, vol. 5, p. 36-40.

178 Cette position des objets longs, parallèle au fermoir de l’aumônière, est souvent observée et suggère l’aménagement d’étuis dans la poche de celle-ci (exemples dans Müller 2010, vol. 1, p. 153 ou 371).

179 Ce mode de fixation des fermoirs à décor cloisonné est bien documenté à Schleitheim (Burzler, Höneisen, Leicht et al. 2002, vol. 1, p. 150-152).

180 Fils : torsion z/s, Ø = 0,4 mm ; 18 à 16 fils par cm.

181 Fils : Ø = 1 à 1,5 mm ; fibre animale très fine, probablement de la laine.

182 Fils : torsion z/s, Ø = 0,5 mm ; 18 à 15 fils par cm.

183 Comme à Baar, Zugerstraße (Horisberger et al. 2004, p. 184, fig. 23 et 24).

184 Voir par exemple Pillard-Jude 2004 ou Müller 2010, vol. 1, p. 151.

185 Diamètre : 1,5 mm ; composée de deux fils S assemblés en torsion Z.

186 Fils : torsion s/s, Ø = 0,3 mm.

187 Rast-Eicher 2012a, p. 57-58 ; Banck 1998. Voir aussi le chapitre 4.2.6.

188 Rast-Eicher à paraître b.

189 Id. à paraître a.

190 Il comporte les restes d’une toile à l’intérieur, sur le bord et dessous (Id. 2012a, p. 71, Abb. 114b). L’emballage des bassins n’est pas systématique : celui de la sépulture 11 de Saint-Dizier (Haute-Marne) était posé sur un textile couvrant le cercueil (Id. à paraître a).

191 Paulsen 1992 ; Theune-Großkopf 2003.

192 Sépulture 11, objet 41.

193 Boisson 2015, vol. 5, p. 36-40.

194 Textile 1 de l'épingle dans le rapport d'étude ; fils : torsion z/s, Ø = 0,7 mm ; armure : toile ?

195 Fil multiple retors, torsion probable S/z, Ø = 0,5 mm.

196 Textile 1 de la fibule 479A dans le rapport d'étude ; fils : torsion z/ ?, Ø = 0,5 mm, 7 à 12 fils par cm ; armure : toile de type warp-faced tabby.

197 Fragment no 2 dans le rapport d'étude ; fils : Ø = 0,2 mm.

198 Caractérisé par deux petites fibules dans la région du cou ou des épaules des défuntes et deux grosses dans le secteur du bassin.

199 Helmig, Ihrig, Meyer et al. 2003 ; Rast-Eicher 2012a.

200 Ibid., p. 74-77.

201 La radio n’était guère éloquente mais l’identification a été possible après le dégagement.

202 Cette aiguille, bougée à la fouille, se trouvait à proximité de l’autre mais ne reposait pas en fond de fosse.

203 Leur altitude varie en effet entre 20,48 m Ngf (no 667), 20,50 m Ngf (no 663 à 666), 20,51 m Ngf (no 662) et 20,52 m Ngf (no 661).

204 Boisson 2015, vol. 5, p. 36-40.

205 Fils : torsion z/indéterminée, Ø = 0,5 mm ; armure indéterminée.

206 Textile 1, contre l’objet (fils : torsion z/z, Ø = 0,5 à 0,7 mm ; environ 16 à 12 fils par cm). Par-dessus, textile 2 (fils : torsion z/z, Ø = 1,2 à 1,5 mm). Sur le textile 2, textile 3 (fils : torsion z/z, Ø = 0,3 à 0,6 mm ; environ 15 fils par cm).

207 Ø = 1,5 mm, filage indéterminé.

208 Torsion S/z, Ø = 0,5 mm.

209 Fils : torsion z/z, Ø = 0,4 mm ; environ 14 fils par cm.

210 Torsion z, Ø = 0,8 à 1 mm.

211 Fils : torsion z/z, Ø = 0,5 mm ; 10 à 12 fils par cm.

212 Fils : torsion z (une seule direction visible), Ø = 0,8 à 1,2 mm.

213 Fils : torsion z/z, Ø = 0,5 mm ; environ 12 fils par cm.

214 En raison de leur position au cou, ces objets sont attribués à la fermeture de manteaux (Martin 2002).

215 Les caractéristiques des divers fragments permettent de les attribuer à un même textile. Les vestiges de tissu en laine au contact de la fibule no 660, non caractérisés, ne s’opposent pas à cette interprétation car il peut s’agir d’une lisière aux planchettes.

216 Sur un corpus de 52 petites fibules (sans compter celles d’Harfleur), une seule tient un gros tissu (jusqu'à 10 fils par cm), huit un textile moyen (10 à 15 fils par cm) et les autres un textile fin ou très fin. Sur 38 fibules où les fibres ont été déterminées, 18 sont en lin ou en chanvre, 17 en laine, une en lin et laine et 3 en soie (documentation inédite d’A. Rast-Eicher).

217 Le cuir de la lanière est traversé par l’ardillon.

218 Pilet, Alduc-le-Bagousse, Blondiaux et al. 1990.

219 Legoux 2011.

220 Exemples dans Ben Redjeb 2007, p. 246 ou 237 (tombe 206, avec une aumônière suspendue perceptible par ses rivets décoratifs) ; Hincker et Poirier 2013, p. 171 ; Jégo, Carré et Adrian 2013, p. 142 et 144.

221 Müller 2010, vol. 1, p. 277-290, une dizaine de cas, voir en particulier les tombes 148 et 152 et 180.

222 Amrein, Rast-Eicher et Windler 1999.

223 Par exemple, voir Salin 1952, p. 129 ; Demolon, Blondiaux, Compagnon et al. 2006, p. 32 ; Fleury et France-Lanord 1998, vol. I, p. 75.

224 Tous les exemples disponibles témoignent de vêtements tombant jusqu’aux pieds, ce qui est certainement le cas ici mais n’a pas laissé de trace.

225 Ben Redjeb 2007, p. 246-249, tombe 236.

226 La moitié sud de la France actuelle se démarque toutefois.

227 Boisson 2015, vol. 5, p. 36-40.

228 Torsion z, Ø = 0,5 à 0,8 mm.

229 Fils : torsion z/z? ; Ø = 0,2 mm.

230 Fils : torsion z/? ; Ø = 0,2 mm.

231 Torsion z/z ; Ø = 0,5 à 0,8 mm.

232 Et non entre l’ardillon et la plaque.

233 Ø = 0,2 à 0,4 mm.

234 Fils : torsion z/? ; Ø = 0,3 mm.

235 Ø = 0,6 à 0,8 mm.

236 Sur l’endroit, fils : torsion z ; Ø = 0,4 mm.

237 Fils : torsion z/z ; Ø = 0,3 à 0,4 mm ; environ 16 fils/cm.

238 Torsion z/z ; Ø = 0,5 mm.

239 Fils : torsion z/s ; Ø = 1 à 1,2 mm.

240 Rast-Eicher 2012a, p. 68, fig. 106b, tombe 18.

241 Nowak-Böck et Looz 2013, p. 164, sép. 5.

242 Boyer et Fattori 1976, p. 281.

243 Parmi les restitutions qui ont eu le plus d'influence sur les chercheurs se trouvent celles des tombes de Saint-Victor de Marseille (Boyer, Arnaud, Fattori et al. 1987, p. 91), celle du costume de la reine Arégonde (Fleury et France-Lanord 1998, vol. II, p. 132-133 ; Martin 1991 ; Id. 1997 ; discussion dans Périn, Calligaro, Poirot et al. 2008 et Périn et Wamers 2013) et celles du vêtement féminin d'après la position des fibules (Martin 1991).

244 En argumentant que les jarretières, parfois très décorées, ne seraient pas visibles avec un vêtement long.

245 Ibid., p. 652-660.

246 Voir la discussion dans Windler 2012, p. 84-87.

247 Walton Rogers 2007, p. 100 et 190.

248 Par exemple à Flaach, dans la tombe 19 (Windler 2012) ou Unterhaching, dans la tombe 9 (Haas-Gebhard et Fehr 2013).

249 Périn 2009 ; Id. 2015 ; Périn, Calligaro, Poirot et al. 2008 ; Périn et Wamers 2013 ; Volken 2009a ; Id. 2009b ; Rast-Eicher à paraître b.

250 Carré et Jimenez 2008, p. 90-91 et pl. 6 ; Carré, Jimenez, Rast-Eicher et al. 2010.

251 Rast-Eicher 2012a, p. 71.

252 La longueur des habits est confirmée par des cas très parlants, comme la sépulture 221 d'Elgg (Suisse, canton de Zurich) ou bien la tombe 504 de Schleitheim, où le textile plissé est présent sous la ceinture et tout au long d'une chaîne allant jusqu'au bas du mollet (Windler 1994, p. 108 ; Rast-Eicher 2002a, p. 222).

253 Martin 1991, p. 630-633, fig. 2 ; Id. 1997, fig. 386 : en particulier les représentations du psautier de Stuttgart (vers 820/830). Un point sur les sources iconographiques disponibles pour les vêtements des viie-viiie siècles se trouve dans : Burzler, Höneisen, Leicht et al. 2002, vol. 1, p. 394-395.

254 Amrein, Rast-Eicher et Windler 1999.

255 Rast-Eicher 2003b.

256 Müller 2010, vol. 1, p. 458-463.

257 Truc 1998.

258 Rast-Eicher 2003a, Abb. 5.

259 Müller 2010, vol. 1, p. 342, Abb. 340m.

260 Rast-Eicher 2016c.

261 Id. 2010a, p. 152.

262 Marti 1995.

263 Sapin et Vallet 2011, p. 109-120 ; Volken 2009b.

264 Bartel 2005, p. 265.

265 Werner 1977, p. 143-145.

266 Bandes conservées sur les bottes au musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

267 Dabat 1970.

268 Müller 2010, vol. 1, p. 314-315.

269 Volken 2009a.

270 Müller 2010, vol. 1, p. 307 ; Volken 2014, p. 117-122 : Saint-Denis (tombe d'Arégonde), Chelles (Seine-et-Marne), Buiston, Dundurn, Iona, Burlescombe et Sutton Hoo (Grande-Bretagne), Arnitlund (Danemark), Seitlingen-Oberflacht (Allemagne), County Louth et Ballymacomb (Irlande).

271 Banck 1998.

272 Simmer 1988, cl. p. 37.

273 Volken 2014, p. 119.

274 Müller 2010, vol. 1, p. 306-315 : restitutions de chaussures et du mode de fixation des jarretières.

275 Werner 1977 ; Volken 2014, p. 120.

276 Bandes conservées sur les bottes au musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

277 Jimenez, Carré et Le Maho 2007 ; Jimenez, Carré et Rast Eicher 2009 ; Carré, Jimenez, Rast-Eicher et al., 2010.

278 Par exemple dans Pion 2012 ou Martin 1997.

279 Boyer, Arnaud, Fattori et al. 1987, p. 91. Les pollens amenant l'hypothèse de la couronne ne sont pas fiables car ils sont très volatils et peuvent résulter d'une pollution du prélèvement ; la restitution est donc discutable (information : Rémi Corbineau).

280 Sépulture 118, Carré et Jimenez 2008, p. 95.

281 Burzler, Höneisen, Leicht et al., 2002, vol. 1, p. 95.

282 Müller 2010, vol. 1, p. 458-461.

283 Fleury et France-Lanord 1998, vol. I, p. 166-167. L'étude des restes de cuir montre par ailleurs qu'il n'y a qu'une ceinture. Ce qui avait été interprété comme une autre ceinture « nouée » est en fait le cuir de manchettes (Volken 2009).

284 Ibid., p. 157.

285 La détermination de la fibre n'a été certaine que plus tard, voir la présentation de ce vêtement assez spécial dans Rast-Eicher 2014a.

286 Id. 2009, p. 100 ; explications de la restitution dans : Müller 2010, vol. 1, p. 342.

287 Carré et Jimenez 2008, p. 89.

288 Schiek 1992, Taf. 53.

289 Christlein 1968 ; Id. 1973.

290 Brather 2008.

291 Banck-Burgess 1997, p. 376-377.

292 Rast-Eicher à paraître b ; Schneebauer-Meißner, Nowak-Böck et Grundmann 2013.

293 Doppelfeld 1960, p. 94 et pl. 14.

294 Par exemple celui de Straubing-Alburg (Allemagne ; Bartel 2005).

295 Rast-Eicher à paraître b ; Bender-Jørgensen 1992, p. 241 ; Carré et Jimenez 2008, p. 88-90, samit de la tombe 118 ; Boyer, Arnaud, Fattori et al. 1987 ; Banck 1998, taffetas de la tombe 974 ; Nowak-Böck et Looz 2013, tombe 5.

296 Rast-Eicher 2014a.

297 Ibid. ; Id. 2016a, p. 151-152 ; Id. 2016b.

298 Id. 2010b.

299 Nowak-Böck et Looz 2013, p. 284, sépulture no 5.

300 Rast-Eicher 2012a, p. 67, 71, fig. 115 et p. 72, fig. 116, sépultures 13 et 21.

301 Id. à paraître b, sépultures 38 et 48.

302 Id. 2002a, p. 222, tombe 504.

303 Rast-Eicher et Vanden Berghe 2015.

304 Isidore de Séville (560-636), Etymologiae, livre 9, 97 : « Germanicae gentes […]. Horum plurimae gentes variae armis, discolores habitu, linguis dissonae, et origine vocabulorum incertae » (Isidore de Séville, 1911, p. 379).

305 À Köniz-Oberwangen (Suisse ; Rast-Eicher 2007) et Bösingen (Suisse, canton de Fribourg ; Id. 2001a).

306 Ce type de toile est illustré aussi en Égypte, parmi les tuniques coptes (par exemple : Verhecken-Lammens 1994). Un cas a été repéré dans une tombe de Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie (Rast-Eicher 2004a), datée du viie siècle et l’on peut se demander si cela témoigne de la présence d’ateliers de tissage spécifiques au domaine royal du Vaudreuil, auquel Porte-Joie est rattaché.

307 Graenert et Rast-Eicher 2003, p. 168.

308 Par exemple au viie siècle, dans la tombe 36 d’Aesch (Rast-Eicher 2001b) et à Estagel (Pyrénées-Orientales), dans la sépulture 86, datant probablement du vie siècle (Id. 2014b).

309 Il y existe un autre type de plissé, cousin du damassé, effectué après tissage (Id. à paraître b, tombes 38 et 48).

310 Sur une plaque-boucle datée entre 600 et 670. L'auteur nomme l'armure « chevron brisé 2/1-1/2 » mais il s'agit en fait d'un damassé (Médard 2015b, p. 29-30).

311 Kissling et Ulrich-Bochsler 2006, p. 82.

312 Les textiles riches font en effet partie des cadeaux diplomatiques, comme ces soieries offertes par les ambassadeurs « perses arméniens » à l'empereur Justin (Grégoire de Tours 1951, livre IV, XL, p. 172-173 : « Ad Justinum autem imperatorem Persi Armeni cura magno syrici intexti pondere venerunt, petentes amicitias eius atque narrantis, se imperatori Persarum esse infensus. »).

313 Bender Jørgensen 1988.

314 Moulhérat 2010 ; Médart 2017a, p. 128.

315 Pour le cimetière de Romilly-sur-Andelle (Eure) fouillé par l’Inrap en 2007 (responsable d’opération : D. Jouneau).

316 Cette discipline est en revanche peu connue de nos collègues suisses et allemands et sa compatibilité avec le mode de prélèvement en motte est d’ailleurs à discuter. Les os sont en effet souvent inclus dans les mottes, ce qui peut poser des problèmes pour l’enregistrement de leurs altitudes et faces d’apparition.

317 Huit jours consacrés au dégagement en collaboration et à l’enregistrement, onze à l’étude des tissus (sans compter la rédaction du rapport et de l’article).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Manche de la sépulture 49 de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) prélevée en 1959.
Crédits Cl. Fleury et France-Lanord 1998, t. I, p. 147, fig. 16
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Fig. 2 Évolution des restitutions du costume féminin.
Légende En haut : propositions pour le costume de la reine Arégonde (Saint-Denis, sarcophage 49), en 1998 (Fleury et France Lanord, 1998, t. II, p. 133) puis en 2008, d’après la stratigraphie et l’étude technique des restes organiques (dessin F. Vincent d’après la documentation d’A. Rast-Eicher, M. Volken et P. Périn). En bas : hypothèses sur la fonction des deux paires de fibules des femmes riches du viesiècle, avant 2008 (d’après Martin, 1996) puis après la multiplication des études des restes de textiles et de cuirs (d’après Périn, 2008).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 3 Vues au MEB de fibres inédites : en haut, poils de lapin d’un tissu de la tombe 42 de Kallnach (Suisse, canton de Berne), datée du viie siècle ; en bas, poils de castor d’un textile de la tombe 49 de Saint-Denis, du vie siècle.
Crédits Cl. A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 987k
Titre Fig. 4 Organisation des paquets d’objets déposés dans la tombe 24 de Baar, Zugerstraße.
Crédits Suisse, canton de Zoug ; dessin E. Kläui, Amt für Denkmalpflege und Archäologie Zug
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 5 Fibules fixées par différentes sortes de brides, ardillons perpendiculaires à l’axe du corps.
Crédits A, D, E et F d’après Windler, 2012, p. 58, fig. 84, p. 59, fig. 85b et p. 68, fig. 106b ; B d’après Bartel et Knöchlein, 1993, p. 430, fig. 9 ; C d’après Burzler et al., 2002, vol. 1, fig. 143
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 931k
Titre Fig. 6 Ceinture déposée à la taille dans la tombe 198 de Louviers (Eure), la lanière en textile enroulée autour de la boucle.
Crédits Cl. A. Rast-Eicher ; DAO S. Rast et A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 713k
Titre Fig. 7 Toile spin-patterned, avec alternance de fils de trame filés en torsions « S » ou « Z » produisant un aspect rayé.
Légende A. Fragment sur l’épingle de coiffe de la tombe 394 de Porte-Joie (Tournedos-sur-Seine, Eure ; cl. S. Le Maho) ; B. Tunique de la reine Bathilde (cl. musée municipal Alfred-Bonno, Chelles) ; C. Reconstitution sur un métier moderne (cl. A. Rast-Eicher).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 949k
Titre Fig. 8 Plan du cimetière d’Harfleur (Seine-Maritime) ; localisation des tombes présentées comme études de cas.
Crédits DAO J. Boisson et A. Pézier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 9 Restes d’une toile fine sur la rouelle de châtelaine de la tombe 1793 d’Harfleur.
Crédits Cl. M. Drieu
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Fig. 10 Documentation en cours de dégagement des cuirs (en vert) et des textiles (en bleu) du trousseau d’outils de la tombe 1485 d’Harfleur.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11 Envers d’un sergé 2/1 (médiéval). La confusion est possible avec une armure toile.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Fig. 12 Fibres minéralisées mérovingiennes observées au microscope électronique à balayage (MEB) ; les flèches indiquent les spécificités de chacune : écailles des fibres animales, section ovale de la soie et nœuds des fibres végétales.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 987k
Titre Fig. 13 Filage, fils et exemples de toiles spin-patterned ; A. Giubiasco (Suisse, Tessin), toile de laine (âge du fer) ; B. Baar, Früebergstraße (Suisse, canton de Zoug), tombe 64, toile de lin.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 990k
Titre Fig. 14 Textile avec ourlet visible sur la fibule no 479A de la sépulture 1411 d’Harfleur.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Fig. 15 Restitution d’une bride formée par enroulement d’un fil retors.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 16 Armures et finitions (les fils de chaîne sont figurés en foncé).
Légende Exemples issus de tombes mérovingiennes sauf mention contraire ; A. Baar, Früebergstraße (Suisse), tombe 64 ; B. Aech (Suisse, canton de Bâle-Campagne), tombe 36 ; C. Solduno (Suisse, Tessin), âge du fer ; D. Stabio (Suisse, Tessin), tombe 1 ; E. Fehraltorf, (Suisse, canton de Zurich) ; F. Louviers, tombe 118 ; H. Saint-Denis, tombe 38 ; I. Aesch (Suisse, canton de Bâle-Campagne), tombe 55 ; J. Flaach (Suisse, canton de Zurich), tombe 13.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 17 Décors.
Légende A. Saint-Denis, tombe 41, fils d’or ; B. Saint-Denis, tombe 41 ; C. La Tour-de-Trème (Suisse, canton de Fribourg), tombe 3 (© A. Rast-Eicher) ; D. Détail de la tunique de la reine Bathilde (cl. musée municipal Alfred-Bonno, Chelles) ; E. Tissage aux planchettes d’un galon (© A. Rast-Eicher) ; F. Saint-Dizier (Haute-Marne), tombe 11 (cl. B. Bell) ; G. Dessin d’un détail d’une mosaïque de Saint-Vital de Ravenne.
Crédits DAO F. Carré
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 981k
Titre Fig. 18 En haut, cheveux ou poils conservés sur la fibule 479A de la tombe 1411 d’Harfleur ; la différenciation lors de l’observation au MEB a été impossible. En bas, peau de la défunte au revers de la fibule 218 de la tombe 1283 d’Harfleur.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 990k
Titre Fig. 19 A. La disposition et les dimensions des pores permettent de différencier le cuir de capriné d’une lanière, de celui du fourreau du couteau, plus gros, probablement de bovidé (Nassandres, Eure, tombe 10 ; dessin F. Carré ; cl. D. Pitte ; vues macroscopiques A. Rast-Eicher). B et C. Fourrure de loutre observée dans la tombe 41 de Saint-Denis ; C. Vue au MEB des écailles caractéristiques (© A. Rast-Eicher).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 20 Tiges de graminées observées sous un rivet de la tombe 198 de Louviers (Eure) ; en bas, vue au MEB.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 991k
Titre Fig. 21 Exemple de report en plan de la localisation des restes organiques et de leur stratigraphie pour la tombe 1485 d’Harfleur.
Crédits DAO A. Pézier, A. Rast-Eicher et F. Carré
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre Tableau 1 Caractéristiques techniques des textiles observés sur les fibules d’Harfleur.
Crédits A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Tableau 2 Caractéristiques techniques des textiles observés au revers des fibules du viie siècle en Suisse et en Allemagne.
Crédits A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Fig. 22 Fibule piquée directement dans le tissu (Harfleur, tombe 1709).
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 994k
Titre Fig. 23 Comparaison des diamètres des fils des textiles conservés sur les petites fibules trouvées au cou ou aux épaules des défuntes.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 24A Tombe 1357 d’Harfleur : plan et vue d’ensemble.
Crédits DAO A. Pézier, cl. équipe de fouille
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 24B Tombe 1357 d’Harfleur : principales pièces du mobilier.
Crédits DAO A. Pézier, S. Bouvier et M. Chaussois, cl. M. Drieu
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 906k
Titre Fig. 25 Aumônière de la tombe 1357.
Légende A. Face ciel du prélèvement en bloc, couteau et forces sont apparents (© A. Rast-Eicher). B. Radiographie du bloc (cl. B. Bell). C. Diagramme stratigraphique des objets et des couches organiques (F. Carré). D. Couture du cuir observée sur les forces (© A. Rast-Eicher).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 26 Tombe 1357 : face terre de l’aumônière, avec deux textiles et le cuir de la poche. Au centre : détail des couches de cuir. En bas : le sergé losangé (textile 1) après dégagement.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Fig. 27 Épée de la tombe 1357. En haut, fragment de sergé losangé. En bas, six couches de textile correspondant vraisemblablement à un emballage.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 977k
Titre Fig. 28 Bassin de la tombe 1357.
Légende A. Enregistrement des vestiges préservés sous le bassin (© A. Rast-Eicher). B. Diagramme stratigraphique des objets et des couches organiques du bloc (DAO F. Carré). C. Couches de cuir ou de peau au revers du bassin (© A. Rast-Eicher).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 997k
Titre Fig. 29A Tombe 1411 d’Harfleur : plan, coupes et vue zénithale.
Crédits DAO A. Pézier, S. Bouvier, S. Lelarge et M. Chaussois ; cl. équipe de fouille
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 29B Tombe 1411 d’Harfleur : mobilier.
Crédits DAO A. Pézier, S. Bouvier, S. Lelarge et M. Chaussois
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 30 Tombe 1411.
Légende A. État du prélèvement de l’épingle et des fibules après deux ans de stockage (© A. Rast-Eicher). B. Localisation de l’épingle et des fibules (cl. équipe de fouille). C. Section montrant que le textile A, en laine, est traversé par l’épingle. D. Restes de textiles et de cuir sur la face ciel de l’épingle (© A. Rast-Eicher).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 31 Tombe 1411.
Légende A. Bloc avec les fibules, localisation des textiles (© A. Rast-Eicher). B. Diagramme stratigraphique des vestiges organiques (DAO F. Carré). C. Revers de la fibule no 479A. En haut, premier dégagement, restes du textile 3 et de peau ; en bas, deuxième dégagement, restes du textile B, d’une bride et de cheveux ou de poils (© A. Rast-Eicher).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 32A Tombe 1485 : plan, coupes et photographie.
Crédits DAO A. Pézier ; cl. équipe de fouille
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 919k
Titre Fig. 32B Tombe 1485 : mobilier.
Crédits DAO A. Pézier, S. Lelarge et M. Chaussois
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 33 Tombe 1485.
Légende A. Restes de fourrure ou de textile feutré en laine sur la grande épingle 659. B. Textiles en lin ou chanvre au revers de la fibule 668. C. Toile, bois et végétaux au revers de l’anneau 673A
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 974k
Titre Fig. 34A Tombe 1793 : plan, coupes et vue zénithale.
Crédits DAO A. Pézier ; cl. équipe de fouille
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 34B Tombe 1793 : mobilier.
Crédits DAO A. Pézier et M. Chaussois
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 35 Tombe 1793, restes organiques.
Légende A. Trois couches de textile et une bande de cuir vus en coupe au revers de la fibule no 1288A. B et C. Bride, textile et cuir au revers de la fibule no 1288A, à deux stades du dégagement. D. Lanière de la ceinture en cuir au revers de la boucle. E. Sur le bracelet, restes de végétaux aux cellules bien visibles qui témoignent vraisemblablement d’un bouquet placé dans la main.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 955k
Titre Fig. 36 Évocation de la sépulture 118 de Louviers : à gauche, pendant la préparation, la tunique de soie est visible. Le corps est installé sur le manteau dans lequel il sera ensuite enveloppé. À droite, la défunte est exposée avant la fermeture du sarcophage. Les légendes expliquent les choix de représentation.
Crédits Dessin F. Carré ; mise en couleur C. Laverne ; d’après les hypothèses de F. Jimenez, F. Carré, A. Rast-Eicher et S. Le Maho
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 994k
Titre Fig. 37 Reconstitution de la préparation de la défunte de la tombe 189 de Baar, Früebergstraße.
Crédits Dessin E. Kläui, Amt für Denkmalpflege und Archäologie Zug
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Fig. 38 Explication des choix de restitution du costume de la reine Arégonde (Saint-Denis, sarcophage 49).
Crédits Légendes A. Rast-Eicher ; dessin F. Vincent d’après la documentation d’A. Rast-Eicher, M. Volken et P. Périn
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 39 Taffetas de la tombe 50 de Saint-Denis.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 985k
Titre Fig. 40 Tissus plissés caractéristiques des tombes de femmes riches.
Légende A. Toile de la tombe 48 de Saint-Denis ; B. Vue en coupe de deux épaisseurs de la toile accolée à la chaîne de ceinture de la tombe 504 de Schleitheim (Suisse, canton de Schaffhouse) ; C. Rippenköper de la tombe 484 de Schleitheim.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 966k
Titre Fig. 41 Répartition géographique des types d’armures.
Crédits © A. Rast-Eicher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16342/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Carré, Antoinette Rast-Eicher, Bruno Bell et Julien Boisson, « L’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge (France, Suisse et Allemagne occidentale) : un apport majeur à la connaissance des pratiques funéraires et du vêtement »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 37-99.

Référence électronique

Florence Carré, Antoinette Rast-Eicher, Bruno Bell et Julien Boisson, « L’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge (France, Suisse et Allemagne occidentale) : un apport majeur à la connaissance des pratiques funéraires et du vêtement »Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16342 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.16342

Haut de page

Auteurs

Florence Carré

Conservatrice en chef du patrimoine, Drac de Normandie, Service régional de l’archéologie.

Articles du même auteur

Antoinette Rast-Eicher

ArcheoTex.

Bruno Bell

Atelier Bell.

Julien Boisson

Archéopole jusqu’en 2016.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search