Navigation – Plan du site

Aux portes septentrionales de la ville médiévale d’Orléans : un nouveau regard sur la topographie religieuse et funéraire

At the northern gates of the medieval city of Orléans: a new look at religious and funerary topography
Ein neuer Blick auf die Kirchen und Friedhöfe vor den nördlichen Toren der mittelalterlichen Stadt Orléans
Édith Rivoire, Pascal Joyeux et Diane Carron
p. 153-187

Plan

Haut de page

Dédicace

À Olivier Ruffier des Aimes

Texte intégral

Introduction

  • 1 Joyeux et Rivoire 2012.
  • 2 Petit 1983b.
  • 3 Plus d’une vingtaine d’espaces réduits – avec paliers de sécurité – ont pu être fouillés. Ils ont (...)

1L’implantation d’une station de tramway dans le quartier de l’Étape, lors de la construction de la ligne B, est à l’origine d’une fouille préventive réalisée en 2010, dénommée « place de l’Étape »1. Elle offre un champ d’investigation particulièrement intéressant, puisque l’emprise est située à la sortie septentrionale de la ville médiévale d’Orléans, aux abords de la porte Parisie et de l’enceinte et dans le voisinage du siège épiscopal, situé intra-muros. Cet article a pour but d’exposer les résultats de cette opération archéologique et de les confronter aux deux fouilles de sauvetage voisines menées à Saint-Michel et au Mail Pothier, à la charnière des années 1970 et 1980, dans le cadre d’un vaste programme d’aménagement aux abords de la cathédrale2. Les trois fouilles se positionnent ainsi à moins d’une centaine de mètres de distance les unes des autres et portent sur des emprises respectives de 1400 m2,3000 m2 et 1200 m2 (fig. 1). Elles offrent une vision fragmentée des vestiges car elles sont tributaires de diverses contraintes, particulièrement la fouille de la place de l’Étape avec des espaces fouillés réduits par la présence en grand nombre de réseaux enterrés en service3. Elles ont mis au jour plusieurs ensembles religieux et funéraires, dont la continuité d’occupation est assurée tout au long du Moyen Âge. Ces données, contextualisées grâce à la lecture des cartes anciennes et des sources d’archives, nous amènent à mieux comprendre le rôle et la place du faubourg septentrional médiéval, sa configuration, son développement et l’adaptation des dispositifs religieux et funéraires jusqu’aux préparatifs du siège d’Orléans à la fin du xive siècle.

Fig. 1 Plan de la ville d’Orléans durant le premier Moyen Âge, avec les principales constructions situées à proximité de la porte Parisie.

Fig. 1 Plan de la ville d’Orléans durant le premier Moyen Âge, avec les principales constructions situées à proximité de la porte Parisie.

DAO F. Tane, Inrap

1. Héritage topographique et urbanistique antique

  • 4 Bouzy 2004.
  • 5 Guyot 2017, p. 128-134.

2Au cours du premier Moyen Âge, le noyau du pouvoir temporel des souverains se concentre, stratégiquement, dans l’angle sud-ouest de la fortification, sur la zone portuaire au débouché du pont (fig. 1). Le siège du pouvoir ecclésiastique s’établit, quant à lui, à l’opposé, dans l’angle nord-est de l’enceinte. La cathédrale primitive devait se trouver sous l’édifice actuel, au plus tôt dès le ive siècle, sinon au viie siècle. Elle est accompagnée par la construction d’un quartier canonial au ixe siècle4, puis par l’édification de l’église Saint-Pierre-Lentin dans le courant du xie siècle5. L’hôtel-Dieu, certainement construit au ixe siècle, est installé dans l’angle nord-ouest du quartier canonial.

3C’est dans le voisinage immédiat du groupe épiscopal que le faubourg septentrional, espace actuellement nommé « quartier de l’Étape », se développe durant le haut Moyen Âge. Sa trame urbaine est tributaire de l’emprise du castrum tardo-antique qui s’élevait à quelques dizaines de mètres de l’emprise fouillée. Celui-ci est lui-même largement conditionné par l’héritage urbanistique de la ville antique établie selon un plan orthonormé. Le quartier est, depuis le dernier tiers du ive siècle, en dehors des murs du castrum.

  • 6 Pour s’agrandir, l’hôtel-Dieu obtint dans les années 1530 une « place joignant d’icelluy [hôtel-Di (...)

4La muraille est pourvue d’un seul accès sur sa face nord : la porte Parisie. Elle a été maintenue en élévation jusqu’au milieu du xixe siècle, tandis que les fossés de ville, remis en usage à diverses reprises au gré des besoins militaires, ont été comblés dans le premier tiers du xvie siècle6.

  • 7 Courtois et Joyeux à paraître.
  • 8 Petit 1983b.
  • 9 Joyeux 2012.
  • 10 Joyeux et Rivoire 2012.

5L’enceinte constitue une contrainte topographique forte et durable. C’est un ouvrage complexe et de grandes dimensions, dont l’étude7 a largement bénéficié des observations menées à l’occasion de trois fouilles (Mail Pothier8, place Sainte-Croix9 et place de l’Étape10).

  • 11 Sur le site du Mail Pothier, l’enceinte est flanquée d’une tour dite tour Sainte-Croix, précédée d (...)

6Le mur de ville sert de mur de soutènement, créant un dénivelé entre l’intérieur et l’extérieur, de l’ordre de 1,35 m. L’altitude du seuil de la porte est de 109 m place Sainte-Croix, alors que le sol extérieur, observé sur la fouille voisine du Mail Pothier, se situe à 107,65 m. Le mur de la ville est précédé d’une lice (large d’environ 7 m) et d’un fossé (13 m à 14 m de largeur restituée), observés au Mail Pothier11.

7À 70 m au nord du mur de ville, la fouille de la place de l’Étape montre l’existence d’un autre dénivelé qui fait face au précédent. En effet, les niveaux d’occupations des ve-vie siècles se situent à une altitude de 107,70 m à l’extrémité sud de la fouille, tandis qu’on les retrouve aux alentours de 109 m sur le reste de l’emprise. La transition entre la partie basse et la partie haute s’effectue dans un espace qui n’a pas pu être fouillé, mais sa position peut être restituée entre les vestiges de la partie basse repérés dans les sondages 17 et 14 et ceux de la partie haute observés dans les sondages 19 et 28 (fig. 2). On ignore comment est traité le dénivelé de la place de l’Étape ; peut-être un second mur de soutènement fait-il face au mur de ville, mais rien à ce jour ne permet de s’en assurer.

Fig. 2 Proposition de restitution de la topographie place de l’Étape, durant le premier Moyen Âge.

Fig. 2 Proposition de restitution de la topographie place de l’Étape, durant le premier Moyen Âge.

DAO F. Tane, Inrap

8Au final, la construction de l’ouvrage défensif crée, face à la ville close, une vaste dépression large de presque 70 m et surmontée au nord d’une terrasse.

  • 12 Josset et Mazuy 2005.

9La porte Parisie, aménagée dans la fortification, permet le passage de la rue Parisie, qui correspond au cardo de la ville tracé dès les premiers siècles de notre ère. La rue est large d’environ 4,50 m intra-muros ; elle est réduite à 3 m au passage de la porte. On ne sait pas comment elle franchit la dépression qui devance le mur d’enceinte. Au nord de la porte Parisie, sur le plateau qui domine la dépression, on ignore quel tracé emprunte cette voie. Il se peut qu’elle se prolonge vers le nord, dans l’axe de la voie urbaine, mais il est également possible qu’elle soit déviée vers l’est et l’ouest, créant ainsi une rue périphérique qui longe le système défensif. C’est en tout cas cette dernière configuration qui semblerait exister au xe siècle. Selon certaines hypothèses12, cette voie est-ouest serait créée dès la mise en œuvre de la fortification qu’elle circonscrirait, mais il est très probable qu’elle coexiste avec un prolongement du cardo vers le nord.

  • 13 Joyeux, Canny, Jesset et al. 2016.

10Aucune trace archéologique, ni rien dans la documentation historique, ne permet de déterminer l’existence ou de restituer le tracé d’autres rues pour l’Antiquité tardive ou les tout premiers siècles du Moyen Âge. Il semble qu’en dehors des voies sortantes, les anciennes rues antiques, désormais situées hors les murs, disparaissent du paysage lors de la construction de l’enceinte, si ce n’est parfois plus tôt au gré des déprises urbaines qui touchent certains quartiers dès la fin du iie siècle13.

2. Un suburbium septentrional à caractère religieux et funéraire (viie-xe siècles)

2.1. Premier lieu de culte à saint Michel

  • 14 Petit 1980 ; Petit 1983a ; Gleizes 1983 ; Id. 2004 ; Gleizes et Petit 1985.
  • 15 La datation proposée par M.-F. Gleizes repose sur une analyse stratigraphique des vestiges. Une st (...)

11Figurée sur les plans anciens et évoquée par de rares sources écrites médiévales, l’église Saint-Michel a été vendue comme bien national en 1792 et transformée en théâtre. Elle a été rasée en 1979 pour laisser place aux bâtiments actuels de la mairie. À cette occasion, une fouille de sauvetage a été conduite, portant, d’une part, sur l’intérieur de l’édifice et ses abords immédiats au nord-est et, d’autre part, sur une zone située à une dizaine de mètres plus au nord, longeant la rue Prouteau (aujourd’hui disparue, fig. 3)14. Elle a permis de révéler une chapelle antérieure à l’édifice connu, construite avant le ixe siècle15, à 30 m au nord de la courtine. C’est une construction maçonnée de 30 m × 9 m, divisée en deux parties inégales par un mur de chancel et dont l’extrémité orientale est prolongée par une travée axiale ouvrant sur une abside, élevée sur une crypte accessible par deux escaliers latéraux.

Fig. 3 Plan général de l’état 1 de l’église Saint-Michel et des vestiges alto-médiévaux du Mail Pothier et de la rue Prouteau.

Fig. 3 Plan général de l’état 1 de l’église Saint-Michel et des vestiges alto-médiévaux du Mail Pothier et de la rue Prouteau.

DAO F. Tane, Inrap, d’après Gleizes 1983, p. 83

  • 16 Petit 1985, p. 155 ; Liéveaux 2017, p. 77-80.
  • 17 Il s’agit d’une centaine de coffrages composites maçonnés, répartis en neuf ou dix rangées de dix (...)
  • 18 Daniel Morleghem a repris l’étude des sarcophages découverts à Orléans. Il a inventorié sur le sit (...)
  • 19 Voir Légier 1808, p. 218 : « Il y a dans le cimetière d’Ardon, un cercueil en pierre, qui, par sa (...)

12À l’intérieur de l’église Saint-Michel, 68 sépultures ont été repérées ; elles ne représentent qu’une partie de l’effectif total, puisqu’un nombre considérable d’inhumations a été détruit lors de la transformation de l’église en théâtre. Vingt-cinq sépultures ont été attribuées, après examen sommaire, à la période alto-médiévale16 (fig. 3). De nombreuses sépultures ont également été repérées dans le sous-sol de la nef, principalement des tombes maçonnées17 (fig. 4). De plus, quatre sarcophages ont été découverts dans la nef et à l’extérieur de l’édifice, contre le contrefort du chœur. Des fragments en remploi dans des structures postérieures laissent deviner qu’ils étaient en nombre plus important18. En effet, un grand nombre de sarcophages avait déjà été repéré lors de l’aménagement du théâtre19. La construction des tombes maçonnées est contemporaine de celle de l’édifice ; l’utilisation des sarcophages pourrait être concomitante de celle des tombes maçonnées, mais les preuves font ici défaut. Sur 23 squelettes étudiables, 20 sont des adultes, deux sont des enfants et le dernier est un adolescent.

Fig. 4 Vue des tombes maçonnées implantées à l’entrée de la nef de l’église Saint-Michel.

Fig. 4 Vue des tombes maçonnées implantées à l’entrée de la nef de l’église Saint-Michel.

Cl. Pierre Gleizes, DRAC Centre - Val de Loire

  • 20 Courtois et Joyeux à paraître.

13Les études récentes indiquent que la chapelle est implantée dans la dépression créée devant l’enceinte tardo-antique20 (fig. 3).

2.2. Sépultures au Mail Pothier et rue Prouteau

  • 21 Deux campagnes de fouilles ont eu lieu, l’une en 1980, l’autre en 1981 (Kisch 1980 ; Id. 1981).
  • 22 Id. 1980 : le rapport de fouille ne mentionne pas le nombre d’individus par catégorie d’âge. Si l’ (...)
  • 23 D’autres sépultures ont été découvertes en 1980 lors de l’ouverture d’une tranchée archéologique r (...)

14La fouille du Mail Pothier est située à 100 m environ au sud-est de la place de l’Étape, le long de l’actuelle rue Dupanloup, en partie sur l’enceinte et au nord de celle-ci21 (fig. 3). Des maçonneries attribuables aux viiie-ixe siècles ont été exhumées mais leur fonction reste indéterminée. Elles sont construites devant l’enceinte, ce qui indique que le fossé qui la longeait est comblé, au moins pour partie. Par la suite, l’espace accueille 26 tombes datées du xe siècle par la stratigraphie et le matériel recueilli dans les comblements des fosses. Il s’agit d’adultes et d’enfants inhumés en réceptacles périssables22. Les tombes sont réparties sur la lice, au pied du rempart. Deux phases d’inhumation y ont été perçues. Douze sépultures appartiennent à la première phase. Elles sont orientées est/ouest et semblent s’organiser en trois bandes parallèles. Quelques recoupements ont été signalés. Dans la seconde phase, quatorze sépultures sont disposées contre le rempart. Leur orientation n’est pas aussi ordonnée que dans la première phase, puisque certaines inhumations sont orientées selon un axe sud-ouest/nord-est, contre la tour de l’enceinte. Les recoupements entre les tombes sont aussi plus nombreux23.

  • 24 Petit 1980.
  • 25 Coffrage en matériau périssable avec blocs de calage et en cercueil cloué (voir Liéveaux 2017, p. (...)
  • 26 Petit 1980, p. 5.
  • 27 Ibid., p. 42-43.

15L’autre ensemble, composé de 33 tombes, a été découvert au nord de l’ancienne rue Prouteau24 (fig. 3). Quatre phases d’inhumation ont été observées entre le viiie et le xiiie siècle. Chaque phase est séparée de la précédente par une séquence de remblais. Les sépultures sont en pleine terre ou en contenants périssables25. L’âge au décès a été évalué sommairement pour 23 squelettes. Il apparaît que les sépultures d’immatures sont majoritaires (treize enfants, quatre adolescents, six adultes)26. En l’absence d’éléments plus précis, il n’est pas possible de déterminer quelles phases appartiennent à la période alto-médiévale27. Ces sépultures sont situées au sommet de la terrasse qui surplombait la chapelle Saint-Michel.

2.3. Bâtiments primitifs et premières inhumations, place de l’Étape

2.3.1. Données archéologiques

  • 28 Kisch 1979, p. 11-14.
  • 29 Mataouchek 2009, p. 30, 37.
  • 30 Joyeux et Guillemard 2012, p. 850-851.
  • 31 Courtois et Joyeux à paraître ; Joyeux, Canny, Jesset et al. 2016, p. 133-135.
  • 32 L’étude du bâti a été réalisée par Victorine Mataouchek (Joyeux et Rivoire 2011).
  • 33 L’examen de la paroi ouest du bâtiment 1 montre un début de courbure s’accentuant légèrement vers (...)
  • 34 Étude des terres cuites architecturales de Sébastien Jesset (voir Ibid., p. 43-44).

16Après l’édification de l’enceinte, le devenir des espaces extra muros est assez mal connu, mais il est probable que toutes les occupations antérieures ne sont pas immédiatement abandonnées, comme en témoignent les résultats de la fouille de Saint-Michel28 et du diagnostic de Saint-Martin-du-Mail29. La fouille de la place de l’Étape, tout comme celle de la place du Général-de-Gaulle à l’ouest de la ville30, montre que si les emprises observées sont presque vides de constructions à partir des iiie-ive siècles, elles font l’objet de remblayages soigneux qui démontrent un entretien et un nouveau mode d’occupation qui ne laisse aucune place aux ruines31. Deux bâtiments sont implantés au sommet de la terrasse, dans les remblais qui scellent les vestiges d’un habitat antique. Ils suivent une orientation est-ouest32, en parfaite cohérence avec les autres aménagements du secteur (fig. 5) et se situent à une quarantaine de mètres au nord de la porte Parisie. Le premier longe le bord de la terrasse (bâtiment 1). Il comporte deux pièces qui se développent à l’est d’un mur orienté nord-sud. Côté ouest, l’une des maçonneries suit un tracé courbe. Son mauvais état de conservation ne permet pas de préciser sa nature33. Le second est situé à 5 m au nord du précédent (bâtiment 2). Seules les fondations d’un angle de mur ont été repérées, une portion étant implantée sur un axe est-ouest et l’autre sur un axe nord-sud. De manière générale, les maçonneries sont mises en œuvre à l’aide de blocs calcaires et de remploi de tegulae antiques liées par un mortier jaune à base de chaux (fig. 6). Aucun sol n’a été reconnu dans les pièces internes et il n’est pas possible de restituer les emprises exactes et les dimensions des constructions (les deux bâtiments ont une largeur maximale identique de 3,90 m). La présence de terres cuites architecturales, produites dans une large période comprise entre le vie et le viiie siècle et déposées dans des niveaux postérieurs du ixe siècle, indique probablement des couvertures de tuiles34. Un espace extérieur se trouve entre les deux édifices (fig. 5) mais sa nature est difficile à définir. Il pourrait correspondre aux vestiges d’une cour, plutôt qu’à ceux d’un espace de circulation, telle qu’une rue, car il est percé par une série de sépultures (cf. infra). Le rare mobilier céramique découvert dans les phases de construction et d’occupation, associé aux données stratigraphiques, date l’implantation de ces deux bâtiments au viie siècle ou au viiie siècle, c’est-à-dire à une date proche de la construction de la chapelle Saint-Michel.

Fig. 5 Plan général de l’occupation du premier Moyen Âge de la place de l’Étape, avec les bâtiments primitifs.

Fig. 5 Plan général de l’occupation du premier Moyen Âge de la place de l’Étape, avec les bâtiments primitifs.

DAO F. Tane, Inrap

Fig. 6 Vue des maçonneries du bâtiment 1 de la place de l’Étape.

Fig. 6 Vue des maçonneries du bâtiment 1 de la place de l’Étape.

Cl. S. Serre, Inrap

  • 35 Matériaux classiques pour les voies orléanaises.

17Au cours du ixe siècle, les bâtiments sont détruits puis reconstruits sur le même plan (bâtiment 3 et bâtiment 4). Si les plots de maçonneries du bâtiment 3 se superposent bien aux murs du bâtiment 1, côté oriental, rien ne permet de déterminer si la construction semi-circulaire à l’ouest est reconstruite. La mise en œuvre est réalisée à l’aide de blocs de calcaire et de fragments de tegulae. Le mortier de chaux qui les lie est compact et grossier, avec une forte proportion de gravillons noirs. L’espace extérieur, qui se trouvait entre le bâtiment 1 et le bâtiment 2, est toujours en fonction. Les tessons de céramique découverts au sein des phases de construction et l’étude de la stratigraphie permettent de dater cette reconstruction du ixe siècle. En contrebas de la terrasse, un niveau de circulation construit en galets de silex de Loire et calcaire concassé35 a été observé en coupe. En raison de sa localisation, il s’agit probablement d’un vestige d’une rue est-ouest, comprise entre le pied de la terrasse et la chapelle Saint-Michel (fig. 7). De datation imprécise, elle est antérieure aux ixe-xe siècles. Il peut tout aussi bien s’agir d’une rue de desserte tardo-antique au cœur du système défensif que d’une création nouvelle, au tout début du Moyen Âge.

Fig. 7 Plan général des vestiges de la place de l’Étape, de Saint-Michel/rue Prouteau et du Mail Pothier au premier Moyen Âge.

Fig. 7 Plan général des vestiges de la place de l’Étape, de Saint-Michel/rue Prouteau et du Mail Pothier au premier Moyen Âge.

DAO F. Tane, Inrap

  • 36 Pour le détail des études archéo-anthropologiques réalisées par Ivy Thomson, Chloé Bouneau et Nico (...)
  • 37 Les analyses réalisées par le laboratoire de l’université de Groningue (Pays-Bas) portent sur neuf (...)
  • 38 Les datations radiocarbones effectuées sur deux squelettes de cette première phase d’ensevelisseme (...)
  • 39 Les datations radiocarbones effectuées sur quatre squelettes ont une fourchette chronologique des (...)

18Vingt-trois tombes alto-médiévales ont été mises au jour (fig. 8), dont dix-sept ont été fouillées intégralement36. Le mobilier céramique associé est quantitativement faible mais croisé avec les analyses radiocarbones effectuées sur un échantillon de squelettes, il permet de proposer une fourchette chronologique allant du viie au xe siècle37. Malgré la vision partielle qu’offrent les sondages, l’occupation apparaît dense, comme en témoignent des recoupements presque systématiques et l’omniprésence d’ossements en position secondaire dans les fosses sépulcrales. Les premières sépultures sont concentrées sur une superficie qui ne dépasse pas, dans l’emprise fouillée, 100 m2 aux viie-viiie siècles38. Elles sont très certainement synchrones de l’utilisation des bâtiments 1 et 2. Puis, aux ixe-xe siècles, alors que les bâtiments 3 et 4 ont remplacé les premiers, l’espace funéraire s’étend vers le sud en contrebas de la terrasse, mais également vers l’est39, jusqu’à atteindre une superficie de 400 m2. Les cinq inhumations mises au jour dans la partie orientale de l’emprise semblent se développer sur ce qui était le tracé du cardo ; il est donc fort probable que ce dernier ait été légèrement déplacé ou rétréci au gré des besoins.

Fig. 8 Plan général de l’occupation du premier Moyen Âge de la place de l’Étape, avec la répartition par âge des sépultures.

Fig. 8 Plan général de l’occupation du premier Moyen Âge de la place de l’Étape, avec la répartition par âge des sépultures.

DAO F. Tane, Inrap

19Les phases d’entretien de l’espace sépulcral sont matérialisées par des couches distinctes de remblais. Les plus tardives comportent un nombre important d’ossements humains en position résiduelle, ce qui suggère que des inhumations antérieures, très certainement rattachées à la phase des viie-viiie siècles, ont été vidées. Alors que deux phases d’inhumation successives ont été identifiées, leur étude ne livre aucun indice d’une évolution des pratiques funéraires. Il s’agit d’inhumations primaires où les cadavres ont été déposés selon un axe est/ouest, avec la tête orientée à l’ouest. La taille et la forme des fosses sépulcrales, non architecturées, sont adaptées à la stature et à l’âge des défunts : elles sont ainsi rectangulaires aux angles arrondis et au fond plat lorsqu’elles abritent un sujet de taille adulte, alors que les sépultures des sujets immatures, quand elles ont pu être observées, apparaissent souvent plus simples, de formes proches de l’ovale avec des fonds concaves.

20L’analyse taphonomique montre que les cadavres ont été inhumés au sein de réceptacles rigides en matériaux périssables. Dans deux cas au moins, la présence de blocs de calage permet d’envisager l’assemblage in situ de coffrages en bois (fig. 9). Parmi les 23 sépultures, 13 renfermaient des individus immatures et trois des six qui n’ont pu être fouillées présentaient des dimensions trop réduites pour accueillir un cadavre adulte. L’ensemble funéraire est donc principalement composé de sujets immatures, parmi lesquels toutes les classes d’âge sont représentées. Les quatre sépultures d’adultes identifiées sont spatialement dispersées dans le cimetière, ainsi qu’une partie des inhumations d’individus immatures. Huit sépultures de jeunes enfants étaient rassemblées dans une aire de 4 m2, où l’on constate de nombreux recoupements. Cette concentration regroupe les trois plus jeunes individus, décédés avant d’avoir atteint l’âge d’un an, trois des sept individus décédés avant 5 ans et deux sépultures aux dimensions très réduites, dont les squelettes n’ont pu être observés.

Fig. 9 Vue rapprochée d’une sépulture avec blocs de calage.

Fig. 9 Vue rapprochée d’une sépulture avec blocs de calage.

Cl. N. Liéveaux, Inrap

  • 40 Méthode de Moorrees, Fanning et Hunt 1963.
  • 41 Charlier 2008.
  • 42 Palfi, Dutour, Bérato et al. 2000.

21Les sujets ne présentent pas de pathologie récurrente. Un cas de syphilis congénitale est suspecté chez un sujet (dont seuls le crâne et la mandibule ont été retrouvés), pour qui l’âge au décès est estimé entre 4 et 9 ans40. Ses incisives présentaient des encoches de Hutchinson caractéristiques d’une affection syphilitique41 ; elles s’accompagnent d’hypoplasies linéaires de l’émail dentaire et de cribra orbitalia. La face endocrânienne des os pariétaux de cet individu témoigne d’une hypervascularisation et les méats auditifs externes montrent une concentration de petits foramens liés à l’inflammation répétée des conduits auditifs, certainement sous la forme d’otites externes chroniques. Cette affection touchant la vue et l’ouïe s’accompagne aussi de troubles rénaux et hépatiques qui peuvent avoir causé le décès de l’enfant. Ce premier cas d’un défunt syphilitique identifié à Orléans, pour la période du haut Moyen Âge, n’est pas isolé mais fournit un indice supplémentaire de l’origine européenne et non américaine de la maladie42.

2.3.2. Identification du site : l’apport des sources écrites

22Au viie siècle ou au viiie siècle, la place de l’Étape accueille donc deux édifices d’emprise réduite, implantés au sommet et en bordure de la terrasse. Ils sont accompagnés de sépultures simples qui accueillent majoritairement des enfants, voire des nouveau-nés. D’autres vestiges pourraient être rattachés à ces édifices. En effet, l’ensemble funéraire fouillé le long de la rue Prouteau est lui aussi situé au sommet de la terrasse (fig. 7), il convient donc de chercher à proximité l’établissement dont il dépend.

  • 43 En milieu rural, cette affirmation serait à nuancer pour l’époque alto-médiévale ; ici la christia (...)
  • 44 L’édifice n’a pas pu être fouillé intégralement en raison de remaniements postérieurs, voir Baud, (...)

23La présence de nombreuses tombes autour des deux bâtiments péri-urbains, entre les viie et xe siècles, laisse supposer qu’ils avaient revêtu une fonction religieuse43. Ces vestiges s’accordent avec ceux d’une modeste chapelle ou cella primitive, desservie par un clerc ou une petite communauté de clercs. Si le plan archéologiquement incomplet de cet établissement n’autorise qu’une interprétation prudente, il rappelle néanmoins, par ses proportions, le site primitif de Saint-André-le-Haut de Vienne, tel qu’il peut être restitué au vie-viie siècle et dont l’abside ne mesurait que 2,80 m de long44.

  • 45 Héritées du droit romain, ces catégories d’établissements d’assistance sont citées dans les capitu (...)

24Si l’on compare au site voisin et contemporain de Saint-Michel, outre la facture du bâtiment qui paraît plus modeste et l’absence de crypte, il semble également possible de mettre en avant une distinction typologique, voire sociale, des populations inhumées dans ces deux lieux de culte. À l’intérieur de l’église Saint-Michel, les restes de sarcophages et d’inhumations en cuves maçonnées supposent une mise en œuvre plus onéreuse que dans l’aire sépulcrale de la place de l’Étape où les fosses sont plus simples. Une autre différence dans le recrutement des deux ensembles concerne le traitement différentiel selon l’âge au décès, avec une prépondérance d’adultes dans l’église Saint-Michel et d’enfants place de l’Étape et rue Prouteau (fig. 10). Ce critère de l’âge au décès doit être néanmoins manié avec prudence pour caractériser une dévolution spécifique à un cimetière ou un établissement religieux car les méthodes de fouille déployées en 1979-1980 faisaient encore peu de cas des restes osseux et la rapidité d’exécution des fouilles, notamment dans l’espace extérieur de l’édifice très peu exploré, a pu entraîner une sous-représentation de ce type de vestiges qui, à l’inverse, a fait l’objet de toutes les attentions lors de la fouille de 2010. Toutefois, la mortalité étant plus élevée dans les premières années de la vie, la rareté de sépultures d’enfants mise au jour sur le site de Saint-Michel semble aussi discriminante que leur présence en plus grand nombre sur le site de l’Étape. En outre, les recherches historiographiques récentes consacrées à l’hospitalité au Moyen Âge font état de l’existence de lieux réservés à l’assistance pour les plus petits : les brephotrophium pour les nourrissons et les enfants en bas âge et l’orphanotrophium pour les orphelins45. Sur le site de la place de l’Étape, l’inhumation d’un enfant vraisemblablement atteint de syphilis congénitale pourrait étayer cette hypothèse.

Fig. 10 Plan général des occupations religieuses et funéraires aux portes septentrionales de la ville d’Orléans, durant le premier Moyen Âge, d’après les données archéologiques.

Fig. 10 Plan général des occupations religieuses et funéraires aux portes septentrionales de la ville d’Orléans, durant le premier Moyen Âge, d’après les données archéologiques.

DAO F. Tane, Inrap

  • 46 Gaillard et Debal 1987, p. 22 et 58.

25De rares sources d’archives, légèrement postérieures à cette occupation, font mémoire de deux établissements religieux, connus dans cette partie de la ville, qu’étaient l’hôpital de Saint-Germain-des-Pauvres et l’abbaye de Saint-Jean-des-Murs, auxquels les vestiges découverts sous la place de l’Étape et rue Prouteau pourraient se rattacher. L’hôpital Saint-Germain, dont la première mention du vocable date du xe siècle, a été donné au xiiie siècle aux frères dominicains pour qu’ils s’y installent. Il est ainsi traditionnellement localisé dans l’angle nord-est de l’actuelle place de l’Étape, dernier emplacement connu du couvent des dominicains, mais la prudence incite à ne pas préjuger qu’il ait pu être antérieurement situé à un autre emplacement46 (cf. infra 2.4.2.).

  • 47 Cité en 840 puis en 975 et en 990 dans Thillier et Jarry 1906 : charte 33, charte 63 et charte 39.
  • 48 Les efforts de catégorisation de la part des chercheurs selon la terminologie rencontrée dans les (...)

26En ce qui concerne les bâtiments découverts place de l’Étape, on penchera davantage ici pour le site de Saint-Jean-des-Murs. Cité en 840 dans une charte dont l’authenticité n’est pas assurée, l’abbaye Saint-Jean-des-Murs aurait été donnée par Charlemagne à un dénommé Teodradus qui l’aurait lui-même confiée au duc Hugues, lequel aurait restitué ces biens ecclésiastiques à l’évêque Arnoul Ier en 975. Devenu roi, Hugues aurait confirmé à l’Église d’Orléans en 990, entre autres biens, l’hôpital des pauvres Saint-Germain et l’abbaye Saint-Jean-des-Murs. La forgerie de cet acte laisse le lecteur perplexe quant à la date des faits évoqués et les preuves de propriété avancées, mais pas sur l’existence de l’abbaye Saint-Jean-des-Murs47. Il pose également la question statutaire et canonique de l’établissement restitué par le roi Hugues. La caractérisation du type d’institution religieuse qualifié d’abbatia nous échappe en général pour ces hautes périodes48, comme ici dans le cas orléanais, faute de documents complémentaires. Envisagée jusque-là sans réelle certitude quant à sa chronologie, l’abbaye Saint-Jean-des-Murs pourrait être matérialisée par les édifices et les sépultures retrouvés dans le sous-sol de la place de l’Étape, datés des viie-viiie siècles. Ces vestiges fournissent un solide point d’ancrage à cette hypothèse. La chapelle accueillait presque exclusivement des inhumations d’enfants, jusqu’à sa destruction au xive siècle. L’établissement semble être d’abord connu sous le vocable Saint-Jean-des-Murs, puis, après un hiatus de plus d’un siècle aux ixe-xe siècles, il a été réoccupé ensuite sous le vocable de Saint-Chéron.

  • 49 Rappelons que seules 33 sépultures réparties en 4 phases chronologiques ont été fouillées, dont 25 (...)

27En ce qui concerne le lot de sépultures fouillé au nord de la place de l’Étape, deux hypothèses sont alors possibles. Si l’on considère la prépondérance d’enfants et d’adolescents dans l’ensemble de la rue Prouteau49 (fig. 10), on pourrait, par similitude, le rattacher aux édifices de la place de l’Étape situés à seulement une cinquantaine de mètres plus à l’ouest. Toutefois, on peut également envisager de les rattacher à l’hôpital des pauvres de Saint-Germain, où il y aurait une sectorisation des zones d’inhumation selon l’âge au décès. En l’absence de données complémentaires, attribuer cet ensemble funéraire à Saint-Jean-des-Murs ou à Saint-Germain-des-Pauvres reste assurément délicat.

28La mutation de l’espace fortifié est également visible sur le site du Mail Pothier, ou des constructions, de fonction inconnue (fig. 10), s’étendent dès les viiie-ixe siècles, au-dessus du fossé défensif désormais abandonné. Au xe siècle, ce sont des sépultures qui remplacent les constructions. Il s’agit alors peut-être d’une extension d’un cimetière qui se développerait autour de Saint-Michel. Celui-ci s’étendrait sur une distance d’au moins 130 m, entre le site du Mail Pothier et la sépulture observée en bas de la terrasse sur la fouille de la place de l’Étape (fig. 10). Il pourrait coloniser toute la largeur de la dépression autrefois liée à l’enceinte. Il se peut également que les deux groupes de sépultures ne soient pas liés et que celles au sud de la place de l’Étape soient à rattacher à Saint-Michel, alors que celles du Mail Pothier pourraient être à rattacher à l’établissement d’assistance qui aurait été créé au siècle précédent de l’autre côté de la muraille.

2.4. Coexistence de plusieurs lieux de culte et de leur cimetière

  • 50 Gaillard et Sapin 2012.
  • 51 Boissavit-Camus 2016, p. 97.

29La caractérisation religieuse et funéraire de ce suburbium, où coexistent plusieurs lieux de culte et cimetières, peut trouver sa justification d’une double manière : d’une part, par l’existence d’un sanctuaire à reliques, la basilique royale Saint-Avit attirant pèlerins et malades et d’autre part, par la vocation charitable de l’institution épiscopale et du chapitre cathédral (fig. 11). Ces établissements disposaient d’un lieu de culte, souvent l’édifice qui a le mieux résisté au temps, mais aussi de bâtiments dépendants pour les divers aspects de la vie des occupants et de cimetières. Les sites, à vocation d’assistance et funéraire, implantés au nord de la porte Parisie – l’hôpital Saint-Germain-des-Pauvres, la chapelle Saint-Michel et l’abbaye Saint-Jean-des-Murs – appartiennent à cette génération d’institutions probablement monastiques, « qui s’implantent là où elles sont utiles pour la prière des morts, autour des grandes basiliques parfois très anciennes » 50. La figure de saint Michel comme protecteur des portes urbaines était appréciée, notamment depuis le viiie siècle ; il existe à Poitiers, à Chartres ou encore à Reims des édifices contemporains de celui d’Orléans qui étaient également placés sous la protection symbolique de l’archange51.

Fig. 11 Plan avec localisation des édifices religieux au premier Moyen Âge, d’après les sources archéologiques et textuelles.

Fig. 11 Plan avec localisation des édifices religieux au premier Moyen Âge, d’après les sources archéologiques et textuelles.

DAO F. Tane, © Inrap

2.4.1. La basilique royale Saint-Avit

  • 52 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, livre III ; id., Les Sept livres des miracles, livre VII, (...)
  • 53 Head 2005, p. 107.
  • 54 Saint évêque considéré comme libérateur d’Orléans face aux Huns. Il fait l’objet d’un culte autour (...)
  • 55 Ermold le Noir auteur des Gestes de Louis II, Patrologie Latine, 105, livre II, col 591.
  • 56 Sur l’absence de la fête de saint Avit dans les capitulaires de l’évêque Gautier d’Orléans, voir H (...)
  • 57 Gaillard et Debal 1987, p. 19. La communauté se maintint jusqu’en 1667. Le caractère royal du site (...)

30Au nord du castrum d’Orléans, le plus ancien édifice connu par des sources écrites mais non encore mis au jour est la basilique Saint-Avit. C’est en effet dans la capitale de son royaume et aux abords immédiats du castrum que Childebert transféra en 532 le corps d’Avit, qui fut de son vivant abbé de Micy (aujourd’hui Saint-Mesmin) et conseiller des souverains52. Childebert entretenait un sentiment de reconnaissance pour saint Avit qu’il avait invoqué pendant qu’il combattait les Wisigoths et auquel il attribuait sa conclusion victorieuse53. En action de grâce, le souverain aurait fait ériger une basilique dans le suburbium de la capitale de son royaume pour y déposer le corps saint jusque-là honoré à Micy. La localisation exacte du sanctuaire mérovingien n’est pas connue, ni l’étendue de l’établissement. Si l’inscription de ce saint dans le martyrologe hiéronymien, établi vers 628, prouve qu’on en faisait mémoire, les traces écrites concernant saint Avit s’estompent jusqu’à la réalisation, autour de 800, d’un important travail hagiographique. Plusieurs vitae de saint Avit ont en effet été rédigées. Elles compilent des miracles de guérison accomplis par le saint de son vivant et après sa mort. Les reliques de saint Avit figurent d’ailleurs, ainsi que celles de saint Mesmin et de saint Aignan54, parmi les saints orléanais vénérés au moment du passage de Louis le Pieux à Orléans55. Le martyrologe d’Usuard, épuré de saints méconnus ou trop incertains, dont la diffusion date des années 950, conservait la mention d’Avit comme saint reconnu56. Détruit entre le dernier tiers du ixe et la fin du xe siècle, le lieu de culte fut reconstruit au xie siècle, on le suppose, mais sans certitude, à un emplacement proche du premier. Il accueillait un collège de chanoines instauré par Louis VII57. Cette basilique alto-médiévale devait fonctionner comme un pôle suburbain attracteur à la fois de dévots, de pèlerins et de donateurs.

2.4.2. L’hôpital de Saint-Germain-des-Pauvres

  • 58 « Hospitale pauperum sancti Germani »  dans Thillier et Jarry 1906, p. 82.
  • 59 Ibid. p. XCVI. En revanche, la table alphabétique des lieux de cet ouvrage est erronée puisqu’en d (...)
  • 60 Gaudemet, Basdevant et Clerc 1989, p. 82-83. Les évêques d’Orléans avaient souscrit à ces textes. (...)
  • 61 Touati 1998, p. 233.

31Dans les années 990, Hugues Capet, puis Robert le Pieux, confirmèrent à l’Église d’Orléans, parmi ses possessions, un hôpital des pauvres de Saint-Germain58. L’origine n’en est pas connue. Selon les éditeurs de ces documents, il pouvait s’agir de l’église connue plus tard sous le vocable Saint-Germain-des-Fossés, dont la situation, au nord du castrum et le long d’une voie ancienne, justifierait bien l’existence d’un établissement charitable a une époque où l’existence de l’hôtel-Dieu, en tant qu’institution charitable à destination des gens d’Orléans, reste discutée59. La présence de plusieurs tombes d’adultes dans la zone orientale du site de la place de l’Étape (fig. 10) rendrait compte de ce xenodochium, à proximité du site supposé de Saint-Germain-des-Pauvres. Les conciles qui se sont précisément tenus à Orléans en 511 et 549 établissaient que les évêques avaient pour charge de soulager les pauvres, ainsi que les infirmes et les lépreux, en leur fournissant nourriture et vêture60, ce qui était aussi une façon de canaliser le vagabondage, voire d’essayer d’endiguer la violence61.

2.4.3. L’hôtel-Dieu

  • 62 Bouvier 1913, p. 171-173.
  • 63 C’est cette explication qui est avancée pour les cas d’Orléans et Laon, voir Comte et Galinié 1994 (...)

32La fondation de l’hôtel-Dieu, de date inconnue, ne peut intervenir avant le concile d’Aix-la-Chapelle, en 816, qui transféra aux chapitres cathédraux les prérogatives jusque-là épiscopales en matière d’assistance et donc la direction d’établissement de secours et d’asiles pour les étrangers. L’hôtel-Dieu passe pour avoir été d’abord l’infirmerie des chanoines de la cathédrale62. À moins qu’il ne soit à considérer, en comparaison de l’hôpital des pauvres, comme celui d’une population aisée, ou tout du moins des habitants de la ville d’Orléans, mais pas des étrangers. Certains auteurs estiment qu’en raison de la densification des quartiers canoniaux, les hôtels-Dieu durent évacuer certaines fonctions hors du quartier canonial63.

  • 64 Kisch 1979, p. 13. L’hôtel-Dieu a été entièrement démoli en 1844-1845 et les fouilles du Mail Poth (...)

33Il y aurait donc, pour cette période, un établissement de type xenodochium, logiquement hors les murs, Saint-Germain-des-Pauvres et une autre institution de soin pour le chapitre cathédral et/ou la population urbaine : l’hôtel-Dieu qui s’élevait intra-muros, immédiatement au nord de la cathédrale. Les sépultures découvertes extra muros, au pied même de la courtine sur le site du Mail Pothier en 1980 et datées des ixe-xe siècles, pourraient correspondre au cimetière de cet établissement64.

  • 65 Joyeux et Guillemard 2012.
  • 66 Vita Ia Aniani, citée dans Étienne 1994.
  • 67 Un projet collectif de recherche sur les origines de la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans, sous la (...)
  • 68 Jourd’heuil, Marchand et Priet 2017.

34La situation du faubourg septentrional diffère notablement de celle des autres faubourgs d’Orléans. À l’est, bien que les informations soient peu nombreuses, il semble que le quartier s’organise autour de Saint-Aignan qui cristallise la vie religieuse (si l’on excepte le cas de Saint-Euverte, plus au nord-est). À l’ouest, le quartier apparaît à vocation d’habitat et de production, pour une population aisée et probablement commerçante65. L’essor des structures religieuses au nord de l’enceinte semble donc très directement lié à la présence, intra-muros, de la cathédrale. Si celle-ci est mentionnée dès la fin du ve ou le début du vie siècle66, on ignore pour cette époque où elle est située et quelles sont ses caractéristiques67. En revanche, il semble assuré qu’au moins au viie siècle, elle occupe déjà l’emplacement qu’on lui connaît encore aujourd’hui68.

  • 69 Boissavit-Camus à paraître, p. 9-12.
  • 70 Le terme martyrial s’emploie tant pour les basiliques élevées autour des reliques d’un saint marty (...)

35Ce pôle très dense d’établissements religieux et d’espaces funéraires est caractérisé par les édifices Saint-Jean-des-Murs/Saint-Chéron, Saint-Germain-des-Pauvres et Saint-Michel, dans l’environnement de la basilique Saint-Avit. Si le fondateur de Saint-Avit est Childebert, dont la figure de roi bâtisseur est avérée tant dans les capitales de ses royaumes que dans des villes de moindre relief69, les autres établissements édifiés près de Saint-Avit sont de fondation inconnue mais peuvent procéder d’une impulsion royale ou princière pour doter la ville d’institutions d’accueil et de soin. Cela fait écho à un autre ensemble tout aussi dense d’établissements religieux édifiés dans un autre suburbium à l’est d’Orléans, non loin de la porte de ville et autour de la basilique Saint-Aignan, qui compte près d’elle l’abbaye Saint-Mesmin, l’abbaye Saint-Martin et l’abbaye Saint-Serge-Saint-Bacchus. La vitalité pérégrine, hospitalière et cérémonielle est avérée autour de ces deux basiliques martyriales orléanaises70, de fondation mérovingienne, honorant la mémoire de ses saintes figures locales : Avit, le confesseur et conseiller des rois et Aignan, l’évêque libérateur de la ville contre les Huns.

36Les sanctuaires à reliques, de large renommée, étaient flanqués d’un ou plusieurs sites secondaires pour l’accueil des pèlerins de tous sexes et toutes conditions et l’assistance aux malades ou nécessiteux. La population inhumée place de l’Étape, notamment un enfant souffrant vraisemblablement de la syphilis, rend compte d’un usage spécifique de l’espace.

  • 71 Wyss 1996, p. 114-116 et Destefanis 2015.
  • 72 Galinié 2007, p. 371-372.

37Ce dispositif est avéré dans d’autres villes proches d’Orléans, comme dans le proche voisinage de la basilique royale de Saint-Denis, construite au ve siècle, où sont venues s’ajouter les églises Saint-Barthélemy et Saint-Pierre au vie-viie siècle, puis les églises Saint-Paul et Saint-Jean-Baptiste au ixe-xe siècle, puis encore les églises Sainte-Geneviève, Saint-Michel-du-Charnier et Saint-Michel du degré au xiie siècle71. La ville de Tours, bien que présentant un schéma d’urbanisme très différent d’Orléans, connut également l’émergence d’un chapelet d’établissements religieux implantés à proximité de la basilique Saint-Martin : l’église Saint-Pierre-Saint-Paul et le monastère Saint-Sylvain-Saint-Venant au vie siècle, séparés d’avec l’église paléochrétienne Saint-Gatien-Saint-Lidoire par le grand cimetière chrétien72.

3. Réaménagement du faubourg septentrional (xe-début xiiie siècle)

38La période qui suit est marquée par une redistribution et une sectorisation différente des espaces de soins à l’échelle de la ville, laissant au faubourg la place pour de nouvelles activités.

3.1. Réaménagement à Saint-Michel

  • 73 « (…) hoc est, in pago in suburbio aurelianensi, capellas duas, unam Sancti Michaelis archangeli ( (...)
  • 74 Paya et Catalo 2011.
  • 75 AD Loiret, 2J 2509. On rencontre en 1290 le vocable « Saint-Michel-du-Martroi » (Ibid.) voir aussi (...)

39La chapelle Saint-Michel, dont la première mention textuelle date de 1002 dans une charte de Robert le Pieux, dépendait alors de l’abbaye Saint-Pierre-le-Puellier, tout comme une autre chapelle hors-les-murs, Notre-Dame, à l’ouest de la ville73. Les attributions et les caractéristiques de la figure de l’archange saint Michel dans la religion chrétienne renforcent l’idée du rôle qu’a pu jouer ce cimetière au-devant des villes dans l’accueil des morts et la défense symbolique de la population, comme cela fut le cas pour le cimetière Saint-Michel situé dans les faubourgs immédiats de la ville de Toulouse et fouillé entre 1991 et 200274. L’élection de sépultures dans la chapelle intéressait une population quasi exclusivement adulte au statut social privilégié. On peut supposer la présence d’un clergé pour célébrer des messes. Dès avant 1229, peut-être dès le xiie siècle, son statut évolue et elle est érigée en église paroissiale. Une charte rédigée cette année-là relate la vente d’une maison entre Raoul, prêtre de Saint-Michel d’Orléans, et un particulier75.

Fig. 12 Plan général de l’état 2 de l’église Saint-Michel.

Fig. 12 Plan général de l’état 2 de l’église Saint-Michel.

DAO F. Tane, Inrap, d’après Gleizes 1983, p. 91

  • 76 Au moins deux adultes et deux enfants sur les huit sépultures observées (Gleizes 1983, p. 91-92).

40Une phase de travaux est attestée entre le xe et le début du xiiie siècle à Saint-Michel (fig. 12). Elle est matérialisée par la construction de piliers carrés (d’environ 1 m de côté) : trois sont alignés au nord et un quatrième a été identifié au sud. Leur position, à l’extérieur des escaliers menant au chœur, délimite une nef centrale de 30 m de long et 5 m de large et deux étroits collatéraux de 2 m de large. La barrière de chœur est détruite et une nouvelle clôture est placée sensiblement au milieu de l’édifice, semblant délimiter une nef et un chœur d’égales dimensions (d’une surface d’environ 150 m²). Un sol maçonné est construit dans le chœur. Ces transformations sont à rattacher à une modification d’importance des parties hautes de l’édifice et, en particulier, à la construction d’un clocher qui semble coïncider avec l’érection du lieu de culte en église paroissiale. La nef accueille toujours des sépultures, cette fois sans sarcophage, ni cuve maçonnée. Certaines d’entre elles – dites sépultures sur lit de braises – sont installées sur un lit de charbon de bois. Parmi les inhumés figurent des adultes et des enfants76.

3.2. Continuité de l’occupation funéraire, rue Prouteau

41Les sépultures de la rue Prouteau sont réparties en quatre phases et datées de manière globale des viiie-xiiie siècles, certaines d’entre elles appartenant à cette période d’occupation, sans qu’il soit possible de définir précisément lesquelles (fig. 12). Il convient de noter que, à partir de la deuxième phase d’inhumations, deux orientations très légèrement différentes de sépultures coexistent. L’une, est-ouest, est similaire aux axes de construction du quartier, tandis que l’autre est décalée de 20° vers le nord.

3.3. Destruction et reconstruction du site place de l’Étape

3.3.1. Les données archéologiques

42Sur le site fouillé place de l’Étape, les bâtiments 3 et 4 sont abandonnés et détruits et l’espace est remblayé sur une épaisseur de 0,60 m. La présence dans les remblais de fortes quantités de matériaux de démolition (mortiers, terres cuites architecturales et blocs calcaires) laisse penser qu’ils sont contemporains ou immédiatement postérieurs à la phase de démolition des bâtiments 3 et 4. La céramique les date des xe-xie siècles.

  • 77 Entre le xe et le xiie siècle selon les quelques tessons recueillis.
  • 78 Le liant argilo-calcaire de l’enduit n’offrant qu’une faible résistance aux intempéries et aux eau (...)

43Douze fosses, dont les comblements contiennent également des matériaux de démolition (mortiers, terres cuites architecturales),percent ces remblais. Elles pourraient appartenir elles aussi à la phase de démolition des édifices, mais la date de leur condamnation77 suggère la présence de fosses plus tardives (fig. 13). Il se pourrait donc que nous soyons en présence de fosses appartenant à plusieurs phases d’occupation, certaines liées à la démolition des bâtiments 3 et 4, d’autres à la construction ou à la démolition d’un nouvel édifice. Le bâtiment 5 est conservé sous la forme d’un unique mur orienté est-ouest, le mur se développe vers le nord. Épais de plus de 0,58 m, l’élévation est mise en œuvre au moyen de moellons calcaires, de fragments de briques et de blocs « tout-venant ». Ils sont liés par un mortier à liant argilo-calcaire. Le parement nord est protégé par un enduit couvrant argilo-calcaire78. Le pendant vers le nord pourrait se situer sous le mur du bâtiment suivant (bâtiment 6), ce qui lui donnerait une largeur de 5 à 6 m. Observé sur plus de 12 m de longueur, il dépasse les limites des bâtiments précédents, dont il reprend l’orientation, mais pas l’emplacement. Il est en effet décalé vers le nord par rapport au bâtiment 1, ce qui laisse un espace vacant (à des fins de circulation ?) entre cet édifice et le bord de la terrasse.

Fig. 13 Plan général avec les fosses de la place de l’Étape installées entre le xe et le xiie siècle et du bâtiment 5.

Fig. 13 Plan général avec les fosses de la place de l’Étape installées entre le xe et le xiie siècle et du bâtiment 5.

DAO F. Tane, Inrap

44Le bâtiment 5 est à son tour détruit et un nouvel édifice est élevé, probablement vers le xiie siècle (bâtiment 6, état 1, fig. 14). Son mur sud reprend presque exactement le tracé du mur du bâtiment 5. La construction est large de 5 m et longue de 9 m (pour une surface intérieure de 45 m2 et de 68 m2 hors œuvre). Les murs sont épais de 0,75 m et consolidés ponctuellement par une reprise en sous-œuvre des maçonneries antérieures sur lesquelles ils s’appuient. Enfin, les angles sont probablement renforcés par des contreforts cruciformes. Tout ceci laisse entrevoir une construction d’emprise réduite, mais robuste. L’édifice est pourvu d’une porte sur le gouttereau sud, avec probablement une fenêtre qui lui répond sur le gouttereau nord. Les maçonneries des fondations sont parementées en petits moellons calcaires dressés. La transition entre fondation et élévation est marquée par la présence d’un ressaut appareillé constitué de blocs équarris. Conservées sur au moins trois assises, les élévations mises en œuvre avec soin sont en appareil réglé lié avec un mortier argilo-calcaire (fig. 15). Sur la face extérieure de l’un des murs, les restes d’un enduit couvrant composé de mortier de chaux traduisent la volonté de protéger la maçonnerie des intempéries. À l’intérieur, la présence d’un enduit couvrant très fin composé d’un mortier de tuileau montre tout le soin apporté à la construction. Le sol est constitué d’une chape de mortier, régulièrement refaite au gré des usures. La présence d’une porte sur le mur sud indique une circulation entre l’édifice et le bord de la terrasse (fig. 14). Il s’agit très certainement d’un indice de la présence d’un espace de circulation qui longe la terrasse, dans le prolongement de l’axe supposé exister dès la construction de l’enceinte et qui se dirigerait vers l’est en haut de la terrasse.

Fig. 14 Plan général de l’occupation des xe-xiiie siècles de la place de l’Étape.

Fig. 14 Plan général de l’occupation des xe-xiiie siècles de la place de l’Étape.

DAO F. Tane, Inrap

  • 79 En plus de la stratigraphie et de la datation des quelques tessons datés des xiie-xiiie siècles, d (...)

45Au nord de l’édifice, l’espace est libre de construction et accueille de nouvelles sépultures (fig. 14). Sept sépultures et une fosse contenant la réduction de deux individus appartiennent à cette phase d’occupation. Elles sont datées du xiie siècle79. Six tombes sont situées au nord et à l’est du bâtiment 6. Les deux dernières ont été mises au jour au sud, en contrebas de la terrasse et elles recoupent les niveaux de la voie. Cela traduit probablement plus une variation dans l’emprise de la rue qu’une disparition, cette rue étant de nouveau identifiée au même emplacement durant la période suivante (cf. infra 4.2.2.).

3.3.2. Identification du site : l’apport des sources écrites

  • 80 Gaillard et Debal 1987, p. 22 et 58.
  • 81 L’original a disparu, le texte est transcrit dans Cuissard 1900, p. 76. Les terrains étaient alors (...)
  • 82 Joyeux et Rivoire 2011, p. 20 et Id. 2012.
  • 83 Sanctus Caraunus, en latin, est cité dans Vignat 1886, p. 12.
  • 84 Gaillard et Debal 1987, p. 22 et 58.
  • 85 Cuissard 1900, p. 74-75.

46La construction de ce nouvel édifice, environné de sépultures, marque le renouveau d’une activité religieuse et funéraire dans un espace jadis déjà dévolu à ces activités, mais qui avait connu une période de désaffection au xie siècle. Nous proposons d’identifier, à partir du xiie siècle au moins, l’ancien site probable de l’abbaye Saint-Jean-des-Murs avec le site de Saint-Chéron, mentionné par les sources écrites à partir de 122080. Une charte de 1255, qui énumère les 41 personnes accensées entre la porte Parisie et les dominicains pour chacune de leur maison81, donne une indication de l’étendue de la paroisse Saint-Chéron. Elle est associée à une censive foncière dite de Saint-Chéron-Saint-Gondon, située entre la porte Parisie et les dominicains, situation qu’un plan parcellaire dressé en 1779 permet de confirmer, à l’emplacement de la place de l’Étape et de l’hôtel Groslot82 (fig. 16). La figure de saint Chéron est associée au diocèse voisin de Chartres, où l’homme aurait été martyrisé au ve siècle, puis honoré dans une abbaye placée sous son vocable. Le culte n’aurait dépassé les limites de Chartres qu’à partir du ixe siècle. Les premiers témoins hagiographiques d’un cycle légendaire comprenant les Vita, Passio et Miracula, apparaissent dans un manuscrit chartrain au xe siècle seulement. À Orléans, le nom de ce saint apparaît assez tardivement, dans un martyrologe de Saint-Avit d’Orléans, daté du milieu du xiiie siècle83.Il est fait mémoire de lui le 28 mai dans une soixantaine d’établissements religieux circonscrits à la province ecclésiastique de Sens, à laquelle étaient alors rattachés les diocèses de Chartres et d’Orléans. L’église Saint-Chéron est cédée aux frères mineurs installés à Orléans en 124084, mais elle est encore ouverte au service paroissial car, en 1255, un prêtre desservant Sanctus-Caraunus d’Orléans est témoin d’une vente85.

Fig. 15 Vue rapprochée de l’élévation intérieure du mur-gouttereau sud du bâtiment 6, état 1, sous les reprises postérieures.

Fig. 15 Vue rapprochée de l’élévation intérieure du mur-gouttereau sud du bâtiment 6, état 1, sous les reprises postérieures.

Cl. C. Bouneau Inrap

Fig. 16 Restitution des parcelles par censive dans le secteur de la porte Parisie, feuille 10 du plan général d’Orléans par Perdoux, 1779, ADL A598 et A599.

Fig. 16 Restitution des parcelles par censive dans le secteur de la porte Parisie, feuille 10 du plan général d’Orléans par Perdoux, 1779, ADL A598 et A599.

DAO D. Carron, Inrap

3.4. Une activité religieuse qui se renforce dès le xiie siècle

47Cette courte période marque tout d’abord un changement dans le mode d’occupation de l’espace avec, autour du xie siècle, une disparition complète des constructions et des sépultures place de l’Étape, qui semble correspondre à la disparition de l’abbaye Saint-Jean-des-Murs. Pendant plusieurs dizaines d’années, si ce n’est un siècle, le site ne connaît qu’une occupation limitée. Les nouveaux aménagements qui suivent au xiie siècle traduisent un regain de la fonction religieuse sur le site, avec la constitution de Saint-Chéron et de son cimetière. Dans le même temps, Saint-Michel fait l’objet de travaux d’ampleur avec l’érection d’un clocher. Tous ces évènements prennent place dans un vaste mouvement de transformation de l’Église d’Orléans.

  • 86 Les sources sont muettes sur ce point.

48En effet, après l’incendie qui ravage une partie de la ville en 989, la cathédrale est reconstruite, en partie avec l’aide des souverains capétiens. Bâtiment imposant, elle est aussi un édifice de premier plan, à la fois lieu de pèlerinage et sanctuaire protégé par les souverains. Le lien est fort entre les premiers capétiens et Orléans, qui dispose d’un palais royal et accueille les sacres d’Hugues Capet, de Robert le Pieux et de Louis VI. Qu’il fasse partie ou non du programme de reconstruction de la cathédrale86, il n’est pas impossible que l’hôtel-Dieu, gagnant en importance au fur et à mesure que le quartier cathédral se structure et que les dons se multiplient, se réserva l’accueil des enfants. On verra en effet, dans les sources des siècles suivants, l’hôtel-Dieu en charge de l’accueil et l’éducation des enfants trouvés et des orphelins, des missions qui étaient peut-être en partie celles de l’abbaye Saint-Jean-des-Murs. Cette prépondérance de l’hôtel-Dieu pourrait avoir entraîné la disparition des bâtiments de Saint-Jean-des-Murs (après la restitution de l’abbaye – si l’on en croit les textes – à l’évêque à la fin du xe siècle) et le transfert de son cimetière en un lieu inconnu, peut-être déjà le cimetière du Martroi-aux-Corps, futur Grand Cimetière ou Campo Santo.

  • 87 Bouvier 1913, p. 173.
  • 88 Soyer 1924, p. 11-13.
  • 89 Godefroy 1885, t. 4, p. 153.
  • 90 H-Dépôt 2/1 E 358 2Mi 1077.

49L’hôtel-Dieu est alors dénommé xenodochium en 1157, dans le plus ancien document écrit connu à son sujet, puis il est qualifié d’aumône d’Orléans87, ce qui tend à montrer qu’il a pu centraliser les fonctions de soins jusque-là disséminées en plusieurs endroits du faubourg. Le pape Alexandre III confirma l’hôtel-Dieu en 1170 dans sa possession de diverses maisons et terrains en ville dont « le coin du frou de la porte Parisie avec ses dépendances88 ». Dans le dictionnaire de latin médiéval de Du Cange, le terme « frou » du latin frocus, signifie place ou terrain inculte. Mieux vaut, pour la traduction de ce texte en ancien français, consulter le dictionnaire de Godefroy, plus complet, qui mentionne un terrain situé en bordure d’un chemin public et commun aux habitants89. Cette définition correspond bien à la nature du terrain jouxtant la porte Parisie et la via publica. Louis VII avait également autorisé en 1176 un certain Nicolas Tascher à faire des constructions sur les murs de la ville. L’identité de cet homme reste méconnue, tout autant que son rapport avec l’hôtel-Dieu, toutefois la présence de cette charte dans le fonds de l’hôtel-Dieu, intitulée « Dons d’emplacements »90, laisse supposer que cet homme ou ses héritiers avaient laissé à l’hôtel-Dieu les constructions sur les murailles de la ville.

  • 91 Bellu 1854, p. 174 donne l’année 1217. Nous lui préférons ici Duchâteau 1888, p. 131.

50Vers 1184-1185, le pape Lucius III prenait sous sa protection l’établissement charitable, son personnel et son temporel, y compris la maison du maître des écoles que le chapitre a donné à l’aumône pour agrandir la maison des pauvres en l’exemptant de certaines taxes. De nombreux legs laïques ont complété les biens de cet établissement, dont celui du chevalier Droco et son épouse en 120091.

51On assiste ensuite à l’érection de Saint-Michel en église paroissiale, signe que la réorganisation de l’administration ecclésiastique touche également les faubourgs de la ville et pas seulement la ville close.

52La construction de l’église Saint-Chéron, accompagnée de son cimetière, s’insère très probablement dans ce mouvement. On pourrait en effet avoir créé une paroisse pour encadrer les fidèles d’un espace urbain qui semble densément bâti selon les textes et avoir aménagé l’église paroissiale et le cimetière sur des terrains vacants tenus par l’Église d’Orléans.

  • 92 Blanchard, Kacki et Rouquet 2010, p. 301-322.

53Il est possible que cette période, qui voit se structurer le réseau paroissial, le quartier cathédral et l’assistance aux malades et aux enfants, soit à l’origine des bouleversements observés place de l’Étape. La disparition de Saint-Jean-des-Murs découlerait de la redistribution vers d’autres lieux et d’autres établissements des fonctions qui avaient conduit à leur création, tandis que l’apparition de l’église Saint-Chéron et la transformation de l’église Saint-Michel seraient les marques de la nouvelle organisation paroissiale. Elle atteste l’investissement de l’évêque sur ce faubourg jusqu’alors plutôt marqué par l’emprise royale ou princière. En outre, un autre site beaucoup plus éloigné de la ville a pris le relais de l’accueil et du soin des étrangers : le prieuré de la Madeleine édifié dans le premier quart du xie siècle à 2 km à l’ouest de la cité est devenu la structure hospitalière majeure à destination des étrangers. Cet établissement, fontevriste depuis 1113, fut aussi le lieu de plus de 4000 sépultures qui ont pu être fouillées et datées des xe-xiie siècles92.

4. Multiplicité des activités aux xiiie-xve siècles

54La pression foncière s’exerçant dans une ville attractive et en plein dynamisme, marquée notamment par une forte présence estudiantine depuis le second tiers du xiiie siècle, va non seulement modifier la trame urbaine du faubourg mais aussi la caractérisation des activités humaines.

4.1. Les premiers indices d’habitats

4.1.1. Activités domestiques au Mail Pothier

55Sur la fouille du Mail Pothier, seuls sont perceptibles, dans un premier temps, les témoins de la réfection de l’enceinte (reprise du parement de la tour et d’une grande partie du mur) et les restes d’un four à chaux, ce dernier pouvant avoir servi à la confection de chaux pour la réfection de la courtine. Cette phase de réfection, mal datée, peut intervenir dans le courant du xiiie siècle. À la fin du xiiie ou au début du xive siècle, trois maisons sont construites, à l’est, à l’ouest et au nord de la tour Sainte-Croix (fig. 17).

Fig. 17 Localisation des vestiges bâtis du xiiie ou xive siècle fouillés en 1979-1980 sur le plan de 1779, d’après la feuille 10 du plan général d’Orléans par Perdoux, 1779, ADL A598 et A599.

Fig. 17 Localisation des vestiges bâtis du xiiie ou xive siècle fouillés en 1979-1980 sur le plan de 1779, d’après la feuille 10 du plan général d’Orléans par Perdoux, 1779, ADL A598 et A599.

DAO D. Carron, Inrap

4.1.2. Un quartier d’habitation au nord de la rue Prouteau

  • 93 Dès avant 1203, le chanoine Jean Jouyn possédait une maison devant le Martroi [aux-corps], faisant (...)
  • 94 Joyeux et Guillemard 2012, p. 173-186.

56Vers la fin du xiiie siècle, la nécropole située rue Prouteau est abandonnée et à la place est aménagée une rue orientée nord-nord-ouest/sud-sud-est. Large d’environ 3,50 m, elle est bordée par au moins trois maisons, deux à l’est et une au nord-ouest. La maison du nord-est est pourvue d’un carrelage composé de carreaux de terre cuite de 0,17 m de côté, similaires à ceux posés dans l’église Saint-Michel (cf. infra 4.2.1). L’orientation des constructions (20° ouest) est la même que celle de certaines sépultures des périodes précédentes. Si l’on confronte le plan des constructions aux plans anciens disponibles, notamment au plan Perdoux de 1779 (fig. 17), on constate que cette orientation est celle d’une rue qui passe immédiatement à l’est des constructions et mène vers l’est au grand cimetière (cf. supra 3.4.). À l’ouest elle se cale sur la limite de la terrasse. Elle est connue dès le début du xiiie siècle sous le nom de « rue Pavée »93, puis reçoit au xviiie siècle le nom de Prouteau. L’orientation étant perceptible dès la deuxième phase d’inhumation qui précède l’installation des maisons du faubourg, on peut supposer une origine plus ancienne, mais non datée, de cette « rue Pavée ». Ce phénomène de création d’une rue biaise n’est pas sans rappeler celui observé à l’ouest de la ville, où une rue nord-est/sud-ouest est créée aux viie-viiie siècles et perdure jusqu’à la période contemporaine94.

4.1.3. Des indices d’habitat, place de l’Étape

57Au nord-est du site de la place de l’Étape, deux nouveaux bâtiments (bâtiments 9 et 10) sont construits au cours du xiiie ou du xive siècle (fig. 18). Ils nous sont parvenus dans un état très lacunaire qui interdit de connaître avec précision leurs caractéristiques. Au mieux peut-on décrire des constructions axées nord-sud, dont l’une est longue de 8 m pour une largeur supérieure à 2 m (bâtiment 9). Les murs de cette dernière sont épais de 0,60 m et présentent un parement en appareil réglé formé de moellons en calcaire montés avec un liant argilo-calcaire. Le bâtiment 10 est plus complexe et présente probablement des fondations sur piles reliées par des arcs de décharge et une élévation, dont au moins la base est composée de moellons disposés en arête de poisson. Le mortier est ici aussi un liant argilo-calcaire. Les murs sud de ces deux constructions sont sur un même axe, prolongé plus tard vers l’ouest par un mur dont les caractéristiques (moellons sommairement équarris et d’assises de briques superposées) font penser à une construction plus légère, probablement un mur de clôture. Il convient de noter que le mur nord du bâtiment 8 (cf. infra, 4.2.2.) constituera le prolongement de cette ligne bâtie, qui semble matérialiser la limite entre Saint-Chéron, au sud, et les constructions qui se développent vers le nord. La présence de deux dépotoirs domestiques et d’un puits dans la cour, à l’ouest du bâtiment 9 (fig. 18), laisse imaginer une fonction résidentielle à toutes ces constructions. La rue orientée est/ouest en contrebas de la terrasse dès les viie-xe siècles est toujours en activité ; elle est régulièrement entretenue et peu à peu exhaussée.

Fig. 18 Plan des constructions de la place de l’Étape aux xiiie-xive siècles.

Fig. 18 Plan des constructions de la place de l’Étape aux xiiie-xive siècles.

DAO F. Tane, Inrap

4.2. Densification du bâti religieux et continuité de l’occupation funéraire

4.2.1. Nouvelles réfections à Saint-Michel

  • 95 Pour la description de la cave, voir Gleizes 1983, p. 92.

58Vers le xiiie siècle, la crypte de l’église Saint-Michel est rénovée (reconstruction des escaliers, reprise de maçonneries et des enduits) et une cave est creusée dans la partie nord de la nef95. Dans une nouvelle phase de travaux, la crypte est remblayée après consolidation de toutes les maçonneries, ce qui laisse supposer des faiblesses dans l’édifice et la volonté d’assurer la stabilité de l’ensemble en supprimant tous les points de fragilité. La cave est elle aussi reprise, son emprise est réduite et une partie des élévations de l’église subit également des réfections. Enfin, le chœur reçoit un carrelage de carreaux de terre cuite de 0,17 m de côté, sans décor, tandis que des fragments de vitraux attestent pour la première fois la présence de verrières. Tous ces travaux prennent probablement place au cours des xiiie et xive siècles (fig. 23).

4.2.2. Agrandissement du bâti, place de l’Étape

  • 96 La qualité de mise en œuvre des fondations de ce probable agrandissement évoque celle des murs gou (...)
  • 97 Le troisième état du bâtiment 6 coïncide avec plusieurs phases de rehaussement des sols extérieurs (...)

59Le bâtiment 6 semble agrandi à l’ouest dans le courant du xiiie siècle96 (fig. 18). Son emprise au sol dépasse alors 100 m2. Une porte, encadrée par des piédroits en pierre de taille, est aménagée dans le nouveau mur sud. Un accès est également construit dans le gouttereau nord de la construction initiale, en remplacement de la fenêtre antérieure. Une nouvelle construction (bâtiment 8) est accolée au flanc nord-ouest du bâtiment 6. Elle est légèrement trapézoïdale. Ses dimensions minimales atteignent 8 m × 5 m, hors œuvre. Un troisième état de la bâtisse coïncide avec plusieurs rehaussements des sols du bâtiment 6, et donc des seuils, ce qui nécessite des modifications sur les portes nord et sud. Les murs-gouttereaux sont repris, ainsi que l’embrasure des portes. Ces modifications sont exécutées au plus tôt au milieu du xiiie siècle. Un dernier état peut être daté de la fin du xiiie ou du xive siècle97. Il correspond à la construction d’un mur contre le parement intérieur du mur gouttereau sud du bâtiment 6. Ce doublage du mur n’a aucun rôle structurel, c’est peut-être une simple réfection pour rhabiller un mur dégradé. Un des derniers aménagements connus est la pose d’un carrelage sur l’ensemble des bâtiments 6 et 8. Ce sol est composé de carreaux de terre cuite de couleur rouge, de 0,22 m de côté. La pose alterne deux rangs disposés bord à bord avec deux rangs disposés en quinconce. Dans le bâtiment 8, quelques aménagements sont visibles au sol : contre le mur sud, la réfection du carrelage est réalisée au moyen de carreaux rouges de 0,16 m de côté et de carreaux jaunes rectangulaires, de 0,21 m × 0,09 m. On ignore si la raison de ce choix de matériaux est dictée par une fonction spécifique ou par une simple opportunité d’approvisionnement. Sensiblement en partie médiane du bâtiment, le carrelage est découpé, probablement pour permettre l’installation d’un poteau destiné au soutènement des solives des parties hautes de l’édifice. Enfin, vers l’ouest, le carrelage présente en surface une incision circulaire d’un diamètre de 0,58 m, accompagnée d’un trou de piquet mis en place sur son périmètre (fig. 19). Il est possible qu’il s’agisse de l’empreinte d’un brasero, mais rien ne le confirme. Dans son aspect le plus abouti, l’édifice, d’une emprise minimale au sol de 115 m2, est composé d’une nef ; il est flanqué au nord-ouest d’une annexe et longé au sud et au nord-est par deux passages.

Fig. 19 Vue de l’incision sur le carrelage du bâtiment 8, place de l’Étape.

Fig. 19 Vue de l’incision sur le carrelage du bâtiment 8, place de l’Étape.

Cl. B. Vanderhaegen, Inrap

4.2.3. Confinement de la zone sépulcrale et espace funéraire réservé aux enfants, place de l’Étape

  • 98 Cette phase d’ensevelissement est datée grâce aux mobilier céramique découvert au sein des couches (...)
  • 99 Gleize 2006, p. 465-466.

60Au cours des xiiie et xive siècles, l’aire d’inhumation est confinée, d’une part, autour et à l’intérieur du bâtiment 6 et, d’autre part, dans la partie orientale du site98 (fig. 20). Si l’on en juge par les nombreux recoupements entraînant la présence de nombreux ossements erratiques au sein des sépultures, cette phase d’inhumation est dense. La découverte d’une fosse contenant les ossements d’au minimum trois individus permet d’évoquer la pratique de vidange de sépultures en lien avec un réaménagement de l’espace sépulcral99.

61L’échantillon, composé de 51 individus, est majoritairement constitué de tombes individuelles où le défunt repose sur le dos, la tête à l’ouest. Deux sépultures de nourrisson ont toutefois accueilli des dépôts doubles simultanés. Se distingue également la position assise, à la verticale, d’un enfant de moins de deux ans. Les sépultures des enfants de moins de 5 ans sont de forme ovoïde et ajustée, ne permettant pas l’installation d’un réceptacle. Les décompositions de certains corps en espace vide invitent néanmoins à envisager des fosses couvertes. Les grandes fosses sépulcrales, destinées à accueillir des adultes ou des adolescents, sont en majorité de forme rectangulaire mais l’utilisation d’un contenant en bois n’y est pas systématique. Les adultes, les adolescents et les enfants de plus d’un an ont tous les membres inférieurs en rectitude. Cette position, qui n’est pas naturelle chez le tout-petit (fig. 21), est observée pour trois des enfants de moins d’un an. Elle est imputable à l’utilisation d’éléments textiles contraignants. Il en va de même dans le cas de trois autres nourrissons : l’un a les jambes remontées sur l’abdomen et les deux autres les genoux fléchis en adduction.

Fig. 20 Plan de répartition par classe d’âge des sépultures de la place de l’Étape, au bas Moyen Âge.

Fig. 20 Plan de répartition par classe d’âge des sépultures de la place de l’Étape, au bas Moyen Âge.

DAO F. Tane, Inrap

Fig. 21 Deux exemples d’inhumation de jeunes enfants ; genoux réunis sur le cliché de gauche et position plus naturelle à droite.

Fig. 21 Deux exemples d’inhumation de jeunes enfants ; genoux réunis sur le cliché de gauche et position plus naturelle à droite.

Cl. I. Thomson, Inrap

  • 100 Jesset 2003.

62Si l’emmaillotage est envisagé pour les nourrissons, l’utilisation de linceul est très probable chez les sujets plus âgés. De petites traces d’oxydation verdâtres, fréquemment observées sur les os des sujets adultes, sont d’ailleurs vraisemblablement liées à la présence d’épingles ayant servi au maintien des linceuls. Ceux-ci sont identifiés, tant dans les sépultures avec réceptacle que dans celles où l’on soupçonne leur absence. Le mobilier funéraire est absent des tombes, à l’exception de deux coquemars à encens datés du xive siècle, déposés contre le genou gauche d’un adulte inhumé en cercueil100.

63Le bâtiment 6 est largement environné de sépultures d’enfants (fig. 20). L’échantillon étudié comporte en effet 43 individus immatures sur 51 individus. 37 d’entre eux, dont tous les sujets de moins d’un an, ont été découverts le long des murs nord et sud du bâtiment 6. Les sépultures d’adulte sont en revanche situées à distance de l’édifice. Le côté méridional du bâtiment 6 est marqué par une utilisation funéraire plus intensive, avec au moins 30 sépultures, soit plus de 80 % de l’effectif total (fig. 22).

Fig. 22 Vue rapprochée des sépultures situées en bordure méridionale du bâtiment 6.

Fig. 22 Vue rapprochée des sépultures situées en bordure méridionale du bâtiment 6.

Cl. É. Rivoire, Inrap

  • 101 Castex, Duday et Guillon 1997.

64Au sein du bâtiment, les sépultures des deux uniques adolescents mis au jour pour cette période sont installées côte à côte, la tête de part et d’autre d’une dalle de calcaire qui marque peut-être la base d’une pile. Outre les deux adolescents (10-14 ans), l’ensemble funéraire associé au bâtiment 6 est uniquement composé d’enfants plus jeunes. Ainsi, alors que deux individus sont décédés entre cinq et neuf ans, et neuf entre un et quatre ans, ce sont les décès en période infantile (moins d’un an) qui sont les plus nombreux, puisqu’ils représentent 24 individus. Parmi ces derniers, la proportion de sujets périnatals est importante : pour au moins un tiers des défunts, le décès est survenu avant le moment théorique de la naissance (quatre sujets) ou dans le mois qui l’a suivi (huit à douze sujets). Le rapport de la mortalité périnatale sur la mortalité infantile est donc situé entre 45,8 et 64 %, en fonction des sujets dont l’âge estimé est à cheval sur la période post-néonatale. Les valeurs théoriques pour les populations anciennes indiquent un rapport entre 43 et 58 %101. Dans le sondage ou de nombreux recoupements ont été relevés, les relations stratigraphiques montrent que les sujets les plus jeunes sont les derniers à avoir été installés, ce qui permet d’envisager une spécialisation de ce secteur funéraire vers l’accueil d’enfants de plus en plus jeunes. Les huit sujets adultes sont concentrés à l’est de l’emprise fouillée, ainsi que deux sépultures supplémentaires qui n’ont pu être fouillées mais dont les vastes dimensions suggèrent des inhumations d’adultes. La présence de tombes d’hommes et de femmes au sein d’un même espace révèle l’absence de sectorisation en fonction du sexe. Ces sépultures sont accompagnées de quatre inhumations d’individus immatures, tous âgés de plus d’un an à moins de dix ans.

65Il apparaît donc que les très jeunes sujets étaient systématiquement inhumés dans un secteur qui leur était dédié, alors que les enfants plus âgés auraient eu accès à cette zone sans que leur inhumation n’y ait été impérieuse. Aucun adulte n’y a été découvert, leurs sépultures étant situées à distance de l’édifice. Si l’implantation des sépultures à l’extérieur du bâtiment, le long des murs et sous les gouttières apparaît réservée aux défunts de moins de 10 ans, l’accès à l’espace intérieur, utilisé de façon plus ponctuelle, n’était pas régi par les mêmes critères de sélection. On remarque l’analogie entre l’espace funéraire dédié aux enfants associés au bâtiment 6 et l’emplacement des uniques sépultures de sujets infantiles découvertes pour la première période d’utilisation du cimetière. Cette sectorisation de l’espace sépulcral est ainsi peut-être héritée du cimetière alto-médiéval. Sans apporter d’élément chronologique sur leur origine, on remarquera que les restes osseux en position secondaire, omniprésents dans les niveaux postérieurs au xiie siècle et dont une part indéniable provient de contextes antérieurs, ont permis de recenser onze individus supplémentaires décédés en période infantile. Tous les ossements qui ont permis ce dénombrement, à l’exception d’un fragment de tibia gauche isolé, proviennent de sondages situés dans le secteur de l’édifice, à l’extérieur.

  • 102 Lauwers 2005, p. 100 et 103. Voir la synthèse sur les xie-xiie siècles, dans Pérez 2016, p. 191-20 (...)
  • 103 Lauwers 2005.
  • 104 Iogna-Prat 2006.
  • 105 Gy 1990 ; Carron 2016. L’intérêt longtemps porté sur la fouille de l’intérieur des lieux de culte (...)

66La littérature archéologique et historique évoque, du vie au xviiie siècle, une concentration notable de tombes d’enfants aux abords des lieux de culte catholiques102. Ici, le cas orléanais atteste l’ancienneté de la pratique avérée depuis le viie siècle et jusqu’au xive siècle. Ces emplacements préférentiels, qui pourraient témoigner de l’attention particulière apportée à ces jeunes défunts par la communauté, sont également à mettre en relation avec une éventuelle volonté du clergé de ne pas mêler les enfants encore innocents aux adultes « impurs » au sein du cimetière103. La proximité de l’édifice ecclésial ici est nettement recherchée pour l’inhumation des jeunes enfants et semble aller de pair avec la mise au point du rite de consécration des édifices cultuels datant des xie-xiiie siècles104. Les très jeunes enfants qui se trouvaient au contact de l’édifice consacré ont peut-être bénéficié, en raison de leur état supposé d’innocence, de la sacralité du lieu. La situation évolue probablement avec la généralisation du baptême, administré le plus tôt possible après la théorie des limbes des enfants et la conception de l’espace sacré, dans le courant du xiiie siècle, notamment en ce qui concerne le cimetière. La densité de l’occupation autour du bâtiment 6, démontrée par de nombreux recoupements et vidanges de fosses, ainsi que la présence croissante de tombes de jeunes enfants – les enfants constituant la cohorte la plus élevée des défunts dans une population non vaccinée – inhumés au plus près des murs d’un édifice consacré et avoisinant des tombes d’adulte proportionnellement moins nombreuses, sont caractéristiques d’un cimetière paroissial du bas Moyen Âge. En effet, à mesure que le pédobaptisme s’est généralisé, l’inhumation des plus jeunes a pu se faire dans le même espace que les adultes105.

  • 106 Les lésions costales internes pourraient se rencontrer sur plus de 85 % des sujets décédés de tube (...)
  • 107 Ibid., p. 65-70.
  • 108 Un, voire deux individus présentent des lésions de type serpens endocrina symmetrica (SES), qui se (...)

67De manière générale, l’échantillon de sujets adultes étudié présente des lésions et remaniements osseux qui suggèrent une activité physique importante (hyper-sollicitation musculaire, port de charges lourdes), sans qu’aucune pathologie spécifique ne soit relevée. Quant à l’état sanitaire des individus immatures, on remarque des réactions périostées plurilamellaires sur le squelette appendiculaire de deux individus. Ces lésions évoquent une ostéoarthropathie hypertrophiante, qui est fortement corrélée aux affections pulmonaires, particulièrement à la tuberculose, à l’instar des réactions périostées sur la face viscérale des côtes d’un troisième individu106. Par ailleurs, des cavitations sur les faces antérieures des vertèbres thoraciques, telles que celles observées sur un autre sujet immature, sont tout aussi étroitement associées à la tuberculose107. Enfin, on observe des lésions endocrâniennes liées à une inflammation méningée, d’un type qui a également pour origine principale une infection intra-thoracique108. La fréquence des lésions osseuses, vraisemblablement liées à la tuberculose, dresse le schéma d’une population immature malade. Aucune lésion comparable n’a été repérée chez les adultes.

4.3. Structuration du quartier : vers la mise en place d’un ensemble médico-funéraire et d’un ensemble religio-éducatif (fig. 23)

4.3.1. L’hôtel-Dieu intra-muros

  • 109 Doinel 1887, p. 132-133. L’abandon du vocable « des Pauvres » au profit de celui « des Fossés » au (...)

68Le développement de cet établissement spécialisé dans le soin, disposant d’un personnel dévolu à cette activité, a vraisemblablement concentré en un lieu spécifique les activités d’assistance. L’activité de l’hôpital Saint-Germain-des-Pauvres signalée au xe siècle ne semble alors pas avoir été poursuivie au-delà des années 1210. Si un portier de Saint-Germain-des-Fossés est encore cité dans une charte de 1219109, l’établissement fut donné dès l’année suivante aux dominicains pour qu’ils s’y établissent et développent leur mission de prédication et d’enseignement.

Fig. 23 Plan général des occupations aux portes septentrionales de la ville d’Orléans, durant le bas Moyen Âge, d’après les données archéologiques.

Fig. 23 Plan général des occupations aux portes septentrionales de la ville d’Orléans, durant le bas Moyen Âge, d’après les données archéologiques.

DAO F. Tane, Inrap

  • 110 AD Loiret 1 E 358 publié dans Soyer 1924, p. 21-22. Un laïc, Hugues Geoffroy, obtint aussi une par (...)
  • 111 Thillier et Jarry 1906, p. 511-513.
  • 112 Longnon 1909, p. 18-19, 21-23, 53, 90, 110 et 132.

69Après l’obtention de terrains le long de la fortification dans le dernier tiers du xiiie siècle, l’hôtel-Dieu reçut de Philippe Auguste en 1205 la concession de la porte Parisie « à condition qu’ils couvrent cette porte et qu’ils entretiendront convenablement la toiture110 ». Des annexes et apothicaireries de l’hôtel-Dieu construites du côté de la porte Parisie sont signalées dans le courant du xiiie siècle111. Appendicia renvoie à un bâtiment en supplément ou à un agrandissement ; stationaria à une boutique, voire à une apothicairerie qui conviendrait mieux dans ce contexte. Des références à l’« appendencia Domus Dei » figurent également dans des obituaires, sans fournir de détails topographiques plus précis de sorte que leur restitution sur un plan reste obscure112.

4.3.2. Le Martroi-aux-Corps extra muros

  • 113 Jarry 1913 p. 483-485.
  • 114 Ibid., p. 486.

70Dans la seconde moitié du xiie siècle, un cimetière extra muros associé à la cathédrale puis à l’hôtel-Dieu est signalé, ainsi que la chapelle dédiée à saint Lazare à proximité de ce cimetière en 1178. Ensuite, la chapelle Notre-Dame de la confrérie des écrivains de la ville est citée en 1266 « in cimiterio Aurelianensi, in quo corpora multorurn fidelium requiesunt » et l’adjonction d’un hôpital à cette chapelle placée sous le vocable de Notre-Dame-Saint-Vérain l’est également en 1298113. Cette œuvre pieuse vers laquelle fondations de messes et donations se multipliaient, se dota même, fait rare pour une confrérie, d’un cartulaire dans le courant du xve siècle pour consigner les biens qui lui auraient été échus depuis l’année 1323. L’œuvre de nature corporative jusqu’au xive siècle devint ensuite un véritable établissement charitable tourné exclusivement vers les pauvres et les vieillards, auxquels les administrateurs accordaient une sépulture gratuite au Grand Cimetière114.

  • 115 Le cimetière abandonné en 1786, dont l’espace a été ensuite dévolu à une halle aux grains, a fait (...)

71Sur ce site, les observations archéologiques – très limitées en un contexte de sauvetage extrêmement contraint – qui ont pu être menées n’ont pas permis de préciser la phase d’installation de ce cimetière et la majeure partie des sépultures repérées ont été datées des xive-xve siècles115. Ce vaste cimetière clos devint le principal cimetière d’Orléans, où étaient portés en terre tous ceux qui n’avaient pas élu sépulture ailleurs.

4.4. Vers une spécialisation dans la prédication et l’enseignement (xiiie-xive siècles)

  • 116 Thibault 1997, p. 177.
  • 117 Gaillard et Debal 1987, p. 22 et 58.
  • 118 Philippe 2006, p. 215-216.

72L’expansion démographique de la ville dans le courant du xiiie siècle, atteignant plus de 25 000 habitants116 et une forte présence estudiantine, suppose l’adaptation de l’ensemble des services spirituels (formation, magistère et culte). Ce faubourg a vu la reconversion de ses anciens établissements d’assistance en lieux consacrés à l’étude et à la pastorale, avec une présence forte des ordres mendiants spécialisés dans l’étude et la prédication. En effet, deux des quatre établissements accueillis à Orléans s’installèrent presque en vis-à-vis, dans les locaux des anciens édifices religieux près de la porte Parisie. L’église Saint-Germain-des-Fossés [des Pauvres] fut dévolue aux dominicains par l’évêque Philippe de Jouy dans les années 1220117. Ces religieux enseignaient le droit et la théologie aux étudiants d’Orléans, dans leur école publique transformée en université en 1306. Ces cours ont été dispensés au moins jusqu’en 1337, quand les étudiants obtinrent des locaux intra-muros dans le secteur de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle118.

73L’église Saint-Chéron est dévolue aux franciscains en 1235 sur autorisation de l’évêque pour qu’ils implantent des écoles. Les archives de ce couvent n’ayant pas été conservées, il n’est pas possible de restituer le plan des bâtiments ni les éventuelles modifications de l’aménagement.

  • 119 L’observation en a été faite sur plusieurs autres villes du Nord de la France et des Flandres : Vo (...)

74L’implantation des couvents dans ce quartier, au carrefour de plusieurs rues, ne doit rien au hasard. Elle correspond à un mouvement plus large d’implantation conjointe de frères prédicateurs dans le voisinage des cathédrales (souvent des dominicains et des franciscains en association), dans les villes épiscopales où ils pouvaient profiter d’une bienveillante protection par rapport à d’éventuelles hostilités de la part d’anciennes institutions religieuses. En outre, ces couvents étaient de préférence implantés sur des lieux de passage, sur des places publiques ou à proximité de cimetières, afin de profiter du flux de passants susceptibles d’écouter les prêches des religieux et d’un espace suffisant pour permettre à une foule de se tenir119.

  • 120 Bouvier 1913, p. 486. La chapelle était localisée au cimetière et l’hôpital, rue de la Bretonnerie
  • 121 D’autres sépultures sont disséminées ailleurs hors les murs, notamment du côté du mur ouest du cas (...)
  • 122 Jarry 1913, p. 491. Le rapport, daté de 1464, est certes plus tardif. Toutefois, il permet de conn (...)

75Par ailleurs, l’administration des soins et, le cas échéant, des sépultures, d’abord encadrée par des institutions monastiques puis canoniales, a été prise en charge également dans ce secteur de la ville à partir de 1266 par la confrérie laïque des écrivains dont la chapelle Notre-Dame-Saint-Vérain et le siège étaient au cimetière d’Orléans. Cette confrérie était riche d’étudiants et de notaires, nombreux en cette ville réputée pour ses écoles. Jusqu’à la création de l’université d’Orléans, elle s’était spécialisée dans le financement des soins et du service divin. Après 1323, elle cède le pas à un véritable établissement hospitalier administré par des procureurs120. Enfin, les fouilles de Saint-Michel et de la place de l’Étape ont permis de restituer un paysage probablement très funéraire, avec des quantités de tombes disséminées dans et entre les constructions au nord de la porte Parisie du viie au xiiie siècle121. La création d’un vaste cimetière urbain a permis de faire converger les sépultures en un seul lieu délimité par une clôture nette. En effet, dans un rapport, le maître de l’hôtel-Dieu rappelait « que de tel et si longtemps qu’il n’est mémoire du contraire, le grand cimetière, hospital et maison Dieu a esté et est une place disponsée à la sépulture des décédans paroissiens des seize paroisses estant en la ville et ès deux faubourgs d’Orléans et aussi de tous autres qui trépassent tant es hospitaulx et maisons-dieu d’icelles villes et forsbourgs que autres, estrangiers et passans, qui ne eslissent ailleurs leur sépulture laquelle place est clouse et environnées de murs pour l’honneur des trépassés qui illec sont enteriez et que les bestes n’y entrent122 ».

5. Un quartier dans la tourmente (1358-1460)

  • 123 Leduc 1967 ; Michaud-Fréjaville 1982 ; Contamine 1999 ; Michaud-Fréjaville 2005, p. 5-10.
  • 124 Voir la récente synthèse portant sur le dispositif défensif de la porte Bannier, qui desservait le (...)
  • 125 Denifle 1899, p. 229. Michaud-Fréjaville 2006.

76La guerre de Cent Ans a nécessité de très lourdes modifications urbanistiques pour assurer la sécurité des orléanais123. À l’emplacement du castrum du Bas-Empire et tout autour du bourg Dunois à l’est, l’enceinte a été renforcée : les murs sont consolidés, les fossés remis en état et les points névralgiques que constituaient les portes de ville ont été renforcés de défenses avancées et de barrières124. Au-delà de la porte Parisie, les faubourgs n’avaient pas été enclos de murailles. La possibilité de voir des ennemis pénétrer dans la ville par le quartier cathédral était grande et le choix a été, dès les années 1350, de démolir les faubourgs et notamment les églises qui pouvaient offrir des points de tir125. Quoiqu’importantes, les institutions religieuses et hospitalières de ce quartier et les quelques maisons qui s’y trouvaient ne généraient pas une richesse aussi grande que celle du bourg Dunois ou que le port. En situation de péril imminent, il a été décidé de les sacrifier.

77L’occupation du quartier est avérée par les données archéologiques jusqu’aux destructions préventives des faubourgs qui ont été menées d’abord dans les années 1370, puis à nouveau dans les années 1410-1420, au rythme de l’avancée des troupes ennemies. Ces destructions très massives ont totalement bouleversé le paysage urbain.

5.1. La destruction du faubourg médiéval

78La fin du Moyen Âge voit donc se succéder deux phases de démolition dans le faubourg septentrional d’Orléans. La première, vers le milieu du xive siècle, paraît d’ampleur relativement limitée ; les églises Saint-Michel et Saint-Chéron, ainsi que les maisons fouillées rue Prouteau et place de l’Étape, ne semblent pas touchées. Elle est suivie d’une phase de reconstruction qui n’a pas toujours été menée à son terme. La seconde, au début du xve siècle, est plus lourde car elle entraîne la constitution d’un large espace dégagé face à la porte Parisie et à la muraille, avec l’aménagement d’un boulevard défensif en 1411-1418. La mise en œuvre du projet est alors systématique et méthodique. Tous les édifices, qu’ils soient religieux ou civils, sont concernés et les cimetières encore existants sont abandonnés. On procède à la démolition soigneuse et poussée des édifices, ce qui suppose également un transport et un stockage des matériaux récupérés, en attendant leur éventuelle réutilisation.

5.1.1. Les données archéologiques

79Dans l’église Saint-Michel, le carrelage subit une ultime réfection et les maçonneries et la cave sont de nouveau reprises, preuve que ces travaux sont entrepris avant que la décision de démolir les édifices situés à l’extérieur de l’enceinte soit prise. Lors des préparatifs du siège, les élévations de l’église sont démolies et la cave est sans doute comblée. Ne reste alors que la base des murs sur une hauteur de 0,60 à 1 m, en partie recouverte par des remblais.

80Que ce soit au nord, rue Prouteau, ou au sud, sur le site du Mail Pothier, les maisons sont elles aussi détruites, selon des rythmes et des modalités qu’il n’est pas possible de restituer.

81Une campagne de démolition des édifices et de récupération de matériaux est visible sur l’ensemble de l’espace fouillé place de l’Étape. Elle concerne aussi bien les bâtiments religieux que les habitations. Les élévations sont soigneusement démontées, les matériaux prélevés et les fondations sont largement récupérées, à l’aide de tranchées ou de fosses ponctuelles. Les sols sont recouverts de remblais contenant des matériaux de démolition, sur une épaisseur de 0,20 à 0,35 m. Le mobilier céramique issu de ces remblais et des comblements de fosses et tranchées de récupération est datable du xve ou du début du xvie siècle.

5.1.2. Les destructions évoquées par les textes

  • 126 Ibid., p231. Ces diverses destructions/reconstructions ont pu modifier l’emplacement du couvent (...)
  • 127 Une supplique adressée au pape Martin V en 1428 porte l’indication de la destruction préventive de (...)
  • 128 Original disparu cité dans Jarry 1913, p. 537-538.
  • 129 AN, R4*321, fol. 27v. compte de la recette du duché en 1406.
  • 130 AD Loiret, CC547 fol. 7.
  • 131 AD Loiret, H-Dépôt 2 / 1 E 30 fol. 207. Domaine viticole connu dès le xiie siècle reconstruit sur (...)
  • 132 Lettres de Robert de Foville, lieutenant général du gouverneur d’Orléans, autorisant les religieux (...)

82Le couvent des dominicains a subi des démolitions préventives à la fin des années 1350 et il n’était pas encore rebâti en 1372, comme en témoigne une supplique adressée au pape Grégoire XI126. Sa reconstruction est donc intervenue entre 1372 et 1428, date à laquelle il fut de nouveau détruit à titre préventif127. La chapelle Notre-Dame-Saint-Vérain du grand cimetière fut détruite sous l’épiscopat de Jean IV (avant 1363) et fit l’objet d’une autorisation de reconstruction en 1366 par son successeur Hugues II128, mais tous les bâtiments ne connurent pas le même sort, notamment le bâti privé. Ainsi, le cens que devait le propriétaire d’une maison rue de la Bretonnerie n’était plus perçu en 1406 car « elle fut rasée quand les anglais advinrent les faubourgs d’Orléans et n’en peut leu savoir où est la place en laquelle estoit ladite maison129 ». Un mandement du dauphin Charles parvient à Orléans en 1419 « pour démolir et abattre plusieurs maisons des faubourgs d’Orléans et forteresses non tenables130 ». Ainsi, une autre maison, que possédait l’hôtel-Dieu « au jardin près des jacobins », fut démantelée en 1428 et reconstruite au sud de la Loire : les ouvriers ont « desemblé et dessendu la maison qui était de sur le puits et pour avoir assemblé et levé et fait une maison au Lièvre d’Or131 ». En effet, l’hôtel-Dieu possédait avant la guerre de Cent Ans au moins 80 maisons, vergers et places qui ont été démolis : « (…) aussi joignant l’église et vergier des Jacobins, l’église Saint-Chéron qui estoit ou lieu ou de présent est le vergier des hoirs feu Jehan Brachet et joignant le Martroy-aux-Corps d’Orléans, lesdiz de l’Ostel-Dieu avoient, lorsque lesdiz foussez furent faiz132 ».

  • 133 AD Loiret, CC542 fol. 6.
  • 134 Michaud-Fréjaville 1982, Contamine 1999. Voir le détail des travaux fournis par les comptes de for (...)

83La porte Parisie, fermée depuis 1411, ne devait être ensuite ouverte qu’occasionnellement133 et le trafic des biens et des personnes était alors reporté sur les autres portes de la ville (porte Bourgogne à l’est, porte Bannier et porte Renart au nord-ouest). Parallèlement à la destruction des faubourgs septentrionaux, les comptes de la forteresse d’Orléans montrent que l’antique muraille restaurée avait retrouvé son rôle initial et qu’elle était, de surcroît, flanquée d’un dispositif de défense complémentaire avec le boulevard de la porte Parisie, construit en 1418 et protégé d’un fossé134. Les investigations archéologiques permettent d’apprécier plus concrètement ces bouleversements.

5.2. Des inhumations isolées

  • 135 Crubézy, Duchesne et Arlaud 2006.

84Sur le site de la place de l’Étape, au moins deux sépultures d’enfants ont été installées dans les remblais recouvrant l’emplacement présumé de l’ancienne église Saint-Chéron. Ce phénomène a déjà été observé, par exemple à Montpellier où un dernier état du cimetière de Saints-Côme-et-Damien a été détecté dans les couches de démolition de l’église après le xvie siècle135. Dans notre cas, il s’agit très probablement des dernières fosses sépulcrales installées à un moment où l’établissement religieux est détruit dans le courant du xve siècle, mais où la sacralité du lieu est encore forte dans les esprits. Les inhumations suivent donc vraisemblablement de très peu de temps la démolition de l’église.

5.3. Aménagement des structures défensives

  • 136 Joyeux et Rivoire 2011, p. 427-431 et Id. 2012, p. 17-21.
  • 137 Alix, Carron et Roux-Capron 2016.

85Au sud de la fouille de la place de l’Étape, un fossé est creusé. Il est implanté à quelques mètres au sud de la rue est-ouest située en contrebas de la terrasse (fig. 24). D’une profondeur supérieure à 3,50 m pour une dimension nord-sud supérieure à 22 m, on ignore tout de ses caractéristiques précises (forme, dimensions). Il participe de la remise en état du système défensif au droit de la porte Parisie, sans que l’on soit en mesure de déterminer s’il s’agit d’un large fossé est-ouest, d’un avant-fossé ou d’un fragment de fossé courbe136. Au mieux peut-on signaler que ses caractéristiques diffèrent très largement de celles des fossés des boulevards qui défendent les portes Bannier et Renart137. Régulièrement entretenue et exhaussée, la rue située au pied de la terrasse reste en activité lors des préparatifs du siège et, semble-t-il, pendant le siège lui-même.

Fig. 24 Plan avec l’emprise du fossé défensif, observée place de l’Étape.

Fig. 24 Plan avec l’emprise du fossé défensif, observée place de l’Étape.

DAO F. Tane, Inrap

5.4. Repenser la ville à une autre échelle

5.4.1. Le temps du déblaiement

  • 138 Chartier 1848, p. 60 et Michaud-Fréjaville 2005.
  • 139 BM Orléans ms 596 : p. 133 art. 354.
  • 140 On rétribue Jean Guénet « pour lui acheté et mis es friches et jardins où sera ledit chemin et pou (...)

86La situation de ce quartier, telle qu’elle nous est décrite plusieurs décennies après le siège de la ville, est encore assez chaotique138. En 1467, un projet de modernisation de cet espace est déjà engagé. Toutefois, en 1469, la circulation y est encore hasardeuse : l’entrée des chariots en ville, depuis les champs vers la porte Parisie, nécessite de refaire un pont-levis et pour cela, de « faire démolir et rompre les haies, buissons, murailles et vergiers, maisons et empeschants l’entrée de la ville par icelle porte Parisie et estant entre ledit boloard et les Jacobins139 ». Cet espace, faisant autrefois partie de la censive de Saint-Chéron, avait été acquis par la ville et le plan du futur chemin avait été tracé140.

5.4.2. Le temps de la planification

  • 141 Lettres de Robert de Foville, lieutenant général du gouverneur d’Orléans, autorisant les religieux (...)
  • 142 Jarry 1913, p. 496. Cet exemple illustre comment les confréries laïques réussissent à capter cette (...)
  • 143 À cet égard, l’existence d’un cartulaire du cimetière d’Orléans composé entre 1476 et 1525 est à s (...)

87En 1493, le projet de reconstruction et d’extension de l’hôtel-Dieu au-delà des anciens murs de la ville est l’occasion de constater qu’il ne semble nullement question de reconstruire in situ l’ancienne église Saint-Chéron « qui estoit ou lieu ou de présent est le vergier des hoirs feu Jehan Brachet141 », c’est-à-dire là où l’on bâtit l’hôtel Groslot dans le premier tiers du xvie siècle. Le couvent des franciscains, quant à lui, fut reconstruit à une date qu’il est difficile d’estimer, faute d’observations en sous-sol, le long de la rue de la Bretonnerie. En outre, les diverses chapelles du Martroi concentraient alors l’essentiel des fondations de messes des morts et de donations ou de legs. Ainsi, la puissante confrérie des écrivains de Saint-Vérain au Martroi œuvra-t-elle avec succès en 1491-1492 pour empêcher que ses voisins, les frères dominicains, n’érigent en leur couvent une confrérie des Trépassés, un projet qui serait entré directement en concurrence avec les chapelles cimétériales laïques142. En effet, au cimetière du Martroi, d’autres chapelles (Trois Maries, Sainte-Anne, Saint-Hubert) furent fondées après la guerre de Cent Ans, témoignant de la volonté des laïcs de s’associer à la mémoire des morts, désormais concentrée dans cet espace circonscrit par une galerie d’arcatures depuis la fin du xve siècle. À l’exception de celles pratiquées à l’intérieur des lieux de culte, les sépultures étaient désormais rassemblées en un lieu unique et clos et non comme auparavant autour des églises143.

  • 144 Le bâtiment en question a fait l’objet d’une campagne archéologique dirigée en 2011 par Didier Jos (...)

88Enfin, le quartier universitaire qui s’était développé à Orléans depuis le xiiie siècle, d’une part, autour des écoles tenues par les dominicains dans le faubourg septentrional et, d’autre part, dans le quartier de Saint-Pierre-le-Puellier intra-muros, a été finalement établi aux Grandes Écoles au cours du premier tiers du xvie siècle, au niveau de l’actuelle rue de l’Université intra-muros144.

  • 145 « Pourquoy soit besoing et nostre entencion que icelle enceinte et nouvelle clousture soit peuplée (...)
  • 146 Alix et Durandière 2004.
  • 147 Salamagne 2009, p. 70.
  • 148 Alix et Noblet 2009.
  • 149 La mémoire du saint était encore entretenue lors des processions du chapitre cathédral (Le Maire 1 (...)
  • 150 Bouvier 1913, p. 315-320.
  • 151 Petit 1980 ; AD Loiret, 2J 2509 : « pour construire les fondements des pilliers de la croppe [la v (...)
  • 152 Les registre de sépultures de la paroisse Saint-Michel conservés pour les années 1571-1623 donnent (...)

89Après la guerre de Cent Ans, l’urbanisme tel qu’il a été pensé par les édiles municipaux et les dignitaires religieux a profité de possibilités d’implantation beaucoup plus vastes dans un espace nettement moins contraint qu’auparavant. Le faubourg qui a bénéficié en premier lieu de la protection d’une nouvelle fortification dans les années 1466-1480 est le plus oriental, celui où se dressaient les abbayes royales de Saint-Euverte et Saint-Aignan dans un espace que Louis XI a souhaité ouvrir à toutes les professions afin de le repeupler145. Dans les années 1480, à la faveur d’investissements considérables dans la construction d’une nouvelle enceinte urbaine couvrant désormais 69,5 hectares146, le plan de la ville nouvelle a été repensé. La création de la place de l’Étape, dans le premier tiers du xvie siècle, résulte de ce programme qui a permis une aération d’un secteur urbain auparavant caractérisé par une forte pression foncière. Aux petites parcelles en lanière et aux maisons accolées les unes aux autres du second Moyen Âge, que l’archéologie a permis de restituer comme bordées de sépultures dans un quartier traversé, sans doute, plus souvent par des religieux et des fossoyeurs que par des commerçants, succèdent de vastes terrains dévolus à des constructions spacieuses confiées à des architectes de renom147. C’est le cas de l’hôtel Groslot148 dont la construction suppose que l’ancien emplacement de l’église Saint-Chéron fut définitivement abandonné149. À partir de 1500-1513, l’hôtel-Dieu a été reconstruit et agrandi, dans l’espace des anciens fossés de ville sur une « place joignant d’icelluy [l’hôtel-Dieu] située aux Viels Fossés de ladite ville atenant des murailles anciennes d’icelle et dudit hôtel Dieu entre la porte Parisie et le Grand cimetière150 ». L’église de Saint-Michel a été reconstruite en 1534 en partie sur les murs de l’église antérieure mais présente un décalage de 17 m vers l’ouest151. Le déplacement n’a pas interrompu la pratique sépulcrale à l’intérieur de l’édifice qui reste un lieu d’élection de sépultures jusqu’au xviie siècle152.

90La vaste place de plus de 2 500 m2 ainsi dégagée entre l’hôtel Groslot et l’église Saint-Michel permettait notamment d’organiser le marché au vin, ou Étape au vin, à la porte Parisie.

91L’accroissement de la ville remparée au nord jusqu’aux nouvelles portes Saint-Vincent et Bannier a attiré de nouvelles congrégations religieuses, égrainées en un chapelet de couvents distribué intra-muros le long des nouvelles fortifications. Les anciens couvents des franciscains réformés (remplacés par les récollets en 1611) et des dominicains ont été reconstruits plus au nord. Tout au long de la rue de la Bretonnerie se trouvaient les carmélites (1617), les oratoriens (1615) et les ursulines (1622), dont les bâtiments sur rue étaient prolongés de vastes jardins à l’ombre des nouvelles murailles. En ce qui concerne le soin aux malades, l’hôtel-Dieu, situé dans l’hypercentre, fut complété par les Petit et Grand Sanitas dans les années 1580, puis par l’hôpital général dans les dernières décennies du xviie siècle, installé au pied des nouvelles fortifications de la ville à plus de 2 km du cœur de ville.

Conclusion

  • 153 Mazuy et Josset 2004, p. 57.

92Les recherches menées à la faveur de la construction de la seconde ligne de tramway d’Orléans permettent de renouveler les connaissances sur le faubourg nord de la ville médiévale. Certes, les grands jalons du développement urbain au cours du premier millénaire étaient connus, à savoir la distribution assez nette de l’espace entre un secteur marchand à l’ouest et un secteur dévolu au soin des corps et des âmes à l’est153. Toutefois, la fouille du sous-sol de la place de l’Étape, complétant les résultats des fouilles menées sur les autres sites extra muros voisins et contemporains de Saint-Michel et du Mail Pothier, offre de surcroît la restitution d’une période jusque-là peu mise en lumière, comprise entre le vie et le ixe siècle, soit entre l’installation du siège épiscopal et celle du chapitre cathédral. Durant cette période, la proximité de la cathédrale et d’une basilique royale a catalysé le passage de fidèles, pèlerins et malades, qui ont été pris en charge dans divers établissements religieux extra muros. Deux bâtiments, dont un vestige de l’église Saint-Jean/Saint-Chéron et un cimetière en grande partie réservé à des sépultures d’enfants, sont implantés à proximité du site de l’hôpital de Saint-Germain-des-Pauvres. Ils s’insèrent dans un maillage dense d’établissements religieux qui assurent la vie spirituelle et assument des fonctions médicales et funéraires. Les siècles suivants voient ce pôle religieux osciller d’activités médicales et funéraires vers la pastorale et l’enseignement. En effet, d’une part, l’hôtel-Dieu rattaché au chapitre cathédral a pris en charge le soin et l’inhumation dans un large espace au nord de la cathédrale et, d’autre part, le faubourg plus densément peuplé a été incorporé dans la trame paroissiale, plusieurs de ses anciens lieux de culte étant transformés en églises paroissiales. Avec le développement d’une activité notariale et universitaire de premier plan, les religieux prédicateurs ont été invités à s’installer à Orléans, notamment, pour les dominicains et les franciscains, en lieu et place des anciennes églises Saint-Chéron et Saint-Germain-des-Pauvres. Le repli de la ville en son centre et la destruction des faubourgs durant la guerre de Cent Ans ont définitivement bouleversé la topographie urbaine et jeté les bases d’une nouvelle fortification beaucoup moins contrainte qu’au Moyen Âge, permettant de libérer de vastes espaces dont la place de l’Étape est le témoin.

Haut de page

Bibliographie

Sources écrites

Archives Départementales du Loiret

A598 et A599 : Plan et matrice de la ville d’Orléans divisé en 16 feuilles par Perdoux, 1779.

Série communale, CC 542 : compte de la forteresse d’Orléans pour les années 1409-1411.

Série communale, CC 547 : compte de la forteresse d’Orléans pour les années 1419-1421.

Série communale, CC 561 : compte de la forteresse pour les années 1469-1471.

Série G, fonds du clergé séculier, 3G/218 : cartulaire du grand cimetière d’Orléans, 1476-1525.

Série H, fonds de l’Hôtel-Dieu d’Orléans, 2/1E 30 : comptabilité pour les années 1425-1433.

Série H, fonds de l’Hôtel-Dieu d’Orléans, délibérations du bureau, 2/1E 358 : dons d’emplacement de la muraille.

Série J, fonds Jarry, 2J 2509 : notes sur Saint-Michel d’Orléans.

Série des paroisses, GG 953-1039 : registre de sépultures de Saint-Michel d’Orléans, 1571-1623.

Archives Nationales

fonds de l’Apanage d’Orléans, R4*321 : compte de la recette du duché pour le terme de Toussaint 1406.

Bibliothèque Municipale d’Orléans

ms 596 : manuscrits de l’abbé Dubois.

Documents

Alix C., Carron D. et Roux-Capron E.

2016, « La porte Bannier, entrée principale de la ville d’Orléans aux xive-xve siècles », Archéologie médiévale, no 46, p. 91-122.

Alix C. et Durandière R.

2004, « La dernière enceinte d’Orléans (fin du xve-1ère moitié du xvie siècles). Nouvelles approches », Bulletins de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XVII, no 139, p. 5-28.

Alix C. et Noblet J.

2009, « Les demeures de la seconde Renaissance des élites orléanaises ou le succès de l’architecture “à l’antique” (vers 1535-1560) », dans Demonet M.-L., Rivaud D. et Vendrix P. (dir.), Orléans, une ville de la Renaissance, Tours, Centre d’études supérieures de la Renaissance, Orléans, p. 74-95.

Baud A., Nimmegeers N. et Flammin A.

2016, « L’abbaye de Saint-André-le-Haut à Vienne. Origine et développement d’un monastère de moniales », dans Bully  S. et Sapin C. (dir.), L’origine des sites monastiques. Confrontation entre la terminologie des sources textuelles et les données archéologiques, Actes du colloque des 4e Journées d’études monastiques, Baume-les-Messieurs, 4-5 septembre 2014, 10e hors-série du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre [en ligne], mis en ligne le 09 décembre 2016, consulté le 12 décembre 2017, URL : https://journals.openedition.org/cem/14485, DOI : 10.4000/cem.14485.

Bellu C.-F.

1854, Les archives de la Charité, Gien, Clément.

Blanchard P., Kacki S. et Rouquet J.

2010, « L’établissement hospitalier des xe-xiie siècles de la Madeleine à Orléans. Essai de caractérisation des espaces et de la population », dans Le Clech S. (dir.), Espaces, objets, populations dans les établissements hospitaliers du Moyen Âge au xxe siècle, Actes du colloque de Tonnerre, Yonne, 4-5 septembre 2008, Éditions universitaires de Dijon, p. 301-322.

Boissavit-Camus B.

2016, « Enceintes urbaines et églises médiévales », dans Balcon-Berry S., Boissavit-Camus B. et Chevalier P, (dir.), La mémoire des pierres, Mélanges d’archéologie, d’art et d’histoire en l’honneur de Christian Sapin, Turnhout, Brepols, p. 95-104.

À paraître, « Des rois bâtisseurs d’église : l’investissement royal en Gaule du ve au viie siècle », dans Destephen S., Dumézil B. et Inglebert H. (dir.), Le prince chrétien, Actes du colloque de Nanterre, octobre 2016.

Bouvier P.

1913, « Étude sur l’hôtel-Dieu d’Orléans au Moyen Âge et au xvie siècle », Mémoires de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, no 34, p. 157-332.

Bouzy O.

2004, « La formation du quartier canonial au ixe siècle », dans Notter A. et Bosc A. (dir.), Lumières de l’an Mil en Orléanais. Autour du millénaire d’Abbon de Fleury, Turnhout, Brepols, p. 65-67.

Bully S. et Sapin C. (dir.)

2016, L’origine des sites monastiques. Confrontation entre la terminologie des sources textuelles et les données archéologiques, Actes du colloque des 4e Journées d’études monastiques, Baume-les-Messieurs, 4-5 septembre 2014, 10e hors-série du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre.

Carron D.

2003, « Les défunts de la chapelle moderne Saint-Léger à Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or) : réflexions sur la discordance entre les sources archéologiques et les sources écrites », Revue archéologique de l’Est, no 52 (174), p. 329-342.

2016, « Résurrections de nourrissons le temps du baptême catholique : mythes et réalités du sanctuaire à répit comme lieu d’inhumation », dans Portat É., Detante M., Buquet-Marcon C. et Guillon M. (dir.), Rencontre autour de la mort des tout-petits. Mortalité fœtale et infantile, Actes du colloque de la IIe Rencontre du groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire, Saint-Germain-en-Laye, 3-4 décembre 2009, Condé-sur-Noireau, Gaaf, no 5, p. 259-269.

Carron D et Périllaud F.

2011, Orléans : un diagnostic dans la cour d’honneur du palais épiscopal « hôtel Dupanloup », rapport de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre (SRA).

Castex D., Duday H. et Guillon M.

1997, « Mortalité périnatale infantile : validité du rapport démographique et intérêt en palethnologie funéraire. À propos de trois sites médiévaux », dans Actes des XVIe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes (19-21 octobre 1995), p. 147-160.

Charlier P. (dir.)

2008, Ostéo-archéologie et techniques médico-légales, tendances et perspectives. Pour un manuel pratique de paléopathologie humaine, Paris, De Boccard.

Chartier J.

1848, Chroniques de Charles VII, t. 1, Paris, éd. Vallet de Viriville.

Comte F. et Galinié H.

1994, « Les lieux d’inhumation dans les quartiers canoniaux des origines au xviiie siècle », dans Picard J.-C. (dir.), Les chanoines dans la ville. Recherches sur la topographie des quartiers canoniaux en France, Paris, De Boccard, p. 61-70.

Contamine P.

1999, « Observations sur le siège d’Orléans (1428-1429) », dans Blieck G., Contamine P., Faucherre N. et Mesqui J. (dir.), Les enceintes urbaines (xiiie-xvie siècles), Actes du 121e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nice, 26-31 octobre 1996, Paris, CTHS, p. 331-343.

Courtois J. et Joyeux P.

À paraître, « L’enceinte d’Orléans : état des recherches et découvertes récentes », dans Bayard D. et Fourdrin J.-P. (dir.) Villes et fortifications de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, Actes du colloque de Lille, 25-27 mars 2015.

Crubézy E., Duchesne S. et Arlaud C.

2006, La mort, les morts et la ville : Saints-Côme-et-Damien, Montpellier, xe-xvie siècles, Paris, Errance.

Cuissard C.

1900, Les chartes originales de l’ancien hôtel-Dieu d’Orléans, Orléans, Herluison.

Denifle H.

1897, La désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la guerre de Cent Ans, t. 1, Documents relatifs au xve siècle, Paris, Picard.

1899, La désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la guerre de Cent Ans, t. 2, Jusqu’à la mort de Charles V (1380), Paris, Picard.

Destefanis E.

2015, « Le monastère face aux laïques au haut Moyen Âge : lieux de culte secondaires et accueil aux limites de l’espace monastique dans le contexte italien », dans Bully S. et Sapin C. (dir.), Au seuil du cloître : la présence des laïcs (hôtelleries, bâtiments d’accueil, activités artisanales et de services) entre le ve et le xiie siècle, Actes du colloque des 3e Journées d’études monastiques, Vézelay, 27-28 juin 2013, 8e hors-série du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre [en ligne], consulté le 7 février 2017, URL : https://journals.openedition.org/cem/13599, DOI : 10.4000/cem.13599.

Dey H. W.

2008, « Diaconiae, xenodochia, hospitalia and monasteries: “social security” and the meaning of monasticism in early medieval Rome », Early Medieval Europe, no 16, vol. 4, p. 398-422.

Doinel J.

1887, Cartulaire de Notre-Dame de Voisins de l’ordre de Cîteaux, dans Mémoires de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, no 16, fasc. 2.

Duchâteau E.

1888, Histoire du diocèse d’Orléans depuis son origine jusqu’à nos jours, Orléans, Herluison.

Étienne M.

1994 « Ecclesia intra-muros – la cathédrale primitive d’Orléans », dans L’enceinte du Bas-Empire – Archéologie de la Ville : Orléans no 5, dans Revue archéologique du Loiret, no 19-20, p. 91-95.

Gaillard L. et Debal J.

1987, Les lieux de culte à Orléans de l’Antiquité au xxe siècle, Orléans, Société archéologique et historique de l’Orléanais.

Gaillard M. et Sapin C.

2012, « Monastères et espace urbain au haut Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, no 124-1, URL : https://journals.openedition.org/mefrm/109, DOI : 10.4000/mefrm.109.

Galinié H. (dir.)

2007, Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville. 40 ans d’archéologie urbaine, Tours, FERACF, 30e supplément à la Revue archéologique du centre de la France, no spécial de la collection « Recherches sur Tours ».

Gaudemet J., Basdevant B. et Clerc  C. de

1989, Les Canons des conciles mérovingiens (vie-viie siècles), Paris, Éditions du Cerf, Sources chrétiennes, no 354, 2 vol.

Gleize Y.

2006, Gestion de corps, gestion de morts. Analyse archéo-anthropologique de réutilisations de tombes et de manipulations d’ossements en contexte funéraire au début du Moyen Âge (entre Loire et Garonne, ve-viiie siècles), Thèse de doctorat en Paléoanthropologie, université de Bordeaux 1, sous la direction de Dominique Castex.

Gleizes M.-F.

1983, « Saint-Michel d’Orléans, évolution d’une église suburbaine au Moyen Âge », dans Archéologie de la Ville : Orléans no 1, dans Revue archéologique du Loiret, no 9, p. 81-107.

2004, « Saint-Pierre-Lentin et Saint-Michel », dans Notter A. et Bosc A. (dir.), Lumières de l’an Mil en Orléanais. Autour du millénaire d’Abbon de Fleury, Turnhout, Brepols, p. 69-72.

Gleizes M.-F. et Petit D.

1985, « Orléans. Les églises Saint-Michel et Saint-Pierre-Lentin », dans Périn P. et Feffer L.-C. (dir.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de Dagobert à Charles le Chauve (viie-ixe siècles), Rouen, Musées Départementaux de la Seine-Maritime, p. 154-157.

Godefroy F.

1885, Dictionnaire de l’ancienne langue française, t. 4, Paris, Vieweg.

Guyot L.

2017, Le site de Saint-Pierre-Lentin à Orléans (Loiret) : reprise des données stratigraphiques et céramologiques, Mémoire de Master 2, université de Nantes, sous la direction d’Yves Henigfeld.

Gy P.

1990, « Du baptême pascal des petits enfants au baptême quamprimum », dans Sot M. (dir.), Haut Moyen Âge. Culture, éducation et sociétés. Études offertes à Pierre Riché, Nanterre, Publidix, p. 353-365.

Head T.

2005, Hagiography and the Cult of Saints. The Diocese of Orleans, 800-1200, Cambridge University Press, Cambridge Studies in Medieval Life and Thought, no 4-14.

Hershkovitz I., Greenwald C. M., Latimer B., Jellema L. M., Wish-Baratz S., Eshed V., Dutour O. et Rothschild B. M.

2002, « Serpens endocrania symmetrica (SES): a new term and a possible clue for identifying intrathoracic disease in skeletal populations », American Journal of Physical Anthropology, no 118, vol. 3, p. 201-216.

Iogna-Prat D.

2006, La Maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200), Paris, Seuil.

Jarry E.

1913, « L’ancien Grand Cimetière d’Orléans au Moyen Âge », Mémoires de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, no 34, p. 481-564.

Jesset S.

2003, « Chronotypologie de la céramique d’Orléans et réseaux d’approvisionnement de la ville », dans Husi P. (dir.), La céramique médiévale et moderne du Centre-Ouest de la France (xie-xviie siècle), 20e supplément à la Revue archéologique du centre de la France, p. 49-62.

Josset D.

2012, Fouille de l’îlot Calvin, rapport de fouille, déposé à la Drac Centre (SRA).

Josset D. et Mazuy L.

2005, « Le rempart gallo-romain », dans Mazuy L. (dir.), Jeu de plans – Atlas archéologique, dans Cahier d’archéologie, no 11, 12 et 13, p. 21.

Jourd’heuil I., Marchand S. et Priet M.-H. (dir.)

2017, Cathédrale d’Orléans, Tours, Presses universitaires François Rabelais, Patrimoines en région Centre-Val de Loire.

Joyeux P.

2012, Un transect dans la ville médiévale, 2e ligne de tramway de l’agglomération orléanaise, Orléans, rue Jeanne d’Arc et place Sainte-Croix, rapport de fouille, déposé à la Drac Centre (SRA).

Joyeux P. Canny D., Jesset J., Josset D. et Massat T.

2016, « Orléans du Haut-Empire à l’Antiquité tardive : limites de la ville et franges urbaines », dans Besson C., Blin O. et Triboulot B. (dir.), Franges urbaines, confins territoriaux. La Gaule dans l’empire, Actes du colloque international de Versailles, 23 février-3 mars 2012, Bordeaux, Ausonius, Mémoires, no 41, p. 109-138.

Joyeux P. et Guillemard T.

2012, Aux portes de la ville, les occupations de la place De Gaulle du iie siècle av. J.-C. à nos jours. 2e ligne de tramway de l’agglomération orléanaise, Orléans, Place De Gaulle, rapport de fouille, déposé à la Drac Centre (SRA).

Joyeux P., Mataouchek V. et Tane F.

À paraître, « Un élément original lié à la construction de l’enceinte d’Orléans au ive siècle : la monumentalisation de la rue Parisie », dans La présence de l’État dans l’est de la Gaule durant l’Antiquité tardive, ATEG III, Actes du colloque de Dijon, 8-10 novembre 2012.

Joyeux P. et Rivoire É.

2011, Un espace religieux médiéval aux portes de la ville, 2e ligne de tramway de l’agglomération orléanaise, Orléans, Place de l’Étape, rapport de fouille, déposé à la Drac Centre (SRA).

2012, « Un espace religieux médiéval aux portes de la ville », Bulletins de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, Nouvelle série, t. XXI, no 167, p. 5-24.

Kisch Y. de

1979, Rapport d’activité des fouilles de sauvetage programmées des abords de la cathédrale d’Orléans, juillet-décembre, rapport de fouille, déposé à la Drac Centre (SRA).

1980, Rapport d’activité des fouilles de sauvetage programmées des abords de la cathédrale d’Orléans, Mail Pothier, juin-octobre, rapport de fouille, déposé à la Drac Centre (SRA).

1981, Rapport d’activité des fouilles de sauvetage programmées des abords de la cathédrale d’Orléans, Mail Pothier, rapport de fouille, déposé à la Drac Centre (SRA).

Lauwers M.

2005, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, Collection historique.

Leduc J.

1967, Étude sur les fortifications d'Orléans sous Charles VI et Charles VII (1391-1431) d’après les comptes de forteresse de la ville, DES d’histoire sous la direction de M. Perroy, faculté des lettres de l'université de Paris.

Légier T.

1808, « Traditions et usages de la Sologne », Mémoires de l’Académie celtique, t. 2, no 5, p. 204-218.

Le Maire F.

1648, Histoire et antiquitez de la ville et duché d’Orléans : histoire de l’église et diocèse d’Orléans, Orléans, Maria Paris.

Liéveaux N.

2017, Lieux de sépulture et d’inhumation à Orléans, Mémoire de Master 2 recherche, histoire de l’Art et archéologie, archéologie des périodes historiques, université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, sous la direction d’Anne Nissen.

Longnon A. (dir.)

1909, Obituaires de la Province de Sens, t. III, Diocèses d’Orléans, d’Auxerre et de Nevers, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Recueil des Historiens de la France.

Maczel M.

2003, « Sur les traces de la tuberculose » : critères diagnostiques des atteintes tuberculeuses du squelette humain et leur application dans des séries anthropologiques hongroises et françaises, Thèse de Doctorat en Anthropologie biologique, université Aix-Marseille II, université de Szeged, sous la direction d’Olivier Dutour et Antónia Marcsik.

Mataouchek V.

2009, Orléans, 1 rue Saint-Martin-du-Mail et rue Émile Davoust, rapport de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre (SRA).

Mazuy L. et Josset D.

2004, « Géographie d’Orléans au xie siècle », dans Notter A. et Bosc A. (dir.), Lumières de l’an Mil en Orléanais. Autour du millénaire d’Abbon de Fleury, Turnhout, Brepols, p. 51-57.

Michaud-Fréjaville F.

1982, « Une cité face aux crises : les remparts de la fidélité, de Louis d’Orléans à Charles VII, d’après les comptes de la forteresse de la ville d’Orléans (1391-1427) », dans Jeanne d’Arc. Une époque, un rayonnement, Actes du colloque d’histoire médiévale, Orléans, octobre 1979, Paris, CNRS Éditions, p. 43-57.

2005, « Orléans entre 1350 et 1429 », dans Une ville, une destinée : Orléans et Jeanne d’Arc, dans Cahiers de recherches médiévales et humanistes, no 12 spécial, p. 5-10.

2006, « La garde des entrées des portes de la forteresse d’Orléans à la fin du Moyen Âge », dans Michaud-Fréjaville F., Dauphin N. et Guilhembet J.-P. (dir.), Entrer en ville, Actes du colloques de l’université d’Orléans, 26-27 octobre 2001, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Histoire, p. 123-134.

Moorrees C. F. A., Fanning E. A., Hunt E. E.

1963, « Age Variation of Formation Stages for Ten Permanent Teeth », Journal of Dental Research, t. 42, vol. 6, p. 1490-1502.

Morleghem D.

2016, Production et diffusion des sarcophages de pierre de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans le Sud du Bassin parisien, Thèse de doctorat en Histoire et Archéologie, université de Tours, sous la direction de Jacques Seigne.

Noizet H.

2001, « Les basiliques martyriales au vie et au début du viie siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 87, no 219), p. 329-355.

2007, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (ixe-xiiie siècles), Paris, Publications de la Sorbonne.

Palfi G., Dutour O., Bérato J. et Brun J.-P.

2000, « La syphilis en Europe dans l’Antiquité : le fœtus de Costebelle et les autres nouvelles données ostéoarchéologiques », Vesalius, vol. VI, no 1, p. 55-63.

Pastoret E. de

1820, Ordonnances des rois de France de la troisième race, vol. XVII, Paris, Imprimerie Royale.

Paya D. et Catalo J. (dir.)

2011, Le cimetière Saint-Michel de Toulouse, Paris, Inrap, CNRS Éditions.

Pérez É.

2016, « Regroupés ou dispersés ? Évolution de la place des tout-petits dans les nécropoles et les cimetières du haut Moyen Âge (vie-xiie siècles) », dans Portat É., Detante M., Buquet-Marcon C. et Guillon M. (dir.), Rencontre autour de la mort des tout-petits. Mortalité fœtale et infantile, Actes du colloque de la iie Rencontre du groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire, Saint-Germain-en-Laye, 3-4 décembre 2009, Condé-sur-Noireau, Gaaf, no 5, p. 191-204.

Petit D.

1980, Orléans Saint-Michel, rapport de fouille de sauvetage, déposé à la Drac Centre (SRA).

1983a, « “Saint-Michel, 1979, rapport préliminaire », dans Archéologie de la Ville : Orléans no 1, dans Revue archéologique du Loiret, no 9, p. 39-52.

1983b, « Mail Pothier, 1980-1981, rapport préliminaire », dans Archéologie de la Ville : Orléans no 1, dans Revue archéologique du Loiret, no 9, p. 53-71.

1985, Orléans, quartier Dessaux Saint-Flou, rapport de fouille de sauvetage programmé, déposé à la Drac Centre (SRA).

Philippe M.

2006, « Le quartier de l’Université : occupation et usage », dans Henwood A., 700e anniversaire de l’université d’Orléans (1306-2006) : les bulles constitutives de Clément V, les armoiries des procurateurs de la nation germanique, la renaissance au xxe siècle, dans Bulletins de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais , t. XVIII, no 150, p. 67-81.

Salamagne A.

2009, « Orléans, urbanisme et architecture à la Renaissance », dans Demonet M.-L., Rivaud D. et Vendrix P. (dir.), Orléans, une ville de la Renaissance, Tours, Centre d’études supérieures de la Renaissance, p. 64-73.

Santos A. L. et Roberts C.

2006, « Anatomy of a serial killer: differential diagnosis of tuberculosis based on rib lesions of adult individuals from the Coimbra identified skeletal collection, Portugal », American Journal of Physical Anthropology, no 130, vol. 1, p. 38-49.

Soulay V., Boissavit-Camus B. et Foviaux A.

2013, « Géolocalisation des établissements religieux (ive-xiie siècle) », dans Noizet H., Bove B. et Costa L. (dir.), Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne, Paris, Presses universitaires de Vincennes, Comité d’histoire de la ville de Paris, p. 247-256.

Soyer J.

1924, Les Actes des souverains antérieurs au xive siècle conservés dans les archives départementales du Loiret, vol. III, Fonds de l’hôtel-Dieu d’Orléans (1171-1287), Besançon, Jacques et Demontrond.

1931, Les possessions de l’'abbaye de Saint-Pierre-le-Puellier dans l’Orléanais et le Dunois sous le règne de Robert-le-Pieux, Bulletin de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, no 21, p. 283-293.

1971, Les voies antiques de l’Orléanais, 2e éd. augm., Orléans, Société historique et archéologique de l’orléanais.

Thibault J.

1997, Orléans à la fin du Moyen Âge : vers 1380 – vers 1450, Thèse de doctorat en Histoire, université Paris IV, sous la direction de Philippe Contamine.

Thillier J. et Jarry E. (dir.)

1906, Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans (814-1300) : contenant le Chartularium Ecclesiae Aurelianensis Vetus, suivi d’un appendice et d’un supplément, dans Mémoires de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, no 30.

Touati F.-O.

1998, Maladie et société au Moyen Âge : la lèpre, les lépreux et les léproseries dans la province ecclésiastique de Sens jusqu’au milieu du xive siècle, Bruxelles, De Boeck Université.

Tzortzis S. et Séguy I.

2008, « Pratiques funéraires en lien avec les décès des nouveau-nés. À propos d’un cas dauphinois durant l’Époque moderne : la chapelle Saint-Jean à L’Argentière-La-Bessée (Hautes-Alpes) », dans Signoli M., Archéo-anthropologie funéraire, dans Socio-anthropologie [en ligne], no 22, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 01 mars 2017, URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1150, DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1134.

Vignat G.

1886, Cartulaire du chapitre de Saint-Avit d’Orléans, Orléans, Herluison, Cartulaires du Loiret.

Volti P.

2003, Les couvents des ordres mendiants et leur environnement à la fin du Moyen Âge. Le nord de la France et les anciens Pays-Bas méridionaux, Paris, CNRS Éditions.

Wyss M. (dir.)

1996, Atlas historique de Saint-Denis. Des origines au xviiie siècle, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Haut de page

Notes

1 Joyeux et Rivoire 2012.

2 Petit 1983b.

3 Plus d’une vingtaine d’espaces réduits – avec paliers de sécurité – ont pu être fouillés. Ils ont été dénommés « sondages ». Le plan de la fouille de la place de l’Étape avec la présence des sondages est visible sur la figure 2.

4 Bouzy 2004.

5 Guyot 2017, p. 128-134.

6 Pour s’agrandir, l’hôtel-Dieu obtint dans les années 1530 une « place joignant d’icelluy [hôtel-Dieu] située aux Viels Fossés de ladite ville atenant des murailles anciennes d’icelle et dudit hôtel Dieu entre la porte Parisie et le Grand cimetière », AD Loiret H-Dépôt 2/1 E 358. Le comblement sommital du fossé fouillé au niveau du palais épiscopal à l’est de l’hôtel-Dieu a également livré du mobilier du xvie siècle (Carron et Périllaud 2011).

7 Courtois et Joyeux à paraître.

8 Petit 1983b.

9 Joyeux 2012.

10 Joyeux et Rivoire 2012.

11 Sur le site du Mail Pothier, l’enceinte est flanquée d’une tour dite tour Sainte-Croix, précédée d’une lice et d’un fossé (Petit 1983b).

12 Josset et Mazuy 2005.

13 Joyeux, Canny, Jesset et al. 2016.

14 Petit 1980 ; Petit 1983a ; Gleizes 1983 ; Id. 2004 ; Gleizes et Petit 1985.

15 La datation proposée par M.-F. Gleizes repose sur une analyse stratigraphique des vestiges. Une structure de stockage, dont la phase d’abandon est datée du ixe siècle, est postérieure au dernier usage des tombes maçonnées (Gleizes 1983, p. 89).

16 Petit 1985, p. 155 ; Liéveaux 2017, p. 77-80.

17 Il s’agit d’une centaine de coffrages composites maçonnés, répartis en neuf ou dix rangées de dix à onze coffrages. Ils sont constitués à partir de murets « composés de fragments de tuiles, de briques et de pierres liés par un mortier jaune et recouvert d’un enduit de mortier lissé » (Gleizes 1983, p. 87). Les fonds sont également maçonnés et enduits. Les fermetures sont réalisées au moyen de couvercles en bois maintenus par des encoches au sommet des coffrages.

18 Daniel Morleghem a repris l’étude des sarcophages découverts à Orléans. Il a inventorié sur le site de Saint-Michel trois cuves trapézoïdales simples (calcaire Nivernais ou Bourbonnais) associées à un couvercle plat et une autre à trois pans. Un fragment de cuve trouvé à l’extérieur de l’église est en calcaire du Nivernais et le couvercle à trois pans est en grès du Bourbonnais. Ces matériaux font l’objet à Orléans d’une utilisation fréquente dès le vie siècle (Morleghem 2016).

19 Voir Légier 1808, p. 218 : « Il y a dans le cimetière d’Ardon, un cercueil en pierre, qui, par sa forme annonce l’antiquité de sa construction, et semble appartenir au culte druidique. Lors de la construction de la salle de la comédie à Orléans, qui était auparavant une église dédiée à saint Michel, il s’en est trouvé plus de deux cents de pareille forme, mais plus grands ».

20 Courtois et Joyeux à paraître.

21 Deux campagnes de fouilles ont eu lieu, l’une en 1980, l’autre en 1981 (Kisch 1980 ; Id. 1981).

22 Id. 1980 : le rapport de fouille ne mentionne pas le nombre d’individus par catégorie d’âge. Si l’on se réfère aux plans publiés dans Petit 1983b, p. 64, on peut estimer, sur la base de la taille des sépultures représentées fig. 10 et 11, qu’au moins cinq individus ne sont pas de taille adulte (sépultures 25, 27, 31, 32 et 40).

23 D’autres sépultures ont été découvertes en 1980 lors de l’ouverture d’une tranchée archéologique réalisée à l’ouest de la fouille du Mail Pothier, perpendiculairement au rempart du Bas-Empire et à l’extérieur de ce dernier. Cependant, ni la localisation de la tranchée ni le nombre de tombes mises au jour ne sont connus (Kisch 1981).

24 Petit 1980.

25 Coffrage en matériau périssable avec blocs de calage et en cercueil cloué (voir Liéveaux 2017, p. 10).

26 Petit 1980, p. 5.

27 Ibid., p. 42-43.

28 Kisch 1979, p. 11-14.

29 Mataouchek 2009, p. 30, 37.

30 Joyeux et Guillemard 2012, p. 850-851.

31 Courtois et Joyeux à paraître ; Joyeux, Canny, Jesset et al. 2016, p. 133-135.

32 L’étude du bâti a été réalisée par Victorine Mataouchek (Joyeux et Rivoire 2011).

33 L’examen de la paroi ouest du bâtiment 1 montre un début de courbure s’accentuant légèrement vers le sud-ouest. Il n’est pas impossible alors que le départ de mur vers le sud-ouest puisse suivre un tracé semi-circulaire, mais en l’état de la documentation, il est impossible de le confirmer et de déterminer la nature de ce tracé ou de sa morphologie (voir l’étude de Victorine Mataouchek dans Ibid., p. 159).

34 Étude des terres cuites architecturales de Sébastien Jesset (voir Ibid., p. 43-44).

35 Matériaux classiques pour les voies orléanaises.

36 Pour le détail des études archéo-anthropologiques réalisées par Ivy Thomson, Chloé Bouneau et Nicolas Liéveaux, voir le volume 2 de Ibid., p. 91-327.

37 Les analyses réalisées par le laboratoire de l’université de Groningue (Pays-Bas) portent sur neuf sépultures (voir le volume 2 de Ibid., p. 359). Les résultats, corrélés à la stratigraphie et l’étude de la céramique, font apparaître deux phases d’inhumations, centrées sur le viie-viiie siècle pour la première et les ixe-xe siècles pour la seconde.

38 Les datations radiocarbones effectuées sur deux squelettes de cette première phase d’ensevelissement ont une fourchette chronologique des vie-viiie siècles. Par ailleurs, les remblais qui la scellent sont datés grâce au mobilier céramique des viie-viiie siècles (Ibid., p. 168).

39 Les datations radiocarbones effectuées sur quatre squelettes ont une fourchette chronologique des viiie-xe siècles. Le contexte stratigraphique invite à la réduire aux ixe-xe siècles (Ibid., p. 168).

40 Méthode de Moorrees, Fanning et Hunt 1963.

41 Charlier 2008.

42 Palfi, Dutour, Bérato et al. 2000.

43 En milieu rural, cette affirmation serait à nuancer pour l’époque alto-médiévale ; ici la christianisation de cette ville épiscopale suppose un rapprochement des lieux d’inhumation avec les lieux de culte et non la présence d’inhumations en contexte domestique ou le long d’une voie.

44 L’édifice n’a pas pu être fouillé intégralement en raison de remaniements postérieurs, voir Baud, Nimmegeers, Flammin et al. 2016.

45 Héritées du droit romain, ces catégories d’établissements d’assistance sont citées dans les capitulaires carolingiens. Dans la pratique, la différenciation entre ces établissements n’était vraisemblablement pas opérée, les sources sont très peu prolixes et la diversité des situations est englobée sous les termes xenodochium, aumône ou hôpital (Dey 2008, p. 414-416).

46 Gaillard et Debal 1987, p. 22 et 58.

47 Cité en 840 puis en 975 et en 990 dans Thillier et Jarry 1906 : charte 33, charte 63 et charte 39.

48 Les efforts de catégorisation de la part des chercheurs selon la terminologie rencontrée dans les sources cella, monasteria, abbatia, coenobia se heurtent à des appellations polysémiques recouvrant diverses réalités archéologiques (Bully et Sapin 2016).

49 Rappelons que seules 33 sépultures réparties en 4 phases chronologiques ont été fouillées, dont 25 seulement pour lesquelles l’âge au décès a été estimé. De plus, aucun élément ne permet de dater chacune des phases entre le viiie et le xiiie siècle. Toutefois, au moins pour les deux premières phases, on constate que le nombre d’enfants ou d’adolescents est très largement supérieur à celui des adultes (Gleizes 1983 ; Liéveaux 2017).

50 Gaillard et Sapin 2012.

51 Boissavit-Camus 2016, p. 97.

52 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, livre III ; id., Les Sept livres des miracles, livre VII, XCIX.

53 Head 2005, p. 107.

54 Saint évêque considéré comme libérateur d’Orléans face aux Huns. Il fait l’objet d’un culte autour de son tombeau dans le monastère Saint-Aignan dans le suburbium occidental de la cité d’Orléans.

55 Ermold le Noir auteur des Gestes de Louis II, Patrologie Latine, 105, livre II, col 591.

56 Sur l’absence de la fête de saint Avit dans les capitulaires de l’évêque Gautier d’Orléans, voir Head 2005, p. 33.

57 Gaillard et Debal 1987, p. 19. La communauté se maintint jusqu’en 1667. Le caractère royal du site primitif semble avoir décliné au profit du site de Saint-Aignan.

58 « Hospitale pauperum sancti Germani »  dans Thillier et Jarry 1906, p. 82.

59 Ibid. p. XCVI. En revanche, la table alphabétique des lieux de cet ouvrage est erronée puisqu’en dépit d’un propos visant à rapprocher l’hôpital Saint-Germain de l’église Saint-Germain-des-Fossés aux faubourgs d’Orléans, l’article est associé à l’église Saint-Germain près de Luyères.

60 Gaudemet, Basdevant et Clerc 1989, p. 82-83. Les évêques d’Orléans avaient souscrit à ces textes. Notons qu’en 549, il existait un hospice à Lyon fondé par Childebert Ier, roi de Paris ainsi que d’Orléans et co-roi de Burgondie, pour le soin des malades et l’accueil des étrangers. Celui de Paris administré par des femmes est construit sur l’île de la Cité avant 690.

61 Touati 1998, p. 233.

62 Bouvier 1913, p. 171-173.

63 C’est cette explication qui est avancée pour les cas d’Orléans et Laon, voir Comte et Galinié 1994, p. 61-70.

64 Kisch 1979, p. 13. L’hôtel-Dieu a été entièrement démoli en 1844-1845 et les fouilles du Mail Pothier avaient permis de redécouvrir des caves médiévales rattachables à cet établissement, hélas non figurées en plan.

65 Joyeux et Guillemard 2012.

66 Vita Ia Aniani, citée dans Étienne 1994.

67 Un projet collectif de recherche sur les origines de la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans, sous la direction de P. Martin (université Grenoble-Alpes) avec la collaboration de S. Jesset et C. Alix (pôle d’archéologie de la ville d’Orléans) est en cours de constitution.

68 Jourd’heuil, Marchand et Priet 2017.

69 Boissavit-Camus à paraître, p. 9-12.

70 Le terme martyrial s’emploie tant pour les basiliques élevées autour des reliques d’un saint martyr que d’un saint confesseur, voir Noizet 2001, p. 329-355 et Id. 2007, p. 92-93.

71 Wyss 1996, p. 114-116 et Destefanis 2015.

72 Galinié 2007, p. 371-372.

73 « (…) hoc est, in pago in suburbio aurelianensi, capellas duas, unam Sancti Michaelis archangeli (…), quo ex antiquis temporibus canonici ejusdem monasterii missarum officia celebrare consueverunt » cité dans Soyer 1931, p. 28.

74 Paya et Catalo 2011.

75 AD Loiret, 2J 2509. On rencontre en 1290 le vocable « Saint-Michel-du-Martroi » (Ibid.) voir aussi en 1321 le vocable « Saint-Michel de la porte Parisie » cité dans Thillier et Jarry 1906, p. 542.

76 Au moins deux adultes et deux enfants sur les huit sépultures observées (Gleizes 1983, p. 91-92).

77 Entre le xe et le xiie siècle selon les quelques tessons recueillis.

78 Le liant argilo-calcaire de l’enduit n’offrant qu’une faible résistance aux intempéries et aux eaux de ruissellement, il ne fait aucun doute que le parement nord de ce mur est situé dans un espace intérieur.

79 En plus de la stratigraphie et de la datation des quelques tessons datés des xiie-xiiie siècles, deux datations radiocarbones sont centrées sur la fin du xie ou le xiie siècle, ce qui resserre la datation finale sur le xiie siècle.

80 Gaillard et Debal 1987, p. 22 et 58.

81 L’original a disparu, le texte est transcrit dans Cuissard 1900, p. 76. Les terrains étaient alors tenus en fief par le chevalier Henri d’Estres. Le fait que le nom de cette censive fut connu sous celui de Saint-Chéron-Saint-Gondon, alors qu’elle était tenue par un particulier, laisse supposer qu’elle avait pu être saisie à l’Église sans avoir été restituée par la suite.

82 Joyeux et Rivoire 2011, p. 20 et Id. 2012.

83 Sanctus Caraunus, en latin, est cité dans Vignat 1886, p. 12.

84 Gaillard et Debal 1987, p. 22 et 58.

85 Cuissard 1900, p. 74-75.

86 Les sources sont muettes sur ce point.

87 Bouvier 1913, p. 173.

88 Soyer 1924, p. 11-13.

89 Godefroy 1885, t. 4, p. 153.

90 H-Dépôt 2/1 E 358 2Mi 1077.

91 Bellu 1854, p. 174 donne l’année 1217. Nous lui préférons ici Duchâteau 1888, p. 131.

92 Blanchard, Kacki et Rouquet 2010, p. 301-322.

93 Dès avant 1203, le chanoine Jean Jouyn possédait une maison devant le Martroi [aux-corps], faisant le coin de la rue Pavée, voir Longnon 1909, p. 20.

94 Joyeux et Guillemard 2012, p. 173-186.

95 Pour la description de la cave, voir Gleizes 1983, p. 92.

96 La qualité de mise en œuvre des fondations de ce probable agrandissement évoque celle des murs gouttereaux du bâtiment 6, mais si le choix a été fait d’opter pour un prolongement de l’édifice, rien n’exclut, cela dit, la possibilité qu’il s’agisse d’une construction distincte, voir Victorine Mataouchek dans Joyeux et Rivoire 2011, p. 278.

97 Le troisième état du bâtiment 6 coïncide avec plusieurs phases de rehaussement des sols extérieurs datées par le mobilier céramique de la fin du xiiie ou du xive siècle (Ibid., p. 305).

98 Cette phase d’ensevelissement est datée grâce aux mobilier céramique découvert au sein des couches de comblement et d’occupation des sépultures. Il est rattachable aux xiiie et xive siècles (Ibid., p. 339).

99 Gleize 2006, p. 465-466.

100 Jesset 2003.

101 Castex, Duday et Guillon 1997.

102 Lauwers 2005, p. 100 et 103. Voir la synthèse sur les xie-xiie siècles, dans Pérez 2016, p. 191-204. Pour l’époque moderne, voir par exemple le site de Saint-Léger à Alise Sainte-Reine dans Carron 2003, ou celui de Saint-Jean à L’Argentières-la-Bessée étudié par Tzortzis et Séguy 2008.

103 Lauwers 2005.

104 Iogna-Prat 2006.

105 Gy 1990 ; Carron 2016. L’intérêt longtemps porté sur la fouille de l’intérieur des lieux de culte au détriment des abords a produit un effet déformant de la réalité. En effet, les tombes les plus illustres placées dans les édifices ont effacé celles des sujets les plus humbles inhumés immédiatement à l’extérieur des murs dans l’espace nommé « cimetière des innocents ». La découverte de quantité de tombes d’enfants le long d’un mur d’église ne semble plus devoir être interprétée immédiatement comme un site exceptionnel mais au contraire comme un standard.

106 Les lésions costales internes pourraient se rencontrer sur plus de 85 % des sujets décédés de tuberculose (Santos et Roberts 2006, p. 39). Pour la périostite (OAH), voir Maczel 2003, p. 74-75.

107 Ibid., p. 65-70.

108 Un, voire deux individus présentent des lésions de type serpens endocrina symmetrica (SES), qui seraient corrélées, à plus de 90 %, à des infections intra-thoraciques, particulièrement la tuberculose (plus de 78 %), voir Hershkovitz, Greenwald, Latimer et al. 2002, p. 211.

109 Doinel 1887, p. 132-133. L’abandon du vocable « des Pauvres » au profit de celui « des Fossés » au xiiie siècle validerait d’ailleurs la cessation de l’accueil de cette population dans l’établissement.

110 AD Loiret 1 E 358 publié dans Soyer 1924, p. 21-22. Un laïc, Hugues Geoffroy, obtint aussi une partie des fortifications.

111 Thillier et Jarry 1906, p. 511-513.

112 Longnon 1909, p. 18-19, 21-23, 53, 90, 110 et 132.

113 Jarry 1913 p. 483-485.

114 Ibid., p. 486.

115 Le cimetière abandonné en 1786, dont l’espace a été ensuite dévolu à une halle aux grains, a fait l’objet d’un diagnostic en 1979 avant sa large destruction sans réel moyen de sauvetage en 1982, pour être transformé en parking souterrain. Les premiers niveaux d’inhumation n’avaient pas pu être reconnus dans un sondage exigu de 25 m2 seulement, voir Kisch 1979, p. 54-55.

116 Thibault 1997, p. 177.

117 Gaillard et Debal 1987, p. 22 et 58.

118 Philippe 2006, p. 215-216.

119 L’observation en a été faite sur plusieurs autres villes du Nord de la France et des Flandres : Volti 2003, p. 187-220. L’auteur insiste sur l’importance pour les prédicateurs de s’établir près des portes de ville comme à Abbeville, Cambrai, Langres, Boulogne ou Arras, tant pour s’assurer d’une liaison solidaire entre faubourgs et bourgs que d’assurer une certaine forme de contrôle.

120 Bouvier 1913, p. 486. La chapelle était localisée au cimetière et l’hôpital, rue de la Bretonnerie.

121 D’autres sépultures sont disséminées ailleurs hors les murs, notamment du côté du mur ouest du castrum mais dans des proportions bien moindre, voir sur ce point le mémoire de Master de Liéveaux 2017.

122 Jarry 1913, p. 491. Le rapport, daté de 1464, est certes plus tardif. Toutefois, il permet de connaître les usages funéraires.

123 Leduc 1967 ; Michaud-Fréjaville 1982 ; Contamine 1999 ; Michaud-Fréjaville 2005, p. 5-10.

124 Voir la récente synthèse portant sur le dispositif défensif de la porte Bannier, qui desservait le riche bourg Dunois, dans Alix, Carron et Roux-Capron 2016.

125 Denifle 1899, p. 229. Michaud-Fréjaville 2006.

126 Ibid., p231. Ces diverses destructions/reconstructions ont pu modifier l’emplacement du couvent au Moyen Âge, qui a été en outre reconstruit en 1575 avant d’être dévolu à l’armée pour sa cavalerie en 1810.

127 Une supplique adressée au pape Martin V en 1428 porte l’indication de la destruction préventive de nombreux établissements hors les murs dont les quatre couvents hors la ville : Saint-Aignan et plusieurs églises paroissiales citées dans Denifle 1897, p. 32. Ces couvents reconstruits ne l’étaient pas nécessairement in situ et il n’est pas rare d’observer des changements de fonction et des décalages topographiques, Voir par exemple le cas de Sainte-Geneviève de Paris qui connut huit modifications majeures entre 502 et 1789 dans Soulay, Boissavit-Camus et Foviaux 2013, p. 251-253.

128 Original disparu cité dans Jarry 1913, p. 537-538.

129 AN, R4*321, fol. 27v. compte de la recette du duché en 1406.

130 AD Loiret, CC547 fol. 7.

131 AD Loiret, H-Dépôt 2 / 1 E 30 fol. 207. Domaine viticole connu dès le xiie siècle reconstruit sur la rive gauche de la Loire.

132 Lettres de Robert de Foville, lieutenant général du gouverneur d’Orléans, autorisant les religieux de l’hôtel-Dieu à faire construire des édifices contre les murailles de la ville et la porte Paris en 1493, AD Loiret, C 876 auj. détruit cité dans Bouvier 1913, p. 314-315.

133 AD Loiret, CC542 fol. 6.

134 Michaud-Fréjaville 1982, Contamine 1999. Voir le détail des travaux fournis par les comptes de fortification synthétisé par D. Carron dans Joyeux et Rivoire 2011.

135 Crubézy, Duchesne et Arlaud 2006.

136 Joyeux et Rivoire 2011, p. 427-431 et Id. 2012, p. 17-21.

137 Alix, Carron et Roux-Capron 2016.

138 Chartier 1848, p. 60 et Michaud-Fréjaville 2005.

139 BM Orléans ms 596 : p. 133 art. 354.

140 On rétribue Jean Guénet « pour lui acheté et mis es friches et jardins où sera ledit chemin et pour icellui chemin dresser et marquer » et aussi « l’un desdits procureurs qui a eu la charge avec Thevenin des œuvres faites et pont fait neuf à la porte Parisie pour icelle porte faire passant de charroi, paié pour cordeaux par lui acheté pour toiser et marquer le chemin », voir AD Loiret CC 561 fol. 20.

141 Lettres de Robert de Foville, lieutenant général du gouverneur d’Orléans, autorisant les religieux de l’hôtel-Dieu à faire construire des édifices contre les murailles de la ville et la porte Parisie en 1493, AD Loiret, C 876 auj. détruit, cité dans Bouvier 1913.

142 Jarry 1913, p. 496. Cet exemple illustre comment les confréries laïques réussissent à capter cette activité liturgique funéraire jusque-là réservée aux congrégations religieuses.

143 À cet égard, l’existence d’un cartulaire du cimetière d’Orléans composé entre 1476 et 1525 est à signaler comme une rareté : AD Loiret, G3/218/4.

144 Le bâtiment en question a fait l’objet d’une campagne archéologique dirigée en 2011 par Didier Josset (Josset 2012).

145 « Pourquoy soit besoing et nostre entencion que icelle enceinte et nouvelle clousture soit peuplée de gens de tous mestier, comme de drapiers, tixiers, foulons, cordouenniers, cousturiers et autres » ordonnance d’Amboise, octobre 1469 dans Pastoret éd. 1820, p. 261.

146 Alix et Durandière 2004.

147 Salamagne 2009, p. 70.

148 Alix et Noblet 2009.

149 La mémoire du saint était encore entretenue lors des processions du chapitre cathédral (Le Maire 1648 II, p. 104).

150 Bouvier 1913, p. 315-320.

151 Petit 1980 ; AD Loiret, 2J 2509 : « pour construire les fondements des pilliers de la croppe [la voûte] de ladite église [Saint-Michel] pour faire icelle croppe lesquels fondements et autant qu’il y fauldra de pilliers il sera tenu faire foiller au lieu où ils seront nécessaires et alignés des autres pilliers de ladite église. Aura chacun desdits fondements une toise et demi en un sens et trois pieds en l’autre et de profondeur 5 toises ou environ (…) et videra les terres et rempliera de maçonneries jusqu’à la hauteur de asseoir la taille sans ce qu’il y a aucune pierre de taille ».

152 Les registre de sépultures de la paroisse Saint-Michel conservés pour les années 1571-1623 donnent à voir plusieurs inhumations en l’église : AD Loiret, GG953-1039.

153 Mazuy et Josset 2004, p. 57.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Plan de la ville d’Orléans durant le premier Moyen Âge, avec les principales constructions situées à proximité de la porte Parisie.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Titre Fig. 2 Proposition de restitution de la topographie place de l’Étape, durant le premier Moyen Âge.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 3 Plan général de l’état 1 de l’église Saint-Michel et des vestiges alto-médiévaux du Mail Pothier et de la rue Prouteau.
Crédits DAO F. Tane, Inrap, d’après Gleizes 1983, p. 83
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 4 Vue des tombes maçonnées implantées à l’entrée de la nef de l’église Saint-Michel.
Crédits Cl. Pierre Gleizes, DRAC Centre - Val de Loire
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Fig. 5 Plan général de l’occupation du premier Moyen Âge de la place de l’Étape, avec les bâtiments primitifs.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 6 Vue des maçonneries du bâtiment 1 de la place de l’Étape.
Crédits Cl. S. Serre, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 979k
Titre Fig. 7 Plan général des vestiges de la place de l’Étape, de Saint-Michel/rue Prouteau et du Mail Pothier au premier Moyen Âge.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 8 Plan général de l’occupation du premier Moyen Âge de la place de l’Étape, avec la répartition par âge des sépultures.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Fig. 9 Vue rapprochée d’une sépulture avec blocs de calage.
Crédits Cl. N. Liéveaux, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 998k
Titre Fig. 10 Plan général des occupations religieuses et funéraires aux portes septentrionales de la ville d’Orléans, durant le premier Moyen Âge, d’après les données archéologiques.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 11 Plan avec localisation des édifices religieux au premier Moyen Âge, d’après les sources archéologiques et textuelles.
Crédits DAO F. Tane, © Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 12 Plan général de l’état 2 de l’église Saint-Michel.
Crédits DAO F. Tane, Inrap, d’après Gleizes 1983, p. 91
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 13 Plan général avec les fosses de la place de l’Étape installées entre le xe et le xiie siècle et du bâtiment 5.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Fig. 14 Plan général de l’occupation des xe-xiiie siècles de la place de l’Étape.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Fig. 15 Vue rapprochée de l’élévation intérieure du mur-gouttereau sud du bâtiment 6, état 1, sous les reprises postérieures.
Crédits Cl. C. Bouneau Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 986k
Titre Fig. 16 Restitution des parcelles par censive dans le secteur de la porte Parisie, feuille 10 du plan général d’Orléans par Perdoux, 1779, ADL A598 et A599.
Crédits DAO D. Carron, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 17 Localisation des vestiges bâtis du xiiie ou xive siècle fouillés en 1979-1980 sur le plan de 1779, d’après la feuille 10 du plan général d’Orléans par Perdoux, 1779, ADL A598 et A599.
Crédits DAO D. Carron, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 18 Plan des constructions de la place de l’Étape aux xiiie-xive siècles.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Titre Fig. 19 Vue de l’incision sur le carrelage du bâtiment 8, place de l’Étape.
Crédits Cl. B. Vanderhaegen, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 986k
Titre Fig. 20 Plan de répartition par classe d’âge des sépultures de la place de l’Étape, au bas Moyen Âge.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Titre Fig. 21 Deux exemples d’inhumation de jeunes enfants ; genoux réunis sur le cliché de gauche et position plus naturelle à droite.
Crédits Cl. I. Thomson, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Fig. 22 Vue rapprochée des sépultures situées en bordure méridionale du bâtiment 6.
Crédits Cl. É. Rivoire, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 979k
Titre Fig. 23 Plan général des occupations aux portes septentrionales de la ville d’Orléans, durant le bas Moyen Âge, d’après les données archéologiques.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Fig. 24 Plan avec l’emprise du fossé défensif, observée place de l’Étape.
Crédits DAO F. Tane, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16405/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Édith Rivoire, Pascal Joyeux et Diane Carron, « Aux portes septentrionales de la ville médiévale d’Orléans : un nouveau regard sur la topographie religieuse et funéraire », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 153-187.

Référence électronique

Édith Rivoire, Pascal Joyeux et Diane Carron, « Aux portes septentrionales de la ville médiévale d’Orléans : un nouveau regard sur la topographie religieuse et funéraire », Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16405 ; DOI : 10.4000/archeomed.16405

Haut de page

Auteurs

Édith Rivoire

Inrap, Craham, UMR 6273.

Articles du même auteur

Pascal Joyeux

Inrap.

Articles du même auteur

Diane Carron

EHESS, Centre de Recherches Historiques, UMR 8558.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals