Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainBeaulieu-sur-Dordogne (Corrèze). ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Beaulieu-sur-Dordogne (Corrèze). 4-6, boulevard de Turenne

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 200-201

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/64298/0148481

Texte intégral

1Le développement du bourg de Beaulieu-sur-Dordogne obéit à un déterminisme géographique certain. Il est en effet situé dans une zone de confluence et d’échanges entre le Limousin à l’ouest, la Xaintrie et l’Auvergne à l’est et le Quercy, au sud. Le bourg de Beaulieu-sur-Dordogne est implanté sur la rive droite de la plaine alluviale de la Dordogne, à l’intérieur d’un méandre, en amont d’un rétrécissement de la vallée qui constitue une zone de franchissement de la rivière. Il est situé sur la bordure occidentale du Massif Central entre Brive, Tulle et Figeac.

2En 855, l’archevêque de Bourges, Raoul, fonde sur l’une de ses terres, Vellinus, l’abbaye Saint-Pierre qui donne naissance à un bourg monastique doté d’une enceinte vraisemblablement édifiée dès le xiie s. Cette dernière enclôt un espace de près de 3 ha (la ville est dite « forte » en 1369), autour duquel se développent trois faubourgs au cours du Moyen Âge, qui complètent la topographie de cette petite ville.

3Un diagnostic archéologique a été réalisé en préalable à un projet de construction d’une maison de santé au sein d’un espace réputé non bâti jusqu’à la fin du xixe s., à l’exception d’une voie qui traversait en partie les parcelles jouxtant l’emprise supposée du fossé de l’enceinte.

4Les trois tranchées de diagnostic réalisées ont révélé un ensemble de vestiges plus dense aux abords du fossé, hors de l’emprise de fouille. Ces derniers sont apparus sous un abondant remblai, conséquence de la réhabilitation des lieux après l’abandon de l’occupation (courant xvie s.) et de la restructuration plus récente du site, aménagé en jardin en marge d’un couvent. Ce contexte explique la difficulté à analyser des vestiges profondément enfouis.

5Toutefois, deux types d’occupation ont pu être distingués. Ils se développent au sein d’un secteur déjà terrassé, les niveaux d’occupation étant installés sur les niveaux des terrasses alluviales. Cette première campagne de travaux supposée peut être associée aux aménagements défensifs qui jouxtent le fossé (façonnage d’escarpes ?) ou à une simple extraction de matériaux argileux. La première forme d’occupation se concentre aux abords du fossé d’enceinte ainsi qu’à l’ouest de la parcelle, où des constructions attestent de la présence en marge du bourg d’ensembles bâtis, certains espaces étant couverts de tuiles. Ainsi, des bâtiments semblent jouxter des espaces plus ouverts mais non dénués d’aménagements (cours galetées, foyers, fosses). Des constructions plus légères (sur poteaux et/ou piliers) complètent vraisemblablement cet habitat qui paraît particulièrement dense mais limité dans le temps (xive-xve s.). Deux grandes phases d’occupation sont toutefois perceptibles. La vocation « résidentielle » de ces aménagements peut être envisagée mais ils interpellent toutefois par leur situation à l’extérieur de l’enceinte et leur détachement par rapport aux faubourgs reconnus autour du bourg de Beaulieu-sur-Dordogne.

6En marge de cet espace (SE de la parcelle), un autre type d’occupation se distingue. Il s’agit d’une grande fosse sommairement découverte (plus de 20 m²). Dotée d’un fond plat et comblée massivement avec de nombreux rebuts issus de l’encaissant, une utilisation pour une extraction de matériaux peut être envisagée. Cette fosse semble contemporaine du reste du site. À cet égard, les sondages réalisés sur la place du Champs de Mars (Nibodeau, 2009), située au NO, avaient déjà révélé un ensemble de fosses identiques.

7Ce diagnostic a donc permis de révéler un ensemble de vestiges inédits, les trois faubourgs de Beaulieu-sur-Dordogne ne se développant par sur ces marges. Or, ces vestiges semblent démontrer le contraire. Il semblerait en effet que les guerres de Religion aient eu raison de cet habitat dont l’ampleur et le contexte topographique mériteraient une attention particulière.

Beaulieu-sur-Dordogne, tranchée de diagnostic (murs et cour empierrée) située en marge de l'enceinte du bourg monastique (arrière-plan).

Beaulieu-sur-Dordogne, tranchée de diagnostic (murs et cour empierrée) située en marge de l'enceinte du bourg monastique (arrière-plan).

Cl. E. Barbier, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Beaulieu-sur-Dordogne, tranchée de diagnostic (murs et cour empierrée) située en marge de l'enceinte du bourg monastique (arrière-plan).
Crédits Cl. E. Barbier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 973k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Beaulieu-sur-Dordogne (Corrèze). 4-6, boulevard de Turenne »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 200-201.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Beaulieu-sur-Dordogne (Corrèze). 4-6, boulevard de Turenne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16465 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.16465

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search