Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Bayeux (Calvados). 1-3, rue des Cuisiniers

Responsable d’opération : Clément Letor
p. 199-200

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : université de Caen Normandie

Texte intégral

1Dans le cadre d’un master 2 en archéologie médiévale à l’université de Caen Normandie, une étude du bâti a été menée sur deux bâtiments en pan de bois localisés 1 et 3, rue des Cuisiniers àBayeux. Épargnés par les bombardements lors de la seconde guerre mondiale, de nombreux édifices anciens sont encore conservés dans la ville. Les deux bâtiments de notre étude sont situés dans la partie enclose de la ville, à l’angle de la rue Saint-Martin, ancien decumanus de la cité antique puis chemin du Roi au Moyen Âge, et de la rue des Cuisiniers, menant vers la cathédrale.

2Ces deux édifices en pans de bois ont longtemps intrigué les historiens et archéologues, notamment au sujet de leur datation estimée au xive s. Celle-ci reste controversée car elle ne s’appuie que sur peu d’éléments (un rez-de-chaussée maçonné avec colonnettes engagées, une cheminée avec une frise de quadrilobe, un jour trilobé) en remploi dans l’édifice et sur le modeste décor des façades. Le recours à la dendrochronologie pour dater la maison d’angle a ainsi permis de corriger la datation de deux siècles (1502-1503d). Le second bâtiment, sans doute construit quelques années après le premier, semble quant à lui, dater de la première moitié du xvie s. d’après l’analyse de son décor. L’ajout d’une pièce supplémentaire dans le corps secondaire du bâtiment d’angle, moins de 20 ans après sa construction, a entraîné la modification de la charpente au moyen d’une surélévation du comble. L’accès à cette nouvelle pièce est ainsi possible depuis la tourelle d’escalier et a permis d’unifier la toiture de cet imposant bâtiment. De profonds aménagements sont ensuite effectués au xviiie s., surtout dans le second bâtiment. Le parement de la maçonnerie du rez-de-chaussée est refait et la construction d’une nouvelle cheminée entraîne la réorganisation de l’espace et de lourdes transformations dans la charpente. Malgré un décor restreint sur les façades, les intérieurs présentent un certain niveau de confort (larges cheminées décorées dans chaque pièce, la présence d’au moins trois conduits de latrines et d’un puits) en plus d’une ornementation des bois, portes et baies et également de peintures murales nouvellement mises au jour dans la maison d'angle.

3Ce travail de recherche s’inscrit dans une volonté d’approfondissement des connaissances sur la ville de Bayeux, d’une part, et sur le pan de bois normand, d’autre part. En effet, en plus de corriger la datation de la partie en pan de bois, l’étude du bâti a révélé l’existence de deux bâtiments antérieurs. Les vestiges d’une ancienne tourelle d’escalier dans le bâtiment d’angle ont permis de faire le lien avec les éléments maçonnés datant du xive s. Ainsi, un premier bâtiment, qui pourrait être en pan de bois, est agrandi au début du xvie s. en remployant certains éléments maçonnés. Dans la maison voisine, le négatif d’un pignon visible dans les combles laisse supposer une construction là aussi antérieure et mitoyenne de la maison d’angle. Un travail sur le parcellaire environnant devenait nécessaire pour comprendre l’évolution du réseau parcellaire, en lien avec celle des bâtiments, afin de mieux appréhender le phénomène d’urbanisation de la ville de Bayeux depuis le xiiie s. jusqu’à nos jours.

4Enfin, l’étude du pan de bois a permis de mieux comprendre les techniques de construction des bâtiments pour cette période. Ainsi, malgré une datation proche des bâtiments, il existe des différences dans la mise en œuvre de l’ossature du pan de bois et des charpentes.

5Un lien entre ces deux bâtiments n’est pas à exclure puisque, actuellement, des communications existent à chaque niveau. Au départ séparés, ils ont sans doute été regroupés à partir de l’époque moderne en un seul et même ensemble puisqu’une auberge est attestée dans le bâtiment d’angle jusqu’au début du xxe s., avant de devenir l’ancien local du syndicat d’initiative de la ville de Bayeux.

Bayeux, vue générale du second bâtiment no 3, rue des Cuisiniers.

Bayeux, vue générale du second bâtiment no 3, rue des Cuisiniers.

Cl. C. Letor

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bayeux, vue générale du second bâtiment no 3, rue des Cuisiniers.
Crédits Cl. C. Letor
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 986k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Letor, « Bayeux (Calvados). 1-3, rue des Cuisiniers », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 199-200.

Référence électronique

Clément Letor, « Bayeux (Calvados). 1-3, rue des Cuisiniers » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16453

Haut de page

Auteur

Clément Letor

université de Caen Normandie

Haut de page

Responsable d’opération

Clément Letor

université de Caen Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals