Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Castellane (Alpes-de-Haute-Provence). Petra Castellana

Responsable d’opération : Vincent Buccio
p. 203-204

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : conseil départemental des Alpes de Haute-Provence

Texte intégral

1La deuxième campagne de fouille programmée conduite sur le site de Petra Castellana s'est déroulée en juin 2017. Deux archéologues du Service départemental d'archéologie des Alpes de Haute-Provence ont encadré une équipe d'une dizaine de bénévoles pendant trois semaines. Au cours de cette campagne de fouille, la première d'une opération triennale prévue jusqu'en 2019, trois sondages ont été ouverts. Un travail de reprise critique de la documentation écrite et de l'historiographie concernant le site et le territoire communal a par ailleurs été initié ; il conduit à nuancer certaines hypothèses sur le développement de l'habitat et sur la localisation des agglomérations de la Protohistoire au Moyen Âge.

2Deux des sondages ont concerné le secteur NE, où des traces ténues de bâtiments maçonnés ont été étudiées, contre la courtine et en contrebas de cette dernière ; la stratigraphie sédimentaire et les niveaux associés à l'occupation sont toutefois très limités dans ce secteur du site. Le troisième sondage, au SO, a révélé la présence de fosses du Bronze ancien, dont la fonction demeure indéterminée ; plusieurs silos médiévaux ont également été mis au jour. Une maçonnerie éventuellement contemporaine de l'occupation du site est également apparue, ainsi qu'un ensemble de terrasses de la fin du Moyen Âge ou des Temps modernes qui scellent les occupations plus anciennes et structurent la pente.

3Au terme des deux campagnes de fouille, la surface ouverte reste modeste (moins de 2 % de la superficie totale du site). Pour autant, les données collectées permettent d'ores et déjà d'asseoir un certain nombre d'hypothèses quant à l'occupation du site. D'abord, l'existence d'une occupation ancienne est désormais avérée, même si sa nature demeure indéterminée. Cette donnée conduit cependant à s'interroger sur le long hiatus chronologique entre le Bronze ancien et le Moyen Âge central, puisqu'aucun mobilier ni aucune structure ne sont identifiés entre ces deux jalons.

4Ensuite, la fouille a permis de mieux percevoir l'adaptation de l'occupation à une topographie très contraignante, par nivellement du rocher et par la construction de terrasses. La courtine, dont un seul état est clairement identifié à ce jour, s'adapte également à cette topographie ; elle repose directement sur le substrat, avec très peu d'aménagements de tranchées de fondation. Sur des critères stylistiques et technologiques, elle semble pouvoir être aujourd'hui attribuée à la fin du xiie ou au début du xiiie s. Si son étude détaillée est prévue pour une campagne ultérieure, on peut dès à présent constater que, bien que construite en une seule phase à l'exception d'un tronçon de maçonnerie peut-être, des phasages de chantier sont lisibles. Ceux-ci indiquent que la courtine a été édifiée après les tours.

5Des structures agraires, en particulier des silos, sont observées dans l'un des sondages dans la partie basse de l'agglomération. La mise au jour d'une maçonnerie soignée dans ce secteur témoigne toutefois d'une occupation plus diversifiée que les seuls silos ne le laissent supposer.

6La fouille semble confirmer que l'abandon de l'habitat se déroule entre le milieu du xiiie et le xive s. Le site reste toutefois exploité, avec la mise en place de terrasses agricoles qui stabilisent la pente, en respectant ou non la topographie structurée antérieurement.

7Des études spécifiques (faune, mobilier lithique, céramique, photogrammétrie de la courtine) ont été lancées ; leurs résultats seront disponibles pour le rapport de synthèse triennal.

8Aucun indice (structure ou mobilier) d'occupation médiévale antérieure au xiie s. n'a été mis au jour. Fort de ce constat, et en s'appuyant également sur des éléments typologiques de l'enceinte (tours et ouvertures en particulier), l'hypothèse d’un aménagement du site après l'an Mil, et peut-être au xiie s., est aujourd'hui privilégiée. Les campagnes de fouilles ultérieures pourront cependant amener à moduler ce propos. La question de la localisation de l'habitat à Salinae/Castellane entre l'Antiquité et la fondation du site demeure donc ouverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Buccio, « Castellane (Alpes-de-Haute-Provence). Petra Castellana », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 203-204.

Référence électronique

Vincent Buccio, « Castellane (Alpes-de-Haute-Provence). Petra Castellana » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16501

Haut de page

Auteur

Vincent Buccio

service départemental d'archéologie des Alpes de Haute-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Buccio

service départemental d'archéologie des Alpes de Haute-Provence

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals