Navigation – Plan du site

Indices de productions au sein d’une communauté religieuse carolingienne : l’exemple de Cysoing (Nord)

Indices of production in a Carolingian Monastery, the example of Cysoing (Nord)
Produktionsspuren in einem karolingerzeitlichen Kloster am Beispiel von Cysoing (bei Lille)
Damien Censier, Emmanuelle Bonnaire, Cécile Bouet, Renaud Leroy, Héloïse Esteves et Étienne Louis
p. 101-128

Résumés

Le site du « Clos de l’Abbaye » à Cysoing est un établissement religieux dédié à saint Calixte et fondé vers 850 par Gisèle et Évrard de Frioul. La parcelle fouillée, d’environ 5 000 m², semble correspondre aux communs de l’établissement du haut Moyen Âge. Le site se caractérise par un fossé délimitant une installation composée de plus de 150 creusements ou niveaux. L’étude des données environnementales témoigne des pratiques culturales ainsi que de la gestion du bétail. Zones d’ensilage, four, fosses, trous de poteau, cabanes excavées illustrent une forte activité. La transformation de produits primaires (céréale, laine, os, métaux) en produits finis ou semi-finis (production alimentaire, textile, vêtements, bijoux) peut être appréhendée par l’intermédiaire de divers faits archéologiques ou d’artefacts. Le mobilier céramique, peu abondant, contribue à dater le site et permet d’entrevoir certains réseaux d’approvisionnement.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Présentation

1Cysoing est situé dans le département du Nord, à mi-chemin entre la ville de Tournai (Belgique) et la ville de Lille. Le bourg se trouve à environ 33 m d’altitude, en bas de versant du bombement crayeux du Mélantois, dominant une vallée actuellement empruntée par le « Riez de Bourghelles ». La pédologie du site est principalement constituée de limons issus du remaniement des lœss présents en amont de la pente. Le substrat correspond à des alternances de craies grisâtres et de marne bleutée se rapportant à des dépôts du Turonien moyen.

  • 1 Delmaire 1996.

2Au début des années 1980, P. Leman mena deux campagnes d’observation dans l’emprise du monastère1 (fig. 1). Celles-ci permirent le dégagement d’une partie du chœur de l’église moderne et d’une zone funéraire datée des périodes carolingienne et médiévale classique.

Fig. 1 Localisation de la fouille du clos de l’abbaye.

Fig. 1 Localisation de la fouille du clos de l’abbaye.

DAO D. Censier/Caddap

  • 2 Notte 2010 (Archives de l’État à Mons, cartulaire 12 L).
  • 3 V. Motte, agent prescripteur de la zone.

3Au centre de Cysoing, diverses parcelles libres de constructions (terrain de sport, zone verte ou parc urbain) ont fait l’objet, au cours des années 2010, d’un projet immobilier visant au réaménagement du cœur de la commune. La présence des vestiges de l’ancienne abbaye Saint-Calixte et les résultats positifs des diagnostics réalisés par l’Institut national de recherches archéologiques préventives2 ont amené le Service régional de l’archéologie3 à diligenter une opération de fouilles sur une partie des parcelles située à l’ouest et à proposer au préfet le classement des parcelles localisées sur l’emprise de l’église et des bâtiments claustraux de l’abbaye, à l’est.

4La fouille du « Clos de l’Abbaye » a porté sur une superficie de 4 988 m² ; 2 235 structures archéologiques, réparties inégalement en huit périodes d’activité, ont été observées et inventoriées. Elles s’inscrivent dans un cadre chronologique discontinu allant de l’âge du bronze moyen à la période révolutionnaire. La zone fouillée se place, pour l’époque médiévale, immédiatement à l’ouest de l’abbatiale.

5Cet article a pour objectif de présenter l’ensemble des découvertes en lien avec une activité de production, afin d’essayer de mieux appréhender la nature et l’ampleur des activités économiques au sein d’une maison religieuse. Nous chercherons donc dans les pages qui vont suivre à mettre en exergue ces activités par l’analyse des vestiges, aidés en cela par les sciences environnementales.

1. Contexte historique (Étienne Louis)

1.1. Les débuts de la communauté

  • 4 Coussemacker 1886, p. 1-11.
  • 5 Grierson 1939.

6Les premières mentions du fisc de Cysoing apparaissent dans un dossier d’actes du ixe siècle conservé dans le cartulaire de l’abbaye de Cysoing, compilé au xve siècle4. Philip Grierson proposait d’identifier l’un des fiscs anonymes des Brevium exempla au domaine de Cysoing5.

  • 6 Derville 1995, p. 32-34.
  • 7 Censier 2013, p. 348-356.

7Cette hypothèse, remise en question par Alain Derville au cours des années 19906, doit être considérée avec la plus grande prudence7. Quoi qu’il en soit, Cysoing est attesté au début du ixe siècle comme domaine fiscal.

  • 8 Plateaux 2004.

« Le domaine devient la dot de Gisèle, fille de l’empereur Louis le Pieux, petite-fille de Charlemagne, lorsqu’elle épouse Eberhard de Frioul, grand seigneur franc, fils de Unroch, comte de Ternois décédé avant 853. Cette dotation, qui englobe aussi bon nombre de fiscs royaux, dont Annapes et Gruson, place Cysoing dans une famille qui sera durant quelques années une des plus puissantes de nos régions septentrionales8 ».

  • 9 Ecclesiam cum eo ordinequo ego constitui (Coussemacker 1886 : 1). Sur le testament d’Évrard et Gis (...)
  • 10 Holder-Egger 1887 ; Mériaux 2009.
  • 11 Plateaux 2004, p.47.

8C’est dans le domaine de Cysoing que le couple fonde vers 854 une « communauté religieuse9 » où les reliques romaines de saint Calixte furent vénérées. La présence de reliques va amener la reconstruction et l’agrandissement du lieu de culte10. Dans l’église, un sanctuaire dédié à la Sainte Trinité est destiné à servir de nécropole à la famille de Gisèle et d’Évrard11. Peu après 892, le chapitre entre dans le patrimoine des archevêques de Reims, qui transfèrent dans leur métropole les reliques de saint Calixte.

1.2. Du chapitre séculier à l’abbaye augustinienne

  • 12 Coussemaker 1886, p. 12-17
  • 13 Ibid., p. 12-13.

91129 marque le passage définitif de la communauté de Cysoing dans le second Moyen Âge12 et dans le monde monastique proprement dit. L’archevêque de Reims Rainald remplace les chanoines séculiers institués par Évrard et Gisèle par des chanoines réguliers, suivant la règle de Saint-Augustin, avec à leur tête Anselme, ancien chanoine de Saint-Denis de Reims. Selon l’archevêque, l’initiative vint de Cysoing13. Le supérieur de la communauté, Herman, prévôt et trésorier (Herimannus, prepositus et thesaurarius Cisoniensis ecclesiae) aurait souhaité amender sa vie (vitam suam emendare volens), de concert avec quelques chanoines (cum nonnullis canonicis) et se serait donc volontairement démis de ses fonctions (preposituram et thesaurariam in manu nostra abdicavit). Anselme reçoit l’abbatiat régulier, avec les revenus de l’ancienne prévôté et de l’ancienne trésorerie. Il est chargé de remplacer les anciens chanoines, au fur et à mesure de leur décès, par des candidats désireux de suivre la nouvelle règle.

  • 14 Par exemple à propos de Valenciennes (Bethmann 1846, p. 451-452).
  • 15 Les grandes abbayes contemporaines, telles Saint-Amand ou Nivelles, comportaient une pluralité de (...)

10La documentation conservée pour Cysoing montre que, du ixe au début du xiie siècle, le site était occupé par une communauté de chanoines séculiers, un monasterium canonicale (ou canonicorum), selon l’expression de l’auteur des Gesta des évêques de Cambrai au début du xie siècle14. En dépit d’une fondation prestigieuse, cette maison n’eut qu’une destinée modeste. On ignore par ailleurs complètement l’effectif de la communauté, qui n’a pas forcément été stable durant ses presque trois siècles d’existence. Compte tenu de la modicité des revenus, le nombre des prébendes pouvait se situer entre une demi-douzaine et une douzaine. D’un point de vue archéologique, il faut s’imaginer le site sous forme d’un enclos renfermant une unique église15 complétée en façade par la chapelle de la Trinité, entourée par le cimetière et par les maisons des chanoines et éventuellement par celles des pensionnaires. Contrairement à une abbaye régulière, rien n’indique ni n’impose la présence de bâtiments communs, réfectoire, dortoir, cour de cloître dont la présence ne peut cependant être exclue. Ces maisons particulières, pas plus que le mode de vie quotidien des chanoines, ne devaient différer de celles des contemporains de même statut social.

  • 16 Coussemaker 1886, p. 56.

11À la fin du xive siècle, l’abbaye traverse une période de troubles liés à un certain relâchement de la vie religieuse, associée à une mauvaise gestion des revenus de l’abbaye. La guerre de Cent Ans et les troubles qu’elle engendre ne favorisent pas la reprise en main de la communauté. Un incendie provoque d’importants dégâts en 1393 et il fallut attendre les années 1420 pour que la reconstruction débute16.

  • 17 Ibid. p. 58.

12Un nouvel incendie touche le clocher de l’église en 1520. Le sinistre altèra la solidité de l’édifice et nécessita sa reconstruction sous l’abbatiat de Mathias de Barda. Celui-ci entreprend la reconstruction des principaux bâtiments de l’abbaye. Une gouache de l’album de Croÿ représente les bâtiments de cette période17. Aux xviie et xviiie siècles, l’abbaye retrouve une certaine prospérité, de nombreux travaux de construction et d’embellissement sont entrepris.

13La Révolution dissout la communauté religieuse et, en 1793, les troupes françaises incendient les bâtiments abbatiaux, qui ne se relèveront pas de cette dernière atteinte.

2. Présentation du site

2.1. Les installations antérieures à la maison religieuse

  • 18 Censier, 2016. p. 9-28.

14Au premier siècle de notre ère, la parcelle voit le développement d’une exploitation agricole de tradition indigène. Celle-ci laisse place au début du iie siècle a une imposante villa avec balnéaire, dont une partie de la pars rustica, constituée de vastes bâtiments de stockage en pierre, prend place dans l’emprise de la parcelle fouillée. Après un bref abandon, les vestiges antiques sont réoccupés à partir du vie siècle et tout au long de la période mérovingienne par un établissement de faible envergure18. C’est sans doute à cette période que Cysoing (territoire et habitat) entre dans le domaine royal.

2.2. Le site aux ixe-xie siècle

  • 19 Jacques 1976.
  • 20 On la retrouve sur les sites belges tels que Roksem 1 dans la région d’Oudenburg. Piton 1993, p. 2 (...)

15L’étude du mobilier, associée au positionnement stratigraphique, a permis de dénombrer 156 niveaux et creusements datés de la période carolingienne (fig. 2). Le mobilier céramique, assez réduit, est caractéristique des sites ruraux de la région. Des productions locales sont en usage au début de la période (ixe s). La céramique de service fine lissée en faible quantité ainsi que la céramique rugueuse et sa variante en céramique dite « grattée » à usage de stockage et de cuisson (fig. 3) constituent l’essentiel du corpus. On notera l’apparition de nouvelles productions, avec la céramique à dégraissant coquillier et de manière plus anecdotique la céramique peinte de type Baralle19. Les amphores importées du type Reliefbadamphora20 de Badorf (Rhénanie, Allemagne), sont les premiers signes d’échanges avec l’extérieur.

Fig. 2 Plan de l’installation à la période carolingienne.

Fig. 2 Plan de l’installation à la période carolingienne.

Fig. 3 Sélection de mobilier : céramique en usage au cours de l’occupation carolingienne.

Fig. 3 Sélection de mobilier : céramique en usage au cours de l’occupation carolingienne.

DAO R. Leroy/Caddap

16Les deux siècles suivants voient l’apogée des productions de céramique à dégraissant coquillier ou peintes. Le répertoire, similaire, demeure essentiellement constitué de grands vases de stockage globulaires au fond bombé.

  • 21 Un élément de comparaison est connu pour le bourg monastique de Compiègne, où un fossé de gabarit (...)

17Les vestiges à vocation artisanale ou agro-pastorale semblent essentiellement localisés au sein d’un espace clos prenant place à l’est de l’église. Cette délimitation se matérialise, dans un premier temps, par le creusement d’un fossé (1593). Cet aménagement, au tracé légèrement curviligne, traverse la parcelle d’est en ouest sur plus de 70 m21. La stratification de celui-ci indique un comblement homogène et peu stratifié, indice d’un remblaiement rapide. Le mobilier céramique issu de son comblement, daté du ixe siècle, laisse à penser que cette délimitation est abandonnée dans les premiers temps de la période carolingienne.

  • 22 Les fouilles de l’abbaye royale de Chelles ont livré les fondations d’un mur d’une largeur de près (...)
  • 23 Le récit de la translation en 854 des reliques de saint Calixte (un pape romain du iie s.) de Bres (...)

18Un second aménagement, localisé plus au sud, semble succéder à ce fossé. Cette nouvelle limite, de nature plus monumentale, prend la forme d’un large mur (1981) dont seule une part des fondations a été conservée22. Observé sur un peu plus de 30 m de longueur et reprenant une orientation assez proche de celle de l’église (fig. 2), ce mur d’enclos a peut-être été mis en place lors de la campagne de travaux intervenue vers les années 850 et touchant la maison religieuse avant l’arrivée des reliques de saint Calixte23.

3. Les productions au sein de la maison religieuse

  • 24 « En effet, quand ils vivent du travail de leurs mains, comme nos Pères et les Apôtres, alors ils (...)
  • 25 Règles de Chrodegang et d’Aix (817).

19Si la règle de saint Benoît (480-547) demande aux moines d’allier les activités manuelles à la prière et à la méditation24, les religieux de Cysoing, eux, sont des chanoines et non des moines. Aussi ne sont-ils pas soumis aux mêmes règles25. Leur vocation prend la forme d’une vie dédiée à la prière et aux célébrations liturgiques : nulle obligation pour eux de travaux manuels, de pauvreté ou de vie commune.

20Aussi, autour de la communauté religieuse de Cysoing devait graviter, au sein même ou à proximité immédiate de l’établissement, une petite société de serviteurs et de dépendants, chargés des activités matérielles nécessaires à la bonne marche du monastère. Il est donc probable que ce sont les vestiges du labeur de cette communauté secondaire que nous présentons ici.

3.1. Les indices d’une production agricole

21Au vu du faible nombre de structures archéologiques en lien avec le monde agricole, il pourrait apparaître quelque peu illusoire de vouloir appréhender les méthodes culturales au sein du monastère par ce biais. Cependant l’analyse de ces vestiges et surtout des éléments piégés au sein de ceux-ci semble apporter quelques éléments de réponses.

22Il n’est plus nécessaire de rappeler qu’à cette époque le stockage des grains est généralement effectué par l’intermédiaire de fosses-silos. Cette méthode de conservation est attestée sur le site par trois aires d’ensilage localisées à l’intérieur de l’enclos (fig. 4). L’existence de greniers n’est pas à exclure ; cependant, la densité des vestiges sur le site ne permet pas d’en déterminer la présence.

Fig. 4 Localisation des silos.

Fig. 4 Localisation des silos.

DAO D. Censier/Caddap

23Les fosses-silos, au nombre de douze, se caractérisent par un profil au fond plat ou pseudo-plat (type tronconique) ou en cuvette (type piriforme), associé à au moins une paroi présentant une sape (fig. 5). Sur l’ensemble des vestiges déterminés comme éléments liés au stockage, cinq creusements sont de type tronconique et sept éléments sont à rapprocher des silos de type piriforme. Cette distinction morphologique est peut-être à mettre en lien avec la nature des grains stockés et demanderait une étude plus poussée.

Fig. 5 Coupes stratigraphiques de silos.

Fig. 5 Coupes stratigraphiques de silos.

DAO D. Censier/Caddap

24Les dimensions modestes de ces silos semblent plus en adéquation avec un usage familial que collectif. Le volume de ces fosses-silos varie dans un rapport de un à trois. Un des exemplaires les plus imposants (silo 2744) atteint la profondeur de 1,20 m, pour un diamètre maximal de 1,35 m. L’élément le plus modeste (silo 2822), atteint un diamètre maximal de 0,92 m pour une profondeur conservée de 0,60 m.

25Si la présence de fosses de conservation du grain est l’indice d’une occupation domestique, elle ne permet pas de caractériser la production de celle-ci et encore moins de comprendre les méthodes culturales mises en œuvre pour son obtention. Il faut donc changer d’échelle et s’adresser aux sciences environnementales pour proposer quelques ébauches de réponses.

3.1.1. Les observations carpologiques (E. Bonnaire)

  • 26 Nous insistons sur le caractère particulier de la couverture de l’analyse carpologique : l’échanti (...)

26L’étude réalisée sur le site de Cysoing s’est concentrée sur neuf prélèvements26 provenant de contextes du haut Moyen Âge (fig. 6). Observés ici dans leur globalité, les résultats obtenus documentent l’économie végétale du site au moment de l’occupation des chanoines. Sur les 80,5 litres de sédiment prélevés, plus de 14 000 carpo-restes sont conservés. L’assemblage carpologique, dans son intégralité, est riche de 8 céréales, 5 légumineuses, 3 fruits sauvages et 63 taxons de plantes sauvages. Les macro-restes sont donc variés et représentent un spectre végétal large (fig. 6).

Fig. 6 Tableau comptage carpologique.

Fig. 6 Tableau comptage carpologique.

E. Bonnaire/Caddap

Composition de l’assemblage

27L’ensemble des données carpologiques de Cysoing atteste une agriculture tournée vers la polyculture. En l’occurrence, elle se définit par une céréaliculture diversifiée.

28La principale céréale est le blé nu, identifié comme étant le blé froment. Le seigle, puis l’épeautre et l’orge polystique semblent les espèces secondaires. L’amidonnier et l’avoine sont un peu plus faiblement représentés. L’orge nue correspondrait davantage à une mauvaise herbe de champs cultivés.

29Concernant les légumineuses, leur culture est bien plus discrète. Cependant, il est à noter leur variété : le pois, la vesce cultivée, la lentille, la féverolle et peut-être l’ers. En revanche, rien n’indique clairement que celles-ci étaient cultivées dans des parcelles horticoles ou en plein champ, probablement en méture, avec des cultures céréalières.

30Aucune plante utilitaire ou condimentaire n’a été retrouvée dans les échantillons carpologiques.

31Quelques fruitiers apparaissent de manière anecdotique, mais révèlent tout de même la pratique de la cueillette aux alentours du site.

32La flore sauvage assure la présence de plusieurs cortèges écologiques qui se développent sur des sols de natures différentes. Ceci va donc dans le sens d’un mélange de plusieurs récoltes traitées mais, de surcroît, permet d’envisager la pratique de l’assolement triennal.

Activités pratiquées, décorticage, traitement de récolte

33La production agricole est donc avérée par divers taxons identifiés, notamment par leurs grains. L’attestation de balle de céréales est également remarquable par la présence de bases de glumes, de bases d’épillet et de segments de rachis. Si ces parties végétales concourent à identifier des espèces cultivées, elles caractérisent également la pratique des traitements post-récolte des céréales.

  • 27 Hillman 1981, 1984.
  • 28 Van der Veen 1989, 1999.
  • 29 Nesbitt, Samuel 1996 ; Procopiou et al. 2002.

34Les céréales dites vêtues nécessitent un décorticage pour séparer les glumes et les glumelles des grains27. Cette balle, retrouvée dans les vidanges de fours, permet d’envisager le passage de ces céréales dans ces fours, afin de subir un léger grillage de leurs épis ou épillets. Par ce traitement thermique, les glumelles sont fragilisées et se détachent plus aisément28. Mais restons toutefois prudents quant à cette hypothèse de fonction de grillage ou de séchage, qui est encore fortement discutée. Son efficacité n’est pas toujours prouvée et elle est remise en cause par des études expérimentales29.

35Le grillage ne peut être démontré strictement mais le décorticage l’est évidemment par ces divers restes céréaliers. Suivent nécessairement de nouvelles phases de vannage et de tamisage pour séparer ces caryopses de ces enveloppes. L’occurrence et la quantité de ces bases de glume et d’épillet nous renseignent donc sur les opérations de traitement des récoltes qui devaient être pratiquées sur le site ou à proximité.

  • 30 Hillman 1984.

36La présence des plantes sauvages peut aussi confirmer ces traitements céréaliers. Une bonne partie d’entre elles accompagne les espèces céréalières cultivées. Ces céréales et leurs adventices constituent donc des ensembles cohérents qui peuvent être comparés à ceux que les opérations de décorticage réunissent aux stades successifs du nettoyage des grains30. Si les bases de glumes et d’épillet issus des phases de décorticage révèlent donc des pratiques de traitement de récolte dont les stades opérationnels sont avancés dans la chaîne opératoire, les semences de petite taille d’adventices culturales (comme la camomille puante, les fléoles et les pâturins) attestent des traitements précédant le décorticage pour les céréales vêtues et le stockage, comme le second tamisage, pour les céréales nues.

37En résumé, les comblements des structures (silos, fosses, fours et fond de cabane) se composent majoritairement de résidus de traitement de récolte, mais aussi de déchets d’opérations réalisées en amont du stockage et de la consommation. Le site témoigne non seulement d’une activité de consommation, mais atteste aussi une production céréalière. Les tenants et les aboutissants de cette production ne sont toutefois pas abordables par la simple présence de macro-restes végétaux.

Système cultural

  • 31 Bournérias et al. 2001.

38Outre les champs cultivés, les herbacées se développent dans divers milieux écologiques et à diverses saisons31. Cette ubiquité des messicoles et des adventices est observée pour des espèces croissant dans des cultures sarclées ou des sites rudéralisés, par exemple. D’autres plantes sauvages renvoient également à des prairies. Ces herbacées, étant nombreuses, amènent à envisager un système agro-pastoral où elles pouvaient être dédiées au fourrage du bétail.

  • 32 Slicher Van Bath 1963 ; Bakels 2005.
  • 33 Ruas et Pradat 2008.

39Bien que, dans un système polycultural, il soit délicat de déterminer la destination des denrées végétales (pour la consommation humaine ou pour le fourrage), la présence de ces espèces cultivées et sauvages, et plus particulièrement leurs caractéristiques, vont dans le sens d’un système où la rotation des cultures pouvait être pratiquée en alternant des espèces céréalières et des espèces herbagères. Les céréales d’hiver, comme le froment, le seigle ou l’épeautre, seraient cultivées en combinaison triennale avec des céréales d’été, l’avoine, l’orge et/ou les légumineuses. Ce rythme d’exploitation induit des espaces ouverts ou arborés qui seraient laissés une ou plusieurs années en jachère32 ou soumis au bétail, avant d’être remis en culture. La confrontation de telles données avec celles de la palynologie permettrait d’affirmer cela. En tout cas, ceci est proposé et est déjà observé dans d’autres régions33.

40À Cysoing, l’agriculture est avérée dans les environs immédiats du site. La production de céréales, de légumineuses et l’emploi de fourrage paraissent être des activités impliquant le monastère. La gestion des ressources cultivées et le traitement des récoltes ainsi que le stockage de celles-ci semblent réalisés dans la zone des communs de l’établissement.

3.1.2. Élevage, production carnée et produits secondaires (C. Bouet)

41Comme pour la production de grains et de légumineuses, la production de viande de boucherie et de produits secondaires est très rarement attestée par l’analyse des structures archéologiques (fumoir, étables). Il faut à nouveau emprunter la voie des sciences environnementales, et plus précisément de l’archéozoologie, pour appréhender les interactions entre l’homme et la faune.

42Entre le viieet le xie siècle, on assiste à une augmentation des espèces présentes puisque l’on passe de sept taxons reconnus à la période mérovingienne à 14 (fig. 7). Si les mammifères domestiques demeurent largement majoritaires, la part des oiseaux et des mammifères sauvages augmente. Parmi ces derniers, on note l’importance du cerf, avec les restes d’au moins 3 individus.


Fig. 7 Tableau de comptage archéozoologique.

Fig. 7 Tableau de comptage archéozoologique.

C. Bouet/Caddap

43Plusieurs animaux (pour les trois espèces de la triade) sont décédés à un âge avancé, ce qui indique une autre destination que celle de la production de viande. Il s’agit sans doute d’animaux destinés à assurer le renouvellement du troupeau. Dans le cas des bovins et des caprinés, ceci assure également l’approvisionnement en lait. Pour ces deux espèces, la forte proportion d’animaux de réforme montre que leur élevage est surtout tourné vers la production de produits secondaires (lait et laine).

  • 34 Johannsen 2005.

44Quelques pathologies ont été mises en évidence. Le bœuf est l’espèce la plus touchée. Il s’agit pour l’essentiel de pathologies de contrainte visibles sur les premières phalanges et sur un calcanéum. Ces atteintes peuvent être assez importantes, comme en témoignent les trois os dont la déformation des surfaces articulaires proximales a atteint un stade 4, c’est-à-dire le niveau maximum de la déformation34. Ceci pourrait indiquer une utilisation poussée de certains bovins pour la traction. De même, une pathologie articulaire (polissage, ou « éburnation », des surfaces articulaires répondant au talus) mise en évidence sur un calcanéum d’équidé semble également indiquer l’utilisation de certains équidés pour la traction. Par ailleurs, chez les bovins, la forte proportion d’individus très âgés et les pathologies mises en évidence semblent indiquer que l’énergie de plusieurs individus a été utilisée, pour le travail des champs ou pour la traction de charges lourdes. Des indices similaires ont été observés pour les équidés.

45Un nombre important de restes porte des traces. En effet, la moitié des os sont affectés par une ou plusieurs marques. Parmi celles-ci, les traces naturelles sont les plus fréquentes (45,5 % du NR contre 12,6 % du NR pour les traces anthropiques). En plus des nombreux objets en os découverts, plusieurs indices de récupération des matières premières animales ont été décelés.

  • 35 Yvinec 1992.

46Les données (fig. 8) permettent d’identifier un élevage mixte privilégiant les produits secondaires. Le site de Cysoing se distingue de l’abbaye de Wandignies-Hamage35 par la plus grande importance du bœuf dans la consommation par rapport au porc. De même, les âges des animaux consommés à Wandignies-Hamage sont très différents puisque Jean-Hervé Yvinec y a principalement révélé des animaux jeunes de boucherie. Si les habitants de Wandignies-Hamage apparaissent plus comme des consommateurs de viande que des éleveurs de bétail, ceux de Cysoing se distinguent peu des producteurs ruraux de l’époque du point de vue des espèces domestiques.

Fig. 8 Tableau de distribution des âges dentaires.

Fig. 8 Tableau de distribution des âges dentaires.

C. Bouet/Caddap

47La stratégie développée au sein de l’élevage semble bien être de favoriser l’acquisition de produits secondaires. Le bœuf et le cheval fournissent la force de traction pour l’agriculture et le transport. Les vaches et les brebis gratifient leurs propriétaires de leur lait et de ses dérivés (fromage, beurre, etc.). Les moutons fournissent leur laine, bœufs, chevaux et chèvres procurent peaux et cuirs. Chats et chatons (domestiques ou sauvages) offrent leurs fourrures.

  • 36 Aucun indice ne nous permet de penser à une exportation de pièces de viande.

48Il est probable qu’une grande partie du cheptel termine sa vie dans l’écuelle des habitants de la maison religieuse ou de leurs dépendants36. Par la suite, un petit nombre d’ossements du bétail (plus rarement les cornes) sont réemployés pour une activité de tabletterie de faible ampleur.

3.2. La transformation de produits alimentaires

49Nous avons vu, par le biais des sciences environnementales, que le monastère ou la ferme associée à celui-ci produit céréales, légumineuses, viandes et produits laitiers. La mise en valeur des terres agricoles paraît s’effectuer au cours des premiers temps de l’établissement par une exploitation directe des territoires de l’ancien fisc.

50La production et le stockage de denrées alimentaires sont avérés dans la zone. La transformation d’éléments bruts en produits finis reste à démontrer. Cette activité s’intègre dans une chaîne opératoire dont le but est de répondre aux besoins primaires de la communauté et de ses dépendants.

3.2.1. Une structure de combustion : le fournil du monastère ?

51Un ensemble, localisé dans la moitié nord de la fouille, paraît être en lien avec ce type de transformation (fig. 9). Il se compose d’un four (2692) et de sa chambre de travail (1893 N), en activité à la fin du premier Moyen Âge (seconde moitié du xie–première moitié du xiie siècle).

Fig. 9 Localisation du fournil.

Fig. 9 Localisation du fournil.

DAO D. Censier/Caddap

52Le fournil ou chambre de travail, dont la superficie avoisine les 16 m² (fig. 10), présente des parois verticales et un fond plus ou moins plat. Il dessine au sol un plan rectangulaire d’une longueur de 4,50 m pour une largeur de 3,50 m. L’ensemble est conservé sur une profondeur de 1,20 m. Dans le fond de la structure, on note, dans la partie la plus proche de la chambre de chauffe, une légère dépression, sans doute due au piétinement lors de sa période d’activité. L’empreinte d’un poteau (2595), localisée dans la chambre de travail, est l’unique élément porteur clairement associé à cette fosse.

Fig. 10 Illustration de fournil.

Fig. 10 Illustration de fournil.

DAO et cl. D. Censier/Caddap

5313 niveaux se superposent à l’intérieur de l’excavation. Le niveau d’usage lité 2385, d’une épaisseur de quelques centimètres, situé sur le creusement de la fosse, est formé par une succession de dépôts charbonneux noirs (usage) et argilo-limoneux beiges (sol). Cette alternance résulte de l’activité de combustion (déchargement des cendres du four et stabulation) et de la réfection du sol de la zone par la pose d’un revêtement de terre.

54Les niveaux de comblement 2388, 2299, 2384, 2693 et 2386-2 sont composés de limon jaune avec une importante charge de terre cuite (2299), de charbons de bois et de cendre (2288). Comblant en grande partie l’excavation peu après son abandon, leur nature semble être liée au démantèlement de structures de combustion limitrophes.

55La chambre de chauffe, intégralement conservée, prend place dans l’angle nord-est de la chambre de travail. La sole, de plan circulaire, est constituée de trois niveaux. Un premier niveau de terre cuite fragmentée et compactée (2692-1), sans doute issu d’une sole antérieure remaniée, est directement posé sur le substrat. Sur ce niveau de préparation repose un radier constitué de fragments de tuiles romaines (2944), enfin un niveau en terre cuite lisse et indurée (2943) recouvre l’ensemble de la base du four formant la surface de contact de la sole.

  • 37 La superficie de la sole avoisine les 1,50 m². Elle appartient à la catégorie de soles de grandes (...)
  • 38 Ibid., p. 26.

56La chambre de chauffe creusée en sape, directement dans le substrat naturel (limon), prend la forme d’un dôme hémisphérique de 1,50 m de diamètre37 pour une hauteur de 0,60 m. Un empierrement (2272), constitué de dalles en calcaire carbonifère, se place sur la cloche du four. Cet aménagement semble servir à la fois de protection et de renfort à la chambre de chauffe. La mise en place de pierres pour renforcer la voûte du four associe celui-ci au type de four à voûte construite. Le creusement de la chambre de chauffe dans le substrat semble rapprocher celui-ci du type de four creusé38. Les caractéristiques de construction de la voûte et de la chambre de chauffe font de cet exemplaire un type mixte assez peu attesté.

  • 39 Ibid., p. 25-31.

57Le four domestique est l’un des aménagements centraux au sein de la plupart des communautés humaines. Selon la typologie mise en place en Île-de-France39, l’exemplaire de Cysoing s’intègre au groupe le plus courant des fours creusés, localisés la plupart du temps sur des zones au substrat géologique limoneux, propices à ce genre de travaux. L’originalité de l’exemplaire observé ici réside dans le fait que la chambre de chauffe ait été creusée directement dans le limon naturel puis qu’elle ait été protégée ou renforcée par la mise en place d’une couverture faite de dalles en pierre (2272), dispositif peu fréquent pour les fours domestiques de l’époque.

  • 40 Identification reposant sur l’absence de rejets de production artisanale. Bruley-Chabot 2003, p. 2 (...)

58L’identification de cet aménagement comme le fournil de la maison religieuse40 est ici l’hypothèse retenue, même si l’on ne peut exclure la fonction de grillage de céréales. En replaçant les faits archéologiques observés dans un contexte plus global, il est possible d’avancer quelques hypothèses d’interprétation.

  • 41 Ses caractéristiques morphologiques (taille, agencement) tendent à confirmer cette datation.
  • 42 Étude carpologique de E. Bonnaire : « La matière organique amorphe carbonisée (de type pain/bouill (...)

59Le four apparaît être en fonction entre le xie et le xiie siècle41. Sa localisation, au sein de l’enclos monastique, laisse à penser que la production des denrées réalisée par celui-ci est destinée tout ou en partie à l’approvisionnement de la communauté religieuse et de ses dépendants. Le tamisage de prélèvements issus de vestiges encavés de l’époque atteste la présence de pain ou de bouillie dans cette zone42. Il n’est pas exclu que d’autres préparations culinaires aient pu bénéficier de la chaleur du four lors de la cuisson du pain, mais cet usage devait être anecdotique. Si la fabrication du pain est une activité le plus souvent familiale, la cuisson de celui-ci se fait collectivement, dans un souci d’économiser le combustible.

60On ne pourra oblitérer le fait que l’abandon du four au cours de la première moitié du xiie siècle coïncide avec le changement de règle, qui transforme la vie quotidienne de la communauté. Le remplacement des chanoines et de leur mode de vie individuel ou familial par des chanoines réguliers au mode de vie collectif a peut-être transformé les circuits d’approvisionnement des denrées alimentaires et, par là même, a peut-être rendu l’emploi du four obsolète.

3.3. La production de biens de consommation courante

  • 43 Il a été retrouvé plusieurs fragments d’amphores vinaires d’époque carolingienne dites relief band (...)

61Acquisition et transformation de biens alimentaires semblent majoritairement issues de l’exploitation des terres environnantes (exception faite du vin43). La communauté monastique a d’autres nécessités terrestres et, après la nourriture, il lui faut fournir les vêtements des chanoines. Tissus, cuir et parfois fourrures, constitutifs de l’habit, paraissent avoir été produits, tout du moins en partie, au sein du monastère.

3.3.1. Des ateliers de tissage

  • 44 Goudelancourt-les-Pierrepont, Nice 1994 ; Marcq-en-Ostrevent, Censier 2008.
  • 45 Gentilli 2009, p. 38-39.

62L’exploration du site a permis de déterminer la présence de 11 bâtiments semi-excavés, tous localisés au sein de l’enclos monastique (fig. 11). Ce type de structure se caractérise par une fosse principale de plan rectangulaire, aux parois plus ou moins verticales et au fond plat, associée à un nombre de trous de poteau variable, déterminant la présence d’une superstructure en bois couvrant la fosse. Les aménagements internes associant poteaux et fosse ont déjà été observés à de nombreuses reprises sur les sites villageois d’époque carolingienne44. L’identification de ces poteaux comme fosses d’ancrage de métiers à tisser verticaux (fig. 12) est maintenant communément admise45. Ainsi, parmi les 11 bâtiments semi-excavés, au moins 5 structures présentent ce type d’installation.

Fig. 11 Localisation des fonds de cabane.

Fig. 11 Localisation des fonds de cabane.

DAO D. Censier/Caddap

Fig. 12 Illustration d’ateliers de tissage.

Fig. 12 Illustration d’ateliers de tissage.

Cl. D. Censier/Caddap

Une aire à vocation de production textile ?

63Un espace localisé à l’intérieur de l’enclos, englobe, sur une superficie réduite, un ensemble de quatre bâtiments semi-excavés (1729, 1730, 1687 et 2601). Ces ateliers, parallèles les uns aux autres, s’alignent sur un axe commun et ont été implantés perpendiculairement au sens de la pente. Le mobilier céramique issu du comblement de ces installations est daté d’une période allant du ixe au xie siècle. Seul le mobilier du fond de cabane 1687 est daté plus précisément du ixe siècle. La disposition régulière des fonds de cabane ne prouve pas leurs synchronie ; elle illustre simplement soit une vocation spécifique de la zone, par concentration de vestiges de même nature, soit, si les fonds de cabane se succèdent, la permanence de cette fonction au cours du temps dans un même espace.

  • 46 Cardon 1999, p. 398.
  • 47 La largeur des pièces de tissu devait être normalisée, puisque celles-ci devaient être vendues à l (...)
  • 48 Cardon 1999, p. 579-594.

64L’usage que devaient faire les occupants de ces fonds de cabane trouve une réponse par la présence d’empreintes de métiers à tisser dans les bâtiments excavés 2601 et 1729. Les métiers se placent dans l’angle nord-est de la fosse principale. L’écartement entre les deux poteaux formant le cadre du métier donne une idée de la largeur de la pièce d’étoffe fabriquée. Cet espacement, variant de 1 m à 1,40 m, se retrouve sur les installations du site et plus généralement sur l’ensemble des vestiges de la période46. Il est peut-être l’indice du début d’une standardisation47 qui se développa au cours du bas Moyen Âge par l’établissement de nombreuses lois et normes48.

  • 49 Séverin 2001.
  • 50  Traduction É. Louis. Le texte latin d’après Boretius 1883, en ligne avec la traduction anglaise : (...)

65Les bâtiments observés peuvent abriter une activité de tissage au caractère féminin et domestique aussi bien qu’artisanal. La découverte de ce type de vestige est courante dans un contexte d’habitat rural. La mise en évidence de cette activité dans l’environnement d’un établissement religieux au cours de cette période l’est moins car l’exploration de ce type de contexte est plus rare. La production textile semble prendre la même forme dans le milieu monastique que celle observée dans bon nombre de communautés rurales49. Cependant, l’alignement des ateliers peut résulter d’une organisation collective. Avec toutes les réserves nécessaires, on songe aux mansiones feminarum, aux ateliers féminins des brevium exempla50.

3.3.2. Le matériel de préparation et de fabrication textile (avec la collaboration de C. Bouet)

66Deux objets en os en lien avec le travail des fibres (fig. 13) semblent corroborer la production de tissu au sein de la maison religieuse.

Fig. 13 Illustration de broches de tisserand.

Fig. 13 Illustration de broches de tisserand.

Cl. C. Bouet/Caddap

67Le premier est un objet, fabriqué dans un os long de grand mammifère ou un bois de cervidé (576-10-176), de forme oblongue asymétrique. Il a été mis au jour lors du dégagement de la fosse 3070. Il présente sur l’une de ces faces, au niveau de l’extrémité la plus large, un décor incisé de lignes obliques et parallèles.

68Le second objet (576-10-266), également de forme allongée mais plus fin, résulte de la fouille du bâtiment semi-excavé 1729. Il s’agit d’un fragment de fibula de porc dont au moins l’épiphyse distale a été ôtée et taillée en pointe. Sur les faces les plus étroites, l’objet comporte des cupules, qui ne sont presque plus perceptibles sur une des faces, peut-être en raison de l’utilisation de l’objet.

  • 51 Chandevau 2002, p. 56, Pl. VIII.

69Par analogie avec les objets découverts sur la motte castrale de Boves51, on identifiera le premier objet (576-10-176) à un poinçon de type I et le second (576-10-266) à une broche de type I. Nous tenons à préciser que ces identifications ne tiennent pas compte de l’utilisation réelle des objets, difficile à attester en l’absence d’étude tracéologique. Cette caractérisation est rendue d’autant plus difficile que les objets sont fragmentaires : au niveau des deux extrémités pour le poinçon, et au niveau de la pointe pour la broche.

  • 52 Maigrot 1997, p. 206.

70En poussant plus avant les observations, quelques détails sont à noter. Le poinçon (576-10-176) présente, à l’œil nu, un lustre terne52. L’observation à la loupe binoculaire montre, sur la face non décorée, à 2 mm et 8 mm de l’amincissement, une suite de fines lignes parallèles, obliques par rapport à l’axe longitudinal de l’objet. De rares traces, également fines et parallèles, sont décelables mais orientées différemment des premières. La face décorée ne comporte pas ce type d’indices.

  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid. p. 204.

71La broche (576-10-266) présente un lustre53 différent sur ses différentes faces : la pointe et les petits côtés ont un aspect verni tandis que les grands côtés ont une apparence plus terne. La pointe est émoussée de façon asymétrique et comporte des écaillures54 qui montrent son usure. Sur ses deux faces, l’objet présente de fines lignes parallèles, obliques par rapport à l’axe longitudinal de l’objet. Les cupules d’un des petits côtés montrent les mêmes stigmates.

  • 55 D’après Y. Maigrot (Maigrot 1997), les outils utilisés pour le travail de la terre présentent une (...)
  • 56 Selon Y. Maigrot (Maigrot 1997), le travail de la peau entraîne la formation d’un poli modéré à en (...)
  • 57 Cheval 2013
  • 58 Legrand 2003.
  • 59 Morisset 1988, p. 280.
  • 60 Cardon 1999, pp. 398-400.

72Ces différentes observations semblent exclure le travail de l’argile55 et de la peau56. En revanche, elles recoupent les observations faites par Carole Cheval57 sur les lames de tissage. Il est cependant difficile de déterminer à l’heure actuelle si les matériaux travaillés sont plutôt de la laine ou des végétaux. Les stries observées sur les outils employés pour la vannerie étant entrecroisées58, ce type d’usage semble exclu. Les objets découverts à Cysoing semblent avoir été utilisés comme broche ou pin-beater, qui servait à descendre et tasser les fils de trame dans les métiers à tisser verticaux à deux barres59. Il n’est pas exclu qu’il s’agisse de pickers-cum-beaters60 (sélectionneurs-tasseurs) mais le fait que l’extrémité la plus large manque ne permet pas de l’affirmer.

  • 61 Ibid., pp. 396-398.

73L’absence de découverte de fusaïoles sur un site de cette taille est à noter. Lié à une activité de filage tant fixe que nomade, ce manque ne peut définitivement exclure la réalisation d’une telle besogne dans la zone. L’absence de pesons, quant à elle, s’explique par l’usage de métiers à tisser à deux traverses. Attesté pour cette période, celui-ci semble supplanter sous nos latitudes le métier à poids61. Enfin, de nombreux couteaux et pierres à aiguiser ont été mis au jour. Ces outils multifonctions avaient naturellement leur place entre les mains du tisserand.

3.3.3. La matière première mise en œuvre dans la fabrication de tissus était-elle issue du domaine ?

  • 62 Censier 2013, p. 400.

74Les observations des restes végétaux ne déterminent aucune plante à vocation textile ou tinctoriale dans les prélèvements réalisés62. Il n’est cependant pas à exclure que diverses espèces utilitaires, tels le lin ou le chanvre, aient été cultivées sur place.

  • 63 Ibid., p. 386-390.

75Les observations archéozoologiques63 mettent en évidence, dans la population ovine (brebis), une grande proportion d’animaux de réforme. Leur élevage semble tourné vers la production de produits secondaires, dont la laine. Il est donc probable qu’une partie de ces toisons ait été traitée directement sur place et transformée en fil, tissu puis vêtements.

3.3.4. Récupération et usage des peaux

  • 64 Notamment olfactif.

76Aucune structure archéologique en lien avec le traitement des peaux n’a été observée lors de l’opération de terrain. Cependant, de nombreuses marques de récupération de la peau ont été détectées chez le bœuf, le porc et les équidés lors de l’étude de la faune. La valorisation de ces sous-produits dans une optique autarcique apparaît des plus cohérentes. Le degré de technicité des procédés de transformation des dépouilles ainsi que les désagréments qui lui sont associés64 laissent planer un doute sur la localisation de cette activité au sein de l’enclos monastique. L’usage et la transformation du cuir en produit fini (chausses, accessoires) sont quant à eux plus probables.

  • 65 Bobis 1992, p. 75.
  • 66 Le site rural d’Escaudain, d’époque carolingienne (Bouet 2012), a livré un reste de chat. Le site (...)

77De fines traces découvertes sur un fragment de crâne de jeune chat indiquent le dépouillement de cet animal (fig. 14). Ce crâne appartient à l’un des deux individus découverts dans l’un des fonds de cabane de la période. Cet indice de récupération de la fourrure, dont le commerce est attesté par certains textes65, explique peut-être la relative importance numérique de cette espèce sur le site pour la période. En effet, habituellement, seulement 1 ou 2 os de cette espèce sont découverts66, tandis qu’ici au moins quatre individus ont pu être identifiés. Il nous est cependant impossible de savoir si ces peaux et fourrures ont été transformées sur place.

Fig. 14 Illustration tabletterie et usage des peaux.

Fig. 14 Illustration tabletterie et usage des peaux.

Cl. C. Bouet/Caddap

  • 67 Charvin 1965, p. 26 n°17.

78Le port de vêtement doublé de fourrure, appelé communément pelisse, devait être indispensable aux religieux durant la mauvaise saison. Pierre le Vénérable, pour freiner le luxe, interdit les fourrures trop dispendieuses, comme celles de chat, par exemple, et conseilla celles de putois ou de vison, ou les peaux de chèvre ou d’agneau. À Cluny, les pelisses étaient renouvelées tous les deux ans, à la Saint-Michel67.

3.3.5. La tabletterie (C. Bouet)

79À la période carolingienne, le site se distingue par un nombre non négligeable d’indices de récupération des matières premières. Toutes les catégories semblent avoir été récupérées : corne, peau et fourrure, os, etc. Pour ces derniers, si aucune chaîne opératoire complète n’a été repérée, la présence de plusieurs ébauches confectionnées dans des os longs de grands mammifères signale un travail de l’os sur le site. On notera également que quelques bois de cervidés (cerf et chevreuil) attestent la récupération de cette matière.

80Plusieurs os ont été fendus longitudinalement, probablement pour l’obtention de baguettes, comme en attestent les quelques ébauches mises au jour. En dehors de ces ébauches rectilignes, d’autres rebuts ont été découverts, tel un fragment d’os long de grand mammifère dans lequel une découpe arrondie pourrait provenir de la fabrication d’un jeton (PO 576-10-268, fig. 14). Les déchets artisanaux, même s’ils sont nombreux en comparaison d’autres sites, ne sont pas suffisants pour indiquer plus qu’une simple production domestique.

3.4. Une activité d’orfèvrerie à Cysoing

  • 68 Site palatial de Compiègne (Petitjean 1997, p. 154 -156), collégiale Saint-Amé à Douai (Louis 2014 (...)
  • 69 Gisèle occupe sans doute une partie de la maison religieuse, puis ses successeurs développent leur (...)

81Les traces en lien avec le travail des métaux précieux lors de fouilles archéologiques semblent être le plus souvent localisées à proximité des lieux de pouvoir temporel ou spirituel68. L’implantation de ce type d’activité est naturellement dictée par la présence de commanditaires. Le fisc de Cysoing, établissement religieux et aristocratique69, apparaît comme propice à l’installation d’un artisanat de luxe.

  • 70 Seré 1850, p. 26.
  • 71 Aliorum sanctorum reliquias, quae inibi plurimae habebantur. Coussemacker 1886.

82La fondation d’une maison religieuse dans les années 850 a dû nécessiter l’acquisition de vases liturgiques (grand et petit calice, burette et encensoir) qui, suivant la norme de l’époque, se devaient d’être en métal précieux70. Lors de l’arrivée à Cysoing des prestigieuses reliques de saint Calixte, celles-ci furent conservées dans le chœur de la vieille église. On précise encore qu’outre celles du pape romain, l’église accueille de nombreuses autres reliques71. L’élaboration de châsses et de reliquaires est indispensable à la conservation et à la présentation de ces objets de piété. La demande en objets précieux semble particulièrement importante à Cysoing au cours du ixe siècle et a sans doute motivé l’installation d’un atelier d’orfèvre dans l’ancien fisc.

3.4.1 Les faits archéologiques

83Un atelier d’orfèvrerie a peut-être œuvré en limite nord-ouest du site (fig. 15). Dans ce secteur, 77 fosses ou niveaux prennent place sur une superficie avoisinant les 110 m². Stratigraphiquement, ces creusements se placent sous deux niveaux d’abandon 1789 et 1790, datés du xiie siècle. Le positionnement stratigraphique et le mobilier céramique placent cette installation dans un cadre chronologique allant du ixe siècle au xiie siècle.

Fig. 15 Plan et illustration de l’atelier d’orfèvre.

Fig. 15 Plan et illustration de l’atelier d’orfèvre.

DAO et cl. D. Censier/Caddap

  • 72 Zone en limite de fouille.

84La détermination d’une installation à vocation artisanale est rendue délicate par le caractère lacunaire des vestiges observés72. Néanmoins, plusieurs éléments semblent plaider en faveur de cette hypothèse. Cette zone a attiré l’attention lors de son exploration par la découverte de creusets et de fragments de creusets provenant de diverses fosses ou niveaux se concentrant sur un espace restreint (fig. 16).

Fig. 16 Illustration et localisation du mobilier en lien avec l’atelier d’orfèvre.

Fig. 16 Illustration et localisation du mobilier en lien avec l’atelier d’orfèvre.

Cl. C. Boucher/Caddap

Les creusets, de forme ovoïde, sont au nombre de deux.

85L’individu de plus grande taille (576-10-066) provient de la fosse 1808-1809. D’une hauteur de 3,9 cm pour un diamètre maximal de 3,8 cm, ses parois ont une épaisseur de 0,6 cm. La surface extérieure est vitrifiée et un bec verseur formé par un simple pincement de la pâte se place au niveau de sa lèvre.

86Le second creuset (576-10-070) est issu du niveau 1790. De taille plus réduite que le premier exemplaire, sa hauteur avoisine les 3,3 cm, son diamètre maximal atteint 2,8 cm et ses parois ont une épaisseur de 0,5 cm. Il est muni d’un bec verseur et l’aspect vitrifié de ses parois est moins marqué que sur le premier spécimen.

  • 73 Petitjean 1997, p. 154-156.
  • 74 Louis 2014.
  • 75 Mouny 2012, p. 75.

87Ces deux creusets appartiennent à un type de forme ovoïde bien connu. Des exemples présentant, par leurs dimensions et leurs profils, des similitudes avec les spécimens de Cysoing, sont attestés pour la période altomédiévale dans le site palatial de Compiègne73, dans la zone d’occupation domestique du site de la collégiale de Saint-Amé74 à Douai ou bien encore pour le site castral de Boves. Sur ce dernier site, la présence d’or dans ce type de creuset est clairement attestée75.

88L’analyse des dépôts superficiels à l’intérieur de ces creusets a été entreprise pour connaître la nature des métaux mis en œuvre. Celles-ci ont été réalisées à l’aide d’un Microscope électronique à balayage environnemental (MEBE), dans le laboratoire d’analyses physiques et de caractérisation des matériaux de la CADDAP.

89Le creuset 576-10-070 présente une composition caractéristique de celle de l’argile, à savoir : carbone, oxygène, sodium, magnésium, aluminium, silicium, potassium et calcium. Fer et titane s’ajoutent à cette base, dans de faibles proportions. La présence de cuivre, d’argent et d’or peut s’expliquer comme le témoignage d’un alliage fondu dans ce creuset. Les analyses semi-quantitatives ponctuelles reflètent des teneurs en or (43-46 %) supérieures à celles de l’argent (10-11 %), elles-mêmes plus importantes que les teneurs en cuivre (0,42-0,53 %).

90Le creuset 576-10-066 présente les éléments liés au sédiment même (composition de l’argile). Il semblerait que l’on puisse associer à l’utilisation de ce creuset la fonte d’un alliage d’or, d’argent et de cuivre. Les proportions de ces trois éléments rappellent celles observées pour le premier creuset : 39,35 % d’or, 10,79 % d’argent et 0,62 % de cuivre. L’hypothèse d’un alliage est renforcée par l’existence d’un résidu de matière dorée situé sur le bec verseur du creuset. Les dimensions de ce dernier ne nous ont pas permis de l’introduire dans la chambre à échantillon du microscope, cet élément de matière n’a donc pas été analysé.

  • 76 Censier 2013, annexe IX. Rapports d’analyses du laboratoire de caractérisation des matériaux.
  • 77 Alliage d’or et d’argent.

91Ces résultats76 mettent en évidence la présence d’électrum77 sur la surface interne de ces deux exemplaires et assurent de fait l’existence d’une activité d’orfèvrerie dans la zone ou à proximité plus ou moins immédiate.

92À ces creusets de type ovoïde peuvent être associés deux fragments d’éléments en terre cuite de forme circulaire et au profil en coupelle. La détermination de ces deux éléments comme possibles creusets se base sur l’aspect légèrement vitrifié des parois, similaire à celui observé sur les creusets de type ovoïde, ainsi que sur la présence d’un résidu vitreux sur la paroi interne de ces petits récipients. L’individu le mieux conservé (576-10-063-1) est issu des niveaux 1789-1790. Son diamètre estimé est d’environ 7,5 cm pour une hauteur conservée approchant les 2,2 cm. Le second fragment (576-10-63-2) est issu de la fosse 1828. De taille plus réduite, il présente une hauteur conservée de 1,6 cm et a un diamètre estimé avoisinant les 6,5 cm.

93Le fragment 576-10-063-01 a fait l’objet d’une série d’analyses au MEBE du laboratoire d’analyses physiques et de caractérisation des matériaux de la CADDAP.

94Nous retrouvons les éléments liés à la composition même du tesson de céramique (argile), auxquels s’ajoutent le fer et le titane. La première analyse demeure la plus intéressante car elle révèle à la fois l’existence de plomb, dont la teneur n’est pas négligeable (4,77 %), et de cuivre. Il n’est pas exclu que le plomb détecté soit celui présent dans une glaçure dont quelques traces semblent subsister. Une analyse des teneurs en plomb sur des fragments de glaçure préservés sur la surface externe permettrait d’argumenter cette hypothèse. Si un tel revêtement existait à l’intérieur, l’utilisation de cet objet pour contenir des métaux en fusion deviendrait alors improbable.

  • 78 Petitjean 1997, p. 154 -156.
  • 79 Louis 2009.

95Les exemples observés ici sont peut-être à comparer morphologiquement avec les spécimens en forme de petites cupules attestant l’existence d’un artisanat du verre dans le site palatial de Compiègne78. La possibilité d’un artisanat du verre sur le site de Cysoing semble néanmoins peu probable. La comparaison entre les fragments de creuset lié au travail du verre coloré issu de la fouille de l’ancienne abbaye de Wandignie-Hamage79 à ceux issus de Cysoing met en évidence une différence notable quant à la nature des résidus vitreux présents à l’intérieur de ces éléments (pâte de verre colorée pour l’un, éléments vitrifiés pour l’autre).

96La nature des éléments mis en œuvre par l’intermédiaire de ces creusets n’a pu être définie, aucun moule ou fragment de moule n’ayant été mis au jour dans cette zone et plus généralement sur le site.

97Un deuxième type d’objet a été exhumé dans cet espace. Dans la partie supérieure du comblement de l’excavation 1832=1899, plusieurs dizaines de fragments d’un élément en terre cuite (1831) ont été récoltés (mobilier 1831). Une fois lavés et en partie remontés, ces fragments sont constitutifs d’une pièce (15 x 13 x 8 cm) qui semble prendre une forme parallélépipédique (576-10-285). Trois faces planes et un angle sont conservés. Une de ces faces révèle des traces charbonneuses de combustion. Au vu de son état de conservation, sa fonction paraît difficile à établir. À titre d’hypothèse, cet élément fragmentaire pourrait appartenir au fourneau de l’artisan.

98La concentration de ces différents éléments, dans un espace réduit et un contexte chronologique défini entre le IXe et le XIIe siècle, semblent être les indices d’une possible utilisation synchrone de ces artefacts.

Les niveaux et les fosses (fig.15)

99Trois empierrements (1830-1833-1790), constitués de pierre de Tournai et de grès, se placent dans un espace circonscrit au nord de la zone fouillée. L’organisation des pierres constituant le niveau 1790, lâche et peu cohérent, pourrait s’apparenter à un niveau de destruction. Les éléments constituant les niveaux 1830 et 1833 semblent à peine mieux ordonnés. Ainsi peut-on simplement observer que les pierres constitutives du niveau 1830 sont jointives. Le niveau 1833 est associé à une plaque de rubéfaction de faibles dimensions (1834), positionnée stratigraphiquement sous l’empierrement. La présence de ces vestiges pourrait être l’indice de l’existence sur la zone d’un ou de plusieurs éléments construits ayant subi d’importantes destructions et/ou des remaniements.

Les possibles bâtiments sur poteaux plantés

100Un grand nombre de trous de poteau prennent place dans la zone, parmi lesquels deux ensembles se démarquent.

101Le premier se compose de 12 trous de poteau (1738, 1746, 1750, 1717, 1713, 1753, 1754, 1751, 1768, 1783, 1752, 1784). Il se caractérise par des poteaux de plan circulaire associés à un avant-trou de plan plus ou moins rectangulaire, comblé d’un limon jaune pourvu d’une forte charge de poches de limon brun et vert. Les fosses 1738, 1746,1750, 1717 et 1713 s’alignent sur un axe orienté est-ouest. Les fosses 1713, 1753, 1754 et 1751 sont disposées sur un axe orienté nord-sud. Les deux alignements se rejoignent à angle droit et pourraient constituer les parois est et sud d’une construction (bâtiment A) sur poteaux plantés se développant vers l’ouest à l’extérieur de l’emprise de fouille. La possible construction A prend alors la même orientation que le fossé 1471, la fosse 1808-1809 ainsi que le fond de cabane 1590.

102Un deuxième ensemble de poteaux (1739, 1779, 1244, 1780, 1786, 1888, 1901, 1900, 1635, 1677, 1598, 1596, 1594) se caractérise par un gabarit identique (oscillant entre 0,20 m et 0,30 m) et par l’absence d’avant-trou. Les trous de poteau 1739, 1778, 1780, 1786, 1888 s’alignent sur un axe commun orienté nord-est/sud-ouest et se placent en limite ouest du terrain. Lui répond, 10 m plus à l’est et sur une même orientation, l’alignement composé des excavations 1598, 1596, 1594. Les excavations 1888, 1901, 1900, 1635 et 1677 s’alignent sur un axe commun orienté nord-ouest/sud-est. Les alignements se rejoignent à angle droit et forment en plan un rectangle de 10 m de longueur pour une largeur de 5 m (bâtiment B).

103Aucun élément stratigraphique ne permet de déterminer un rapport d’antériorité ou de postériorité d’une restitution par rapport à une autre. Les fosses 1756 et 1559 se caractérisent par leur comblement à la composition fortement chargée en charbons de bois et dont l’usage de cendrier n’est pas à exclure. La fosse 1808-1809, dont le comblement supérieur a livré le creuset 576-10-066, a un plan pseudo-régulier et un fond en légère cuvette. La stratification présente sur le fond de l’excavation un fin liseré de charbons de bois. L’orientation de cette fosse est identique à celle que prend la restitution du bâtiment A.

104On peut émettre l’hypothèse qu’une construction sur poteaux (bâtiment A ou B) prend place dans la zone. Associé à celle-ci, un aménagement en pierre et terre cuite (1831), localisé au nord de la construction, détermine une zone de travail abritant diverses fosses de rejets.

105La comparaison avec des ensembles à la fonction identique est ardue. Les exemples archéologiques d’ateliers d’orfèvre datés de ces périodes, en bon état de conservation, sont encore à découvrir.

3.4.2. La comparaison avec la documentation textuelle

  • 80 Dodwell 1961 ; Hawthorne et Smith 1963.

106Étudions la description d’un atelier d’orfèvre du moine Théophile dans le Diversarum arlium schedula80. Le traité rédigé au xie siècle donne, dans soixante-dix-neuf chapitres, des instructions techniques exclusivement consacrées à l’orfèvrerie religieuse. Ce recueil, principale source textuelle de la période, semble non seulement être issu du monde monastique mais peut également lui être destiné. Il laisse entrevoir, à côté d’ateliers profanes, l’existence de clercs spécialement chargés de fabriquer, d’entretenir l’orfèvrerie du culte ou de superviser sa fabrication.

Livre III, chapitre 181

  • 81 Ibid.

« Construisez à votre usage une maison haute et spacieuse, dont la longueur soit dirigée du côté de l’orient. ».

107L’hypothèse de restitution de bâtiment A peut correspondre à la description.

Livre III, chapitre 282

  • 82 Ibid.

« Creusez ensuite, devant la fenêtre, à un pied et demi du mur, en travers, un fossé de trois pieds de long et deux de large, vous le couvrirez de bois à la circonférence. Deux de ces bois au milieu, vis à vis de la fenêtre, s’élèveront du fossé à la hauteur d’un demi-pied ; la dessus, transversalement au fossé on placera une table arrondie de deux pied de largeur et trois de longueur, qui puisse couvrir les genoux de ceux qui seront assis dans le fossé. »

108La fosse de travail 1809-1808, de plan rectangulaire, mesurant 2,26 m x 1,34 m pour une profondeur observée de 0,80 m, se place à l’intérieur du bâtiment A.

Livre III, chapitre 383

  • 83 Ibid.

« Auprès du mur et non loin de la fenêtre à gauche de l’ouvrier assis, on plante en terre un bois long de trois pieds, large de deux, de la grosseur de deux doigts à peine. Lorsqu’il sera solidement établi, il présentera au milieu une ouverture à passer un doigt, à une hauteur du sol de quatre doigts. À la partie antérieure on attachera un autre bois solidement avec des chevilles en bois large de quatre doigts et aussi long que le précédent. Devant celui-ci vous établirez un autre bois d’égale longueur et largeur, de manière qu’entre ces deux bois il y ait un espace de quatre doigts. Assujettissez ce dernier à l’extérieur à l’aide de deux ou trois pieux, prenez de l’argile non pétrie, ni mêlée d’eau, mais nouvellement extraite, mettez-en dans cet espace d’abord un peu, et pressez fortement avec un bois arrondi, ensuite davantage, et frappez de nouveau ; vous ferez de la sorte jusqu’à ce que l’espace soit rempli aux deux tiers ; laissez l’autre tiers vide. Enlevez alors le bois antérieur, et avec un couteau long coupez l’argile également en avant et au-dessus ; frappez ensuite fortement avec un bois mince. Après cela, prenez de l’argile pétrie et mêlée de fumier de cheval et faite un fourneau avec son foyer. »

109À la gauche de la fosse de travail 1808, le creusement 1833 a livré en surface les fragments d’une pièce en terre cuite (576-10-285) aux parois planes dont l’aspect laisse à penser que celui-ci a été mis en forme par coffrage. L’ensemble est interprété comme un élément constitutif d’un fourneau. Là encore, on peut observer une certaine correspondance entre les faits relevés et le texte.

3.4.3. Comparaison avec la documentation iconographique

  • 84 « Les paroles du Seigneur sont pures ; c’est un argent éprouvé au feu, sans scorie et passé sept f (...)

110La représentation du psaume 11, verset 784, tirée du Psautier d’Utrecht illustrant un atelier d’orfèvrerie, donne un second élément de comparaison. Un personnage debout tient de sa main droite un marteau et de sa main gauche une pince de préhension. Une table arrive au niveau de la taille de l’artisan ; en son centre se consume un feu. L’artisan paraît maintenir avec sa pince un élément (creuset ?) au milieu des flammes. Un corps liquide s’échappe du foyer et se déverse sur le sol. Au second plan, une construction simple et un deuxième personnage terminent la composition.

4. Cysoing au regard des établissements monastiques régionaux

  • 85 Mériaux 2015, p. 179

111Les implantations monastiques en milieu rural prennent naissance grâce aux donations aristocratiques (comme pour Cysoing) et au soutien du pouvoir épiscopal. Ce phénomène débute régionalement dès le viie siècle avec, entre autres, les fondations des monastères d’Hamage, de Marchiennes, de Nivelles, d’Elnone ou encore de Saint Bertin85.

  • 86 Ibid. p. 185.

112Si les textes nous renseignent plus ou moins précisément sur l’histoire de ces établissements, on pensera notamment au cartulaire-chronique du moine Folcuin (961-962) pour le monastère de Saint Bertin86, bien peu ont pu bénéficier d’une exploration archéologique récente et de vaste ampleur.

  • 87 Louis 2015, p. 188.
  • 88 Le monastère d’Hamage est en fonction entre les années 630-640 et 880, alors que la maison religie (...)

113Le monastère d’Hamage fait partie de ces sites bien documentés archéologiquement, grâce à la mise en œuvre d’un programme de recherche entre 1991 et 2010, sous la direction d’Étienne Louis87. Même s’il est vrai que le site monastique d’Hamage connaît quelques dissemblances avec le site de Cysoing, dont notamment une période d’activité plus ancienne88, la découverte d’indices attestant diverses activités de production fait de celui-ci un site de référence pour ce sujet. Les fouilles du monastère d’Hamage, portant sur une superficie de plusieurs milliers de mètres carrés, ont permis d’explorer, tant dans l’enclos ecclésial que dans l’agglomération laïque attenante, une grande variété de contextes archéologiques. Les indices d’activités artisanales apparaissent, comme pour le site de Cysoing, assez discrets et essentiellement basés sur la présence d’artefacts.

  • 89 Louis 2015, fig. 6 et 7.
  • 90 Ibid.
  • 91 Ibid.

114Étienne Louis a mis en évidence, dans l’emprise de l’agglomération laïque, un atelier sidérurgique89 développant une activité de réduction et de transformation de minerai de fer, une officine de potier90 de faible envergure ainsi qu’une probable activité liée au travail de la corne91. Il est à remarquer qu’aucune production de ce type n’a été mise en évidence pour le site de Cysoing ; l’absence de matière première (minerai de fer et argile) sur le terroir de Saint-Calixte pourrait en être une des raisons.

  • 92 Ibid.
  • 93 Ibid.
  • 94 Ibid.

115Au sein de l’enclos ecclésial, les indices d’une activité d’orfèvrerie92 (par la découverte d’un fragment de moule bivalve) semblent plus faibles qu’à Cysoing mais répondent sans nul doute aux mêmes nécessités. Il en va de même de la production de tabletterie93. Enfin, une production artisanale de gobeleterie94, là encore d’envergure modeste, met en forme une vaisselle destinée, semble-t-il, à une demande locale.

116D’un point de vue plus général, on notera que les modèles de production d’Hamage ou de Cysoing semblent assez proches. Ils s’inscrivent dans une économie à tendance autarcique, développant certes une grande variété de productions mais dont le développement apparaît le plus souvent d’envergure réduite.

5. Synthèse

  • 95 On citera entre autres les abbayes de Saint-Denis (Rodrigues et Wyss, 1996, p. 266-267), de Saint- (...)
  • 96 Activité mise en évidence au sein du monastère d’Hamage (Louis 2015, p. 7, fig. 4) et du monastère (...)
  • 97 Louis 2015, § 13.
  • 98 Rejets de tabletterie au sein de niveaux carolingiens prenant place dans les bâtiments conventuels (...)
  • 99 La production de biens manufacturés dans le but d’une commercialisation est notamment attestée dan (...)

117Les rares indices de production reconnus au sein des communautés religieuses amènent un faible éclairage sur les activités manuelles pratiquées dans ce type de contexte. Les résultats des recherches archéologiques de ces dernières années confirment les données textuelles et attestent de façon récurrente la présence de productions artisanales ou domestiques au sein de maisons religieuses. Nous ne nous attacherons pas à essayer de déterminer qui, des religieux ou des laïcs, œuvraient à ce type de production, question à laquelle l’archéologie ne semble pas, pour l’instant, pouvoir répondre. La nature de cette activité, dont les vestiges sont le plus souvent ténus, ne permet pas de distinguer clairement les productions affectées aux travaux de construction des bâtiments, le plus souvent épisodiques, et celles, plus pérennes, affectées à la fabrication de biens destinés à un usage domestique ou commercial. On peut se questionner à ce sujet sur la vocation des forges et plus généralement des activités métallurgiques, largement attestées au sein des monastères95. Il en est de même pour l’artisanat du verre96, du cuir, du textile97 ou de la tabletterie98. Ces productions destinées, dans un premier temps, à fournir les chantiers de construction ou à l’autoconsommation, ont parfois été réorientées avec succès vers de nouveaux débouchés commerciaux99. Le monastère de Cysoing semble s’inscrire dans cette logique.

118Les diverses productions du monastère, dans un idéal d’autosuffisance, semblent avoir pour principale fonction de répondre aux besoins de la communauté. La transformation de produits bruts (céréales, laine) en produits finis ou semi-finis (pain, tissu, vêtements), au vu des éléments découverts, paraît se développer dans un cadre domestique tourné vers l’autoconsommation.

119La production d’objets de luxe par la mise en forme de métaux précieux (orfèvrerie) est un cas particulier qui répond aux nécessités liturgiques de l’époque. Il s’agit d’un travail de commande qui correspond à un besoin spécifique, sans doute limité dans le temps. L’exploitation des terres assure l’approvisionnement en denrées alimentaires de base (céréales). La gestion agricole du terroir apparaît centralisée et réfléchie comme le soulignent les observations carpologiques. Celles-ci attestent non seulement le traitement et le stockage des céréales et des légumineuses au sein de l’enclos mais également une certaine maîtrise agronomique, par une probable rotation des cultures.

120La fonction de l’exploitation agricole est de subvenir aux besoins de la collectivité à la fois directement (consommation) et indirectement (commerce). Une production spécialisée ou non mais génératrice de surplus permet de monétariser une partie de ces revenus en commercialisant les excédents (céréales, laine). L’exemple de l’abbaye de Saint-Denis, toutes proportions gardées, illustre sans conteste que les maisons religieuses prennent une part active dans l’économie et les échanges commerciaux dès l’époque carolingienne.

121Cette intégration dans le tissu économique vitalise le territoire et permet au monastère de se fournir en denrées qu’il ne peut produire sur place. L’insertion dans ces réseaux d’échanges s’observe à Cysoing par l’approvisionnement en vin, qui semble en partie issu des vignobles rhénans.

122Les résultats des fouilles du Clos de l’Abbaye Saint-Calixte, avec toutes les réserves nécessaires, fournissent donc un éclairage particulier sur un pan de cette économie monastique qui prendra son essor au cours des siècles suivants.

Haut de page

Bibliographie

Andreolli B.

1991, « Tra podere e gineceo. Il lavoro delle donne nelle grandi aziende agrarie dell’alto medioevo », dans Muzzarelli M. G., Galetti P., Andreolli B. (dir.), Donne e lavoro nell’Italia medievale, Turin, Rosenberg & Sellier, p. 29-40.

Bakels C.

2005, « Crops produced in the southern Netherlands and northern France during the early medieval period: a comparison », Vegetation History and Archaeobotany, 14, 4, p. 394-399.

Beijerinck W.

1976, Zadenatlas der Nederlandsche Flora ten behoeve van de botanie, bodemcultuur en warenkennis : omvattende, naast de inheemsche flora, onze belangrijkste cultuurgewassen en verschillende adventiefsoorten, Mededeeling Biologische Instituut Te Wijster, 30, Amsterdam, Backhuys & Meesters.

Bethmann L.

1846, Gesta Episcoporum Cameracensium, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, t. 7, Hanovre, Hahn, p. 393-525.

Blary F. et al.

2005, « Les campagnes médiévales en Picardie : état de la question », Revue archéologique de Picardie, 3-4, La recherche archéologique en Picardie : bilans et perspectives, p. 223-246.

Bobis L.

1993, « L’évolution de la place du chat dans l’espace social et l’imaginaire occidental, du Moyen Âge au xviiie siècle », dans Durand R., L’homme, l’animal domestique et l’environnement du Moyen Âge au xviiie siècle, Actes du colloque de Nantes, 1992, Nantes, Ouest Éditions, p. 73-84 (Enquêtes et documents, Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique ; 19).

Bouet C.

2012, « Étude archéozoologique », dans Julien M., Escaudain « Rue des Semailles », rapport final d’opération, déposé à la DRAC Hauts-de-France (SRA).

Bourassé J.-J.,

1851, « Essai sur divers arts, en trois livres, par Théophile, prêtre et moine, formant une encyclopédie de l'art chrétien au xiie siècle. Édition nouvelle et très-complète, avec traduction et notes, par M. l'abbé J.-J. Bourassé », dans Migne J.-P., Dictionnaire d'archéologie sacrée, contenant, par ordre alphabétique, des notions sûres et complètes sur les antiquités et les arts ecclésiastiques, vol. 11-1, col. 729-1014, Paris, Migne, 1851.

Bournérias M., Arnal G., Bock C.

2001, Guide des groupements végétaux de la région parisienne, Bassin parisien, Nord de la France, Paris, Belin.

Bruley-Chabot G.

2003, « Les fours culinaires en Île-de-France », dans L’Habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France, suppl. Bulletin archéologique du Vexin Français, Guiry-en-Vexin, p. 23-35.

Bully S., Bully A. et Pactat I.

2015, « Des traces d’artisanat dans les monastères comtois du haut Moyen Âge », dans Bully S. et Sapin C., Au seuil du cloître : la présence des laïcs (hôtelleries, bâtiments d’accueil, activités artisanales et de services) entre le ve et le xiie siècle, Bulletin du centre d’étude médiévale Auxerre, Hors-série n° 8. (URL : https://journals.openedition.org/cem/13674)

Bully S. et al.

2011, Baume-les-Messieurs. Fouilles programmées du chœur de l’ancienne abbatiale Saint-Pierre, Rapport d’opération déposé à la DRAC Franche-Comté (SRA).

Cappers R.T.J., Bekker R.M., Jans J.E.A.

2006, Digitale Zadenatlas van Nederland, Groningen Archaeological Studies, 4, Groningen, Groningen Institute of Archaeology.

Cardon D.

1999, La draperie au Moyen Âge, essor d’une grande industrie européenne, Paris, CNRS Éditions.

Censier D.

2008, Rue de Marquette Marcq-en-Ostrevent, rapport final d’opération déposé à la DRAC Hauts-de-France (SRA).

2013, Le Clos de l’Abbaye Saint-Calixte à Cysoing, rapport final d’opération déposé à la DRAC Hauts-de-France (SRA).

2016, « La réoccupation de bâtiments d’une villa antique par un habitat rural mérovingien, l’exemple du site “Clos de l’Abbaye” à Cysoing (Nord) », Revue du Nord, t. 97, p. 9-28.

Chandevau F.

2012, « La tabletterie et les petits objets », dans « Recherches pluridisciplinaires sur un terroir picard de l’époque antique à la Révolution française : Boves (Somme) – Complexe castral et prioral du “Quartier Notre-Dame”, Étude du mobilier 1996-2006 », Revue archéologique de Picardie, n° 1 et 2, p. 118-120.

Charvin G. (éd.)

1965, Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny, t. 1, Paris, De Boccard.

Cheval C. et Radi G.

2013, « Les lames de tissage, critères de détermination et perspectives de recherche », dans Anderson P. C. (dir.), Cheval C. (dir.), Durand A., Regards croisés sur les outils liés au travail des végétaux. An interdisciplinary focus on plant-working tools, XXXIIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, p. 323-339.

Coussemaker de L.

1886, Cartulaire de L’Abbaye de Cysoing et de ses dépendances, Lille, imprimerie Saint-Augustin.

Coxall D. (dir.)

1994, Chelles, site de l’ancienne abbaye royale, fouilles préalables à l’agrandissement de l’hôtel de ville, 1991-1992, Chelles, Ville de Chelles.

Derville A.

1995, « Somain et les Brevium exempla », Revue du Nord, t. 77, no 309, p. 7-11.

Delmaire R.

1996, Carte archéologique de la Gaule : le Nord (59), Paris, Académie des inscriptions et Belles-Lettres.

Dodwell C.R. (éd.)

1961, Theophilus, the Various Arts, Londres, T. Nelson.

Gentili F.

2009, « Typologie et analyse spatiale des fonds de cabane du haut Moyen Âge en Pays de France : l’exemple de Villiers-le-Sec et des sites environnants : Baillet-en-France, Le Mesnil-Aubry, Louvres et Villiers-le-Bel », dans Gentili F., Lefèvre A., Mahé N. (dir.), L’habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France : programme collectif de recherche - Bilan 2004-2006, Guiry-En-Vexin, Centre de recherches archéologiques du Vexin Français, p. 31-59 (suppl. au Bulletin archéologique du Vexin français du Val-d’Oise, 2).

Goret J.-F.

1997, « Le mobilier osseux travaillé découvert sur le site du “Vieux-Château” de Château-Thierry (Aisne). ixe-xiie siècles », Revue archéologique de Picardie, 3-4, p 101-136.

Grierson P.

1938, « La maison d’Évrard de Frioul et les origines du comté de Flandre », Revue du Nord, t. 24, no 96, 1938, p. 241-266.

Grierson P.

1939, « The Identity of the Unnamed Fiscs in the Brevium exempla ad describendas res ecclesiasticas et fiscales », Revue belge de philologie et d’histoire, t. 18, fasc. 2-3, p. 437-461.

Hawthorne J. G. & Smith C. S. (éd.)

1963, Theophilus. De diversis artibus. Translated from the Latin with Introduction and Notes, Chicago, University of Chicago Press.

Herlihy D.

1990, Opera muliebria. Women and Work in medieval Europe, Philadelphie, Temple University Press.

Hillman G.

1981, « Reconstruction crop husbandry practices from charred remains of plants », dans Mercer R. J. (dir.), Farming practice in British Prehistory, Edimbourg, Edinburgh University Press, p. 123-162.

1984, « Interpretation of archaeological plant remains : the application of ethnographical methods from Turkey », dans Van Zeist W., CasparieW.A. (dir.), Plants and Ancient Man. Studies in palaeoethnobotany, Proceedings of the Sixth Symposium of the IWGP, Groningen, 1983, Rotterdam, Boston, A. A. Balkerna, p. 1-41.

Holder-Egger O. (éd.)

1887, Translatio S. Calixti Cisonium, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, 15-1, Hanovre, Hahn, p. 418-422.

Jacques A.

1976, « Un four de potier du haut Moyen Âge à Baralle », Revue du Nord, t. 58, no 228, p. 73-86.

Jacomet S. et al.

2008, Identification of cereal remains from archaeological sites, 3e édition électronique, Bâle, Université de Bâle.

Jacomet S., Kreuz A.

1999, Archäobotanik. Aufgaben, Methoden und Ergebnisse Vegetations- und agrargeschichtlicher Forschung, Stuttgart, Ulmer.

Johannsen N.

2005, « Palaeopathology and neolithic cattle traction : methodological issues and archaeological persperctives », dans Davies J. (éd), Diet and health in past animal populations : current research and future directions : proceedings of the 9th Conference of the international Council of Archaeozology, Durham, 2002, Oxford, Oxbow Books, p. 39-51.

Julien M.

2012, Escaudain, rue des Semailles, rapport final d’opération, déposé à la DRAC Hauts-de-France (SRA).

Kuchenbuch L.

1991, « Opus feminile. Das Geschlechterverhältnis im Spiegel von Frauenarbeiten im früheren Mittelalter », dans Goetz H.-W. (dir.), Weibliche Lebensgestaltung im frühen Mittelalter, Cologne-Weimar-Vienne, p. 139-175.

Lebecq S.

2015, « Le testament d’Évrard et Gisèle de Cysoing. Présentation et traduction », dans Jegou L. et al. (dir.), Splendor Reginae : passions genre et famille. Mélanges en l’honneur de Régine Le Jan, Turnhout, Brepols.

Lefèvbre S.

2010, « Annexe 7. Diagnostic archéologique », dans Séverin C. (dir.), Oisy-le-Verger « Rue du Château », rapport final d’opération déposé à la DRAC Hauts-de-France (SRA), p. 407-420.

Legrand A.

2003, « Concordance des formes et des fonctions ? Étude techno-fonctionnelle des poinçons en os de Khirokitia (Néolithique pré-céramique, Chypre) », Préhistoires méditerranéennes, n° 12, p.189-196.

Louis E.

2009, Les fouilles de l’ancienne Abbaye de Wandignie-Hamage, rapport final d’opération déposé à la DRAC Hauts-de-France (SRA).

2014, Les fouilles de la collégiale Saint-Amé à Douai, rapport final d’opération déposé à la DRAC Hauts-de-France (SRA).

2015, « Les indices d’artisanat dans et autour du monastère de Hamage (Nord) » dans Au seuil du cloître : la présence des laïcs (hôtelleries, bâtiments d’accueil, activités artisanales et de services) entre le ve et le xiie siècle (Bulletin du centre d’étude médiévale Auxerre, BUCEMA Hors-série n° 8).(URL : https://journals.openedition.org/cem/13684)

Maigrot Y.

1997, « Tracéologie des outils tranchants en os des Ve et IVe millénaires av. J.-C. en Bassin parisien. Essai méthodologique et application », Bulletin de la Société Préhistorique française, t. 94, n° 2, p.198-216.

Mériaux C.

2009, « La Translatio Calixti Cisonium (BHL 1525) : une commande de Gisèle, fille de Louis le Pieux, au monastère de Saint-Amand ? », dans M. Goullet (éd.) « Parva pro magnis munera ». Études de littérature tardo-antique et médiévale offertes à François Dolbeau par ses élèves, Turnhout, Brepols, coll. « Instrumenta patristica et mediaevalia », 51, 2009, p. 585-611.

Morisset D.

1988, « La culture et la transformation du lin : le tissage », dans Cuisenier J., Guadagnin R. (dir.), Un village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du viie siècle à l’an Mil, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 277-288.

Mouny S.

2012, « Le mobilier céramique », dans « Recherches pluridisciplinaires sur un terroir picard de l’époque antique à la Révolution française : Boves (Somme) – Complexe castral et prioral du “Quartier Notre-Dame”, Étude du mobilier 1996-2006 », Revue archéologique de Picardie, n° 1 et 2.

Nesbitt M. et Samuel D.

1996, « From staple crop to extinction? The archaeology and history of the hulled wheats », dans Padulosi S., Hammer K., Heller J. (dir.), Hullled wheat. Promoting the conservation and use of underutilized and neglected crops, 4th Proceedings of the First International Workshop on Hulled Wheats, 21-22 July 1995, Castelvecchio Pascoli, Rome, International Plant Genetic Resources Institute, p. 41-99.

Nice A.

1994, « L’habitat mérovingien de Goudelancourt-lès-Pierrepont (Aisne). Aperçu provisoire d’une unité agricole et domestique des vie et viisiècles », Revue archéologique de Picardie, 1-2.

Notte L.

2010, Le Clos de l’abbaye Saint-Calixte, document final de synthèse déposé à la DRAC Hauts-de-France (SRA).

Plateaux A.

2000, Cysoing : recherches sur une abbaye disparue : les bâtiments, les jardins, la pyramide. Lille, Société historique du Pays de Pévèle.

Petitjean M.

1997, Fouilles de sauvetage sous la place du marché de Compiègne (Oise) 1991-1993, Amiens, Suppl. Revue d’Archéologie de Picardie n° 13.

Piton D. (dir.)

1993, La céramique du ve au xe siècle dans l’Europe du Nord-Ouest, Actes du colloque d’Outreau (10-12 avril 1992), Berck-sur-Mer, CRADC (numéro hors-série de Nord-Ouest Archéologie).

Procopiou H., Anderson P., Formenti F. et Tresserras J.J.

2002, « Étude des matières transformées sur les outils de mouture : identification des résidus et des traces d’usure par analyse chimique et par observations en microscopie optique et électronique », dans Procopiou H., Treuil R. (dir.), Moudre et broyer. L’interprétation fonctionnelle de l’outillage de mouture et de broyage dans la Préhistoire et l’Antiquité, vol. 1, Méthodes. Pétrographie, chimie, tracéologie, expérimentation, ethnoarchéologie, Paris, CTHS, p. 111-127.

Rodrigues N. et Wyss M.

1996, « Saint-Denis, archéologie d’une ville », dans Wyss M. (dir.), Atlas historique de Saint-Denis, des origines au xviiiesiècle, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française), p. 188-189.

2001, « Saint-Denis, archéologie d’une ville », dans Saint-Denis, la basilique et le trésor, Dossiers d’archéologie, 261, p. 108-117.

Ruas M.-P., Pradat B.

2008, « Les productions agro-pastorales du haut Moyen Âge au Mesnil-Aubry (Val-d’Oise) : Étude carpologique de la Croix-Verte/La Chapelle », Revue archéologique d’Ile-de-France, t. 1, p. 321-352.

Sakae T.

1997, « Production et circulation dans un domaine monastique à l’époque carolingienne : l’exemple de l’abbaye de Saint-Denis », Revue belge de philologie et d’histoire, n° 75-4, p. 943-955.

Sapin C.

2002, « Les bâtiments conventuels clunisiens », dans Cluny ou la puissance des moines. Histoire de l’abbaye et de son ordre, 910-1790, Dossiers d’archéologie, 269, p. 98-105.

Seré F. et Lacroix P.

1850, Histoire de l’orfèvrerie-joaillerie et des anciennes communautés et confréries d’orfèvres-joailliers de la France et de la Belgique, Paris, Librairie historique, archéologique et scientifique de Seré.

Séverin C.

2001, Lauwin-Planque (Nord), avenue Jacques-Cartier, site 286/2000, document final de synthèse, déposé à la DRAC Hauts-de-France (SRA).

2010, Oisy-le-Verger (Pas-de-Calais), rue du Château, site 448-08, rapport final d’opération, déposé à la DRAC Hauts-de-France (SRA).

Slicher Van Bath B. H.

1963, The agrarian history of Western Europe A.D. 500-1850, Londres, E. Arnold.

Sogliani F.

2000, « La cultura materiale a S. Vincenzo al volturno. Primi dati per un repertorio dei manufatti metallici », dans Brogiolo P. (dir.), Atti del II Congresso Nazionale di Archeologia Medievale, Florence, All’ Insegna del Giglio, p. 468-473.

Van der Veen M.

1989, « Charred Grain Assemblages from Roman-Period Corn Driers in Britain », The Archaeological Journal, 146, p. 302-319.

1992, Crop Husbandry Regimes. An Archaeobotanical Study of Farming in northern England 1000 BC - AD 500, Sheffield Archaeological Monographs, 3, Sheffield, University of Sheffield.

1999, « The economic value of chaff and straw in arid and temperate zones », Vegetation History and Archaeobotany 8, p. 211-224.

Yvinec J.-H.

1992, Étude d’un premier échantillon de faune. Compiègne, CRAVO, Rapport préliminaire.

Haut de page

Notes

1 Delmaire 1996.

2 Notte 2010 (Archives de l’État à Mons, cartulaire 12 L).

3 V. Motte, agent prescripteur de la zone.

4 Coussemacker 1886, p. 1-11.

5 Grierson 1939.

6 Derville 1995, p. 32-34.

7 Censier 2013, p. 348-356.

8 Plateaux 2004.

9 Ecclesiam cum eo ordinequo ego constitui (Coussemacker 1886 : 1). Sur le testament d’Évrard et Gisèle, voir la récente traduction française de Stéphane Lebecq (2015). Il s’agit probablement d’une communauté canoniale conforme à la règle d’Aix (817). Voir édition MGH en ligne (Capitularia).

10 Holder-Egger 1887 ; Mériaux 2009.

11 Plateaux 2004, p.47.

12 Coussemaker 1886, p. 12-17

13 Ibid., p. 12-13.

14 Par exemple à propos de Valenciennes (Bethmann 1846, p. 451-452).

15 Les grandes abbayes contemporaines, telles Saint-Amand ou Nivelles, comportaient une pluralité de sanctuaires ; même le petit monastère féminin de Hamage comprenait deux églises.

16 Coussemaker 1886, p. 56.

17 Ibid. p. 58.

18 Censier, 2016. p. 9-28.

19 Jacques 1976.

20 On la retrouve sur les sites belges tels que Roksem 1 dans la région d’Oudenburg. Piton 1993, p. 200, fig. 7.

21 Un élément de comparaison est connu pour le bourg monastique de Compiègne, où un fossé de gabarit assez similaire (largeur de 2,30 m pour une profondeur conservée supérieure à 1 m) matérialise ce type de délimitation (Petitjean 1997, p. 52).

22 Les fouilles de l’abbaye royale de Chelles ont livré les fondations d’un mur d’une largeur de près de 1,20 m, reconnu sur une trentaine de mètres de longueur et interprété comme la clôture de l’abbaye (Coxall 1994, p. 88 et fig. 71).

23 Le récit de la translation en 854 des reliques de saint Calixte (un pape romain du iie s.) de Brescia à Cysoing apporte des données complémentaires (Holder-Egger 1887). Ce texte a été récemment réexaminé en détail (Mériaux 2009). Il s’agit probablement d’une commande de Gisèle au scriptorium de Saint-Amand et peut-être d’une œuvre de jeunesse d’Hucbald de Saint-Amand. C’est bien évidemment Évrard qui est à l’origine de la translation, grâce aux hautes fonctions qu’il exerçait dans le Nord de l’Italie. À l’arrivée à Cysoing de ces reliques prestigieuses, elles furent conservées dans le chœur de la vieille église (celle de la villa), petite et mal bâtie (parva quidem atque inordinabili scemate edificata), mais en pierre (maceria..., lapides atque cementum). Évrard ordonne une reconstruction complète, qui commence par la nef, pendant que les reliques sont déposées dans l’ancien chœur. Elles furent ensuite déplacées dans la nef toute neuve pendant la reconstruction du chœur. Ces détails montrent que les deux édifices sont exactement superposés (une traduction détaillée de ce passage figure dans Plateaux 2000, p. 42-43).

24 « En effet, quand ils vivent du travail de leurs mains, comme nos Pères et les Apôtres, alors ils sont vraiment moines » (Règle de saint Benoît, § 48).

25 Règles de Chrodegang et d’Aix (817).

26 Nous insistons sur le caractère particulier de la couverture de l’analyse carpologique : l’échantillonnage a été réalisé en cours de fouille, en profitant du recrutement en interne d’une carpologue. L’analyse revêt donc un caractère particulier et correspond davantage à une observation de contextes, plutôt qu’à une étude systématique de contextes divers issus de l’ensemble du site archéologique. Il faut en conséquence rester prudent et être conscient des limites inhérentes au nombre et à la nature des prélèvements analysés.

27 Hillman 1981, 1984.

28 Van der Veen 1989, 1999.

29 Nesbitt, Samuel 1996 ; Procopiou et al. 2002.

30 Hillman 1984.

31 Bournérias et al. 2001.

32 Slicher Van Bath 1963 ; Bakels 2005.

33 Ruas et Pradat 2008.

34 Johannsen 2005.

35 Yvinec 1992.

36 Aucun indice ne nous permet de penser à une exportation de pièces de viande.

37 La superficie de la sole avoisine les 1,50 m². Elle appartient à la catégorie de soles de grandes dimensions, type regroupant près du tiers des individus étudiés par G. Bruley-Chabot.

38 Ibid., p. 26.

39 Ibid., p. 25-31.

40 Identification reposant sur l’absence de rejets de production artisanale. Bruley-Chabot 2003, p. 25.

41 Ses caractéristiques morphologiques (taille, agencement) tendent à confirmer cette datation.

42 Étude carpologique de E. Bonnaire : « La matière organique amorphe carbonisée (de type pain/bouillie/galette) n’est pas comptée dans l’interprétation des assemblages carpologiques. Celle-ci peut paraître très présente dans certains échantillons au vu du nombre d’éléments. Mais il faut préciser que les fragments de matière organique sont de très petite taille (quelques millimètres) et ne possèdent pas de forme particulière permettant d’identifier la nature des préparations alimentaires. »

43 Il a été retrouvé plusieurs fragments d’amphores vinaires d’époque carolingienne dites relief band amphora. Elles attestent l’importation de vin de la région du Rhin (Badorf), Leroy dans Censier, 2013, p. 367.

44 Goudelancourt-les-Pierrepont, Nice 1994 ; Marcq-en-Ostrevent, Censier 2008.

45 Gentilli 2009, p. 38-39.

46 Cardon 1999, p. 398.

47 La largeur des pièces de tissu devait être normalisée, puisque celles-ci devaient être vendues à la pièce.

48 Cardon 1999, p. 579-594.

49 Séverin 2001.

50  Traduction É. Louis. Le texte latin d’après Boretius 1883, en ligne avec la traduction anglaise : https://www.le.ac.uk/hi/polyptyques/brevium/latin.html (consulté le 13/11/2018). Sur ce point, voir aussi les travaux consacrés aux gynécées, ateliers de tissage domaniaux à main-d’œuvre exclusivement féminine : Herlihy 1990 ; Andreolli 1991 ; Kuchenbuch 1991.

51 Chandevau 2002, p. 56, Pl. VIII.

52 Maigrot 1997, p. 206.

53 Ibid.

54 Ibid. p. 204.

55 D’après Y. Maigrot (Maigrot 1997), les outils utilisés pour le travail de la terre présentent une luisance discrète à terne et des stries parallèles mais courbes ou profondes, désordonnées et sécantes.

56 Selon Y. Maigrot (Maigrot 1997), le travail de la peau entraîne la formation d’un poli modéré à envahissant sur les objets en os, d’un lustre luisant à très luisant et de stries légèrement entrecroisées.

57 Cheval 2013

58 Legrand 2003.

59 Morisset 1988, p. 280.

60 Cardon 1999, pp. 398-400.

61 Ibid., pp. 396-398.

62 Censier 2013, p. 400.

63 Ibid., p. 386-390.

64 Notamment olfactif.

65 Bobis 1992, p. 75.

66 Le site rural d’Escaudain, d’époque carolingienne (Bouet 2012), a livré un reste de chat. Le site de Oisy-le-Verger (Lefèvbre 2010) a également livré peu de vestiges de cette espèce : seulement 1 reste dans l’habitat rural du haut Moyen Âge, 6 restes pour 2 individus dans la basse cour de la motte castrale datée des xie-xiie s.

67 Charvin 1965, p. 26 n°17.

68 Site palatial de Compiègne (Petitjean 1997, p. 154 -156), collégiale Saint-Amé à Douai (Louis 2014).

69 Gisèle occupe sans doute une partie de la maison religieuse, puis ses successeurs développent leur propre habitat.

70 Seré 1850, p. 26.

71 Aliorum sanctorum reliquias, quae inibi plurimae habebantur. Coussemacker 1886.

72 Zone en limite de fouille.

73 Petitjean 1997, p. 154-156.

74 Louis 2014.

75 Mouny 2012, p. 75.

76 Censier 2013, annexe IX. Rapports d’analyses du laboratoire de caractérisation des matériaux.

77 Alliage d’or et d’argent.

78 Petitjean 1997, p. 154 -156.

79 Louis 2009.

80 Dodwell 1961 ; Hawthorne et Smith 1963.

81 Ibid.

82 Ibid.

83 Ibid.

84 « Les paroles du Seigneur sont pures ; c’est un argent éprouvé au feu, sans scorie et passé sept fois au creuset. »

85 Mériaux 2015, p. 179

86 Ibid. p. 185.

87 Louis 2015, p. 188.

88 Le monastère d’Hamage est en fonction entre les années 630-640 et 880, alors que la maison religieuse de Cysoing est fondée vers 850. Ibid. p. 187.

89 Louis 2015, fig. 6 et 7.

90 Ibid.

91 Ibid.

92 Ibid.

93 Ibid.

94 Ibid.

95 On citera entre autres les abbayes de Saint-Denis (Rodrigues et Wyss, 1996, p. 266-267), de Saint-Claude (Bully et al. 2015, p. 4) ou de Cluny (Sapin 2002, p. 101)

96 Activité mise en évidence au sein du monastère d’Hamage (Louis 2015, p. 7, fig. 4) et du monastère de Luxeuil (Bully et al. 2015, p. 12-13.) pour la période mérovingienne.

97 Louis 2015, § 13.

98 Rejets de tabletterie au sein de niveaux carolingiens prenant place dans les bâtiments conventuels de l’abbatiale de Baume-les-Messieurs (Bully et al. 2011, § 4-5)

99 La production de biens manufacturés dans le but d’une commercialisation est notamment attestée dans l’abbaye de San Vincenzo al Volturno (Sogliani 2000, p. 468-473).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Localisation de la fouille du clos de l’abbaye.
Crédits DAO D. Censier/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Fig. 2 Plan de l’installation à la période carolingienne.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 3 Sélection de mobilier : céramique en usage au cours de l’occupation carolingienne.
Crédits DAO R. Leroy/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Fig. 4 Localisation des silos.
Crédits DAO D. Censier/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
Titre Fig. 5 Coupes stratigraphiques de silos.
Crédits DAO D. Censier/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Fig. 6 Tableau comptage carpologique.
Crédits E. Bonnaire/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 7 Tableau de comptage archéozoologique.
Crédits C. Bouet/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 8 Tableau de distribution des âges dentaires.
Crédits C. Bouet/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 9 Localisation du fournil.
Crédits DAO D. Censier/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Titre Fig. 10 Illustration de fournil.
Crédits DAO et cl. D. Censier/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 11 Localisation des fonds de cabane.
Crédits DAO D. Censier/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 12 Illustration d’ateliers de tissage.
Crédits Cl. D. Censier/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 933k
Titre Fig. 13 Illustration de broches de tisserand.
Crédits Cl. C. Bouet/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 14 Illustration tabletterie et usage des peaux.
Crédits Cl. C. Bouet/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Fig. 15 Plan et illustration de l’atelier d’orfèvre.
Crédits DAO et cl. D. Censier/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 16 Illustration et localisation du mobilier en lien avec l’atelier d’orfèvre.
Crédits Cl. C. Boucher/Caddap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16358/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Censier, Emmanuelle Bonnaire, Cécile Bouet, Renaud Leroy, Héloïse Esteves et Étienne Louis, « Indices de productions au sein d’une communauté religieuse carolingienne : l’exemple de Cysoing (Nord) », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 101-128.

Référence électronique

Damien Censier, Emmanuelle Bonnaire, Cécile Bouet, Renaud Leroy, Héloïse Esteves et Étienne Louis, « Indices de productions au sein d’une communauté religieuse carolingienne : l’exemple de Cysoing (Nord) », Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16358 ; DOI : 10.4000/archeomed.16358

Haut de page

Auteurs

Damien Censier

Responsable scientifique, Communauté d’Agglomération du Douaisis, Direction de l’Archéologie Préventive.

Articles du même auteur

Emmanuelle Bonnaire

Carpologue à la CADDAP à cette date.

Cécile Bouet

Archéozoologue à la CADDAP à cette date.

Renaud Leroy

Céramologue alto-médiéviste à la CADDAP.

Articles du même auteur

Héloïse Esteves

Archéologue à la CADDAP à cette date.

Étienne Louis

Conservateur en chef du Patrimoine, CADDAP.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals