Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainChambly (Oise). Extension du comp...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Chambly (Oise). Extension du complexe sportif du Mesnil-Saint-Martin

Responsable d’opération : Danaël Veyssier
p. 204-205

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : conseil départemental de l'Oise

Texte intégral

1Le diagnostic a été réalisé préalablement à l’extension du complexe sportif du Mesnil-Saint-Martin qui est situé au NO de Chambly et à l’extrême SE de Belle-Église. La ville de Chambly est localisée dans la vallée de l'Esches, affluent de l’Oise qui traverse la commune du NO vers le SE. Les parcelles concernées par l’intervention archéologique se trouvent dans la plaine alluviale, à la confluence entre l’Esches et le Coisnon, bras secondaire situé à l’est et servant de dérivation naturelle lors des crues de la rivière. Ce dernier a été canalisé au xvie s. Il se différencie de la rivière principale au nord du centre urbain, au lieu-dit le Mesnil Saint-Martin, au cœur du diagnostic.

2La fouille prescrite couvre une superficie de 63 156 m². L’emprise diagnostiquée est divisée en deux secteurs : la zone 1 (1,9 ha) située sur la rive est de l’Esches et la zone 2 (4,4 ha) sur la rive ouest. Les relevés mettent en évidence une stratigraphie assez variée avec des niveaux de colluvionnement et d’alluvions modernes et divers remblais dans la première zone, tandis que la seconde présente des couches en relation avec l’ancien marécage.

3Soixante et onze structures fossoyées et bâties ont été découvertes sur la totalité de la surface. La zone 1 a livré des structures liées à des occupations médiévales et modernes ainsi qu’un paléochenal. Dans la zone 2, des vestiges antiques ont été mis au jour, ils appartiennent en grande partie à un réseau fossoyé délimitant des parcelles. Bien que peu de mobilier ait été découvert, la présence de deux fosses, un trou de poteau et des remblais laisse entrevoir la possibilité d’une occupation gallo-romaine située probablement en dehors des parcelles sondées, à l’ouest de celles-ci. L’ensemble a été remblayé dans la seconde moitié du xe s.-début du xie s. mais aucune structure datée de cette période n’a été découverte dans ce secteur.

4La zone 1 présente plusieurs phases d’occupation. La première occupation est représentée par vingt-quatre structures bâties, situées au NO de l'emprise de fouille, et des structures fossoyées découvertes au SE de la parcelle. Ces deux ensembles, comprenant murs, four, fossé, fosses et trous de poteau, sont attribués, d’après l’étude de la céramique, à la transition entre la fin du haut Moyen Âge et le début du Moyen Âge central (fin xe-xie s.). Un troisième secteur, essentiellement caractérisé par des murs, a livré une monnaie en argent de Jean II Le Bon, frappée entre 1360 et 1364, scellée dans les fondations d’une maçonnerie. Cette monnaie est l’unique témoignage d’une seconde occupation du site pendant le xive s. Des murs, une cheminée et une fosse illustrent le xve-xvie s. tandis qu’une autre fosse est attribuable à la fin du xviie-xviiie s. En l’absence de mobilier datant, douze structures fossoyées n’ont pu être attribuées.

5Enfin, sur la rive est de la rivière de l’Esches, un paléochenal a été découvert sur plus de 45 m de long. De nombreux ensembles de piquets en bois appointés ont été observés, ce qui laisse penser que les berges étaient aménagées.

6Les résultats positifs de ce diagnostic viennent compléter les données issues du site archéologique mis au jour par P. Lorquet de 1992 à 1994, sur la rive ouest de l’Esches, au Pré des Paillards, au Marais de Chambly et au Marais du Mesnil Saint-Martin. Ces différentes opérations avaient déjà repéré un important réseau fossoyé antique et, dans la plaine inondable, un paléochenal. Même si un seul tesson a été recueilli lors de ce diagnostic dans le paléochenal, celui-ci avait livré dans les années 1990 divers dépôts allant de l’âge du fer au bas Moyen Âge. Il est probable que le colluvionnement important, contemporain ou postérieur aux structures altomédiévales, ait comblé la rivière, ce qui a permis une bonne conservation des matériaux périssables (aménagement de berges, piquets-pieux en bois) et des vestiges. De plus, les interventions de Ph. Lorquet avaient également mis en évidence une partie d’un établissement mérovingien et un important habitat carolingien, associé à une zone d’activités, des portions de berges aménagées ainsi que les restes d’un moulin aux abords du paléochenal.

7Le diagnostic de 2017, réalisé sur la rive est de l’Esches, a vraisemblablement permis la découverte de l’extension de ces occupations. Il est probable qu’après leur abandon, elles se soient déplacées plus vers l’ouest, là où nous avons mis au jour la zone d’habitat allant de l’époque carolingienne jusqu’à la fin de l’époque moderne.

Chambly, vue des fondations conservées d'un mur altomédiéval.

Chambly, vue des fondations conservées d'un mur altomédiéval.

Cl. Service départemental d’archéologie de l’Oise

Haut de page

Table des illustrations

Titre Chambly, vue des fondations conservées d'un mur altomédiéval.
Crédits Cl. Service départemental d’archéologie de l’Oise
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 990k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danaël Veyssier, « Chambly (Oise). Extension du complexe sportif du Mesnil-Saint-Martin »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 204-205.

Référence électronique

Danaël Veyssier, « Chambly (Oise). Extension du complexe sportif du Mesnil-Saint-Martin » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16505 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.16505

Haut de page

Auteur

Danaël Veyssier

service départemental d'archéologie de l'Oise

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Danaël Veyssier

service départemental d'archéologie de l'Oise

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search