Navigation – Sitemap
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Place des Carmes

Grabungsleiter: Laurence Lautier
p. 207-208

Anmerkungen der Redaktion

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/64298/0148424

Volltext

1Deux opérations archéologiques distantes d’une trentaine de mètres se sont déroulées en amont d’un vaste projet de réaménagement de la place des Carmes co-réalisé par la Manufacture Française des Pneumatiques Michelin et la communauté de commune Clermont Auvergne Métropole. Elles ont mis au jour tout un ensemble de vestiges datant majoritairement des périodes antique et médiévale.

2Au-dessus d’un substrat de nature marno-calcaire – dont le sommet a été atteint à des profondeurs comprises entre 1,60 m et 3 m – on observe des séquences d’origine colluviale au sein desquelles se développe un paléosol dont la formation remonte à la période préhistorique ou protohistorique. Leur conservation est aléatoire. Présentes à l’emplacement du square de la place des Carmes, ces séquences naturelles ont quasiment disparu dans les sondages localisés sur le parvis des bâtiments Michelin, pour laisser place au contact du substrat à un remblai d’une puissance de 0,50 m à 1 m, sans que nous puissions expliquer les raisons de cet arasement.

3Ce dépôt anthropique massif se compose de nombreuses plaquettes et blocs de marne, associés à des matériaux de construction (terres cuites architecturales, fragments de mortier, d’enduits peints), de nombreux ossements d’animaux correspondant à des déchets de consommation, des scories, un ardillon de fibule et des monnaies de la période augustéenne, du ive s. et un billon médiéval. Les céramiques découvertes dans ce niveau détritique révèlent que l’origine de la formation de ce dépôt remonte à l’intervalle compris entre le début du ier et le début du iiie s. ap. J.-C. Le ramassage de mobilier intrusif daté des xiie-xiiie s. témoigne par ailleurs de réagencements dans ce niveau, centrés sur le second Moyen Âge.

4Antérieurement au dépôt de ce remblai, un hypothétique niveau de circulation, une fosse et deux tranchées parallèles d’orientation NO-SE, attestées sur une longueur minimale de 14 m, ont été observés dans le square de la place de Carmes, au contact direct de la séquence de colluvions. Les artefacts les plus caractéristiques découverts dans la fosse indiquent que le comblement n’intervient pas avant les années 1960-1970. Les tranchées, retrouvées à une profondeur de plus de 2 m, ont été interprétées comme des tranchées de récupération de murs. Elles ont livré un possible tesson du Bas-Empire et de la sigillée des années 130-160 ap. J.-C.

5Les autres aménagements relevés lors des deux interventions ont été creusés à la surface de la séquence de remblai, à une profondeur qui varie entre 1,50 m et plus de 2 m. Outre deux sépultures, la découverte en position secondaire d’un ossement humain d’immature dans le remplissage d’une fosse plus tardive, suggère un développement plus large de l’aire sépulcrale du Haut-Empire et un démantèlement partiel de certaines sépultures.

6Outre ces vestiges funéraires, des creusements ont également été retrouvés à la surface du vaste remblai antique. Ces fosses-dépotoirs ont en commun de livrer une multitude de matériaux de construction et de nombreuses céramiques majoritairement représentées par de la vaisselle de préparation et de stockage datée des années 90-120 ap. J.-C. L’intervention qui s’est déroulée dans le square de la place des Carmes a mis au jour à une profondeur de 1,60 m, une fosse-dépotoir similaire qui ne diffère que par des dimensions plus importantes (4 m de long sur une largeur minimale de 3,70 m).

7La nature et la fonction des aménagements antiques rencontrés dans l’emprise des deux interventions (à l’exception des dépôts funéraires) sont difficiles à caractériser. Résultent-elles du démantèlement généralisé d’un quartier bâti de l’agglomération d’Augustonetum à la fin du Haut-Empire ? Les fosses ont-elles pu servir à stocker et à trier les différents matériaux dans le cadre d’une économie de récupération, dont les témoignages sont par ailleurs reconnus dans le contexte de l’Antiquité tardive de plusieurs centres urbains ? Ce remblai matérialise-t-il une vaste zone de dépotoirs et de rejets, localisée dans ce secteur nord de la ville, et qui serait conséquent des activités du centre urbain ?

8La surface de ces dépôts détritiques a par ailleurs fait l’objet d’une réoccupation ponctuelle (?) au cours du second Moyen Âge. Sous le parvis des bâtiments Michelin, plusieurs fosses et un fossé apparus à une profondeur de 1,50 m, ont livré un mobilier daté du xiie ou du xiiie s. Parmi ces aménagements, la présence d’au moins un silo avéré et la découverte d’un rejet charbonneux présentant une très forte concentration de graines carbonisées constituées majoritairement de céréales (blé amidonnier, avoine, orge vêtue, seigle), couplées à des légumineuses (lentille, pois, vesce) et des fruits (raisin), pourraient indiquer l’existence d’une aire d’ensilage. Une autre fosse susceptible de servir au stockage et potentiellement contemporaine de cette occupation médiévale de la place des Carmes, a également été découverte à l’emplacement du square à une profondeur de 1,70 m. Son rattachement à l’espace d’ensilage constitue une piste privilégiée de recherche qui ne peut toutefois, dans l’état de nos connaissances, être confirmée. Outre cette structure de stockage, deux murs parallèles découverts respectivement à des profondeurs de 1,20 m et 1,50 m, appartiennent peut-être à un même bâtiment dont l’une des dimensions serait de 15 m. La chronologie de ces maçonneries est toutefois loin d’être établie. L’hypothèse d’une contemporanéité entre ces vestiges et ceux localisés sous le parvis des bâtiments administratifs de l’entreprise Michelin reste attrayante, mais rien ne prouve qu’ils ne puissent dater d’une période plus récente.

9Enfin, postérieurement à l’occupation médiévale, intervient un rehaussement de la place avec l’apport de nouveaux remblais. Sur cette dernière séquence, un niveau de circulation en terre battue ou en mortier de chaux, détecté sur l’ensemble des deux emprises, a livré du mobilier qui tendrait à le dater du xixe s. Le nivellement final de cette partie de la place pouvant ainsi intervenir dans le courant du xxe s.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Laurence Lautier, « Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Place des Carmes »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 207-208.

Online-Version

Laurence Lautier, « Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Place des Carmes » [archäologische Miszelle],Archéologie médiévale [Online], 48 | 2018, Online erschienen am: 01 März 2019, abgerufen am 07 Juli 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/16541

Seitenanfang

Autor

Laurence Lautier

Inrap

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Grabungsleiter

Laurence Lautier

Inrap

Ausgrabung unter der Leitung von diesem Archäologen

Seitenanfang

Urheberrechte

Archéologie Médiévale

Seitenanfang
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals