Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Auvillar (Tarn-et-Garonne). Ancien couvent des Ursulines

Responsable d’opération : Laure Leroux
p. 198-199

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Hadès

Texte intégral

1Siège de la vicomté d’Auvillar-Lomagne, attesté par les sources écrites depuis le xe s., le castrum d’Auvillar surplombe la Garonne, sa principale ressource économique. L’aménagement du nouvel office de tourisme d’Auvillar dans un ancien couvent des Ursulines, crée en 1646 et transformé en faïencerie au xixe s., a donné lieu à une fouille préventive dans la cour du couvent et dans la parcelle de voirie adjacente. Hormis une surveillance de travaux bénévole menée dans les années 1990, cette opération constitue la première intervention archéologique sur le site d’Auvillar, d’autant plus attendue qu’elle concernait le cœur de ville.

2Si un plan du xviie s., établi en prévision de l’installation du couvent, figurait dans cette zone des parcelles vacantes, la fouille archéologique a révélé une occupation dense dont la longévité égale la complexité.

3L’aménagement initial du terrain se manifeste par un fossé de plus de 8,5 m d’ouverture (Fs 24) pour une profondeur de 2,5 m, qui atteint la nappe phréatique et en permet la constante mise en eau. De fait, son principal comblement est formé de lits millimétriques d’argiles décantées sous tranche d’eau constante, sur près d’un mètre d’épaisseur, correspondant à plusieurs siècles de fonctionnement. L’absence d’artefacts anthropiques et l’uniformité de ce comblement indiquent l’isolement de ce vaste fossé et laissent supposer l’existence d’un glacis défensif le précédant, tirant profit de l’escarpement et de la nature argileuse du terrain. Le comblement de ce fossé interviendrait entre le milieu du xiie et le milieu du xiiie s., laissant supposer une origine altomédiévale pour son fonctionnement.

4Le comblement final du fossé traduit une réaffectation globale du terrain : devenu un véritable cloaque, il reçoit les rejets du site castral en contre-haut. Ce dernier est attesté par la présence d’une levée de terre à l’extrémité orientale de la parcelle (Mr 27). En vis-à-vis, un trou de poteau de 0,80 m de diamètre pour plus d’1 m de profondeur (Tp 56), sans doute jumelé (Tp 63), indique un dispositif de franchissement de cette enceinte, daté entre le milieu du xiie et le milieu du xiiie s. Le fossé, encore présent dans la topographie, délimite sans doute un espace de basse cour constitutif du site castral et au sein duquel est foré un puits (Fs 42), dont l’emplacement est sans doute guidé par la proximité du fossé signalant une nappe phréatique.

5Dès le xiiie s. intervient l’effacement final du fossé 24, scellé par près d’1 m de remblais. Ce remodelage de la topographie constitue le préalable à l’établissement d’habitations, dont l’expression la plus concrète tient en l’alignement de deux murs bahuts, destinés à supporter l’étage de maisons médiévales (Mr 19 et 20). La formation d’un couloir de circulation et la présence de murs dans leur prolongement (Mr 25) et en vis-à-vis (Mr 59) attestent de la formation d’un véritable tissu urbain, organisé suivant l’axe du franchissement du rempart.

6Ce dernier est pourtant partiellement recouvert par la création d’un second rempart de terre, de près de 2,50 m d’épaisseur (Mr 59), appuyé contre des poteaux verticaux (Tp 60). Attribuée à la remise en défense des bourgs méridionaux durant la guerre de Cent Ans, cette fortification occasionne un réagencement du parcellaire, avec l’alignement, sur le tracé du rempart, de murs appartenant à de nouvelles habitations intra-muros (Mr 26 et Mr 28).

7À l’extérieur du rempart, les unités d’habitation médiévales (Mr 19 et 20) sont intégrées à une vaste demeure (Mr 17 et 43) organisée autour d’un foyer, dont l’architecture mérite d’être signalée (Fy 53). Établie sur une calade en galets, une couronne de maçonnerie supporte une dalle massive, comportant une cupule centrale. Contre ce bloc, une structure rubéfiée indique l’usage de ce dispositif comme structure de chauffe. Cependant, en l’absence de sole foyère et de traces de rubéfaction de la dalle, elle s’apparente plutôt à un dispositif de maintien à température des aliments plutôt qu’à leur cuisson. Un second état de cette demeure voit le recouvrement de la calade par un carrelage en terre cuite (Sol 30) et la création d’un nouveau foyer (Fy 57), nettement plus modeste mais de même fonctionnement.

8Cet espace densément habité disparaît pourtant en tant que tel au début de l’ère moderne. La création du couvent des Ursulines sur ces terrains désormais vacants donne lieu à un parcellaire orthonormé, à partir duquel se développe un nouveau tissu urbain.

Auvillar, ancien couvent des Ursulines.

Auvillar, ancien couvent des Ursulines.

Topographie M. Canivet, DAO L. Leroux, Hadès, 2017

Haut de page

Table des illustrations

Titre Auvillar, ancien couvent des Ursulines.
Crédits Topographie M. Canivet, DAO L. Leroux, Hadès, 2017
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Leroux, « Auvillar (Tarn-et-Garonne). Ancien couvent des Ursulines »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 198-199.

Référence électronique

Laure Leroux, « Auvillar (Tarn-et-Garonne). Ancien couvent des Ursulines » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16445

Haut de page

Auteur

Laure Leroux

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laure Leroux

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals