Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Argentière-la-Bessée (L’) (Hautes-Alpes). Château de L'Argentière

Responsable d’opération : Benjamin Oury
p. 197-198

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : EHESS

Texte intégral

1La campagne de sondages 2017 clôt une série d'opérations visant à mieux connaître l'occupation médiévale du site castral de L'Argentière, notamment de sa période de fondation estimée entre 1155 et 1202 selon les sources historiques.

2Après 10 sondages ouverts sur toute l'étendue de l'ancien bourg castral entre 2015 et 2017, les résultats obtenus grâce à l'étude des données archéologiques ne permettent pas de répondre à la problématique initiale. Néanmoins, de nombreux renseignements viennent compléter nos connaissances sur le site.

3D'abord, l'absence de niveaux d'occupation médiévale est générale sur l’ensemble du site. La plupart des sondages ont atteint le substrat rocheux sans qu'aucun sol d'occupation ou aucun mobilier appartenant au Moyen Âge ne soit identifié. Ceci attesterait d'une grande réorganisation du site castral aux périodes moderne et contemporaine qui a littéralement effacé toute trace anthropique antérieure. Cependant, quelques tronçons de l'enceinte médiévale ont pu être observés, notamment dans la partie ouest où une section arasée a été identifiée. Elle permet de préciser le tracé de l'enceinte, imprécis jusqu'alors dans cette partie du site ; la découverte d'un négatif de poutre dans le mortier renforçant la stabilité du mur atteste l'usage de techniques architecturales adéquates au milieu montagnard (fig.).

4D'autres découvertes permettent de mieux connaître l'occupation du site à l'époque moderne. Deux bâtiments semi-excavés, datés du xviie s. par une monnaie présente dans les niveaux de comblement, ont été découverts : l'un au SE, l'autre au SO.

5Tous deux sont détruits par un incendie, qui semble avoir touché tout le bourg castral et dont les circonstances sont encore assez floues. Cependant, le faisceau d'indices permet de placer cette destruction vers la fin du xviie s., peut-être en lien avec l'invasion du sud du Dauphiné par le duc de Savoie en 1692.

6L'étude du mobilier nous donne un aperçu d'une population rurale pratiquant des activités artisanales dans un cadre restreint (meunerie, travail du cuir et du métal, agriculture) ou plus général (élevage de troupeaux d'ovicaprinés pour leur lait). L'étude du mobilier céramique, mal connu, nous renseigne sur les pratiques de consommation matérielle en Haute-Durance au xviie s., notamment par la mise en évidence de produits réalisés en moyenne Durance, entre Gap et Manosque. La répartition du mobilier découvert témoigne aussi des disparités sociales au sein du bourg castral. En effet, les objets les plus luxueux sont plutôt découverts dans la partie ouest, plus proche du château, que dans la partie est, située à la périphérie.

7L'habitat ne semble pas reconstruit après l'incendie et le site est réaménagé pour implanter une exploitation viticole. Un réseau de terrasses est mis en place avec la construction de murets de pierre sèche (« restanques ») réalisés avant 1838, comme l'atteste le cadastre napoléonien. Le vignoble ne survit pas aux épidémies de phylloxéra et de mildiou à la fin du xixe s.

8Le site castral de L'Argentière est l'objet de derniers aménagements au début du xxe s. avec l'installation d'une conduite forcée alimentant une usine de la vallée. Un tunnel est construit dans la partie ouest du bourg et un fossé est aménagé à l'est. La conduite repose sur des piles maçonnées - dont l'une d'elles a été observée en fouille - qui lui permettent de conserver un pendage régulier. Cette installation industrielle est détruite lors d'une crue du Fournel en 1928. Elle est démontée quelques années plus tard et n'est pas remplacée. C'est ainsi que s'achève l'occupation humaine sur le site de L'Argentière.

L'Argentière-la-Bessée, bourg castral. Détail du négatif de poutre imprimé dans le mortier et observé dans l'axe longitudinal du tronçon arasé de l'enceinte ouest.

L'Argentière-la-Bessée, bourg castral. Détail du négatif de poutre imprimé dans le mortier et observé dans l'axe longitudinal du tronçon arasé de l'enceinte ouest.

Cl. B. Oury

Haut de page

Table des illustrations

Titre L'Argentière-la-Bessée, bourg castral. Détail du négatif de poutre imprimé dans le mortier et observé dans l'axe longitudinal du tronçon arasé de l'enceinte ouest.
Crédits Cl. B. Oury
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 981k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Oury, « Argentière-la-Bessée (L’) (Hautes-Alpes). Château de L'Argentière »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 197-198.

Référence électronique

Benjamin Oury, « Argentière-la-Bessée (L’) (Hautes-Alpes). Château de L'Argentière » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16441

Haut de page

Auteur

Benjamin Oury

EHESS Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Benjamin Oury

EHESS Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals